Archives pour la catégorie souveraineté nationale

L’Algérie à la conquête de l’islam de France ?

La France n’en a pas fini avec la politique agressive, impériale et hégémonique de l’islam. Ne s’étant pas encore remise des attaques terroristes qui viennent de le pire choc traumatique de son histoire, bien plus grave que l’Occupation nazie de Paris, voilà l’Algérie qui use d’un stratagème pernicieux et dangereux pour la souveraineté nationale de cette France qui fléchit chaque jour devant les coups assassins de l’islam.

En effet, l’Etat algérien par la voix de son ministre des affaires religieuses, plutôt des intérêts de l’islam, vient  de faire savoir sa ferme intention d’exercer son OPA sur  la Grande Mosquée de Paris en vertu d’une loi qui reconnaît à un pays étranger qui finance une association de droit français depuis au moins 15 ans la faculté de se l’approprier.

La France qui est pourtant la première contributrice de la GMP  construite aux frais des contribuables français  en hommage aux 100 000 musulmans morts pour elle en 14-18, inaugurée en 1926 et installée sur un hectare de terrain en plein cœur de Paris par le biais de régimes fiscaux très avantageux et un loyer dérisoire doit rappeler à l’Algérie qu’une telle prétention est nulle et non avenue et attentatoire à sa souveraineté nationale.

Arguer d’un principe aussi fantaisiste  qu’inique pour motiver une telle demande est un acte hostile et inamical, un causus belli néfaste,  et l’expression d’un mépris total pour le peuple français. Il est le prélude de la mort programmée de la France. Quel statut juridique va-t-on accorder à cette entité cultuelle ? Un service annexe de l’Ambassade d’Algérie à Paris qui lui verse les fameux subsides qui servent  à la rémunération des 80 imams fonctionnaires de l’Etat algérien ? Elle sera forcément régie par la Convention de Vienne et  politiquement, elle marquera la création officielle d’une enclave algérienne en France et à travers elle tout le réseau des mosquées qui en dépend échappant ainsi à tous les pouvoirs de contrôle et de police, juridique, judicaire, les imams seront désormais  des agents diplomatiques,et fiscal de l’Etat français.

Si par extraordinaire il est fait accès à cette requête scélérate, les juges français vont donner des idées aux Etats étrangers qui subventionnent le développement de l’islam en France qui ne manqueront  de se prévaloir de cette aubaine jurisprudentielle.  Le Maroc, l’ennemi juré de l’Algérie qui convoite la GMP ne va rester un spectateur inactif, ni le Qatar, et encore moins l’Arabie Saoudite et la Turquie qui vont trouver là un moyen rêvé pour faire reconnaître officiellement leur titre de propriété sur leurs enclaves nationales en France qui leur serviront de bases-arrières de leur conquête territoriale de la France.

Les juges doivent juger au nom de l’inviolabilité de la souveraineté nationale s’ils ne veulent pas se rendre complices de l’islamisation définitive de  la France. C’est une sorte d’Anchlusse qui se profile à l’horizon tricolore.   Les enjeux  juridiques et politiques sont autrement plus aigus et laissent présager des sérieuses menaces sur l’indépendance de la France et sa pérennité humaine et civilisationnelle que les simples violations  des lois de 1901 sur les associations et 1905 sur la laïcité.   que L’Algérie veut frapper un grand coup politique et idéologique en se faisant valider par la justice français ses desseins hégémoniques et expansionnistes au sein même du territoire français. Qui mieux que les mosquées pour lui offrir une telle opportunité ?  Elle n’est pas le chevalier blanc tant espéré pour sortir la France du bourbier musulman, elle cherche aussi à prendre sa revanche sur ses anciens colonisateurs.  Il n’en demeure pas moins que sa démarche est mue aussi par des motivations mercantiles, le marché halal dont la labellisation est le monopole de la GMP et  dont  dividendes viendront grossir les comptes off shore de ses dirigeants, idéologiques, être le fer de lance de la propagation de l’islam en France.