Archives du mot-clé charia

Les vrais musulmans n’en ont que faire des lois de la République

Résultat de recherche d'images pour "photos des musulmans de France"

Près de 30% des musulmans en France sont des pro charia indéfectibles qu’ils placent au-dessus des lois des hommes, l’on peut supposer ainsi qu’ils n’ont que mépris et irrespect pour les lois de la République, sauf pour les détourner en leur faveur.

Le vrai péril pour la France est moins les pesticides dans nos assiettes que ces islamistes qui voudraient lui imposer un jour la loi de l’islam et qui mènent sabre au vent  des offensives tout azimut qui sont autant de vagues d’assaut répétées et incessantes de nature terroriste, judiciaire, médiatique, communautariste, religieuse, toutes coordonnées entre elles et dont la finalité est de miner ses fondements républicains et civilisationnels jusqu’à ce qu’elle plie sous ses coups de boutoir.

http://www.lemonde.fr/religions/article/2016/09/18/une-enquete-de-l-ifop-offre-un-portrait-nouveau-des-musulmans-de-france_4999468_1653130.html

30% ne font pas la majorité, mais leur chiffre est loin d’être négligeable et ne signifie pas pour autant non seulement qu’ils ne sont minoritaires pas aussi minoritaires qu’on ne le croit. Il y a toujours  70% des musulmans qui sont ou plutôt qui seraient ouvertement pour les lois de la République. Loin s’en faut, car un vrai musulman est par définition celui qui ne reconnaît que la seule loi de l’islam. Et par conséquent ces musulmans qui donnent l’impression qu’ils sont républicains ne sont pas aussi républicains qu’on ne le pense.  Ces 70% sont un chiffre en trompe l’oeil car ils ne reflètent aucunement leur pleine adhésion aux valeurs de la République et si un jour ils devraient faire le choix entre l’islam et la France, la question ne se poserait même pas et c’est la France qui ferait les frais de leur choix.

Ils ne doivent pas donner le sentiment aux Français que tous les musulmans éprouvent une inimitié à la France. Ils doivent se montrer rassurants en attendant qu’ils soient en position de force pour faire tomber leur masque. Ils avancent à petits pas à visage couvert et font tout pour ne pas éveiller les soupçons sur le potentiel de danger que les musulmans présentent pour la France. Faire semblant et laisser croire à l’autre ce qu’on est pas véritablement.

A n’en pas douter, le jour venu ils s’aligneront sur leurs frères pro charia.  Ils savent qu’ils ne peuvent pas être musulmans et défendre des valeurs incompatibles avec l’islam. Ces 30%  sont surtout un indicateur sur le niveau du danger actuel du péril qui plane sur la France. La côte d’alerte à l’échelle Richter du terrorisme musulman.

L’émoi suscité au sein de la communauté musulmane de l’affaire  Tarek Ramadan,  l’idole de la France des mosquées et d’une partie de la jeunesse connectée de confession musulmane,présenté comme une victime d’un complot ourdi par les ennemis de l’islam,  est en soi un indice qui permet d’évaluer le niveau du rejet des musulmans de tous bords des valeurs de la République.

Laissant ainsi apparaître, à travers le soutien troublant de certaines figures de l’islam affublé du masque de la modération, que la frontière entre les islamistes et leurs frères est aussi invisible qu’entre deux gouttes d’urine de chameau.  Les clivages s’estompent dès que l’on touche aux symboles forts de leur communauté.

Les musulmans sont musulmans d’abord et n’en ont que faire des valeurs qui ne sont pas d’essence musulmane.  et les clivages s’écroulent dès que l’on touche aux symboles forts de leur communauté.

 

En exigeant le certificat de conversion, la Tunisie viole la Convention de New York du 7 nov. 1962

Je suis tombé des nues quand une Tunisienne m’a contacté dernièrement pour me faire part de son problème qui semble la plonger dans un grand désarroi. A savoir le refus des autorités de son pays de reconnaître la validité de son mariage conclu en France pour défaut de certificat de conversion de son conjoint français.

Dès lors que son mariage est valable en France qu’est ce qu’elle en a à  fiche de son statut marital dans un pays obscurantiste dirions-nous ?

Mais aux yeux des autorités de son pays elle reste célibataire. A priori l’extrait de l’acte de naissance tunisien ne fait pas mention de sa situation maritale et continue à être considérée comme célibataire. Sans le certificat de conversion de son conjoint elle n’existe pas maritalement.

http://www.huffpostmaghreb.com/2017/03/30/diwan-iftaa_n_15704094.html

Et si jamais elle se rend en Tunisie en compagnie de son conjoint non-musulman et se fait arrêter par la police des mœurs de son pays elle pourrait s’exposer à des poursuites pénales pour actes de prostitution aux termes de l’Article 231 (Nouveau code pénal):

« Hors les cas prévus par les règlements en vigueur, les femmes qui, par gestes ou par paroles, s’offrent aux passants ou se livrent à la prostitution même à titre occasionnel, sont punies de 6 mois à 2 ans d’emprisonnement et de 20 à 200 dinars d’amende.
Est considérée comme complice et punie de la même peine, toute personne qui a eu des rapports sexuels avec l’une de ces femmes; »

Assimiler une femme mariée ou en union libre avec un non-musulman à une femme qui fait commerce de son corps est la pire atteinte à sa dignité humaine. Aliéner la liberté de la femme de choisir son partenaire au nom du sacré en dit long sur les mœurs rétrogrades et ses coutumes liberticides et scélérates d’une part et d’autre part c’est faire du non-musulman un paria, un humain entièrement à part qui pour pouvoir aspirer à la main d’une musulmane doit embrasser l’islam. Comme si le fait d’être musulman lui confère un statut d’humain à part entière et donc l’égal d’un musulman.

L’honneur de l’islam est sauf en ayant gagné des nouveaux soumis sous la contrainte qui est un motif pourtant de nullité dans le droit positif.

Mais le jour où l’islam fera fi de ses lois abscons, insensées et ineptes et apprendra à se cantonner dans sa seule sphère cultuelle il ne sera plus islam. Et à cause des pays comme la Tunisie qui en font la religion d’Etat et d’arbitrer en sa faveur en cas de conflits avec la liberté de conscience, il aura tout le loisir d’imposer sa dictature aux hommes.

Les femmes continueront à ne pas avoir voix au chapitre et subir en toute légalité musulmane l’oppression des hommes seuls maîtres du choix de leurs conjoints comme le prévoit le Coran.

Ces femmes musulmanes qui bravent les interdits en s’unissant avec un non-musulman ne sont pas légion dans les sociétés musulmanes. Le contrôle social est tel que toute tentative de résilience l’expose aux pires châtiments comme au Pakistan, au Soudan et en Afghanistan.

Dépourvues de leurs facultés intellectuelles et mentales selon le Coran et elles ne sont donc pas en mesure d’exercer leur libre-arbitre.

Il n’en demeure pas moins que l’islam ne peut aller à l’encontre des traités internationaux et un pays comme la Tunisie se doit de les respecter quels que soient les motifs à moins qu’elle ne les dénonce. Mais tant qu’elle en est liée elle ne peut se prévaloir pour se soustraire à ses obligations. Et dans le cas d’espèce, exiger un certificat de conversion à ses ressortissantes mariées ou en passe de l’être avec un non-musulman c’est se rendre coupable d’une forfaiture juridique et violer de manière flagrante  la Convention de New York du 7 novembre 1962, ratifiée en 1967 par son Parlement, qui interdit aux Etats signataires toute forme de discrimination à l’égard de leurs femmes dans le choix de leurs conjoints à raison de leur race, leur religion ou autre.  Ainsi une Tunisienne est en droit d’épouser qui elle veut sans l’hypothèque de l’islam.

N’en déplaise aux gardiens du Temple musulman qu’en cas de conflits de normes juridiques nationales et internationales, alors qu’aucune loi interne ne prévoit l’obligation du certificat de conversion, c’est la norme internationale qui prime :

« …la  Convention de Vienne sur le droit des Traités de 1969 entrée en vigueur à compter du 27 janvier 1980, devait formellement le reconnaître – bien que d’une manière « oblique ». L’article 27 de cette Convention dispose en effet que : « Une partie ne peut invoquer les dispositions de son droit interne comme justifiant la non-exécution d’un traité ». in

Cliquer pour accéder à Carreau-Marrella_Chap2.pdf

La Tunisie n’a aucun argument à faire valoir en cas de saisine de la Commission des Droits de l’Homme des Nations-Unies.

Si les musulmans « modérés »avaient un fond d’humanité en eux ils devraient quitter l’islam

Il n’y a que les musulmans qui veulent tordre le cou à la réalité des faits. Ils peuvent toujours brandir à chaque fois que leurs  frères djihadistes plongent le monde dans l’horreur leurs  fameux versets de paix et de respect de la vie humaine pour faire leur numéro d’illusionnistes ,  mais ils ne peuvent plus duper personne, car ces versets  sont d’une part contredits et abrogés  par d’autres qui portent en eux tous les germes destructeurs de l’humanité et d’autre part ils sont une grosse couleuvre qu’ils veulent faire avaler à l’opinion publique de plus en plus réfractaire et hostile à l’islam.  Une fable mahométane.

C’est l’islam qui appelle à la mort des infidèles et remplit de haine le coeur.  des siens.  C’est lui qui arme la main de leurs frères djihadistes et qui fait d’un voyou un monstre d’inhumanité et une bombe humaine. Ce sont des musulmans qui mettent en péril la pérennité de l’humanité. L’islam ordonne et les musulmans exécutent.

En se proclamant de lui, ils sont  tout autant coupables que les leurs qui mettent en musique les préceptes coraniques.

Leur silence et leurs dénégations pathétiques  quant à la haute toxicité de leur bolet de Satan islamique sont autant d’aveux  de culpabilité et les preuves morales de leurs implications directes dans les plus de 30 000 attentats terroristes  depuis le 11 septembre 2001.

En faisant le choix de la voie de l’islam et d’y rester,  ils doivent assumer les crimes des leurs qu’ils sont tenus de leur venir en aide et les soutenir, comme couvrir leur cavale de Salah Abdeslam  Molenbeek par exemple,  victimes ou coupables,  comme leur enjoint leur modèle Mahomet, ce prophète du carnage, de la terreur, de la perversion morale, du racisme, de l’antisémitisme, du pillage, de l’intolérance, du nombrilisme,  et du crime contre l’humanité.

Abjurer l’islam, faudrait-il qu’ils soient lucides,  dotés d’esprit critique, rationnels,  jouissant de leurs facultés de  discernement et se comportent en êtres raisonnables et raisonnés, pour y arriver, et encore moins le courage et la volonté de le faire.  L’islam a tué chez eux le sens de valeurs  humaines  et du respect de la vie et a anéanti leurs facultés de résilience.  Faisant de la résignation le chemin de la félicité et de la mort un idéal de vie.

Le vrai musulman est celui qui ne s’oppose pas aux injonctions divines et doit les appliquer à la lettre et quand bien même elles pourraient le heurter il n’est pas en droit de faire jouer sa clause de conscience dont il est de surcroît dépourvue. Que ce soit mal ou bien,  il n’a pas à décider de ce qu’il doit faire ou non,  Allah est maître de son choix  : « Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vus aimiez quelque chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allah qui sait, alors que vous vous ne savez pas »( S. 2, V. 216 ).

Comme tout bon serviteur, il n’a pas à comprendre le sens du message ni en mesurer les conséquences sur lui et son entourage.  S’il ne veut pas subir le sort réservé aux mécréants,  il n’a point de salut que dans l’obéissance  (S. 8.V.13).

Quelle que soit la gravité de son acte, il n’a pas à en assumer la paternité.  Il a l’absolution et l’immunité  d’Allah.  Il peut avoir commis les crimes les plus abominables,  il est épargné par le jugement d’Allah : »Ce n’est pas vous qui les avez tués, mais c’est Allah qui les a tués ».  (S.8, V.17)

On peut en déduire ainsi quand un terroriste musulman pose une bombe dans une gare, ce n’est pas lui qui l’a fait, c’est Allah en personne qui l’a fait.

Ainsi, il est permis  d’en déduire en toute logique coranique que c’est lui qui est le véritable poseur des bombes ce de jour à l’Aéroport de Bruxelles et la station de métro de Molenbeek. pour un bilan provisoire de 28 morts et 150 blessés.

En résumé, Allah est un terroriste autoproclamé, qui a la franchise de ne rien cacher sur sa nature ultra-violente et ses pulsions meurtrières, contrairement à ses esclaves qui ne sont ni  responsables ni coupables.  Ils s’effarouchent dès qu’ils sont mis en cause  et nient tout en en bloc en dépit de toutes les preuves qui les accablent.  Ils sont comme ça sinon ils ne sont pas musulmans. Ils  sont   persuadés que le mensonge n’est pas mensonge quand ils se le répètent d’abord à eux-mêmes, et plus il est gros, grotesque et grossier, plus ils sont convaincus qu’il est vérité et qu’ils peuvent la rendre ainsi opposables à autrui qui doit l’accepter en l’état pour ne pas froisser leur bonne foi

Elevés dans la culture de la falsification de l’histoire,  de l’affabulation et de l’imposture, ils n’acceptent pas la contradiction et la vérité des faits et quand ils se font attraper le couteau de boucher à la main et la victime agonisant à leurs pieds baignant dans une marre de sang, ils clament leur innocence et crient au complot.

Eternelles victimes, mais de leur propre mauvaise foi, de leurs délires hallucinogènes dus à leur intoxication quotidienne par leur bolet de Satan  et de leur idéologie criminogène.

Asont pas en réalité l’oeune des médias pas pour leurs découvertes scientifiques, technologiques ou exploits sportifs mais pour leurs crimes abominables et les menaces qu’ils font peser sur l’humanité ?
Leurs coreligionnaires n’ont pas le droit de nous emberlificoter avec leurs airs du petit Rom dans les métros parisiens qui quémandent une pièce aux passagers tout en cherchant de les délester de leurs portefeuilles, ils doivent cesser de se mentir à eux-mêmes et nous dire que ces performeurs des crimes contre l’humanité, il est difficile de qualifier autrement les actes terroristes, qu’ils n’ont rien à voir avec leur religion. Alors nul n’est en droit dans leur religion d’établir un verdict de cette nature qui est du seul pouvoir de leur grand maître.
Ils ne peuvent nier qu’ils s’abreuvent aussi bien qu’eux aux mêmes sources et mettent en musique la même feuille de route qu’eux.
La réalité est toute autre et c’est celle qu’ils veulent nous dissimuler, ceux qu’ils désignent par transgresseurs sont le MISSILE et eux ils en sont la RAMPE de LANCEMENT.

A chacun ses fonctions et son rôle dans cette guerre non-conventionnelle contre le reste du monde.

Si vraiment ils avaient le souci du bien-être commun de l’humanité, ils devraient être non seulement les premiers à nettoyer leurs écuries nauséabondes et avec un peu de courage et de lucidité ils auraient quitté cette idéologie infâme trop lourde à porter. Ils devraient avoir d’eux-mêmes et de se proclamer des valeurs mises en lumière par des soi-disant intrus et égarés qui défigurent leur ignoble foi.

Mr Valls, la priorité n’est pas l’islam et les musulmans, c’est la France et ses citoyens

Quand des musulmans, ni terroristes ni djihadistes, tuent au nom de l’islam en vertu des prescrits coraniques, une sorte de contrat social, ceux qui sont différents d’eux, s’agit-il oui ou non d’un crime crapuleux de caractère raciste ?

Les 6 spots « Tous unis contre la haine » qui auraient dû s’intituler « Tous unis contre le péril terroriste musulman » sont symptomatiques de la « dhimmitudification » à marche forcée de la France.

Elle n’a d’yeux que pour eux, ne jurent que par eux. Elle leur concède tout sans contre-partie. Traités comme des seigneurs avec tous les privilèges dus à leur rang alors qu’ils sont encore au stade d’esclaves. Adulés, courtisés et couvés comme s’ils étaient des sauveurs tant attendus. Il ne faut surtout pas les froisser de peur de les perdre.

Il est très mal vu aujourd’hui de se faire l’avocat de la France en proie au péril musulman, sous peine d’être puni par les lois de la république au service de l’islam.

Nous devons tous nous aligner tous derrière cet islam de France devenu la priorité absolue de Manuel Vals pour qui la France est un accessoire, plus Grand Vizir que Premier Ministre, qui rêve d’un islam tricolore pour y diluer l’identité française. Ce n’est pas aux musulmans de s’adapter à la France, c’est aux Français de se plier aux lois de l’islam, à leurs moeurs, us et coutumes rétrogrades d’un autre âge et qui sortent tout droit du monde des ténèbres.

Il faut honorer les musulmans et les combler de toutes les faveurs plaident d’une seule voix leurs collabos-bobos-gauchos et sarko-juppéistes islamo-compatibles. « Ils sont une chance pour la France n’en déplaise aux Français », il ne faut pas la gâcher et surtout ne pas s’aventurer à troubler les épousailles. Les Français ont chassé l’Eglise pour la remplacer par la mosquée.

Malheur aux opposants à ce mariage contre-nature où la mariée offre sa vie pour faire de la mort son nouvel idéal de vie rien que pour devenir sa 58 e concubine.

Tout doit être fait pour faire de ce mariage une réussite exemplaire afin de l’essaimer dans tout l’Occident en attendant l’étape finale du grand mariage planétaire entre l’islam et le monde entier.

Quant aux actes d’inimitiés terrifiantes exprimées par la progéniture de l’hydre islamique,elles ne sont en réalité que le témoignage d’une affection toute particulière pour la future épouse française.

Une marque d’amour que dénigrés par des esprits malveillants, aveuglés par leur jalousie les font passer pour des crimes terroristes de caractère raciste.

Les musulmans sont intouchables et l’islam est au-dessus des lois de la République qui n’en ont pas encore pour longtemps pour céder la place à la charia qui sera mieux adaptée et plus digne pour régir la vie du couple islam-France.

Ainsi, il est recommandé d’éviter d’évoquer les sujets qui pourraient nuire à la réalisation de ce mariage tant attendu depuis 14 siècles alors que maintenant à l’entrée de la ligne droite et les bans vont être publiés incessamment sous peu.

Les opposants farouches au mariage veulent qu’on dise la vérité aux Français sur les conséquences tragiques d’une alliance qui signe la mort de la France. Des oiseaux de mauvais augure et des racistes. Comme si l’islam est générateur d’une race humaine dotée de ses propres caractéristiques biologiques, alors qu’ils auraient aimé une campagne axée sur les carnages de Toulouse-Montauban, du Musée de Bruxelles, de Charlie Hebdo, de Vincennes, du 13 novembre 2015, le métro de Molenbeek et l’Aéroport de Bruxelles, qui ciblaient des êtres humains en raison de leur incroyance dans la religion musulmane, leur mode de vie, leurs origines et leur appartenance religieuse. Ils passent en pertes et profits et nos entremetteurs ne vont pas sacrifier l’image de l’islam pour si peu.

Il faut que le prétendant soit drapé dans sa vertu et ne dire que du bien de lui. Ne jamais établir un parallèle entre Mein Kampf et son brulot de haine et d’incitation à l’extermination de l’humanité qui n’est pas de son bord.

Le Coran plaide de lui-même en faveur de l’annulation de ce projet d’épousailles qui tient à coeur à notre futur Grand Vizir qui veut rendre dissoudre la France dans le bain acide de l’hydre islamique.

Au cas où les entremetteurs de service l’ignorent, le racisme est le refus catégorique des musulmans de se plier aux lois de la République. S’ils étaient vraiment dans le respect des règles du bien-vivre ensemble pourquoi arboreraient-ils alors des signes ostentatoires qui marquent leur appartenance à un système idéologique porteur en lui tous les germes de la destruction de la République ?

Qui est raciste celui qui piétine et bafoue les lois de « son » pays d’accueil qui ne l’a pas bien souvent invité d’y venir ou celui qui exige que son nouvel environnement s’adapte à lui ? Personne ne lui demande de s’y fondre, juste de le respecter.

Ras-le-bol des compromissions et des compromis qui sont en train de creuser la tombe des nations qui confondent islam et non-violence. L’islam n’est pas plus innocent qu’un cobra assoupi. On loue sa gloire et on condamne ses ennemis pour incitation à la haine raciale.

L’islam veut une humanité à son image, le néant !

La France ne s’est pas suicidée elle gagne ses galons de catin de l’islam

La mécréante Licra fait du charme aux nobles musulmans aussi imperturbable qu’un saoudien devant une poupée gonflable. Elle a commis un sacrilège   en faisant condamner indirectement Allah pour un écrit dont il est lui-même pour incitation à la haine de ses propres ouailles.  Allah n’a plus désormais le droit de remonter les kamis à  ses créatures sous peine d’être condamné pour d’essuyer le courroux de la justice humaine. Le comble de l’insulte pour lui.

Mais nul est au-dessus de la loi. C’est un justiciable comme un autre et il a été  jugé en vertu de la loi de 1881 qui ne lui reconnaît pas le droit dinvectiver crument ses créatures qui se servent de lui comme paravent pour donner libre-cours à  leurs pulsions charnelles. Il en a ras-les-minarets de voir son nom sali sans arrêt et ses esclaves se défaussant sur lui pour ne pas répondre de leurs actes ignominieux. Ils ne sont ni responsables ni coupables. N’en pouvant plus il m’a dicté un décret au vitriol contre les déviants de son Oumma ce modèle d’intégrité et de probité morale où le bien n’est pas le bien et le mal est la norme.

C’est pourquoi les musulmans n’ont pas la même notion de la morale que les non-musulmans. Ils ne sont pas dans la transgression des interdits de droit humain car leur ordre juridique ne reconnaît pas les interdits non-frappés du sceau d’Allah. C’est pourquoi Allah a voulu mette en conformité sa loi avec la loi de la République mais grand mal lui fasse car l’officine de pacotille des bonnes moeurs musulmanes qui n’a rien compris à  la genèse du texte et à  sa portée canonique s’est faite l’avocate des transgresseurs et des déviants musulmans.

Elle a ainsi commis l’outrecuidance impardonnable de traîner Allah devant le Tribunal  spécial de l’Inquisition de Paristan pour délit de blasphème alors qu’il est le seul juge en la matière.

Dire qu’il doit bénéficier d’immunités diplomatiques dues à son rang.

En me condamnant, elle a condamné Allah lui-même dont je ne suis qu’un humble exécutant.

La Licra s’est rendue coupable d’une bavure diplomatique et a violé ainsi  la nouvelle Convention de Vienne  réécrite par l’O.C.I.qui place les esclaves d’Allah hors la loi.

Un délit d’ingérence caractérisé, plus que ça un  péché mortel attentatoire à  la dignité musulmane qui aurait pu embraser l’oumma islamique dans son ensemble comme pour les caricatures de l’infâme Mahomet.

Au lieu de suivre le bon exemple de neutralité de ceux qu’elle fait passer pour victimes d’injures de caractères racistes qui sont restés muets comme un musulman le soir du 13 novembre 2015, grâce à elle, les voilà désormais une race.

Elle se veut plus musulmane que les associations de défense des musulmans qui sont conscientes qu’il n’y a aucun délit d’outrages à l’honneur des musulmans et certainement pas une incitation à la haine.

L’auteur lui-même qui a prêté juste ses doigts à  Allah est encore  plus musulman que Mahomet lui-même. En injuriant ses nobles coreligionnaires il s’injurie lui-même.  Avec ce jugement infâme et inique, on condamne un musulman qui s’en prend à lui-même.  Mais la Licra est atteinte de cécité mentale s’en est prise les pieds dans mon beau tapis de prière.

Elle se mêle de tout mais jamais de l’essentiel comme se porter partie civile dans les crimes terroristes de mes coreligionnaires et les profanations des cimetières et des église. Mais ça c’est une autre histoire. C’est plus porteur de mener de se défendre les couleurs de mon Allah que les mécréants.

Chacun sa  porcherie  et les porcs musulmans sont bien gardés.  Tous ces bipèdes qui font le mouton 5 fois par jours  sont plus malins que la Licra, ils ne condamnent jamais les leurs qui se défoulent sur les chrétiens  selon les prescrits de mon Allah. La Licra  s’est crue autorisée sans apporter la preuve qu’elle a été dûment mandatée par lui ou ses représentants dont je fais partie, de saisir le tribunal de la charia en vue de décapiter la pensée d’Allah en personne.

En ma qualité de musulman au-dessus de tout soupçon, je suis en droit de sonner les cloches à mes coreligionnaires.

Une vraie pécheresse cette Licra que la malédiction d’Allah la frappe. S’en prendre à un vertueux musulman et pas n’importe lequel,  lcelui qu’Allah a élevé au-dessus de Mahomet en personne. il va falloir qu’elle apprenne par coeur mon Saint Corampf pour une réduction du châtiment qui l’attend en enfer.

La Licra est une intruse, une pécheresse, elle a violé la charia. On ne traîne jamais en justice un esclave d’Allah pour quelle que raison que ce soit. Mon Allah n’aime pas les gens qui mettent leur nez dans ses affaires.  Il est dogmatiquement raciste, ça l’horrifie que des antiracistes se fassent ses avocats.  J’imagine la tête qu’il fera le jour où la Licra se présentera devan lui.  C’est l’enfer assuré.

Il est « pardonneur » seulement avec lui-même. Un principe élémentaire de son droit canonique pour se couvrir de sa propre colère et auto-châtiment.

La plaignante s’est comportée en experte de la charia, alors qu’elle n’a jamais lu la fatiha, cette immense et sublime sourate qui fait de nous autres des êtres purs et de ceux qui ne veulent pas de mon Allah et de mon Mahomet, le prophète de l’amour vache et du sexe de 5 à 77 ans, des êtres impurs.

Je lui conseille musulmanement parlant de lire mon Corampf pour qu’elle sache comment s’y prendre la prochaine fois.

L’islam peut être tranquille, Facebook « décapite » ses critiques au nom du délit de blasphème

Afficher l'image d'origine

Il ne faut plus dire que le délit de blasphème a vécu. Il est plus que jamais en vigueur grâce au Tribunal d’inquisition islamo-facebookiene. Plus jour qui passe sans que les bourreaux de la pensée ne s’illustrent en décapitant à tout va les articles qui ébranlent les musulmans dans leur mauvaise à mettent à nu la perversité morale et l’imposture de l’islam, la pire idéologie politique et totalitaire ait jamais existé.

De tous les modes de pensée qu’ils soient matérialistes ou spiritualiste, l’islam est le seul à bénéficier d’une véritable omerta sur ses desseins impériaux, sa nature belliciste et hautement raciste et antisémite et sur son lourd passé génocidaire. Encensé, adulé, flatté, glorifié, comme s’il était une chance pour l’humanité alors qu’il est l’incarnation du Grand Mal. Mais tout se passe comme s’il était un modèle de paix et de fraternité entre les hommes de toutes les origines et de toutes les croyances, drapé dans sa vertu et malheur à c eux qui osent violer le tableau idyllique défendu le glaive à la main par ses encenseurs et à leur tête Facebook le plus grand lèche-babouches que la terre n’ait jamais produite.

Avec ce grand champion de la décapitation de la critique de l’islam et de ses textes fondateurs nauséabonds et qui dépassent en monstruosités le nazisme lui-même, il est de plus en plus fréquent que ce réseau social devenu gardien du Temple de la pensée islamique ne mette un point de déshonneur liberticide à supprimer les articles démystifiant l’islam et clouer au pilori leurs auteurs faisant régner ainsi un climat de chasse à la sorcière.

Afficher l'image d'origine

Au nom de ses soi-disant standards communautaires, une formule abscons et abracadabrantes qui laisse sous-entendre que les membres de sa communauté, l’oumma, sont régis par des règles spécifiques qui sont au-dessus de l’article 19 l’inviolabilité de la liberté de pensée telle qu’elle est définie par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 dans et articles 10 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 qui ont aboli la notion de blasphème comme tel, offrant ainsi la liberté de religion. Il ne peut y avoir de sanction que lorsqu’il y a abus ou trouble à l’ordre public : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » (article X) ; « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la loi » (article XI).

La défense de l’islam n’a de prix que le mépris des lois des pays des membres de sa pseudo-communauté. Son glaive vient de nouveau de s’abattre sur moi en décrétant sans aucune forme de procès et le plus arbitrairement du monde mon interdiction de publication sur mon compte Facebook pour 30 jours et la suppression abusive de l’article ci-après dont le seul tort est de dénoncer le suprémacisme musulman et de rétablir la vérité sur la fable de l’islam des lumières.

Afficher l'image d'origine

J’invite mes amis lecteurs en quoi l’article ci-après est injurieux et irrévérencieux à l’égard des musulmans  dont la religion ne doit pas être exempte de critique comme toutes les autres obsédés par la peur de la vérité sur leur sinistre idéologie qui est pire encore que le nazisme lui-même: « Nous avons supprimé cette publication car elle n’est pas conforme aux Standards de la communauté Facebook » :
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe https://t.co/YCtF8yUX0L via @sabenam93
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe
Si la vantardise avait une religion ce serait incontestablement l’islam. Le dernier des derniers des musulmans se veut supérieur au meilleur des meilleurs des non-musulmans ….

Aux élus de tous bords, les musulmans se servent des urnes pour islamiser la France

Afficher l'image d'origine

Des pans entiers du territoire français sont islamisés et donc défrancisés. Des quartiers parisiens n’ont plus rien ou presque de français. Marseille est la première ville musulmane d’Europe. Le 9-3 est probablement la plus forte concentration urbaine de musulmans en Europe. La France n’est plus la France, bientôt elle sera le 58° Etat membre de l’OCI. Qui va pouvoir donner un coup décélérateur à ce processus? Je doute fort qu’il y ait la femme ou l’homme de la situation.

Tous les partis sans exception courtisent l’électorat musulman comme s’il était la nouvelle égérie de la République, y compris le FN et qui ne semble pas marquer une véritable rupture avec les partis islamo-collabos. Les musulmans ne vont pas tomber dans le piège de la courtisanerie sans contre-partie. Ils sont coriaces et retors pour céder aux chants des sirènes des promesses qui n’engagent que les électeurs qui y croient.

Chaque voix musulmane pour un candidat de tel ou tel parti est forcément le prix d’une concession favorable à l’islam.Certains s’imaginent que tous les moyens sont bons pour gagner leurs voix, ils doivent savoir que les musulmans sont plus malins qu’ils ne les croient, ils sont les rois des faux-semblants et du reniement de la parole donnée. Aucun pacte ne les engage s’il est contraire aux intérêts de l’islam.

Afficher l'image d'origine

La république n’est pas leur préoccupation majeure, elle est juste une aubaine pour eux pour la détruire de l’intérieur en corrompant tous ses rouages jusqu’au jour où ils la feront disparaître au profit de l’islam où ma charia fera loi. Toute politique de main tendue aux chers « compatriotes » musulmans porte en elle tous les germes de la mise à mort de la France.

L’islam est un ennemi potentiel mu par un seul objectif : imposer sa dictature partout dans le monde. On ne doit pas composer avec lui sous peine de lui servir un jour de festin pour apaiser son appétit insatiable de pouvoir. Il a compris qu’il n’y a pas meilleure voix de conquête que les urnes. En en faisant un atout majeur dans leur stratégie électorale, les partis politiques précipitent la France dans les abîmes de l’histoire.

Jamais les musulmans « modérés »ne combattront leurs frères djihadistes de Daeach

« Évidemment, nous n’aidons pas activement Daech mais nous ne les stoppons pas » : la reine Rania de Jordanie a estimé mercredi 26 août que les musulmans « modérés » ne faisaient « pas assez » pour lutter contre les djihadistes de l’État islamique (E.I.).

Des propos clairs, nets et sans bavure mais qui vont se perdre dans le vent de Sirocco qui balaie les Arabes comme une botte de foins depuis le jour où Mahomet a voulu faire d’eux dépositaires du pire message inhumain et barbare que l’humanité n’ait jamais connu.

La Reine Rania a au moins le mérite de ne pas se draper dans le voile de l’hypocrisie comme les musulmans qui arborent le masque de la modération tout en ruminant leur rancoeur contre les non-musulmans et pensent pouvoir enfumer le reste du monde avec leur slogan pathétique, not on my name, comme si les musulmans pouvaient exercer leur libre-arbitre et ces exactions barbares n’étaient pas accomplis au nom de l’islam ?

Autant imaginer les musulmans traverser le désert d’Atacama, le plus aride et plus sec au monde, sans eau ni nourriture que de les voir un jour faire bloc pour contenir l’appétit féroce de Daech. La Reine Rania a tout-à-fait raison de s’inquiéter quant à la volonté des musulmans pour en finir avec l’hydre daechienne.

Les musulmans ne prendront jamais les armes pour combattre leurs coreligionnaires qui oeuvrent dans le sentier d’Allah, le djihad fi sabilallah, qualifiés du sixième pilier de l’islam, qui est une obligation collective et non une obligation individuelle, alors tous les musulmans doivent s’efforcer à aider leurs frères, physiquement, financièrement, par des armes, des invocations et des conseils.

Si une partie d’eux l’effectue, les autres en seront dispensés du péché et s’ils le laissaient tous, ils auraient péché, alors dans ce cas, tous les musulmans en Arabie Saoudite, en Afrique, au Maroc et ailleurs, devront déployer leurs efforts, du plus proche au plus proche.

Si un pays ou deux ou plus effectuent le Djihad, alors les autres en sont exonérés.

Ceux qui combattent, méritent la victoire et le soutien et il est obligatoire de les aider contre leur ennemi, car ils sont opprimés.

Allah a recommandé le Djihad à tous, ils doivent quant à eux s’efforcer à lutter contre l’ennemi d’Allah pour qu’ils aident leurs frères.

Et s’ils abandonnent, ils seront comptés parmi les pécheurs et si un certain nombre suffisant effectuent (Le Djihad) les autres en seront exonérés.

(Numéro de la partie: 18, Numéro de la page: 312)
copié de alifta.net

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn ‘Abdi-llâh Ibn Al-Bâz.

Youssef al-Qaradhawi, philonazi notoire et prédicateur-vedette  de la chaîne qatarie de la Jazira, le Goebbels du djihadisme moderne, le nazislamisme, et responsable direct des centaines de milliers de morts en Syrie et en Libye par ses appels au combat, kital, contre les régimes prétendument mécréants de Bachar Al-Assad et Moamer Kadhafi ne dit pas le contraire: « Le Jihad sur le sentier d’Allah sert uniquement à la défense de la terre [ l’islam est censé être le maître de a terre peuplée des seuls musulmans soumis entièrement aux seules lois de l’islam), de l’honneur et des choses sacrées… Ici, nous adoptons ce qu’ont adopté les savants musulmans de cette époque : cheikh Abu Zuhra, cheikh Rachîd Ridâ, cheikh Chaltut, cheikh Abdallah Darâz, cheikh Al-Ghazâli : tous sont d’avis que le Jihad en Islam sert uniquement à la défense| harchi-faux historiquement parlant]de la religion, de l’État, des choses sacrées, de la terre, de l’honneur… et ne sert pas à la conquête du monde comme le décrivent certains » (l’islam et l’Occident p.19)

Les musulmans ne sauront jamais aller à l’encontre de ce qu’Allah prescrit, sourate 47, verset 4 : « Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c’est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c’est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions. »

La Reine de Jordanie ne doit pas s’attendre à un miracle de la part de ses coreligionnaires sunnites qui ne feront strictement pour circonscrire le feu qui est entrain d’embraser toute la région au nom du djihad.
Elle a beau rappeler que la solution est entre les mains des musulmans eux-mêmes, comme si elle ne savait pas que pour des simples actes de la vie quotidienne ils ne savent que s’en remettre à Allah d’une part et d’autre part que Daech est l’islam. Non seulement ils ne combattront pas Daech mais il est le symbole du retour en force des vraies « valeurs » de l’islam qui ne sont pas sans rappeler celles qui sont à l’origine de l’expansion musulmane q, celui qui ne laisse aucune chance aux « mécréants » Sourate 8 versets 59 et 60 : « Que les mécréants ne pensent pas qu’ils Nous ont échappé. Non, ils ne pourront jamais Nous empêcher (de les rattraper à n’importe quel moment). » « Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi d’Allah et le vôtre, et d’autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais qu’Allah connaît. Et tout ce que vous dépensez dans le sentier d’Allah vous sera remboursé pleinement et vous ne serez point lésés. »

Aujourd’hui Daech fait plus que jamais la fierté des musulmans. Il est leur porte-drapeau, leur désinhibiteur et catalyseur. Avec Daech; les musulmans sont convaincus que l’islam est en train de renaître de ses cendres et la victoire est au bout du chemin. Daech fait la gloire de l’islam et les musulmans. Chaque tête décapitée est une nouvelle victoire d’Allah sur les mécréants qui n’auront leur salut que dans la soumission, la dhimmitude ou la mort.

Mahomet avait le droit de voler l’héritage de Khadija alors que les musulmanes n’ont quasiment le droit à rien

Mahomet vivait aux crochets de Khadija richissime comerçante, sa première épouse et son aînée de 15 ans, dont il avait capté l’héritage aux dépens des propres enfants de cette dernière qui sont prioritaires dans le droit musulman.
Mais Mahomet était lui-même le droit et en sa qualité de prophète il pouvait s’octroyer tous les passe-droits et privilèges dus à son rang. Réputé pour son sens inné très personnel et vicieux de l’éthique et de la justice, ce qui est à toi n’est pas à toi il est à moi, il s’était gardé de facto 100% du gâteau pour lui surtout qu’a priori les enfants de Khadija ne lui avaient fait allégeance et il serait ainsi tout légitime qu’ils fussent spoliés.

Cependant du point de vue théologique, il n’avait commis aucun acte répréhensible et immoral, car il n’était aucunement responsable de sa conduite et de sa pensée. Mahomet était un homme irréprochable et honorable, un modèle pour l’humanité tout entière, parce que tout le mal qu’il avait fait, et Allah sait combien il en avait fait, ne lui était pas imputable. Toutes les mentions inscrites sur son casier judiciaire ne devaient pas y figurer du fait que c’est Allah qui en était l’auteur par Mahomet interposé. Il s’est tout simplement servi de lui pour accomplir ses forfaits criminels. Mahomet est innocent et c’est Allah le coupable.
Par conséquent, dans le cadre de l’affaire de l’héritage de Khadija resté une énigme dans l’histoire mouvementée de Mahomet, dilapidé on ne sait comment, c’est Allah qui devait être poursuivi pour détournement d’héritage et confiscation de la totalité de la succession de Khadija. Ce n’est donc pas Mahomet qui a grugé les héritiers directs de Khadija c’est Allah lui-même. Qu’a-t-il fait de l’immense fortune de Khadija ? Il n’y a que Mahomet qui le sait en sa qualité de témoin oculaire de cette déplorable affaire et compagnon de lit et protégé de Khadija ? Ce ne sont pas les dénégations mensongères de ses centaines de millions de partisans qui vont nous convaincre du contraire.

Pour avoir mis le grappin sur la totalité de la succession de Kahadija avec la complicité de Mahomet devrait se montrer juste à l’égard des femmes en matière d’héritage, ne serait-ce pour se refaire une virginité ? La contrition n’est pas musulmane. Il avait préféré enfoncer le clou et donner à l’homme le double de la part de la femme.

Une femme a beau avoir subvenu au besoin de ses frères et de ses parents, leur avoir procuré même un toit, elle ne doit prétendre que le Coran lui a fixé:Versets 11 et 12 de la Sourate  » Les Femmes »
 » Voici ce que Dieu vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles. S’il n’y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse. Et s’il n’y en a qu’une, à elle alors la moitié. Quant aux père et mère du défunt, à chacun d’eux le sixième de ce qu’il laisse, s’il a un enfant. S’il n’a pas d’enfant et que ses père et mère héritent de lui, à sa mère alors le tiers. Mais s’il a des frères, à la mère alors le sixième, après exécution du testament qu’il aurait fait ou paiement d’une dette. De vos ascendants ou descendants, vous ne savez pas qui est plus près de vous en utilité. Ceci est un ordre obligatoire de la part de Dieu, car Dieu est, certes, Omniscient et Sage.
Et à vous la moitié de ce que laissent vos épouses, si elles n’ont pas d’enfants. Si elles ont un enfant, alors à vous le quart de ce qu’elles laissent, après exécution du testament qu’elles auraient fait ou paiement d’une dette. Et à elles un quart de ce que vous laissez, si vous n’avez pas d’enfant. Mais si vous avez un enfant, à elles alors le huitième de ce que vous laissez après exécution du testament que vous auriez fait ou paiement d’une dette. Et si un homme, ou une femme, meurt sans héritier direct, cependant qu’il laisse un frère ou une sœur, à chacun de ceux-ci alors, un sixième. S’ils sont plus de deux, tous alors participeront au tiers, après exécution du testament ou paiement d’une dette, sans préjudice à quiconque. (Telle est l’) Injonction de Dieu! Et Dieu est Omniscient et Indulgent. »
Verset 176 de la Sourate « Les Femmes »
« Ils te demandent ce qui a été décrété. Dis : « Au sujet du défunt qui n’a pas de père ni de mère ni d’enfant, Dieu vous donne Son décret : si quelqu’un meurt sans enfant, mais a une sœur, à celle-ci revient la moitié de ce qu’il laisse. Et lui, il héritera d’elle en totalité si elle n’a pas d’enfant. Mais s’il a deux sœurs (ou plus), à elles alors les deux tiers de ce qu’il laisse; et s’il a des frères et des sœurs, à un frère alors revient une portion égale à celle de deux sœurs. Dieu vous donne des explications pour que vous ne vous égariez pas. Et Dieu est Omniscient ».
Ne faites pas ce que je fais et faites ce que je vous ordonne. Comme les musulmans ne sont jamais responsables, Allah est toujours là pour les blanchir de leurs crimes et leur injustice à l’égard des femmes entre autres.

Démocratiser les pays musulmans, c’est les sortir de l’islam

« Au diable la démocratie et vive l’islam. » 100% de musulmans sont d’accord là-dessus. Dire le contraire, c’est apostasier l’islam. Deux systèmes politiques concurrents et totalement antinomiques, soit l’un soit l’autre.
On ne peut pas être démocrate et musulman ou musulman et démocrate. Un juif ne peut être nazi et un nazi ne peut pas être judéophile.

Ni la Tunisie ni aucun autre pays musulman n’est et ne sera jamais réellement démocratique. L’islam est le moteur et le liquide rachidien de la vie de tous les musulmans. Hors de son chemin point de salut pour eux. Or, il est impossible d’imaginer les musulmans abandonner l’islam pour emprunter la voie de la démocratie. Ils sont les premiers à profiter de ses bienfaits en Occident jusqu’au jour où ils seront les maîtres du jeu politique et ils pourront ainsi en toute légitimité démocratique imposer la dictature de l’islam et mettre à mort les libertés individuelles et collectives. Ce ne sera pas une république islamique qui verra la jour, qui est juste un trompe-l’oeil comme en Iran, c’est un Califat pour gouverner le Reich musulman, l’Oumma.

Aucun pays musulman ne peut se targuer d’avoir réussi son expérience démocratique, avec des constitutions qui font la part belle à la religion et des Etats protecteurs du sacré. Même la Turquie est loin d’être un Etat démocratique et son choix de la laïcité ne s’est pas par convictions politiques nationales. Son droit interne est toujours régi par les principes du droit musulman qui ne garantissent pas l’égalité entre les hommes et les femmes et ne protègent pas les droits des minorités.
Ce n’est pas non plus la Tunisie qui est l’exemple-type d’une théocratie éclairée élective, avec une Constitution rédigée par les islamistes obsédés par la Charia et le Califat qui prône l’allégeance totale à l’islam, qu’il ne peut y avoir un Etat sans l’islam, des citoyens non musulmans et des droits fondamentaux incompatibles avec l’islam. Comme l’égalité de l’héritage entre les femmes et les hommes.

Dans un régime démocratique, la religion ne doit pas codifier la vie des citoyens et leur dicter la conduite à suivre dans la gestion des affaires publiques et leurs libertés individuelles. Sous prétexte qu’on est dans un pays musulman, la vente des boissons alcoolisées est interdite le vendredi. Interdire aux femmes de se marier à un non-musulman ou obliger les jeûneurs à se cacher pour manger pendant le ramadan c’est la preuve de la prééminence de la religion sur les affaires des hommes.

Une religion trop présente dans la vie des hommes et de la cité ne peut que nuire à l’éclosion des véritables sociétés démocratiques. La démocratie n’est qu’une simple affaire d’élections au suffrage universel, elle doit être neutre de toute influence de la religion et la légifération des lois ne doit jamais être faite au nom d’Allah.
Dans une démocratie véritable on ne rend jamais non plus la justice au nom d’Allah. La justice est aux hommes ce que la religion est à Dieu.
Tant que la voix du peuple est castrée, niée, occultée et étouffée au profit de la voix d’Allah souverain pontife et despote absolu, les pays musulmans sont condamnés à vivre sous la tyrannie de l’islam pour l’éternité. Les expériences démocratiques ne sont que des mirages qui s’évaporent au premier appel à la prière.

Les musulmans

Paru dans Dreuz sous le titre: Les musulmans sont les derniers de la classe. Et ils veulent être nos maîtres ?

Nos rêves sont leurs cauchemars, nos cauchemars sont leurs rêves.

Ils sont à l’ère de la pisse de chameau et nous sommes à l’ère de Boson

Ils aiment la mort plus que tout pour l’ignoble cause de leur religion nous aimons la vie pour transmettre la lumière aux générations futures.

Ils aiment leur religion plus que leurs enfants, leurs femmes et leurs parents et nous n’avons d’yeux que notre progéniture, nos femmes, nos parents et nos semblables.

Ils ne jurent que par leur religion qui fait le malheur des femmes et des enfants et nous croyons qu’il n’y a de religion que l’amour de la vie.

Ils détruisent tout sur leur passage réduisant en cendres l’histoire et la culture des peuples conquis, nous sauvons la mémoire violée et ensevelie des peuples.

Ils ont l’obscurité nous avons la lumière.

Ils sont destructeurs nous sommes bâtisseurs.

Ils conjuguent le passé nous conjuguons le présent et le futur.

Ils sont statiques nous sommes dynamiques.

Ils sont le néant nous sommes la vie.

Ils sont esclaves nous sommes des hommes libres.

Ils ont l’ignorance nous avons la science.

Ils sont plus musulmans qu’humains  nous sommes fiers d’être humains.

Ils prêchent la haine et l’abomination du juif, du chrétien, de l’apostat , du laïc, et du démocrate ,nous appelons à l’amour, à la tolérance et à la fraternité humaine sans exclusive.

Ils s’enivrent du sang humain nous dégustons le vin de notre terroir.

Ils égorgent les hommes nous sauvons des vies.

Ils sont ethnocentriques et nazis dans les tripes nous sommes humanistes, pacifistes et dévoués pour les droits de l’homme et du vivre ensemble.

Ils sont nourris au biberon de la violence et du nihilisme de la  naissance jusqu’à la mort et nous sommes épris de paix et de justice tout au long de la vie.

Ils sont les premiers à profiter des bienfaits de ces peuples que leur livre ordonne d’exterminer, nous avons le malheur de creuser nos propres tombes en les accueillant.

Ils nous témoignent jamais de leur reconnaissance et gratitude, notre générosité est un droit pour eux.

Ils ne vont jamais chez leurs frères opulents, ils savent qu’ils y seront traités comme des vauriens et chez les koffars ils auront tout pour être si bien.

Ils font de l’irrationnel,  de l’insensé et de la barbarie leur mode de vie et nous faisons de la raison et du libre-arbitre le moteur de notre existence.

Ils dilapident des fortunes dans le clinquant et le faste et nous dépensons les nôtres dans le progrès humain.

Ils construisent des mosquées cathédrales alors que leurs peuples  croulent sous la misère et nous les soignons gracieusement dans nos hôpitaux.

Ils font de la Charia une loi pour anéantir les hommes et les libertés et nous faisons de nos lois une source des libertés et de justice.

Ils ne veulent pas des égalités entre les hommes et les sexes au nom de leurs dogmes et ils sont les premiers à profiter de nos lois.

Ils ont la tristesse nous avons la joie de vivre.

Ils sont sans foi ni loi ni morale, nous avons le respect des lois et de la morale.

Ils violent le droit des enfants nous protégeons les nôtres avec notre droit.

Ils font de leur faux prophète un seigneur de l’humanité, il est juste pour nous son saigneur.

Ils se veulent la meilleure nation humaine, nous leur disons que la vantardise est le propre des cancres.

Ils prônent le suprémacisme nous prônons l’égalitarisme.

Ils lapident leurs femmes et décapitent leurs victimes au temps même de Mahomet nous leur rappelons qu’à force de semer la mort ils vont récolter sa tempête.

Ils font de leur religion une science et de leurs imams des savants alors que la science est l’oeuvre de l’homme et l’ennemie des dogmes.

Ils sont pour la guerre nous sommes pour la paix.

Ils veulent conquérir le monde par la terreur, un jour le monde se réveillera et fera de la terre leur tombe.

Ils sont à la traîne de l’humanité  nous sommes à la pointe.

Ils prétendent que la pisse de chameau est un remède contre le cancer et les mêmes viennent faire soigner le leur chez les »infidèles ».

Ils n’ont jamais rien apporté au bien-être commun des hommes nous avons tout fait pour l’humanité.

Ils sont atteints du délire de grandeur aveuglés par leur arrogance et suffisance et nous avons l’humilité chevillée au corps.

Ils font du plagiat et du copier-coller des découvertes qui auraient changé la face du monde, nous sommes là pour démystifier leur imposture.

Ils ne traduisent rien nous avons tout traduit.

Ils font des orphelines et des indigentes des esclaves sexuelles nous adoptons des enfants pour leur donner une dignité.

Ils innocent les violeurs et condamnent les victimes nous protégeons les victimes et réprimons les violeurs.

Ils se détestent  à mort et ça 1436 ans que cela dure nous sommes solidaires.

Ils méprisent leurs pauvres nous donnons aux nôtres les moyens de sortir de leur pauvreté.

Ils ont fait des noirs et des captifs une vulgaire marchandise et nous en les avons donné leur liberté.

Ils pratiquent des mariages pédophiles et nous faisons de nos enfants des phares pour éclairer l’avenir.

Ils relèguent leurs femmes nous émancipons les nôtres.

Ils ont peur de s’ouvrir au monde nous sommes en quête permanente d’ouverture.

Ils font du Coran leur seul livre nous nous nourrissons de millions de livres.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

NB Ce post ne vise que les musulmans qui s’y reconnaissent

L’islam ou le cercueil » ce que la France et l’Occident n’ont toujours pas compris

Les tueurs à gage d’Allah ont tué des touristes français au Musée du Bardo en Tunisie parce qu’ils ne sont pas musulmans et ils n’ont rien à faire en dar al-islam, pays de la piété. On les persécute et harcèle chez eux comme à Reims parce qu’ils heurtent les règles de bienséance islamiques, à savoir la charia. 
Partout où ils sont, ils ne sont pas tolérés. Ils n’ont plus désormais le choix s’ils tiennent à leur vie.
Soit l’islam soit la valise, leur terre n’est pas leur terre c’est une terre cible de l’islam, une terre de conquête, dar al-harb, il est hors de question pour lui d’y mettre les formes.
A la guerre comme à la guerre, ni convention à respecter ni laisser sa chance à l’ennemi, qui ne pourra plus trouver son salut que dans la reddition et la soumission : »Combattez ceux qui ne croient point en Allah ni au Dernier Jour, (qui) ne déclarent pas illicite ce qu’Allah et Son Apôtre ont déclaré illicite, qui ne pratiquent point la religion de Vérité, parmi ceux ayant reçu l’Ecriture! Combattez-les jusqu’à ce qu’ils paient la jizya (capitation) directement et alors qu’ils sont humiliés » . La jizya est une taxe frappant exclusivement les non-musulmans. Le verset 5 de cette sourate est tout aussi rassurant sur les inimitiés de l’islam pour les non-musulmans: « Quand les mois sacrés seront expirés, tuez les Infidèles quelque part que vous les trouviez! Prenez les! Assiégez-les! Dressez pour eux des embuscades ».
L’islam se veut au-dessus des lois des hommes, jugées impures et imparfaites, continuera à faire des siennes tant que le monde ne se plie pas à ses lois ni paix ni trêve surtout qu’aujourd’hui il sent qu’il est en position de force et que l’adversaire est de plus en plus en situation de faiblesse. Rusé, perfide et habile manoeuvrier, il a l’art de se camoufler, de prendre les couleurs de son nouveau milieu d’accueil, de se fondre dans le paysage comme un caméléon,qu’il ne l’est pas mais dont il prend la forme pour abuser de la crédulité de ses « hôtes », endormir leur vigilance jusqu’au jour où il sent que sa proie est mure pour être dépecée et il abandonne ainsi sa carapace de caméléon pour redevenir l’alligator qu’il est. Il arrive en Dr Jekyll et finit en Mr Hyde. 
Dans une interview aux  » Cahiers d’Europe « , septembre 1996, n° 1.Maxime Rodinson a parfaitement résumé cette la personnalité bicéphale de l’islam dans laquelle il arbore le masque de la belle pour dissimuler sa nature hideuse et effrayante  » [Anciennement] La propagation (de la foi musulmane) par la lutte armée (djihad) se faisait quand les circonstances étaient favorables ; lorsqu’elles ne l’étaient pas et que l’ennemi était plus puissant que soi, on attendait  » Et lorsqu’on lui demande  » Ce désir de conquête (des musulmans) se perpétue-t-il aujourd’hui ? « , il répond :  » Il est dans la tradition. Des textes et des coutumes subsistent. Même si on l’exerce pas pendant une période, il peut resurgir. Pour le moment, les Occidentaux (soit chrétiens, soit athées) sont les plus puissants. Par conséquent, les croyants doivent s’en accommoder et ne pas faire une guerre qu’ils sont sûrs de perdre ; ou bien il faut trouver des méthodes différentes (où les armes des plus faibles peuvent être efficaces, guérilla, terrorisme). « . (6) 
Les musulmans sont exhortés à ne pas faire des vagues quand les rapports de force ne sont pas à leurs avantages. Adoptant un profil bas pour ne pas réveiller les soupçons et donner l’illusion à l’ennemi qu’ils sont la paix personnifiée: »Ne faiblissez pas! Ne faites pas appel à la paix quand vous êtes les plus forts. Dieu est avec vous: il ne vous privera pas de la récompense due à vos œuvres. »(Coran XLVII,35). 
Cette citation de Montalembert « quand je suis faible, je vous réclame la liberté au nom de vos principes; quand je suis fort, je vous la refuse au nom des miens.  » va comme un gant à Mahomet.
L’affaire de Reims n’est pas un banal incident pour qu’elle soit rangée dans la rubrique des faits divers parmi des milliers d’autres, elle est le signe qu’aujourd’hui l’islam sort en fin du bois et ne fait plus mystère de ses intentions velléitaires et hégémoniques d’une part et d’autre part il dessine aux Français les contours du sort qu’il leur réserve s’ils persistent dans d’autres voies que la sienne: 
Sourate 8 : Le butin (Al-Anfal) »
« 39. Et combattez-les jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Dieu. Puis, s’ils cessent (ils seront pardonnés car) Dieu observe bien ce qu’ils oeuvrent. »
« 123. Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez que Dieu est avec les pieux.
« 

L’affaire du maillot de bain à Reims est un acte d’agression contre la France entière

BvTtc7YCMAAcWiL

Je m’appelle Salem Ben Ammar Dr en Science politique et titulaire d’un diplôme de 3 e cycle sur l’islam indien. Je suis tunisien de naissance. Bien imprudent le journaliste qui osera me dire ce qu’est et ce que n’est pas l’islam.

Le cas de cette jeune fille rémoise agressée physiquement et moralement parce qu’elle bronzait en maillot de bain par cinq apprenties djihadistes d’Allah est le prélude de l’islamisation à marche forcée de la France.

Selon la sourate 45 verset 27, à Allah appartient le royaume des cieux et de la terre. Il en est le maître absolu, son créateur, et un jour il régnera sur son toit, et les musulmans en leur qualité de ses élus, sont ses mandataires, ses ayants droit, et les infidèles sont des squatteurs.

« Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du livre [chrétiens et juifs] croyaient, ce serait meilleur pour eux. Il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont pervers » (sourate 3 verset 110).

S’ils font aujourd’hui la police de la vertu pour imposer l’ordre moral islamique comme dans les pays musulmans, c’est parce qu’ils sont dans leur bon droit aux termes de l’imprimatur donné par Mahomet à ses fidèles : « Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés. » (sourate 9 verset 29).

L’islam est partout chez lui, la terre entière est son stade, il y a des terres conquises, dar al-islam, et d’autres qui restent à conquérir, dar al-harb.

Rien ne saurait enrayer son expansionnisme de plus en plus violent et terrifiant.

Aujourd’hui, les musulmans d’Europe sont passés au stade de l’intimidation. Demain mêmes les modérés devront porter la guerre dans tous les Dar-el-Harb du monde pour en faire des Dar-el-Islam sous peine d’être considérés comme de mauvais musulmans et d’en payer le prix : la décapitation. Obligation leur en est faite par le coran: « Tuez les infidèles où que vous les trouviez ». (sourate 9 verset 5).

La jeune rémoise agressée n’est plus chez elle. Elle n’est qu’une infidèle qui souille par sa tenue une terre qui sera un jour une terre sacrée de l’islam.

Ces djihadistes-agents de la voirie islamique ne font qu’entreprendre leur travail de dépollution, de purification de l’espace public.

Leur agression qui n’est pas illicite du point de vue de la Charia s’inscrit dans le processus de l’halalisation de la France.

L’heure n’est plus aux palabres et aux discours enfumeurs sur le pas d’amalgame, la diabolisation de l’extrême droite, et l’existence de musulmans premières victimes de l’islam radical. Est venu le temps de la reprise en main du destin de la France par le peuple lui-même. Et il tarde, tarde …

Tout le monde en bikini, en mono, en maillot de bain sur les plages et dans les parcs. Les musulmans n’ont pas à faire la loi, c’est aux Français de leur imposer la leur. Où qu’ils retournent là d’où ils viennent.

La France n’est pas aux Français, un slogan maintenant contre-productif, elle est à ceux qui l’aiment, la respectent et sortent dans la rue pour crier non à l’islam et ses desseins coloniaux et destructeurs.

La France a besoin de tout le monde, elle n’est pas la propriété des partis, elle a besoin de tous les Français et tous les hommes épris de liberté et de paix qui ont la France en eux, cette France des Lumières.

La France vit une nouvelle ère noire de son histoire. Et comme lors de la seconde guerre mondiale, il ne manque aucun collabo dans les sphères d’influence pour le nier. Pour la sortir du guêpier de l’islam dans lequel ses dirigeants politiques de tous bords et ses faiseurs d’opinion l’ont mise, il faut que tout le monde soit sur le pont pour écoper l’eau contaminée de l’islam.

On ne sauvera pas la France en restant spectateur de son naufrage, en gardant les bras croisés devant l’arrogance envahissante musulmane, en tremblant devant  ceux qui vilipendent ceux qui tirent la sonnette d’alarme tout en jurant que l’islamisation est un fantasme populiste.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

– See more at: http://www.dreuz.info/2015/07/27/laffaire-du-maillot-de-bain-a-reims-est-un-acte-dagression-contre-la-france-entiere/#sthash.EAWXnLM8.dpuf

L’islam ne dominera pas le monde, il finira comme son congénère nazi

Paru dans Dreuz sous le titre :« Musulmans, je n’ai rien contre vous, c’est votre comportement envahisseur qui m’insupporte »

 

 Si le christianisme est falsifié selon des plantigrades mahométans, c’est que l’islam l’est encore plus. N’est-il pas lui-même une pâle copie du judaïsme et du christianisme o ?

Vous n’êtes pas meilleurs que ceux qui n’adhèrent pas à votre croyance. Pires vous l’êtes certainement, car à force de vous égosiller depuis 1436 ans  que vous êtes la plus belle communauté jamais envoyée sur terre, sans absolument rien connaître de l’histoire des civilisations et de la géographie humaine, vous semez vous-mêmes le doute sur vos capacités mentales et intellectuelles.

C’est la preuve que vous êtes dans les catacombes de l’histoire et vous fantasmez sur l’absence de lumière dans cette obscurité opaque dans laquelle vous êtes plongés. Les êtres de lumière ne se voient pas dans les habits des lumières puisqu’ils les portent, il n’y a que ceux qui comme vous qui en sont dépourvus qui les revendiquent.

Quand on est laid, moche, monstrueux, cauchemardesque, ténébreux, et répugnant on se voit beau, merveilleux et sublime. Vous êtes défavorisés par la vie et vous n’êtes pas les seuls, mais vous n’avez pas l’intelligence pour compenser votre handicap en cherchant à faire un bon usage de vos capacités intellectuelles et humaines, d’oeuvrer pour le bien-être commun de l’humanité, plutôt que de la parasiter et lui nuire.

Animés par des sombres desseins pour l’asservir alors que vous êtes les premiers à profiter de ses bienfaits. Que ferez-vous le jour où le monde finira par vous ressembler pour devenir une Arabie Saoudite planétaire, votre modèle parfait, un cimetière à ciel ouvert ?

Ce sera fini de la joie de vivre, de la gaieté, de la réflexion, de la création, de l’innovation, de la recherche, de la culture, de la philosophie, de l’art, de la musique, de la poésie, de la morale humaine, du contrat social, des droits humains, de la protection de la petite enfance, des droits des étrangers, de l’égalité entre les sexes, des régimes matrimoniaux garantissant les droits de la femme, etc… Un monde coulé dans le même moule et guidé par la voix d’Allah. Est-ce cela votre projet politique et civilisationnel pour l’humanité ?

Pourquoi avez-vous tant peur d’un monde pluriel ?

La richesse humaine n’est pas dans le sectarisme et l’uniformisation de la pensée, elle est et restera, que cela vous en déplaise, dans sa variété et sa diversité. Saint-Exupéry disait « Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit » Il est douteux que vous connaissiez de cette citation.

Vous êtes trop centrés sur votre nombril, dont vous voulez faire le nombril de l’humanité. Au lieu de la régénérer par le savoir et le progrès, vous cherchez à l’anéantir et faire des humains une race de dégénérés à l’image de ces masses frustres, avachies, des corps sans âme, et inertes, au Q.I. de crevettes, lobotomisées et abêtis des pays musulmans.

Epargnez-nous votre vantardise et vos fanfaronnades et prouvez-nous vos performances. Vous ne serez jamais des médaillés olympiques tant que vous n’aurez pas foulé les terrains de la compétition mondiale et travaillé d’arrache-pieds pour y arriver.

De grâce, cessez de vous faire passer pour des champions alors que vous êtes – très sincèrement – des vauriens.

Soyez humbles et modestes et vous aurez notre estime et considération.

Vous ne sauriez nier que vous êtes en queue du peloton. Plus il roule à vive allure, plus vous êtes largués. Ce n’est pas avec votre lecture du Coran que vous allez pouvoir parvenir à combler les retards abyssaux qui vous séparent des autres.

Regardez ce que la Corée du Sud a fait en 60 ans, pour ne pas citer Israël et tant d’autres pays, des millions de brevets industriels et technologiques, et ce que vous avez avez fait en 1436 ans. Rien ! Zéro apport à l’humanité, sauf le terrorisme et l’obscurantisme érigé en dogme.

Peu importe ce que vous auriez soi-disant inspiré à l’Occident, ce qui est loin d’être avéré. Les quelques savants musulmans qui ont osé briser les chaînes de l’ignorance sacrée furent persécutés et la majorité de leurs oeuvres détruites, et ils étaient surtout des commentateurs.

Comparez l’architecture majestueuse des cathédrales et des églises médiévales avec celle de vos mosquées, pour tordre le cou aux idées reçues sur votre supériorité sur le christianisme. Je crois savoir que votre plus belle mosquée était une ancienne basilique. Je sais que vous n’êtes pas capables, à cause de votre ignorance aveugle et votre mesquinerie intellectuelle, de reconnaître vos faiblesses et vos carences pathologiques.

Je n’ai rien contre vous, c’est votre comportement envahisseur, hégémonique, irrespectueux de l’environnement, incompatible avec le bien-vivre ensemble, ultra-violent, rétrograde, archaïque, arrogant et ethno-nombriliste qui m’indispose et m’insupporte.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Tags:

– See more at: http://www.dreuz.info/2015/06/20/musulmans-je-nai-rien-contre-vous-cest-votre-comportement-envahisseur-qui-minsupporte/#sthash.wVOwMSzQ.dpuf

Islam et Démocratie : Huile et Vinaigre

Islam et Démocratie : Huile et Vinaigre

Ceci est un article entièrement repompé de Salem Benammar.Pourquoi?
Car il est clair, concis, objectif et loin des écrans de fumée envoyés par les médias majoritaires.
Il n’y a ni haine , ni manipulation, simplement la connaissance des faits , de l’érudition (en espérant que ce terme ne soit pas devenu une injure). Tout est vérifiable. Vive l’esprit des lumières.
Pourquoi la démocratie ne peut pas exister dans les pays musulmans ? Publié le 16 février 2013 par Salem Benammar .

*************

L’islam et la démocratie sont deux entités antinomiques. L’une veut créer les conditions pour imposer la souveraineté d’Allah sur la vie de la cité dont il est le seul maître et souverain. L’autre cherche à donner à l’homme les moyens de son émancipation politique afin qu’il soit partie prenante dans la définition de son projet de vie politique. Deux conceptions de régimes politiques contradictoires et opposés. D’une part seul dieu est souverain, il ne peut y avoir une autre voix en dehors la sienne et d’autre part le pouvoir revient au peuple et à son seul profit et dont les modalités de l’exercice sont définies par ses assemblées, mandatées par lui. Seul le peuple est souverain. Un sacrilège aux yeux de l’islam, une hérésie qu’il faut combattre et dont il faut immuniser les musulmans. Lui qui se veut le seul et unique berger, ne pas enlever les barrières de son enclos à un autre berger susceptible de faire égarer son troupeau dans des enclos moins hostiles et à l’herbe grasse et favorables à leur émancipation. L’islam a peur de la contagion démocratique qui peut gagner ses fidèles qu’il assimile à une apostasie. Sa hantise de la démocratie est telle qu’il n’hésite pas à stigmatiser les insolents, tous ceux qui contestent son pouvoir, à les désigner à la vindicte populaire pour les châtier, comme ce fut le cas du leader politique de la Gauche Laïque et Républicaine Chokri Belaîd assassiné parce qu’il rêvait d’un destin démocratique pour la Tunisie.
La cité idéale musulmane est par essence dépouillée de toutes les influences extérieures considérées comme contraires aux dogmes de l’islam. Il a su habilement se servir de la générosité naïve de la démocratie pour rétablir son pouvoir politique par le biais des révolutions, plutôt dévolution, du printemps arabe, comme si ces pays avaient des saisons, eux qui n’avaient connu que sécheresse et aridité. Suivant l’exemple de son clone nazi, il se met à miner le terrain pour empêcher l’éclosion de la fleur démocratique dont pourraient s’enivrer les musulmans.
Pour conserver son pouvoir, il ne recule devant rien. Faucher, brûler, menacer, violenter, clouer au pilori, réprimer, tuer, jeter l’anathème, terroriser, violenter, la fin justifie les moyens, car il y va de sa propre pérennité,. Il est de règle que la théocratie ne peut prospérer que sur l’obscurantisme et les limitations des espaces de libertés, et la et la démocratie prospère sur le recul des pratiques de la religion. Aliéner, castrer, endoctriner et bâillonner, seul moyen pour abrutir les hommes, afin de les rendre plus dociles et prévenir toute réaction de résilience qualifiée de Fitna. Un pêché mortel au regard des dogmes.
La démocratie n’a pas besoin d’artifices culpabilisant et inhibant, ni de paver le chemin des libertés de leurres, de farces et attrapes, elle est l’expression libre de la volonté des hommes de donner un sens commun à leur vie en collectivité. Alors que l’islam se veut le sens, l’essence, la substance, le code et le but ultime de leur vie. Avec des contraintes drastiques et inhibitrices.
Pour exister, l’islam recourt aux méthodes de manipulation mentale pour pouvoir maintenir les hommes dans sa sphère de dépendance. comme toute idéologie totalitaire, il ne laisse aucune liberté de choix aux hommes, tout est mis en œuvre pour les figer dans le marbre du conservatisme. Sa grande hantise est de perdre son pouvoir de contrôle absolu que seule la semence démocratique peut l’affaiblir. L’homme musulman est créé par Dieu pour le servir, lui servir de chair à canon dans le djihad et non de réfléchir par lui-même sur le vrai sens de son existence. N’est musulman que celui qui se soumet sans discernement aux dogmes de sa foi et dont il fait son motus vivendi. S’en écarter est assimilé à un sacrilège qui expose le déviant aux pires châtiments.
Plus proche du bolchevisme et du nazisme que du bouddhisme ou du christianisme, il se veut le seul maître et architecte de l’environnement politique dans lequel doivent évoluer ses adeptes, réglant avec la minutie de l’horloger leur façon d’être, de concevoir, de penser et de vivre jusqu’à leur façon de s’habiller. Les musulmans n’ont pas de prise sur leur propre vie, ni de pouvoir d’agir et de choisir par eux-mêmes. Ils sont des pions sur le grand échiquier élaboré par dieu et dont la finalité est d’instaurer un nouvel ordre mondial dont les musulmans seront les maîtres.
Dans le cas d’espèce, il est utopique de chercher à implanter une quelconque semence dans un sol où seule la semence musulmane théocratique est censée pousser. C’est un peu comme si l’on avait cherché à greffer l’humanisme sur le nazisme en son temps, ce qui aurait eu pour conséquence de lui donner un visage humain. Or, le nazisme, ne pouvait prospérer que dans la haine, le racisme et l’intolérance, sinon il n’aurait pas perdu son sens et sa substance, ce qui est aussi le cas de l’Islam. Ce n’est pas l’enfant terrible de l’Islam qu’est l’islamisme que les nombreux laudateurs de l’islam veulent en faire le bourreau de l’Islam lui-même, ce fils parricide qui dévoie et dénature l’Islam. Alors que l’islamisme n’est rien d’autre que le bras armé de l’islam dans sa phase de conquête et de reconquête du monde.
En effet, le problème est moins par conséquent l’islamisme qui est plus un moyen de blanchir l’Islam, de le déculpabiliser, de le dédouaner et de l’exonérer de toutes ces dérives terroristes, barbares et ultra réactionnaires. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas le ver venimeux dans le fruit musulman, ni sa nécrose, il en est l’organe vital, son cerveau et sa force de frappe. L’islamisme n’est pas l’Islam politique, c’est l’Islam où toutes les composantes qui fondent la vie des hommes doivent être se confondent, s’amalgament, s’enchevêtrent et s’inter-agissent entre elles. Il est son esprit et son corps. Tout simplement, c’est l’islam tel qu’il doit être et non pas l’Islam mythifié et légendé par les mystificateurs de l’Islam qui vont jusqu’à pousser la fantaisie en assimilant l’Islam à la paix et à la tolérance.
Dans un sens ils n’ont pas tort, puisque pour préserver son intégrité physique et être accepté par ses semblables il faut être musulman. Seul un musulman soumis aux lois dictatoriales de l’Islam et qui satisfait à la volonté de dieu peu prétendre à cela. Un peu comme un commerçant napolitain qui doit s’acquitter d’un tribut, une jizia, pour avoir acheté sa tranquillité. L’Islam c’est se soumettre ou se démettre. Il ne laisse guère le choix aux hommes, ni d’alternative à repenser ou considérer le choix contraint et forcé, soit une allégeance ad vitam aeternam soit la mort. Aucune rupture de lien n’est possible, c’est un univers carcéral dont on ne sort jamais vivant. On naît musulman, on vit dans l’Islam et on meurt musulman. Un musulman ne peut et ne doit envisager sa vie en dehors des prescrits de sa foi et des règles de vie de sa communauté, qui est sa matrice et son censeur.
C’est pourquoi, il lui est impossible d’emprunter une autre voie non fixée par la feuille de route censée être la meilleure pour lui afin d’atteindre le Graal paradisiaque. Il est évident que pour lui, suivre une autre voie qui ne soit pas d’essence musulmane consiste à commettre un sacrilège, un péché mortel. Ce que ne manquent pas d’ailleurs de lui rappeler les doctes de sa foi dans leurs oukases, les fatwas. Un musulman n’est pas en droit d’avoir des choix politiques ni d’exercer la liberté de conscience et d’expression, comme s’il était un majeur incapable, il doit accomplir ce que dieu lui a dicté. N’étant pas doté de volonté propre, il n’a pas à être acteur de sa vie personnelle et politique. Ce que dieu a ordonné et ordonnancé, l’homme n’a pas à l’intervertir ou s’y interférer.
Qui mieux que la démocratie pour permettre d’ôter le carcan du poids étouffant de la religion sur la vie des hommes, et constituer un antidote à leurs maux, mais c’est sans compter sur les gardiens des dogmes de la foi pour lui opposer hostilité et rejet au nom de la pureté des sources de l’Islam et le bouclier canonique des valeurs du sacré. A leurs yeux, la démocratie, concept par essence profane, présente un danger certain pour la pérennité même de l’Islam, la favoriser revient à sonner le glas de l’Islam. L’ennemie à abattre car il risque de faire non seulement de l’ombre au pouvoir despotique de l’Islam mais surtout de provoquer cette onde de choc libératrice des musulmans, les éloignant ainsi du totalitarisme de l’Islam.
Dans ce contexte, l’islamisme devient la ligne Maginot que les musulmans ne doivent pas franchir. Leur cordon ombilical qui les relie à leur plasma originel. L’islam n’est pas qu’un simple système de croyance et de pratiques cultuelles personnelles et communautaires, il est leur cadre de dans la cité et leur mode de gouvernement absolu où il n’y a pas de pouvoir autre que celui de dieu sur les hommes. Il est de à la fois religion, État et monde. Prohibant tout principe séparation entre le sacré et le profane et le séculier et séculaire, le politique du religieux. Ce mélange des genres qui s’articule autour de l’omniscience et l’omniprésence de la parole sacrée, constitue un frein insurmontable à l’éligibilité de la Démocratie dans les pays musulmans.
Dans les sociétés islamisées, seules les lois d’essence divine ont cours toute autre loi n’ayant pas ce caractère sacré est considérée comme une apostasie. L’Islam ne conçoit pas que l’homme responsable puisse agir sur son destin politique, alors que sa mission est la seule et de répandre la parole d Allah sur terre et instaurer le modèle de l’État islamique tel qu’il est défini par le Coran dont les lois sont immuables et intemporelles. Seul Allah a le pouvoir de légifère en opposition totale et absolue avec notre droit positif.
Or, la Démocratie est par définition une doctrine politique, d’essence humaine, par laquelle la souveraineté appartient à l’ensemble des citoyens (notion inconnue dans le Coran) au sein d une organisation qui a souvent la forme d’une République (en opposition à la notion de l’Oumma). Dans un régime démocratique, les hommes sont libres et égaux en matière de leur choix de vie, leur choix politique (droit de vote), leur choix de liberté de conscience (interdite dans l islam). Un État démocratique repose aussi sur le principe inaliénable d’égalité des droits entre les citoyens indépendamment de leur sexe (le coran ne reconnaît pas l égalité homme femme) de leurs origines (non fondées sur la foi contrairement à l’islam).
La démocratie protège les citoyens sur des critères autres que ceux définis par le Coran ou la Charia qui autorisent de discriminer le incroyants et leur réserver les pires châtiments. un athée n a pas le droit à la vie en terre d’Islam. Soit la conversion soit la mort, l’exil ou la jizya, la capitation un impôt de survie, une sorte de racket religieux juste pour jouir du statut peu enviable et à forte connotation raciste de dhimmi, une sorte d’intouchable dans le système de castes musulmanes. Dotant les musulmans des vertus de la pureté et des noms musulmans de l’infamie de l’impureté. Différencier les hommes, les catégoriser pour les exclure et les ostraciser voire pire encore, n’est pas sans rappeler le Reich nazi et laisse subsister de sérieux doutes sur la nature même de l’Islam en tant que religion stricto sensu.
L’Islam ne condamne pas non plus les inégalités sociales. Dieu aurait créé les riches et les pauvres, à et nul n’est en droit d’en contester le fondement, les musulmans doivent s’y résigner. De même que l’égalité entre les hommes ne s’applique qu’aux seuls fidèles. Fonder l’égalité sur le seul critère de piété c’est comme si Hitler basait l’égalité entre les hommes sur le seul critère du sang.
En conclusion, une organisation politique quelle que soit son essence, humaine pour la démocratie et divine ou prétendue telle comme dans l’Oumma musulmane qui ne reconnaît pas à l’homme ses libertés fondamentales, telle que sa liberté de culte et conscience inscrite en lettre d’or dans la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 (jamais adoptée par les États islamiques jugée contraire à leur foi), est indéniablement liberticide, totalitaire et théocratique.
Ainsi l’illusion démocratique sera pour les Musulmans un pur fantasme qui peuplera les rêves des femmes et des hommes qui aspirent à un monde meilleur mais qui ont la malchance de vivre sous le joug du despotisme musulman.

Salem Benammar ,16 fevrier 2013.

Les bagagistes-voleurs tunisiens ont en Mahomet le parfait exemple

D’après le Malsain Coran,  le plus grand traité de la justice inique et inepte jamais donné à l’homme qui a fait du respect des biens des infidèles un droit inaliénable mais pas dans le sens du droit humain du terme (48:20) – « Dieu vous avait promis que vous vous empareriez d’un butin abondant. Il a hâté pour vous la conclusion de cette affaire ; Il a écarté de vous les mains de ces gens afin que cela soit un signe pour les croyants et serve à vous guider sur une voie droite. » Allah promet aux musulmans qu’ils pourront s’enrichir matériellement dans leur guerre du djihad contre les mécréants.le Coran (33:27) – « Dieu vous a fait ainsi hériter de leur pays, de leurs demeures, de leurs richesses et d’une terre que vos pieds n’avaient jamais foulée. La puissance de Dieu n’a point de limite. » Ce verset fait à nouveau référence aux biens des infidèles, que les musulmans s’approprient lorsqu’ils les ont vaincus.

Compte-tenu de cette promesse de droit absolu les musulmans élus par Allah comme ses dignes représentants sur terre sont à ce titre ses ayants droits, les gérants de son patrimoine planétaire et cosmiques, les garants de sa pérennité et sa prospérité.

Ils sont sur terre pour veiller scrupuleusement et fidèlement aux seuls intérêts de leur propriétaire de plein droit.  En leur qualité d’esclaves de par le statut qu’il leur octroie, ils doivent s’engager dans une seule voie et obéir à une seule loi les siennes et malheur à ceux qui y contreviennent.  Ils n’ont aucune emprise sur les choix de leurs activités ni faire jouer une quelconque clause de conscience pour motiver leur refus dans des situations susceptibles de présenter un danger pour la vie d’autrui ou porter préjudice aux tiers. La fin justifie les moyens. Les esclaves n’ont pas à discuter des ordres de leur maître. Ils ont ainsi pour tâches de lui servir de cerbères, de pilleurs, de marchands d’esclaves, de voleurs, d’assassins, de terroristes, d’agents de propagande, de racketteurs, d’hommes à tout faire, de laboureurs des corps des femmes, de violeurs d’enfants, d’égorgeurs, de bourreaux, ils n’ont que faire du couperet de la justice impie humaine.

Anoblis par Mahomet le Duc de l’humanité  en tant que marquis de l’humanité ils doivent bénéficier de l’usufruit des biens qui sont sa propriété et l’humanité non-musulmane qui produit comme par hasard plus de 90 % des richesses mondiales doit leur verser des royalties substantielles, parfois 100% quand le franchisé est de mauvaise et se montre ingrat, car sans les bienfaits d’Allah on ne produirait ni exploiterait quoique ce soit.

Par conséquent quand ils réduisent des femmes et des enfants à l’état d’esclaves, ils ne font rien d’autre qu’appliquer la loi d’Allah qui doit frapper « les infidèles ».

Leurs actes ne présentent aucun caractère immoral car ils sont couverts par le sceau du sacré.  Ils doivent pour ce faire à chaque fois qu’ils accomplissent leurs forfaits, plutôt leurs devoirs ils doivent impérativement prononcer la formule de rigueur  Allah Akbar.

C’est pourquoi dealer, rançonner, braquer une bijouterie, s’attaquer à un distributeur avec une voiture bélier,  voler un bureau de Poste ou dévaliser un magasin  pour financer les opérations du djihad ne sont en rien des actes criminels en soi puisqu’ils répondent à une nécessité absolue donner les moyens à Allah pour triompher des « mécréants ».  Ils ne font en réalité que ramasser un butin  au profit d’Allah et de son lieutenant malfaisant et de basses besognes, « ils t’interrogent au sujet du butin. Dis: «Le butin est à Allah et à Son messager.»  ( S. 8, Al Anfaâl, le Butin; V. 7). Sourate 8 – Al-Anfâl : Le Butin(1)   – 75 verse

Le délinquant n’est pas le musulman, c’est le non-musulman qui veut l’empêcher de prendre possession de ce qui revient de plein droit à Allah..

Soyons clairs tout ce qui est sur terre, sous terre , dans l’atmosphère, la stratosphère, dans les mers, les océans, sur Mars, la lune, sont son oeuvre, vous avez fait le choix de lui désobéir tout en profitant de ce qu’il a créé vous êtes ses débiteurs pourquoi vous accusez les musulmans de vol alors qu’ils ne font que remplir leur mission de percepteurs.

De toutes les religions monothéistes à supposer que l’islam le soit, qui est plutôt un système mafieux le plus pernicieux qui soit, n’a pas inventé le concept de la jizya, un impôt dont doivent s’acquitter les gens du livre pour l’air qu’ils respirent.

Quant à ces bagagistes-voleurs tunisiens ils ont en Mahomet le parfait exemple,

Ibn Ishaq (764) – Concernant le vol des mécréant, peut être, parmi de nombreux exemple, celui des conséquences de la bataille menée contre les habitants de l’oasis de Khaybar comme il fut rapporté par le premier biographe de Mahomet. Les habitants de l’oasis de Khaybar formaient une communauté paisible de paysans juifs qui n’étaient même pas au courant que la guerre leur avait été déclarée jusqu’à ce que Mahomet emmenât ses hommes contre la ville un matin, les prenant par surprise et les vainquant facilement.

Mahomet ne se contenta pas de saisir la plupart des possessions et des terres de la ville, et il fit aussi torturé le trésorier de la tribu, un homme nommé Kinana, jusqu’à ce qu’il divulguât l’emplacement secret du trésor. Mahomet décapita alors l’homme et « se maria » avec sa veuve traumatisée, Safiyya (laquelle passa d’abord entre les mains de l’un de ses lieutenants comme le détermina un tirage au sort).

Bukhari (44:668) « Nous étions en compagnie du prophète à Dhul-Hulaifa. Les gens eurent faim et mirent la main sur des chameaux et des moutons (comme butin)… » Mahomet a dit qu’Allah subviendrait toujours aux besoins de ceux qui croient en lui. Voler des non musulmans était un moyen licite d’accomplir la promesse divine.

Ahmad 4869 (aussi mentionné dans les Hadiths originaux de Bukhari ) – Ibn ‘Umar tenait ces faits du prophète, qu’Allah le bénisse et lui accorde la paix, « Mon approvisionnement a été mis sous l’ombre de ma lance, et l’avilissement et l’humilité ont été placé sur ceux qui désobéissent mes ordres. » Le mot « approvisionnement » veut dire moyen d’existence et « avilissement et humilité » se rapportent à la jizya que les non musulmans sont sensés payer. En raison du simple fait de ne pas croire en Allah, les biens des non musulmans appartiennent aux musulmans.

Hommage aux milliers de chrétiens nigérians victimes de l’islam de Boko Haram

cet article date du 26 décembre 2011

Une pensée en cette période censée être de paix et de recueillement mais endeuillée par la terreur islamiste qui a frappé les chrétiens nigérians faisant plus de 40 morts et des dizaines de blessés des victimes dont le seul tort est de ne pas partager la foi de leurs bourreaux membres de la secte  islamiste fortement imprégnée de l’idéologie liberticide et génocidaire des Frères Musulmans Boko Haram  fondée en 2002  par Mohmed Yusuf qui signifie littéralement en langue Haoussa l’éducation occidentale est illicite.

La majorité musulmane plutôt que de dénoncer et condamner explicitement et fermement la barbarie de Boko Haram et des groupes armés salafo-djihadistes qui prônent le retour à l’islam des origines et l’application stricte de la Charia, a tendance de chercher à dédouaner les agissements criminels des extrémistes musulmans on y opposant le passé inquisiteur de la chrétienté. Je leur demande par décence et humanité de ne cesser de regarder dans le rétroviseur d’autrui et de regarder la réalité en face.

On ne justifie pas ses propres dérives par les dérives d’autrui. On répond de ses actes et on ne les explique pas par les actes d’autrui non plus. C’est pas une raison de voler ou de tuer parce que les autres l’auraient fait. C’est symptomatique d’immaturité intellectuelle et d’incapacité pathologique à assumer ses responsabilités.

Ni responsable ni coupable comme je l entends souvent est un faux argument et révélateur surtout de l’état de troubles psychiques de celui qui le tient.

En droit, un auteur d’un crime reste son auteur et il doit s’en expliquer et y répondre. Quand des terroristes dûment identifiés commettent des attentats aux voitures piégées, ils sont des terroristes et doivent être condamnés en tant que tels. Quelqu’un qui comment un crime est criminel point et ne peut se prévaloir des faits criminels commis par autrui en d’autre temps et lieu pour s’exonérer de sa propre culpabilité.

Depuis 20 ans, on assiste à une véritable recrudescence des attentats meurtriers contre les édifices religieux dans les pays musulmans et le nord du Nigéria. Quoi dire et  en penser ?

Ces attentats ne sont pas l’oeuvre d’une religion mais celle des hommes qui se prétendent la professer. N’est-il pas temps que des voix unanimes s’élèvent pour les condamner et désapprouver les agissements barbares de ces brebis galeuses ? S’offenser parce que l’image de la religion a été bafouée est une chose mais ne pas s’indigner, compatir, se révolter et réagir contre les agissements criminels de ses coreligionnaires n’est pas digne d’un pratiquant. Et qui ne condamne pas cautionne et souscrit ?

Les musulmans n’ont que faire des révolutions, ils sont nés pour détruire l’humanité

En 2011, les médias aux ordres et les politicards de tous bords  nous ont saoulés à mort et rebattus les oreilles avec des prétendues révolutions du printemps arabe, comme si les printemps humains pouvaient avoir un parfum arabo-musulman.

Rarement des révolutions n’ont été autant glorifiées, médiatisées, encensées et enjolivées comme si elles étaient porteuses d’humanisme et de droits fondamentaux.

Des peuples qui n’ont jamais été maîtres de leur Histoire ne pouvaient pas changer eux-mêmes le cours de leur propre histoire surtout que c’est Allah qui écrit tout pour eux.

Totalement soumis au pouvoir exorbitant de leur religion, ils ne peuvent imaginer que l’homme pouvait être capable de prendre en main son destin humain et politique sans que cela ne constitue un sacrilège sous prétexte que l’homme ne peut pas changer ce qu’Allah a décidé pour lui.

Enchaînés aux dogmes de la foi, les musulmans n’ont de salut que dans leur obéissance aux prescriptions du Coran qui les figent dans la pierre mortuaire de la Ka’aba. Vouloir changer la vie revient à violer la règle de l’immuabilité de la vie telle qu’Allah l’a dessinée pour ses créatures.

  • Les musulmans ont pour seule vocation de préserver cet ordre politico-sociétal que le Coran a défini tant dans les contours que dans les moindres petits détails. Toute tentative de bouleversement est forcément une Fitna, un désordre, qui expose ses auteurs aux pires châtiments. Il n’y a pas, par conséquent d’islam politique, il y a une politique totalitaire de l’islam qui embrasse tous les domaines de la vie.
  • L’islam se veut ainsi comme une machine bien huilée où toutes les composantes sont reliées entre elles par des fils tissés par Allah lui-même. La main de l’homme, en l’occurrence celle du musulman, ne peut modifier le réseau de ces liens et encore moins casser ces fils d’essence divine.
  • Or, ces révolutions censées être une rupture radicale avec l’ordre passé se sont, en toute logique, avérées être une montagne -pas celle que les fidèles musulmans escaladent une fois par an à l’occasion de leur pèlerinage une sorte de dévotion fétichiste qui n’est pas plus haute que la colline dans la petite prairie  mais  celle qui accouche d’une souris grise et noire, les couleurs préférées par les folles et fous d’Allah.
  • Il est connu que la flatterie nourrit le flatteur aux dépens du flatté. Les médias occidentaux aux ordres de leurs commanditaires se sont livrés à un véritable concours de courtisanerie et de « bendir man », ( tambourin), jouant aux lèches-bottes et des agents promotionnels, caressant le nombril des pauvres musulmans en butte à l’oppression politique et au despotisme totalitaire et théocratique depuis toujours, magnifiant et mystifiant surtout ce qu’il n’est pas.
  • La culture du vent est le propre des peuples à l’identité bâtarde, hybride et non-assumée. Voilà comment des peuples lymphatiques et indolents se trouvent couverts d’honneurs inhabituels pour eux, car ils ont toujours vécu dans la soumission et l’assujettissement.
  • Au fond d’eux-mêmes ils n’y croient pas trop mais ils ne vont pas renoncer à un cadeau royal que l’Occident leur a fait en leur offrant un spectacle hollywoodien du genre reality show. Ils se sont trouvés subitement sur un piédestal comme s’ils avaient intégré le monde libre après avoir baigné toute leur histoire durant dans celui des dominions. Ils ne vont pas faire la fine bouche sur le tapis rouge déroulé sous leurs pieds.
  • Des peuples avachis, inactifs, abêtis par un endoctrinement religieux tout au long de leur existence de jour comme de nuit, spectateurs hyper absents de l’Histoire, ils se retrouvent acteurs de l’Histoire par la magie du scénario grotesque des séries noires américaines. Anoblis et adoubés par les vrais artisans de leur révolution qui avaient tout intérêt à leur faire croire qu’ils ont mérité la médaille d’or de la dignité olympique qui est en réalité une médaille en chocolat qu’on remet aux éternels loosers, pour ne pas exciter leur frustration.
  • Encore une fois le scénario de leur histoire a été écrit sans eux. Mais peu importe le calice, pourvu qu’ils aient l’ivresse révolutionnaire. Plongés dans un état de coma éthylique à cause du breuvage frelaté que les barmen occidentaux leur ont spécialement concocté, ils n’ont pas vu qu’aujourd’hui ils sont les vrais dindons de la farce et les maris trompés.  Que ce qu’ils croyaient être la révolution est en fait une dévolution à Dieu pour introniser ceux qui sont ses plus fervents zélateurs et qui présentent la particularité d’avoir été adoubés par les Yankees après l’avoir été par la perfide Albion.  Toujours une affaire anglo-saxonne.
  • Mais s’il y a des chefs-marionnettistes, c’est qu’il y a justement des pantins et on ne saurait blâmer l’Occident d’avoir habilement manoeuvré comme à son habitude et pour des raisons sécuritaires, stratégiques, mercantiles, et énergétiques : contenir les pulsions de mort chez les musulmans  radicaux et faire d’eux leurs nouveaux agents indiens capables d’étouffer les velléités de révolte chez leurs coreligionnaires.

Libertés sexuelles, inceste et prostitution halal dans le mariage coutumier musulman

Extrait d une vidéo de propagande syrienne montrant une jeune fille qui aurait été vendue aux djihadistes. (Capture d'écran)

Le mariage coutumier dit Orfi avilit la femme, légitime la prostitution et favorise l’inceste. Mortel pour la famille et l’enfance

  1.  Les dérives morales, hérétiques et sectaires de l’islamisme ne sont un secret pour personne depuis Ibn Taymmya, le vrai père-fondateur de l’islamisme moderne, mort en prison pour  délit de blasphème en 1328 à Damas. Les électeurs tunisiens qui ont voté pour Ennahdha dont beaucoup d’entre eux contre leur gré et avec la bénédiction de cette instance de croque-la mort de la démocratie, ils participent inconsciemment  à la mise en musique du projet de société de cette secte pour la Tunisie.
  2. Un projet criminel, rétrograde et barbare. Ennahdha n’a plus le choix que dévoiler son programme politique, quel vilain mot pour une secte apostate: la guerre aux femmes célibataires, la stigmatisation des enfants élevés par ces mères. Ses desseins pour la Tunisien portent en eux le poison mortel pour les droits fondamentaux et l’éthique sociale. Elle propose aux Tunisiens qui souffrent de troubles psycho-affectifs et tous ces misogynes phallocrates l’union libre à la sauce islamique. Une sorte de mariage hyper précaire, le temps de l’acte sexuel lui-même revêtu du prétendu sceau immonde du sacré. Les futures esclaves sexuelles du macho tunisien qui vont immanquablement se retrouver seules une fois que leurs prédateurs les auraient dépecées, les risques de grossesse sont inévitables n’est-ce pas ?
  3. L’islamisme interdit les rapports protégés et l’avortement. La virilité d’un homme chez les islamistes se juge à l’aune de sa nombreuse progéniture et des femmes consommées.  Nonobstant les M.S.T. et le sida mais pas seulement, quel sera le statut social et juridique de ces femmes contraintes à une forme de prostitution déguisée qui bien souvent pour échapper à leurs conditions matérielles misérables ?  La société islamisée condamne ce qu’elle autorise au nom de sa religion. Une véritable schizophrénie socio-juridique. Outre le fait que le droit canon, la charia reconnaît et encourage la pratique de ce type d’union, une façon habile et pernicieuse pour ré-instaurer la polygame, réprouvée pénalement par le C.S.P. nonobstant son caractère avilissant pour la condition féminine, réduisant la femme à sa seule fonction d’assouvir les pulsions sexuelles  du pervers sexuel tunisien le maître du corps de la femme et le roi de sa volonté.  Quel statut cette société de zoophilie, de nécrophilie, pédophilie, de kamikazes, de zombies, de violeurs, de charlatans, d’illusionnistes, d’escrocs de la foi, va-t-elle octroyer à ces enfants dont la conception est légitimée par la religion mais qui elle-même les stigmatise assimilés au fruit du pêché de leurs mères, mais rejetés par la société, leur accordera-t-elle, alors qu’ils sont  nés de pères inconnus mais seulement reconnus par la mère qui n’ a pas pourtant la capacité juridique de transmettre son nom dans le droit musulman ?
  4. C’est un vrai casse-tête juridique qui ne relève pas du positivisme juridique. Le droit humain est simple et limpide. Une femme transmet sa filiation. Et pourtant ces mères-célibataires créées en toute pièce par le droit canon islamique, n’échapperont pas non plus au statut de l’infamie que les islamistes vont forcément leur octroyer. L’image du père finira par disparaître aussi. Imaginez enfin les dizaines des milliers d’enfants qui naîtront sans père, ils seront comme ces enfants égyptiens qu’on désigne par le prénom de leurs mères. Enfin, ce type de relations n’est pas sans conséquence sur le développement de l’inceste. Comme ils seront tous les fils et filles de leurs mères, il n’ y aura plus d’interdit sexuel. Les islamistes ne connaissent pas la génétique et le statut juridique de la filiation en droit positif et ses conséquences  parce qu’ils sont rationnels pour des esprits noyés dans la fumée sombre qui obstruent leurs neurones
  5. .En conclusion afin que les Tunisiens sachent où un  tel modèle de société va les mener, je les invite à scruter le cas turc : le mariage coutumier répandu en Turquie depuis l’arrivée d’Erdogan au pouvoir a favorisé le développement de la prostitution,  la polygamie, de la violence faite aux femmes plus de 1600% et l’explosion exponentielle de la courbe des enfants des rues. 35 000 rien qu’à Istanbul. Eux-mêmes abandonnés par leurs mères qui n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins.
  6. Le sexe islamiste est un sida génétique, social, psychologique, humain. Diagnostic, la morale sociale et le sexe islamiste sont un couple divergent. Avec l’islamisme, l’immoral est moral tant que que les actes accomplis sont légalisés par la charia. L’indignité humaine et l’ignominie sont tolérables tant qu’ils répondent  à la volonté de Dieu. Ce qui est licite dans la charia est illégal et condamnable par la justice républicaine.
  7. NB L’union libre est par définition l’expression de la volonté consentie entre les parties qui donnent à leur relation un cadre juridique informel. Dès lors que l’on cherche à la formaliser, elle cesse d’être libre et se trouve régie par le droit commun.Le code civil. Dans sa conception islamiste, c’est une façon perverse pour contourner la loi tunisienne qui réprime pénalement ce genre de pratique aux conséquences incommensurables sur les droits de la femme et des enfants. On ferme les bordels, et on ouvre des camps sexuels, c’est ça la vraie définition des mariages coutumiers.

PS Les filles de l’innommable et dévergondé Ghannouchi  ont conclu des actes de mariage de droit civil sauf pour l’une d’elle qui vit en concubinage avec Bouchlaka.

 

 

Pourquoi la France doit-elle interdire les conversions de ses jeunes mineurs à l’islam ?

La première mesure à prendre pour endiguer le flot des conversions précoces néfastes à la société française et aux convertis eux-mêmes  est l’interdiction formelle des conversions qui touchent les adolescents et pré-adolescents non issus de familles musulmanes. La puissance publique ne doit tergiverser en matière de  la protection de leur santé mentale de ses jeunes mineurs dont l’éducation religieuse et morale est du seul ressort des parents.

La convention sur les droits de l’enfant (art. 14 al. 2 ) confère aux parents le droit comme l’avait déjà fait dans un article 18 al. 4, le Pacte sur les Droits civiques et politiques des Nations unies de 1966 :  » Les Etats parties au présent Pacte s’engagent à faire respecter la liberté des parents et, le cas échéant, des tuteurs légaux de faire assurer l’éducation religieuse et morale de leurs enfants conformément à leurs propres convictions.  » L’Etat fraçais est ainsi tenu à une obligation de neutralité et ne peut pas intervenir dans les choix des cultures religieuses et morales que les parents transmettent à leurs enfants, sauf si elles sont des sources de danger pour l’enfant, l’interdiction ferme,  autant il ne peut s’abriter derrière le paravent du droit international qui semble faire la part belle à l’islam.

Un enfant ne peut être qualifié de majeur dans le choix de ses convictions religieuses au nom de sa liberté de pensée et mineure au regard du droit électoral par exemple.  La France se doit plus que jamais de s’inquiéter de la nature de ces conversions précoces à l’islam et de leurs  conséquences psycho-socio-médicales sur ses enfants mineurs plutôt que de rester spectatrice impuissante face au péril de ces véritables bombes à retardement.

En effet, elle se doit de se doter d’un observatoire de veille des conversions à l’islam des jeunes mineurs sans pour autant négliger le danger réel sous-jacent aux conversions des adultes.  Qu’il n’en déplaise  aux défenseurs irresponsables du droit de l’enfant au choix de sa liberté religieuse, l’Etat qui tout en ayant pas à interférer dans un tel choix doit exercer son devoir de vigilance au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant exempts d’influence extérieure et sont loin par conséquent d’être la manifestation d’une volonté sans équivoque.

 Si la législation islamique fixe la majorité à 13-15 ans pour les garçons et 8-9 ans pour les filles qui est en réalité l’âge de son viol institutionnel ce n’est pas le cas la législation française sexuelle qui fixe la majorité légale à 18 ans tous sexes confondus.  

En laissant ainsi en toute liberté  des enfants opter pour l’islam la France adopte de facto la loi islamique.  Cette politique de laisser faire est entrain de se retourner chaque jour contre elle.  Ce sont bien souvent ces mêmes enfants convertis à l’islam qui deviennent à l’âge adulte les ennemis de la république. Elle ne se rend pas compte qu’elle sème elle-même ce qu’elle récolte. Qu’attend-elle de tirer les enseignements qui s’imposent dans le cas d’espèce et d’établir les liens de causalité entre les conversions prématurées et la poussée de fièvre haineuse de la République observée chez les convertis précoces ?  La réalité des faits est suffisamment grave pour passer outre les dispositions de la  Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant est bien plus claires et il faudra que nos juristes si résolvent :  » 1. Les Etats parties respectent le droit de l’enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion.  »

Le droit n’a du sens que si les libertés ne se transforment pas en pièges mortels pour les libertés elle-mêmes. Aujourd’hui, la France est confrontée à un fléau épidémiologique des conversions précoces, elle n’a pas d’autre alternative que l’éradiquer au nom de la raison d’Etat.  Elle doit juguler ce danger en amont par des mesures de surveillance et de prévention, voire d’interdiction, si elle ne veut pas se trouver ensevelie par ces vagues de conversions précoces qui portent en elles tous les germes de sa disparition en tant que nation .

Il ne faut pas tomber dans l’angélisme bon enfant du droit international qui pose un constat des plus simplistes et une aubaine pour les prédicateurs-prosélytes musulmans qui ont compris que pour conquérir le monde il faut séduire sa jeunesse dès la pré adolescence : « les parents guident l’enfant dans le choix de ses convictions religieuses et morales (comment peut-on imaginer qu’il en soit autrement ? – ; et l’enfant dès qu’il en a les moyens intellectuels, prend sa liberté de pensée sur laquelle personne ne peut prétendre influer. »

Pourquoi protège-t-on les enfants de la tentation des sectes et  on à l’islam toute liberté d’endoctriner ces mêmes enfants ? Pourtant aussi bien les unes comme l’autre se veulent une voie, un parti, une cause, une doctrine, ou tout simplement une croyance.  Il ne doit pas y avoir deux poids deux mesures, un enfant n’est pas en droit d’adhérer à une secte mais il est en droit de faire allégeance, de déclarer sa soumission à l’islam.  On ne se convertit pas en réalité à l’islam on s’y soumet en professant la chahada :  Il n’y a Allah qu’Allah et Mahomet et son prophète.  Une simple phrase et de statut de citoyen libre on devient esclave pour toujouurs.

Un enfant mineur ne jouit pas de ses facultés de discernement, il n’est pas en mesure intellectuellement et psychologiquement de faire le grand saut dans le néant  abyssal des religions.  Est-il conscient qu’en croyant combler un vide il ne fait que l’aggraver ? Sait-il ce qu’il exerce soi-disant au nom de sa liberté de conscience aujourd’hui il ne peut plus s’en prévaloir demain pour renoncer à son choix fait à un âge ingrat ?

En France, il existe la Loi  du 21 juin 2001 protégeant les enfants mineurs contre les dérives sectaires pourquoi ne pas les appliquer à l’islam sachant que ni le christianisme ni le judaïsme ne posent absolument aucun problème à ce niveau. Ils ne sont pas connus d’offrir ce miroir aux alouettes aux jeunes mineurs.  Il faut retirer à l’islam le statut de religion monothéiste car il met en péril la pérennité de la France et de l’humanité tout entière.

En effet, il est inadmissible et scandaleux qu’on le laisse prospérer en toute impunité sur la misère humaine et manipuler mentalement et corrompre des enfants fragiles et immatures en pleine crise d’adolescence. L’islam ne gagne pas du terrain, il abuse de la faiblesse de ces enfants en manque de repères. Il est comme un dealer qui distribue qui offre généreusement sa drogue mortelle afin de créer des liens de dépendance.

Personne ne peut nier l’existence d’une maltraitance morale et psychologique dont sont victimes ces enfants notamment en ce qui concerne les filles constituent aussi une belle opportunité pour arranger les mariages avec les sans-papiers musulmans.

Si la France ne prend pas elle-même ses responsabilités en matière d’interdiction des conversions précoces elle ne devra pas s’étonner de voir un jour l’islam la rappeler à ses responsabilités vis-à-vis de la charia.

Il n’y a de lois pour les musulmans que les lois d’Allah

  • Les terroristes-djihadistes en se proclamant de la justice d’Allah se mettent au-dessus des lois

    Tant que le monde non-musulman n’a pas adopté une grille de lecture de la psychologie  du terroriste musulman et mis définitivement en cause les sources nauséabondes de l’islam lui-même à laquelle s’abreuvent tous les terroristes musulmans, le terrorisme qui est le djihad pour les musulmans fera plus de dégâts à l’humanité que le poison nazi.


  • Chaque jour qui passe ne fait qui passe ne fait que renforcer la phobie de l’islam lui-même qui au lieu et place de témoigner de son implication dans l’édification d’un monde de paix, fait déferler sur la scène mondiale des escadrons de la mort formés d’individus sans foi ni loi, foncièrement racistes, impériaux, hautains, suffisants,  cosmiques, ethnocentriques, ultra-violents, arrogants, engoncés dans leur armure d’hommes parfaits,  schizoïdes, revendiquant l’impunité pour leurs crimes qui de leur point de vue ne le sont pas, parce qu’ils sont légitimes et fondés dans le sens de leur religion.
  • Croyant détenir une vérité absolue dont ils veulent faire une vérité universelle à laquelle tout le monde doit y adhérer, ils ne reculent devient rien pour l’imposer au mépris de la vie humaine.                                                                                                                     ,
  • Ils  appartiennent à la classe, ou plutôt crasse des seigneurs, qui seraient ceux du monde des ténèbres et de la terreur, qui ne peuvent être jugés que par leur pair en l’occurrence leur grand Seigneur Allah.  L’ordonnateur et commanditaire  de leurs crimes et méfaits qui est leur seul juge, alors qu’il a prévu pour eux une villégiature dorée à leur mort sur son sentier. C’est tout le sens philosophique de la justice islamique. Juge, partie et instigateur à la fois.
    Ainsi, les lois humaines ne leur semblent pas faites à leur mesure. Ce dont ils n’ont pas tort eux qui se nourrissent et s’abreuvent de la haine du non-musulman ainsi que du musulman pas tout-à-fait dans leur registre, c’est la Loi de Talion qui paraît la plus adaptée et appropriée à leurs crimes abominables.
    Ce ne sont pas les années de prison qui vont calmer leur ardeur terroriste. Dépourvus d’humanité, de sentiments de culpabilité et de regrets, ils ne feront jamais un acte de pénitence ou demander pardon aux familles des victimes de leurs actes de folie meurtrière.
    Tuer pour Allah est un acte salvateur qui qualifie son auteur au paradis. C’est pourquoi, ils n’ont pas à compatir pour les victimes jugées comme étant coupables de leur propre mort. Leur mode de raisonnement est absurde, irrationnel et illisible.
    Ils ne sont pas des justiciables ordinaires pour une justice républicaine et humaine, alors qu’eux-mêmes ils n’en veulent pas comme vient de le faire l’auteur de l’attentat terroriste avorté de Toronto qui a fait comprendre au juge canadien chargé de l’affaire qu’il reconnait pas la  justice canadienne, trop imparfaite pour lui,  que seul compte pour lui la justice d’Allah qui est son seul juge, maître et guide de ses actes.
    Il est clair que le vrai musulman n’a du respect que pour les lois d’essence prétendument divines jugées parfaites. Comme si les hommes qui les ont codifiées étaient parfaits et que ces lois pseudos révélées n’étaient pas altérées et manipulées.
    Mais murés dans leur croyance absolue en la pureté originelle de leurs lois, les vrais musulmans sont convaincus que le fait d’être fils d’Allah leur confère une sorte d’immunités juridiques les exonérant de toutes responsabilités pénales.

    La progéniture d’Allah ne va pas s’incliner devant des lois indignes de leur filiation divine. Elles sont trop imparfaites et indignes de leur rang et du sang musulman qui les irrigue.

    Quel code pénal va-t-on opposer aux émissaires messianiques d’Allah, alors qu’ils vouent une haine féroce aux lois humaines, n’ont-ils pas piétiné en toute impunité le code pénal de la république, jugé non-conforme à la charia, la loi funeste de l’islam ? Considérant ses dispositions comme contraires aux leurs et dont certaines sont dirigées pour contenir et réprimer leur ardeur velléitaire.

    Ce qu’ils veulent est que le législateur national et international leur taille des lois sur mesure qui prennent en compte leur spécificité religieuse suprématiste et essentialiste, les dotant de statut dérogatoire au droit commun humiliant pour leurs qualités intrinsèques de surhommes.

  • L’Homo Nuevo musulman, ou l’Homo Wahhabitus islamicus ne va se laisser juger par des lois qui ne sont pas l’oeuvre de son Dieu.  Accepter le verdict de la justice des hommes revient à apostasier sa foi.

    Etre condamné par elle c’est comme si Allah lui-même était condamné à travers lui. C’est pourquoi, il ne se résoudra jamais à accepter d’être jugé devant le tribunal des hommes.

    Seul Allah est en droit de juger du bien- ou mal-fondé de son action. Les lois humaines ne doivent pas à ses yeux avoir d’autre finalité que de protéger Allah dont il est le dépositaire sur terre de sa parole sacrée et l’exécuteur de ses desseins terrestres qui visent à instaurer un nouvel ordre musulman pour gouverner le monde.

    Il est là pour faire régner la loi de l’islam sur terre et supprimer tous les obstacles susceptibles d’entraver le chemin d’Allah dans sa conquête du monde. Ainsi, tuer, massacrer, exterminer, terroriser, faire exploser des bombes dans les trains et les avions, kidnapper, razzier, piller, violer les non-musulmanes, ne ne sont pas des actes criminels, ce qui l’est c’est le fait qu’ils soient jugés ainsi.

    L’Homo Wahhabitus Islamicus n’obéit qu’à la loi sacrée de sa religion. Il ne peut par conséquent tolérer d’être offensé par des jugements autres que ceux qui n’ont pas le caractère musulman. Ce que la justice des hommes jugent comme actes terroristes, la justice musulmane exalte et recommande.

    Lui qui se nourrit et s’abreuve de l’aversion des non-musulmans , ces êtres impurs et vils qu’Allah va envoyer aux bûchers de l’enfer préfère la mort, ce qu’il fait souvent, que de répondre aux questions de ses juges. Refusant souvent de se faire assister par un avocat de peur de transgresser la loi de l’islam qui fait par ailleurs interdiction au musulman de se faire assister et se faire défendre par un non-musulman.

    Pour des êtres qui se veulent au-dessus de tout alors qu’ils sont en deçà de ce que  l’humanité peut enfanter comme bêtes immondes, seule une justice de droit canon musulman est compétente pour juger l’Homo Wahhabitus Islamicus.

     Le traduire devant des juridictions non-musulmanes est un sacrilège et une atteinte aux nobles valeurs du sacré de l’islam.

    Il se veut tout simplement au-dessus des lois humaines.

    Ainsi aucune justice non-musulmane ne doit juger les hommes d’Allah sous peine de subir le châtiment suprême.

    Ce que le droit fruit des assemblées humaines qualifie de crime terroriste, le droit canon qui les régit et qui les déculpabilise à la fois, honore, glorifie et récompense.

    Le droit musulman est un droit naturel qui à certains égards est comparable à la loi de la jungle notamment en ce qui concerne son absence de condamnation des crimes terroristes.

    L’Homo Wahhabitus Islamicus est un soldat d’Allah, il se sent investi d’une mission de défense d’Allah contre le péril que présente l’insoumission des non-musulmans à sa volonté. Il se doit de leur mener une croisade, le djihad, pour les amener à lui faire allégeance. Son combat est permanent, il ne cessera que le jour où la terre sera peuplée que des musulmans.
    N’est-il pas dit dans le coran que l’humanité sera un jour musulmane ? Et gare à tous ceux qui ne se moutonneront pas devant lui.

    Jamais au grand jamais un islamiste ou l’Homo Wahhaibutus Islamicus ne se pliera pas aux lois des hommes dont il est le premier à s’en prévaloir pour mieux les achever.

    Ses meilleurs alliés, c’est la naïveté doublée d’une forte dose de cupidité et de servilté et l’humanisme juridique dont font preuve les dirigeants politiques et les juges à son égard, alors qu’il doit être jugé comme un criminel de guerre au même titre que les criminels nazis.

    Faire l’ange avec la bête immonde islamiste c’est faire le sacrifice de sa propre vie à un ennemi obsédé par la mise à mort de celui qui est différent de soi

Plaidoyer contre les gouvernements occidentaux qui ont vendu leurs âmes au diable musulman

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô gouvernants capitulards ! Pourquoi vous nous avez sacrifiés sur l’autel de votre collaboration avec l’islam ? Qu’avons-nous comme mal pour que vous fassiez de vos infamies nos tombes ? Que trouvez-vous donc de si séduisants dans cette religion de malheur ? Ignominieux que vous êtes vous nous avez jetés de la Roche tarpéienne. Vous déclarez la guerre à la liberté et vous déroulez le tapis rouge  couvert de notre sang aux pieds des ennemis du genre humain.

Ô félons  que vous êtes ! Ne savez-vous pas qu’en nous précipitant dans la mort c’est votre propre mort que vous mettez en scène. Que grande est notre douleur d’avoir été trahi délibérément par ceux auxquels nous avons confiés notre destin ! Notre naïveté et notre apathie sont les munitions que vous employez pour abattre la démocratie ! A cause de vous nous sommes à l’insu de notre plein gré complices de la mise en bière de nos sociétés humaines. 270 millions à l’actif de cette idéologie génocidaire en 14 siècles d’histoire ! Mais de cela vous en avez cure ! Peu importe pour vous que l’islamisation se fasse sur nos cadavres ! Il n’y a pour vous que l’islam, encore l’islam et toujours l’islam ! Quand on vend son âme à cet ogre insatiable et jamais repu de chair humaine  on ne compte pas la vie des siens  pour son festin !

Notre malheur est d’avoir cru en vous et en vos vertus patriotiques ! Nous avons cru que êtes les défenseurs de nos valeurs et nos idéaux ! Nous devons nous prendre qu’à nous-mêmes d’avoir manqué de clairvoyance !  Maudit soit le jour où nous avons confondu les urnes de la démocratie avec ceux de nos futurs cendres ! Qu’immense est notre chagrin de voir les nôtres nous dépouiller de notre âme pour le bien du culte de la mort de la vie ! Votre veulerie et votre cupidité vous font perdre votre dignité et par voie de conséquence la nôtre ! Vous nous livrez pieds et mains liées à des forces destructrices et dévastatrices ! Par où elles passent la vie trépasse plus rien qui pousse sauf le pissenlit !  Vous faites de notre monde un cimetière des morts-vivants pour qu’il n’en fasse qu’un seul avec le leur !

Avec vous l’histoire se répète et vous êtes fermés comme des huîtres ! Vous ne cherchez jamais à tirer des leçons de vos échecs ! Les 60 millions de morts du nazisme le parent génétique de l’islam ne semblent pas vous suffire ! Vous voulez faire une offrande au nazislamisme de 200 millions de victimes pour apaiser ses ardeurs mortifères !   Vous exaltez et encensez l’islam comme s’il était une chance pour l’humanité !  

Ô tristesse ! Ô désarroi ! Ô douleur ! Quel est notre crime ? Quelle faute morale avons-nous commis pour mériter votre mépris et votre courroux ? Nous offensons personne en dénonçant la face cachée hideuse et inhumaine de cette idéologie qui sanctifie la haine et la barbarie ! Vous vous ridiculisez chaque jour en flattant l’orgueil démesuré de ces monstres d’inhumanité ! Vous allez jusqu’à louer leurs efforts en matière de liberté humaines !  De quelles libertés, de quels droits de l’homme, de quel respect de dignité humaine s’agit-il ? Des vôtres dont vous êtes censés être les garants et que vous êtes entrain de dissoudre dans le bain acide de l’islam ? Des leurs où ni l’homme, ni la femme, ni l’enfant, ni le bébé, ni le travailleur immigré n’y ont droit ! Savez-vous qu’il n’y a de droits que pour Allah  leur seigneur et maître mais jamais pour ses esclaves !  Vous voulez faire de la loi de l’islam une loi pour nous !  Vous avez échoué dans votre tentative d’importer chez nous les lois raciales de Nuremberg  ! Vous voulez vous rattraper en nous imposant le régime scélérat et concentrationnaire de l’islam ! Vous en avez assez des libertés dont vous êtes les premiers bénéficiaires allez donc en jouir dans ces terres hostiles à la vie !

 

Grand mal vous fasse ! Votre état de servilité et de lèche-babouches fera de vous un dhimmi, un eunuque, si jamais vous échapperez à leur coup de glaive qui vous tranchera la tête ! Vous rivalisez entre vous de compliments nauséabonds sur un despote qui vient de rejoindre Mahomet là où il est !  Une certaine Christine Lagarde a atteint le degré -mille Celsius de la brosse à reluire comme naguère le  nabot Sarkozy ! Fière de son statut de dhimmie elle a exalté le féminisme d’un roi qui ne connaît du travail que le labourage du corps de ses 21 femmes ! Plutôt que parler de féminicide, de pédophilie, de racisme, de lapidation, de décapitation, de kafala, nos gouvernements de dhimmis commettent de péchés mortels selon l’islam !

Vous êtes des miliciens et nous sommes des résistants. Vous faites voter des lois iniques pour servir la cause de l’islam et nous bâillonner avec ! Vous étouffez la voix des enfants de la république au nom du respect de la foi d’autrui ! Vous savez que cette foi est dénuée de toute spiritualité ! Vous ignorez à moins que vous le saviez déjà que l’islam est une idéologie politique totalitaire nihiliste ! Vous êtes sourds et aveugles, ni honneur ni dignité !  Vous défendez l’indéfendable alors que nos concitoyens meurent par les balles de l’islam ! Vous criez à chaque carnage de l’islam : attention aux amalgames ! Vous seuls les voyez car les musulmans eux-mêmes connaissent mieux que vous la nature guerrière et belliciste de l’islam ! Vous ne les voyez jamais s’indigner car ils ne condamnent ce que le Coran ordonne !

 

Nous nous battrons avec nos plumes que vous voulez tuer avec vos lois imbéciles !  Vous jouez aux picadors sans savoir que c’est vous qui allez recevoir à la fin le coup d’épée qui vous achèvera ! Que votre trahison vous étouffe  comme elle étouffera ces égorgeurs que vous prenez pour des enfants de choeur !

 Que restera-t-il de ce monde ? Un champ de ruine et de désolation peuplé de vos cadavres et de ceux de vos maîtres comme des charognes infâmes.

« La Charia est au droit ce que la barbarie est à la civilisation »

Les bons musulmans n’ont que faire de la justice des hommes

Les terroristes-djihadistes en se proclamant de la justice d’Allah se mettent au-dessus des lois

Tant que le monde non-musulman n’a pas adopté une grille de lecture de la psychologie  du terroriste musulman et mis définitivement en cause les sources nauséabondes de l’islam lui-même à laquelle s’abreuvent tous les terroristes musulmans, le terrorisme qui est le djihad pour les musulmans fera plus de dégâts à l’humanité que le poison nazi.

Chaque jour qui passe ne fait qui passe ne fait que renforcer la phobie de l’islam lui-même qui au lieu et place de témoigner de son implication dans l’édification d’un monde de paix, fait déferler sur la scène mondiale des escadrons de la mort formés d’individus sans foi ni loi, foncièrement racistes, impériaux, hautains, suffisants,  cosmiques, ethnocentriques, ultra-violents, arrogants, engoncés dans leur armure d’hommes parfaits,  schizoïdes, revendiquant l’impunité pour leurs crimes qui de leur point de vue ne le sont pas, parce qu’ils sont légitimes et fondés dans le sens de leur religion.

Croyant détenir une vérité absolue dont ils veulent faire une vérité universelle à laquelle tout le monde doit y adhérer, ils ne reculent devient rien pour l’imposer au mépris de la vie humaine.                                                                                                                     ,
Ils  appartiennent à la classe, ou plutôt crasse des seigneurs, qui seraient ceux du monde des ténèbres et de la terreur, qui ne peuvent être jugés que par leur pair en l’occurrence leur grand Seigneur Allah.  L’ordonnateur et commanditaire  de leurs crimes et méfaits qui est leur seul juge, alors qu’il a prévu pour eux une villégiature dorée à leur mort sur son sentier. C’est tout le sens philosophique de la justice islamique. Juge, partie et instigateur à la fois.
Ainsi, les lois humaines ne leur semblent pas faites à leur mesure. Ce dont ils n’ont pas tort eux qui se nourrissent et s’abreuvent de la haine du non-musulman ainsi que du musulman pas tout-à-fait dans leur registre, c’est la Loi de Talion qui paraît la plus adaptée et appropriée à leurs crimes abominables.
Ce ne sont pas les années de prison qui vont calmer leur ardeur terroriste. Dépourvus d’humanité, de sentiments de culpabilité et de regrets, ils ne feront jamais un acte de pénitence ou demander pardon aux familles des victimes de leurs actes de folie meurtrière.
Tuer pour Allah est un acte salvateur qui qualifie son auteur au paradis. C’est pourquoi, ils n’ont pas à compatir pour les victimes jugées comme étant coupables de leur propre mort. Leur mode de raisonnement est absurde, irrationnel et illisible.
Ils ne sont pas des justiciables ordinaires pour une justice républicaine et humaine, alors qu’eux-mêmes ils n’en veulent pas comme vient de le faire l’auteur de l’attentat terroriste avorté de Toronto qui a fait comprendre au juge canadien chargé de l’affaire qu’il reconnait pas la  justice canadienne, trop imparfaite pour lui,  que seul compte pour lui la justice d’Allah qui est son seul juge, maître et guide de ses actes.
Il est clair que le vrai musulman n’a du respect que pour les lois d’essence prétendument divines jugées parfaites. Comme si les hommes qui les ont codifiées étaient parfaits et que ces lois pseudos révélées n’étaient pas altérées et manipulées.
Mais murés dans leur croyance absolue en la pureté originelle de leurs lois, les vrais musulmans sont convaincus que le fait d’être fils d’Allah leur confère une sorte d’immunités juridiques les exonérant de toutes responsabilités pénales.

La progéniture d’Allah ne va pas s’incliner devant des lois indignes de leur filiation divine. Elles sont trop imparfaites et indignes de leur rang et du sang musulman qui les irrigue.

Quel code pénal va-t-on opposer aux émissaires messianiques d’Allah, alors qu’ils vouent une haine féroce aux lois humaines, n’ont-ils pas piétiné en toute impunité le code pénal de la république, jugé non-conforme à la charia, la loi funeste de l’islam ? Considérant ses dispositions comme contraires aux leurs et dont certaines sont dirigées pour contenir et réprimer leur ardeur velléitaire.

Ce qu’ils veulent est que le législateur national et international leur taille des lois sur mesure qui prennent en compte leur spécificité religieuse suprématiste et essentialiste, les dotant de statut dérogatoire au droit commun humiliant pour leurs qualités intrinsèques de surhommes.

L’Homo Nuevo musulman, ou l’Homo Wahhabitus islamicus ne va se laisser juger par des lois qui ne sont pas l’oeuvre de son Dieu.  Accepter le verdict de la justice des hommes revient à apostasier sa foi.

Etre condamné par elle c’est comme si Allah lui-même était condamné à travers lui. C’est

 pourquoi, il ne se résoudra jamais à accepter d’être jugé devant le tribunal des hommes.

Seul Allah est en droit de juger du bien- ou mal-fondé de son action. Les lois humaines ne doivent pas à ses yeux avoir d’autre finalité que de protéger Allah dont il est le dépositaire sur terre de sa parole sacrée et l’exécuteur de ses desseins terrestres qui visent à instaurer un nouvel ordre musulman pour gouverner le monde.

Il est là pour faire régner la loi de l’islam sur terre et supprimer tous les obstacles susceptibles d’entraver le chemin d’Allah dans sa conquête du monde. Ainsi, tuer, massacrer, exterminer, terroriser, faire exploser des bombes dans les trains et les avions, kidnapper, razzier, piller, violer les non-musulmanes, ne ne sont pas des actes criminels, ce qui l’est c’est le fait qu’ils soient jugés ainsi.

L’Homo Wahhabitus Islamicus n’obéit qu’à la loi sacrée de sa religion. Il ne peut par conséquent tolérer d’être offensé par des jugements autres que ceux qui n’ont pas le caractère musulman. Ce que la justice des hommes jugent comme actes terroristes, la justice musulmane exalte et recommande.

Lui qui se nourrit et s’abreuve de l’aversion des non-musulmans , ces êtres impurs et vils qu’Allah va envoyer aux bûchers de l’enfer préfère la mort, ce qu’il fait souvent, que de répondre aux questions de ses juges. Refusant souvent de se faire assister par un avocat de peur de transgresser la loi de l’islam qui fait par ailleurs interdiction au musulman de se faire assister et se faire défendre par un non-musulman.

Pour des êtres qui se veulent au-dessus de tout alors qu’ils sont en deçà de ce que l’h l’humanité peut enfanter comme bêtes immondes, seule une justice de droit canon musulman est compétente pour juger l’Homo Wahhabitus Islamicus.

 Le traduire devant des juridictions non-musulmanes est un sacrilège et une atteinte aux nobles valeurs du sacré de l’islam.

Il se veut tout simplement au-dessus des lois humaines.

Ainsi aucune justice non-musulmane ne doit juger les hommes d’Allah sous peine de subir le châtiment suprême.

Ce que le droit fruit des assemblées humaines qualifie de crime terroriste, le droit canon qui les régit et qui les déculpabilise à la fois honore, glorifie et récompense.

Le droit musulman est un droit naturel qui à certains égards est comparable à la loi de la jungle notamment en ce qui concerne son absence de condamnation des crimes terroristes.

L’Homo Wahhabitus Islamicus est un soldat d’Allah, il se sent investi d’une mission de défense d’Allah contre le péril que présente l’insoumission des non-musulmans à sa volonté. Il se doit de leur mener une croisade, le djihad, pour les amener à lui faire allégeance. Son combat est permanent, il ne cessera que le jour où la terre sera peuplée que des musulmans.
N’est-il pas dit dans le coran que l’humanité sera un jour musulmane ? Et gare à tous ceux qui ne se moutonneront pas devant lui.

Jamais au grand jamais un islamiste ou l’Homo Wahhaibutus Islamicus ne se pliera aux lois des hommes dont il est le premier à s’en prévaloir pour mieux les achever.

Ses meilleurs alliés, c’est la naïveté doublée d’une forte dose de cupidité et de servilté et l’humanisme juridique dont font preuve les dirigeants politiques et les juges à son égard, alors qu’il doit être jugé comme un criminel de guerre au même titre que les criminels nazis.

Faire l’ange avec la bête immonde islamiste c’est faire le sacrifice de sa propre vie à un ennemi obsédé par la mise à mort de celui qui est différent de soi

Quand Facebook devient un tribunal de l’inquisition islamique pour décapiter la liberté d’expression

Le blogueur saoudien Raef Badaoui a survécu aux 50 coups de fouet

Voici ce qui attend demain les libres penseurs soumis aujourd’hui à la censure inquisitoriale facebookienne

Il ne passe plus un jour sans que la censure facebookienne ne décapite mes publications et me mettent à chaque fois en quarantaine. Encore aujourd’hui je viens de faire l’objet d’une nouvelle fatwa de Facebook m’interdisant de publier et de partager mes articles sur son réseau. Toujours le même verdict :  » nous avons décidé de supprimer l’une de vos publications car elle contrevient aux standards de notre communauté ». Jamais vous ne saurez en quoi leurs règles de bonne conduite morale à supposer qu’ils en aient, ont été violées ni qu’ils vous donnent le droit à la parole. C’est un verdict sans appel. On juge et on chârtie.

Les droits de la défense est un concept inconnu dans la justice liberticide de Facebook. Il a été décidé arbitrairement et uniatéralement ainsi et force doit rester à la loi facebookienne qui ressemble étrangement à la charia, la loi scélérate et mortifère islamique.

Il suffit désormais que des musulmans  qui se font silencieux quand il s’agit de condamner les décapitations à grande échelle de l’E.I. manifestent leur ire à cause  du caractère peu flatteur d’un article pour l’image de leur religion qui est source pourtant du pire cauchemar de l’humanité pour que facebook s’exécute avec le zèle d’un esclave pour son maître au mépris du droit inaliénable à la liberté d’expression et au droit à la critique d’une religion fusse-t-elle l’islam qui ne doit pas bénéficier d’un quelconque traitement de faveur et de passe-droit mortel à terme pour les libertés politiques fondamentales. A force de censure et de condamnations iniques, le champ des libertés se rétrécit chaque jour en France pour céder la place à l’emprise grandissante de l’islam sur le contrôle de la pensée qui ne peut plus s’exprimer en toute liberté à cause des barbelés érigés ici-et-là pour empêcher loute manifestation  épistolaire critique de l’islam. L’islam est en train de réussir inexorablement son O.P.A. sur nos droits fondamentaux. Bientôt la vie publique sera soumise au plein contrôle de la censure islamique pour se transformer non pas en Goulag mais en camp de la mort pour les libres penseurs.

Facebook plus imprégné de la négation de la liberté dans l’islam a l’excuse de ne rien connaître à la philosphie kantienne de la liberté d’expression  qui est indispensable à la liberté de pensée et plus encore le liquide rachidien de la démocratie: « Certes, on dit : la liberté de parler, ou d’écrire peut nous être retirée par un pouvoir supérieur mais absolument pas celle de penser. Toutefois, quelles seraient l’ampleur et la justesse de notre pensée, si nous ne pensions pas en quelque sorte en communauté avec d’autres à qui nouscommuniquerions nos pensées et qui nous communiqueraient les leurs ! On peut donc dire que ce pouvoir extérieur qui dérobe aux hommes la liberté de communiquer en public leurs pensées, leur retire aussi la liberté de penser »

Facebook ne doit pas savoir que la liberté d’expression est protégée par le droit international

Elle est citée à l’article 19 de la Charte Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948, ignorée par les pays dont il se fait aujourd’hui le plus ardent procureur comme suit :

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Nous n’avons pas fait en France une Révolution pour se libérer du joug d’une religion  autrement moins génocidaire et concentrationnaire que l’islam pour lui substituer aujourd’hui la dictature de cette religion créée par un être sans foi ni loi, un personnage dévergondé, pédophile, incestueux, zoophile, assassin, chef de meute, épouvantable, cruel, terrifiant et sans morale pour des tribus oisives, divisées entre elles, vandales, destructrices, dévastatrices, velléitaires, qui se livrent des guerres acharnées, se haïssant à mort, vivant de butins et de pillage. Et comme le résume si bien Kamal Atatürk :

« Depuis plus de cinq cents ans, s’écriait-il dans ses moments de colère, les règles et les théories d’un vieux cheik arabe (Mahomet), et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle.

Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes.

L’Islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. »

Les censeurs facebookiens aux ordres de l’islam auront un jpur à le regretter si jamais les décapiteurs musulmans leur laissent une chance d’avoir péché par naïveté en es^pérant que ce soit pas par pure cupidité et esprit vénal.

.

.

La Tunisie vassale de l’Etat Islamique ?

Vous tunisiens musulmans achetés par Allah à vil prix, ses voies arrosées de sang humain et jonchées de cadavres sont votre votre seul salut céleste. Elles vous sont acquises si vous suivez ces quelques principes de la charia ou shariah, la loi islamique ou la loi de Dieu et ce sera votre passeport pour son Paradis perdu dans les méandres de ses promesses farfelues et ubuesques et qui n’engagent que les cupides et veules de votre espèce.

Ci-après des extraits du programme portant son sceau tel qu’il ressort de ma lecture du programme politique des islamonazis tunisiens regroupés au sein du mouvement de la renaissance de l’islam, Ennahdha, représentante locale de Daech, dont la mission est d’oeuvrer à la réussite de l’intégration intégration de la Tunisie dans le nouvel Etat Islamique prélude de la réinsttauration du 6 e Califat sous l’égide d’Erdogan. 

Les femmes doivent obligatoirement  obtenir l’autorisation du mari pour les moindres petits actes de la vie ou à défaut celle d’un membre mâle de sa famille

Battre la femme désobéissante et les filles.

Exécution des homosexuels.

Restaurer la polygamie et la répudiation

Suppression des mariages civils et des divorces

Impunité pour les crimes d’honneur

Modifier les règles de calcul pour le prix du sang pour le dédommagement des familles en fonction du sexe de la victime

Interdiction de voyage aux femmes àgées de moins de 80 ans

Une femme n’a plus le droit de choisir son conjoint

Octroi de la nationalité tunisienne à tous les musulmans résidents sur son territoire

Suppression du drapeau et de l’hymne nationaux

Ouverture des frontières aux djihadistes du monde entier

Ferméture des bibliothèques publiques

Destruction des livres qui ne sont pas d’essence islamique et déclarer illicite la culture occidentale ( boko haram)

Ouvrir des camps d’entraînement partout en Tunisie pour le djihad

Développer la construction des mosquées avec un objectif d’une mosquée pour 1000 habitants

Prohibition de la vente d’alcool et favoriser la consommation du cannabis herbe naturelle don d’Allah

Aménager devant chaque mosquée un espace dédié aux lapidations, crucifixions-décapitations

Déclarer le Coran comme seule loi fondamentale du pays

Bannir le mot travail du vocabulaire, un musulman n’est pas été créé par Allah pour subvenir à ses besoins il est né pour mener le djihad pour la bonne cause de son propriétaire en l’occurrence Allah

Punir de peine de mort les partisans de la culture Amazigh

Organiser des concours hebdomadaires de récitation du Coran dans tous les stades du pays

Interdiction aux femmes de pratiquer une activité sportive

Rétablissement de l’esclavage dans toutes ses formes dont l’esclave sexuel dans le pur respect des lois islamiques

Tout musulman de sexe masculin  qui fantasme pendant ses rêves sur la femme de son ami, frère, voisin, ou frère en religion est en droit de la marier après l’avoir fait répudier par son mari à la façon de Mahomet avec son fils adoptif Ziad

Voile intégral obigatoire de couleur foncée pour toutes les musulmanes dès l’âge de 2 ans

Favoriser  les mariages orfi, muta’a et mayssar

Quatre témoins masculins pour prouver le viol d’une femme et de tout enfant mineur

6 témoins femmes pour témoigner d’un accident, d’un crime ou un délit

Lapidation des femmes adultères

Interdiction aux femmes de conduire à cause des risques de stérilité

Interdiction aux femmes de se baigner car la mer a une signification phallique

Obligation du djihad armé pour tout musulman âgé de plus 7 ans

Obligation du djihad du nikah pour les musulmanes dès la pré-puberté

Amputation des membres du corps pour des infractions pénales.

Décapitation des apostats

L’exil ou l’islam pour les non-musulmans

L’excision  obbligatoire

Distribution gratuite du Viagra  dans les mosquées lors de la grande prière du vendredis

La peine capitale pour ceux qui calomnient l’islam ou l’insultent.

Condamnation à mort des laïcs et des militants des droits de l’homme

Déclarer illicite la musique, le théâtre, la création artistique et ferméture de l’Ecole des Beaux Arts

Baisser l’âge nubile au mariage pour les filles entre 6 et 9 ans pour suivre l’exemple d’Aîcha

Octroi du statut de sous-homme aux chrétiens et aux juifs, connu sous le nom dhimmitude.

Introduire dans les programmes scolaires l’enseignement de la Taquiyya: Un musulman peut mentir ou tromper les autres pour faire avancer la cause de l’Islam.

Un programme politique absolument révolutionnaire estampillé Daech et dont la mise en oeuvre sera menée par Ennahdha. Il revient ainsi aux électeurs tunisiens de le plébisciter en votant pour cette dernière. Gageons qu’il ne manquera pas de séduire la majorité musulmane du pays éprise de la Charia.

 

Ni islam modéré, ni islam par héritage, c’est un islam totalitaire et nazi que les musulmans ont peur de quitter

Les musulmans qui se veulent modérés sans convaincre personne même pas eux-mêmes  de leur sens de la modération sauf les islamo-compatibles, les médias lèche-babouches, les politicards vendus et les écolos font enfin tomber le masque de la modération en passant à l’action pour enlever toute ambiguïté sur leurs rapports controversés avec l’islam.

En effet, ayant finalement compris qu’ils ne peuvent plus s’identifier à une religion qui  ne correspond pas tout  à l’idée qu’ils se font d’elle et ô combien elle est à des années-lumière de celle qui leur aurait été léguée par leurs parents, ils se sont enfin résolus à renoncer définitivement à l’islam pour en finir entre cette forme de schizophrénie qui les perturbe inconsciemment et source de tous leurs tourments. Un musulman qui doute et réfléchit est un impie.

Les musulmans sont avant tout des Ignorants,ils ne connaissent  rien aux arcanes Grand Fracas islamique qui sert d’épouvantail à l’islam pour les effrayer et les apeurer. Ils se veulent tous des connaisseurs de leur sans même avoir ouvert le coran ce qui va de soi un taux d’illétrisme de plus de 70% outre leur méconnaissance totale et absolue de la langue arabe, la langue de la liturgie islamique. Ils  font de leur inculture théologique une parfaite connaissance de l’islam au point qu’ils considèrent leurs coréligionnaires les plus fidèles à l’enseignement mahométan comme étant des hérétiques, ils ont pris conscience qu’ils n’avaient plus le choix soit ils sont sont véritablement musulmans et par conséquent la voie de l’islam celle empruntée par  les forces de frappe de l’islam qui sont dans le sentier d’Allah, djihad, comme Daech, les Wahhabites soutiens idéologiques et financiers, Boko Haram,Ennahdha, la Qaïda et de tous les courants musulmans qui convergent vers un islam rigoriste, unitaire et originel,soit ils ne le sont pas et ils rejettent leur pseudo héritage musulman,

Il semble d’après un juriste tunisien expert en droit musulman Yadh Ben Achour qu’il existe l’islam par héritage comme si leurs parents avaient la faculté d’avoir enfanté un islam qui n’est pas tout-à-fait un islam, remanié, retouché et adapté à leur environnement local.

On hérite pas d’une religion comme on hérite des caractères génétiques de nos parents dont on ne peut pas par conséquent se défaire. Or, la religion est un bien immatériel, une croyance qui infériorise l’homme et accorde la préminence à une force supra naturelle invisible sacralisée et idéalisée , un code de valeurs morales, un code de bonne de conduite, une feuille de route censée lui indiquer le chemin qui lui assure la félicité pour l’éternité.

Faute de leur procurer les moyens nécessaires à l’amélioration de leurs  conditions de vie terrestres on les éblouit avec le mirage de la religion salvatrice des âmes qui ont peur de la mort et afin de les détourner du banquet de la nature réservée aux nantis qui se servent de la religion pour inhiber les masses défavorisées.

La religion est un verou de la pensée humaine et l’atout du maître du pouvoir notamment dans les pays musulmans pour embrigader et abrutir les peuples et  les emmurer dans un bunker mental mental afin de les figer dans l’immobilisme et empêcher toute forme d’évolution et de progressisme.

Sous prétexte que c’est un legs familial, il doit être conservé en l’état, intact et inerte, un corps momifié et sans vie, sur lequel les héritiers doivent veiller tout au long de leur propre vie et auxquels il revient de le transmettre en l’état à leur descendance  qui doit faire autant de son côté et ainsi de suite jusqu’à la fin des temps. Drôle de culture de l’immuabilité qui ne marque aucune rupture avec celle qui prévaut dans l’islam fondamentaliste qui doit se perpétuer en l’état indépendamment des générations et des lieux.

Ainsi l’islam par héritage ou fondamentaliste apparaît comme une chaîne qui relie solidement  les hommes-esclaves entre eux et qui doit résister à l’usure du temps et à la réflexion humaine.

Dans le cas de l’islam fondamentaliste du fait du principe de l’irréformabilité du Coran qui est à la base de tout cela se conçoit,  mais ça ne l’est surtout pas dans le cas de l’islam par héritage, celui transmis par des parents dépourvus de tout sens critique majoritairement analphabètes  auxquels la lecture et la compréhension des textes étaient impossibles que leurs enfants sont tenus à le prendre au pied de la lettre, lui conférant un caractère sacré pour en faire leur icone ? Est-ce que les parents eux-mêmes avaient fait le choix de l’islam en toute connaissance de cause et qu’ils ont jugé cette religion la mieux à même à être transmise à leurs enfants qui eux-mêmes ne sont pas le clone de leurs parents pour reproduire fidèlement une génération plus tard le mode de vie sociale de leurs parents dans toutes ses composantes. Un héritage qui est en réalité un mécanisme d’aliénation et de castration  pour faire de l’homme un éternel sujet, sans volonté propre, sans capacité d’écrire lui-même son histoire et d’être acteur de ses choix de vie et de la forme de la société qui convient à ses aspirations et sa personnalité.

Avec des peuples pris dans les filets mortels de leur tradition et engoncés dans l’armure du dégoût de soi et du mépris de la vie, faisant de sa mort un idéal de vie, il est utopique de les imaginer un jour sortir de leur état de léthargie profonde et chronique et prendre ainsi conscience de la haute nocivité de ce produit qu’ils ont ingurgités sans rien connaître de ses propriétés incompatibles avec l’organisme humain qui affectent directement les neurones.

Réformer l’islam consisterait  à modifier la position de la terre par rapport au soleil. Si jamais les réformateurs musulmans y arrivent ce sera  la fin de l’islam. On ne doit pas attendre un miracle de la part des forces obscurantistes musulmanes que sont les wahhabites qui dominent de toute leur puissance financière le monde musulman et qui sont de surcroît les chouchous de l’Occident qui les cajole pour leurs énormes matelas énergétiques et financiers.

L’Occident mu par ses seules motivations vénales aux dépens de ses principes humanistes et moraux  est en train de se rendre complice du pire crime contre l’humanité qui puisse exister.

Ce qu’ils croyaient être l’islam par héritage et dont ils avaient leur fiereté était in fine une pure hérésie intellectuelle, une vue de l’esprit, une illusion d’optique, un mirage dans le désert arabique et qu’il n’y a qu’un seul et unique islam. Un islam pour tous et non pas pour tout un chacun.

L’islam n’est ni modulable, ni un habillage sur-mesure et encore moins objet d’interprétation. Censé être l’oeuvre d’Allah il ne revient pas aux fidèles d’y apporter la moindre touche d’accommodement.

L’islam de Mahomet est celui pratiqué scrupuleusement et fidèlement les vrais et bons musulmans  et dans lequel ils se reconnaîtrait s’il devait ressusciter qui sont le cauchemar des chrétiens d’Orient et du Nord du Nigéria et qui menacent de détruire Israël et l’Occident.

L’islam à la carte n’existe pas plus plus que le fascisme à la carte. Il n’y a pas d’islam fragmenté,  compartimenté, un super marché où tout un chacun trouve des produits à son goût, ni de demi-mesure dans la foi.

L’islam est un condensé d’éléments aux propriétés antinomiques amalgamés les uns aux autres, inamovible et intemporel ne laissant aucune marge de manoeuvre ni la moindre possibilité à ses fidèles de le mettre en conformité avec les exigences des lois des pays d’accueil et les lois internationales.

Il est lui-même la loi à laquelle le monde entier doit s’y soumettre et qu’il est du devoir de chaque fidèle d’y contribuer par tous les moyens généralement les plus illicites admis par le Coran au nom du principe la fin justifie les moyens.

Il est un tout, un ensemble hétéroclite à l’intérieur mais hermétique de l’extérieur à l’image de la météorite noire de la Ka’aba  où tous les composantes interagissent entre elles et se confondent pour donner l’illusion d’un corps soudé et uni qui porte en réalité en lui tous les germes des divisions et des contradictions conceptuelles. Une alchimie ratée., Au nom de sa prétendue pureté essentialiste il prohibe toute forme  d’innovation et d’introduction d’un élément étranger susceptible d’en modifier le fonctionnement et d’altérer sa mécanique.

Mahomet voulu créer une loi valable pour tous les hommes qui ne connaît ni le temps ni les espaces géographiques qui perdra tout son sens s’il laisse le soin à ses fidèles de la remanier en fonction de leurs besoins.

D’où sa hantise obsessionnelle à être démasqué si jamais ses fidèles qui osent exercer leur libre-arbitre se livrent à une lecture critique et méthodique de la chérence textuelle du Coran lui-même.

L’islam se cache derrière le paravent de la parole incréée et sa vaidité pour l’éternité afin  d’empêcher toute tentative d’individualisation des rapports entre le croyant et l’objet de sa croyance d’adaptation aux exigences de leur environnement social, humain, politique, économique.

L’slam veut faire du 7 e siècle et de la pensée bédouine de l’époque  un mode de vie ad vitam aeternam.

Pour Mahomet il n’y a qu’une seule voie, tariq, chara’a, celle que tous les musulmans doivent emprunter s’ils ne veulent pas finir cramer en enfer.

En se proclamant modérés, ces musulmans qui ont mis un point d’honneur d’en finir avec leur hypocrisie maladive ont pris conscience que leur boussole intellectuelle est défectueuse et que leur chemin est une anti-thèse de celui de Mahomet qui voue une sainte horreur aux musulmans qui ne sont pas dans la voie de l’islam qui ne sont rien d’autre à ses yeux que des apostats dissimulés. Soit on est musulman et on applique les principes fondamentaux de sa religion soit on ne l’est pas et on prend la porte de sortie. Ernest Renan l’avait rêvé, les musulmans dits modérés dans la mesure où leur turbine djihadiste n’était pas opérationnelle, l’ont fait.

Désormais, il ne faut plus jamais affubler les musulmans du masque de la modération puisque ces musulmans n’existent plus en tant que tels.

Nous devons tous aujourd’hui leur rendre un vibrant hommage pour leur clairvoyance hors du commun, leur courage admirable, leur lucidité incroyable. Qui oserait douter encore de leur pespicacité et de leurs immenses vertus humaines ?

Le grand soir des musulmans modérés dans leur ignorance de l’islam a échappé au regard avisé des médias concentrés surtout sur les boucheries des vrais musulmans, il est grand temps d’en faire l’écho et de relayer en boucles l’information historique sur la rupture définitive entre la majorité musulmane qui n’avait de musulmane que l’étiquette et l’islam fondamentalement mahométan. Celui qui s’enivre du sang de ses victimes et se nourrit de leur chair.

L’islam de la terreur et des conversions au fil de l’épée. Un islam qui dépasse en horreurs le nazisme et auquel le monde capitulard devrait lui décerner le palmier d’or du génocide des peuples et de la destruction de la vie.

En y renonçant, les musulmans égarés plutôt que modérés viennent de sonner le glas de l’islam.Ce n’est qu’une utopie qui ne se réalisera jamais car ils sont dans leur rôle d’agents de la takkiyia.

Exterminer les chrétiens est un impératif coranique

Et encore et toujours  la même cible, celle des « infidèles » chrétiens auxquels ils vouent une haine viscérale, ces ennemis à abattre (sourate la Vache), ces agneaux à offrir en Holocauste à Allah, cette divinité lunaire, avide de chair humaine perverse, cruelle, immonde,sanguinaire et assoiffée de sang humain voue aux bûchers de l’enfer et dont il ordonne l’extermination s’ils ne se convertissent pas l’islam.
Ses escadrons de la mort forts de leur impunité religieuse et donc juridique ne font qu’appliquer scrupuleusement son enseignement et nettoyer leur prétendue terre sacrée de tout ce qui est juif, chrétien, apostat, laïque,  athée, et incrédule, qui sont voués à disparaître  par tous les moyens de la terre soumise aux lois d’Allah.
Tels des nazis, les musulmans oeuvrent pour protéger et immuniser leur espace territorial contre toute forme de présence non-musulmane susceptible de le polluer.
La pureté de leur religion est au prix du sang des mécréants. Le sang humain, celui des hommes frappés par la malédiction d’Allah et dont le meurtre est licite, devient le sang purificateur de l’Islam lui-même. Comme s’ils cherchaient à nettoyer avec le sang des innocents les traces de leur souillure de leur propre religion. L’islamisation du monde est en marche et avec elle son corollaire de massacre et d’exil force. Les Coptes discriminés et opprimés sont devenus la cible à abattre pour les nazislamistes au pouvoir en Egypte, invités par le président déchu Mohamed Morsi à choisir entre la valise et l’Islam.
Les chrétiens irakiens de rites nestoriens, chaldéens, orthodoxes dont certains appartiennent aux plus vieilles églises chrétiennes au monde, sont en voie d’extinction en Irak. Pour la plupart ils ont choisi l’exil plutôt que la mort ou la conversion forcée. Les chrétiens syriens qui représentent plus de 10% de la population syrienne, ne vont non plus échapper au triste sort de leurs frères irakiens, sous l’oeil indifférent de l’Occident chrétien qui préfère armer les djihadistes exterminateurs à des fins mercantiles, géostratégiques et énergétique plutôt que les défendre contre ces mêmes terroristes agresseurs du peuple syrien.

blob:https%3A//www.youtube.com/6e14926e-3d3b-420b-aa63-e7fe7b435ed1

Il serait fastidieux de dresser l’inventaire du martyr chrétien dans les pays musulmans de l’Indonésie au Nigéria en passant par le Pakistan, l’Iran, la Syrie, le Soudan et l’Arabie Saoudite où des chrétiens risquent la peine de mort pour avoir apostasié l’Islam ou pour avoir tout simplement pratiqué leur culte chez eux. Comme si l’Islam est la voie que l’humanité doit emprunter et qu’il ne tolère l’existence d’aucune autre voie différente susceptible d’égarer les bons musulmans qui se trouvent ainsi exposés au châtiment suprême.
Il ne se passe plus un jour au Nord du Nigéria sans que des églises locales ne subissent des attaques terroristes de la part de la secte sanguinaire et fétichiste de Boko Haram ( boko : livre; haram : illicite) qui veut créer un Etat islamiste dans cette partie du Nigéria se revendique des Talibans et de l’islamisme salafiste salafisme mais proche dans son mode opératoire de la Qaïda au même titre que la secte d’Ennahdha en Tunisie rendue coupable le 22 novembre 2012 d’actes antisémites et d’apologie du nazisme.

Tous ces mouvements s’inscrivent dans la droite ligne du message mahométan qui ambitionne d’islamiser la terre et d’imposer la dictature de l’islam à toute l’humanité. Obsédés tous par un seul but, purifier d’ores et déjà leurs aires géographiques de toute présence de non-musulmans.

La secte Boko Haram qui voue une haine dogmatique à l’Occident qui professe un islam radical que ne saurait renier Mahomet lui-même, apparue sur la scène de la barbarie islamique au cours de ces dix dernières années, a choisi pour cible la religion chrétienne, brûlant des centaines d’églises et massacrant des milliers de croyants.

Boko Haram comme tous les mouvements fondamentalistes musulmans ne fait qu’appliquer à la lettre ce que le Coran  ordonne, c’est-dire  de tuer les chrétiens, les juifs et tous les non-musulmans:

Le Coran Sourate V La Table est servie (contre les juifs Médinois) : «Nous les avons maudits».

Contre les chrétiens et les juifs: « des pervers »; « maudits », « des singes et des porcs… », « impurs… »

Le Coran sourate V La Table est servie verset 17/14 « Contre les chrétiens et les juifs » : « De ceux qui disent : « Nous sommes Chrétiens », Nous avons excité entre eux l’hostilité et la haine ».

Le Coran sourate V La Table servie, verset 56/51 : « O vous qui croyez ! Ne prenez point les Juifs et les Chrétiens comme affiliés.

Le Coran sourate V La Table servie, verset 56/51 : Quiconque parmi vous les prendra comme affiliés sera des leurs. Allah ne conduit point le peuple des Injustes ».

Le Coran sourate V La Table est servie, verset 62/57 : «O vous qui croyez ! Ne prenez point comme affiliés… parmi ceux à qui l’Ecriture a été donnée antérieurement et parmi les Infidèles.»

Le Coran sourate V la Table est servie « Contre les Juifs Médinois et les Chrétiens » verset 64/59 : « O Détenteurs de l’Ecriture ! la plupart d’entre vous sont pervers ».

Cette secte est une reproduction fidèle de ce que furent les moeurs barbares de Mahomet. Kidnapper les jeunes filles pour en faire des esclaves sexuelles et un vulgaire butin n’a rien d’anachronique.

Toutes ces scènes d’horreur en provenance des pays musulmans préfigurent ce que les nazislamistes réservent pour l’humanité non-musulmane, voire les musulmans qui ont une lecture fragmentaire et superficielle de l’islam qui restent toutefois les premières victimes de la violence terroriste qui investit les mosquées.

L’islam poursuivra son oeuvre destructrice jusqu’à ce qu’il ait fini par devenir le maître du monde

Les indignes représentants du culte de la barbarie humaine et de l’obscurantisme et la négation de la vie érigés en dogme religieux de France font semblant de rompre le silence non pas pour condamner explicitement la source même de l’extrémisme musulman qui est le Coran lui-même et inviter leurs coreligionnaires à s’en démarquer, ils leur demandent juste de faire preuve de volonté d’ouverture et de se détourner de l’extrémisme, comme s’il leur demandait d’abjurer l’islam lui-même, cette religion qui sanctifie la violence et la récompense, qui fait de l’immoralité et la perversion des normes de vie en société, qui nourrit ses fidèles  de la haine du juif, de la femme  et de l’autre.

Une religion qui ne l’est pas et qui s’apparente surtout au nazisme et qui devrait être abolie pour racisme, esclavagisme, pour crimes et incitation aux crimes contre l’humanité. Des centaines de millions de vies humaines fauchées et des civilisaions glorieuses achevées au nom de l’islam.

Que ces indignes représentants, ennemis de l’ombre de la république dont ils cherchent secrètement à miner les fondations pour lui substituer un jour l’islam, fassent pour une fois preuve d’honnêteté intellectuelle et d’humanité en faisant tomber le masque de l’islam plutôt que de continuer à le draper dans sa vertu.

Pourquoi s’ouvrir si on est déjà ouvert ? S’ouvrir sur qui et sur qui ?  Le Coran qui a fait de la haute de l’autre et de son extermination un des premiers articles de la foi islamique ne fait-il pas lui-même interdiction aux musulmans de se mêler aux non-musulmans, d’acter avec eux ou d’en faire d’eux leurs mandataires ? Un musulman est celui qui se soumet totalement à la volonté d’Allah, son seigneur et maître, son propriétaire de plein de droit qui leur obligation absolue de combattre les infidèles et les convertir de gré oui de force. Un musulman qui n’oeuvre pas dans la voie d’Allah n’est pas un musulman. Il n’a pas à se préoccuper du bien vivre ensemble, de la fraternité humaine et de la paix et la sécurité dans le monde. Sa mission sur terre n’est pas à apporter sa contribution au dialogue entre les hommes indépendamment de leur croyance, il n’y a qu’une seule croyance qui prime sur toutes autres c’est l’islam appelé à devenir la croyance commune de toute l’humanité. Convaincu qu’un jour il installera son auguste derrière dans le trône planétaire, il lui est insupportable  de rechercher un quelconque compromis et consensus avec des modes de pensées  qui sont selon lui vils et imparfaits.

Que peut-on attendre de la part des croyants à l’humilité défaillante car convaincus que leur islam est le salut de l’humanité ?

On ne demande jamais à quelqu’un de s’ouvrir s’il n’était pas justement suffisant, arrogant, imbu de sa personne, mégalopmane, ethnocentrique bourré de préjugés et de mépris de l’autre. Quand on est citoyen d’un pays on a pas à se proclamer musulman d’abord ou même accoler l’adjectif musulman à sa nationalité.Comme si le fait d’être français tout court par exemple est synonyme d’infamie.

Cet appel qui est un mirage dans le désert dans lequel l’islam a installé les peuples tombés sous son joug laisse clairement entendre que les musulmans vivent dans leur coquille en marge de la collectivité,qui est en même temps un témoignage de leur hostilité et inimitiés vis-à-vis de tout ce qui n’est pas musulman et de leur défiance à l’égard de leurs hôtes.

Pourquoi appellent-ils leurs coreligionnaires à s’ouvrir alors que c’est une obligation citoyenne, car on ne peut pas vivre avec les autres si on ne les accepte pas tels qu’ils sont dans un esprit de tolérance et non se refermer sur soi pour s’en détourner et afficher ostentatoirement les couleurs de son appartenance religieuse qui sont autant d’offenses et de mépris pour les valeurs de la république.

Les signataires de cet appel insultant pour la mémoire des victimes du terrorisme musulman devraient savoir que les auteurs de ces crimes agissent dans le respect des préceptes coraniques et la Sira mahométane. Les victimes de l’islam ont besoin d’actions concrètes et sans équivoques. Ils devraient pour commencer faire le bilan tragique de toutes les vies humaines fauchées par des musulmans instrumentalisés par l’islam lui-même.

L’extrémisme n’est pas une nécrose dans l’organisme musulman, il en est le liquide rachidien. Les musulmans sont ce que l’islam a fait d’eux et non ce qu’ils font eux-mêmes de l’islam. Ils sont le Coran à ciel ouvert. Ceux des musulmans qui sont les plus fidèles à l’islam qui manifestent le plus d’ardeurs velléitaires et terroristes, ce qu’on appelle djihadistes, qui ne cessent depuis ces trois dernières décennies à donner l’image la plus cohérente et conforme à ce que l’islam doit être. Un islam ténébreux, criminel, génocidaire, et apocalyptique.

Des milliers, voire des centaines d’autres milliers de Merah, Nemmouche, les frères Kouachi, Coulibaly, Ben Laden, Abou Ayoub, Ghannouchi, Omar Bachir, Zawahiri etc.. attendent patiemment leur heure pour passer à l’action pour châtier les infidèles là où ils se trouvent et purifier ainsi la terre toute entière de leur présence. Aucun abri ne leur garantira la vie, car rien ne doit échapper à la vengeance d’Allah qui doit être exécutée de la main de ses plus vaillants fidèles.

Tous les actes terroristes qui jalonnent l’actualité mondiale aujourd’hui sont frappés du sceau sacré de l’islam. et portent la signature indélébile de leurs commanditaires que sont cette divinité sanguinaire héritée du polythéisme arabe et de ce prophète imposteur et cruel.
Ce n’est pas un appel à la volonté d’ouverture dont le monde a besoin, c’est une dénonciation et une condamnation sans appel de tous les crimes de l’islam partout dans le monde.

Leur appel en trompe l’oeil contre l’extrémisme n’est qu’un coup de bluff médiatique pour refaire la virginité de l’islam déflorée par cette violence consubstantielle et endémique depuis ses origines, un leurre et une entourloupe islamique. On fait semblant de dire les choses pour amadouer son auditoire mais dans les coulisses on doit faire les choses selon la volonté d’Allah.

Il n’y a ni repentance ni compassion dans leur appel saugrenu et malveillant. D’autres attentats suivront après ceux du Musée juif de Bruxelles, de Toulouse-Montauban, de Madrid, de Londres, de la Rue de Rennes, du Métro de Saint-Michel, du 11 septembre 2001, de Naïrobi, du Nigéria, du Nord du Cameroun.
Le seul appel digne de ce nom est de dire aux musulmans de se plier aux lois de la république dont ils sont les premiers transgresseurs( on commence par la case prison pour finir terroriste) et de bannir de leurs vies les lois de l’islam qui sont un crime contre l’humanité.

De même tant que la république continue à manquer de vigilance, à fantasmer sur le pacifisme musulman et n’a pas pris elle-même les mesures fortes  comme celles que j’ai énumérées dans un récent article sur l’éradication du terrorisme musulman, pour mettre les musulmans en face d’un vrai choix soit la France soit l’islam, l’extrémisme musulman qui puise ses sources dans les textes fondateurs de l’islam et dont la finalité est établir la Loi d’Allah sur tous les hommes par l’islamisation à marche forcée et contraignante de toute l’humanité a un bel avenir devant lui. Celui du sang et des cendres.

Ce que ces potiches représentants autoproclamés de l’islam de France, comme si l’islam était un cépage qui pouvait à être adpaté à d’autres terroirs que son terroir originel,  devraient rendre public sont les versets coraniques qui sont la cause première de ce qu’ils appellent les dérives violentes chez les petits loubards des banlieues qui présentent paradoxalement le même profil violent, criminel et délictuel que Mahomet et ses complices.

Accorder des droits à la femme musulmane revient à mettre à mort l’islam lui-même

Que tous ceux qui défendent les droits quasi-inexistants et insignifiants de la femme dans l’islam éclairent ma lanterne, est-ce qu’il existe des lois réprimant le viol conjugal, la violence faite aux femmes, le harcèlement moral, leur bannissement, leur état d’asservissement, le racisme anti-femme, les inégalités et les interdits de toutes sortes dont elles sont l’objet dégradants, humiliants et attentatoires à la dignité humaine ?

Est-ce que dans les pays de la barbarie juridique, la charia la pire loi de la jungle qui ait jamais existé,  les femmes ont accès à la propriété, le droit à la garde d’enfants, le droit à l’éducation de leurs enfants, le maintien au domicile conjugal en cas de divorce,  d’initier son divorce ?

La femme n’a que des devoirs ceux d’une esclave vis-à-vis de son maître.  Le statut de la femme est la dernière des préoccupations des pays musulmans y compris dont ceux qui ont cherché à lui donner sa dignité, seul importe la promotion et le renforcement du contrôle de la charia sur la vie des hommes et tout particulièrement celle de la femme qui doit être vaille que vaille maintenue prisonnière dans son bagne.

Accorder des droits à la femme revient à réformer l’islam lui-même. Ce qui est mission impossible puisque le statut de la femme est défini par Allah lui-même. On ne peut pas par conséquent apporter des correctifs, innover, retoucher à ce qui est considéré comme incréé et immuable. Valable en tous temps et tous lieux. L’islam a fait d’elle un être inférieur à l’homme elle ne sera jamais son égale.

Quel réformateur musulman oserait-il sortir la femme de son goulag coranique sans s’attaquer frontalement au Coran lui-même et les hadiths qui fixent et déterminent le statut de la femme et abroger ainsi les sourates (4 :11; 2 : 282; 2: 228; 5:6; 24:31; 2:223; 4:3; 53:27; 4:24; 33:52).

Cela revient aussi à faire fi des hadiths la deuxième source fondamentale du droit musulman et les jeter aux poubelles de l’histoire. Une violation qu’aucun musulman ne se permettrait de commettre ou ne serait-ce dénoncer leur caractère injuste, obséquieux, méprisant, insultant, dénigrant, avilissant pour la femme.

Bukhari (6:301)« [Mahomet] dit: ‘N’est ce pas l’évidence que le témoignage de deux femmes vaut celui d’un homme?’ Ils acquiescèrent. Il ajouta: ‘C’est la faiblesse de son intelligence [à la femme].’ « 

Bukhari (6:301) – suite – « [Mahomet dit] ‘N’est il pas vrai qu’une femme ne peut ni prier ni jeûner durant ses règles?’ Les femmes acquiescèrent. Il ajouta: ‘C’est la faiblesse de sa religion [à la femme].’  » Allah a fait les femmes également imparfaites dans la pratique de la religion, en leur imposant les cycles menstruels. 

Bukhari (2:28) – Les femmes constituent la majorité des occupants de l’enfer. Ceci est important parce que les seules femmes au paradis que Mahomet a mentionnées, sont les vierges qui sont là pour satisfaire les désirs sexuels des hommes. (Un hadith de moindre importance, Kanz al-`ummal, 22:10, suggère même que 99% des femmes vont en enfer)

Bukhari (62:81)« Le prophète dit: ‘les conditions les plus à même d’être respectées sont celles qui vous donnent le droit de jouir de ses parties intimes [à la femme] (c.-à-d. les conditions d’un contrat de mariage).’  » En d’autres mots, la chose la plus importante qu’une femme apporte lors de son mariage est ce qu’elle a entre les jambes.

Bukhari (62:58) – Une femme s’offre en mariage à Mahomet, mais celui-ci ne la trouve pas attirante, alors il la « donne » aussitôt à un autre homme.

Muslim (4:1039)« Aïcha dit [à Mahomet]:’Tu nous as faites égales aux chiens et aux ânes’ « 

Abu Dawud (2:704)« …l’apôtre d’Allah (que la paix soit avec lui)  dit: ‘lorsqu’un de vous prie sans qu’un sutrah, un chien, un âne, un cochon, un juif, un disciple de Zarathoustra ou une femme n’écourte sa prière, car if suffit que l’un d’eux vous passe devant à une distance d’un jet de pierre.’ « 

Ishaq 593 – « À Ali, il dit: ‘Il y a plein de femmes, et tu peux facilement en changer une pour une autre.’  » Ali fut élevé comme son fils par Mahomet. Il a été aussi le 4ème calife. Ce commentaire fut dit en présence de Mahomet sans que celui-ci n’y trouve rien à redire.

Ishaq 593 – « Parmi les captives de Hunayn, le messager d’Allah donna à Ali [son beau-fils] une fille esclave du nom de Baytab et il donna à Uthman [futur calife] une fille esclave de nom de Zaynab et à Umar [futur calife] une autre. » – Même dans ce monde, Mahomet considérait les femmes comme des cadeaux pour s’amuser, distribuant les filles esclaves à ses copains afin qu’ils en jouissent sexuellement.

Ishaq 969 – « Les hommes doivent commander les femmes gentiment car elles leur appartiennent et n’ont aucun contrôle sur leurs propres personnes. » – Le même texte justifie aussi le fait de battre les femmes pour s’être fait approcher par un homme qui n’est pas de sa famille.

Comme le résume honteusement et criminellement l’imam Ali : « La femme tout entière est malfaisante. Et ce qui est pire c’est qu’elle est un mal nécessaire. »

Le pouvoir absolu de domination et de contrôle du mal musulman sur la femme ne s’éteindra qu’avec l’islam et ce n’est pas pour demain.

La femme musulmane est l’exemple vivant de ce qu’était la femme dans les sociétés primitives  caractérisées par un état de subordination de la femme à l’homme où l’homme chevauchait son cheval et la femme le suivait à pieds.

Paradoxalement l’islam sous prétexte de l’état de faiblesse de la femme, sa fragilité, son immaturité intellectuelle et sa vulnérabilité plutôt que créer les conditions de sa désaliénation  et du desserrage  des chaînes qui l’entravent, il la place au coeur de son système sociétal et culturel en en faisant un rouage essentiel en sa qualité de gardienne des traditions. Celle qui les pérennise, les transmet, élève ses enfants selon les normes sexuelles établies par l’islam lui-même. Tout pour le mâle quasiment rien pour la femelle qui doit être à l’image de sa génitrice. Le cynisme de l’islam et ses fourberies sont sans limite on fait d’une opprimée la complice de ses oppresseurs et la gardienne de sa prison.

Faire d’une victime complice de ses bourreaux en lui donnant l’illusion qu’elle est la promotrice et la préservatrice des valeurs de l’islam.

De martyre et d’opprimée, l’islam en a fait une collabo.

De quel régime protecteur parle-t-on de l’apartheid sexuel, social et économique qui la frappe et qui est l’expression des lois islamiques inhumaines et scélérates lui déniant le droit de vivre par elle-même et pour elle-même ?

Les droits de la femme sont en net recul partout dans le monde dit musulman où tout est fait pour écarter les velléités de liberté chez la femme qui si jamais elle briserait ses chaînes marquera le glas de la fin de l’islam ou tout au moins son affaiblissement. Or, l’islam ne peut prospérer que dans un univers despotique, totalitaire, obscurantiste et hyper sexiste.

L’ennemie de l’islam est l’éducation de la femme.

Le modèle saoudien gagne du terrain où la femme n’existe pas en tant qu’être humain. Elle est un corps sans âme ni dotée de raison. Exclue de la vie sociale, cloîtrée  de conduire, de voyager et de circuler en toute liberté, d’exercer une activité salariée, d’étudier et  le choix de ses études, le droit à l’avortement, d’avoir ou ne pas avoir d’enfants, de décider de l’âge de sa maternité,  le droit de choisir son partenaire quelle que soit sa confession etc…

On ne protège pas les femmes en leur vouant une haine viscérale à l’exemple du Coran et de Mahomet  en les privant de liberté et les soumettant à un régime carcéral et liberticide, leur imposant de se couvrir de pied en cap pour ne pas réveiller le désir chez son prédateur,  et en leur déniant le droit à l’égalité et au respect de leurs corps.

Protéger la femme, en la méprisant, l’humiliant, la chosifiant, l’exclure de la société,  en lui refusant le droit à l’instruction, en lui imposant un régime carcéral, la mariant à 8 ans et la répudiant à 20, est-ce cela les bonnes valeurs de l’islam ?
Mahomet lui-même, pédophile, violeur et incestueux notoire, leur avait promis l’enfer à cause du soi-disant de l’esprit malin qui les habite.

Est-cela la protection de la femme en l’assimilant à un champ de labour. Est- ce la protéger en la dotant du statut d’esclave sexuelle et une bête de somme ? Est-ce la protéger en lui ordonnant d’obéir à son propriétaire mâle pou élevé par Allah au-dessus d’elle, car elle est censée être déficiente intellectuelle et impie  ?

Est-ce la protéger en reconnaissant la femme victime de viol coupable de son propre viol ? Est-ce la protéger en la reléguant au ban de la société ? Est-ce la protéger si son témoignage et son droit à l’héritage comptent pour la moitié de ceux d’un homme ?
Est-ce la protéger en lui interdisant le choix de son partenaire et lui imposant un mâle de sa confession ? Est-ce la protéger en la drapant dans son linceul dès la pré-puberté ? Est-ce la protéger en la réduisant à l’état d’un animal domestique ? Est-ce la protéger en faisant d’elle un orifice sexuel et un ventre porteur ? Est-ce la protéger en la mettant sous tutelle absolue de l’homme comme si elle était une déficiente mentale et intellectuelle ? Est-ce la protéger en la frappant d’une malédiction éternelle, en opprimant, la réprimant et la méprisant ?

Pourquoi en cas d’adultère c’est la femme qu’on enterre vivante jusqu’au cou ? N’a-t-elle pas le droit de partager sa vie avec un seul homme et de disposer en toute liberté de ses sentiments et de son corps ? Comment l’islam peut-il protéger la femme en la dépossédant de son propre corps pour la réduire en l’état d’un champ de labour à finalité sexuelle et d’être un ventre porteur des futurs djihadistes dont l’islam est féru pour répandre la terreur dans le monde ?   Allah couvre de ses bienfaits et ses grâces les femmes qui lui fournissent sa chair à canon qui pourraient avoir le privilège d’avoir le paradis couler sous leurs pieds ainsi que celles qui ont fait preuve de soumission à l’égard de leurs époux.

Les femmes qui exercent leur libre-arbitre  sont vouées aux feux ardents de l’enfer.

Il ne peut y avoir de religion sans équité et justice entre les femmes et les hommes.

L’islam a peur des femmes, c’est pourquoi il a créé de tels garde-fous pour les empêcher de prendre conscience de leur état d’avilissement et d’asservissement afin d’empêcher toute tentative de résilience qui pourrait lui être fatale.

Que les défenseurs de l’islam en France aillent goûter aux joies de la charia en terre musulmane

Que les islamo-collabos dégénérés aillent vivre en terre musulmane !

 

 

A tous les bobos, les verts moisis, les gauchos, les chiraco-sarko-compatibles, les politiquement corrects, les droits de l’hommistes et les anti-racistes pathologiques qui se font les défenseurs zélés de l’islam. Un islam qui n’a que haine et mépris pour eux à cause de leur caractère non-musulman. Une victime potentielle et sacrificielle séduite par son bourreau dont elle se veut une fervente avocate.

Ce n’est pas du syndrome de Stockholm dont ils sont atteints, c’est l’éternel complexe de culpabilité chez les anciens colonisateurs en mal de rachat historique.

Qu’ils troquent leur vie en Occident contre celle des musulmans qui étouffent sous le poids de l’islam dans les pays musulmans et qui laissent apparaître le bagne de Cayenne dans les années 30 comme humain, ou la vie dans les cités franciliennes comme une vie des contes, des mille et une nuits.

Il est à craindre qu’ils soient trop lâches pour le faire.

Qui va renoncer à ses conditions de vie humaine pour des conditions de vie d’esclave de la religion ? Une religion qui classe les êtres humains en purs et impurs, ne reconnaissant aucun droit aux non-musulmans, jouissant du statut de dhimmis. Où le mot citoyen n’existe pas et où l’on n’accède pas à la nationalité du pays si on est pas de « sang » musulman.

Qu’ils y aillent dans des pays tels l’Arabie Saoudite et le Qatar pour  faire un voyage dans le III ème Reich  revu et corrigé par les pays musulmans.

Qu’ils y aillent dans ces pays pour goûter aux délices du vrai racisme, de la discrimination, de la relégation des femmes, des inégalités sociales, de la misère côtoyant le luxe insolent, où l’on préfère sa chamelle à sa femme qui n’existe pas en tant qu’être humain.

Qu’ils y aillent pour se rendre complices de crimes contre l’humanité infantile, des fillettes pré pubères livrées en toute impunité juridique à l’appétit sexuel du mâle dominant.

Savent-ils que plus d’un garçon sur 4, même si ce chiffre est très en-deçà de la vérité, est victime d’abus sexuel en Arabie Saoudite, pays modèle pour les musulmans ? Un modèle de barbarie humaine et de dérives immorales ?

Qu’ils aillent dans ces pays où les femmes n’ont pas le droit de circuler en toute liberté.

Qu’ils y aillent dans ces pays où une femme violée est coupable de son propre viol.

Qu’ils y aillent dans ces pays où on lapide les femmes comme on lapide Satan au pèlerinage à la Mecque.

Qu’ils aillent dans ces pays où la liberté de conscience est considérée comme apostasie.

Qu’ils aillent pour finir crucifiés et décapités parce qu’ils ont abjuré l’islam.

Là où ils comprendront peut-être mieux le vrai sens de l’islam qui tue et un purgatoire pour les êtres humains. S’ils ont toujours des doutes sur le sujet, la femme saoudienne pourra les éclairer, à moins que ce soit la fillette yéménite, ou le petit garçon des faubourgs de Marrakech ou de Casa.

Sinon, il leur reste les 2 millions d’enfants des rues en Egypte, ou pourquoi pas les dizaines des milliers d’enfants des rues d’Istanbul et d’Ankara.

A 20 ans une femme est déjà trop vieille et jetée à la rue avec sa marmaille.

Pour le même âge on peut en avoir 2. Un vieux de 90 ans peut convoler en injuste noce avec une fillette de 10 ans. Qu’ils aillent goûter aux moeurs de la bonne société musulmane, et là ils regretteront d’être nés.

En Occident, on n’endoctrine pas les enfants au berceau en leur inculquant la culture du culte de la mort et la haine de soi et de l’autre, contrairement au pays musulmans où la mort est le vrai sens de la vie, où l’on fait du don de soi pour Mourir pour Allah le but suprême de la vie pour chaque musulman.

Qu’ils y aillent dans ces sociétés de la culture de la violence en tant que pilier de la religion, où la mort est le seul horizon pour la jeunesse et les femmes, Où la vie se confond avec la mort. Il n’existe aucun autre exemple de société au monde où l’on fait de la mort le seul motus vivendi pour les êtres humains.

Ces sociétés ne font qu’appliquer les prescrits de leur religion qui prohibent toute forme de créativité, où l’art, le chant, la musique, la peinture sont illicites.

Qu’ils y aillent pour vivre les conditions de vie inhumaines et dégradantes des étrangers et qu’ils apprennent à conjuguer les verbes tolérer, aimer et imaginer, remplacés par frustrer, castrer et aliéner.

Morne plaine et vallée de larmes, champs de ruine où rodent dans leur ciel les vautours gris et noirs à l’affût de leur proie à donner en sacrifice pour apaiser l’appétit insatiable de celui qui se veut le seul maître de la pensée et du destin des hommes.

Il n’y a pas de loi pour les musulmans en dehors du Coran

Les frères musulmans se plaignent que les lois islamiques ne sont plus appliquées en Egypte depuis 1919 depuis la chute de l’Empire génocidaire et raciste ottoman. Ils affirment que le projet d’une nouvelle constitution est inopportun.  Pour eux  le Coran  se suffit de lui-même, une loi parfaite, incréée au-dessus des lois des hommes.  Il ne peut par par conséquent avoir de loi fondamentale pour les musulmans autre que le Coran. Car la vraie constitution ne doit pas être l’oeuvre des hommes, être imparfaits et faillibles.  Seul Allah a le pouvoir de fixer aux hommes le cadre juridique  qui définit toutes les règles qui régissent leur vie dans ses moindres petits détails, dépourvus de tout libre-arbitre.

Ainsi l’idée même de constitution est en soi un sacrilège.

Les hommes n’ont pas à codifier les lois qui les gouvernent. Ils ont le devoir de se soumettre aux lois qu’Allah a édictées pour eux.

Légiférer est par conséquent un acte d’insubordination à Allah. Une offense à Allah punissable de la peine de mort.

 

Le fidèle musulman a une obligation absolue de ne pas exprimer le choix du régime qui convient à sa conception et sa vision du monde, faudrait-il qu’il en ait une. Seul Allah est censé en être pourvu.

Un soumis à sa foi et à la vie guidée par les seuls prescrits de son créateur ne doit pas être en mesure de tracer le cadre juridique dans lequel il doit évoluer avec des règles spécifiques pour chacun des domaines de la vie sociale, personnelle, économique, sexuelle, économique, sécuritaire, internationale, politique, culturelle, interpersonnelle, éducative.

Il ne peut y avoir d’autres fondateurs de lois en dehors d’Allah, ce qui en toute logique interdit aux musulmans de se subsituer à Lui et de s’auto-octroyer ses attributs ses prérogatives.

Dans l’islam on ne se concerte pas, on ne discute pas non plus de l’application des lois, ni rechercher un consensus autour des lois qui sont déjà pré établies, immuables et intemporelles, valables pour l’éternité. Non sujettes au débat de leur temporalité et actualité. Les lois doivent rester figées comme les moeurs, les us et coutumes. Les remettre en question est pire qu’apostasier l’islam. Comme si elles étaient une vérité absolue et  ne doivent jamais être frappées d’obsolescence ou rendues caduques. Elles sont l’oeuvre d’Allah et l’expression de sa volonté immanente et doivent perdurer tant que perdure son univers.

Des lois infaillibles et en vigueur partout et tout le temps, résistantes aux évolutions du monde, aux bouleversements politiques, aux révolutions, aux remous de toutes sortes. Le curseur doit rester inamovible, statique et inactif. Les musulmans doivent tous graviter autour de lui, toute leur action doit être menser dans le contre-sens de l’aiguille d’une montre. L’islam n’est pas une machine à remonter le temps, il est une machine qui paralyse le temps et le statufie.

Ses lois sont cmme un un fil d’Ariane pour éviter à ces enfants perdus et désorientés, immatures et fragiles la séparation avec leur vrai Concepteur-géniteur. Les enfants qui naissent sont son oeuvre. C’est pourquoi les musulmans sont sa chose, son bien, qui pour eux naître musulmans est une bénédiction divine et toute rupture de lien expose l’insolent à la malédiction d’Allah.

Allah leur a taillé un uniforme qu’ils doivent endosser, qu’il soit ample ou étriqué, les musulmans ne doivent y apporter aucune retouche ni modiofication pour l’adapter à leurs mensurations.

L’islam est un pluriel au sigulier. Les fidèles sont tenus à emprunter une seule et unique voie qui n’admet aucune déviation, ni réajustement. Une voie qui se veut parfaite et intemporelle qu’ils doivent pérenniser et diffuser.

Ils n’ont pas à donner du sens à leur propre que seul Allah est censé lui donner du sens. N’existant pas par eux-mêmes et pour eux-mêmes, ils sont au service de Celui qui est leur Maïtre et Guide. Jamais maîtres de leur choix ou de leur décision. Même quand ils aoccomplissent l’irréparable, c’est Allah qui les a élus pour ça. Une chance inouïe pour les musulman d’avoir été désignés pour exécuter les sombres desseins pour l’humanité de ce dieu apocalyptique et sanguinaire.

Quand on est un digne fidèle de l’islam, on ne doit jamais se soumettre à des lois qui ne sont pas consubstantiellement d’origine musulmane. Quels que soient la portée et le bien fondé des lois qui ne sont pas l’expresion de la volonté d’Allah, l’unique et le vrai législateur, elles ne peuvent qu’être impures et hérétiques.

Un musulman est en droit par conséquent de les snober, les ignorer et les trabsgresser. Il a obligation de les combattre afin de les abolir pour leur substituer les lois de l’islam appelé à devenir un jour le nouvel ordre mondial.

Forts de leurs convictions que l’islam est la seule voie pour l’humanité, ses fidèles doivent surtout concourir à sa propagation et s’activer à éliminer les obstacles qui contrarient son expansion. Le paradis est au prix de leur investissement inconditionnel, jusqu’au-boutiste, ultraviolent, suicidaire et aveugle dans la victoire finale de la voix de l’islam.

Seuls les naïfs et les capitlards croient que les fidèles musulmans ne présentent aucun danger pour les lois des assemblées humaines. Toutes ces lois sont jugées comme étant contraires aux lois d’Allah, elles doivent disparaître pour ne pas polluer l’environnement musulman par leur présence.

Malins et futés, les fidèles musulmans vivant en Occident appelé aire de la guerre, dar al harab, les fidèles musulmans tout en piétinant les codes pénaux ont un art consommé de tirer profit des lois sociales avantageuses et généreuses de cet ennemi à abattre qui creuse lui-même sa propre tombe en contribuant lui-même à sa propre perte, à cause de son laxisme et son absence de discernement.

La charia n’est pas que la loi de l’islam, elle est un crime contre l’humanité

 Un musulman ne se conformant pas à la charia qui signifie en arabe, voie, chemin voire racine,  est promu au pire châtiment, « il sera amené en aveugle au rassemblement »  (20 : 123-124), que peut-attendre de la part des hommes plus préoccupés du repos de leurs âmes  à la résurrection qui dépend de leur observation stricte de la charia qu’au respect des lois qui ne sont pas « révélées » et donc imparfaites et illicites ?
La charia qui se veut la loi finale pour tous les hommes après avoir  abrogé toutes les autres lois révélées ne peut pas tolérer qu’il puisse avoir d’autres lois qui ne sont pas les siennes. C’est pourquoi de plus en plus des délinquants et  djihadistes musulmans n’acceptent pas d’être jugés par des lois  qui ne sont pas frappées du sceau de l’islam. S’y soumettre est un sacrilège pour eux, pire encore un blasphème. Un acte d’insoumission à la volonté de celui qui sera le seul juge des actes des hommes au vrai jugement. Forts de leur conviction que seules ses lois sont complètes et parfaites, il leur suffirait de suivre  la seule feuille de route temporelle et spirituelle qui  les protéger de tout égarement et la tentation du mal. Ce qui laisse clairement entendre que les musulmans doivent refuser de se soumettre aux lois incompatibles avec la charia.
Il n’y a que les naïfs qui croient que les musulmans sont intégrables et à même de se plier aux lois de la république et aux conventions internationales. Eux qui placent la charia au-dessus de toutes les lois, ne vont pas se rabaisser à adopter des  lois non-musulmanes. 
Sais-t-on que toute mansuétude et laxisme à l’égard des mouvements totalitaires et génocidaires équivaut à la reconnaître implicitement et contribuer progressivement à l’instauration de la loi canonique de la charia mortifère pour les libertés humaines les plus élémentaires tels que le choix de ses habits ou la liberté de circuler au volant de sa voiture punie de dix coups de fouet chez les wahhabites et ordonnateur et grand argentier de l’islamisme polymorphe qu’il soit jihadiste, salafiste ou qoutbiste frères musulmans ?
Comment nos sociétés démocratiques peuvent elles se résoudre au nom des libertés de culte et de conscience à donner un droit de cité à des mouvements ancrés dans leur identité religieuse dont le seul objectif est d’utiliser les lois de la république pour mieux l’achever et substituer à des  lois humaines, fruits des assemblées démocratiques, une loi synonyme  de désordre  moral, d’injustice, d’arbitraire, de racisme, d’antisémitisme, de lapidation, de mutilation, d’amputation, de viol, de pédophilie, d’inquisition, de décapitation, de brimades, de sexisme érigé en dogme religieux, d’inégalités, d’avilissement et asservissement de la femme et de la négation de ses droits. Une loi qui donnerait aux lois raciales de Nüremberg des relents humains. Un véritable poison pour les droits de l’homme et des libertés publiques.
Comme si on oublie ou feint d’oublier que la charia qui fait du musulman juge, partie et bourreau, est un instrument d’aliénation juridique de la femme et des minorités sexuelles, ethniques et religieuses. C’est la consécration du pouvoir sans limite de l’homme sur la femme sous couvert de la religion, brimades, harcèlement, violence, exaction, sévices sexuels, voire meurtre, autant de crimes et délits qui échapperont au couperet de la justice républicaine, au nom de l’exception des lois de l’islam et par conséquent de leur suprématie sur les lois républicaines confortant ainsi les musulmans dans leur mépris et rejet des lois non-musulmanes.
Avec elle, du monde des lumières, l’humanité plongera dans le monde des ténèbres.
De l’ordre juridique de droit positif, elle  passe au désordre juridique et au règne de la loi du plus fort. Scellant le sort de la femme, de l’autoritarisme et la légalisation de la violence et des traitements inhumains.
Admettre l’usage de la charia dans les cités, c’est lui reconnaître un statut de plein droit en sa qualité d’ennemie viscérale de la femme en lui accordant de la sorte un droit de veto sur nos lois puisqu’elle se considère au dessus des lois de la République, c’est se faire soi même complice de la mise à mort du système juridique protecteur de ses droits et les vôtres aussi.
A moins d être maso, cupide, veule, inconscient ou irresponsable, cela équivaut à se tirer une balle dans le pied. Nul ne saurait affirmer que cette loi divine a toutes les caractéristiques d une loi. N’importe quel croyant en l’absence de clergé peut s’ériger en législateur et juge selon l interprétation qu’il peut en faire tel que décréter une Fatwa, simple avis juridique de portée civile ou pénale.
Mais plus souvent pénal pour motiver la sentence capitale ou des pogroms. Le danger avec la loi canon de la Charia est qu’elle est l’ objet de toutes les spéculations interprétatives et l’imprécises des règles susceptibles de l’encadrer et la formuler.
Le fait qu elle ne soit pas codifiée dans un quelconque corpus juridique ne peut que la rendre incertaine, floue, ambiguë, sujette à caution et inapplicable.
En effet, comme le souligne Souheib Bencheikh: » c’est un concept spirituel, donc synonyme d un cheminement personnel mais qui, à travers l histoire, couvre le travail des Ecoles juridiques, malékites au Maghreb, hanbalites en Turquie, hanbalites en Arabie Saoudite, si bien que le droit musulman est varié et il n a aucune sacralité et souffre de ne pas avoir été mis à jour. »
Comment peut-on aussi conférer un caractère juridique à une norme spirituelle censée fixer la voie à suivre pour les musulmans (sourate 45; verset 18) ?
Assimilée comme étant la source du droit musulman qui se décline pourtant en 4 Ecoles juridiques(madhahb) ne peut que susciter de sérieux doutes sur sa rationalité juridique.
Tout indique que la charia n est pas un système juridique fruit de la raison humaine et encore moins de caractère canon immuable et intemporel puisqu’elle est à géométrie variable dans le sens de son interprétativité propre à chaque école.
Contrairement à ce que ses partisans prétendent, on ne peut faire d un système juridique non écrit ou codifié une vérité divine absolue ayant force de loi qui ne tolère aucune contestation ni dérogation. Les tentatives de réforme de la Charia et de sa véritable définition juridique auxquelles on assiste depuis les écoles de pensées théologiques comme le Mu’atazalite et l’Asharites, au VIIIème et IXème siècles, ne peuvent que le lever le voile sur l’impossibilité de sa reformulation et de sa clarification.
Ce qui va de soi dans la mesure où le peut rationaliser l’irrationnel. On ne peut pas non plus donner une cohérence à une loi abscons, hyper subjective et apocryphe en lui accordant le statut d un code juridique soi-disant d essence divine supposé régir tous les aspects de la vie des musulmans, publique et privé ainsi que les interactions avec les croyants, ce qui suppose que les non-croyants sont exclus du champ de la charia et politique. Alors que dans notre système juridique non seulement nul n’est au-dessus des lois, mais surtout que nul n’est exclu du champ de la loi. Une loi pour tous indépendamment des croyances, du saxe et des origines et non une loi qui qui différencie, hiérarchise,  et exclut.
L’absence de cohérence juridique et le flou théologique qui la caractérisent sont la cause première des abus et dérives rattachées à la charia. Elle est davantage apparentée à une loi naturelle, appelée communément la loi de la jungle, où’ l’on se doit de laisser la nature accomplir son oeuvre sans l intervention humaine pour la réguler ou la codifier.
Elle est cette loi qui lie le prédateur, dans le contexte musulman qu’est l’homme, à sa proie, sa victime  sous couvert de la Loi sacrée du Coran qui est la femme. Et accessoirement les non-musulmans et tous ceux qui ne rentrent pas dans les normes sexuelles telle que la définit Dieu.
 La charia est une loi scélérate et inhumaine pire encore que les  lois raciales nazies de 1935 où l’on cherche à instaurer un ordre social, humain politique sur la base des critères de la pureté de sang, inégalitaires et partiaux de caractère ethnique, sexuel et religieux. Une loi où seule l’interdit devient la norme et le permis devient l exception.
Dans les sociétés appliquant la charia, la déraison humaine et la passion hystérique déterminent le mode d’organisation sociale, familiale et interindividuelle.
L’homme qui est par définition un animal politique n’existe pas en tant que tel  dans les sociétés musulmanes, censé être dépourvu de pensée propre, jugé incapable de discernement, il est un exécutant de la volonté d’Allah,un simple morceau du puzzle musulman. Il ne s’appartient pas à lui-même, il est relié par un cordon ombilical à sa communauté.
C’est pourquoi, les prières collectives sont érigées sont essentielles dans la vie des musulmans. Elles sont supposées faire gagner aux croyants 29 marches vers le ciel à chaque prière.
Un musulman isolé de sa communauté est comme un poisson vivant hors de l’eau. Rendant ses chances de survie impossible. Pour sa propre pérennité, il doit s’agréger à un groupe de musulmans, qui lui sert de matrice pour pouvoir  vivre au sous les lois de l’islam.  Un musulman ne peut  pas concevoir de vivre sans les règles prescrites par sa religion, la charia  devient  la voie à suivre, une nécessité absolue pour adopter des normes de bonne conduite qui lui feraient toucher son Graal. Rejetant ainsi toute autre  loi qui n’a pas d’essence musulmane.
Un musulman digne de ce nom n’a de cesse que de préparer sur terre sa vie dans l’au-delà pour pouvoir jouir des 72 houris promis. Et ce n’est certainement pas les lois de la république qui vont l’en détourner. La charia qui signifie en arabe le chemin de la félicité est son motus vivendi, il est ce fil conducteur entre lui et son démiurge. Toute rupture de ce fil le condamnera à la voie de l’enfer. C’est la sève qui le nourrit, s’en priver, c’est un sacrilège pour lui.
L’islam ne prescrit pas aux musulmans le respect des lois autres que les siennes,il leur impose de ne  reconnaître que ses seules lois celles édictées par la charia. Se considérant lui-même comme étant une loi élevée au-dessus des autres. De par son caractère suprématiste et essentialiste, il veut s’octroyer les privilèges du prince, obligeant ainsi les autres de répondre à ses exigences et non pas l’inverse.  Partout dans le monde, les musulmans veulent que ce soit toujours les autres de s’adapter à eux, quand bien même leurs moeurs, us et coutumes sont incompatibles avec les lois de leurs pays d’accueil.
 Comme il rêve de gouverner le monde, ce n’est certainement pas les lois de la république qui vont le contrarier dans son projet. Au lieu de s’en prémunir comme de tout virus létal, les sociétés d’accueil ne savent pas qu’on lui ouvrant leurs fenêtres, il laisse entrer par la grande porte la charia, indissociable de l’islam puisqu’elle est sa source et sa substance nourricière.
L’islam est en quelque sorte le cheval de Troie de la charia. La France comme d’autres pays démocratiques se laissent prendre dans le jeu de leur angélisme béat  en croyant que l’islam n’est pas la charia, et que la charia est le mode de gouvernement de l’islam de la vie des musulmans.
Elle n’est pas qu’ incompatible avec les lois de la république et les valeurs de citoyenneté, elle vise à avilir à instrumentaliser le sacré à des fins d’exacerbation et d’institutionnalisation de la violence morale, inhumaine et de traitement dégradant et humiliant infligé aux femmes et aux minorités.
En totale violation de l’article 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen et de l’ article 3 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Une loi qui est un vrai simulacre juridique et pas seulement ne devrait pas avoir droit de cité au vu de son caractère incitatif à la torture et aux atteintes caractérisées et avérées aux droits humains.

La charia pour les femmes est pire que l’apartheid et les lois raciales nazies réunies

.

Selon un dissident iranien: « être née femme  dans les sociétés musulmanes [ pas toutes ] est à la fois un crime capital et une sentence de mort. »                                                                                           

Cet état de stigmatisation pathologique dans lequel se trouve l’humanité féminine, cette malédiction qui la frappe ne peuvent que nous heurter, nous indigner et appeler la communauté internationale prendre toutes les mesures pour son éradication de la surface de la terre. Un nouveau Tribunal Russel pour l’abolition de la charia. Véritable code juridique de la barbarie humaine.

Même le nazisme n’avait autant infériorisé, discriminé et méprisé la femme que l’islam. Au point que la condition de vie des animaux  en Occident pouvait paraître plus reluisante que celle de la femme dans les pays musulmans appliquant la charia, la loi de l’islam, la dotant du statut de femme-esclave  impliquant une multitude de devoirs, censés être la contrepartie de sa dépendance vis–à-vis de son conjoint.                                                                                                                

Ses droits sont inversement proportionnels à ses obligations, quasi- inexistants et aussi dérisoires que sa place dans ces sociétés du culte du patriarcat érigé en mode de gouvernance de la vie de la femme.                                                                                                                           

Asservie et avilie, ne bénéficiant d’aucune liberté de mouvement et de déplacement pour accomplir des actes simples de la vie quotidienne  : conduire un véhicule, souscrire à un abonnement téléphonique, se rendre seule au bureau de poste, faire ses courses, accompagner ses enfants à l’école, se faire délivrer une carte d’identité etc.                                                                    

Quant à voyager  seule ou choisir son conjoint, cela est jugé comme illicite et  contraire aux dogmes de l’islam et peut l’exposer aux pires châtiments.                                                                                                                               

En effet, contrairement aux autres religions monothéistes l’islam qui serait plus assimilée à une idéologie politique totalitaire et ultra-machiste qu’à une religion a fait de la condition de la femme un des piliers  essentiels dans l’édification de sa cité-idéale. Jugée comme impure et afin d’éviter toute souillure de l’espace public,  elle est condamnée à vivre en recluse dans son bagne domestique.   

Et quand elle s’aventure  dans cet espace censé être purifié de toute présence féminine, on la  couvre  de voile depuis les pieds jusqu’à la tête, pour ne pays réveiller le démon qui sommeille chez le mâle musulman.                                                                                                                                                                                

La religion musulmane représente la femme comme une étincelle qui  embrase le feu chez l’homme. Ainsi si on la bannit de la société, c’est non pas pour la protéger elle-même du mâle musulman auquel Allah a octroyé tous les pouvoirs sur la sexualité féminine, mais surtout de protéger l’innocence masculine des tentations du démon féminin.                                            

Plutôt que d’éduquer l’homme au respect de l’inviolabilité du corps de la femme et d’accorder à cette dernière les mêmes droits humains qu’aux hommes, l’islam fait de la femme le bouc-émissaire des crimes sexuels et des brimades dont elle victime.                                                                                  

On lui impute la responsabilité du viol. Si elle est violée c’est parce qu’elle l’a cherchée et qu’elle a certainement outragé sa religion, en refusant de porter par exemple  le voile-protecteur, une espèce de soupape de sécurité qui aurait freiné le désir sexuel de son agresseur qui devient pour la circonstance victime comme ce fut le cas en Turquie, où une jeune fille de 13 ans a été jugée coupable de son viol et s’est trouvée condamnée à une peine de prison, tandis que son violeur a été innocenté.                                                                                                                

Et ce n’est probablement pas la dernière convention internationale sur l’amélioration de la condition féminine dans le monde qui va contribuer à l’humanisation du statut de la femme dans les pays musulmans qui ne vont pas manquer de lui opposer l’exception musulmane pour ne pas la ratifier. Un sacrilège et une hérésie qu’ils se garderont de commettre, ils ne vont pas ainsi valoriser le statut de ce que leur religion considère comme un  rebut humain régi au moyen de la loi canonique de la charia  mais plus canonnière  que canonique et dont chaque règle est autant de boulet de canon tiré sur la femme. 

Très pointilleux sur l’immuabilité de la loi de l’islam, les phallocrates idolâtres musulmans ne vont pas renoncer à l’exercice de leur pouvoir absolu sur les femmes ou céder ne serait-ce une once de ce pouvoir pour complaire aux exigences du droit international, jugé incompatible avec le droit musulman.                                                                                                                    

La charia est une bénédiction, une arme sacrée, par le biais de laquelle ils peuvent anéantir juridiquement la femme qu’ils considèrent comme un sujet mineur et un incapable majeur, frappée par la malédiction éternelle, et qu’Allah a dotée de qualités intellectuelles intrinsèques inférieures à l’homme. Ne dit-on pas dans l’islam que la femme est dépourvue de foi et de raison ?                                                                                                     

Un peu comme si leur chef vénéré  Ben Laden était supérieur à Marie Curie.                                      

Elever l’homme et rabaisser la femme, sous prétexte d’un ordre sexuel instauré par Allah est symptomatique de l’incapacité de cette religion de s’inscrire dans la voie de la modernité. Conserver cet ordre au nom de la suprématie et de l’essence prétendument divine de la loi de l’islam sur les lois internationales, celles du bon sens commun et de la dignité humaine, est encore plus criminel et ignominieux.                                                                                                            

On ne fait pas d’une loi rétrograde, raciste, sexiste,  et inhumaine un ordre juridique pour justifier le traitement   humiliant et dégradant infligé à la femme.                                                                                                 

Il n’y a pas de valeurs sacrées sans respect des droits de la femme. Comme il n’y a pas de droits fondamentaux sans liberté. Comme il n’y a pas non plus de loi divine sans égalité entre ses créatures.  

Une vraie  religion que peut difficilement être l’islam dans sa forme radicale n’a pas vocation à introduire une différence entre les hommes fondée sur leur seule appartenance sexuelle, afin de créer des mécanismes de dépendance de la femme vis–à-vis de l’homme, condamnée à vivre éternellement dans son ombre.                                                                    

La loi de l’islam que les musulmans veulent en faire une loi universelle, à défaut d’être une loi égalitaire et impartiale, est une loi inique, partisane et liberticide. Elle est l’expression majeure d’un ordre machiste et sexiste qui prolifère sur l’état d assujettissement permanent de la femme.                                                                                                                                                              

Il n’y a pas de loi sans éthique, ni morale, ni justice, une loi qui se prétend divine comme la charia, est une loi de l’arbitraire et de l’inquisition, elle ne saurait être  une prescription de règles de bonne conduite que les musulmans doivent observer pour atteindre la voie de la félicité.                                                                                                                                            

La loi d’Allah n’est en réalité qu’une manoeuvre pernicieuse et insidieuse pour dissoudre les droits des femmes dans un bain d’acide sulfurique. Produit dont ils sont férus pour défigurer les femmes qui veulent rompre les chaînes du despotisme patriarcal comme dans les pays qui appliquent scrupuleusement la charia.                                                                                 

La charia n’a d’essence canonique que les larmes des femmes privées de liberté pour l’éternité, que ses partisans de plus en plus nombreux y compris en Occident veulent instaurer comme un ordre nouveau pour la société internationale, ou tout au moins en faire la seule loi pour les musulmans à l’exclusion de toutes les autres.                                                                                    

Alors que cette loi qui est la chambre funéraire des libertés et des droits de la femme, est une pure invention humaine apparue au Xe siècle avec l’Ecole juridique hanbalite dont est issu le wahhabisme, véritable clone du nazisme qui fait des ravages aujourd’hui dans les ghettos européens et les pays dits des révolutions du printemps arabe, qui présentaient la particularité d’être tous gouvernés par despotes laïques.                                                                                                                                

Synonyme surtout  d’apartheid sexuel pour les femmes et de négation du droit à la différence et à la liberté de conscience.                                                                                                                

Quelle différence y a il-t-il entre un régime théocratique musulman qui  maintient la femme dans un état d’enfermement psychologique, social, intellectuel et humain et le nazisme et ses camps de la mort ou le stalinisme et son Goulag ?

La charia est négatrice la  personnalité de la femme, comme si la femme n’est pas un être humain accompli et à part entière.  Sans âme ni psyché.                                                                                                                                                            

Au nom du sacré, les partisans de la charia jugent que la femme pas de volonté propre, ni de libre-arbitre, cela est valable d’ailleurs pour tous les musulmans, elle est juste un réceptacle sexuel, une mère pondeuse. Elle n’existe jamais par elle-même, Allah l’a créé pour procurer du plaisir à ses vaillants combattants et lui donner de la chair à canon pour conquérir le monde.  

Le Coran  lui définit ses devoirs qui sont autant de droits de son époux détenus sur sa personne.                                                                                                                                

Seule la satisfaction de ses obligations de soumission notamment sexuelles à l’égard de son époux son seigneur et maître, le laboureur de son corps lui garantit une place au paradis auprès de ce dernier.                                                                                                                                    

Parait-il seul moyen pour assurer la pérennité du couple, en faisant de la femme une obligée non consentante pour l’homme.                                                                                                  

En clair, les droits de la femme découlent de ses obligations à l’égard de son époux.  Et comme il est dit dans le Coran: » Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance » ( sourate 2; de la Vache verset 228).                                                

En réalité des droits au rabais, minimalistes qui dépendent de la seule volonté de mâle-dominateur-propriétaire de plein droit de son corps et qui sont la contrepartie de sa bonne conduite. A  contrario, il est permis de la punir, la châtier, la reléguer, la lapider, la répudier, la brimer, l’humilier, la frapper, la défigurer si elle  se rebelle, se refuse ou désobéit à celui qu’Allah a élevé au-dessus d’elle et dont il  en a fait son maître-esclavagiste.

 Et avec la wahhabisation des sociétés musulmanes qui n’est que le retour aux vraies sources de l’islam et une résurgence de la barbarie humaine, les droits de la femme les plus élémentaires seront jugées une hérésie, un sacrilège que les Majless choura, conseil consultatif, ne manqueront pas d’abolir pour incompatibilité avec les lois fondamentales de l’islam.                                     

Il y a tout lieu de s’inquiéter du sort de la femme qui va être ou en passe de l’être la première victime des changements de cap politique  que connaissent notamment les pays arabisés.

Elle risque d’être le « juif » de ces sociétés. Bannies et discriminées du fait des pouvoirs exorbitants octroyés par le Coran lui-même aux hommes.

Ce sera comme en Arabie Saoudite, au Yémen, en Afghanistan, au Soudan ou dans les régions tribales du Pakistan, où l’homme dispose d’un droit de vie et de mort sur la femme.

                                                                                                                                        La charia est en quelque sorte un acte de propriété dont l’objet est la possession et donc la colonisation du corps et de l’esprit de la femme.                                                                   

Contrairement aux contrats de droit civil, cet acte fixerait les contraintes et les servitudes auxquelles sont sont soumises les femmes.                                                                                  

Si elle veut bénéficier de la miséricorde divine, elle n’a guère d’alternative que de se plier à la volonté de son époux, censé pourvoir à ses besoins mais à condition que son comportement soit en conformité avec les règles fixées par le Coran qui sont la porte ouverte au viol conjugal.  La femme ne doit pas se révolter contre ce qu’Allah lui a assigné comme statut. Tout acte de résilience lui vaut de subir la double-peine : la mort et les feux de l’enfer.                                                              

                                                                                                                                                           Ainsi la femme est considérée comme un simple objet sexuel dont la seule fonction outre la procréation est de satisfaire les pulsions sexuelles de son mari et si elle s’y refuse elle se trouve exposée au courroux d’Allah.                                                                                                          

Selon un hadith, une femme qui refuse de rejoindre son mari dans son lit est maudite par les anges toute la nuit :  » Si l’homme invite sa femme dans son lit pour copuler avec et qu’elle refuse et qu’il passe la nuit en colère contre elle les anges la maudiront jusqu’au matin. »

Du fait que Dieu accorde à l’homme une prééminence absolue sur la femme, elle ne peut que se résigner à accepter sa condition féminine qui ne doit souffrir d aucun écart de sa part si elle veut gagner les faveurs divines qui sont la résultante de sa totale soumission à l’homme.

Par conséquent, seules les femmes obéissantes et qui suivent la voie d’Allah, celle de la charia, sont par définition des femmes vertueuses et dignes de la miséricorde divine.

En l’occurrence plus les femmes se laissent domestiquer  et sont  dans l acceptation consentie de leur sort et se  font apprivoiser par les hommes, plus Dieu en est satisfait, plus il les comblera de ses bienfaits.
En clair, le bagne  ou l’enfer au ciel, alors que le prophète lui-même leur promet l’enfer.   Elle doit contre son gré accepter l’enferment sur terre, la  réclusion perpétuelle si elle veut jouir de liberté très hypothétiques  dans l’au-delà. Et tout ça au nom de l’impureté et de la malignité éternelle rattachées à la femme. Et comme le dit Malek Chebel, un tartuffe patenté pourtant : « Elle est l’autre énigme inquiétante qu’il faut voiler. »
Si le retour de la charia qui se profile dans le ciel des pays du Printemps Arabe est une aubaine pour les hommes musulmans car elle va rétablir  et conforter leurs droits exorbitants sur leurs femmes, elle est annonciatrice du goulag pour les femmes et du rétablissement d un régime concentrationnaire humiliant et dégradant pour la condition humaine.