Archives du mot-clé Daëch

Pourquoi le nombre d’au moins 60 000 djihadistes tunisiens n’est pas exagéré

 
La force de frappe djihadiste de la Tunisie est certainement beaucoup plus importante qu’on veuille le dire.  La machine djihadiste tournait à plein régime dans ce pays pour soi-disant engendrer in fine que 5 à 6000 terroristes.  Un chiffre dérisoire et très  en deçà de la réalité dans un pays où près de la moitié des électeurs votent pour le parti nazislamiste d’Ennahdha promoteur du djihad.
En effet, plusieurs paramètres me laissent à penser que le chiffre en question serait vraisemblable pour les raisons ci-après :
-Entre 2012 et 2015 la compagnie aérienne Syphax créée par un député nahdhaoui spécialement pour les besoins des transports de djihadistes à destination de l’Irak et de la Syrie aurait assuré entre 149 et 172 voyages à bord d’un Airbus 319 pour une capacité de 150 places. Ce qui donnerait pas moins de 22 000 djihadistes envoyés dans la zone Irak-Syrie,
-des milliers de départs volontaires par vols réguliers à partir de Tunis Carthage, Enfidha et Djerba, autant d’aéroports qui desservent la Turquie;
-les départs par voie terrestre à travers la Libye probablement par mer et par air à partir de ce pays vers la Turquie ou directement vers la Syrie et l’Irak;
-les volontaires tunisiens venus directement de France, de Belgique et d’Allemagne que l’on fait passer pour des ressortissants de ces pays,
-et enfin en 2014 l’ancien ministre de la justice de la mouvance nazislamiste tunisienne le dénommé Bhiri  a même avancé le chiffre de 100 000 terroristes en attente de son feu vert pour déferler sur la Tunisie.
Nonobstant les centaines de Tunisiens qui combattent dans les rangs de l’Aqmi, Ansar al-Charia, Fajr Libya, et la Qaïda.
Minimiser le nombre de djihadistes reviendrait à minimiser le danger voire l’occulter et le nier.
Que sont devenus les milliers de fugitifs des prisons tunisiennes au lendemain de la chute rocambolesque de Ben Ali ? Il y a fort à parier que ce scénario était destiné pour alimenter le vivier djihadiste.
Des fois je me demande si la farce révolutionnaire tunisienne n’était pas un subterfuge pour faire de ce pays un pourvoyeur de djihadistes pour la Syrie, le Yémen, le Mali, la Libye, l’Irak et l’Algérie ?

Il n’y a pas 36 islam, il y en a qu’un, wahhabite et barbare

Le vrai islam n’est pas celui  qui se présente sous le visage des soufis voire des chiites, et moins encore des 2 fondateurs du mu’atazilisme,Wassa b. Ata et Omar b. Ubayd, d’Ibn Khaldoun, Averroes, Avicenne, Ibn Arabi, Ibn Roumi, Razi, Khawarizmi, et tous ces savants qui ont apporté leur contribution aux sciences et aux savoirs universels, bannis et persécutés pour la plupart d’entre eux et dont une grande partie de leurs oeuvres détruites, il est incarné par Mahomet, et de tous ceux qui sont restés fidèles à sa fidèle de route où il n’y a de salut pour les non-musulmans que dans la soumission  Omar, Abu Bakar, Okba, les 4 fondateurs des écoles juridiques musulmanes, Abu-al-Hassan Achari, Ibn Taymmyya, Al-Ghazali, Mohamed Ibn Abdelwahhab, Alfghani, Mohamed Abdou, Saïd Qotb, Hassan Al-Banna,  Al-Baz, Al-Qaradhaoui, Al-Baghdadi et bien d’autres figures sinistres de la barbarie humaine et de l’obscurantisme érigé en dogme religieux,

Il  y en a qu’un,  celui propagé par d’Al-Jazeera, Iqra et les télévisions satellitaires moyen-orientales. Un islam qui est en train de mettre le monde à feu et à sang et qui est à l’origine des années de braise en Algérie et de tous les attentats terroristes qui rythment la vie de l’humanité depuis le 11 septembre 2001.

Cet islam hyper activiste et prosélyte qui se nourrit de la théologie tawheediste salafo-tawheediste,  qui ignore le temps et l’espace, fidèle au texte fondateur qui a force de loi fondamentale, à savoir le Coran.

Se voulant rigoriste, puritain, non-consensuel et intransigeant, il ferme la porte à toute possibilité d’innovation sous prétexte de préserver l’héritage mahométan.  Cet islam tant décrié par les musulmans eux-mêmes est celui qui gagne chaque jour du terrain aussi bien  dans le monde musulman que chez les jeunes de la deuxième génération qui y voient le meilleur vecteur identitaire et salutaire pour redonner à l’islam sa supposée splendeur passée.

Après avoir été instrumentalisé par les Anglais à son apparition au cours du 18 e siècle pour précipiter la chute du grand corps malade ottoman, , les Américains ont pris le relais avec le Pacte du Quincy signé le 14 février 1945 pour en faire leur pièce de maîtresse dans la lutte contre le communisme dans les pays « arabes » et musulmans et dans leur stratégie géo-politique et géo-énergétique en ce qui concerne cette zone en question.  Sans eux, ils n’auraient pas dépassé les confins du désert d’Arabie  et peut-être que le monde ne serait pas en proie à son pire péril depuis le nazisme.

Plutôt que tuer la bête, ils ont préféré la nourrir et l’aider à s’essaimer..

On lui doit la création de la nébuleuse terroriste qui sévit sur les 5 continents grâce au soutien financier et certainement plus de l’Arabie Saoudite et le Qatar. Il est peu probable que leur protecteur ne soit pas tenu au secret de leurs agissements criminels et belliqueux.

Il n’en demeure pas moins, et indépendamment de sa face cachée, il a le visage de   Boko Haram, des Talibans, des Frères Musulmans, des cités franciliennes les vendredis aux sorties des mosquées, de Molenbeek,  la voix des prêches haineux, racistes et antisémites des imams et le son des bombes dans les gares et les salles de concert.

Ses coups de griffe mortelle ont commencé à lacérer l’ Algérie dont les dommages collatéraux ont atteint la France avec  les attentats du métro Saint-Michel, la Rue de Renne et la station du RER de Port Royal.

Il n’y a pas d’islam ouvert et éclairé, se projetant dans l’avenir et respectueux de son environnement, il y a un islam fermé, archaïque, rétrograde,  hégémonique, prétentieux,ethnocentrique, psychotique, ethnocentrique, sauvage, monstrueux, destructeur, inculte, charlatanesque, liberticide, totalitaire, raciste, pédophile, antisémite, le mal personnifié, expansionniste, conquérant, immobiliste, négationniste, impérialiste, arrogant, terrifiant, cauchemardesque, velléitaire, ultra-violent et ultra-réactionnaire qui marche à contre-courant du train de l’humanité et qui veut faire du passé barbare et obscurantiste de Mahomet, un présent et un avenir pour toute l’humanité.

L’islam ne s’adapte au monde, il en est incapable, à cause de sa personnalité borderline et son hyper rigidité mentale et psychologique.

C’est une idéologie tribale née dans le sang, des conflits larvés, des crimes contre l’humanité, la traitrise, le désordre, l’anarchie, les massacres, les complots, la discorde, les divisions et les assassinats tels que ceux de ses premiers Califes, la propre fille de Mahomet, son gendre et ses petits-fils

Le visage de l’islam est celui des stigmates de la violence, l’ignorance et la barbarie qui sont le lot des siens et celui des centaines de millions de morts et des champs de ruine sur la voie de ses conquêtes.

L’islam est le plus grand mémoricide de tous les temps.
Tous les peuples islamisés ont perdu leur mémoire historique pré-musulmane.

Les musulmans ont-ils mis en valeur la richesse et l’histoire ancienne des peuples islamisés Quelle plus-value civilisationnelle leurs ont-ils apportée ?

Quelles infrastructures ont-ils créés ? Dans quels domaines ont-ils excellé et de quelle lumière les ont-ils éclairés ? Tous marquent le pas aujourd’hui dans les domaines où ils étaient à l’avant-garde, les arts, la poésie, la culture,l’agriculture, la tolérance religieuse, l’architecture, la musique, la littérature, la navigation, etc..
Pourquoi ont-ils tout détruit sur leur passage ? Ont-ils peur que les peuples soumis se révèlent à eux-mêmes en découvrant leur vria visage dans leur miroir historique qui les réconcilie avec leurs racines et leur fait briser ainsi celui l’arabo-islamité ?

Le silence coupable des musulmans sur le génocide des chrétiens d’orient

Les chrétiens d’Orient comme partout dans le monde musulman sont persécutés, chassés de chez eux, massacrés, violés, rançonnés, humiliés, leurs maisons et églises brûlées, leurs femmes et enfants violés et vendus comme du bétail, tout cela se passe sur la terre funeste de l’islam et avec la bienveillance complice de tous les musulmans du monde.

Ils sont les premiers à revendiquer des droits pour eux en Occident chrétien et à lui imposer leurs mœurs rétrogrades et barbares et à mener une politique criminelle de purification religieuse de leurs pays de toute présence chrétienne.

Ces gens qui eux-mêmes étaient christianisés et judaïsés avant l’islam en ce qui concerne les musulmans de cette région, ne savent pas que les chrétiens sont leur mémoire historique, présents sur cette terre polluée par l’islam depuis 2000 ans, et en les condamnant à la mort et à l’exil, ils s’amputent de leur mémoire, et que sans elle, ils ne sont que des corps sans âme, des êtres sans passé et leur avenir sera un cimetière pour des morts vivants.

Ils disent que Daech n’est pas l’islam qu’attendent-ils alors de le prouver sur le terrain et nous épargner leurs jacasseries infâmes ?

Chose qu’ils ne feront jamais car ils ne vont pas désavouer leurs frères qui appliquent à la lettre ce que Mahomet a prescrit et commis lui-même ce qu’on peut qualifier aujourd’hui de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et dont le nom devrait figurer à la première ligne sur la liste des plus grands monstres d’inhumanité de tous les temps. N’a-t-il pas fait subir lui-même aux juifs, aux nazaréens et aux polythéistes, ce que Daech fait subir aux chrétiens d’Orient aujourd’hui dans le silence complice de la communauté internationale et l’Eglise romaine ?

Leur litanie favorite de « c’est pas ça l’islam » qui est la pire offense faite à la mémoire des victimes de l’islam veut dire en réalité, vous n’avez qu’un avant-goût du programme de la question de la solution finale pour l’humanité conçu par le Coran.

Quand on a une once d’humanité en soi et de raison, on ne se fait jamais l’avocat de l’islam. Sauf qu’en tant que musulmans ils doivent soutenir leurs frères qu’ils soient coupables ou victimes dans le pur respect de la Tradition mahométane qu’il leur recommande de venir en aide à leurs frères qu’ils soient opprimés ou oppresseurs. Des musulmans qui massacrent des chrétiens ne peuvent essuyer la colère des leurs car ils sont dans la logique des préceptes coraniques qui nourrissent leur haine viscérale des chrétiens qualifiés d’associateurs et falsificateurs et ordonnent de les combattre jusqu’à ce qu’ils se plient aux lois de l’islam :

Le Coran, Al-Baqarah 190 :  » Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d’où ils vous ont chassés : l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants.  »

Le Coran, Al-Baqarah 193 :  » Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S’ils cessent, donc plus d’hostilités, sauf contre les injustes.  »

Le Coran, An-Nisa 56-57 :  » Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage ! Et quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes œuvres, bientôt Nous les ferons entrer aux Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux. Ils y demeureront éternellement. Il y aura là pour eux des épouses purifiées. Et Nous les ferons entrer sous un ombrage épais.  »

Contrairement aux allégations mensongères de la majorité silencieuse musulmane pour draper l’islam dans ses vertu pacifistes et humanistes, il n’y a pas de contexte qui tienne car la parole d’Allah pseudo incréée ne connaît ni temps ni lieux, intemporelle et immuable et qui légitime la persécution et le combat armé contre les chrétiens qui sont pour le Coran les ennemis de l’islam contre lesquels le combat est prescrit et que Daech applique fidèlement en Syrie et en Irak.

Le Coran Al-Maïda V, la Table, dans ses versets ci-après :

33. La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment,

34. excepté ceux qui se sont repentis avant de tomber en votre pouvoir : sachez qu’alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

35. Ô les croyants! Craignez Allah, cherchez le moyen de vous rapprocher de Lui et luttez pour Sa cause. Peut-être serez-vous de ceux qui réussissent!

36. Si les mécréants possédaient tout ce qui est sur la terre et autant encore, pour se racheter du châtiment du Jour de la Résurrection, on ne l’accepterait pas d’eux. Et pour eux il y aura un châtiment douloureux.

37. Ils voudront sortir du Feu, mais ils n’en sortiront point. Et ils auront un châtiment permanent.

C’est le déni des évidences qui rend les musulmans autant coupables que leurs frères djihado-terroristes de Daeach.

C’est l’Occident qui a fait lui-même le lit au péril migratoire

Qu’on le veuille ou non et les statistiques le confirment aisément sans la tempête de sable que les dirigeants occidentaux ont fait déferler sur les peuples du Croissant fertile on en serait pas là aujourd’hui.

Obama, Sarkozy et Cameron ont oeuvré à la chute de Ben Ali, M’Barek, Khadhafi, Bachar pour leur substituer leurs chiens de garde wahhabo-islamistes comme Ennahdha et les Frères Musulmans égyptiens, sans évaluer les conséquences de leur jeu à la roulette russe. Ils ont fait le malheur de ces peuples et les leurs qui se trouvent aujourd’hui pris dans le tourbillon migrationniste.

Est-ce que la menace migratoire avait été aussi forte qu’avant leurs numéros d’illusionnistes de faiseurs de révolution populaire et démocratique qui n’étaient en réalité que de grossiers subterfuges pour favoriser l’arrivée au pouvoir des pays en question des pires ennemis de la liberté comme s’ils avaient promu le nazisme en son temps ? Il n’en reste pas moins qu’on était loin d’être au bord de l’asphyxie présente.

Savez-vous qu’en 2010, on était à 861 migrants clandestins syriens, aujourd’hui plus de 5 millions de syriens sont mis sur la route de l’exil dont quelques dizaines de milliers d’entre eux ont trouvé refuge en Occident, alors que la Turquie abrite plus de 2 millions de réfugiés autant que le Liban ?

Cette forte poussée migratoire devrait être analysée objectivement et sans parti pris, chiffres à l’appui et en prenant en compte les bouleversements géopolitiques que connaît le bassin méditerranéen, et pas nourrie par des élucubrations fantasmagoriques.et des réflexes xénophobes alors que nos dirigeants politiques ont joué aux pyromanes dans les pays d’origine des migrants. Encore heureux pour l’Occident que Sissi est arrivé au bon moment contre son gré et à son grand dam et a l’a sauvé d’un véritable Tsunami migratoire où il y aurait eu des millions de migrants égyptiens.

Il faut regarder la réalité des chiffres en face qui sont les meilleurs indicateurs quant à l’explosion exponentielle du nombre des migrants clandestins depuis 2010, année de stabilité politique relative de la Tunisie, Libye, Syrie à nos jours en tenant compte des effets induits de la chute de Khadafi sur le Mali et le Niger.

Pour ceux qui ne le savent pas, un clandestin meurt toutes les deux heures en moyenne en Méditerranée aujourd’hui.à comparer aux 2 morts par noyade par jour en 2007, considérée comme l’année la plus mortifère par l’UNHCR ( L’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés). http://www.unhcr.fr/4f280ad3c.html.

La majorité des migrants n’auraient pas demandé à venir et si l’opinion publique occidentale s’inquiète à juste titre de la forte poussée migratoire c’est moins leur faute des migrants que celle des nos gouvernants.

On a voulu se débarrasser de Bachar Al Assad, garant de la protection des minorités ethniques et religieuses en Syrie et son corollaire l’exil forcé, et on a Daech partout en Occident.

Triste record pour les traversées de la Méditerranée par les migrants et les réfugiés en 2011
Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Sybella Wilkes – à qui toute citation peut être…
unhcr.fr|Par L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés

Si guerre il y a, elle ne peut être que contre l’islam ou rien

Paru dans Dreuz sous le titre: « C’est l’islam que la France doit combattre, pas son avatar daechien »

Afficher l'image d'origine

On cherche les commanditaires des attentats terroristes qui viennent d’endeuiller la France et lui infliger l’un des pires traumatismes de son histoire récente, alors qu’il suffit d’interroger le Coran pour comprendre que c’est lui et lui seul, la source de motivation des auteurs des attentats.

Les djihadistes ne sont pas les enfants de Satan, ils sont la créature d’Allah et de Mahomet. Nourris au biberon de la haine et de l’effroi, du berceau à la mort. C’est en leurs noms qu’ils accomplissent leurs forfaits, pas de Yahvé ou Bouddha.

Ils sont les armées de l’islam dans sa conquête du monde. Depuis 1436 ans. Et elle ne s’achèvera que le jour où l’islam sera le nouvel ordre mondial pour toute l’humanité.

Mus pour un seul idéal : détruire l’humanité non-musulmane afin d’instaurer les lois de l’islam aux quatre coins de la terre, et introniser Allah comme le Roi de l’Univers.

Le nom du vrai commanditaire des attentats du 13 novembre 2015 ne fait pas l’ombre d’un doute. Il est connu de tous, mais on continue à le draper dans sa vertu et le faire passer pour la victime. Comme si on avait peur de lever le voile sur son identité, de commettre un sacrilège ou de violer un tabou. On préfère balancer des noms de lampistes, comme ce Belge combattant au sein de Daech, qui aurait télécommandé le carnage parisien, et dont les médias ne cessent d’insister sur la nationalité d’Outre-Quiéverain, sans jamais dire que le prétendu cerveau des attentats est tout simplement musulman, et qu’il suit rigoureusement la feuille de route mahométane qui n’est pas un hymne à la vie ni une ode d’amour et de paix.

Les djihadistes que le Coran appelle moujahiddounes, soldats d’Allah, sont – n’en déplaise aux zélateurs de l’islam – les vrais musulmans au sens mahométan du terme.

Ils sont fidèles aux prescrits coraniques qui ordonnent aux musulmans de prendre les armes contre les « infidèles », dont le meurtre est licite, et n’engage aucunement la responsabilité de leurs auteurs, dont les agissements criminels sont couverts par Allah (sourate 9, verset 30). Ils sont encouragés à les pourchasser jusqu’au dernier, à irriguer la terre de leur sang, et installer dans leur coeur l’effroi.

La source du djihad armé est le Coran lui-même.

Il y a suffisamment de sourates qui font froid dans le dos et légitimerait l’interdiction du Coran, comme les sourates d’Al-Imrane, Al-Anfale, le Butin, la Baqqara, la Vache, An-Nissa, les femmes, Al-Fatah et la Victoire éclatante.

Mais nos hommes politiques et leurs serviles médias mettent une sourdine sur la vérité de l’islam, l’endoctrinement coranique, qui muterait un chien de compagnie en pit-bull.

Que leur faut-il de plus que les textes fondateurs de l’islam, le Coran et les Hadiths, même s’ils sont sujets à controverse ?

Selon Abou Oumama, le Prophète a dit : « Celui qui n’a pas combattu, ou n’a pas équipé un combattant, ou encore n’a pas remplacé un combattant dans sa famille, subira une calamité de la part de Dieu avant le jour du Jugement. » (Abou Dawud)

Des propos parmi tant d’autres, qu’il est superflu de les énumérer tous, mais qui édifient sur la place du djihad armé dans l’islam, glorifié, encouragé par le fondateur de l’idéologie islamique, et permet d’en finir avec le bal des vautours qui rôdent sur les corps de nos victimes.

Ils se font un malin plaisir à tendre l’oreille aux imams, qui sont les premiers à semer les graines de la violence, du nihilisme destructeur. Ils décrivent l’abomination des non-musulmans et des apostats et les plantent dans les coeurs de leurs condisciples.

Les morts de cette nuit de Cristal parisienne conçue, écrite et mise en scène par l’islam, cet objet de fascination de nos gouvernants, ne sont que des mécréants qui ont eu le sort qu’ils méritent, selon le Coran.

Le livre saint de l’islam réserve la place de choix à ses « héros » tombés sur le champ de bataille (sourate Al-Imrane, verset 169 ) : « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus ».

Les djihadistes ne sont pas victimes du système. Ils sont les purs produits de l’idéologie musulmane qui les a façonnés, formatés et modelés pour les besoins de sa cause, jouant sur leur crédulité et leur état d’immaturité psychologique. C’est pourquoi l’islam doit être placé sur le banc des accusés pour incitation aux crimes contre l’humanité.

Le terrorisme est un des piliers de l’islam, il en a fait la valeur suprême de sa foi, le stade ultime de tous les croyants qui veulent bénéficier de la meilleure place au paradis et s’attirer les grâces d’Allah, qui ne jure que par les djihadistes.

Ces derniers ont toutes ses faveurs, contrairement à la masse de mollassons musulmans que nos médias aux ordres appellent modérés :

« A : Que ce personnage combatte, dans le Chemin d’Allah, ceux qui troquent la [Vie] Dernière contre la Vie Immédiate !
B : Que combattent, dans le Chemin d’Allah, ceux qui troquent la Vie Immédiate contre la [Vie] Dernière.
A ceux qui, combattant dans le Chemin d’Allah, sont tués ou sont vainqueurs, Nous donnerons une rétribution immense.» (Sourate 4, versets 76/74)

Sourate 4, versets 97/95 à 98/96 :

« (…) A tous, Allah a promis la très belle [Récompense, mais] Allah a mis les Combattants au-dessus des non-combattants, en [Sa] rétribution immense, dans la hiérarchie [qu’ils occupent ] , par rapport à lui, [dans Son] pardon et [Sa grâce]. Allah est absoluteur et miséricordieux.»

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

En damant les pions à Poutine en Syrie l’Occident signe son arrêt de mort

Afficher l'image d'origine

Plutôt que d’agir et de circonscrire le feu gigantesque qu’il a lui-même allumé, l’Occident se met à déverser son venin comme si la Russie était la diablesse en personne. Une agitation hystérique qui tranche avec son silence sur les crimes de guerre et crimes contre l’humanité de Daech.
La Russie est plus que jamais le seul rempart contre le danger apocalyptique qui menace l’Occident lui-même-même qui un jour finira par être pris en étau entre les cellules islamistes dormantes en son sein et le déferlement des combattants djihado-terroristes venus de la Syrie si rien n’est fait en amont, autrement dit éradiquer le foyer de feu syrien.
L’Occident a tout intérêt d’appuyer Poutine qui remédie à ses carences et sa frilosité inexplicable à moins qu’elle ne cache un jeu plus pervers et suicidaire qui se traduira tôt ou tard fatalement par la disparition de l’Occident qui ne sera plus l’ombre de lui-même.
Toute attitude hostile à la Russie ne peut-être que suspecte et qui en dit long sur la collusion coupable de l’Occident et les forces djihado-terroristes et confirmer plus que jamais les soupçons qui pèsent sur lui quant à son implication directe dans la création de l’E.I.
Des deux choses l’une soit on laisse l’E.I.poursuit ses oeuvres génocidaires et si Damas tombe c’est la fin inéluctable de l’Occident, imaginez les centaines de milliers de Merah, Coulibaly, Nammouche et kes frères Kouachi qui attendent la bonne occasion pour passer en action, soit on attaque le mal à ses racines pour sauver le Proche-Orient du plus grand péril de son histoire et épargner à l’Occident le bain de sang qui le menace. Poutine fait une oeuvre de salubrité humaine. Que propose l’OTAN comme solution pérenne ? La peau de Bachar.
Il a eu la peau de Kadhafi pour in fine plonger la Libye dans un chaos indicible comme il avait eu dans un passé un peu plus lointain celle du Shah d’Iran pour faire émerger la bête immonde des Ayatollah qui ont fait d’un pays des lumières un pays des ténèbres.
Aujourd’hui l’Occident est entrain de se mettre lui-même en danger de mort s’il ne fait rien pour mettre fin à la chienlit proche-orientale en jouant la carte des pseudos rebelles, les faux-nez de l’E.I.
Il ne suffit plus de critiquer la position française dans la question syrienne, il revient au peuple français de sortir massivement dans les rues pour crier sa colère contre la politique suicidaire de son gouvernement.

Sans le wahhabisme, l’islam serait mort

Est-ce que le musulman qui se fait passer pour « modéré » pour amadouer, flouer et emberlificoter ses interlocuteurs afin de leur vendre son islam de paix, d’amour et de tolérance, sait-il quelle que soit sa posture qui ne trompe plus personne sauf lui-même, n’est en rien différent du musulman saoudien.
Il a beau arborer un visage avenant et débonnaire, persister dans la voie de l’enfumage et de la séduction et continuer à draper l’islam dans sa vertu, à mentir comme un arracheur de dents sur le vrai sens de la définition du mot islam façon Tarek Ramadan ou Dalil Boubaker, il reste un vulgaire représentant de commerce cherchant par tous les moyens à fourguer déchets radioactifs qu’il veut faire passer pour un remède miracle pour la santé humaine à une clientèle niaise et crédule qui prend les vessies pour des lanternes.
Ce musulman « modéré » dont il faut se méfier comme du virus du V.I.H. du sida ne doit pas avoir tribune dans les médias. Des grosses couleuvres il en fait des arguments de vente. Menteur, tartuffe, fabulateur, mythomane, escroc, sachant manier à merveille le double-langage, un djihadiste de la takkyia, un personnage à facette multiple, manipulateur-né, ami des juifs et des chrétiens dans le public et les maudissant dans ses prières et ses prêches dans le privé. Il est costume-cravate pour la galerie et kamiss afghan avec les siens, se montre ouvert et amical, mais ô combien haineux, raciste, antisémite, fanatique, intolérant, suprémaciste au fond de lui-même. Ce musulman est bien plus dangereux et retors que son coreligionnaire fondamentaliste. Il fait l’ange alors qu’il est un carnassier de la pire espèce, il n’a qu’un but assurer le triomphe de l’islam sur les non-musulmans.

Il considère le saoudien wahhabite comme un hétérodoxe, alors que non seulement c’est grâce à la manne pétrolière wahhabite que l’islam a le vent en poupe mais également ils appartiennent tous les deux à l’orthodoxie musulmane dominée par le même wahhabite, en réalité c’est une tactique  pour faire surtout diversion et ne pas laisser apparaître celui-ci comme étant le vrai visage de l’islam des sources qui fait la fierté des salafistes et celui qui doit être le modèle pour tous les musulmans.
A trop vouloir jouer au prestidigitateur pour épater et émerveiller son auditoire, le musulman « modéré »ne trompe plus personne et qu’il est le premier à avoir fait révéler la vraie nature de l’islam longtemps dissimulée et niée. Il a épuisé tous ses tours de passe-passe grotesques et grandiloquents. Au moins avec le saoudien croque-mitaine, au physique d’un pachyderme et à l’appétit d’un ogre, lubrique, graveleux, grossier et grotesque, concupiscent, avide au gain, mégalomane, exubérant, fainéant, esclavagiste, raciste, hautain, méprisant et cruel, aux moeurs violentes et inhumaines. Incapable de compatir pour autrui, xénophobe, intolérant et indifférent au sort de ses compatriotes et ses coreligionnaires en souffrance. Connu pour ses penchants pédophiles et son ultra-conservatisme et le traitement humiliant et dégradant aux femmes, faisant des interdits un verni pour ses vices.
En stigmatisant le saoudien qu’il honore pourtant de ses visites pour le pèlerinage et l’omra, il se dénigre lui-même et insulte la Sira mahométane.
Le saoudien est l’image vivante de l’islam et ça il ne le sait pas car il est trop ignorant du Coran et de la Sunna pour le comprendre. Il a l’art d’asséner des vérités qu’il n’a pas les moyens théologiques de les démontrer.
Si Daech applique comme par hasard le vrai islam c’est parce qu’elle est une créature saoudienne pour gangrener le monde musulman et pas seulement. Avec Deach le régime d’Ahl Saoud espère pouvoir avoir ses affidés partout dans le monde pour venir à son secours en cas de remise en cause de sa pérennité au nom du djihad.
Quoiqu’il dise le musulman tartuffe et ignorant des lois de l’islam ne peut jamais dire que l’islam saoudien et donc wahhabite n’est pas l’islam car eux au moins les saoudiens ont les mêmes gènes et racines culturelles que Mahomet, issu du même sérail que lui, au caractère forgé dans un environnement désertique et bédouin, ils lisent l’islam dans le texte alors qu’eux ils ne comprennent pas un traître mot de l’arabe coranique et encore moins de l’arabe tout court.
Les saoudiens sont une image fidèle de ce que fut la société arabe au temps de Mahomet et de ce que la société musulmane doit être aussi au jour d’aujourd’hui.
L’islam n’est-il pas une machine à figer le temps et d’imposer et un moule dans lequel il veut fondre tous ses fidèles ?
Peut-on être musulman tout en tournant le dos à la Sira mahométane

Il n’y a qu’un islam celui des djihado-terroristes qui sèment la mort partout dans le monde

Les musulmans adeptes de l’islam édulcoré peuvent m’opposer toutes les dénégations possibles et inimaginables je crois ce que je lis dans le Coran, un brûlot de racisme et d’antisémitisme dépassant et de très loin Mein Kampf.

Tout ce que les fondamentalistes musulmans, ceux qui sont dans le sentier d’Allah font et appliquent est conforme à l’esprit et à lettre des préceptes diaboliques renfermés dans ce guide abominable.

Ne venez surtout pas me raconter que ce n’est pas ça l’islam. Il est bien pire même que ça.

Vous avez cru que votre islam est paix parce que vous êtes incultes et ignorants et vous confondez paix et asservissement, vous vous êtes trompés sur toute la ligne et malgré tout cela vous voulez faire de vos erreurs grossières une vérité.

Et vous voulez qu’on gobe vos mensonges ce qui est le comble de la l’escroquerie intellectuelle.

Votre islam que vous voulez faire passer pour l’islam de Mahomet ressemble à tout sauf à celui-là. Et comme le disait à juste titre l’islamo-terroriste tunisien Rached Ghannouchi l’islam de mes parents n’était pas le vrai islam.

Vous êtes trop démunis intellectuellement et théologiquement pour décortiquer votre islam qui est un mélo-mélo de judaïsme, de christianisme, des religions locales ancestrales avec des zestes cultuels islamiques, afin de pouvoir faire un parallèle avec l’islam des origines en cours chez les wahhabites et leurs satellites de Daech, Boko Haram, la Qaïda.

Contrairement à ce que j’ai pu lire et entendre que ces mouvements islamo-terroristes sont des hérétiques qui dévoient et défigurent l’islam détrompez-vous les transgresseurs de l’islam c’est vous-mêmes.

A ces musulmans qui n’ont toujours rien compris à l’islam des origines qui est le vrai islam,  je leur dirais soit vous pliez entièrement à ses lois sans soit vous donnez une autre appellation à ce que vous croyez être un islam qui est à des années-lumière de la feuille de route mahométane pour éviter ainsi tout amalgame avec cet islam que vous refusez de voir de voir en lui votre supposé islam.

L’islam est comme un cépage,  il ne donne pas le même goût de vin  qui dépend de plusieurs paramètres. A partir d’un même cépage on a une multitude de variétés. Chacune d’elles proposant ses typicités, selon le sol et le climat autour desquels il évolue. Voilà pourquoi par exemple le vin (l’islam) tunisien est différent du vin saoudien quand bien même ils sont produits à partir du même cépage. Tout les distingue les nuances, la robe, la couleur, les arômes, la personnalité, le caractère, l’élevage. Seulement aujourd’hui on veut un vin au goût unique indépendamment du terroir, le même dont s’enivrait Mahomet et que vous qualifiez de vin frelaté au goût de piquette.

Ce vin produit dans les traditions vinicoles mahométanes n’a rien d’une arnaque et gâté par le mélange d’autres produits, c’est le vôtre qui l’est sauf que son goût est meilleur que l’originel.  L’époque de la diversification est révolue, l’heure est à l’uniformisation, un même vin pour tous le même qu’Allah vous promet dans sa taverne hédoniste.  

Contrairement à ce que vous croyez je n’ai aucune animosité à votre égard ni des ressentiments. Votre phobie de vous-mêmes vous fait perdre le sens des réalités. Vous voyez le mal partout, vous craignez vos propres ombres, paranos et schizophrènes vous prenez la main tendue pour une main hostile et inamicale, alors que vous ne faites que projeter sur l’autre votre nature perverse et belliqueuse.

Vous devez savoir que le vin que vous appelez hériter de vos parents est un vin qui n’a absolument rien de mahométan fait de produits empruntés d’ici et là que vous avez greffés sur le cépage mahométan. Vous devez le dépouiller toutes les scories allogènes sinon vous êtes des apostats de l’islam au sens littéral du terme.

Vous dites ainsi que ceux qui s’enivrent du vin mahométan c’est-à-dire les djihado-terroristes ne sont pas des vrais musulmans alors que nul est en droit de juger de la saveur du vin islamique,  sans vous rendre compte par ignorance et méconnaissance que vous êtes des vrais apostats de l’islam comme vous qualifie justement les premiers cités. Allah, l’épouvantail brandi par Mahomet, ce père-fouettard et croque-mitaine qui vous hante jours et nuits , vous réserve rait le même châtiment que pour les mécrus.

Est-ce que vous êtes posés une seule fois la question, même si la lucidité n’est pas votre vertu première, pourquoi la haute autorité de la Fatwa de l’Université d’Al-Azhar n’a jamais condamné les agissements barbares de Daech ou Boko Haram et de les juger comme contraires aux préceptes de l’islam ?

Mr F. Hollande, la France n’a rien à faire à la marche contre le terrorisme à Tunis

S’il y a une marche à organiser contre le terrorisme c’est soit en Syrie soit en Irak en proie au quotidien au Tsunami terroriste cosmopolite musulman instrumentalisé par ceux-là mêmes qui vont se produire sur la scène tunisienne en jouant une nouvelle adaptation de la vierge effarouchée le dimanche 28 mars à Tunisie, ce n’est certainement pas en Tunisie le premier pays au monde producteur du terrorisme et du djihad du sexe dans la voie d’Allah.

Quant au fameux massacre du Musée du Bardo du 18 mars 2012 c’étai un acte motivé par une forte arrière-pensée raciste de nature idéologico-théologique. Il visait des touristes occidentaux ces mécrus qui viennent souiller cette terre d’Allah selon Ennahdha qui souhaite les remplacer par des touristes halal.

On peut effectivement se demander si ces malheureux touristes abattus lâchement par deux tueurs formés à l’école tunisienne de la haine du non musulman étaient des orientaux même si la culture n’est pas leur pisse de chameau il est peu probable que l’attentat ait eu lieu.

Le choix des victimes n’était pas le fruit du hasard. Les assaillants bons musulmans tunisiens avaient pris pour cibles ceux que le Coran appelle les infidèles et dont il recommande l’extermination ( S. 4 les femmes ( al Nissa), V. 74, 75, 76, 77, 84, 89, 90 et suivants).

La tenue d’une telle manifestation dans un pays gouverné par les agents du terrorisme djihadiste est une offense grave à la mémoire des victimes de la barbarie musulmane de par le monde d’une part et d’autre part un nouveau Munich 1938. Comme si l’Occident organisait avec les nazis des manifestations contre les pogroms à Nuremberg au lendemain de l’adoption par le Reichstag des lois raciales visant à exclure les juifs de la citoyenneté  allemande et consolider  l’arsenal génocidaire hitlérien.

Plutôt que d’exiger de la Tunisie devenue une terre de djihad au lendemain de son cirque vaudevillesque  révolutionnaire de nettoyer ses écuries d’Augias encombrées et infestées par par des montagnes de crottins contaminés se couvre une nouvelle fois de honte et de déshonneur en volant au secours de ses ennemis leur offrant l’occasion de se refaire une virginité à bon compte.

Cette marche n’est rien d’autre qu’une marche d’adoubement du terrorisme djihadiste et symptomatique de la décadence et de la capitulation de l’Occident . F. Hollande et Ghannouchi côte à côte pourquoi pas ne pas y convier pendant qu’on y est Daech, Boko Haram, la Qaïda, les Frère musulmans ? Mais comme le cynisme tunisien n’a pas de limite ils vont mettre en tête du cortège leurs mentors idéologiques et leurs bailleurs de fonds, turcs, qatariens et saoudiens.

On ne combat pas le terrorisme en Occident et on le soutient en Tunisie en défilant avec ses maîtres d’oeuvre sous la bannière de l’islam.

Si Daech n’est pas l’islam c’est que Mahomet lui-même n’était pas musulman

Ce qu’on appelle musulmans modérés sont en réalité les mauvais élèves de l’islam et les musulmans radicaux que l’on veut faire passer pour des transgresseurs et des « dévoyeurs » de l’islam , alors qu’ils sont des musulmans tout court, sont les bons élèves de la classe auxquels le Grand Proviseur Mahomet promet les plus belles des gratifications libidinales et buccales.

Le Coran promet le paradis à ceux qui font de leur vie un don pour Allah qui ne se posent ni des questions ni doivent exprimer le moindre doute sur la sincérité de la promesse (S. 4, V. 74) : “ Qu’ils combattent donc dans le chemin de Dieu, ceux qui vendent la vie présente contre l’ultime. Et quiconque combat dans le chemin de Dieu, tué ou vainqueur, nous lui donnerons bientôt un énorme salaire ”.

C’est grâce à ces bons élèves  de la classe de la tradition musulmane du sacrifice de sa vie pour la gloire de l’islam perdure depuis 1435 ans. Le bon musulman est celui qui ne recule devant rien téméraire et jusqu’au-boutiste, cruel et dévoré par ses fantasmes du plaisir charnel et des ruisseaux de vin ( S. 47, V. 38) dont il s’enivrera pour l’éternité, exalté et fanatique, insensible et incompatissant, mu par sa seule haine de soi et de l’autre dont il doit purifier la terre de sa présence. Une machine de guerre à lui tout seul, justicier, inquisiteur et bourreau. Adepte de la justice expéditive et de l’exécution sommaire, il se veut au-dessus des lois humaines,engoncé dans son armure en acier il marche sur la ville tel un Panzer écrasant tout sur un passage sans mesurer l’étendue des dégâts et des horreurs infligés à ceux que le Coran désigne comme les ennemis de l’islam (S. 5, V. 51; S. 9, V. 29)

Couvert par son impunité théologique et dogmatique et totalement disculpés de ses crimes car c’est Allah lui-même qui a tué les mécréants par sa main (S.8, V. 17, il n’a aucune conscience de ses actes, perdant toute notion d’humanité, hypnotisé par le miroir aux alouettes que lui fait miroiter ses deux seigneurs et maîtres, auquel il doit obéir aveuglement au doigt et à l’oeil telle une âme damnée, il n’y a pas pour lui de crime de guerre ou de crime contre l’humanité qui tienne.

Déresponsabilisé, déculpabilisé, sans volonté propre, un cannibale-vampire jamais repu et insatiable, Allah et Mahomet l’assurent de leur protection et l’encouragent dans la voie du combat à mort contre leurs opposants.le cheikh ismaélien de Syrie, Sinan (1167-1193), disait à ses fédayins ( celui qui se sacrifie pour quelque chose ou quelqu’un) :
« Les véritables musulmans sont ceux qui tuent d’autres hommes et se font ensuite tuer eux-mêmes. » .
Le bon élève musulman ne contrevient aucunement aux lois de l’islam, il en est la matière vivante, c’est celui qui les transpose les mieux dans la réalité. Son combat contre les « mécréants » est sans relâche et permanent. Il doit les harceler quel qu’en soit le prix. Il n’agit pas de sa propre initiative tous ses faits, forfaits et méfaits sont frappés du sceau du sacré et encadrés par un corpus de règles définies par le Coran et la tradition mahométane (S. 4, V. 66-69 entre autres ).
Il est dans la voie d’Allah, fi sabil allah, et n’a pas par conséquent à s’embarrasser de scrupules superflus.

Le triomphe de la parole d’Allah et sa propagation aux quatre coins de la terre n’a de prix que dans l’anéantissement de la vie des incrédules, les infidèles, les juifs, les associateurs, les blasphémateurs, les hypocrites, les chrétiens, et tous ceux qui osent défier volonté. « Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d’où ils vous ont chassés : l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants…

Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S’ils cessent, donc plus d’hostilités, sauf contre les injustes. » (S. 2. V.191-193)
« Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage! » (S. 2.V.191)

« Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur »(S. 4. V.89)

Al Bukhari (810-870)
“ Lorsque vous rencontrez l’ennemi, soyez endurants et sachez que le paradis est à l’ombre des sabres ”…

En toute évidence les mauvais élèves sont très en deçà des normes définies par l’islam pour prétendre à cette rétribution divine qui nourrissent les fantasmes des musulmans.En effet, ils ne connaissent strictement rien aux principes théologiques et idéologiques de leur soi-disant religion et qui suivent benoîtement le mouvement sans savoir de quoi il se retourne qui font leur cuisine musulmane avec des ingrédients édulcorés dont certains sont empreints de paganisme, de judaïsme et de christianisme, qu’on peut qualifier d’idiots utiles et il y a ceux qui oeuvrent pour la gloire de l’islam qui ont appris parfaitement la leçon et qui mettent en application fidèlement les principes fondamentaux de l’islam.

Les musulmans dits modérés sont des cancres, des pitres, des charlots, ternes, dissipés et des suivistes qui se donnent l’illusion de tout savoir mais qui ne savent rien, des arrivistes et des incultes, il y a les autres qui sont les premiers de la classe, qui excellent dans la compréhension des textes fondateurs de l’islam.

La palme revient incontestablement à Daech qui fait l’honneur de l’islam et le malheur de l’humanité.

 

Tunisie : à qui profite le massacre des touristes européens du Musée du Bardo ?

Le gouvernement tunisien doit démissionner  en bloc pour avoir failli lamentablement à sa mission sécuritaire qui a coûté la vie à 22 personnes dont 17 touristes européens  et 43 blessés. .
Il ne doit pas dire qu’il ne le savait pas et qu’il était pris de court alors qu’il ne passe pas un jour sans que Daech menace d’envahir la Tunisie et sans que le terrorisme fasse des dégâts et plonge les tunisiens dans les affres de la peur et l’effroi. Jamais le peuple tunisien n’a enduré un tel cauchemar terroriste tout au long de son histoire depuis l’invasion génocidaire des Banu Hilal et leurs alliés des Banu Souleim.
Plutôt que de demander des comptes aux auteurs et aux commanditaires de cette guerre terroriste menée au nom d’une idéologie liberticide, théocratique, rétrograde, ultra-réactionnaire et inhumaine le nouveau président tunisien B.C.E. a préféré au grand dam de ses électeurs les associer de nouveau aux destinées politiques du pays. Comme s’il devait les récompenser pour leurs bons et loyaux services pour leur implication active dans la détérioration du climat sécuritaire du pays depuis le mois de novembre 2011.
Il est de bon ton en Tunisie post-14 janvier 2011 d’honorer les terroristes et de condamner les victimes à l’oubli éternel. Quid des avancées des enquêtes sur les assassinats de Chokri Belaïd, Lotfi Negadh, Mohamed Brahmi et les dizaines des membres des forces publiques et de l’armée ?

IRésultat de recherche d'images pour "photos de l'attentat terroriste du musée du bardo"l

 

Il est à douter que ce gouvernement qui compte en son sein des islamistes pro Daech fasse son examen de conscience et tire lui-même les conséquences de son échec.
A se demander si la vraie stratégie politique de B.C.E. est de gouverner par la peur en maintenant les tunisiens sous la pression permanente des attentats terroristes organisés par ses alliés islamistes afin de réinstaurer dans le pays un Etat policier fascisant sur le modèle de celui de Ben Ali. Une hypothèse qui serait invraisemblable et utopique aux yeux des tunisiens mais qui n’est pas sans intérêt quant à cette collusion qui doit les interpeller entre Nida Tounes et Ennahdha.
Y a t-il un marché occulte entre ces deux mouvements aux dépens des tunisiens sur le partage ou l’alternance du pouvoir dont l’aggravation du chaos sécuritaire serait la pierre angulaire ?
Au nom de la lutte contre le terrorisme on annihile l’espace des libertés. Cet attentat comporte beaucoup de zones d’ombres et soulève des questions sur la volonté politique du nouveau gouvernement à gagner la bataille contre le terrorisme. On attend toujours qu’il prenne des mesures concrètes et pénales contre les djihadistes tunisiens au sein de l’E.I. Il semblerai même qu’un des des deux auteurs du carnage du musée du Bardo vient d’effectuer un séjour terroriste en Syrie.
Toujours pas de loi antiterroriste pour renforcer l’arsenal de lutte contre l’engeance terroriste islamiste. Quelle loi va-t-on voter avec des terroristes membres à la fois du gouvernement et de l’Assemblée Nationale ? Il y a fort à parier que l’on ne va pas adopter une loi qui va violer les principes théologico-idéologiques d’Ennahdha.
Une loi contre le terrorisme est tout simplement une loi contre le djihad qui est un devoir sacré qui pèse sur tous les musulmans.
Il n’en demeure pas moins que ces questions ne doivent pas occulter la réalité des faits qui ont mis K.O le pays et frapper l’Europe dans sa chair, en effet, il est inconcevable et intolérable qu’on laisse un tel édifice public comme le musée du Bardo sans sécurité renforcée au regard des forts risques d’attentats qui pèsent sur le pays.
Ce gouvernement est autant responsable que coupable. Comment a-t-il pu être si négligent dans la protection de ce haut lieu de la mémoire historique millénaire de la Tunisie et qui est le vrai témoin de son identité anté-islamique? Et pourtant il est sans savoir que les musées et les vestiges archéologiques sont les premières cibles des islamistes comme ils l’ont prouvé dans le passé en Afghanistan avec la destruction des statues géantes de Bouddha à Bamiyan comme ils ne cessent de le faire en Irak, en Syrie et en Libye. Nonobstant leurs menaces réitérées sur les pyramides.
La première mesure qu’il devrait prendre d’ores et déjà en attendant qu’il fasse preuve d’honnêteté intellectuelle et prenne le chemin de la sortie est la protection du patrimoine archéologique du pays et tous les édifices religieux témoins de la présence millénaire du judaïsme et du christianisme en Tunisie.
Daech ne fait qu’appliquer ce que Mahomet a ordonné de faire et qu’il l’a fait lui-même lors de la prise de la Mecque.

Daech massacre, viole et décapite les chrétiens d’Orient au nom de l’islam comme Mahomet autrefois

Ni islam modéré, ni islam par héritage, c’est un islam totalitaire et nazi que les musulmans ont peur de quitter

Les musulmans qui se veulent modérés sans convaincre personne même pas eux-mêmes  de leur sens de la modération sauf les islamo-compatibles, les médias lèche-babouches, les politicards vendus et les écolos font enfin tomber le masque de la modération en passant à l’action pour enlever toute ambiguïté sur leurs rapports controversés avec l’islam.

En effet, ayant finalement compris qu’ils ne peuvent plus s’identifier à une religion qui  ne correspond pas tout  à l’idée qu’ils se font d’elle et ô combien elle est à des années-lumière de celle qui leur aurait été léguée par leurs parents, ils se sont enfin résolus à renoncer définitivement à l’islam pour en finir entre cette forme de schizophrénie qui les perturbe inconsciemment et source de tous leurs tourments. Un musulman qui doute et réfléchit est un impie.

Les musulmans sont avant tout des Ignorants,ils ne connaissent  rien aux arcanes Grand Fracas islamique qui sert d’épouvantail à l’islam pour les effrayer et les apeurer. Ils se veulent tous des connaisseurs de leur sans même avoir ouvert le coran ce qui va de soi un taux d’illétrisme de plus de 70% outre leur méconnaissance totale et absolue de la langue arabe, la langue de la liturgie islamique. Ils  font de leur inculture théologique une parfaite connaissance de l’islam au point qu’ils considèrent leurs coréligionnaires les plus fidèles à l’enseignement mahométan comme étant des hérétiques, ils ont pris conscience qu’ils n’avaient plus le choix soit ils sont sont véritablement musulmans et par conséquent la voie de l’islam celle empruntée par  les forces de frappe de l’islam qui sont dans le sentier d’Allah, djihad, comme Daech, les Wahhabites soutiens idéologiques et financiers, Boko Haram,Ennahdha, la Qaïda et de tous les courants musulmans qui convergent vers un islam rigoriste, unitaire et originel,soit ils ne le sont pas et ils rejettent leur pseudo héritage musulman,

Il semble d’après un juriste tunisien expert en droit musulman Yadh Ben Achour qu’il existe l’islam par héritage comme si leurs parents avaient la faculté d’avoir enfanté un islam qui n’est pas tout-à-fait un islam, remanié, retouché et adapté à leur environnement local.

On hérite pas d’une religion comme on hérite des caractères génétiques de nos parents dont on ne peut pas par conséquent se défaire. Or, la religion est un bien immatériel, une croyance qui infériorise l’homme et accorde la préminence à une force supra naturelle invisible sacralisée et idéalisée , un code de valeurs morales, un code de bonne de conduite, une feuille de route censée lui indiquer le chemin qui lui assure la félicité pour l’éternité.

Faute de leur procurer les moyens nécessaires à l’amélioration de leurs  conditions de vie terrestres on les éblouit avec le mirage de la religion salvatrice des âmes qui ont peur de la mort et afin de les détourner du banquet de la nature réservée aux nantis qui se servent de la religion pour inhiber les masses défavorisées.

La religion est un verou de la pensée humaine et l’atout du maître du pouvoir notamment dans les pays musulmans pour embrigader et abrutir les peuples et  les emmurer dans un bunker mental mental afin de les figer dans l’immobilisme et empêcher toute forme d’évolution et de progressisme.

Sous prétexte que c’est un legs familial, il doit être conservé en l’état, intact et inerte, un corps momifié et sans vie, sur lequel les héritiers doivent veiller tout au long de leur propre vie et auxquels il revient de le transmettre en l’état à leur descendance  qui doit faire autant de son côté et ainsi de suite jusqu’à la fin des temps. Drôle de culture de l’immuabilité qui ne marque aucune rupture avec celle qui prévaut dans l’islam fondamentaliste qui doit se perpétuer en l’état indépendamment des générations et des lieux.

Ainsi l’islam par héritage ou fondamentaliste apparaît comme une chaîne qui relie solidement  les hommes-esclaves entre eux et qui doit résister à l’usure du temps et à la réflexion humaine.

Dans le cas de l’islam fondamentaliste du fait du principe de l’irréformabilité du Coran qui est à la base de tout cela se conçoit,  mais ça ne l’est surtout pas dans le cas de l’islam par héritage, celui transmis par des parents dépourvus de tout sens critique majoritairement analphabètes  auxquels la lecture et la compréhension des textes étaient impossibles que leurs enfants sont tenus à le prendre au pied de la lettre, lui conférant un caractère sacré pour en faire leur icone ? Est-ce que les parents eux-mêmes avaient fait le choix de l’islam en toute connaissance de cause et qu’ils ont jugé cette religion la mieux à même à être transmise à leurs enfants qui eux-mêmes ne sont pas le clone de leurs parents pour reproduire fidèlement une génération plus tard le mode de vie sociale de leurs parents dans toutes ses composantes. Un héritage qui est en réalité un mécanisme d’aliénation et de castration  pour faire de l’homme un éternel sujet, sans volonté propre, sans capacité d’écrire lui-même son histoire et d’être acteur de ses choix de vie et de la forme de la société qui convient à ses aspirations et sa personnalité.

Avec des peuples pris dans les filets mortels de leur tradition et engoncés dans l’armure du dégoût de soi et du mépris de la vie, faisant de sa mort un idéal de vie, il est utopique de les imaginer un jour sortir de leur état de léthargie profonde et chronique et prendre ainsi conscience de la haute nocivité de ce produit qu’ils ont ingurgités sans rien connaître de ses propriétés incompatibles avec l’organisme humain qui affectent directement les neurones.

Réformer l’islam consisterait  à modifier la position de la terre par rapport au soleil. Si jamais les réformateurs musulmans y arrivent ce sera  la fin de l’islam. On ne doit pas attendre un miracle de la part des forces obscurantistes musulmanes que sont les wahhabites qui dominent de toute leur puissance financière le monde musulman et qui sont de surcroît les chouchous de l’Occident qui les cajole pour leurs énormes matelas énergétiques et financiers.

L’Occident mu par ses seules motivations vénales aux dépens de ses principes humanistes et moraux  est en train de se rendre complice du pire crime contre l’humanité qui puisse exister.

Ce qu’ils croyaient être l’islam par héritage et dont ils avaient leur fiereté était in fine une pure hérésie intellectuelle, une vue de l’esprit, une illusion d’optique, un mirage dans le désert arabique et qu’il n’y a qu’un seul et unique islam. Un islam pour tous et non pas pour tout un chacun.

L’islam n’est ni modulable, ni un habillage sur-mesure et encore moins objet d’interprétation. Censé être l’oeuvre d’Allah il ne revient pas aux fidèles d’y apporter la moindre touche d’accommodement.

L’islam de Mahomet est celui pratiqué scrupuleusement et fidèlement les vrais et bons musulmans  et dans lequel ils se reconnaîtrait s’il devait ressusciter qui sont le cauchemar des chrétiens d’Orient et du Nord du Nigéria et qui menacent de détruire Israël et l’Occident.

L’islam à la carte n’existe pas plus plus que le fascisme à la carte. Il n’y a pas d’islam fragmenté,  compartimenté, un super marché où tout un chacun trouve des produits à son goût, ni de demi-mesure dans la foi.

L’islam est un condensé d’éléments aux propriétés antinomiques amalgamés les uns aux autres, inamovible et intemporel ne laissant aucune marge de manoeuvre ni la moindre possibilité à ses fidèles de le mettre en conformité avec les exigences des lois des pays d’accueil et les lois internationales.

Il est lui-même la loi à laquelle le monde entier doit s’y soumettre et qu’il est du devoir de chaque fidèle d’y contribuer par tous les moyens généralement les plus illicites admis par le Coran au nom du principe la fin justifie les moyens.

Il est un tout, un ensemble hétéroclite à l’intérieur mais hermétique de l’extérieur à l’image de la météorite noire de la Ka’aba  où tous les composantes interagissent entre elles et se confondent pour donner l’illusion d’un corps soudé et uni qui porte en réalité en lui tous les germes des divisions et des contradictions conceptuelles. Une alchimie ratée., Au nom de sa prétendue pureté essentialiste il prohibe toute forme  d’innovation et d’introduction d’un élément étranger susceptible d’en modifier le fonctionnement et d’altérer sa mécanique.

Mahomet voulu créer une loi valable pour tous les hommes qui ne connaît ni le temps ni les espaces géographiques qui perdra tout son sens s’il laisse le soin à ses fidèles de la remanier en fonction de leurs besoins.

D’où sa hantise obsessionnelle à être démasqué si jamais ses fidèles qui osent exercer leur libre-arbitre se livrent à une lecture critique et méthodique de la chérence textuelle du Coran lui-même.

L’islam se cache derrière le paravent de la parole incréée et sa vaidité pour l’éternité afin  d’empêcher toute tentative d’individualisation des rapports entre le croyant et l’objet de sa croyance d’adaptation aux exigences de leur environnement social, humain, politique, économique.

L’slam veut faire du 7 e siècle et de la pensée bédouine de l’époque  un mode de vie ad vitam aeternam.

Pour Mahomet il n’y a qu’une seule voie, tariq, chara’a, celle que tous les musulmans doivent emprunter s’ils ne veulent pas finir cramer en enfer.

En se proclamant modérés, ces musulmans qui ont mis un point d’honneur d’en finir avec leur hypocrisie maladive ont pris conscience que leur boussole intellectuelle est défectueuse et que leur chemin est une anti-thèse de celui de Mahomet qui voue une sainte horreur aux musulmans qui ne sont pas dans la voie de l’islam qui ne sont rien d’autre à ses yeux que des apostats dissimulés. Soit on est musulman et on applique les principes fondamentaux de sa religion soit on ne l’est pas et on prend la porte de sortie. Ernest Renan l’avait rêvé, les musulmans dits modérés dans la mesure où leur turbine djihadiste n’était pas opérationnelle, l’ont fait.

Désormais, il ne faut plus jamais affubler les musulmans du masque de la modération puisque ces musulmans n’existent plus en tant que tels.

Nous devons tous aujourd’hui leur rendre un vibrant hommage pour leur clairvoyance hors du commun, leur courage admirable, leur lucidité incroyable. Qui oserait douter encore de leur pespicacité et de leurs immenses vertus humaines ?

Le grand soir des musulmans modérés dans leur ignorance de l’islam a échappé au regard avisé des médias concentrés surtout sur les boucheries des vrais musulmans, il est grand temps d’en faire l’écho et de relayer en boucles l’information historique sur la rupture définitive entre la majorité musulmane qui n’avait de musulmane que l’étiquette et l’islam fondamentalement mahométan. Celui qui s’enivre du sang de ses victimes et se nourrit de leur chair.

L’islam de la terreur et des conversions au fil de l’épée. Un islam qui dépasse en horreurs le nazisme et auquel le monde capitulard devrait lui décerner le palmier d’or du génocide des peuples et de la destruction de la vie.

En y renonçant, les musulmans égarés plutôt que modérés viennent de sonner le glas de l’islam.Ce n’est qu’une utopie qui ne se réalisera jamais car ils sont dans leur rôle d’agents de la takkiyia.

Daech pourra toujours faire de la Tunisie son nouveau sanctuaire terroriste

Afficher l'image d'origine

Les jours de Daech sont comptés. Il va finir un jour ou l’autre par rendre les armes en Syrie et en Irak, mais il faut bien trouver des lieux de repli pour ces meutes de charognards. Qui d’autres en dehors de la Libye et de la Tunisie sont susceptibles de les accueillir ? En effet, ces deux pays et tout particulièrement la Tunisie sont les premiers pourvoyeurs au monde de combattants djihadistes. Ils demeurent à ce jour parmi les rares pays au monde ou presque non-dotés de lois antiterroristes et qui sont par conséquent des Etats de non-droit ?

Plutôt que de se projeter dans les échéances électorales  qui seront quoi qu’il arrive un requiem pour la Tunisie et la consécration définitive de l’organisation terroriste d’Ennahdha en tant que secte-Etat à tout jamais. Les tunisiens n’ont guère le choix soit dissoudre l’A.N.C. ce haut lieu du djihad et rétablir la loi de 2003 dont on a pas à se préoccuper de son caractère liberticide avec ces monstres de la cruauté humaine, soit ils devront se préparer à vivre l’enfer syro-irakien qui n’est qu’un juste retour du bâton.

Afficher l'image d'origine

Il faudrait bien que les Tunisiens récoltent le fruit du mal qu’ils ont semé en Syrie payer lr tribut du sang que les leurs ont infligé aux populations des deux pays précités. Lesdits djihadistes sont après tout leurs enfants, « ils ne sont pas des martiens comme dirait Raspoutine Ghannouchi, ils me rappellent ma jeunesse. » Grandis sous le régime de Ben Ali, ce « grand patriote » comme se plaît à l’encenser un de ses ex nervis. Ils sont plus que des hordes sauvages, ils sont les descendants directs de Mahomet; leur modèle suprême.

Il est somme toute logique que ces purs produits de la société tunisienne ré-islamisée par Ben Ali qu’il a façonnée à son image réintègre le giron familial tunisien avec tous les honneurs dus à leurs crimes contre l’humanité.

Ils seront adulés, admirés et chéris comme les nouveaux héros de la Tunisie nouvelle terre d’élection du djihad qui marquera la ré-islamisation définitive du pays et son intégration dans le cercle fermé des pays de la barbarie humaine à l’instar de la Somalie, le Soudan et l’Afghanistan.

Il est difficile d’imaginer ce peuple davantage préoccupé par sa vie dans l’au-delà et de la satisfaction de ses obligations cultuelles que du sort de sa patrie. Quelle once de crédit peut-on lui conférer lui qui préfère investir dans l’édification des mosquées qui lui assure la vie éternelle et des maisons tout en or dans le paradis ?, Aucun. Autant parier sur la résurrection de l’Egypte qui a toutes les chances de renaître un jour de ses cendres que d’imaginer un sursaut d’orgueil de la part du peuple tunisien, si imbu de sa personne, fataliste, défaitiste, nombriliste, suffisant, arrogant, mégalomane, mythomane, arriviste, vénal, opportuniste, à l’ego surdimensionné, antipatriote, lymphatique, indolent, qui se veut roi alors qu’il serf, velléitaire, capable de vendre se rallier aux ennemis de sa patrie pour l’appât du gain, égoïste, bigot, shooté à l’héroïne de la religion.

Afficher l'image d'origine

C’est pourquoi les combattants de Daech ont un bel avenir en Tunisie qui leur servira de centre de régénération afin de pouvoir repartir à la reconquête de nouveaux territoire où ils pourront donner libre-cours à leurs pulsions meurtrières et continueront exercer leurs talents de djihado-terroristes.

D’une terre de hommes, la Tunisie est devenue depuis la chute kafkaïenne de Ben Ali une terre de la terreur et du djihad-fornicateur.

Que deviendraient les musulmans sans leurs boucs émissaires juifs et islamophobes ?

A croire l’écrasante majorité des musulmans qui vivent dans la peur des feux ardents de l’enfer et des tourments de la tombe idéalisant la mort comme d’autres idéalisant la vie que l’islam est une blanche colombe, aussi candide qu’inoffensif, il n’est pour rien dans les malheurs du monde. Tout se passe comme si ce n’est pas l’islam qui enrégimente, embrigade, arme la main de ses fidèles, tue, égorge et massacre des musulmans et surtout des non-musulmans en Syrie et en Irak et leur promet le sexe à volonté et le vin jusqu’à plus soif en contrepartie des sacrifices des vies humaines pour étancher la soif de sang humain de cette divinité lunaire appelée Allah, ce sont les islamophobes, une pathologie psychique caractéristique des seuls musulmans pourtant car ils ont trop peur d’abjurer l’islam. Ils sont comme ces femmes victimes de violence conjugale qui idéalisent leurs bourreaux et tortionnaires comme si elles éprouvaient une forme de jouissance dans cette relation sado-maso.

Tant que les coups ne les tuent pas pourquoi doivent-elles dramatiser la situation au point que leur souffrance devient leur raison d’être et de vivre. Les musulmans s’enferment dans leur état de déni psychiatrique pour ne pas affronter la réalité en face, celle de l’islam ou la mort.

Pour donner du sens à cette relation du bourreau et sa victime, ils se font forts de se fabriquer un bouc-émissaire comme la femme victime de brimades au quotidien qui se crée une rivale imaginaire qui serait la seule responsable des dérives comportementales de son partenaire. C’est sa faute s’il est violent, elle projette sa propre phobie de son tortionnaire sur elle, c’est exactement le cas avec ces musulmans qui n’ont le courage que dans la soumission d’un chien à son maître, en l’occurrence Allah. Ils sont paralysés par la peur de briser les chaînes qui les entravent convaincus que la dignité de l’esclave est dans son état d’assujettissement éternel,  les vrais responsables de l’Apocalypse musulmane qui n’est qu’une avant-première du Grand Effroi coranique sont les ennemis de l’islam dont le seul crime comme tout le monde sait est de combattre l’islam avec les armes de l’esprit. Pour ces hypocrites qui confondent salam, paix et salut et islam, soumets-toi si tu veux avoir la vie sauve, ayant une foi inébranlable dans leur ignorance et la vacuité de leurs idées sur l’islam, les coupables sont bel et bien ceux qu’ils accusent d’islamophobie. Il est connu qu’un musulman n’est ni responsable ni coupable, il a besoin de bouc-émissaire pour exister.

Le doute n’est pas permis, ce sont eux qui sont derrière  les atrocités et exactions dont sont victimes les pays du Cham.

Daech, cette immonde créature wahhabite couvée par Obama en personne et armée par Erdogan et sa meute de charognards n’y sont pour rien. Les hypocrites croient dur comme fer que ce sont les « islamophobes » qui défigurent l’islam et lui font porter le masque de la barbarie humaine. L’islam est innocent, il est étranger à ces scènes d’horreur qui devraient être qualifiées de crimes contre l’humanité. Ils ont cet art consommé de faire de la victime une coupable comme on le voit souvent dans les affaires de viol. Une violée est coupable de son propre viol et l’auteur est innocenté. Ils me font penser au mari cocu au grand jour mais bourré de certitudes quant à la fidélité de sa femme. Je ne croyais pas que dénoncer et démystifier la vraie nature de l’islam pouvait être la cause des atrocités dont les peuples syriens et irakiens sont victimes.

C’est eux qui ont poussé les vaillants djihadistes tunisiens d’aller mener une guerre de religion dans le Levant et guider ainsi leurs mains d’égorgeurs et de coupeurs de tête.  Si l’on suit par conséquent leur raisonnement surréaliste, abscons, illogique, débile,  insensé et suranné des musulmans hypocrites qu’on appelle modérés les islamophobes devraient payer de leurs crimes contre l’humanité devant la C.P.I. .

Les musulmans ont besoin d’un souffre-douleur, du juif qui les hante et les obsède, sans quoi l’islam disparaîtra de lui-même. Et tant que les étiquetés islamaphobes sont là ils doivent endosser toutes les abominations de l’islam. A se demander si ce n’était pas les « islamophobes » qui avaient inspiré Mahomet et les corédacteurs du Coran qui est la source première de l’utra-violence, du fanatisme, de l’obscurantisme, de l’ethnocentrisme, des moeurs perverses et immorales,du culte de la négation de la vie terrestre pour gagner la vie dans l’au-delà et de la barbarie qui caractérisent les musulmans.

Lettre ouverte à Sihem Ben Sedrine : Bourguiba aurait honte d’avoir libéré une calamité de ton espèce

Vous avez dit militante des droits de l’homme ? Comme si tous les droits de l’hommisme en Tunisie n’étaient pas des créatures de Ben Ali et des serviles du terroriste jamais repenti Rached  Ghannouchi chargés d’une mission de vassalisation de la Tunisie au profit du Qatar, le petite province américaine. Connus pour être majoritairement mus par leur rancoeur, leur aigreur et leur opportunisme.

« Cette pasionaria » de pacotille  des droits de l’homme comme l’appelle un ami dans la vie ne me paraît pas échapper à la règle. D’autant plus qu’au vu de son engagement pro islamiste actuel et son silence trouble sur les graves violations des libertés en Tunisie ne plaident en faveur de la sincérité de son combat passé pour les droits de l’homme.

Egérie du fils bâtard d’Adolph Hitler, gagnée par la fièvre vénale et la folie des grandeurs (10 milliards de DT, soit 5 millions € exigés comme avance au titre du budget de fonctionnement de cette instance fantoche du Mensonge et de l’Indignité ) qui peut encore croire en ses vertus patriotiques ? A moins que ce ne soient les félons Marzougui et Jendoubi, ses deux compagnons de la mauvaise route qui a mené la Tunisie dans les fosses septiques de l’humanité.

Sihem Ben Sedrine je ne sais pas quel genre de personnage tu es, cela n’a guère d’importance à mes yeux comme ton numéro de cirque de 2000 et ton simulacre d’arrestation par les cerbères de Ben Ali ou ta visite burlesque et hollywoodienne de 2003 en Irak sous occupation américaine.  Je pourrais aussi y ajouter ta lettre de dénonciation calomnieuse à R.S.F. dont a fait l’objet une relation commune dont tu as trahi son soutien inconditionnel à ton égard.  Mais tout cela ne va certainement pas rafraîchir la mémoire défaillante de ton auguste personne et ta morgue suffisante, ce qui dépasse l’entendement, c’est ton acharnement à  jeter ton fiel sur Bourguiba, à le lapider et à le discréditer, comme si  tu cherchais à l’effacer de la mémoire tunisienne ce qui n’est pas sans rappeler les tentatives négationnistes de Rached Ghannouchi, maître à penser du terrorisme islamique au point qu’il pourrait être un des architectes de la création de Daech.

Tout donne à croire que tu es entrain d’apporter des gages de ton ralliement à ton gourou (?), comme tu ne plus aucun mystère quant à tes arrières-pensées politiques, idéologiques et vénales.

Ton attitude  à vouloir vitrioler Bourguiba, défigurer son action coïncide bizarrement avec ta compagne de candidature pour le poste de président de cette instance fantoche de Vérité et de Dignité  dont objectivement et indépendamment de  il est à douter que tu aies le profil requis comme ton ami Kamel Jendoubi pour l’I.SI.E.  Tu as soi-disant combattu le népotisme mais te voilà devenue sa figure de proue en Tunisie comme tes amis Jendoubi et Marzouki.

On ne peut qu’être aussi troublé par ton silence assourdissant sur les atteintes réelles et avérées des droits de l’homme en Tunisie depuis la chute de celui qui t’a fait exister médiatiquement et ton absence de condamnation des assassinats politiques, des soldats tunisiens et des incarcérations arbitraires des militants des libertés tel que Jabeur Mejri. Est-ce à dire que tu ne  pourrais pas désavouer ce que tes amis ordonnent et exécutent que tu honores de ta binette dans les photos de famille et la remise des médailles de la honte nationale ? C’est toi-même qui entretient le trouble par ton aphonie équivoque sur les assassinats de Chokri Bel Aïd, Mohamed Brahmi et Lotfi Negadh. Qui ne dit mot approuve. Peut-être que tu es trop occupée avec tes séjours au Qatar et tes fréquentations assidues de la secte infecte et milicienne d’Ennahdha.

Tu dois savoir que tes agitation hystérico-verbales sont surtout symptomatiques d’un esprit assoiffé de revanche sociale (?), avide de pouvoir et intrigant. Bourguiba appartient à tout jamais à l’histoire et pas seulement de la Tunisie. Ni toi ni tes mentors ne peuvent l’y déloger.

On ne construit pas une carrière en s’attaquant obséquieusement à  la mémoire d’un homme qui n’est plus là pour te rendre gorge et ton entreprise de démolition pathétique et obsessionnelle à dénigrer l’oeuvre de Bourguiba en faveur de l’émancipation de la femme tunisienne représentait ta planche de salut pour t’attirer les bonnes grâces financières de ses ennemis qui sont aussi ceux de la Tunisie afin de pouvoir régler les retards de 8 mois de salaires  à tes employés de  Kalima et t’acquitter de tes dettes sociales, fiscales et bancaires.

Aujourd’hui te voilà présidente grâce à tes entregents de l’instance Dignité et Vérité, la dignité dans la calomnie et le mensonge et la vérité sur ton ralliement à la cause de ceux qui veulent détruire la Tunisie à travers l’héritage Bourguibien.

Tu as certainement raison de dire que Bourguiba n’a pas sorti la femme du néant, il ne pouvait pas tout faire car il avait trop à faire pour sortir du tunnel des femmes qui n’existent que dans le déni et la haine d’elles-mêmes.

Tu dois reconnaître que c’est grâce à son école  pour tous que tu te trouves aujourd’hui là où tu n’aurais jamais dû être,et placer sous les feux des sunlights des célébrités féminines tunisiennes Bourguiba lui-même n’a jamais revendiqué le statut de libérateur de la femme tunisienne. Il était libérateur de tout un peuple tous sexes confondus. Il ne faisait guère de différence entre les deux. Il prônait une égalité de droits et de devoirs entre les deux  Sans elle tu ne serais pas ce que tu es aujourd’hui.

Evidemment que Bourguiba n’a pas libéré la femme tunisienne, il avait oeuvré pour son bien-être et son épanouissement humain. Une libération n’a de sens que si les personnes libérées ne deviennent pas acteurs de leur destin. C’est ce que Bourguiba  a fait mais tu n’auras pas le courage de le reconnaître pour ne pas essuyer le courroux de ceux qui t’on promue reine de pacotille.

Tu leur voues les yeux de Chimène. Une Chimène toute contente de fréquenter Doha et ses montagnes d’or noir qui empeste le sang des centaines de milliers d’innocents morts pour assouvir la folie de grandeur de ce caillou désertique connu pour avoir érigé la corruption en un nouveau dogme religieux.  Bourguiba ne t’avait pas ouvert les portes du Palais de l’Emir contrairement au nouvel Attila  Rached Ghannouchi. Il est somme toute logique que tu lui témoignes haine et mépris de ne pas avoir fait de toi une privilégiée de son régime.

Tu as dit que la femme tunisienne n’a pas été libérée par Bourguiba mais alors  par qui donc a-t-elle été libérée ? Ce n’est certainement pas par celle qu’appelle mon ami Ali Gannoun  un « croisement de caméléon et de vipère » de ton espèce qui fait honte au genre féminin.

Tu dois savoir à moins que ton état de cécité mentale ne t’en empêche si la femme tunisienne dont tu es une indigne représentante tient le cap contre vents et marées, elle ne le doit pas à tes amis qui sont la lie de l’humanité elle le doit au C.S.P qui fait sa fierté inédit jusqu’à ce jour dans le monde musulman.t

Ta phobie de Bourguiba est la manifestation d’une grave altération de ta santé mentale et psychique et de tes délires paranoïaques et schizoïdes. Dépourvue de scrupules et amatrice de coups fourrés tu excelles dans l’art de projeter sur autrui tes propres tares que Ben Ali n’a pas manqué de les dévoiler en son temps au grand dam des marchands de tapis tunisiens des droits de l’hommisme dont c’était le fonds de commerce alimentaire avant qu’ils ne deviennent les sangsues de la nouvelle Tunisie à l’image de Marzougui et de Jendoubi. Toi qui as le sens de la rentabilité de la  mauvaise foi et de la parole envenimée, tu devrais goûter aux joies de la condition féminine dans les pays auxquels tu tiens le crachoir pour apprécier à sa juste valeur l’action incommensurable  de Bourguiba en faveur des droits de la femme que tes sponsors  wahhabites, un modèle de despotisme et d’arriérisme, veulent remettre en question  pour la réduire à l’état d’esclaves comme la majorité des femmes musulmanes.

Es-tu prête toi-même de te couvrir de ton linceul pour le restant de tes jours et de renoncer aux acquis que tu abhorres tant parce qu’ils sont bourguibiens ? Il est permis d’en douter tant tu tiens à tes acquis que Bourguiba t’avaient légués.

N’est-ce pas étrange que ta voix brille par son absence en ce qui concerne les viols des femmes tunisiennes, comme lors de cette affaire de violée et coupable,  et les menaces qui pèsent sur le statut de la femme. A moins que la femme ne mérite guère que tu lui prêtes ton attention toute polluée par ton militantisme d’arrière-garde et à contre-courant de l’évolution des droits de la femme dans le monde.

Le patriote Bourguiba ne serait pas fier de savoir que la Tunisie a enfanté une femme qui  a failli provoquer la mort des deux de ses employés grévistes qui navigue dans les eaux troubles de l’islamisme, de l’affairisme, de l’arrivisme et encore moins que son nom soit prononcé une femme à la réputation sulfureuse  et qui loin d’être un modèle de probité morale, de loyauté. et de décence.

Cet homme que tu honnis tant à croire que tu es contaminée par ton nouveau maître à penser qui est une insulte à la morale humaine a plus que libéré la femme tunisienne, il l’a surtout fait évader de son Goulag qui ferait pourtant le bonheur des femmes qui vivent sous la dictature machiste et esclavagiste des bailleurs de fonds qatariens et saoudiens de la secte de l’infamie humaine que tu idolâtres tant.

Quel modèle de société veux-tu pour la femme tunisienne ? Celui que Bourguiba a voulu créer ou celui qu’Ennahdha veut importer tout droit d’Arabie Saoudite, un enfer pour les libertés humaines ,

Habib Bourguiba a voulu construire une société entre égaux et une nation digne et souveraine, peux-tu en dire autant quant au projet scélérat d’Ennahdha pour la Tunisie ? Critiquer sans rien proposer comme alternative est bien la preuve de ta courte vue et de ta pauvreté politique.

Paraît-il que tu serais est une fille Ben Ammar par ta mère ce dont il est permis de douter connaissant ces derniers pour leur hostilité viscérale pour les marchands du Temple de la religion musulmane, sache qu’en ce qui concerne les Ben Ammar  dont je suis plus que convaincu que tu n’as aucun lien filial, que sont nos mères respectives, à supposer que ta mère soit une Ben Ammar, n’avaient pas c’est vrai attendu Bourguiba pour s’émanciper, seulement elles voilaient leur émancipation de peur de ne pas troubler l’ordre social hyper machiste, et c’est grâce à Bourguiba qui avait osé faire tomber le voile qu’elles ont pu enfin faire tomber le leur en toute liberté et sans qu’elle ne heurte les règles de la malséance sociale.

Ma soeur aînée, née lors de la deuxième grande boucherie mondiale qui n’a jamais porté le voile dans sa vie est toute heureuse de dire à chaque fin du mois toute sa reconnaissance à notre feu père qui est un Ben Ammar et à Bourguiba auxquels elle doit sa confortable retraite aujourd’hui fruit de 40 ans de dure labeur et de sa formation dans l’école bourguibienne. Est-ce qu’elle serait autonome financièrement et socialement si elle avait vécu dans l’ombre d’un homme qui était la hantise de notre père ?  Elle doit à Bourguiba le statut protecteur de ses droits de femme, et avoir été l’une des toutes premières femmes haut fonctionnaires dans ce pays. La différence entre vous deux est qu’elle n’a jamais lécher les babouches aux islamistes ni faire de la propagande anti-tunisienne pour le compte du Qatar.

Tu ne dois peut-être rien à Bourguiba parce que tu es aveuglée par ta propre haine de toi-même, par ton esprit pervers et ton ingratitude légendaire. Sans Bourguiba tu as beau avoir été émancipée mais tu n’aurais jamais fait des études. Ma mère était une femme libre mais son plus grand regret est qu’elle était née avant l’ère de Bourguiba.

Ton amour pour Ennahdha qui a tout l’air d’être un amour monnayé est proportionnel à ta haine pour feu Bourguiba qui n’a jamais vendu son âme à quiconque comme la félonne de ton espèce qui fait la lèche-babouche du Qatar, cette poussière de l’histoire, et cela tu peux difficilement le nier.