Archives du mot-clé charia

Les vrais musulmans n’en ont que faire des lois de la République

Résultat de recherche d'images pour "photos des musulmans de France"

Près de 30% des musulmans en France sont des pro charia indéfectibles qu’ils placent au-dessus des lois des hommes, l’on peut supposer ainsi qu’ils n’ont que mépris et irrespect pour les lois de la République, sauf pour les détourner en leur faveur.

Le vrai péril pour la France est moins les pesticides dans nos assiettes que ces islamistes qui voudraient lui imposer un jour la loi de l’islam et qui mènent sabre au vent  des offensives tout azimut qui sont autant de vagues d’assaut répétées et incessantes de nature terroriste, judiciaire, médiatique, communautariste, religieuse, toutes coordonnées entre elles et dont la finalité est de miner ses fondements républicains et civilisationnels jusqu’à ce qu’elle plie sous ses coups de boutoir.

http://www.lemonde.fr/religions/article/2016/09/18/une-enquete-de-l-ifop-offre-un-portrait-nouveau-des-musulmans-de-france_4999468_1653130.html

30% ne font pas la majorité, mais leur chiffre est loin d’être négligeable et ne signifie pas pour autant non seulement qu’ils ne sont minoritaires pas aussi minoritaires qu’on ne le croit. Il y a toujours  70% des musulmans qui sont ou plutôt qui seraient ouvertement pour les lois de la République. Loin s’en faut, car un vrai musulman est par définition celui qui ne reconnaît que la seule loi de l’islam. Et par conséquent ces musulmans qui donnent l’impression qu’ils sont républicains ne sont pas aussi républicains qu’on ne le pense.  Ces 70% sont un chiffre en trompe l’oeil car ils ne reflètent aucunement leur pleine adhésion aux valeurs de la République et si un jour ils devraient faire le choix entre l’islam et la France, la question ne se poserait même pas et c’est la France qui ferait les frais de leur choix.

Ils ne doivent pas donner le sentiment aux Français que tous les musulmans éprouvent une inimitié à la France. Ils doivent se montrer rassurants en attendant qu’ils soient en position de force pour faire tomber leur masque. Ils avancent à petits pas à visage couvert et font tout pour ne pas éveiller les soupçons sur le potentiel de danger que les musulmans présentent pour la France. Faire semblant et laisser croire à l’autre ce qu’on est pas véritablement.

A n’en pas douter, le jour venu ils s’aligneront sur leurs frères pro charia.  Ils savent qu’ils ne peuvent pas être musulmans et défendre des valeurs incompatibles avec l’islam. Ces 30%  sont surtout un indicateur sur le niveau du danger actuel du péril qui plane sur la France. La côte d’alerte à l’échelle Richter du terrorisme musulman.

L’émoi suscité au sein de la communauté musulmane de l’affaire  Tarek Ramadan,  l’idole de la France des mosquées et d’une partie de la jeunesse connectée de confession musulmane,présenté comme une victime d’un complot ourdi par les ennemis de l’islam,  est en soi un indice qui permet d’évaluer le niveau du rejet des musulmans de tous bords des valeurs de la République.

Laissant ainsi apparaître, à travers le soutien troublant de certaines figures de l’islam affublé du masque de la modération, que la frontière entre les islamistes et leurs frères est aussi invisible qu’entre deux gouttes d’urine de chameau.  Les clivages s’estompent dès que l’on touche aux symboles forts de leur communauté.

Les musulmans sont musulmans d’abord et n’en ont que faire des valeurs qui ne sont pas d’essence musulmane.  et les clivages s’écroulent dès que l’on touche aux symboles forts de leur communauté.

 

En exigeant le certificat de conversion, la Tunisie viole la Convention de New York du 7 nov. 1962

Je suis tombé des nues quand une Tunisienne m’a contacté dernièrement pour me faire part de son problème qui semble la plonger dans un grand désarroi. A savoir le refus des autorités de son pays de reconnaître la validité de son mariage conclu en France pour défaut de certificat de conversion de son conjoint français.

Dès lors que son mariage est valable en France qu’est ce qu’elle en a à  fiche de son statut marital dans un pays obscurantiste dirions-nous ?

Mais aux yeux des autorités de son pays elle reste célibataire. A priori l’extrait de l’acte de naissance tunisien ne fait pas mention de sa situation maritale et continue à être considérée comme célibataire. Sans le certificat de conversion de son conjoint elle n’existe pas maritalement.

http://www.huffpostmaghreb.com/2017/03/30/diwan-iftaa_n_15704094.html

Et si jamais elle se rend en Tunisie en compagnie de son conjoint non-musulman et se fait arrêter par la police des mœurs de son pays elle pourrait s’exposer à des poursuites pénales pour actes de prostitution aux termes de l’Article 231 (Nouveau code pénal):

« Hors les cas prévus par les règlements en vigueur, les femmes qui, par gestes ou par paroles, s’offrent aux passants ou se livrent à la prostitution même à titre occasionnel, sont punies de 6 mois à 2 ans d’emprisonnement et de 20 à 200 dinars d’amende.
Est considérée comme complice et punie de la même peine, toute personne qui a eu des rapports sexuels avec l’une de ces femmes; »

Assimiler une femme mariée ou en union libre avec un non-musulman à une femme qui fait commerce de son corps est la pire atteinte à sa dignité humaine. Aliéner la liberté de la femme de choisir son partenaire au nom du sacré en dit long sur les mœurs rétrogrades et ses coutumes liberticides et scélérates d’une part et d’autre part c’est faire du non-musulman un paria, un humain entièrement à part qui pour pouvoir aspirer à la main d’une musulmane doit embrasser l’islam. Comme si le fait d’être musulman lui confère un statut d’humain à part entière et donc l’égal d’un musulman.

L’honneur de l’islam est sauf en ayant gagné des nouveaux soumis sous la contrainte qui est un motif pourtant de nullité dans le droit positif.

Mais le jour où l’islam fera fi de ses lois abscons, insensées et ineptes et apprendra à se cantonner dans sa seule sphère cultuelle il ne sera plus islam. Et à cause des pays comme la Tunisie qui en font la religion d’Etat et d’arbitrer en sa faveur en cas de conflits avec la liberté de conscience, il aura tout le loisir d’imposer sa dictature aux hommes.

Les femmes continueront à ne pas avoir voix au chapitre et subir en toute légalité musulmane l’oppression des hommes seuls maîtres du choix de leurs conjoints comme le prévoit le Coran.

Ces femmes musulmanes qui bravent les interdits en s’unissant avec un non-musulman ne sont pas légion dans les sociétés musulmanes. Le contrôle social est tel que toute tentative de résilience l’expose aux pires châtiments comme au Pakistan, au Soudan et en Afghanistan.

Dépourvues de leurs facultés intellectuelles et mentales selon le Coran et elles ne sont donc pas en mesure d’exercer leur libre-arbitre.

Il n’en demeure pas moins que l’islam ne peut aller à l’encontre des traités internationaux et un pays comme la Tunisie se doit de les respecter quels que soient les motifs à moins qu’elle ne les dénonce. Mais tant qu’elle en est liée elle ne peut se prévaloir pour se soustraire à ses obligations. Et dans le cas d’espèce, exiger un certificat de conversion à ses ressortissantes mariées ou en passe de l’être avec un non-musulman c’est se rendre coupable d’une forfaiture juridique et violer de manière flagrante  la Convention de New York du 7 novembre 1962, ratifiée en 1967 par son Parlement, qui interdit aux Etats signataires toute forme de discrimination à l’égard de leurs femmes dans le choix de leurs conjoints à raison de leur race, leur religion ou autre.  Ainsi une Tunisienne est en droit d’épouser qui elle veut sans l’hypothèque de l’islam.

N’en déplaise aux gardiens du Temple musulman qu’en cas de conflits de normes juridiques nationales et internationales, alors qu’aucune loi interne ne prévoit l’obligation du certificat de conversion, c’est la norme internationale qui prime :

« …la  Convention de Vienne sur le droit des Traités de 1969 entrée en vigueur à compter du 27 janvier 1980, devait formellement le reconnaître – bien que d’une manière « oblique ». L’article 27 de cette Convention dispose en effet que : « Une partie ne peut invoquer les dispositions de son droit interne comme justifiant la non-exécution d’un traité ». in

http://pedone.info/di/Carreau-Marrella_Chap2.pdf

La Tunisie n’a aucun argument à faire valoir en cas de saisine de la Commission des Droits de l’Homme des Nations-Unies.

Si les musulmans « modérés »avaient un fond d’humanité en eux ils devraient quitter l’islam

Il n’y a que les musulmans qui veulent tordre le cou à la réalité des faits. Ils peuvent toujours brandir à chaque fois que leurs  frères djihadistes plongent le monde dans l’horreur leurs  fameux versets de paix et de respect de la vie humaine pour faire leur numéro d’illusionnistes ,  mais ils ne peuvent plus duper personne, car ces versets  sont d’une part contredits et abrogés  par d’autres qui portent en eux tous les germes destructeurs de l’humanité et d’autre part ils sont une grosse couleuvre qu’ils veulent faire avaler à l’opinion publique de plus en plus réfractaire et hostile à l’islam.  Une fable mahométane.

C’est l’islam qui appelle à la mort des infidèles et remplit de haine le coeur.  des siens.  C’est lui qui arme la main de leurs frères djihadistes et qui fait d’un voyou un monstre d’inhumanité et une bombe humaine. Ce sont des musulmans qui mettent en péril la pérennité de l’humanité. L’islam ordonne et les musulmans exécutent.

En se proclamant de lui, ils sont  tout autant coupables que les leurs qui mettent en musique les préceptes coraniques.

Leur silence et leurs dénégations pathétiques  quant à la haute toxicité de leur bolet de Satan islamique sont autant d’aveux  de culpabilité et les preuves morales de leurs implications directes dans les plus de 30 000 attentats terroristes  depuis le 11 septembre 2001.

En faisant le choix de la voie de l’islam et d’y rester,  ils doivent assumer les crimes des leurs qu’ils sont tenus de leur venir en aide et les soutenir, comme couvrir leur cavale de Salah Abdeslam  Molenbeek par exemple,  victimes ou coupables,  comme leur enjoint leur modèle Mahomet, ce prophète du carnage, de la terreur, de la perversion morale, du racisme, de l’antisémitisme, du pillage, de l’intolérance, du nombrilisme,  et du crime contre l’humanité.

Abjurer l’islam, faudrait-il qu’ils soient lucides,  dotés d’esprit critique, rationnels,  jouissant de leurs facultés de  discernement et se comportent en êtres raisonnables et raisonnés, pour y arriver, et encore moins le courage et la volonté de le faire.  L’islam a tué chez eux le sens de valeurs  humaines  et du respect de la vie et a anéanti leurs facultés de résilience.  Faisant de la résignation le chemin de la félicité et de la mort un idéal de vie.

Le vrai musulman est celui qui ne s’oppose pas aux injonctions divines et doit les appliquer à la lettre et quand bien même elles pourraient le heurter il n’est pas en droit de faire jouer sa clause de conscience dont il est de surcroît dépourvue. Que ce soit mal ou bien,  il n’a pas à décider de ce qu’il doit faire ou non,  Allah est maître de son choix  : « Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vus aimiez quelque chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allah qui sait, alors que vous vous ne savez pas »( S. 2, V. 216 ).

Comme tout bon serviteur, il n’a pas à comprendre le sens du message ni en mesurer les conséquences sur lui et son entourage.  S’il ne veut pas subir le sort réservé aux mécréants,  il n’a point de salut que dans l’obéissance  (S. 8.V.13).

Quelle que soit la gravité de son acte, il n’a pas à en assumer la paternité.  Il a l’absolution et l’immunité  d’Allah.  Il peut avoir commis les crimes les plus abominables,  il est épargné par le jugement d’Allah : »Ce n’est pas vous qui les avez tués, mais c’est Allah qui les a tués ».  (S.8, V.17)

On peut en déduire ainsi quand un terroriste musulman pose une bombe dans une gare, ce n’est pas lui qui l’a fait, c’est Allah en personne qui l’a fait.

Ainsi, il est permis  d’en déduire en toute logique coranique que c’est lui qui est le véritable poseur des bombes ce de jour à l’Aéroport de Bruxelles et la station de métro de Molenbeek. pour un bilan provisoire de 28 morts et 150 blessés.

En résumé, Allah est un terroriste autoproclamé, qui a la franchise de ne rien cacher sur sa nature ultra-violente et ses pulsions meurtrières, contrairement à ses esclaves qui ne sont ni  responsables ni coupables.  Ils s’effarouchent dès qu’ils sont mis en cause  et nient tout en en bloc en dépit de toutes les preuves qui les accablent.  Ils sont comme ça sinon ils ne sont pas musulmans. Ils  sont   persuadés que le mensonge n’est pas mensonge quand ils se le répètent d’abord à eux-mêmes, et plus il est gros, grotesque et grossier, plus ils sont convaincus qu’il est vérité et qu’ils peuvent la rendre ainsi opposables à autrui qui doit l’accepter en l’état pour ne pas froisser leur bonne foi

Elevés dans la culture de la falsification de l’histoire,  de l’affabulation et de l’imposture, ils n’acceptent pas la contradiction et la vérité des faits et quand ils se font attraper le couteau de boucher à la main et la victime agonisant à leurs pieds baignant dans une marre de sang, ils clament leur innocence et crient au complot.

Eternelles victimes, mais de leur propre mauvaise foi, de leurs délires hallucinogènes dus à leur intoxication quotidienne par leur bolet de Satan  et de leur idéologie criminogène.

Asont pas en réalité l’oeune des médias pas pour leurs découvertes scientifiques, technologiques ou exploits sportifs mais pour leurs crimes abominables et les menaces qu’ils font peser sur l’humanité ?
Leurs coreligionnaires n’ont pas le droit de nous emberlificoter avec leurs airs du petit Rom dans les métros parisiens qui quémandent une pièce aux passagers tout en cherchant de les délester de leurs portefeuilles, ils doivent cesser de se mentir à eux-mêmes et nous dire que ces performeurs des crimes contre l’humanité, il est difficile de qualifier autrement les actes terroristes, qu’ils n’ont rien à voir avec leur religion. Alors nul n’est en droit dans leur religion d’établir un verdict de cette nature qui est du seul pouvoir de leur grand maître.
Ils ne peuvent nier qu’ils s’abreuvent aussi bien qu’eux aux mêmes sources et mettent en musique la même feuille de route qu’eux.
La réalité est toute autre et c’est celle qu’ils veulent nous dissimuler, ceux qu’ils désignent par transgresseurs sont le MISSILE et eux ils en sont la RAMPE de LANCEMENT.

A chacun ses fonctions et son rôle dans cette guerre non-conventionnelle contre le reste du monde.

Si vraiment ils avaient le souci du bien-être commun de l’humanité, ils devraient être non seulement les premiers à nettoyer leurs écuries nauséabondes et avec un peu de courage et de lucidité ils auraient quitté cette idéologie infâme trop lourde à porter. Ils devraient avoir d’eux-mêmes et de se proclamer des valeurs mises en lumière par des soi-disant intrus et égarés qui défigurent leur ignoble foi.

Mr Valls, la priorité n’est pas l’islam et les musulmans, c’est la France et ses citoyens

Quand des musulmans, ni terroristes ni djihadistes, tuent au nom de l’islam en vertu des prescrits coraniques, une sorte de contrat social, ceux qui sont différents d’eux, s’agit-il oui ou non d’un crime crapuleux de caractère raciste ?

Les 6 spots « Tous unis contre la haine » qui auraient dû s’intituler « Tous unis contre le péril terroriste musulman » sont symptomatiques de la « dhimmitudification » à marche forcée de la France.

Elle n’a d’yeux que pour eux, ne jurent que par eux. Elle leur concède tout sans contre-partie. Traités comme des seigneurs avec tous les privilèges dus à leur rang alors qu’ils sont encore au stade d’esclaves. Adulés, courtisés et couvés comme s’ils étaient des sauveurs tant attendus. Il ne faut surtout pas les froisser de peur de les perdre.

Il est très mal vu aujourd’hui de se faire l’avocat de la France en proie au péril musulman, sous peine d’être puni par les lois de la république au service de l’islam.

Nous devons tous nous aligner tous derrière cet islam de France devenu la priorité absolue de Manuel Vals pour qui la France est un accessoire, plus Grand Vizir que Premier Ministre, qui rêve d’un islam tricolore pour y diluer l’identité française. Ce n’est pas aux musulmans de s’adapter à la France, c’est aux Français de se plier aux lois de l’islam, à leurs moeurs, us et coutumes rétrogrades d’un autre âge et qui sortent tout droit du monde des ténèbres.

Il faut honorer les musulmans et les combler de toutes les faveurs plaident d’une seule voix leurs collabos-bobos-gauchos et sarko-juppéistes islamo-compatibles. « Ils sont une chance pour la France n’en déplaise aux Français », il ne faut pas la gâcher et surtout ne pas s’aventurer à troubler les épousailles. Les Français ont chassé l’Eglise pour la remplacer par la mosquée.

Malheur aux opposants à ce mariage contre-nature où la mariée offre sa vie pour faire de la mort son nouvel idéal de vie rien que pour devenir sa 58 e concubine.

Tout doit être fait pour faire de ce mariage une réussite exemplaire afin de l’essaimer dans tout l’Occident en attendant l’étape finale du grand mariage planétaire entre l’islam et le monde entier.

Quant aux actes d’inimitiés terrifiantes exprimées par la progéniture de l’hydre islamique,elles ne sont en réalité que le témoignage d’une affection toute particulière pour la future épouse française.

Une marque d’amour que dénigrés par des esprits malveillants, aveuglés par leur jalousie les font passer pour des crimes terroristes de caractère raciste.

Les musulmans sont intouchables et l’islam est au-dessus des lois de la République qui n’en ont pas encore pour longtemps pour céder la place à la charia qui sera mieux adaptée et plus digne pour régir la vie du couple islam-France.

Ainsi, il est recommandé d’éviter d’évoquer les sujets qui pourraient nuire à la réalisation de ce mariage tant attendu depuis 14 siècles alors que maintenant à l’entrée de la ligne droite et les bans vont être publiés incessamment sous peu.

Les opposants farouches au mariage veulent qu’on dise la vérité aux Français sur les conséquences tragiques d’une alliance qui signe la mort de la France. Des oiseaux de mauvais augure et des racistes. Comme si l’islam est générateur d’une race humaine dotée de ses propres caractéristiques biologiques, alors qu’ils auraient aimé une campagne axée sur les carnages de Toulouse-Montauban, du Musée de Bruxelles, de Charlie Hebdo, de Vincennes, du 13 novembre 2015, le métro de Molenbeek et l’Aéroport de Bruxelles, qui ciblaient des êtres humains en raison de leur incroyance dans la religion musulmane, leur mode de vie, leurs origines et leur appartenance religieuse. Ils passent en pertes et profits et nos entremetteurs ne vont pas sacrifier l’image de l’islam pour si peu.

Il faut que le prétendant soit drapé dans sa vertu et ne dire que du bien de lui. Ne jamais établir un parallèle entre Mein Kampf et son brulot de haine et d’incitation à l’extermination de l’humanité qui n’est pas de son bord.

Le Coran plaide de lui-même en faveur de l’annulation de ce projet d’épousailles qui tient à coeur à notre futur Grand Vizir qui veut rendre dissoudre la France dans le bain acide de l’hydre islamique.

Au cas où les entremetteurs de service l’ignorent, le racisme est le refus catégorique des musulmans de se plier aux lois de la République. S’ils étaient vraiment dans le respect des règles du bien-vivre ensemble pourquoi arboreraient-ils alors des signes ostentatoires qui marquent leur appartenance à un système idéologique porteur en lui tous les germes de la destruction de la République ?

Qui est raciste celui qui piétine et bafoue les lois de « son » pays d’accueil qui ne l’a pas bien souvent invité d’y venir ou celui qui exige que son nouvel environnement s’adapte à lui ? Personne ne lui demande de s’y fondre, juste de le respecter.

Ras-le-bol des compromissions et des compromis qui sont en train de creuser la tombe des nations qui confondent islam et non-violence. L’islam n’est pas plus innocent qu’un cobra assoupi. On loue sa gloire et on condamne ses ennemis pour incitation à la haine raciale.

L’islam veut une humanité à son image, le néant !

La France ne s’est pas suicidée elle gagne ses galons de catin de l’islam

La mécréante Licra fait du charme aux nobles musulmans aussi imperturbable qu’un saoudien devant une poupée gonflable. Elle a commis un sacrilège   en faisant condamner indirectement Allah pour un écrit dont il est lui-même pour incitation à la haine de ses propres ouailles.  Allah n’a plus désormais le droit de remonter les kamis à  ses créatures sous peine d’être condamné pour d’essuyer le courroux de la justice humaine. Le comble de l’insulte pour lui.

Mais nul est au-dessus de la loi. C’est un justiciable comme un autre et il a été  jugé en vertu de la loi de 1881 qui ne lui reconnaît pas le droit dinvectiver crument ses créatures qui se servent de lui comme paravent pour donner libre-cours à  leurs pulsions charnelles. Il en a ras-les-minarets de voir son nom sali sans arrêt et ses esclaves se défaussant sur lui pour ne pas répondre de leurs actes ignominieux. Ils ne sont ni responsables ni coupables. N’en pouvant plus il m’a dicté un décret au vitriol contre les déviants de son Oumma ce modèle d’intégrité et de probité morale où le bien n’est pas le bien et le mal est la norme.

C’est pourquoi les musulmans n’ont pas la même notion de la morale que les non-musulmans. Ils ne sont pas dans la transgression des interdits de droit humain car leur ordre juridique ne reconnaît pas les interdits non-frappés du sceau d’Allah. C’est pourquoi Allah a voulu mette en conformité sa loi avec la loi de la République mais grand mal lui fasse car l’officine de pacotille des bonnes moeurs musulmanes qui n’a rien compris à  la genèse du texte et à  sa portée canonique s’est faite l’avocate des transgresseurs et des déviants musulmans.

Elle a ainsi commis l’outrecuidance impardonnable de traîner Allah devant le Tribunal  spécial de l’Inquisition de Paristan pour délit de blasphème alors qu’il est le seul juge en la matière.

Dire qu’il doit bénéficier d’immunités diplomatiques dues à son rang.

En me condamnant, elle a condamné Allah lui-même dont je ne suis qu’un humble exécutant.

La Licra s’est rendue coupable d’une bavure diplomatique et a violé ainsi  la nouvelle Convention de Vienne  réécrite par l’O.C.I.qui place les esclaves d’Allah hors la loi.

Un délit d’ingérence caractérisé, plus que ça un  péché mortel attentatoire à  la dignité musulmane qui aurait pu embraser l’oumma islamique dans son ensemble comme pour les caricatures de l’infâme Mahomet.

Au lieu de suivre le bon exemple de neutralité de ceux qu’elle fait passer pour victimes d’injures de caractères racistes qui sont restés muets comme un musulman le soir du 13 novembre 2015, grâce à elle, les voilà désormais une race.

Elle se veut plus musulmane que les associations de défense des musulmans qui sont conscientes qu’il n’y a aucun délit d’outrages à l’honneur des musulmans et certainement pas une incitation à la haine.

L’auteur lui-même qui a prêté juste ses doigts à  Allah est encore  plus musulman que Mahomet lui-même. En injuriant ses nobles coreligionnaires il s’injurie lui-même.  Avec ce jugement infâme et inique, on condamne un musulman qui s’en prend à lui-même.  Mais la Licra est atteinte de cécité mentale s’en est prise les pieds dans mon beau tapis de prière.

Elle se mêle de tout mais jamais de l’essentiel comme se porter partie civile dans les crimes terroristes de mes coreligionnaires et les profanations des cimetières et des église. Mais ça c’est une autre histoire. C’est plus porteur de mener de se défendre les couleurs de mon Allah que les mécréants.

Chacun sa  porcherie  et les porcs musulmans sont bien gardés.  Tous ces bipèdes qui font le mouton 5 fois par jours  sont plus malins que la Licra, ils ne condamnent jamais les leurs qui se défoulent sur les chrétiens  selon les prescrits de mon Allah. La Licra  s’est crue autorisée sans apporter la preuve qu’elle a été dûment mandatée par lui ou ses représentants dont je fais partie, de saisir le tribunal de la charia en vue de décapiter la pensée d’Allah en personne.

En ma qualité de musulman au-dessus de tout soupçon, je suis en droit de sonner les cloches à mes coreligionnaires.

Une vraie pécheresse cette Licra que la malédiction d’Allah la frappe. S’en prendre à un vertueux musulman et pas n’importe lequel,  lcelui qu’Allah a élevé au-dessus de Mahomet en personne. il va falloir qu’elle apprenne par coeur mon Saint Corampf pour une réduction du châtiment qui l’attend en enfer.

La Licra est une intruse, une pécheresse, elle a violé la charia. On ne traîne jamais en justice un esclave d’Allah pour quelle que raison que ce soit. Mon Allah n’aime pas les gens qui mettent leur nez dans ses affaires.  Il est dogmatiquement raciste, ça l’horrifie que des antiracistes se fassent ses avocats.  J’imagine la tête qu’il fera le jour où la Licra se présentera devan lui.  C’est l’enfer assuré.

Il est « pardonneur » seulement avec lui-même. Un principe élémentaire de son droit canonique pour se couvrir de sa propre colère et auto-châtiment.

La plaignante s’est comportée en experte de la charia, alors qu’elle n’a jamais lu la fatiha, cette immense et sublime sourate qui fait de nous autres des êtres purs et de ceux qui ne veulent pas de mon Allah et de mon Mahomet, le prophète de l’amour vache et du sexe de 5 à 77 ans, des êtres impurs.

Je lui conseille musulmanement parlant de lire mon Corampf pour qu’elle sache comment s’y prendre la prochaine fois.

L’islam peut être tranquille, Facebook « décapite » ses critiques au nom du délit de blasphème

Afficher l'image d'origine

Il ne faut plus dire que le délit de blasphème a vécu. Il est plus que jamais en vigueur grâce au Tribunal d’inquisition islamo-facebookiene. Plus jour qui passe sans que les bourreaux de la pensée ne s’illustrent en décapitant à tout va les articles qui ébranlent les musulmans dans leur mauvaise à mettent à nu la perversité morale et l’imposture de l’islam, la pire idéologie politique et totalitaire ait jamais existé.

De tous les modes de pensée qu’ils soient matérialistes ou spiritualiste, l’islam est le seul à bénéficier d’une véritable omerta sur ses desseins impériaux, sa nature belliciste et hautement raciste et antisémite et sur son lourd passé génocidaire. Encensé, adulé, flatté, glorifié, comme s’il était une chance pour l’humanité alors qu’il est l’incarnation du Grand Mal. Mais tout se passe comme s’il était un modèle de paix et de fraternité entre les hommes de toutes les origines et de toutes les croyances, drapé dans sa vertu et malheur à c eux qui osent violer le tableau idyllique défendu le glaive à la main par ses encenseurs et à leur tête Facebook le plus grand lèche-babouches que la terre n’ait jamais produite.

Avec ce grand champion de la décapitation de la critique de l’islam et de ses textes fondateurs nauséabonds et qui dépassent en monstruosités le nazisme lui-même, il est de plus en plus fréquent que ce réseau social devenu gardien du Temple de la pensée islamique ne mette un point de déshonneur liberticide à supprimer les articles démystifiant l’islam et clouer au pilori leurs auteurs faisant régner ainsi un climat de chasse à la sorcière.

Afficher l'image d'origine

Au nom de ses soi-disant standards communautaires, une formule abscons et abracadabrantes qui laisse sous-entendre que les membres de sa communauté, l’oumma, sont régis par des règles spécifiques qui sont au-dessus de l’article 19 l’inviolabilité de la liberté de pensée telle qu’elle est définie par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 dans et articles 10 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 qui ont aboli la notion de blasphème comme tel, offrant ainsi la liberté de religion. Il ne peut y avoir de sanction que lorsqu’il y a abus ou trouble à l’ordre public : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » (article X) ; « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la loi » (article XI).

La défense de l’islam n’a de prix que le mépris des lois des pays des membres de sa pseudo-communauté. Son glaive vient de nouveau de s’abattre sur moi en décrétant sans aucune forme de procès et le plus arbitrairement du monde mon interdiction de publication sur mon compte Facebook pour 30 jours et la suppression abusive de l’article ci-après dont le seul tort est de dénoncer le suprémacisme musulman et de rétablir la vérité sur la fable de l’islam des lumières.

Afficher l'image d'origine

J’invite mes amis lecteurs en quoi l’article ci-après est injurieux et irrévérencieux à l’égard des musulmans  dont la religion ne doit pas être exempte de critique comme toutes les autres obsédés par la peur de la vérité sur leur sinistre idéologie qui est pire encore que le nazisme lui-même: « Nous avons supprimé cette publication car elle n’est pas conforme aux Standards de la communauté Facebook » :
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe https://t.co/YCtF8yUX0L via @sabenam93
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe
Si la vantardise avait une religion ce serait incontestablement l’islam. Le dernier des derniers des musulmans se veut supérieur au meilleur des meilleurs des non-musulmans ….

Aux élus de tous bords, les musulmans se servent des urnes pour islamiser la France

Afficher l'image d'origine

Des pans entiers du territoire français sont islamisés et donc défrancisés. Des quartiers parisiens n’ont plus rien ou presque de français. Marseille est la première ville musulmane d’Europe. Le 9-3 est probablement la plus forte concentration urbaine de musulmans en Europe. La France n’est plus la France, bientôt elle sera le 58° Etat membre de l’OCI. Qui va pouvoir donner un coup décélérateur à ce processus? Je doute fort qu’il y ait la femme ou l’homme de la situation.

Tous les partis sans exception courtisent l’électorat musulman comme s’il était la nouvelle égérie de la République, y compris le FN et qui ne semble pas marquer une véritable rupture avec les partis islamo-collabos. Les musulmans ne vont pas tomber dans le piège de la courtisanerie sans contre-partie. Ils sont coriaces et retors pour céder aux chants des sirènes des promesses qui n’engagent que les électeurs qui y croient.

Chaque voix musulmane pour un candidat de tel ou tel parti est forcément le prix d’une concession favorable à l’islam.Certains s’imaginent que tous les moyens sont bons pour gagner leurs voix, ils doivent savoir que les musulmans sont plus malins qu’ils ne les croient, ils sont les rois des faux-semblants et du reniement de la parole donnée. Aucun pacte ne les engage s’il est contraire aux intérêts de l’islam.

Afficher l'image d'origine

La république n’est pas leur préoccupation majeure, elle est juste une aubaine pour eux pour la détruire de l’intérieur en corrompant tous ses rouages jusqu’au jour où ils la feront disparaître au profit de l’islam où ma charia fera loi. Toute politique de main tendue aux chers « compatriotes » musulmans porte en elle tous les germes de la mise à mort de la France.

L’islam est un ennemi potentiel mu par un seul objectif : imposer sa dictature partout dans le monde. On ne doit pas composer avec lui sous peine de lui servir un jour de festin pour apaiser son appétit insatiable de pouvoir. Il a compris qu’il n’y a pas meilleure voix de conquête que les urnes. En en faisant un atout majeur dans leur stratégie électorale, les partis politiques précipitent la France dans les abîmes de l’histoire.