Archives pour la catégorie terrorisme musulman

Les 230 morts et les centaines de blessés de la barbarie musulmane depuis Charlie sont la France n’en déplaise aux collabos

Afficher l'image d'origine

Pourquoi dans cette cérémonie d’hommage de ce jour aux Invalides aux victimes françaises de la barbarie musulmane les médias mettent en avant seulement les morts musulmans et comme si la France comptait pour une pisse de chameau  ?

Y a-t-il des morts plus honorables que d’autres et qui méritent plus de compassion et d’honneurs dus à leur rang ou cherche-t-on à nous faire croire que la barbarie n’est pas musulmane puisque la preuve elle tue aussi les musulmans ?

Mais ceux qui tuent sont musulmans et que leurs actes criminels n’ont jamais été condamnés par leur propre communauté et qu’ils ont pu être enterrés selon le rituel funéraire musulman.

Ce qui dénote aisément de l’existence des liens de causalité entre l’islam et le terrorisme d’une part et d’autre part les exterminateurs musulmans cherchent surtout à frapper la France dans sa chair indépendamment de la croyance et les origines des victimes.
Quand ils tuent ils ne se posent pas de questions sur l’appartenance religieuse supposée ou avérée des victimes c’est la France qui est pour eux l’ennemie à abattre, leur cible prioritaire.

Et si jamais il se trouve des morts musulmans dans le carnage ils font partie pour eux des dommages collatéraux et qu’après tout leur place ne doit pas être dans ces lieux de déperdition selon les propos du cerveau présumé du massacre du Bataclan.

Il est déplorable et indécent que l’on fasse une hiérarchie entre les victimes des horreurs musulmanes alors que l’islam lui-même n’en fait pas. Il lui importe peu de savoir qui est musulman ou non il veut imposer son ordre par tous les moyens en cherchant avant tout à affaiblir le pouvoir étatique jusqu’à son effritement total et lui laisser le champ libre pour ses desseins hégémonique s et dictatoriaux.

Les 230 morts depuis Charlie sont les vies que l’islam à ôtés à la France et auxquels on doit associer les centaines de blessés qui porteront à tout jamais dans leurs chairs et leurs âmes les séquelles indélébiles de la barbarie musulmane.

Voter H. Clinton, c’est cautionner les attentats d’Orlando et offrir les E.U. à l’islam

Afficher l'image d'origine

Espérons que les électeurs américains sauront surtout  tirer les conclusions avec leurs bulletins de vote de cette tragédie d’Orlando qui a coûté la vie à 49 personnes et qui vient de plonger dans l’horreur la communauté gay américaine et à travers elle tous les gay du monde ainsi que tout être humain digne de ce nom, en infligeant un camouflet mémorable aux démocrates qui sont et les pires collabos de l’islam wahhabite une véritable calamité aussi bien pour les E.U.  ainsi que pour le reste du monde.

Chaque bulletin de vote pour le camp collaborationniste démocrate est une balle tirée dans le dos des E.U. et le reste du monde qui résiste à la déferlante islamique.

En effet, depuis l’arrivée de Barak Hussein Obama à la Maison Blanche les attentats terroristes islamiques dans le monde sont devenus le lot quotidien de l’humanité pour un bilan extrêmement lourd. C’est pourquoi voter Clinton c’est l’Apocalypse assurée.

L’heure est très grave et n’est plus aux atermoiements et aux numéros de crique des professionnels de l’enfumage de l’innocence de l’islam.  Le sort des E.U. et pas seulement dépend des bons choix des électeurs américains. Ils doivent être conscients que leurs bulletins de vote sont la meilleure riposte qui soit pour étouffer les velléités génocidaires islamiques.

Tout toit être mis en oeuvre pour en finir avec cette impunité dont jouissent les terroristes musulmans adoubés et financés par les deux têtes du serpent wahhabite couvées par l’Administration américaine.

Les deux E.U. sont à la croisée des chemins, soit le maintien du statu-quo énergétique actuelle et son corollaire l’islamisation à marche forcée de leur société propagée au moyen du vecteur terroriste soit une inflexion radicale de la politique étrangère américaine à l’égard de des monarchies pétrolières est garante de l’éradication du terrorisme islamique qui passe par la remise en cause du Pacte de Quincy et l’éradication des deux têtes du serpent wahhabite, le Qatar et l’Arabie Saoudite, les argentiers et maîtres à penser du terrorisme musulman. Plusieurs centaines de dessins rendent hommages aux victimes d'Orlando (Montage L'Express Pixlr).

Aujourd’hui,  ils massacrent  en toute impunité les minorités ethniques, religieuses et sexuelles, demain, ce sera la majorité silencieuse centrée sur son nombril et indifférente à son propre destin humain que par le Tsunami islamique qui fait peser de sérieuses menaces sur sa pérennité.

Ce n’est certainement pas avec des islamo-compatibles comme  Ali Juppé,  Cheikha Clinton et  Aïcha Merkel que l’on va va gagner la partie.

Le monde a plus que jamais besoin des Chinois, des Russes, des Américains dirigés par un homme de la trempe de Trump, des Israéliens,  des Japonais et des Indiens hindous  voire d’un Sissi et de tous les islamo-irréductibles pour ne pas sombrer dans les fonds abyssaux de l’histoire.

Si les musulmans « modérés »avaient un fond d’humanité en eux ils devraient quitter l’islam

Il n’y a que les musulmans qui veulent tordre le cou à la réalité des faits. Ils peuvent toujours brandir à chaque fois que leurs  frères djihadistes plongent le monde dans l’horreur leurs  fameux versets de paix et de respect de la vie humaine pour faire leur numéro d’illusionnistes ,  mais ils ne peuvent plus duper personne, car ces versets  sont d’une part contredits et abrogés  par d’autres qui portent en eux tous les germes destructeurs de l’humanité et d’autre part ils sont une grosse couleuvre qu’ils veulent faire avaler à l’opinion publique de plus en plus réfractaire et hostile à l’islam.  Une fable mahométane.

C’est l’islam qui appelle à la mort des infidèles et remplit de haine le coeur.  des siens.  C’est lui qui arme la main de leurs frères djihadistes et qui fait d’un voyou un monstre d’inhumanité et une bombe humaine. Ce sont des musulmans qui mettent en péril la pérennité de l’humanité. L’islam ordonne et les musulmans exécutent.

En se proclamant de lui, ils sont  tout autant coupables que les leurs qui mettent en musique les préceptes coraniques.

Leur silence et leurs dénégations pathétiques  quant à la haute toxicité de leur bolet de Satan islamique sont autant d’aveux  de culpabilité et les preuves morales de leurs implications directes dans les plus de 30 000 attentats terroristes  depuis le 11 septembre 2001.

En faisant le choix de la voie de l’islam et d’y rester,  ils doivent assumer les crimes des leurs qu’ils sont tenus de leur venir en aide et les soutenir, comme couvrir leur cavale de Salah Abdeslam  Molenbeek par exemple,  victimes ou coupables,  comme leur enjoint leur modèle Mahomet, ce prophète du carnage, de la terreur, de la perversion morale, du racisme, de l’antisémitisme, du pillage, de l’intolérance, du nombrilisme,  et du crime contre l’humanité.

Abjurer l’islam, faudrait-il qu’ils soient lucides,  dotés d’esprit critique, rationnels,  jouissant de leurs facultés de  discernement et se comportent en êtres raisonnables et raisonnés, pour y arriver, et encore moins le courage et la volonté de le faire.  L’islam a tué chez eux le sens de valeurs  humaines  et du respect de la vie et a anéanti leurs facultés de résilience.  Faisant de la résignation le chemin de la félicité et de la mort un idéal de vie.

Le vrai musulman est celui qui ne s’oppose pas aux injonctions divines et doit les appliquer à la lettre et quand bien même elles pourraient le heurter il n’est pas en droit de faire jouer sa clause de conscience dont il est de surcroît dépourvue. Que ce soit mal ou bien,  il n’a pas à décider de ce qu’il doit faire ou non,  Allah est maître de son choix  : « Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vus aimiez quelque chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allah qui sait, alors que vous vous ne savez pas »( S. 2, V. 216 ).

Comme tout bon serviteur, il n’a pas à comprendre le sens du message ni en mesurer les conséquences sur lui et son entourage.  S’il ne veut pas subir le sort réservé aux mécréants,  il n’a point de salut que dans l’obéissance  (S. 8.V.13).

Quelle que soit la gravité de son acte, il n’a pas à en assumer la paternité.  Il a l’absolution et l’immunité  d’Allah.  Il peut avoir commis les crimes les plus abominables,  il est épargné par le jugement d’Allah : »Ce n’est pas vous qui les avez tués, mais c’est Allah qui les a tués ».  (S.8, V.17)

On peut en déduire ainsi quand un terroriste musulman pose une bombe dans une gare, ce n’est pas lui qui l’a fait, c’est Allah en personne qui l’a fait.

Ainsi, il est permis  d’en déduire en toute logique coranique que c’est lui qui est le véritable poseur des bombes ce de jour à l’Aéroport de Bruxelles et la station de métro de Molenbeek. pour un bilan provisoire de 28 morts et 150 blessés.

En résumé, Allah est un terroriste autoproclamé, qui a la franchise de ne rien cacher sur sa nature ultra-violente et ses pulsions meurtrières, contrairement à ses esclaves qui ne sont ni  responsables ni coupables.  Ils s’effarouchent dès qu’ils sont mis en cause  et nient tout en en bloc en dépit de toutes les preuves qui les accablent.  Ils sont comme ça sinon ils ne sont pas musulmans. Ils  sont   persuadés que le mensonge n’est pas mensonge quand ils se le répètent d’abord à eux-mêmes, et plus il est gros, grotesque et grossier, plus ils sont convaincus qu’il est vérité et qu’ils peuvent la rendre ainsi opposables à autrui qui doit l’accepter en l’état pour ne pas froisser leur bonne foi

Elevés dans la culture de la falsification de l’histoire,  de l’affabulation et de l’imposture, ils n’acceptent pas la contradiction et la vérité des faits et quand ils se font attraper le couteau de boucher à la main et la victime agonisant à leurs pieds baignant dans une marre de sang, ils clament leur innocence et crient au complot.

Eternelles victimes, mais de leur propre mauvaise foi, de leurs délires hallucinogènes dus à leur intoxication quotidienne par leur bolet de Satan  et de leur idéologie criminogène.

Asont pas en réalité l’oeune des médias pas pour leurs découvertes scientifiques, technologiques ou exploits sportifs mais pour leurs crimes abominables et les menaces qu’ils font peser sur l’humanité ?
Leurs coreligionnaires n’ont pas le droit de nous emberlificoter avec leurs airs du petit Rom dans les métros parisiens qui quémandent une pièce aux passagers tout en cherchant de les délester de leurs portefeuilles, ils doivent cesser de se mentir à eux-mêmes et nous dire que ces performeurs des crimes contre l’humanité, il est difficile de qualifier autrement les actes terroristes, qu’ils n’ont rien à voir avec leur religion. Alors nul n’est en droit dans leur religion d’établir un verdict de cette nature qui est du seul pouvoir de leur grand maître.
Ils ne peuvent nier qu’ils s’abreuvent aussi bien qu’eux aux mêmes sources et mettent en musique la même feuille de route qu’eux.
La réalité est toute autre et c’est celle qu’ils veulent nous dissimuler, ceux qu’ils désignent par transgresseurs sont le MISSILE et eux ils en sont la RAMPE de LANCEMENT.

A chacun ses fonctions et son rôle dans cette guerre non-conventionnelle contre le reste du monde.

Si vraiment ils avaient le souci du bien-être commun de l’humanité, ils devraient être non seulement les premiers à nettoyer leurs écuries nauséabondes et avec un peu de courage et de lucidité ils auraient quitté cette idéologie infâme trop lourde à porter. Ils devraient avoir d’eux-mêmes et de se proclamer des valeurs mises en lumière par des soi-disant intrus et égarés qui défigurent leur ignoble foi.

Mr Valls, la priorité n’est pas l’islam et les musulmans, c’est la France et ses citoyens

Quand des musulmans, ni terroristes ni djihadistes, tuent au nom de l’islam en vertu des prescrits coraniques, une sorte de contrat social, ceux qui sont différents d’eux, s’agit-il oui ou non d’un crime crapuleux de caractère raciste ?

Les 6 spots « Tous unis contre la haine » qui auraient dû s’intituler « Tous unis contre le péril terroriste musulman » sont symptomatiques de la « dhimmitudification » à marche forcée de la France.

Elle n’a d’yeux que pour eux, ne jurent que par eux. Elle leur concède tout sans contre-partie. Traités comme des seigneurs avec tous les privilèges dus à leur rang alors qu’ils sont encore au stade d’esclaves. Adulés, courtisés et couvés comme s’ils étaient des sauveurs tant attendus. Il ne faut surtout pas les froisser de peur de les perdre.

Il est très mal vu aujourd’hui de se faire l’avocat de la France en proie au péril musulman, sous peine d’être puni par les lois de la république au service de l’islam.

Nous devons tous nous aligner tous derrière cet islam de France devenu la priorité absolue de Manuel Vals pour qui la France est un accessoire, plus Grand Vizir que Premier Ministre, qui rêve d’un islam tricolore pour y diluer l’identité française. Ce n’est pas aux musulmans de s’adapter à la France, c’est aux Français de se plier aux lois de l’islam, à leurs moeurs, us et coutumes rétrogrades d’un autre âge et qui sortent tout droit du monde des ténèbres.

Il faut honorer les musulmans et les combler de toutes les faveurs plaident d’une seule voix leurs collabos-bobos-gauchos et sarko-juppéistes islamo-compatibles. « Ils sont une chance pour la France n’en déplaise aux Français », il ne faut pas la gâcher et surtout ne pas s’aventurer à troubler les épousailles. Les Français ont chassé l’Eglise pour la remplacer par la mosquée.

Malheur aux opposants à ce mariage contre-nature où la mariée offre sa vie pour faire de la mort son nouvel idéal de vie rien que pour devenir sa 58 e concubine.

Tout doit être fait pour faire de ce mariage une réussite exemplaire afin de l’essaimer dans tout l’Occident en attendant l’étape finale du grand mariage planétaire entre l’islam et le monde entier.

Quant aux actes d’inimitiés terrifiantes exprimées par la progéniture de l’hydre islamique,elles ne sont en réalité que le témoignage d’une affection toute particulière pour la future épouse française.

Une marque d’amour que dénigrés par des esprits malveillants, aveuglés par leur jalousie les font passer pour des crimes terroristes de caractère raciste.

Les musulmans sont intouchables et l’islam est au-dessus des lois de la République qui n’en ont pas encore pour longtemps pour céder la place à la charia qui sera mieux adaptée et plus digne pour régir la vie du couple islam-France.

Ainsi, il est recommandé d’éviter d’évoquer les sujets qui pourraient nuire à la réalisation de ce mariage tant attendu depuis 14 siècles alors que maintenant à l’entrée de la ligne droite et les bans vont être publiés incessamment sous peu.

Les opposants farouches au mariage veulent qu’on dise la vérité aux Français sur les conséquences tragiques d’une alliance qui signe la mort de la France. Des oiseaux de mauvais augure et des racistes. Comme si l’islam est générateur d’une race humaine dotée de ses propres caractéristiques biologiques, alors qu’ils auraient aimé une campagne axée sur les carnages de Toulouse-Montauban, du Musée de Bruxelles, de Charlie Hebdo, de Vincennes, du 13 novembre 2015, le métro de Molenbeek et l’Aéroport de Bruxelles, qui ciblaient des êtres humains en raison de leur incroyance dans la religion musulmane, leur mode de vie, leurs origines et leur appartenance religieuse. Ils passent en pertes et profits et nos entremetteurs ne vont pas sacrifier l’image de l’islam pour si peu.

Il faut que le prétendant soit drapé dans sa vertu et ne dire que du bien de lui. Ne jamais établir un parallèle entre Mein Kampf et son brulot de haine et d’incitation à l’extermination de l’humanité qui n’est pas de son bord.

Le Coran plaide de lui-même en faveur de l’annulation de ce projet d’épousailles qui tient à coeur à notre futur Grand Vizir qui veut rendre dissoudre la France dans le bain acide de l’hydre islamique.

Au cas où les entremetteurs de service l’ignorent, le racisme est le refus catégorique des musulmans de se plier aux lois de la République. S’ils étaient vraiment dans le respect des règles du bien-vivre ensemble pourquoi arboreraient-ils alors des signes ostentatoires qui marquent leur appartenance à un système idéologique porteur en lui tous les germes de la destruction de la République ?

Qui est raciste celui qui piétine et bafoue les lois de « son » pays d’accueil qui ne l’a pas bien souvent invité d’y venir ou celui qui exige que son nouvel environnement s’adapte à lui ? Personne ne lui demande de s’y fondre, juste de le respecter.

Ras-le-bol des compromissions et des compromis qui sont en train de creuser la tombe des nations qui confondent islam et non-violence. L’islam n’est pas plus innocent qu’un cobra assoupi. On loue sa gloire et on condamne ses ennemis pour incitation à la haine raciale.

L’islam veut une humanité à son image, le néant !

Rached Ghannouchi, psychopathe hitlérien

In 1934, Hitler became Germany's president und...
In 1934, Hitler became Germany’s president under the title of Führer und Reichskanzler (Leader and Chancellor of the Reich). (Photo credit: Wikipedia)

La Tunisie avec R. Ghannouchi s’est enfin dotée de son Terminator, un personnage des films d’épouvante, un mélange de Dracula, Frankenstein et le boucher Al Hajjaj. Comme l’Allemagne nazie avait eu son Führer, guide, calife,  en la personne de A. Hitler, la Tunisie islamiste, Grâce à sa révolution digne de figurer dans l’anthologie des bêtisiers politiques,  a le sien en la personne du chef milicien wahhabite Rached Ghannouchi, de son vrai nom Ferid Kharriji. En réalité, son manque de charisme et sa propension pathologique à la servilité le rapprocherait plus du profil de Paul Touvier.

Le terroriste Rached Ghannouchi, l'homme qui se rêve en Adolph Hitler.
Confirmant ainsi le postulat que chaque peuple a les ordures qu’il mérite, il est pour les tunisiens ce que fut le Führer pour les allemands. Il n’est  donc pas superflu de tracer un parallèle entre les deux monstres de la barbarie humaine.  Jouant tous les deux dans le registre du messianisme et de l’exaltation des âmes musulmanes et germaniques. A.Hitler se voulait le nouveau messie germanique en voulant créer une nouvelle religion païenne  s’est servi des Jeux Olympiques de Berlin 1936 pour se refaire une virginité de façade grâce à la complicité bienveillante des barons du Comité International Olympique, véritable gouvernement mondial du Sport d’essence raciste et colonialiste.
En effet, cette instance autoproclamée qui semble avoir inspiré l’ I.S.I.E. a attribué en toute connaissance de cause l’organisation des J.O. de 1936 à l’Allemagne nazie en faisant fi des appels au boycott des mouvements des droits de l’homme et le climat délétère et nauséabond régnant en Allemagne avec son point d’orgue les Lois Raciales de Nuremberg de 1935 basées sur la pureté du sang aryen et l’exclusion de tous les non-aryens ou supposés tels de la nationalité allemande : n’est allemand que celui qui est aryen et comme ne cesse de le proclamer l’agent tunisien du terrorisme djihadiste l’illuminé Rached Ghannouchi : n’est tunisien que celui qui est islamiste et non musulman. Lui-même se prétend avant tout islamiste avant d’être tunisien. Que l’on soit nazi ou islamiste, indépendamment de la collusion historique et avérée entre les deux, les idéologies extrémistes sont frappées du même syndrome : la haine de l’autre, la pureté du sang ou de la foi, les délires cosmiques, l’ethnocentrisme, la mégalomanie, le complexe de supériorité, l’exclusion, l’extermination, la purification raciale ou culturelle etc…
Le terroriste non repenti Ghannouchi [Rachid ou Rached de morched, le guide en arabe] remis en selle grâce à la Révolution atypique tunisienne, semble suivre le sillage d’Adolf Hitler qui lui même est passé par l’action terroriste clandestine avant de confisquer « démocratiquement » et définitivement le pouvoir en Allemagne en 1933 après avoir obtenu les pleins pouvoirs du Reichstag et décrétant ainsi le N.S.D.A.P comme le seul parti unique pour entamer la Renaissance [ennahdha en arabe] de la nouvelle Allemagne en condamnant les autres partis politiques à la disparition. Renaissance du Reich l’équivalent allemand du Califat, restauration, résurgence, exaltation de l’âme germanique ou islamique, autant de concepts qui sèment le trouble quant à l’identité organique entre les idéologies nazies et islamistes.
Et c’est en toute logique idéologique et antisémite que les fondateurs en 1928 de la Confrérie des Frères Musulmans avec comme objectif majeur la Renaissance islamique et le rétablissement du Califat, le Reich, aboli par Kamal Atatürk en 1918, s’étaient ralliés aux nazis en 1939-45. En tant que créature des Frères musulmans, R. Ghannouchi ne saurait renier ses attaches idéologiques et cultuelles en adhérant à des valeurs telles que la démocratie ou la laïcité, cette ennemie jurée des Frères Musulmans, considérées comme des sacrilèges par son mode de pensée mystico-mafieux-politique.
De la clandestinité, il se trouve projeté sous les feux des projecteurs, en attendant sa réhabilitation définitive par la Justice tunisienne aux ordres de sa secte, il a été absous le 23 octobre 2011 de tous ses crimes passés par l’électorat populaire fruste, miséreux, tendance fanatique et opportuniste comme A. Hitler lors de sa prise de pouvoir progressive pendant la période 1928-1935. R. Ghannouchi apparaît aujourd’hui comme le vrai pilote et architecte de l’édification de la nouvelle Tunisie laquelle, contrairement à la nouvelle Allemagne qui se voulait maîtresse du monde, sera un dominion wahhabite. Quoi qu’il en soit, il suit scrupuleusement la feuille de route que lui fixent ses mentors et maîtres qui composent le Triumvirat américano-wahhabo-sioniste. A la différence du Führer nazi non-assujetti aux pouvoirs extérieurs, R. Ghannouchi tout en vouant un véritable culte à l’homme adulé par ses maîtres à penser qoutbiste, est surtout un pion zélé sur l’échiquier de la Pax Americana et sa politique d’émiettement des pays arabes. Sa servilité contraste avec sa soif du pouvoir et ses délires mégalomaniaques. Sachant qu’il n’a pas l’envergure intellectuelle, ni les moyens de ses ambitions politiques cosmiques, il se veut un Führer de l’assujettissement et de la soumission. Ses donneurs d’ordre lui font endosser les habits de Super Président de la Tunisie, une sorte de super intendant de la nouvelle réserve islamique en cours de création en Tunisie.
Ainsi, ils lui offrent l’occasion rêvée de flatter son ego surdimensionné qui lui permet de savourer religieusement son triomphalisme sur la scène politique tunisienne grâce à la grotesque mise en scène électorale du 23 octobre 2011. Les américains ont très habilement manœuvré pour faire en sorte que la secte terroriste soit le vainqueur du scrutin de la mise à mort de la démocratie en Tunisie. Un homme comme R. Ghannouchi, à supposer qu’il en ait les attributs, était prêt à plonger la Tunisie dans un bain de sang depuis les années 70 pour satisfaire ses appétits gargantuesques du pouvoir, maintenant que les Américains l’ont couronné Premier Grand Emir de la Principauté islamique de Tunisie, il va enfin vivre ses délires fantasmagoriques hitlériens. Mais tout en restant dans l’ombre du pouvoir officiel puisqu’il est lui-même le détenteur du vrai pouvoir. Maître absolu du pays, il bénéficie de tous les égards dignes de son rang et de son prestige.
Un prestige de pitbull. Immunité diplomatique lors de ses nombreux déplacements à l’étranger. Garde rapprochée. Voiture officielle blindée. Bureau ministériel au Ministère des Affaires étrangères tunisien confié à la bonne garde de son gendre sinistre des affaires qatariennes à Tunis, équipé des moyens de communication les plus perfectionnés relié par une ligne téléphonique avec le Département d’Etat. Outre un salaire présidentiel et tous frais pris en charge par le petit contribuable tunisien saigné à blanc par Ben Ali et que sa secte mafieuse et félonne est en train de saigner à mort. Lui qui a connu les lumières blafardes des geôles de Bourguiba, est désormais sous les ors princiers de la nouvelle Principauté de Tunisie. Se voulant le nouveau Führer dans le sens de Guide de la principauté tunisienne il demeure en arrière-plan du spectacle pathétique et anti-républicain joué par sa Troïka dont il est tout naturellement le vrai chef.
A n’en pas douter R. Ghannouchi vit ses fantasmes hitlériens et les médias étrangers comme la classe politique occidentale, sauf l’allemande et la canadienne, ne sont pas en reste pour l’encenser et le couvrir de toutes les vertus. Comme si son passé terroriste, ses fréquentations criminelles n’avaient jamais existé. Devenu fréquentable au point qu’il était reçu au Forum de Davos de 2011 comme un grand de ce monde. Lui aux velléités terroristes jamais éteintes dans la mesure où il n’a jamais fait acte de contrition. Par la magie de la Pax Americana qui vise à recycler les agents du terrorisme djihadiste, Rached Ghanouchi apparaît comme un apôtre de la paix et la sécurité dans le monde, comme si A. Hitler s’était vu décerner le Prix Nobel de la Paix. Certains n’hésitent pas de voir en lui un bon patriote, alors qu’il a une forte aversion pour la patrie dont il veut supprimer le drapeau et l’hymne national. Son discours d’apparat au fort accent hitlérien et raciste ne relève pas du folklore, il est fidèle à l’idéologie islamiste belliciste, coloniale, cosmique et terroriste [ses appels à la Guerre Sainte et la libération des territoires palestiniens], ses propos inquiétants sur sa conception idéologique de la citoyenneté tunisienne ouvertement racistes et attentatoires à la souveraineté nationale.
A. Hitler n’a pas lésiné sur les moyens pour apparaître aux yeux du monde entier comme étant un homme soucieux de paix en transformant la scène olympique en une véritable opération de marketing politique dupant et abusant de la crédulité et la naïveté des dignitaires de l’olympisme qui lui ont octroyé l’organisation de l’ Olympiade de Berlin 1936, lui permettant ainsi de gagner les faveurs et les sympathies de l’opinion publique mondiale grâce à cette récompense. R. Ghannouchi, qui est loin d’avoir les talents oratoires du Führer et son art consommé de la rhétorique et ses talents d’exalter l’âme germanique et d’haranguer les foules et de provoquer en elles cet état d’extase orgasmique, a su profiter de ce nouveau théâtre démocratique tunisien pour devenir l’acteur principal de sa pièce, purifié de tous ses crimes passés, donnant l’impression qu’il est devenu un homme fréquentable à l’écoute des préoccupations de son peuple et qu’il pourrait constituer une alternative crédible à l’ancien despote déchu. Ce processus irresponsable et dangereux de réhabilitation a été déclenché dès 2006 par  la girouette-opportuniste A.N. Chabbi et  le Dr Mabuse Moncef Marzouki, aussi mégalomaniaques qu’aveuglés par la soif du pouvoir que le Führer en herbe tunisien, dans le cadre d’un pacte national. Une sorte de front commun de bric et de broc contre Ben Ali.
L’opposition tunisienne d’opérette qui a échoué lamentablement dans son combat contre Ben Ali, victime de son incurie politique et intellectuelle, a contribué indirectement voire directement au sacre hitlérien de R. Ghannouchi. Il est devenu incontestablement la figure de proue de la Tunisie post-Ben Ali comme le fut le Führer au lendemain de 1928 jusqu’à sa conquête finale du pouvoir en 1933. En Tunisie, on déroule le tapis rouge aux pieds d’un djihadiste dépourvu de conscience et d’humanité, insensible aux brûlures au  vitriol infligées aux femmes tunisiennes dans les années 80 et la souffrance des  familles des victimes des attentats  terroristes perpétrés  tant en Tunisie qu’en France en 1987, 1986 et 1991. On recense au moins une douzaine d’attentats attribués à son organisation criminelle. On le drape de toutes les vertus, alors qu’il est un monstre de haine, aveuglé par sa soif de revanche sociale. On l’a placé sur la haute marche du podium tunisien, lui qui mérite d’être jeté du haut de la Roche Tarpéienne  à l’instar de celle octroyée  par les barons séniles et  réactionnaires de l’Olympisme coubertinien.
De par leur autisme et lâcheté, ils se sont inclinés devant la figure la plus hideuse et la plus monstrueuse de l’histoire universelle en lui offrant une vitrine pour impressionner le monde par les réalisations du IIIème Reich, en gavant le monde de tableaux idylliques, alors que ces Jeux étaient annonciateurs de la Shoah et  le prélude du plus grand stade au monde, celui de la vision cosmique nazie comparable à celle des islamistes. En dépit des signes avant-coureurs qui avaient précédé ces jeux et les mises en garde des organisations des droits de l’homme, Hitler avait su exploiter cette aubaine olympique pour en faire un hymne à la gloire de la Renaissance allemande. Rachid Ghannouchi, en utilisant de surcroît les mêmes méthodes d’exaltation et de rédemption de l’esprit djihadiste et sacrificiel en sommeil chez ses partisans, n’hésite pas d’ailleurs comme lui à enchanter ses meetings par une orchestration musicale, faisant preuve d’une habileté diabolique et pernicieuse impressionnante.
En effet, il se met au-dessus de la mêlée en dégageant une impression d’apaisement et de sérénité qui tranche avec les agitations et les troubles ambiants dont il est souvent l’instigateur avec son lâcher de fauves salafistes dans l’enclos des brebis tunisiennes. Policé, civilisé, adoptant une posture, qui est surtout une imposture, républicaine et démocratique. Il est comme Hitler dans les années 30 dans une phase de conquête de pouvoir absolu qui nécessite une communication politique de circonstance, sans fausse note qui se veut rassurante mais qui est en réalité un dol, une fourberie, une manoeuvre insidieuse pour abuser de la crédulité de la masse tunisienne endoctrinée et abrutie par les promesses d’un monde meilleur dans l’au-delà. Manipulateur et perfide, il soudoie, corrompt, menace, intimide et séduit pour gagner l’adhésion de l’opinion publique à sa personne, comme Hitler a su le faire avec le C.I.O. pour les résultats apocalyptiques qu’on connaît. Espérons que les citoyens-patriotes tunisiens en se prémunissant contre la rhétorique perverse et venimeuse de ce terroriste jamais repenti ne fassent pas de leur théâtre démocratique un théâtre de tragédie grecque dont ils seront les premières victimes. La barbarie islamiste a un visage celui de R. Ghannouchi et consorts y compris ses affidés de la Troïka, la barbarie nazie avait un visage celui d’A. Hitler.
Il appartient aux tunisiens de ne pas faire de leur futur scrutin non seulement le dernier de leur histoire mais également qu’il ne devienne pas demain synonyme de destin parallèle entre le minotaure tunisien et la figure de l’abjection humaine que fut le Führer nazi. Il n’y a rien de paradoxal à ce que la parenté idéologique de ces deux Guides Illuminés comme les appellent leurs partisans respectifs, soit tellement proche et troublante qu’au point qu’on retrouve dans leurs discours respectifs les mêmes thématiques, celles de la renaissance, la glorification de la mémoire historique quand bien même elle serait apocryphe et insensée, l’exaltation de l’orgueil du sentiment d’appartenance à un groupe ethnique ou à un système de croyance religieuse, l’esprit de combat fécondant une nation puissante ou une oumma fondés sur la même vision messianique et eschatologique, le culte de la pureté de la race et de la foi avec des sociétés débarrassées de ses juifs et de tous ceux qui n’entrent pas dans leurs moules idéologiques, louant et béatifiant l’âme aryenne d’un coté et l’âme islamique d’un autre, prêchant un retour aux vertus morales qui étaient la clé de voûte de leurs grandeurs passées et dont le rétablissement serait la seule voie possible pour faire revivre le mythe de leurs arches perdus, réduisant la femme au seul rôle de pourvoyeuse de valeureux guerriers au service de leurs causes idéologiques etc.
Le monde ne pouvait affirmer à l’époque qu’il ne voyait pas arriver le péril nazi et pourtant il avait feint d’ignorer sa nocivité alors que les coups de tonnerre grondaient dans le ciel allemand depuis 1923, les Tunisiens sauraient-ils se comporter aujourd’hui ou alors passer outre les leçons du passé alors qu’ils ont été victimes des dérives meurtrières de R. Ghannouchi et de certains membres du gouvernement provisoire actuel, dont le Chef est considéré comme terroriste par les autorités allemandes ? Un clin d’œil du destin et ironie du sort ?  Tunisie-Secret Salem Ben Ammar