Archives du mot-clé Amazigh

L’Afrique du Nord n’est pas arabe n’en déplaise à sa propre population

Afficher l'image d'origine 

Je n’ai jamais fait l’amalgame entre arabe  qui désigne celui qui tire ses origines des tribus d’Arabie et musulman qui est une religion. Parler l’arabe n’identifie pas l’individu à une ethnie. Comme si être arabophone est synonyme d’arabe ou être francophone c’est aussi être français.

Comme je n’ai jamais fait l’amalgame entre un arabe et un syrien, un arabe et un djiboutien, un arabe et un mauritanien, un arabe et un égyptien, un arabe et un palestinien, un arabe et un algérien, un arabe et un irakien, un arabe et un tunisien, etc..

Faire un tel amalgame c’est une insulte à l’histoire  millénaire de ces peuples, nier leur histoire politique, militaire, civilisationnelle, leur identité propre, leur particularisme humain, leur existence pré islamique. Les assimiler à des arabes cela revient à dire que les territoires colonisés par les arabes venus de la Péninsule arabique étaient des terra nullius, des territoires  inhabités et inhospitaliers et les arabes venus en familles les avaient peuplés en y faisant pousser les arbres de la vie,un peu sur le modèle du Far West.

Or, c’est faux et archi-faux. Ces territoires avaient une histoire, une des plus brillantes que le monde n’ait jamais connue,  une culture plurielle et  riche et un peuple entreprenant aux racines biologiques et ethniques multiples.

Ne pas le reconnaître ça équivaut à la reconnaissance explicite d’un crime génocidaire   commis contre ces peuples auxquels les arabes avaient pu se substituer et donner une nouvelle identité biologique à ces territoires. Le salafisme est par définition la négation de toute histoire pré islamique ce qui donne à penser qu’en chaque assimilé arabe sommeille un salafiste en puissance. Comment peut-on effacer d’un seul trait de plume les histoires merveilleuses des Egyptiens, des Assyriens, des Mésopotamiens, des Berbères auxquels on doit la conquête de l’Espagne, des Phéniciens auxquels on doit l’alphabet moderne et la viticulture, etc. ?

La vraie offense c’est de diluer tous ces peuples dans une identité arabe au mépris de leur identité originelle. L’identité d’un peuple est dans sa mémoire historique, toute tentative de l’effacer de sa mémoire est une atteinte à son intégrité culturelle.

Etre arabe n’est rien d’autre que l’uniformisation des cultures par le bas dans un moule liberticide et  négateur du droit à la différence outre le fait de conférer aux arabes issus de la Péninsule arabique un pouvoir exorbitant dû à  soi-disant leur pureté d’origine du fait de leur proximité ethnique avec le Prophète.

Etre arabe, n’est rien d’autre qu’un acte d’allégeance et de subordination à ceux qui le sont ethniquement. Au lieu de se défaire de leurs contraintes linguistiques et religieuses imposées par les envahisseurs arabes, les Nord-Africains font de leur identification à leurs maîtres-colonisateurs la moelle épinière de  de leur état de servitude.

En conclusion, il n’y a pas de quoi être fier de se réclamer de la culture de ses colonisateurs, source de barbarie humaine.

Qu’a t-elle véritablement apporté à ce peuple qui a donné 3 papes à l’Eglise chrétienne avant même que la France ne découvre le christianisme avec le baptême de Clovis ? Rien que ruine, misère, aliénation, paralysie,  assujettissement, inculture et désolation !

On ne fait pas des valeurs rétrogrades et barbares de l’arabo-islamisme un idéal identitaire

On ne fait pas d’une langue et d’une religion imposées par la force de l’épée et l’effusion du sang  et au prix du génocide du peuple amazigh une identité inaliénable pour les Tunisiens. On a pas besoin non plus d’en faire une loi constitutionnelle pour la rendre opposable à tous, comme si elle était un facteur de citoyenneté et d’enrichissement humain. il ne suffit pas de parler l’arabe et de professer l’islam pour être réduit à une portion congrue, un ersatz de l’arabo-islamisme synonyme de colonialisme, d’asservissement, féodalisme, despotisme et d’archaïsme..

Pourquoi les constitutions de l’Amérique du Sud ne font référence ne font pas référence à leur prétendue hispanité ? Ou la constitution française de 1958 ne revendique pas la latinité et l’origine gallo-romaine de la France ?

En quoi cette identité pouvait elle l’expression de l’histoire millénaire et variée des peuples afro-méditerranéens ? En quoi cette identité était-elle porteuse d’idéaux humains et politiques ?  En quoi pouvait-elle contribuer à l’essor de ces peuples dépouillés de leur véritable identité amazigh et judéo-chrétienne ?  En quoi était-elle un vecteur du développement économique et de progrès social ? 1400 ans que cela dure pour faire des peuples libers des peuples soumis et avilis. Des peuples de lumière, ils sont passés à l’obscurité. Des peuples de l’histoire, ils sont devenus des peuples de la protohistoire. Des peuples conquérants, ils sont devenus des éternels dominions.

Pourquoi veut-on faire de ces peuples des arabo-musulmans ce qu’ils ne le sont pas réellement ? Quelle est la véritable signification politique de ce projet de l’arabo-islamisation des sociétés afro-méditerranéennes au point de lui conférer un caractère constitutionnel ?

Parce que ces peuples ne le sont pas assez qu’on veut davantage les arabo-islamiser ou ils né le sont pas du tout qu’on carrément les arabo-islamiser. Mais plutôt que de les affilier à un espace qui n’est pas le leur n’est-il pas plus pertinent de les faire renouer avec leur véritable personnalité historique ? A moins que ce projet n’ait pour dessein de créer le cadre institutionnel de la wahhabisation forcée desdites sociétés et étouffer à tout jamais les velléités de rupture avec une culture négatrice de leur multiculturalisme et pluralité. Que l’on démontre dans ce cas-là si ces populations possèdent le caractère génétique des arabes, ce qui pourrait justifier leur rattachement définitif à cette ethnie qui n’est pas réputée pour son goût prononcé pour le travail et le respect de la dignité humaine.

Un projet aux visées néo-colonialistes, de perte de souveraineté natiuonale et d’acculturation définitive qui se profile à l’horizon de  la Tunisie comme l’Algérie comme le Maroc ainsi que la Libye et l’Egypte  qui ne sont  pourtant pas la propriété de l’arabo-islamisme. Pays millénaires ils n’ont pas été fécondés par les arabes et leur religion impérialiste et génocidaire. Pluriels ils le sont et pluriels ils le resteront. Pourquoi veut-on faire de nous ce que nous ne sommes pas ?

Un tunisien et un algérien ne sont pas arabes et ils n’ont pas à être nationalisés arabes pour qu’ils fassent l’objet d’une O.P.A constitutionnelle, ils sont le fruit du multiculturalisme et des mélanges des peuples et des cultures. Afro-méditerranéens voilà ce qu’ils sont. On ne fait pas de l’identité de la barbarie humaine un idéal démocratique pour ces peuples.