Archives pour la catégorie terrorisme

Non M. Trump, le terrorisme n’est ni sunnite ni chiite, il est dans l’ADN de l’islam

Ils vont tous fêter le même ramadan, islamistes, fondamentalistes, intégristes, musulmans modérés, musulmans radicaux, chiites, sunnites, djihado-terroristes, salafistes, wahhabites, que des appellations multiples pour nommer l’islam.
Il n’y pas de ramadan pour les uns et un ramadan pour les autres. Tous unis dans le respect absolu de ce pilier fondamental de leur religion. Ils ne font pas de différence entre eux quand il s’agit d’accomplir leurs devoirs cultuels nous devons en faire autant.

Il n’y a pas de musulmans par conséquent à toutes les sauces, il y a une seule sauce pour tous les musulmans. Un seul Coran pour tous, une seule divinité Allah à vénérer, un seul homme Mahomet pour modèle unique et une seule religion à suivre l’islam.

Contrairement aux idées reçues l’islam ne s’accommode pas ils doivent tous s’y accommoder sinon ils ne sont pas musulmans et les non-musulmans doivent en payer le prix comme à Manchester, Paris, Nice, Berlin , Londres, Bruxelles et Madrid, Bali, Bombay et New York autrefois.

Toute manoeuvre laissant croire que le terrorisme est lié à telle ou telle obédience est une vue de l’esprit bien pire encore une apologie de crimes contre l’humanité.

Donald Trump qui n’a fait que brasser du vent pendant sa campagne électorale se ment à lui-même, à moins qu’il n’ait endossé les habits infâmes de l’innocence de l’islam orthodoxe que sa protégée saoudite en est le fer de lance moyennant un cachet de plus de 400 milliards de dollars en voulant faire endosser la responsabilité des attentats terroristes au seul Iran alors que le terrorisme est consubstantiel à l’islam.

Aucune organisation terroriste n’est au service de l’Iran elle est au service de l’islam. Celui qui la nourrit idéologiquement, la conditionne mentalement et l’incite à semer l’effroi dans le coeur des infidèles moyennant sa rétribution dans l’au-delà fantasmé par un délirant psychopathe du nom de Mahomet

Pourquoi le chiffre d’au moins 60 000 djihadistes tunisiens n’est pas exagéré

 
La force de frappe djihadiste de la Tunisie est certainement beaucoup plus importante qu’on veuille le dire.  La machine djihadiste tournait à plein régime dans ce pays pour soi-disant engendrer in fine que 5 à 6000 terroristes.  Un chiffre dérisoire et très  en deçà de la réalité dans un pays où près de la moitié des électeurs votent pour le parti nazislamiste d’Ennahdha promoteur du djihad.
En effet, plusieurs paramètres me laissent à penser que le chiffre en question serait vraisemblable pour les raisons ci-après :
-Entre 2012 et 2015 la compagnie aérienne Syphax créée par un député nahdhaoui spécialement pour les besoins des transports de djihadistes à destination de l’Irak et de la Syrie aurait assuré entre 149 et 172 voyages à bord d’un Airbus 319 pour une capacité de 150 places. Ce qui donnerait pas moins de 22 000 djihadistes envoyés dans la zone Irak-Syrie,
-des milliers de départs volontaires par vols réguliers à partir de Tunis Carthage, Enfidha et Djerba, autant d’aéroports qui desservent la Turquie;
-les départs par voie terrestre à travers la Libye probablement par mer et par air à partir de ce pays vers la Turquie ou directement vers la Syrie et l’Irak;
-les volontaires tunisiens venus directement de France, de Belgique et d’Allemagne que l’on fait passer pour des ressortissants de ces pays,
-et enfin en 2014 l’ancien ministre de la justice de la mouvance nazislamiste tunisienne le dénommé Bhiri  a même avancé le chiffre de 100 000 terroristes en attente de son feu vert pour déferler sur la Tunisie.
Nonobstant les centaines de Tunisiens qui combattent dans les rangs de l’Aqmi, Ansar al-Charia, Fajr Libya, et la Qaïda.
Minimiser le nombre de djihadistes reviendrait à minimiser le danger voire l’occulter et le nier.
Que sont devenus les milliers de fugitifs des prisons tunisiennes au lendemain de la chute rocambolesque de Ben Ali ? Il y a fort à parier que ce scénario était destiné pour alimenter le vivier djihadiste.
Des fois je me demande si la farce révolutionnaire tunisienne n’était pas un subterfuge pour faire de ce pays un pourvoyeur de djihadistes pour la Syrie, le Yémen, le Mali, la Libye, l’Irak et l’Algérie ?

Pour en finir avec le djihad il faut mettre l’islam hors d’état de nuire

Des Anis Amri le dernier né des créatures immondes d’Allah, des Mohamed Merah, des Coulibaly, des frèreKouachi,  des Salah Abdesslam et tous ceux dont les noms glanent dans le musée des horreurs de l’humanité y en  aura toujours. Les vocations terroristes ont un bel avenir devant elles des millions d’autres suivront qui rêvent de mourir en chahid, martyrs pour prétendre aux prébendes divines. Ces exterminateurs ont été élevés dans la couveuse de la haine de l’autre et de soi. Il est ainsi absurde de croire qu’ils ont été pris dans la spirale du radicalisme suite à des séjours en prison ou sur l’internet. Anis Amri, le suspect tunisien de l'attentat au camion-bélier de Berlin, a connu un parcours chaotique classique qui l'a mené au djihadisme.

Comme si l’islam pouvait être au-dessus de tout soupçon et n’était pour rien dans leur basculement dans le terrorisme ? Ces jeunes sont le pur produit de l’éducation musulmane monolithique où dès le berceau on inculque aux enfants des valeurs suprémacistes,  racistes, antisémites, négationnistes, nihilistes, de rejet de l’Occident, de la discrimination sexuelle et religieuse. Un système educatif dominé par le tour religieux où l’on n’apprend pas aux enfants que le monde appartient aux hommes qui le font vivre et prospérer mais pas aux croyances religieuses qui promettent le paradis à ceux qui oeuvrent à sa destruction.

Les sociétés musulmanes ont le choix de sacrifier l’humain sur l’autel de la gloire de l’islam.  Nul idezl

ltra-nombriliste et sectaire où l’on ne peut imaginer et concevoir le monde en dehors de la description qui en est faite depuis le 7 e siècle. Autrement dit de nombreux jeunes musulmans font la lecture de l’humanité non-musulmane à travers la grille de Mahomet qui est le reflet de son aversion de ses opposants, des Juifs et des Chrétiens.

A l’évidence ils sont bourrés de préjugés tellement négatifs de l’humanité non-musulmane qu’elle est pour eux l’ennemie potentielle à combattre jusqu’à la victoire finale.

Enfermés dans des schémas intellectuels et mentaux préétablis et hermétiques où le questionnement et le doute sont interdits.  L’humain n’a pas une existence propre en dehors de la route tracée par celui qui est le vrai maître de sa vie qui décide de tout à sa place. Un pauvre être sans âme et ni volonté propre. Allah fait ses choix qu’ils soient bons ou mauvais pour lui. Il se doit d’obtempérer car il n’est rien qu’une marionnette entre ses mains. S’il tue les incroyants ce n’est pas lui qui les a tués c’est Allah qui en est l’auteur et n’a aucune conscience de son acte.  Ni responsable ni coupable. Il n’a pas exprimé ses regrets et surtout contrôler ses pulsions puisque c’est Allah  n’est qui agit à travers lui. Quand un terroriste passe en action en réalité il est comme un toxicomane sous la forte emprise de la drogue ou un fou sous les effets de ses hallucinations. Il perd toute notion de danger, ni ne mesure les conséquences de son geste ni sur lui-même ni sur les autres.

C’est l’islam qui fait et défait le cours du destin des musulmans. La mort et la vie est entre les mains d’Allah. Les échecs et les réussites c’est lui aussi. Un musulman qui se radicalise soi-disant ne le fait pas de son propre chef c’est Allah qui a fait le choix pour lui.

Il n’y a pas d’islam radical ou d’islam soft. Il y a des musulmans dans le tempo de l’islam que sont les djihadistes et la masse musulmane et qui n’est pas tout-à-fait gagnée par la fièvre de l’islam. En tout état de cause  ils ne se sont pas plus radicaux que leurs coreligionnaires qui maudissent dans leurs prières les juifs et les chrétiens.

Tous les musulmans ne perdent pas pour autant leur humanité après avoir lu le Coran certes mais l’on-t-ils intégralement lu ou se sont-ils contentés de faire l’impasse sur les sourates les plus violentes et qui sanctifient et légitiment les crimes  contre l’humanité ?

Les musulmans allèguent souvent qu’il faut resituer les textes coraniques dans leur contexte de l’époque. Or, non seulement le Coran ne s’interprète pas mais ses préceptes sont immuables et intemporels, valables en tous lieux et ne connaissent pas l’usure du temps. La parole pseudo révélée est éternelle  et seul Allah peut la modifier.

Et ce sont justement ceux que les médias et les hommes politiques capitulards et collabos appellent abusivement musulmans radicaux  qui sont les vrais musulmans contrairement à ceux qui s’affublent du masque de la modération façon Tarek Ramadan ou Dalil Boubakeur les enfumeurs de service qui se mentent à eux-mêmes en étant convaincus que l’islam est évolutif et adaptable.

Ils n’ont pas lu Roméo et Juliette ils se sont enivrés des sourates coraniques qui constituent un puissant catalyseur à leurs prédispositions culturelles et éducatives.

.Ils ne sont en aucun cas des victimes d’un quelconque système ni les enfants de l’exclusion sociale et du mal de vivre dans les cités.

Leur jusqu’au boutisme est en cohérence avec l’histoire de l’islam qui n’a jamais été un hymne à la paix. Des centaines de millions de morts à son actif pour imposer sa loi aux peuples conquis. Ils sont à l’image de Mahomet qui se définissait lui-même comme prophète du carnage. Ce que leur modèle avait fait ils le font. Ils ne sont rien d’autres que les bras armés de l’islam hégémonique, expansionniste et génocidaire. Des Waffen SS de la pire espèce. L’humanité n’est pas prête d’en finir avec leur cauchemar tant que perdurera l’islam. Pour sa propre survie elle doit le combattre comme naguère son clone nazi.

Abel Chennouf-Meyer aurait eu 30 ans aujourd’hui mais le soldat d’Allah Mohamed Merah en avait décidé autrement

 

Afficher l'image d'origine

Aujourd’hui Abel Chennouf-Meyer, l’une des 7 victimes du monstre musulman Mohamed Merah, aurait eu 30 ans. Ayons tous pour lui et les siens une pensée particulière.

Ne l’oublions jamais comme nous devons garder vivantes dans nos mémoires les 6 autres victimes des tueries de Toulouse-Montauban du mois de mars 2012 jamais. Massacrés de sang froid au nom de l’islam.  Une idéologie qui ne devrait être bannie de la surface du globe  et combattue comme nos parents et grands parents ont combattu son clone nazi.

L’islam n’est pas une religion comme les autres, il se sert du sacré à des fins politiques et hégémoniques, un poison mortel pour le monde des vivants et le pire ennemi de la vie qui puisse exister. Abel l’avait payé au prix de sa vie en ce jour maudit du 15 mars 21012 tué parce qu’il était militaire au service de cette France « mécréante » que certains musulmans sont obsédés par sa destruction.

Abel était pour Mohamed Merah son bourreau nazislamiste un taghout, un transgresseur qui n’était pas dans l’adoration et l’obéissance d’Allah et son prophète « Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : ‹Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul›. » [Sourate Al-Mumtahanah, verset 4].

Il est le fils d’un ami cher Albert Chennouf-Meyer, il aurait pu être aussi le nôtre. L’islam ne s’arrêtera pas dans son entreprise mortifère pas tant qu’on continue à le draper dans sa vertu. Abel est mort parce que le Coran l’ordonne. Merah n’a fait qu’exécuter la sentence.

Le nier c’est infliger une nouvelle mort à Abel et plonger les siens dans les affres abyssales de la douleur. C’est se rendre complice de son assassin .

Une pensée aux autres victimes de la barbarie raciste et génocidaire musulmane.

Qu’Abel et toutes les victimes de l’islam soient plus vivants que jamais dans nos coeurs et nos pensées.

Appeler son fils Mohamed Merah est une nouvelle mort infligée à ses victimes et une apologie du terrorisme

Afficher l'image d'origine

Prénommer son fils Mohamed Merah ce n’est pas faire l’apologie du terrorisme, ni un acte négatonniste de crimes contre l’humanité n’est-ce pas ? Mohamed Merah est ce monstre musulman qui a massacré des êtres humains en raison de leur non-appartenance à sa funeste religion dont le fils d’un très cher ami Albert Chennouf Meyer. Cette famille de Nice et certainement pas niçoise devrait être poursuivie devant la justice pénale mais non on préfère laisser parler la justice civile.

Afficher l'image d'origine

Pourquoi ne pas appeler son fils Adolphe Hitler ou les frères Kouachi pendant qu’on y est ? Il faut que le législateur adopte une loi pour interdire des prénoms rendant hommage aux terroristes.

Il est à craindre qu’un jour viendra où des prénoms sentiront le parfum infect des terroristes musulmans. C’est la preuve que certains musulmans n’ont que du mépris pour les lois de la République et se servent des failles juridiques et de ses lois antiracistes pour l’anéantir.

Donner le prénom de Mohamed Merah à son fils est lourd de sens idéologique et n’est pas pour le plomber socialement plus tard, car ce plus tard sera pour eux musulman et ça traduit leur volonté d’imposer leur dictature à la France. Ils savent que le temps joue pour eux et plus personne ne pourrait les contrarier dans leur projet de conquête de cette France qu’ils convoitent depuis Poitiers.Afficher l'image d'origine

Seul un vote citoyen, responsable, souverainiste et patriotique pourrait arracher la France de leurs griffes.

Il eût été souhaitable que tous les leaders politiques qui ont la France en eux se donnent la main dans l’intérêt supérieure de la nation.

L’islam gagne du terrain à cause des divisions politiques et des ambitions personnelles. Plutôt que de rivaliser dans les surenchères courtisanes il faut faire comprendre aux musulmans qu’ils ne peuvent pas être fidèles à citoyens.

Tant que l’on a pas pris à bras le corps le problème de l’islam et mettre des mots sur mes maux les chances de survie de la France sont très minces.

Pour le maître à penser du terrorisme islamique Rached Ghannouchi : »Daech est l’image de l’islam en colère »

Afficher l'image d'origine

L’islam en colère est un pléonasme. Une vue de l’esprit. Il est tout le temps de mauvais poil, incapable de se contrôler. Impulsif, hystérique congénital, tyrannique, écorché vif  et sanguin. Rongé par une crise de nerfs chronique depuis sa naissance il n’a jamais pu canaliser ses pulsions violentes et mortifères. Son mal est incurable. En aucun moment de sa vie il n’a fait preuve de maîtrise de soi et d’apaisement. Toujours le sabre au vent pour décapiter ses opposants. Ruminant sa haine et sa rancoeur pour l’humanité qui n’est pas la sienne.

Intolérant à la frustration il ne supporte pas qu’on ne cède pas à ses caprices. Un dément de la pire espèce.
Atteint de la folie de grandeur et s’enrage pour ne pas avoir le monde à ses sales pattes.

Le jour où il ne sera plus en rogne  et calmera ses ardeurs bellicistes et velléitaires ce sera sa fin.

1437 ans qu’il ne cesse de déverser son venin sur l’humanité, réduisant en cendres des empires glorieux. Pire qu’une meute de fauves  blessés il est grand temps de le faire taire pour que l’humanité puisse enfin  trouver la paix.

C’est un volcan en éruption permanente  laissant échapper de ses cratères des gaz hautement toxiques provoquant près de 300 millions de morts et des dégâts incommensurables sur l’écosystème.  Autour de lui c’est la mort de la vie.

Pourquoi le monde a tout à craindre avec Hilary Clinton

Afficher l'image d'origine

Si Hilary Clinton gagne les élections américaines, ce ne sera pas la guerre mondiale car on y est déjà ce sera l’Apocalypse mondiale avec le retour en force des nazislamistes au pouvoir dans les pays dits arabes et la voie royale pour son comparse Alain Juppé qui avait oeuvré avec elle en 2011 et 2012 à la promotion de l’islamisme modéré.

Trump qui faute de grives on mange les merles se pose comme le seul rempart en l’état actuel des choses pour lui barrer la route et changer la donne en matière de politique étrangère américaine pour en finir avec les 8 années de l’Administration cauchemardesque d’Obama.

Son retour aux affaires aura pour conséquence de catalyser le fléau terroriste et de redonner des couleurs aux Frères musulmans en Egypte tout particulièrement qui ruminent leur rancoeur meurtrière contre Sissi et qui ont juste besoin du soutien américain pour passer à la contre-offensive et plonger le pays dans un chaos indescriptible.

En toute évidence, elle est attendue comme un messie par l’Arabie Saoudite, un des deux principaux bailleurs de fonds avec le Qatar du terrorisme islamique et son plus généreux donateur embourbée dans sa guerre contre le Yémen et qui rêve d’en découdre avec l’Iran pour briser le spectre du Crossant chiite qui a des ramifications au sein même de son propre territoire.

http://www.liberation.fr/planete/2016/07/29/les-embarrassants-donateurs-de-la-fondation-clinton_1469398.

Elle n’a jamais fait mystère de ses velléités bellicistes et son obsession de réduire l’Iran en cendres pour sécuriser les territoires de ses protégés wahhabites et sauvegarder les intérêts américains.

http://reseauinternational.net/hillary-clinton-si-je-suis-presidente-nous-attaquerons-liran/.

Son passage au Département d’Etat coïncide avec les malheurs des peuples syriens, yéménites, libyens, tunisiens et l’aggravation de l’état de déliquescence de l’Irak pour un bilan des centaines de milliers de morts, des millions de réfugiés mis sur la route de l’exil. Un pays comme l’Algérie l’échappée belle prise en tenailles entre la Tunisie entre les mains des islamo-wahhabites en 2011 et 2012 , le Maroc islamiste.

Afficher l'image d'origine

Si la Syrie était tombée et grâce aux deux fenêtres de tir tunisienne et libyennes,  elle était dans le collimateur du Département d’Etat qui sous couvert de ses révolutions du printemps arabe, un nom de code de la stratégie de déstabilisation de la région du Croissant dit Arabe, cherchait à créer des micro-Etats inféodés à un califat islamiste avec à sa tête ses fidèles vassaux turcs, qatariens saoudiens afin de pouvoir mieux asseoir sa politique néo-impérialiste et s’assurer des nouveaux marchés et tout particulièrement se créer des nouveaux débouchés économiques pour son économie à bout de souffle. Nonobstant la main mise sur les gigantesques ressources énergétiques d’un califat intégré, les avantages géopolitiques, géostratégique et financiers que lui offrent un tel projet.

http://www.legrandsoir.info/le-document-secret-qui-prouve-que-le-printemps-arabe-a-ete-provoque-par-les-etats-unis.html

Son rôle très  actif dans l’arrivée des islamistes tunisiens et égyptiens au pouvoir est un indicateur inquiétant quant aux perspectives apocalyptiques de son élection