Archives pour la catégorie Prix Nobel

Le gag: un prix Nobel de la paix au « Dialogue national tunisien ». Et pourquoi pas à l’Arabie Saoudite !

Afficher l'image d'origine

C’est bien beau d’accorder le prix Nobel de la Paix 2015 – qui n’a plus grande valeur symbolique depuis qu’il a été décerné à Obama – au « Dialogue national tunisien » qui n’est ni une personne physique ni morale.

Mais quel est son véritable mérite ?

Pourquoi le choix de tels lauréats et quelle est leur véritable contribution à la paix en Tunisie ? Ont-ils réellement épargné aux Tunisiens un bain de sang alors qu’ils frôlaient la guerre civile ?

Si on les prend individuellement, il y a peu de chance pour qu’ils présentent des réelles garanties morales aux yeux des Tunisie.

Pour qui ont-ils roulé et quel était leur but ? Quels sont leurs vrais chefs-marionnettistes ? Ont-ils bénéficié de l’aval des scénaristes de la pseudo révolution tunisienne qui ont vu tout leur plan de « démocratisation » du monde arabophone partir à vau-l’eau et qui ne leur reste que la Tunisie comme lot de consolation et pourquoi pas une fenêtre de tir contre l’Algérie si jamais ils retrouvent le vent en poupe ? .

Un dialogue national est par principe le dialogue qui doit être mené entre tous les acteurs civils, politiques, associatifs, militaires, économiques, éducatifs, judiciaires, syndicaux du pays. Or, ces personnes sont surtout représentatives d’elles-mêmes. Elles se sont auto-habilitées à dialoguer et débattre au nom du peuple tunisien. Mais elles ont plus servi les intérêts de la Troïka que des Tunisiens.

Bizarre qu’on ne les ait guère entendu sur les violations récurrentes des droits de l’homme, les manifestations antisémites, l’endoctrinement précoce des enfants, la montée du fanatisme religieux, les prêches haineux des imams, les attaques scélérates contre le CSP, la propagande wahhabite, le préambule de la constitution tunisienne et son article 6, les carnages de Sousse et du Musée du Bardo, les assassinats politiques de Chokri Belaïd, Lotfi Neggadh Mohamed Brahmi, la non-élucidation de ces assassinats, la milice islamiste, les injures proférées par des élus de l’ANC et de Marzougui à l’égard des Tunisiens, les appels au djihad ainsi que les différents attentats terroristes qui émaillent la vie du pays depuis 2011.

Ils ont surtout brillé par leur absence, et servi d’enfumage au peuple tunisien.

Quand on a le souci du dialogue, on doit d’abord avoir le souci du peuple et de la justice.

Question bilan, ils sont nuls.

Mais avec le Comité du prix Nobel, plus on est nul et islamo-obamien-compatible  plus on a la chance de se voir décerner le premier prix pour la simple et bonne raison  que le prix Nobel de la Paix qui ne valait pas grand-chose hier est encore plus que jamais aujourd’hui une véritable insulte à la paix. Le prochain prix devrait être carrément décernée à l’islam là ou moins il aura plus de sens. Récompenser une idéologie qui a occasionné la mort de plus de 280 millions d’âmes  au moins on aura fini avec la tartuferie nobélienne  qui elle-même mériterait le bonnet d’âne du prix de l’enfumage de l’opinion publique internationale.

Le seul dialogue national digne de ce nom, ce sera lorsqu’on aura arrêté la descente aux enfers de la Tunisie et e n’est pour demain dans un pays où l’islam fait règne en despote absolu avec l’adhésion de tous les Tunisiens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.