Archives pour la catégorie Thanatos

Pendant que les islamistes sèment la mort les musulmans modérés font le mort

Afficher l'image d'origine

Les dessous, la face cachée, chercher les vrais coupables, on ne fait que fantasmer et épiloguer sur la théorie du complot depuis 15 ans sur les attentats du Twin Towers. Et pourtant les milliers des victimes sont le vrai visage de ces attentats et la preuve irréfutable que des milliers de vies humaines furent brisées pour étancher la soif de sang humain d’un escadron de la mort portant la couleur de l’Islam.

Elles, elles sont bel et bien mortes et sacrifiées sur l’autel de l’ogre islamiste. Nous avons tous à leurs égards un devoir de mémoire et spéculer sur l’identité des vrais commanditaires et bénéficiaires de cette boucherie qui avait frappé toute la communauté internationale sans distinction de religion et de nationalité revient à infliger une nouvelle mort aux victimes et réveiller la douleur de leurs familles.

Qu’il y ait des zones d’ombres entourant cette tragédie qui portait le sceau de la terreur islamiste cela va de soi mais qui est loi d’être avérées, mais spéculer là-dessus alors que ces morts sont là pour témoigner que le ventre de la bête islamiste est aussi immonde fécond que la bête nazie est un déni de vérité et une profanation de la mémoire de tous innocents qui avaient le malheur d’avoir croisé sur leur chemin de la vie des fanatiques avides de chair humaine.

Nul ne doit nier que jusqu’à preuve du contraire que les auteurs des attentats macabres du 11 septembre 2001 professaient tous la religion musulmane. De même qu’à ce jour aucune voix ne s’était levé dans le monde musulman pour condamner explicitement et sans ambages ni détour cet acte ignominieux qui jeté une tache indélébile sur l’Islam lui-même qui du statut de religion se trouve depuis cette date assimilée à une idéologie ultra-violente, sanguinaire et totalitaire.

Il est regrettable et navrant qu’aucun rassemblement ne soit tenu en hommage aux victimes, ni aucune prière ne soit organisée dans les mosquées pour commémorer la mémoire des victimes. Le sang qui avait coulé ce jour-là était tout simplement humain. Les terroristes n’avaient pas fait de différence au moment de leur passage à l’acte. Les musulmans qui étaient eux aussi endeuillés en ce jour funeste se doivent d’associer aujourd’hui dans leurs prières toutes les victimes de ces attentats que certains de leurs coreligionnaires avaient perpétrés quoi qu’il en soit au nom de la religion musulmane et pour la gloire d’Allah, cette divinité immonde et diabolique.

La dernière parole prononcée par ces monstres n’était-elle pas justement : Allah Akhbar et non pas louange à Dieu ou Haré Khrisna ? Il est évident que les musulmans qui sont souvent les premières victimes de la violence terroriste n’ont pas à endosser une quelconque responsabilité dans lesdits attentats, mais il n’en demeure moins que leur silence trouble n’est guère rassurant quant à leur volonté d’éradiquer la peste terroriste qui prospère en leur sein.

C’est leur absence de réaction virulente et de forte mobilisation contre le fléau terroriste qui laisse à penser qu’ils s’y accommodent parfaitement., validant ainsi le postulat qui ne dit mot consent. Enfin que les djihadistes islamistes aient été manipulés et des simples pantins entre les mains des forces occultes, il s’agit-là d’une circonstance aggravante qui dénote d’une part qu’ils sont des sujets influençables et dénués de volonté propre et d’autre part leur doctrine religieuse dont ils se veulent les vaillants combattants n’enseigne ni le respect de la vie humaine ni le sens de l’honneur. Les terroristes islamistes sont sans foi ni loi, ce n’est pas par hasard qu’ils sont des potiches et des nervis pour leurs vrais maîtres.

La vraie réconciliation des musulmans avec la communauté internationale aura du sens le jour où chaque pays musulman érigera sur son sol un Mémorial en hommage aux victimes du radicalisme musulman. Mais cela relève encore de l’utopie.

Et si l’islam était le vrai culte de la mort ?

Afficher l'image d'origineLe passage dans la tombe est une des quatre étapes essentielles dans la vie d’un musulman qui se décline comme suit : le ventre de la mère, la vie terrestre, la tombe et la vie éternelle. Or, comment les préposés aux services mortuaires musulmans vont-ils s’y prendre après avoir ramassé les milliers de corps à la pelleteuse comme des vulgaires gravats pour donner aux « victimes » de la bousculade de la Mecque une sépulture individuelle censée marquer la transition de la vie terrestre vers la vie éternelle non sans avoir procédé au préalable au lavement des corps qui est obligatoire et à leur positionnement de façon à ce qu’ils fassent face à la Mecque ?

Mourir à la Mecque vaut bien une entorse aux rites funéraires islamiques qui vaut aux « bienheureux » le statut de shahid, martyr, mort non pas sur le sentier d’Allah mais dans sa demeure, même si l’on était écrabouillé comme un rat.

Afficher l'image d'origine

Peu importe le calice de la mort pourvu qu’on ait l’ivresse de crever comme un rongeur sur cette terre de charognards infâmes.
Les pulsions de la mort sont bien le premier pilier de l’islam. Un musulman digne de ce nom n’a qu’un but dès sa naissance être mourir à proximité de la tombe de Mahomet et en accomplissant son hajj, pèlerinage, il ne rêve que d’une chose ne pas renter vivant chez lui. Un aller sans retour. Au point qu’il est permis de se demander si cette bousculade gigantesque et indicible n’était pas provoqué sciemment par les victimes elles-mêmes pour précipiter leur mort.
Un suicide collectif qui ne dit pas son nom mais qui leur permet d’arriver à leurs fins à la grande satisfaction des leurs qui touchent de surcroît le jackpot alloué aux familles par le Royaume du Grand Mal.

Paradoxalement, les autorités saoudiennes se gardent de communiquer sur les modalités des funérailles des suicidés de l’Hadès islamique.. Vont-elles leur donner des sépultures individuelles ce dont il est permis de douter. En effet, les wahhabites enterrent leurs défunts dans des tombes anonymes. Il n ‘est pas étonnant que tous ces bienheureux « suicidés » se trouvent dans une fosse commune non-identifiable.

Ils sont morts pour l’islam et Allah saura reconnaître les siens et les gratifier de toutes ses bassesses et luxures.
Il semble que selon un hadith rapporté par Bukhari (1278) que la purification des corps qui est un acte obligatoire dans les rites funéraires n’est pas indispensable quand des pieux musulmans tombent comme des mouches à la fois.

La mort ne fait pas de différence entre eux Allah non plus Djabir Mahomet enveloppait deux hommes dans le même linceul lors de l’enterrement des tués (de la bataille) d’Ouhoud et il disait : lequel d’entre eux savait mieux le Coran ? Quand on lui désignait l’un des deux morts, il commençait par le placer dans la tombe et disait : je témoignerai en faveur de ceux-ci au jour de la Résurrection. Et puis il donnait l’ordre de les ensevelir ; ils ne furent pas lavés et ne bénéficièrent pas de la prière faite pour les morts. ».

La prière est dite et Allah est tout heureux d’accueillir ces désespérés de la vie dans son grand bordel minable et ses tavernes sinistres.

Quand on a aucun respect de la vie humaine, il est somme toute logique que l’on profane les cadavres et on les enfouit dans la terre comme des déchets ménagers.