Archives du mot-clé calomnie

Le Pen est peut-être parti mais ses idées politiques sont toujours présentes au FN

Je ne suis pas un rabat-joie mais les porte-flingues de Marine  le Pen qui ferait mieux de cesser de railler ses adversaires politiques ne feront pas le poids face à des adversaires rompus au débat public. Ils devraient travailler leur argumentaire et ce n’est pas avec leurs sous-entendus douteux sur le plateau de BFM le soir de la primaire des Républicains  qui visaient nommément Fadhila Amara et Frédéric Mitterrand comme s’ils étaient des gros nuages dans le ciel de François Fillon qu’ils vont pouvoir séduire les électeurs viscéralement hostiles au FN.

Le FN  a du mal de passer du parti de la calomnie et des attaques contre les personnes et les minorités à un parti réellement républicain et respectueux de ses adversaires politiques.

Le jour où le FN entrera dans les rangs il ne sera plus le même et n’aura plus rien à vendre aux Français.  Et nombreux sont ses électeurs qui pourraient réintégrer leurs familles politiques d’origine au moindre faux-pas. On oublie qu’ils sont versatiles et ambivalents. Ils utilisent leurs bulletins de vote comme carton rouge aux élections locales et se montrent plus réfléchis et prudents aux élections nationales. Que l’état-major du FN ne se voie pas trop en haut de l’affiche

Passer de 7 millions qui restent un chiffre théorique à ai moins 15 millions d’électeurs pour gagner la partie il y a un gap énorme  à franchir autant traverser l’Atlantique à la nage. Il faut qu’il soit conscient que les Français sont majoritairement républicains.  Ils voteront  en 2017 comme en 2002.

On n’attire pas les électeurs en stigmatisant les personnes en raison de leurs origines et orientations sexuelles. La violence morale est le propre du faible quand il n’a rien à proposer. Quand on se veut un parti apaisé on ne fouille pas dans la poubelle et attention au retour du bâton.

Les adversaires sauront s’en souvenir le moment venu.

Que vaut l’honneur de l’islam et du prophète à côté de la Tunisie et de son peuple ? Rien et pourtant

 
Pour en finir avec les injures de caractère public dont les tunisiens sont victimes depuis 3 ans souvent de la part des islamistes et leurs nervis du C.PR. et de leurs hôtes étrangers représentants du syndicat de la barbarie nazislamiste, il serait judicieux de créer une association de défense de l’image du pays à même d’acter en justice pour les droits au respect de l’intégrité morale du pays.
Jamais un peuple n’a été aussi sali  et calomnié dans son histoire que le peuple tunisien. Et ce n’est pas en se murant dans le silence que l’on peut faire avaler leur langue aux ennemis de la Tunisie.
Il est inadmissible et intolérable qu’un terroriste mauritanien puisse se permettre en toute impunité de traiter les tunisiens de fils de pute. C’est plus que des excuses publiques que l’on doit exiger de ce représentant syndicat du crime organisé, c’est une condamnation pécuniaire pour offenses publiques et propos attentatoires à la dignité et l’honorabilité de tout un peuple avec une interdiction définitive du territoire tunisien à durée indéterminée.
Jabeur Mejri qui n’a vitupéré personne ni écorné l’image de quiconque ni blessé le peuple tunisien dans son orgueil national, s’est vu condamner à 7 ans et demi de prison. Une justice qui se trahit elle-même pour son propre désamour pour la Tunisie et son inféodation à ses ennemis;
Aujourd’hui humilier et injurier tout un peuple vaut à l’insolent les honneurs du Palais de Carthage.
L’islam et son prophète ont le droit à la protection de leur image alors qu’ils n’ont mandaté personne pour les défendre contrairement à la Tunisie qui a une âme, un amour propre, et une identité qui fait sa fierté, autant d’arguments palpables pour justifier des mesures appropriées en cas d’atteintes délibérées au sentiment national. Une patrie se vit à travers son peuple et vice-versa. On ne peut se faire le défenseur de l’islam tout en jetant l’honneur d’une patrie et de son peuple en pâture aux chiens.
Il est temps que cette campagne d’ordures langagières déversées sur la Tunisie cesse.
Que les tunisiens qui se plaisent aussi à dénigrer ce peuple sachent  qu’ils ne gagnent pas du crédit dans le discrédit et qu’ils ne font que s’insulter eux-mêmes. Quand on cherche à dévaloriser l’image de son peuple, ce n’est pas qu’un acte antipatriotique, c’est sa propre dignité qu’on jette aux orties.
Qualifier les tunisiens de peuple de « tahanas », cocus, c’est faire un aveu de ce qu’on est soi-même.
La Tunisie n’est pas un défouloir sur lequel on vient évacuer la haine de soi.
Que le législateur tunisien qui s’inquiète de l’image de la religion musulmane fasse preuve d’impartialité et d’équité en s’inquiétant aussi de la réputation de son pays auquel il doit tout. On ne peut pas éprouver de l’émotion parce que le prophète a été l’objet de dérision, et se réjouir des offenses faites à la patrie et au peuple dont il fait lui-même patrie et payé par lui pour défendre entre l’honneur national.
Quand on de l’amour pour sa patrie, on a du respect aussi pour les autres pays. De même qu’on ne laisse pas piétiner son image et laisser des étrangers indignes tel Majdi Ghanim ou ce djihadiste mauritanien donner libre-cours à leurs inimitiés anti-tunisiennes sur le sol national