Archives du mot-clé Bachar Al Assad

Ce n’est pas le retour des années 30 qui est à craindre, c’est la politique trop complaisante envers l’Arabie Saoudite et le Qatar

Résultat de recherche d'images pour "images de DAECH EN SYRIE"

Les pays responsables du chaos en Irak et en Syrie sont-ils conscients qu’un jour ou l’autre ils auront à récolter chez eux ce qu’ils ont semé en Irak et en Syrie, dont les attentats du 13 novembre 2015 en sont le prélude,  pour avoir joué la carte de leurs vrais ennemis que sont les islamistes comme ils l’ont fait en Iran à la fin des années 70 ?

Ils ont vraiment la manie de ne pas s’instruire de l’histoire car trop préoccupés certainement par leurs desseins géopolitiques, géo-énergétiques, et mercantilistes.

Faire des islamistes véhicule de la démocratie au Proche-Orient et dans le monde dit arabe c’est comme si l’on faisait de l’Arabie Saoudite symbole de la libération de la femme, une grosse ficelle qui ne doit tromper personne quant à la réalité du jeu machiavélique auquel auquel se livre les pays occidentaux et à leur tête les E.U.

Quand on veut faire pousser la semence démocratique dans cette région du monde qui est par nature inféconde pour ce type de semence on choisit d’autres jardiniers pour la faire fleurir que des interlocuteurs pour qui une bonne terre est une terre lunaire comme celle du désert d’Arabie.

Un choix de casting troublant qui pourrait se retourner contre ses maîtres d’oeuvre auxquels  les maîtres d’ouvrage irakiens et syriens ne leur ont rien demandé.

Des imposteurs qui s’immiscent dans les affaires d’Etats souverains  et ce indépendamment de leur régime politique. Et ce est d’autant plus grotesque et insensé que les supplétifs régionaux que sont le Qatar et l’Arabie Saoudite sont les pires régimes autocratiques qui puissent exister et mes exemples-types des Etats racistes et esclavagistes.

Il faut être naïf pour croire par exemple que la rébellion syrienne  soit une émanation du peuple syrien alors qu’elle est composée de plus de mercenaires venus de plus de 70 pays dans le monde dont une bonne partie d’entre eux sont sortis tout droit des geôles tunisiennes et saoudiennes ainsi que des jungles urbaines  islamisées en Occident, recrutés par les rabatteurs islamistes et formés par des instructeurs occidentaux en Turquie et en Jordanie.Résultat de recherche d'images pour "images de DAECH EN SYRIE"

Plutôt que d’engager leurs propres forcées armées dans un conflit qui néo-colonialiste et qui est forcément désavoué par leur opinion publique, les stratégistes de la Maison Blanche et leurs alliés ont conçu un subterfuge où les mercenaires sont multinationaux  sunnites sont affublés du maque des rebelles syriens.

« Des combattants syriens pour libérer leur peuple du joug de Bachar Al-Assad » selon la propagande médiatique en Occident.  Comme si les djihadistes tunisiens et tchétchènes, premiers contingents étrangers dans cette coalition guerrière transnationale sous la houlette des mondialistes impérialistes pouvaient être syriens ou engagés volontaires  dans cette « guerre civile » mus par un idéal républicain comme les Brigades internationales antifascistes qui s’étaient battus en 1936 et 38  au côté des républicains espagnols contre les  forces rebelles nationalistes.  Ils sont des criminels payés, sponsorisés et endoctriné par l’Arabie Saoudite et le Qatar qui ont financé la plus grosse entreprise terroriste de tous les temps avec l’aval de leurs protecteurs occidentaux.

https://www.investigaction.net/fr/L-Arabie-Saoudite-le-Qatar-et-la/

Des créatures monstrueuses saoudiennes et qatariennes coupables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité qui avaient réduit en amas de cendres la richesse patrimoniale de la Syrie.

Pour dégager Bachar Al-Assad on a plongé son pays dans les limbes de l’histoire.

Les populations occidentales se plaignent de l’explosion des flux migratoires mais se sont-elles inquiétées du sort de ces populations victimes d’un véritable génocide initié et orchestré par leurs propres dirigeants élus démocratiquement et donc avec leurs as- sentiments en les laissant faire ?

Ces populations mises sur la route de l’exil n’ont rien demandé à personne. Elles étaient chez elles en toute sécurité et un jour les dirigeants occidentaux avec la complicité de leurs protégés wahhabites ont fomenté un complot contre leurs gouvernements au nom de la liberté.

Un cynisme crasse que ces populations ont payé au prix de leurs vies.

Le pire est que l’opinion publique occidentale dans sa majorité plutôt que de condamner les crimes contre l’humanité de leurs gouvernements ait pris pour cibles les syriens et les irakiens pour satisfaire ses pulsions xénophobes.

Qu’elle se rassure leur exil a servi d’appel d’air aux clandestins maghrébins et africains d’une part et d’autre part ils ne sont pas nombreux à s’être réfugiés en Occident ils se trouvent majoritairement en Jordanie, le Liban et la Turquie.

Car c’est tellement facile de faire de l’autre son bouc émissaire plutôt que de faire son examen de conscience et de faire son autocritique.

Les vrais artisans de la tragédie du Levant sont les dirigeants occidentaux et leur allié turc, facilitateur du passage des djihadistes et partenaire de leur instruction militaire, ainsi que leurs valets  saoudiens et qatariens qui en encourageant et adoubant les organisations du crime terroriste  se sont pris les pieds dans leur calcul sordide et pervers et qui sont acharnés sur Bachar Al-Assad dont ils voulaient la peau, après avoir eux les peaux de Sadam et de Khadhafi pour les résultats qu’on connaît,  comme si l’alternative proposée, leur marionnette du Conseil National Syrien, était crédible et répondait aux attentes du peuple syrien.

Si cette opinion publique avait pris ses responsabilités historiques par des manifestations populaires et la voie des urnes en 2012 en France et aux E.U. elle aurait peut-être infléchi le cours de l’histoire et aidé à stopper l’hémorragie.

Quand on confie un mandat à son représentant on doit avoir le pouvoir de lui faire comprendre qu’il en un simple dépositaire de la volonté des électeurs.

Un peuple occidental souverain et mûr politiquement aurait fait entendre sa voix avec fermeté et virulence et ne pas rester les bras croisés face à la politique criminelle et irresponsable de ses dirigeants envers les islamistes et leurs bailleurs de fonds et mentors turcs, saoudiens et qatariens qui bénéficient d’une véritable impunité pour propager leur virus létal dans les banlieues islamisées que rien ne semble enrayer jusqu’au jour où il finira de contaminer le reste du territoire.

Il n’y a pas de sauveur du peuple qui tienne car il sera rattrapé par la Realpolitik à moins qu’il ne se laisse aller à une guerre civile avec des risques de déflagration mondiale, il y le respect absolu de la souveraineté des peuples  qui prévaut d’une part et à laquelle sont tenus les dirigeants occidentaux et d’autre part il faut une véritable politique d’indépendance énergétique pour ne plus céder aux caprices de grandeur de leurs affidés wahhabites.

En damant les pions à Poutine en Syrie l’Occident signe son arrêt de mort

Afficher l'image d'origine

Plutôt que d’agir et de circonscrire le feu gigantesque qu’il a lui-même allumé, l’Occident se met à déverser son venin comme si la Russie était la diablesse en personne. Une agitation hystérique qui tranche avec son silence sur les crimes de guerre et crimes contre l’humanité de Daech.
La Russie est plus que jamais le seul rempart contre le danger apocalyptique qui menace l’Occident lui-même-même qui un jour finira par être pris en étau entre les cellules islamistes dormantes en son sein et le déferlement des combattants djihado-terroristes venus de la Syrie si rien n’est fait en amont, autrement dit éradiquer le foyer de feu syrien.
L’Occident a tout intérêt d’appuyer Poutine qui remédie à ses carences et sa frilosité inexplicable à moins qu’elle ne cache un jeu plus pervers et suicidaire qui se traduira tôt ou tard fatalement par la disparition de l’Occident qui ne sera plus l’ombre de lui-même.
Toute attitude hostile à la Russie ne peut-être que suspecte et qui en dit long sur la collusion coupable de l’Occident et les forces djihado-terroristes et confirmer plus que jamais les soupçons qui pèsent sur lui quant à son implication directe dans la création de l’E.I.
Des deux choses l’une soit on laisse l’E.I.poursuit ses oeuvres génocidaires et si Damas tombe c’est la fin inéluctable de l’Occident, imaginez les centaines de milliers de Merah, Coulibaly, Nammouche et kes frères Kouachi qui attendent la bonne occasion pour passer en action, soit on attaque le mal à ses racines pour sauver le Proche-Orient du plus grand péril de son histoire et épargner à l’Occident le bain de sang qui le menace. Poutine fait une oeuvre de salubrité humaine. Que propose l’OTAN comme solution pérenne ? La peau de Bachar.
Il a eu la peau de Kadhafi pour in fine plonger la Libye dans un chaos indicible comme il avait eu dans un passé un peu plus lointain celle du Shah d’Iran pour faire émerger la bête immonde des Ayatollah qui ont fait d’un pays des lumières un pays des ténèbres.
Aujourd’hui l’Occident est entrain de se mettre lui-même en danger de mort s’il ne fait rien pour mettre fin à la chienlit proche-orientale en jouant la carte des pseudos rebelles, les faux-nez de l’E.I.
Il ne suffit plus de critiquer la position française dans la question syrienne, il revient au peuple français de sortir massivement dans les rues pour crier sa colère contre la politique suicidaire de son gouvernement.

A force de jouer avec le feu au Proche-Orient l’Occident est en train de s’embraser lui-même

Afficher l'image d'origine

L’Occident est en train de jouer la sécurité et la pérennité humaine de ses citoyens contre des sombres et sordides desseins géostratégiques, géopolitiques et géo-énergétiques en Syrie. Plutôt que de se coaliser avec les Russes pour éradiquer la peste noire de Daech et pourquoi se débarrasser des deux foyers du terrorisme mondial le Qatar et l’Arabie, il préfère jouer la carte de Deach contre Bachar. Bachar n’est pas le problème, c’est Obama, Hollande et Erdogan qui le sont. L’Occident n’a jamais tiré les leçons de ses échecs passés.

Il s’est débarrassé du Shah d’Iran au profit des islamistes de Khomeiny pour se prendre lui-même les pieds dans le tapis. En cherchant à se débarrasser de Bachar dont certains font un obstacle à la normalisation des relations diplomatiques entre les pays du Golfe avec Israël, alors que la réalité est toute autre comme la question du plateau du Golan par exemple, l’Occident est en train de récolter ce qu’il a semé lui-même avec l’invasion massive de son territoire par des réfugiés de tous bords. Faux et vrais.

L’effet boomerang de sa politique suicidaire ne s’est pas fait attendre.
Sacrifier la paix intérieure chez lui pour une hypothétique paix durable entre Israël et les pays du Golfe qui stratégiquement ne pèsent pas lourds devant l’Egypte d’une part et d’autre part rien ne peut se faire sans un accord de paix entre l’Etat hébreu et l’Autorité palestinienne qui est loin très loin même d’être dans une logique de paix.

L’Occident n’a rien compris à moins qu’il ne soit dans le déni de la réalité pour des raisons mercantilistes et vénales à la versatilité de la mentalité sunnite changeante au gré des opportunités. Aujourd’hui je suis ton « ami » jusqu’au moment où tu t’y attendras le moins je te planterai un coup de couteau dans le d’os.

Bachar Al-Assad, qu’il n’en déplaise à Fabius demeure le seul garant de la pérennité du multiconfessionnelle, multi-éthnique de la Syrie ne saurait être un allié insignifiant pour l’Occident mais qui préfère jouer la carte des meutes de loups sanguinaires et criminelles qui ne rêvent que d’une chose le détruire ainsi qu’Israël. Sa sécurité et celle d’Israël sont tributaires du maintien de Bachar.

L’Occident dont les armes sont dans les mains de Boko Haram, Ansar Charia et l’Aqmi, n’est pas étranger à la création des Talibans, le FIS, Ennahdha, les Frères musulmans, la Qaïda, Daech, le wahhabisme pour arriver au final à créer l’état de chaos partout dans le monde dit arabo-musulman et la chienlit chez lui.

Il es impensable et inimaginable de croire qu’Israël qui a lui-même favorisé l’émergence du Hamas comme contre-poids à l’O.L.P. s’en sortira avec des forces jusqu’au boutistes et extrémistes à ses frontières.

L’Occident doit revoir sa copie de fond en comble avant qu’il ne soit trop tard pour lui. A chaque fois qu’il souffle sur la braise des foyers de feu jamais éteints au Proche-Orient il est le premier à s’exposer aux nuages de fumée.
La France en a déjà fait les frais avec les années de braise en Algérie et la guerre civile au Liban. Elle doit en toute logique s’attendre au pire dont les signes avant-coureurs se font d’ores et déjà sentir.
Il vaut mieux pour l’Occident des despotes éclairés et humains que des alliés illuminés et théocratiques qui veulent exterminer l’humanité au nom de leur religion.

Que la France sache que ceux qu’elle soutient en Syrie sont les mêmes qui sèmeront la terreur chez elle demain

Les mêmes djihadistes qui endoctrinent  dans ses cités islamisées ses enfants mineurs et ses convertis pour les transformer en bombes humaines, kidnappent et tuent des ressortissants et des soldats français en Afrique sont ceux-là-mêmes que la France arme en Syrie et auxquels elle apporte son soutien diplomatique au prétexte de libérer le peuple syrien du joug de Bachar Al Assad comme s’ils étaient des volontaires  républicains pour combattre le franquisme, auquel un jour elle lui rendra hommage pour l’avoir sauvé de l’effet boomerang de sa politique schizophrène, perverse, incohérente et masochiste..Et là où le bât blesse, c’est moins l’ambivalence du gouvernement français qui fait désordre, que le silence troublant de l’opinion publique en France. Indifférente, apathique et indolente.

Au lieu de manifester son désaccord total avec cette politique suicidaire et irresponsable initiée par Sarkozy et poursuivie par F.Hollande, elle fait comme si de rien n’était.

Elle ne peut pas continuer à faire l’autruche et laisser F. Hollande mener une politique incohérente et décrédibilsante pour la France, dont elle la première victime.

En effet, ce n’est pas l’appui de la France à la multinationale du djihad en Syrie qui a calmé les ardeurs combattantes de sa filiale au Mali qui détient des otages français qu’elle menace d’exécuter d’une part ou a permis de mettre un bémol sur les appels aux meurtres des français partout dans le monde au nom de la guerre sainte.

Ce n’est pas non plus cette aide active aux terroristes qui a empêché la prise d’otages de cette famille française au Cameroun par les islamistes nigérians membres de la secte de Boko Haram dont une faction est présente en Syrie.

La multinationale terroriste est une et indivisible. Homogène et cohérente tant dans son mode opératoire que dans sa substance idéologique. Un djihadiste qu’il soit dans les cités françaises, au Mali, en Tunisie ou en Syrie, reste un djihadiste mû par les mêmes ressentiments contre la France et l’Occident.

Lui au moins est cohérent dans son attitude à l’égard de ce qu’il appelle les mécréants. Tout ceux qui n’ont pas un caractère musulman sont ses ennemi potentiels. Jugés par le coran comme des êtres impurs et infréquentables qu’il doit soit exterminer soit convertir.

Purifier la terre de toute présence non-musulmane afin d’y instaurer un ordre mondial sous la seule autorité des seuls musulmans, telle est le sens de la mission dont se sent investie le djihadiste.

Alors qu’une vigilance extrême s’impose à travers des manifestations de rues et des campagnes médiatiques pour interpeller le gouvernement français sur sa politique à géométrie variable marquée par l’absence d’une ligne de conduite homogène et ferme à l’égard du djihadisme, l’opinion publique française se complaît à applaudir l’intervention militaire au Mali tout en se gardant de condamner l’aide militaire apportée par la France aux forces djihadistes.

C’est moins F.Hollande resté fidèle aux mauvais choix politiques de Sarkozy responsable du chaos libyen qui est à blâmer, que l’absence inexpliquée de réaction de la part de l’opinion publique française.

Elle persiste à ignorer que les armes qui tuent les soldats français au Mali sont celles-là-mêmes qui avaient été livrées par Sarkozy aux pseudos rebelles libyens qui sont la cause des tourments du paisible peuple libyen, plongé depuis dans un état de chaos indescriptible.

Et comme l’histoire est un éternel recommencement, il y a fort à parier que les armes livrées par F.Hollande aux pseudos rebelles syriens ne finiront pas par frapper les français eux-mêmes au coeur de la France dont les signes avant-coureurs sont de plus en plus perceptibles infestées par des prédicateurs-recruteurs de chair à canon pour propager la parole d’Allah au prix de la destruction de la vie humaine.
La France doit savoir qu’en soutenant les rebelles syriens se fait délibérément complice du djihad musulman qui doit être banni de la surface de la terre comme autrefois avec le nazisme pour crime contre l’humanité. Après avoir capitulé devant son bourreau nazi, elle elle est en passe de récrire elle-même cette page infâme de son histoire où l’humiliation et le déshonneur furent ses seuls faits d’armes, en substituant au bourreau d’hier le bourreau djihadiste qui ne fait pas pourtant le poids en tous points de vue devant l’ennemi nazi.
Forts de leurs convictions cosmiques et messianiques, les djihadistes continueront à être dans un état de guerre permanent contre tout ce qui n’est pas musulman. Leur combat ne cessera tant que la terre entière n’est pas islamisée. Pour eux la France comme les autres pays non-musulmans et les pays musulmans eux-mêmes qui aspirent à la démocratie ne devront pas échapper à leur destin musulman que les turco-wahhabites caressent l’espoir de pouvoir un jour intégrer dans le 6 e Califat.Ne pas prendre en compte de cette prophète cosmique, cela reviendra à creuser sa tombe avec ses propres mains.