Archives du mot-clé fanatisme

Avec la persécution des non-jeûneurs, la Tunisie est devenue une véritable vassale saoudienne

En Tunisie il vaut mieux être djihado-terroriste et égorger ses semblables humains dans l’indifférence de la population musulmane de ce pays et la complicité des autorités que d’exercer sa liberté de conscience garantie soi-disant par sa nouvelle constitution schizophrène qui fait de l’Etat protecteur de l’islam en refusant de se plier aux dogmes imbéciles et liberticides de l’islam.

Depuis la ré-islamisation totale de sa société au lendemain de sa mascarade révolutionnaire, ce pays qui était un modèle de tolérance et d’ouverture sur le monde caractérisé par une quasi absence de la main mise de l’islam sur la vie des Tunisiens, il n’est plus que l’ombre de lui-même, devenu en l’espace de 6 ans une vassale wahhabite.  Il est désormais moins dangereux pour un Tunisien d’aller faire le djihad en Syrie que de violer le jeûne du ramadan.

Si en Arabie Saoudite et en Afghanistan on lapide les non-jeûneurs, en Tunisie on les met en prison.   Depuis le début du ramadan les autorités de ce pays sont surtout préoccupées par le respect du jeûne que par le retour massif des monstres djihadistes de la Syrie et de la Libye.  Plutôt que de se prémunir contre eux et mettre en place des mesures pour protéger la sécurité de ses citoyens, elles préfèrent réprimer les non-jeûneurs, les nouveaux  ennemis publics.

Parmi les affaires qui ont émaillé ce ramadan funeste pour les Tunisiens qui aspirent vivre leur athéisme sans se cacher du regard des musulmans, on peut en citer au moins trois dont celle de 4 jeunes tunisiens condamnés à 1 mois de prison ferme pour avoir fumé dans la rue pendant le ramadan l’ont été au motif d’attentat à la pudeur pour combler le vide juridique sur l’obligation de l’observation du jeûne dans l’espace public.

La tartufferie musulmane est sans limite.  Tout est permis de visionner chez soi  des vidéos pédophiles et de s’adonner à des pratiques sexuelles les plus perverses mais de ne pas transporter une bouteille de vin vide dans le coffre de sa voiture.  Il est permis de pécher dans l’islam mais de le faire en cachette.

En Tunisie le ramadan a ainsi sa pudeur que la raison humaine ignore à moins que cela ne soit celle des jeûneurs qui  sont un modèle de probité morale.

On les a condamnés enfin de compte pour avoir violé non pas un des 5 piliers de l’islam mais parce qu’ils n’ont pas honte, hichma, d’avoir enfreint un tabou car il faut se cacher pour manger afin de ne pas  réveiller le diable qui sommeille chez les jeûneurs aussi sincères dans leur pratique du jeûne que  Bernard Madoff promettant une martingale à ses pigeons.

Musulmans : si l’islam était lumière vous ne seriez pas vous-mêmes dans le monde des ténèbres

Afficher l'image d'origine

Il est grand temps de briser le mythe de l’islam des lumières et que les historiens écrivent la vraie histoire de l’islam , celle écrite avec le sang, les larmes, la ruine et les cendres des peuples tombés sous son glaive.

Regardez l’Egypte, regardez l’Irak, regardez la Syrie, regardez la Perse, regardez l’Arabie elle-même, regardez les pays nord-africains, regardez la corne de l’Afrique, regardez le contraste terrible, le fossé béant entre ce qu’ils étaient avant l’islam et ce qu’ils sont devenus depuis.

Aucun pays islamisé ne brille dans le concert des nations. Faites un parallèle entre l’Inde et le Pakistan ainsi que le Bangladesh c’est le jour et la nuit. Faites un parallèle entre le Brésil et l’Egypte c’est la différence entre le Réal de Madrid et une équipe de district. Comparez la Corée à l’Algérie.

Comparez encore le Taïwan à la Turquie. Comparez les systèmes d’éducation d’Israël, de la Finlande et de la Suède avec les leurs. Ni l’Indonésie, ni la Malaisie ne font le poids dans la compétition économique mondiale.

Que l’on fasse l’inventaire des apports des pays de l’O.C.I. au bien-être commun de l’humanité. Qu’ont-ils inventé, produit et créé ? Comparons la part de la RD dans leur PIB avec celle d’Israël par exemple. Faisons de même avec leurs budgets d’éducation., santé, transport, logement, sécurité sociale. Ils préfèrent construire des mosquées pharaoniques, comme c’est le cas présentement de l’Algérie et laisser leurs populations dans la misère noire. Tout pour l’islam, Allah et Mahomet et jamais rien pour l’humain. Ils vivent l’enfer sur terre pour gagner soi-disant le paradis  qui nourrit leurs fantasmes d’êtres tourmentés et frustrés.

Pourquoi leurs dirigeants politiques ne se font jamais soigner chez eux ? On a jamais vu un homme politique français se rendre en Algérie par exemple pour faire un check-up médical.  Afficher l'image d'origine

Ils se disent les meilleurs et que sans eux le monde végéterait dans les ténèbres alors qu’ils y sont depuis 1437 ans. Ils excellent surtout dans les délires mégalomaniaques et mythomaniaques.  Ils sont à l’origine de rien mais la cause de tous  les malheurs actuels du monde.

Les seuls domaines où ils excellent véritablement sont la science de la sottise, le terrorisme, l’archaïsme, le fanatisme, l’arriérisme, le négationnisme, l’inculture, l’ignorance sacrée, la relégation de la femme, l’illettrisme, l’analphabétisme, les ségrégations sociales, sexuelles et religieux, fausse pudibonderie, la sclérose mentale, le terrorisme, le parasitisme,  le charlatanisme, le maraboutisme, la violence faite aux femmes et aux enfants, le racisme, l’antisémitisme, l’intolérance, le fatalisme, le bigotisme, le nihilisme, les inégalités, les injustices, la corruption, le népotisme, les abus de privilèges.le despotisme, le fascisme, l’intolérance, l’immobilisme, la haine des chrétiens, l’homophobie, la tartufferie, la perfidie,

Et comme le résume fort bien  un proverbe nord-africain, ils sont comme cette grand-mère emportée par la crue de la rivière et qui crie c’est de bon augure pour la culture de l’année prochaine.

Les musulmans

Paru dans Dreuz sous le titre: Les musulmans sont les derniers de la classe. Et ils veulent être nos maîtres ?

Nos rêves sont leurs cauchemars, nos cauchemars sont leurs rêves.

Ils sont à l’ère de la pisse de chameau et nous sommes à l’ère de Boson

Ils aiment la mort plus que tout pour l’ignoble cause de leur religion nous aimons la vie pour transmettre la lumière aux générations futures.

Ils aiment leur religion plus que leurs enfants, leurs femmes et leurs parents et nous n’avons d’yeux que notre progéniture, nos femmes, nos parents et nos semblables.

Ils ne jurent que par leur religion qui fait le malheur des femmes et des enfants et nous croyons qu’il n’y a de religion que l’amour de la vie.

Ils détruisent tout sur leur passage réduisant en cendres l’histoire et la culture des peuples conquis, nous sauvons la mémoire violée et ensevelie des peuples.

Ils ont l’obscurité nous avons la lumière.

Ils sont destructeurs nous sommes bâtisseurs.

Ils conjuguent le passé nous conjuguons le présent et le futur.

Ils sont statiques nous sommes dynamiques.

Ils sont le néant nous sommes la vie.

Ils sont esclaves nous sommes des hommes libres.

Ils ont l’ignorance nous avons la science.

Ils sont plus musulmans qu’humains  nous sommes fiers d’être humains.

Ils prêchent la haine et l’abomination du juif, du chrétien, de l’apostat , du laïc, et du démocrate ,nous appelons à l’amour, à la tolérance et à la fraternité humaine sans exclusive.

Ils s’enivrent du sang humain nous dégustons le vin de notre terroir.

Ils égorgent les hommes nous sauvons des vies.

Ils sont ethnocentriques et nazis dans les tripes nous sommes humanistes, pacifistes et dévoués pour les droits de l’homme et du vivre ensemble.

Ils sont nourris au biberon de la violence et du nihilisme de la  naissance jusqu’à la mort et nous sommes épris de paix et de justice tout au long de la vie.

Ils sont les premiers à profiter des bienfaits de ces peuples que leur livre ordonne d’exterminer, nous avons le malheur de creuser nos propres tombes en les accueillant.

Ils nous témoignent jamais de leur reconnaissance et gratitude, notre générosité est un droit pour eux.

Ils ne vont jamais chez leurs frères opulents, ils savent qu’ils y seront traités comme des vauriens et chez les koffars ils auront tout pour être si bien.

Ils font de l’irrationnel,  de l’insensé et de la barbarie leur mode de vie et nous faisons de la raison et du libre-arbitre le moteur de notre existence.

Ils dilapident des fortunes dans le clinquant et le faste et nous dépensons les nôtres dans le progrès humain.

Ils construisent des mosquées cathédrales alors que leurs peuples  croulent sous la misère et nous les soignons gracieusement dans nos hôpitaux.

Ils font de la Charia une loi pour anéantir les hommes et les libertés et nous faisons de nos lois une source des libertés et de justice.

Ils ne veulent pas des égalités entre les hommes et les sexes au nom de leurs dogmes et ils sont les premiers à profiter de nos lois.

Ils ont la tristesse nous avons la joie de vivre.

Ils sont sans foi ni loi ni morale, nous avons le respect des lois et de la morale.

Ils violent le droit des enfants nous protégeons les nôtres avec notre droit.

Ils font de leur faux prophète un seigneur de l’humanité, il est juste pour nous son saigneur.

Ils se veulent la meilleure nation humaine, nous leur disons que la vantardise est le propre des cancres.

Ils prônent le suprémacisme nous prônons l’égalitarisme.

Ils lapident leurs femmes et décapitent leurs victimes au temps même de Mahomet nous leur rappelons qu’à force de semer la mort ils vont récolter sa tempête.

Ils font de leur religion une science et de leurs imams des savants alors que la science est l’oeuvre de l’homme et l’ennemie des dogmes.

Ils sont pour la guerre nous sommes pour la paix.

Ils veulent conquérir le monde par la terreur, un jour le monde se réveillera et fera de la terre leur tombe.

Ils sont à la traîne de l’humanité  nous sommes à la pointe.

Ils prétendent que la pisse de chameau est un remède contre le cancer et les mêmes viennent faire soigner le leur chez les »infidèles ».

Ils n’ont jamais rien apporté au bien-être commun des hommes nous avons tout fait pour l’humanité.

Ils sont atteints du délire de grandeur aveuglés par leur arrogance et suffisance et nous avons l’humilité chevillée au corps.

Ils font du plagiat et du copier-coller des découvertes qui auraient changé la face du monde, nous sommes là pour démystifier leur imposture.

Ils ne traduisent rien nous avons tout traduit.

Ils font des orphelines et des indigentes des esclaves sexuelles nous adoptons des enfants pour leur donner une dignité.

Ils innocent les violeurs et condamnent les victimes nous protégeons les victimes et réprimons les violeurs.

Ils se détestent  à mort et ça 1436 ans que cela dure nous sommes solidaires.

Ils méprisent leurs pauvres nous donnons aux nôtres les moyens de sortir de leur pauvreté.

Ils ont fait des noirs et des captifs une vulgaire marchandise et nous en les avons donné leur liberté.

Ils pratiquent des mariages pédophiles et nous faisons de nos enfants des phares pour éclairer l’avenir.

Ils relèguent leurs femmes nous émancipons les nôtres.

Ils ont peur de s’ouvrir au monde nous sommes en quête permanente d’ouverture.

Ils font du Coran leur seul livre nous nous nourrissons de millions de livres.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

NB Ce post ne vise que les musulmans qui s’y reconnaissent

L’islam, l’enfer des humains sur terre

Les peuples du Croissant arabisé avaient cru s’affranchir de la tutelle de la mafia humaine mais à leur grand désarroi et  immense déception ils sont tombés sous l’emprise de la mafia d’Allah de la pire espèce qui leur promet le paradis en leur faisant vivre l’enfer sur terre.

Avant leurs pseudos révolutions ils aspiraient à la liberté, justice, égalité, parité, émancipation et travail, aujourd’hui ils n’ont dans leur bouche qu’Allah, l’islam, notre Seigneur Moahamed, djihad, oumma, califat, Palestine, hijab,  Allah et le seigneur Mahomet.

D’aspirants-citoyens ils sont devenus des fidèles musulmans fiers de renouer avec les valeurs fondamentales de l’islam, celles de la haine de soi et de l’autre, de l’ultra-violence, du djihad, du fanatisme, de l’intolérance, de la déraison, de la passion hystérique, des moeurs cruelles et perverses, de l’amoralité, de la négation de la vie humaine…. Faute de leur avoir permis d’humaniser leur vie et de pacifier leurs caractères,  ces révolutions ont servi de désinhibiteurs à leurs pulsions sexuelles bestiales et leurs penchants pédophiles et morbides. Ils sont tels des fauves lâchés dans l’arêne impatients de régler leurs différends théologico-idéologiques qui les oppose  dès le lendemain du décès de Mahomet. Tout heureux de se tuer à mort entre eux, se dépeçant et se décapitant sous le regard bienveillant de l’Occident et la complicité active de la Turquie, l’Emirat-voyou du Qatar et le Royaume du Mal l’Arabie Saoudite.

Eux qui rêvaient de régner sur le toit doute ils sont comblés au-delà de leurs espérances. Ils ont pulvérisé tous les records en matière de performances terroristes. Responsables de plus de 99% des attentats terroristes au cours de ces quatre dernières années.  Des centaines de milliers de morts et de blessés  en Syrie, Egypte,  Libye, Mali, Pakistan, Afghanistan Irak et Tunisie.

En voulant faire renaître l’islam de ses cendres ils sont entrain de  réduire leur propre vie en cendres avec des dommages collatéraux de temps à autre aux populations civiles occidentales.

Ces pseudos révolutions ont toutefois le mérite de les faire reconnecter avec l’islam des origines dans son intégralité et son authenticité qualifié d’intégriste en opposition au moderniste et réformiste. Or, l’islam lui-même est de nature conservatrice, immobiliste, immuable et figiste.

Etre musulman est d’abord refuser les tentations de changement et d’innovation et appliquer fidèlement  la sunna de Mahomet et le Coran . L’islam a été créé pour statufier et scléroser la vie humaine et arrêter les aiguilles de l’horloge du temps au VII e siècle dans lequel baignaient Mahomet et ses acolytes où prédominaient les conflits larvés intertribaux, la pédophilie, le pillage, les razzias, leviol des femmes captives, le butin, la destruction des vestiges archéologiques, la purification et l’intolérance religieuses,  les crimes de guerre et contre l’humanité, l’esclavage, la zoophilie, la nécrophilie, les assassinats des poètes.

Un retour toutes voiles au vent de sirocco sur le monde des ténèbres que les salafistes appellent celui de nos pieux aïeux, salaf salah.

Des peuples en butte au despotisme de droit humain sont désormais pris dans les mailles du filet du celui de la théocratie islamique.  Rarement ils n’ont connu une telle ivresse de violence, de racisme, de sexisme et d’antisémitisme qui ne saurait déplaire à Mahomet lui-même, leur guide, modèle et seigneur.

Peu importe le calice plutôt l’anarchie et le chaos tant que l’on peut assouvir ses bas instincts. Si Mahomet avait atteint les sommets   de la perversion et la transgression morale il est permis de tout faire tant que c’est conforme à sa sira. Aucune loi humaine ne peut leur être opposable il n’y a de loi que celle d’Allah. Violer n’est pas un crime puisque Mahomet lui-même l’avait fait. Abuser sexuellement d’une fillette de 6 ans est permis Mahomet l’avait pratiqué sur Aïcha.

Dans le cas de la Tunisie, on est passé du stade d’un pays ébloui par la lumière de la vie et du bien-vivre ensemble au  stade pays de l’obscurité humaine, de l’intolérance, du fanatisme religieux, du charlatanisme, de l’archaïsme,  et du monde des ténèbres.

D’une terre de civilisation  la Tunisie est devenue une terre inhospitalière, une jungle sauvage, un asile psychiatrique à ciel ouvert, un théâtre d’ombres chinoises.

D’un pays de la vie, la Tunisie s’est muée en pays du culte de la mort.

Tout laisse à penser que cette vision fidèle de l’slam  tel qu’il doit être ultra-violent et ultra- réactionnaire  qui suscite pourtant des peurs et des angoisses légitimes chez la majorité des citoyens n’est pas contraire au Coran lui-même qui exhorte les disciples de recourir aux actes les plus répréhensibles.

Ainsi, tout adorateur d’Allah qui juge que sa foi est offensée et bafouée est en droit selon le Coran de tuer l’ offenseur et de laver l’honneur de sa religion et comme leur dit Mahomet, mon ennemi est votre ennemi et seul sa mort peut apaiser ma colère. Faire  couler le sang du mécréant devient  de la sorte un acte purificateur qui vaut à celui qui le commet les bienfaits du paradis.

En toute évidence les  islamistes ne sont en aucun cas les enfants damnés d Allah, ils en sont les enfants chéris qui auront sa grâce éternelle. Ils sont porteurs d une mission d ordre divin,en violation flagrante par ailleurs de l ordre républicain, pour protéger sa parole et instaurer son hégémonsime aux quatre coins de la terre.

Dans ce contexte, condamner les islamistes- qui ne font en réalité qu’appliquer les recommandations du Coran- pour actes de  troubles à l’ordre public, menaces de mort ou atteintes aux biens et aux personnes reviendrait à condamner Allah lui-même.

Il est somme toute logique qu’il le soit dans la mesure ou’ il en est le maître et le commanditaire. Mais aucun pouvoir judiciaire ou politique dans les pays musulmans ne sauraient commettre une tel sacrilège sans provoquer le courroux de sa majorité musulmane. Ce qui vaut effectivement aux islamistes de bénéficier d’une sorte de blanc seing pour leurs actions criminelles du fait de leur statut de combattants dans le sentier d’Allah.

Ils deviennent juridiquement intouchables comme les Mollahs en Iran ou les nahdhaouistes en Tunisie dont leur triste et nazillon gourou s’est affublé du titre de Habib Allah. Le chéri d Allah.

Au vu des idées liberticides et scélérates qu’ils diffusent au sein des populations musulmanes ainsi qu’au regard de leurs comportements transgressifs, agressifs et violents, les islamistes sont en conformité avec les lois divines ce qui leur fait croire qu’ils jouissent d’immunités civiles et pénales, car les lois humaines sont jugées imparfaites pour être respectées. Vous imaginez le jour où les codes juridiques d’essence humaine seront déclarés non-conformes aux lois de l’islam et que leur application constituerait une atteinte au sacré, nous aurons inéluctablement le règne de la barbarie, de l’arbitraire et de la justice expéditive comme en Arabie Saoudite, l’Iran, l’Afghanistan, la Somalie ou le Soudan, où l’on condamne à mort la liberté de conscience et l’on innocente les violeurs et les djihado-terroristes qui ont fauché des vies humaines au nom d’Allah Akbar, cette divinité jamais repue de sacrifices humains.

En conclusion , l’islamisme n’est pas seulement un ver venimeux dans le fruit humain voire un virus létal pour l’humanité, mais il est également une négation de l’Etat de droit et de l’Etat-nation. Un monde sans frontières soumis à la seule loi de l’islam. Il proclame la suprématie de la foi sur le droit.

Charlie Hebdo ou l’impossible éligibilité de l’islam en France

Article daté du 29 septembre 2012

Quand bien même la caricature de Mahomet heurterait les musulmans dans leur foi et serait attentatoire à   leur sacré abscons  , mais en terre républicaine  il y a d’autre moyens plus appropriés pour’ y répondre que par le poison de la haine qui dégouline de la bouche de ceux qui sont les premiers qui profitent des bienfaits de la République.

Caricaturer ou portraiturer le prophète sous des traits grotesques et humoristiques n’est ni un délit, ni un crime, elle est l’expression de la liberté dans les limites de l’ordre républicain, mais sur-réagir avec une telle violence et vouloir appliquer la loi de Talion est une violation criminelle des lois républicaines.

L’ultra-violence dont les musulmans radicaux font preuve est autrement plus inquiétante quant à l’avenir sombre qui se profile dans l’horizon des démocraties occidentales. On peut très bien imaginer demain un maire de confession musulmane ou même pas, dans une commune où vit une forte minorité musulmane prendre un arrêté municipal pour interdire la vente sur le territoire de sa commune d’un livre qualifié d’anti-islam au motif qu’il est susceptible de provoquer des troubles d’ordre public parce qu’il est attentatoire à l’honneur de ses administrés musulmans qui sont surtout son fonds de commerce électoral.

Ce qui met à nu les limites le projet du droit de vote dans les élections locales accordé aux étrangers non-communautaires. Evidemment qu’un tel arrêté relève de l’utopie mais rien n’est à exclure pour autant. Si Charlie Hebdo avait commis un délit qui ne pourrait être qu’un délit de blasphème qui n’est pas répréhensible pénalement, il appartient à la justice de qualifier pénalement cette éventuelle offense à l’ honneur du Prophète.

Nul n’est au-dessus des lois, comme nul n’est censé ignorer la loi pour quelque motif que ce soit, surtout quand on veut se prévaloir du sacré pour interdire la liberté d’expression. Quand on vit dans un Etat de droit et que l’on ne manque une occasion pour revendiquer sa liberté de religion, il faut savoir que la contrepartie est le respect total et absolu de l’ordre républicain.

De la même façon que la liberté de religion est inscrite comme la liberté en lettres d’or dans la Charte Universelles des Droits de l’Homme et du Citoyen considérée pourtant comme incompatibles aux préceptes coraniques, les musulmans doivent savoir que la liberté d’expression l’est aussi, et sinon plus du fait de son universalisme et rationalisme.

Elle n’est pas un purgatoire de la vie et oppressante comme la religion ni ne cherche à les aliéner, elle est libératrice et constitue un facteur fondamental d’enrichissement humain et de rapprochement entre les hommes.

La liberté de religion divise les hommes, la liberté d’expression transcende les clivages et les barrières linguistiques, culturelles et ethniques, elle est un langage véritablement universel. La religion est pour la liberté, ce que la mort est pour la vie. Contrairement aux assertions des croyants, il n’y a pas plus sacré que la liberté dans toute ses formes et ses reliefs.

Qu’est ce qu’il y a de plus cher à l’homme et lui rendre la dignité de sa liberté si ce n’est que briser les chaînes de sa prison mentale dans laquelle l’enferme la religion ? Ce n’est pas par hasard que les pays de la théocratie musulmane répriment la liberté d’expression de peur qu’elle ne sert de révélateur à la nature liberticide de la religion.

On réprime la liberté pour mieux dominer l’esprit des gens et maintenir sur eux cette chape de plomb qui obstruent leur voie sur le chemin de la dignité. Un système de croyance ne peut fonctionner et prospérer que sur le sentiment de comptabilité et de rédemption, aussi pour se maintenir et se développer, il ne peut se résoudre à l’existence d’un système réfléchi et raisonné démystifiant son imposture.

C’est pourquoi, la religion censure et prohibe la liberté, jugée comme un sacrilège, car elle donne aux croyants les outils qui leur permettent d’ôter son carcan.

Ne faisons pas de la pauvreté un alibi pour dédouaner l’islam de ses monstruosités

 

La vraie cause de la violence n'est pas la pauvreté c'est l'endoctrinement religieux

La pauvreté que les forces réactionnaires accusent de générer la violence rend  surtout les pauvres plus vulnérables et des proies faciles aux faux prophètes qui à force d’endoctrinement lobotomisent les pauvres et les fanatisent pour les transformer en véritables brigades des martyrs dévoués à la cause divine qui devient ainsi la source de violence.

Pour éradiquer la violence née du fanatisme religieux, il faut éradiquer la pauvreté. Fermer les espaces de la culture de l’intolérance que l’on appelle les lieux de culte, mettre hors d’état d’endoctriner les faux prophètes, ouvrir des écoles laïques, donner le pain de la dignité au peuple celui que l’on se procure par soi à la sueur de son travail et non celui du zakat véritable drogue du pauvre, éduquer, instruire et former, créer les conditions du développement économique et sociales, faire de l’homme acteur de sa vie et le vrai architecte de son destin politique et non l’éternel objet dépourvu d’intelligence et de discernement, en finir avec la main mise de la religion sur la vie des gens, il faut révolutionner les mentalités, briser la chaîne du despotisme, changer la vie des gens si l’on veut réellement rompre avec l’éternel immobilisme qui frappe les sociétés islamisées.

Elles sont les seules à être à la traîne de l’humanité. Et comme elles sont vulnérables, elles sont par conséquent influençables et manipulables. Pourquoi les sociétés scandinaves sont à l’abri des influences extérieures ? Ce n’est pas le nombre de musulmans dans le monde qui importe, c’est leur intelligence qui fait d’eux des citoyens du monde qui prime. Tant qu’ils sont fidèles, ils ne peuvent pas être citoyens et ouvrer pour le bien commun et le progrès humain. A choisir entre 1 milliard de musulmans pour zéro invention technique et technologique ou médicale et 1 million de non-musulmans pour 10 prix Nobel, sauf ceux de la Paix qui sont un non-sens, il n’y a pas de photo entre les deux. Collecter de l’argent pour les mosquées est moins porteur d’avenir que de collecter de l’argent pour construire des laboratoires de recherche.

Un seul chiffre qui se passe de tout commentaire : 10000 ouvrages traduits dans la langue du Prophète en 1000 ans soit l’équivalent de ce que traduit l’Espagne en une année. Plus les peuples sont à contre-courant du savoir scientifique et intellectuel plus ils ont abrutis par l’enseignement religieux et plus ils sont violents. La violence est leur seul mode d’existence. La spirale de la violence ne peut qu’être brisée que par que par un Tsunami culturel. Mais, il faut commencer par faire sauter tout le système de verrouillage que la doctrine religieuse a mis en place depuis 1432 ans.

Ben Ammar Salem
Article publié sur tunisie-news.com le 07/03/2012

L’intolérance pathologique des musulmans est le plus grand danger de notre temps

 

Recenser les actes soi-disant islamophobes comme le fait l’Observatoire National de l’Islamophobie présidé comme par hasard par un musulman bon teint ce qui laisse subsister de sérieux doutes sur son objectivité ne peut que banaliser les horreurs islamiques et nourrir le fonds de commerce des musulmans toujours prompts à se faire passer pour la victime de leurs propres crimes et forfaits, mais faire l’inventaire des crimes de l’islam en France c’est cela qui a du sens et de la pertinence afin d »éclairer l’opinion publique française sur l’hostilité et les inimitiés des musulmans à l’égard de ce pays qui les a accueillis au péril de sa souveraineté nationale et de la perte lente et inexorable de son identité.
On s’émeut pour une tête de sanglier déposée à l’entrée d’une mosquée car elle froisse la bonne conscience musulmane mais décapiter et tuer de sang froid et à bout portant un citoyen français ça les indiffère quand ça ne les réjouit pas.
Seul importe à leurs yeux l’honneur de l’islam qui doit être réparé par tous les moyens. Si cela ne tenait qu’aux musulmans et à leurs lèche-babouches la France devrait adapter ses lois aux exigences dogmatiques de l’islam qui est au-dessus des lois de la république et ne reconnaît que les siennes. Aussi il n’y a pas de liberté d’expression qui tienne quand elle risque de provoquer l’émoi de cette communauté qui se veut hors du commun et qui ne peut être gouvernée que par des lois à sa mesure esssentiellement d’essence divine, comme si leur Allah avait véritablement un caractère divin. Un coup de crayon caricatural, un simple mot qui n’est pas de leur goût et c’est le tremblement de terre de magnitude 9 à l’échelle de Richter.qui frappe la France.
Des manifestations monstres d’une violence inouïe partout dans le monde musulman, des morts en pagaille comme au Pakistan, des appels à la décapitation des résidents français comme à Gaza, des cocktails molotov lancés sur les centres culturels, ambassades et consulats français, des slogans et des grafitis : mort à la France, des voitures et des drapeaux français brûlés, un climat insurrectionnel qui en dit long sur l’esprit intolérant et le fantismle aveugle des musulmans qui n’ont jamais vu dans leur vie l’ombre d’es caricatures de Chatlie Hebdo. Intoxiqués par ces fumées radioatcitives de haine dégagées par leurs mosquées-usines. Pour des simples caricatures et le monde vient de frôler la 3ième guerre mondiale.
Il y a tout lieu de croire que cette guerre est désormais inévitable au regard de la volonté des musulmans pour en découdre avec le reste du monde. Dans toute l’histoire universelle jamais des peuples n’ont exprimé autant d’aversion pour l’humanité comme les peuples musulmans. Les caricatures de Mahomet ne sont en réalité qu’un simple alibi, une étincelle qui met le feu à la poudrière musulmane prête à embraser le monde entier. Autant de déraison en dit long sur leur nature destructrice et dévastarice.
Les caricatures ne tuent pas mais cela ne les interpelle guère, ils sont tellement hystériques, lobotomsés et endoctrinés que tout est prétexte pour mettre le monde à feu et à sang. Car si au moins ils connaissaient la vie de Mahomet ils auraient honte pour eux-mêmes de vénérer un faux prophète au vécu l qui glacerait d’effroi pourtant Adolph Hitler, Pol Pot, Attila, Staline et Gensis Khan.
Ce n’est certainement pas cette officine de l’islamisation de la France qui va dénoncer les autodafés et pogroms contre la France.
Que la France soit l’objet de courroux ldu monde musulman et  même chez elle avec l’affaire du drapêau français brûlé en Corse et remplacé par le draopeau marocain, du point de vue musulman ce n’est pas du racisme anti-français, c’est juste un mouvement d’humeur des dizaines de millions de musulmans mus pourtant par leur seule haine de la France.
Brûler des églises c’est aussi une question de détail, un acte purificateur qui n’a rien d’un sacrilège comparé aux attaques insignifiantes que je condamne pour ne pas victimiser les escadrons de la mort, contre les usiines du djihado-terrorosme. Que les pleurnicheurs de l’islamophobie payés par le contribuable français nous épargnent leurs doléances indécentes et offensantes à la mémoire des victimes françaises de l’islam et condamnent tous ces actes criminels et attentatoires à l’unité de la France.

Dialoguer avec les musulmans c’est comme dialoguer avec les nazis en 1938


Seuls les naïfs et les crédules croient que l’on peut dialoguer avec les ennemis des libertés humaines, murés dans leur seule certitude qu’il n’y a de vérité que la vérité enfermée dans le Coran.

Imperméables et sourds au dialogue, Ils ne tolèrent pas qu’ils puissent avoir d’autre son de cloche que le leur. Leur son de cloche est comme celui des appels à la prière qui vient troubler le silence des villes et des villages au rythme de 5 fois par jour. Assenant le même message qui se veut d’une vérité absolue. Comment peut-on professer dans un contexte de sacralisation dogmatique de la parole dictée avec une force assourdissante et obstruante pour la pensée humaine qu’elle ne laisse pas filtrer un filet de paroles qui n’ont pas une propriété canonique

Avec un esprit façonné par une culture monolithique et fermé à tout débat contradictoire jugé hérétique, on serait plus avisé de dialoguer avec le vent du désert. Jamais, un musulman qui croit en la vertu immanente de la pureté de la parole sacrée dont il se prétend dépositaire, à l’instar de ceux qui prônent la supériorité de l’Islam, ne sera enclin à ouvrir un quelconque débat avec celui qu’il considère comme infidèle et dont l’idée même de dialoguer est avec lui le répugne et le répulse. Et même quand un des leurs, comme le sulfureux et girouette Mourou a feint d’engager un échange avec Youssef Esssidik n’a pas échappé à leur courroux pour voir commis l’irréparable.

Tout dialogue avec les infidèles est considéré comme une offense à Dieu. Comment peut-on dans un tel contexte du refus dogmatique du dialogue pouvoir justement entreprendre un quelconque dialogue avec ceux dont le seul esprit de dialogue qu’ils connaissent est l’étouffement du dialogue par tous les moyens ?

Nombreux sont les pseudos démocrates manquant de discernement, en ayant aucune grille de lecture de l’idéologie extrémiste, qui continuent à prendre les vessies pour les lanternes et prêchent pour le dialogue avec des gens qui font du monologue hermétique leur seule raison d’exister pour toucher leur Graal céleste. Ils vont jusqu’à accuser les esprits avertis et qui appellent à une vigilance extrême, comme c’est mon cas. contre le péril islamiste, de radicalisme et d’extrémisme.

Comme si l’infamie pouvait être combattue avec les chimères de la démocratie. Le monde a joué à plusieurs reprises sa partition d’ouvrir son cœur à ceux qui sont obsédés par sa destruction. On connaît tous les résultats du dialogue avec le nazisme. Si le monde avait preuve de fermeté et de détermination est-ce que l’aurait connu les camps de la mort et l’extermination des minorités et surtout du peuple juif ? Hitler n’avait jamais fait mystère d ses desseins hégémoniques et génocidaires, c’est le monde dit libre qui avait cru qu’il pouvait le pacifier et le raisonner par le dialogue. Alors qu’il n’avait que mépris et aversion pour le dialogue. La même posture qui caractérise les radicaux musulmans.

Or, un extrémiste est par définition celui qui détient une vérité absolue, il est schizoïde-paranoïde, il ne veut entendre qu’une seule vérité, la sienne et encore il n’est même pas à l’écoute de lui-même. Étant pris dans un tourbillon essentialiste de délires psychotiques et messianiques, la seule issue qu’il connaisse soit l’adhésion aux idées qu’ils professent soit la mort. Muré dans ses certitudes mentales, il ne peut se résoudre à l’idée qu’il ne doit y avoir une autre voix que la sienne qui est d’essence divine.

L’extrémiste musulman se sent comme investi d’une mission cosmique et planétaire d’imposer aux quatre coins du monde les dogmes de sa foi contre vents et marées les prophéties de la religion musulmane. C’est un conquérant-colonisateur, qu’il se doit pour le repos de sa propre âme islamiser et ré islamiser le monde. Prosélyte et réfractaire au dialogue, il n’est jamais dans l’échange, d’idées qui va à l’encontre des prescrits de sa foi. Il a peur de commettre un sacrilège, c’est pourquoi il appelle au meurtre quand il ne le commet pas lui-même le meurtre de tous ceux qui doutent du bien-fondé intellectuel de son raisonnement. Dans ce contexte, on peut toujours rêver d’engager un dialogue avec ceux dont le seul but est soit de nous soumettre à leur idéal islamique soit nous tuer. Il est tel un pitbull s’acharnant sur sa proie pendant que cette dernière s’amuse à lui des bisounours.

Le monde a capitulé face au nazisme dans les années 30 en la caressant dans le sens du poil avec l’Holocauste au bout du chemin. On ne combat l’extrémisme qu’avec ses propres armes et jamais celles de la voix de la lâcheté et la démission.

On ne traite pas la folie à dose homéopathique, seule une thérapie lourde, est indiquée. Il faut une riposte graduée pour l’éradiquer. L’extrémiste n’a aucun sens des valeurs humaines, ne soyons pas nous-mêmes dupes de notre angélisme qu’il considère lui-même comme non seulement une faiblesse mais comme une apostasie.

Il ne croit aux valeurs de paix et de compréhension mutuelle, il est obnubilé par la destruction et anéantissement de tous ceux qui tentent de lui opposer le langage humain. S’il était dans le dialogue, il ne chercherait pas à exterminer ses propres coreligionnaires qui font d’Al Ijtihad leur arme contre le jihad.

L’arme de l’intelligence ne peut contenir sa folie meurtrière. On ne neutralise pas un fou en pleine crise de démence en le berçant de bonnes paroles. Seule la camisole chimique est la réponse appropriée dans le cas d’espèce.

L’islamiste est un psychopathe-né, il tue père et mère pour gagner le Lupanar divin. Tout obstacle sur sa route doit être transformé en feu de paille, tel le vrai sens du dialogue chez lui. Il est sur terre pour tuer et non pour échanger avec ce qu’il appelle les ennemis de sa religion, des paroles vaines, superflues et de surcroît attentatoires à ses dogmes. Notre candeur est sa meilleure alliée.

Lettre ouverte aux musulmans ce poids mort et cauchemar de l’humanité

Je demande aux musulmanes et aux musulmans qui ont l’aversion des humains  et qui se prennent pour les maîtres du monde alors qu’ils ne sont pas encore sortis du monde des ténèbres que seriez-vous sans nous ? Quand vous faites vos courses vous mettez quoi dans vos paniers, Mahomet, Allah et le Coran ou des produits que vous n’êtes pas capables de fabriquer vous-mêmes et dont vous êtes redevables à 100% à ceux dont votre satané livré ordonne de massacrer et d’humilier ? Quand vous avez  faim et soif c’est l’islam ou les pays des « koffars » qui vous nourrissent ?  Quand vous n’avez pas de travail chez vous et pour échapper à vos conditions de vie misérables est-ce que vous trouvez refuge dans l’islam ou dans ces pays que vous êtes en train de détruire au nom de votre religion ?
Quand vous êtes malades, vous vous soignez à coups de versets maléfiques ou vous prenez des médicaments fabriqués par les mécréants ? Quand vous avez froid et vous êtes plongé dans l’obscurité vous vous vous vous chauffez et  éclairez avec les hadiths de ce prophète diabolique ou vous utilisez l’électricité inventée par l’Occident que vous vous haïssez tant ? Quand vous avez besoin de surfer sur l’internet vous utilisez vos tapis de prière ou des PC produits chez les infidèles ? Quand vous avez besoin de vous déplacer vous prenez les mosquées comme moyen de transport ou des véhicules mobiles fabriqués chez les non-musulmans, les musulmans ne sont ni des industriels ni des industrieux, que votre ignominieux et abominable livre prétendument sacré appelle associateurs dont il vous recommande l’extermination jusqu’au dernier  ? Quand vous êtes atteints de myopie vous portez la Ka’aba pour  augmenter votre vision ou une paire de lunettes fabriquée par les mécréants ? Quand vous devez vous faire opérer on vous anesthésie avec l’eau de zem zem ou avec un anesthésiant importé de l’Occident dont vous terrorisez les habitants ? Quand vous êtes déficients auditifs vous avez recours  aux hauts-parleurs des mosquées qui crachent leur poison de haine sur l’humanité ou vous utilisez des appareils acoustiques sortis des laboratoires des pays du dar-al harb ? Quand vous devez monter dans une tour de 30 étages par exemple vous empilez le Coran pour les grimper ou vous empruntez un ascenseur  qui  porte la marque des pays qualifiés d’ignominieux et d’infâmes par votre Mein Kampf ?  Quand vous avez besoin de faire des radios de vos poumons vous les faites dans les salles de prières ou dans des salles de radiologie nées dans le cerveau des ces femmes et ces hommes que le Coran, ce livre  liberticide et génocidaire, voue aux feux ardents de votre enfer qui n’est rien d’autre que le vôtre ? Quand vous vous rendez dans ce haut lieu de la barbarie humaine qu’est la Mecque pour faire votre circumambulation autour d’une météorite noire symbole de votre culte fétichiste vous vous envolez sur vos tapis volants de prière ou à bord de ces oiseaux volants fabriqués chez les enfants de Satan comme vous les appelez ? Quand vous passez vos appels téléphoniques vous utilisez les puces que vous ramassez dans les mosquées ou les puces inventées par les mécrus et les égarés ? Quand vous dites que vous êtes la plus belle communauté de croyants jamais créée par Dieu, je ne sais pas de quel Dieu parlez-vous de celui dont la connaissance de la géographie humaine ne dépasse pas les confins des terres arides et lunaires d’Arabie,  pourquoi vous avez autant peur de la satire et de la critique au point que vous massacrez tous ceux qui auraient offensé ce faux prophète sanguinaire et cruel qui excellait dans le meurtre de ses opposants ? Quand vous dites comme le Coran vous le certifie par la voix de vos muftis  charlatanesques et vos imams débiles que la terre est plate et fixe et que le soleil tourne autour d’elle vous ne croyez pas que vous avez atteint le degré zéro de la bêtise humaine ?

Print Friendly

Pourquoi la démocratie est un sacrilège aux yeux des bigots musulmans ?

Le Bigotisme et la démocratie ou l’overdose de la religion est la seule voie pour une hypothétique vie meilleure dans l’au-delà

Chez les peuples bigots faisant de la surconsommation de la religion leur seule norme d’existence, on vit la mort pendant la vie et on vit la vie après la mort. Obsédés par le Jour du Jugement dernier, la Résurrection, l’Enfer et le Paradis. La vie sur terre est une simple préparation à la vie céleste éternelle. On ne se projette pas dans la vie sur terre et ses oripeaux démocratiques on se projette dans la mort et ses oripeaux fantasmagoriques, cauchemardesques, jouissifs et orgiaques. Toute autre alternative, fruit de la raison humaine est prohibée par l’ordre bigot qui ne reconnait que les règles d’essence divine.

Le despotisme théocratique reste ainsi la seule voie à ces peuples qui font de leur vie un don à leur mort symbolisée par le sacrifice d’Abraham. Entre le culte de la mort de la vie et le culte de la démocratie, ce paradis sur terre, les bigots ne feront pas le sacrifice de l’illusion du paradis et ses bienfaits au profit du monde réel qui est en rupture avec le monde fantasmé et imaginée par la littérature sacrée. Au point qu’ils assimilent le progressisme libérateur et émancipateur à une hérésie vouant ses partisans aux braises éternelles de l’enfer.

La vie est le laboratoire de la mort pour préparer la Grande Rencontre avec le Grand Juge.  Les bigots ne se représentent pas le monde autrement qu’à travers le prisme étroit, réducteur du sacré qui est leur seule norme sociale, politique et intellectuelle qui ne tolère aucune autre source de pensée qui n’a pas un caractère canon comme c’est le cas de la Démocratie, cette œuvre humaine par excellence et jugée subséquemment illicite par la théocratie bigote. Seul le Grand Architecte et législateur est à même de guider leurs pas vers la voie que Lui et Lui seul juge adéquate pour les amener vers le Grand Soir.

Or, la démocratie a un handicap majeur est justement le fait qu’elle risque de les détourner de la voie de Dieu. Eux qui vivent dans la crainte pathologique de perdre la clémence de Dieu et tutti quanti, ils ne vont pas perdre leurs âmes pour emprunter les chemins de lac Démocratie. La voie du Seigneur est incompatible avec la voie de la Démocratie qu’ils ne se privent pas de pervertir par opportunisme comme c’est le cas actuellement tant en Égypte qu’en Tunisie. La Démocratie est pour les bigots ce que la consommation de la viande de porc l’est pour les Musulmans.

Nonobstant leurs caractères diamétralement opposés, ce qui est vertu pour l’un est un vice pour l autre. Tels que les principes chers à la Démocratie, la tolérance, l’égalité des sexes, l’égalité des droits et des devoirs indépendamment des origines et des sexes, le positivisme juridique, l’État de droit, la justice pour tous, le vivre ensemble, la souveraineté populaire, la fraternité non sélective, le refus du racisme et de l’antisémitisme, la citoyenneté etc.

Autant de valeurs considérées comme illicites dans une société bigote. Société d’apartheid fondé sur le sexe, la pureté de la foi, la croyance, de discrimination raciale, la soumission et la fidélité. Absolue à l’Être suprême. Elle est hermétique, monolithique et au pouvoir monopolistique de la gentry religieuse, une noblesse religieuse non titrée mais auto proclamée.  En conclusion la démocratie libère et émancipe, le bigotisme castre et aliène. La démocratie ne va pas se frayer jamais son chemin dans une société bigote tant que celle-ci continue à subir le poids de la religion. Une société humaine à l’écoute de la voie de Dieu ne sera jamais réceptive à la voie des hommes à l’instar de la controverse entre Ibn Roschd connu sous le nom d Averroes et al Ghazali. Controverse plus que jamais d’actualité dans les sociétés bigotes islamisées. Où la raison rationnelle passe pour être l’ennemie à abattre de peur qu’elle éclaire le visage obscur de la passion hystérique et irrationnelle maîtresse de la vie des bigots.

 

Appendice, définition du bigotisme selon GEORGES VIDAL.

BIGOTISME n. m.

« Caractère de ce qui est bigot, c’est-à-dire d’une dévotion outrée, étroite, ridicule. Le bigotisme sévit surtout chez la gent féminine, et en particulier dans les campagnes. Esprits faibles et mesquins, les bigots ont subi l’ascendant dominateur des hommes noirs et, justifiant le proverbe : « Mieux vaut avoir à faire à Dieu qu’à ses saints », sont devenus plus intransigeants que les vautours d’église. Pour l’espèce sinistre des bigots tout ce qui est lumière, liberté, joie ou vie ample est un crime. Leur intelligence bornée ne voit pas plus loin que la sacristie ou le confessionnal. Le soleil et l’amour, le rire et la gaieté, les initiatives hardies et la générosité, tout les choque. Ils vouent à l’enfer tous ceux qui ne partagent pas leur vie monotone et terne. Ils s’indignent contre les mœurs du siècle avec une pruderie comique. Cela ne les empêche pas d’ailleurs d’être bien souvent des amateurs de débauche ; mais, hypocrites, ils savent dissimuler leurs vices sous leurs sempiternelles prières. Ce ne sont pas les plaisirs qu’ils haïssent, mais la franchise dans les plaisirs. Ils sont les ennemis jurés de tout progrès, de toute idée noble. Par contre, il n’est pas de routine ou de pensée étroite dont ils ne se fassent les défenseurs acharnés. Ce sont les auxiliaires de toute réaction. C’est pour cela que les anarchistes ne cesseront de combattre ce fléau qu’est le bigotisme et sa cause première : la religion. »

Être musulman c’est avouer sa haine pour l’humanité qui n’est pas la sienne

Iraq Violence Trends

Pourquoi la non-violence est-elle un sacrilège dans l’islam ?
Je souffre pour tous ces morts au quotidien qui ont le malheur de vivre parmi des fous qui jouissent d’une véritable impunité juridico-theologique.

Je suis contre l’islam comme je dois l’être contre le nazisme et tout système de pensée socio-politique totalitaire et liberticide.
Je n’ai pas à avoir de la compassion et de l’empathie pour des humains qui n’ont que haine pour leurs semblables.
Je ne suis pas masochiste pour plaider la cause des individus qui seront demain mes bourreaux. Ils sont peut-etre les premières victimes de la folie meurtrière de leur propre utopie idéologique mais ils ne font que récolter le vent de la mort qu’ils sèment dans la voie de leur divinité sanguinaire.
Être musulman c’est comme si un agent de la Gestapo était fier de son brassard nazi.
 Je suis un islamo-sceptique  qui refuse de dissocier l’islam de la violence et qui ne supporte pas de voir que l’on tue des êtres humains au nom d’Allah Akbar.
Il est de mon droit d’exprimer ma defiance et méfiance pour un culte aussi demoniaque que morbide qui exalte sanctifie la violence et récompense les meurtriers.
Je m’étais demandé un jour si le coran et les hadiths condamnaient explicitement la violence est-ce qu’il y aurait autant de sauvagerie et tuerie  chez les  musulmans ?
Rien qui peut plaider en faveur de la non-violence dans les sources « sacrées » auxquelles s’abreuvent les musulmans. Tout se passe comme si la violence leur sert d’élixir pour exciter leur ardeurs meurtrières.
Quand on se veut une religion de paix, on doit amputer le coran de tous les versets qui incitent au meurtre de  son prochain et  abolir tous les hadiths, ne serait-ce de par leur caractère apocryphe, qui font l’apologie de  la haine de l’autre et du crime sacralisé.
On ne peut que croire que la violence est la seconde nature de l’islam comme en témoigne le silence pesant des doctes de la foi musulmane. Rien qu’en France qui a entendu un jour le Recteur Dalil Boubakeur, cette icône médiatique ou plutôt pathétique de l’islam modéré,  lancer un appel solennel de principe à ses coreligionnaires en Irak, en Afghanistan ou en Syrie pour l’arrêt  de la spirale sans fin de la violence qui frappe pourtant en premier lieu les musulmans eux-mêmes ?
A-t-il lui-même organisé une journée de jeûne et de prière pour dire stop à la violence et rendre hommage à la mémoire de toutes ces victimes innocentes qui ne demandaient qu’à jouir de la vie ?
Tout donne à penser que si aucune autorité religieuse sunnite  digne de ce nom n’ jamais condamné publiquement  tous ces massacres devenus le lot quotidien des musulmans vivant dans les pays de la culture dogmatique de la mort, c’est parce qu’elle ne peut désapprouver ce que les lois de l’islam l’ordonnent.
Si soutenir l’homosexualité est déjà en soi une apostasie comme vient d’en faire l’amère expérience le Dr Muhammad Yunus, alors quelle sentence canonique va-t-on prononcer à l’encontre de l’insolent qui commet le sacrilège de désavouer et disqualifier la violence et les coupables ?
En toute évidence, ces exactions frappées du sceau du sacré infâme sont tout simplement licites et conformes à l’esprit et à la lettre du vrai islam.   Comme si la violence est une sorte de liquide rachidien pour les musulmans et que son asséchement  peut entraîner la disparition de l’islam lui-même. En
le régénérant quotidiennement, on maintient en vie cette idéologie devenue de plus en plus néfaste et périlleuse pour la vie des siens qui n’ont pas choisi de naître musulmans et qui se trouvent musulmans contre leur plein gré.
L’islam a toujours servi de catalyseur à la violence.
Elle ne s’est pas intensifiée aujourd’hui contrairement à ce qu’allèguent ses laudateurs ignorant de l’histoire des crimes contre l’humanité perpétrés au nom de l’islam depuis que cette idéologie  de l’épée comme langage de conversion, de pillage, de rançon et de brigandage  a quitté son désert aride et inhospitalier d’Arabie.
L’islam, religion de paix et non-violence n’est pas un oxymore, c’est la pire offense qu’on puisse lui faire.
N’est-il pas curieux qu’il n’existe aucun apôtre  musulman de la non-violence ou un humanitaire digne de ce nom qui fait le bien pour tous les hommes sans distinction depuis que la naissance de l’islam et que les figures les plus illustres de cette religion sont tous des monstres de la cruauté humaine ?
Quand aux savants dits arabo-musulmans, rares sont ceux qui ont pris ouvertement le parti de la non-violence.
Tout humain a le droit plus que jamais de s’inquiéter du déferlement de la violence musulmane sur le monde d’une part et a le devoir d’autre part d’agir par tous les moyens surtout peser sur les politiques de ses gouvernants à l’égard du bellicisme musulman. Il est temps que l’islam comprenne qu’à force de jouer au pyromane, il finira par s’en embraser lui-même. Le feu tue aussi le feu.