Archives du mot-clé fascisme musulman

Pour exister l’islam a dissous l’individu dans le bain acide de l’oumma

 

Résultat de recherche d'images pour "photos du salafiste"

Selon Mahomet sa communauté, son oumma, serait divisé en 73 groupes, plutôt des sectes, qui finiront tous en enfer, sauf une qui est la jamâ’ah, le groupe. Allez savoir laquelle des 73 échapperait à son funeste destin ?

Il semblerait que la balance pencherait du côté du groupe qui fait le plus preuve d’instinct grégaire, où l’individu se laisse diluer dans la masse, de manière aveugle et sans discernement, incapable d’esprit critique et dépourvu de son libre-arbitre.

Un être malléable, manipulable, influençable, une espèce de pâte à modeler, docile, insignifiant, qui obéit au doigt et à l’oeil à son maître. Un mouton dans un troupeau. L’homme de Mahomet serait le parfait imbécile, un inintelligent, un primate, un l’idiot  de service qui sans être arriéré, est totalement déphasé vivant à contre-temps et contre-courant de son temps.  Devant se comporter en esclave de son dogme dont il ne doit pas s’écarter pour ne pas s’égarer dans la voie de la déviation.

« Attachez-vous tous fermement au pacte de Dieu, et ne vous divisez pas » [Coran 3:103]. L’imam Muslim rapporte sous l’autorité d’Abou Hurayra (qu’Allah soit satisfait de lui) que le Prophète a dit : ” Celui qui est désobéissant, et s’écarte de la majorité, et puis meurt, est décédé dans un état de Jahiliyya “. [La Jahiliyya correspond à la période qui a précédé l’avènement de l’islam.] [[16] Imam al-Bayhaqi dans ses “Soixante-dix-sept branches de la foi” (p. 42-3), dans le cadre de la cinquantième branche de la foi (50 – Tenir fermement à la position de la majorité)]

Le salut du musulman n’est pas le fruit de son cheminement personnel il réside dans ce que Mahomet lui a dicté. Se soumettre à sa volonté  sans rechigner et chercher à comprendre si la vérité d’hier peut être celle d’aujourd’hui, d’autres temps d’autres moeurs, pour ne pas se trouver hors-jeu dans la course au Graal paradisiaque. Pour ce faire il lui suffit de suivre fidèlement et rigoureusement les traces de Mahomet et de ses sahabas, compagnons.

– Imam Abdullah ibn al-‘Alawi al-Haddad (m. 1132 AH) a indiqué :

“Vous devez corriger et protéger vos croyances et vous conformer au modèle du groupe du Salut, qui sont ceux qui sont connus parmi les autres factions islamiques comme le « peuple de la Sunna et de la Jamaah » (Ahl as-Sunna wa’l Jama’ah). Ils sont ceux qui adhèrent fermement à la voie du Messager d’Allah, et de ses compagnons.

Si vous regardez avec une bonne compréhension ces passages concernant les sciences de la foi dans le Livre (Coran), la Sunna, et la parole des pieux prédécesseurs, qu’ils soient compagnons ou disciples, vous serez convaincus que la vérité est avec le groupe appelé Ashari [NB – Les Maturidis sont également sur la vérité], nommé d’après le Sheikh Abu’l Hassan al-Ashari […]” [ Imam Abdullah ibn al-‘Alawi Haddad dans “Le Livre de l’aide” (p. 40)]

Enfermer l’individu dans le groupe pour étouffer en lui toute velléité de liberté d’exister pour lui-même et par lui-même. « Un être humain en tant que réalisant son type et possédant une unité et une identité extérieures de nature biologique. La personne, c’est l’individu en tant qu’être raisonnable, tirant de lui-même, et non pas subissant du dehors, ce qui le met en relation universalisable avec autrui (LalandeRaison et normes,1948, p. 82): Faire ce qu’ils ont fait, adhérer à leurs idées et s’inscrire dans la continuité de leurs oeuvres. Comme si des nostalgiques d’Hitler par fidélité au nazisme veulent reproduire le même schéma de vie que leur idole et ses sbires.

Le système musulman comme tout système fasciste repose essentiellement sur la masse comme garante de sa continuité et gardienne de sa prison où les esclaves sont geôliers et prisonniers. Ils se surveillent mutuellement entre eux, s’érigeant en juges et en bourreaux les uns les autres au nom de l’ordre de  « la morale du troupeau ».

Comme si l’homme avait besoin d’un gardien de la morale pour veiller à sa bonne conduite et l’aider à assumer son destin humain.

« En effet, un des axiomes fondamentaux de notre morale, on pourrait même dire l’axiome fondamental, c’est que la personne humaine est la chose sainte par excellence ; c’est qu’elle a droit au respect que le croyant de toutes les religions réserve à son dieu ; et c’est ce que nous exprimons nous-mêmes, quand nous faisons de l’idée d’humanité la fin et la raison d’être de la patrie. En vertu de ce principe, toute espèce d’empiètement sur notre for intérieur nous apparaît comme immorale, puisque c’est une violence faite à notre autonomie personnelle. Tout le monde, aujourd’hui, reconnaît, au moins en théorie, que jamais, en aucun cas, une manière déterminée de penser ne doit nous être imposée obligatoirement, fût-ce au nom d’une autorité morale. »

 

DurkheimL’éducation morale, 1902-1903, Première partie, Septième leçon : Conclusions sur les deux premiers éléments de la moralité. Le troisième élément : L’autonomie de la volonté

L’islam de France, la face cachée de l’islamisation définitive de la France

Afficher l'image d'origine
On doit expliquer aux Français le pourquoi de cette nécessité politique absolue de doter la France de son islam, son propre islam qui ne ressemble qu’à lui-même. Un islam épousant ses moeurs, ses us et coutumes sans halal, ni voile, ni burkini, ni kamis, civilisé et humanisé qui ne prêche pas la haine de l’autre et répand la terreur.
Un islam façonné dans le moule de la république avec une cocarde tricolore qui se fond dans son paysage humain et culturel.
Un islam où l’on peut imaginer une mosquée côtoyant une charcuterie, un bar à vin, un temple bouddhiste, une association de défense des droits des chiens noirs, des chèvres et des ânes. Une mosquée ayant pour vis- à- vis le local de la ligue de défense des droits des homosexuels, des lesbiennes et des transgenres dans les pays musulmans.
Une mosquée intégrée dans l’espace public laïque soumise aux règles du vivre ensemble et qui accepte la présence dans sa proximité des bureaux des comités de soutien aux ex musulmans convertis au christianisme, aux athées et les apostats de l’islam persécutés et menacés de mort dans les pays musulmans.
Ce qui est possible avec les autres cultes religieux devraient aussi l’être avec l’islam sauf que l’islam est un problème insoluble pour la France et qu’aucun rempart institutionnel ni physique ne peut endiguer son déferlement. L’islam est une pieuvre tentaculaire  de la pire espèce laide et repoussante  qui ne laisse aucune chance à sa proie. Elle s’étend inlassablement dans toutes les directions de manière pernicieuse et inexorable, jamais repue, cruelle, fourbe, perfide, manipulatrice, provocatrice, vorace,  dévorant tout sur son passage en ne laissant aucune trace de vie derrière elle sauf le spectre de la mort.
Afficher l'image d'origine
De quel islam de France s’agit-il de celui où les musulmans militent en faveur des droits de l’homme et des libertés contre les discriminations religieuses, la dhimmitude, la kafala, la relégation des femmes et la pédophilie dans leurs pays d’origine et pour la possibilité pour un non-musulman d’exercer des fonctions publiques et politiques ?
De quel islam la France veut se doter au point d’en faire le sujet chaud de sa rentrée 2016-2017 est-ce celui en rupture totale avec l’enseignement coranique poison mortel pour l’humanité, de la séparation des pouvoirs entre le cultuel, le juridique et le social au cas où les socialistes et tous les autres l’ignorent l’islam est un système totalitaire qui ne laisse aucune liberté de manoeuvre à ses adeptes où tout s’amalgame et se confond, dîne, dawla wa donia ? Religion, Etat et cité.

Un islam de France respectueux de la condition féminine et de l’égalité absolue entre les sexes.  Le seul pacte laïque et républicain qui soit acceptable par les musulmans est celui qui leur accorde un moratoire selon la formule du V.R.P. du nazislamisme modéré Tarek Ramadan sinon c’est peine perdue. Et s’ils souscrivent à un pacte contraignant pour eux, ils peuvent s’en délier sans mauvaise conscience  car l’islam ne reconnaît pas la validité d’un accord conclu avec les mécréantsCoran (3:28) – Ce verset demande aux musulmans de ne pas prendre les mécréants comme alliés ou amis, à moins que cela ils n’y soient “contraint par un péril à redouter”.

Coran (9:3) – “… Dieu et Son Messager sont déliés de tout engagement vis-à-vis des polythéistes…”

Pour eux aucun engagement ne peut leur être opposable et s’ils s’y engagent c’est pour duper le mécréant.

Quant aux droits de la femme  ils ne sont que les droits des musulmans sur elles. Elles sont des majeures incapables dans l’islam, leur présence envahissante  et de plus en plus agressive dans l’espace public  s’inscrit dans une stratégie de déstabilisation politique et sociétale de la France. Elles sont  son arme d’intimidation et de fouteuse de trouble. Son étendard de conquête et de leurre pour piéger les Français et s’attirer les bonnes grâces du gouvernement des juges pour tuer les libertés.
Un islam français n’a de sens que si l’islam se réforme et expurge de ses textes les versets ultra-violents et incompatibles avec les lois de la République et les droits humains.  C’est oublier le sacro-saint principe de l’essence révélée du message, intemporel et valable en tous temps et tous lieux, et qui ne doit pas être sujet de modification, d’adaptation, de correction ou d’amélioration. Elle s’y adapte ou se démet.
Ce que des pays comme l’Egypte n’ont pas réussi pour moderniser l’islam et qui sans le vouloir ont attisé la braise radical jamais éteinte chez les masses musulmanes, ce n’est pas la France pays des Lumières et terre de liberté fécondée par le christianisme et aux racines gallo-romaines, celtes et méditerranéennes, qui va y parvenir et pourquoi faire pour être un Etat islamique dans la galaxie mahométane où l’ignorance, le fanatisme, l’obscurantisme, la négation de l’individu en tant que tel, sont la norme, inhumaine, liberticide, livrée aux chacals religieux islamiques, fasciste et théocratique et gavée du Coran et des hadiths apologistes du racisme, de l’antisémitisme, de l’intolérance, de la mutilation, de la peine de mort des incroyants ?
Refondre l’islam pour mieux fendre la France. Nul doute ce que les promoteurs de ce projet qui ne semble guère susciter l’émotion de la classe politique et les élites de ce pays à quelques rares exceptions près cherchent à obtenir.
C’est pourquoi il n’y aura jamais un islam français comme il n’existe nulle part ailleurs un islam aux couleurs nationales, il est un et indivisible, il y aura une France dissoute dans le bain acide musulman;
Un islam de France quésaco un serpent de mer et un.mirage du désert arabique ?
L’utopie socialiste est aussi nuisible à la France que l’islam lui-même. Si un jour il y aura un islam définitivement sorti de l’ombre dans ce pays ce sera un islam sans la France .
Une France qui ne ressemblera plus à rien sauf aux pays de la calamité islamique.
En réalité c’est la France soumise à la charia qui est l’objectif final ce projet. Tout ce tralala est le voile noir de l’islam qu’on jette sur pour soustraire la vérité de la vue des Français. Il n’est rien de plus que sa face cachée.
Un projet qui s’inscrit dans la pierre mortuaire de l’infamie des plus grandes trahisons de l’histoire, une sorte d’Anschluss pour accélérer le processus de son islamisation.
Un islam de France est une manoeuvre pour baliser le terrain à la prise de pouvoir de l’islam sur la France.

La France menacée par la pieuvre islamique

Selon un sondage Ifop publié dans le Figaro daté du 25 octobre 2015, 60% des français s’inquiètent de la présence trop visible et envahissante de l’Islam sur leur territoire et 43% le jugent comme une vraie menace sans en préciser la nature.

S’agit-il d’une menace démographique ? Ou une menace contre les fondements de la République ? Voire une menace contre les la paix civile et la sécurité intérieure ? Un autre chiffre avancé par les sondeurs est la statistique de 68% des français qui imputent les difficultés d’intégration des musulmans à leur propre refus de s’intégrer.

Ce qui revient à dire que s’ils ne s’intègrent pas ce n’est pas la faute à la France d’avoir mené une vraie politique d’intégration des musulmans, ce qui n’a jamais été le cas d’ailleurs, ce sont les musulmans eux-mêmes qui freinent des quatre fers pour s’intégrer dans la sphère de la République.

Ce chiffre est pour le moins inquiétant car il n’est fondé sur aucune réalité socio-économique. Il repose sur des simples préjugés nourris par le caractère criminogène associé empiriquement à la population musulmane surtout depuis les attentats de Toulouse-Montauban et le démantèlement du réseau terroriste de Cannes-Strasbourg, nonobstant la sur représentation des musulmans parmi la population carcérale française.

L’Islam à défaut d’avoir aidé les musulmans à s’insérer dans l’espace républicain a incontestablement échoué dans sa quête de respectabilité et d’honorabilité. Quand bien même cette statistique ne prend pas en compte la problématique des musulmans en France, il n’en reste pas moins qu’elle est un indicateur quant à la perception des Français de l’Islam. Elle sert d’unité de mesure de l’image véhiculée par les musulmans de leur religion et le degré d’hostilité que l’Islam suscite dans l’opinion publique française. En tout état de cause, de telles statistiques ont plus ou moins le mérite de démonter l’incompatibilité organique entre l’Islam en tant que mode de pensée totalitaire voulant régir la vie de ses disciples dans ses moindres petits détails et les valeurs de la République.

Il y a effectivement matière à s’interroger sur l’antinomie entre une religion négatrice des libertés humaines, inégalitaire, ouvertement ethnocentrique et attentatoire à la dignité humaine, discriminatoire et liberticide, et une République juste, libre égalitaire et fraternelle. Il n’y a aucun doute que c’est cet antagonisme que redoutent le plus les français et qui motive leur rejet de l’Islam. Les idées propagées par l’Islam expliquent à elles seules l’attitude de méfiance des français aujourd’hui. Ce n’est certainement pas la multiplication des constructions de mosquées qui va calmer leurs peurs et leurs angoisses à l’idée de voir l’islam mordre lentement mais sûrement sur l’identité française, pour finir par gangrener à terme la société française en laissant peser un vrai péril sur la souveraineté nationale.

Il est un fait certain que les constructions des mosquées ont un impact immédiat sur  le paysage urbain et humain qui change en tout et pour tout. Tout le périmètre autour des mosquées devient « halalisé », autrement dit colonisé par l’islam,  purifié de tout ce qui de toute présence française.  Plus de charcuterie, plus de fromager, plus de boucherie traditionnelle française, plus de bistrot, plus de club de loisirs, de club de bridge, de boulodrome, de lieux dit, selon la terminologie islamique : « de débauche ». Plus de galerie d’art, de théâtres, de salles d’expositions et de concerts car la culture est illicite en islam. On consomme et on vend que les produits halal.  Plus de commerce de produits de terroir, plus de bar à vin, plus de brasserie ou de restaurant servant des boissons alcoolisées … plus rien de ce qui peut avoir un cachet « France ». Le paysage urbain français subira de profondes mutations pour ressembler à des « casbahs made in France ». Par le biais de cette « halalisation » de fait du territoire, on colonise et on islamise des pans entiers de la République. Que 60% de français s’en inquiètent, c’est légitime et fondé. Qui peut leur reprocher leurs appréhensions face l’islamisation rampante de la France ? Personne ! Qu’on le veuille ou non, le choc des cultures est bien le défi de notre temps.

L’Islam, tel que le perçoit la majorité des français, est comme une pieuvre tentaculaire.  Plus on construit des mosquées, plus il étend ses tentacules. Il est de la responsabilité politique des autorités publiques de définir un canevas pour contenir l’appétit grandissant de l’Islam. On peut très bien imaginer demain des mosquées au coeur des villes au nom des lois républicaines ! Quand à y voir un relent de racisme dans l’attitude de la majorité des français vis-à-vis de l’invasion de leur territoire par l’Islam, c’est faire fi du racisme que l’on trouve en filigrane dans les textes fondamentaux de l’Islam et qui nourrit l’action des radicaux musulmans. Quand on prétend être la meilleure communauté jamais apparue sur la terre, cela s’appelle comment au fait ? Du racisme primaire.

Salem Benammar