Archives du mot-clé haine de soi

Dans l’islam, il n’y a d’amour que pour la mort

C’est moins le bilan des victimes de la bousculade indicible de la Mecque qui n’est pas la première du genre loin s’en faut, qui me fait réagir et chagrine mais c’est votre indifférence sourde et aveugle et pire encore votre indécence morale à leurs égards.
Vous vous réjouissez de leur mort comme si c’était une chance pour eux de mourir dans cette terre qui a vu naître le plus grand monstre d’inhumanité, ce qui n’est pas un honneur de la fouler.
Vous auriez aimé mourir à leur place pour offrir en Holocauste vos corps à ces charognards infâmes wahhabites est-ce que vous êtes conscients de ce que vous faites ? L’islam a assurément altéré vos facultés de discernement et vous a fait perdre toute emprise sur vous-mêmes. Vous vous faites du mal convaincus que c’est un bien pour vous et le bien est un sacrilège car il est cette lumière de la vie que vous abhorrez tant.
Vous croyez qu’en faisant de la mort votre idéal suprême dans la vie est une garantie pour vous ouvrir les chemins d’une autre vie pour l’éternité ? Détrompez-vous vous faites fausse route il n’y a de vie que sur terre et la vie et après la mort vous n’êtes que poussière. Pour le reste ce n’est que fantasmes et délires psychotiques.
Votre dieu n’est ni amour ni vie, il est le dieu du mal, de la haine de soi et du monde des ténèbres. Il a tous les attributs de Thanatos.
Vous êtes gravement atteint et masochistes et suicidaires vous êtes encore pires que les adeptes du Temple Solaire. On peut penser qu’un jour vous allez vous retrouver dans le désert d’Arabie sans eau ni nourriture pour y mettre fin à vos jours et rejoindre Mahomet, la cause de tous vos troubles psychédéliques là où il est en train de brûler à petit feu.
De plus en plus, les humains qui ne sont pas fiers de partager leur humanité avec vous se demandent si en étant musulmans vous avez perdu votre humanité.
Il peut aujourd’hui vous arriver tous les malheurs du monde plus personne ne compatit pour vous. Les vôtres massacrent au nom de l’islam et vous êtes les premiers à les applaudir et les disculper.
Votre apathie, votre absence d’émotivité et insensibilité aux malheurs dont vous êtes responsables ne peuvent que vous attirer que défiance, méfiance et rejet.
Vous faites du néant un dogme religieux, vous rêvez d’un monde peuplé de macchabées et de corps sans vie. Ni musique, ni joie, ni création artistique, ni chants, ni danse, ni peinture, ni sculpture.
Est-ce que la vie sur terre vous horrifie à ce point pour adopter un comportement aussi auto-destructeur que mortifère ? Comment pouvez-vous tomber dans le piège d’une idéologie aussi nihiliste qui vous fait tant haïr l’existence ? Vous dites que vous aimez la mort en réalité ce n’est pas elle que vous n’aimez pas c’est la peur de vous-mêmes, de la vie que vous êtes incapables d’assumer et vous croyez qu’en vous réfugiant dans la mort vous allez pouvoir gagner la partie pour briguer une place dans un monde meilleur. Vous vous nourrissez d’illusions car vous êtes incapables de vous oser les bonnes questions et si toutes ces promesses ne sont que du vent ? Mais vous êtes tellement sous l’emprise de l’islam la pire des drogue s dures qui puisse exister que vous avez fini par tuer l’humain qui est en vous.
Il est inutile de parler de votre absence de réaction face à la profanation des corps par l’Etat saoudien qui est un crime aux yeux de la loi des hommes mais pas aux yeux de l’islam. Ces morts seraient anoblis et récompensés par Allah comme s’ils étaient des héros. Drôle de conception du martyr.
Le héros est celui qui défend sa terre, ses valeurs et son humanité et qui vainc l’ennemi et quand il meurt sur le champ de bataille il meurt debout les armes à la main et avec la satisfaction d’avoir payé de sa vie pour une cause à laquelle il croient.
Les morts de la Mecque sont des zigues qui n’auraient pas souhaité une meilleure fin pour eux car ils en rêvaient et ils avaient été entendu par le diable qu’ils voulaient lapider.
On est pas héros quand on meurt piétiné à cause des défaillances sécuritaires des autorités saoudiennes et traité comme des ordures ménagères par ceux-là-mêmes que vous engraissez.
Si vous -mêmes vous étiez des héros, commencez par manifester votre indignation et appeler au boycott du hajj, devenu la roulette russe des musulmans.
Mais jamais vous ne le ferez car vous aimez trop la mort et prêts à tout pour finir vos jours dans cette terre de l’infamie humaine

L’islamophobie est une pathologie psychique qui frappe les seuls musulmans

Ce n’est pas de l’islamophobie que de désacraliser les dérives barbares de l’islam, et de dénoncer sa haute nocivité, ce qui l’est c’est leur sacralisation par les musulmans et leur refus obsessionnel à les corréler à leur objet de culte pour lequel ils tueraient père et mère.

En effet, les musulmans élevés dans la culture du déni, de la déresponsabilisation, du fatalisme, du prédéterminisme,  et de la perversion de la réalité, ce qui est laid est beau, ce qui est beau est laid,  ont une peur phobique  de lever le voile sur la vraie nature hideuse et abominable  de ce qu’ils croient être une religion qui porte en elle le poison mortel pour le monde des vivants.

Nier les crimes de l’islam est symptomatique de l’état de l’état de troubles mentaux des musulmans qui vivent dans la peur et sous les menaces de la colère de leur bourreau-tortionnaire-tyrannique qui a fait de l’intimidation son seul argument de persuasion.  » Certes, ceux qui ne croient pas à Nos versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage! » (Sourate an- Nissa: 56)

Angoissés à l’idée de finir dans les bûchers ardents des feux de l’enfer qu’on leur injecte dans le lait maternel dès la naissance, ils vivent  avec cette épée de Damoclès suspendue  au-dessus  de leur tête au cas où ils commettent le sacrilège de démystifier leur religion. de la mettre à nu et de démasquer son imposture.

Adeptes d’un culte qui fait de l’anéantissement de l’être le chemin de la félicité, ils font de leur passage sur terre la préparation de leur vie après la mort. Toutes leurs actions et  pensées doivent être en conformité avec les prescrits de la foi s’ils ne veulent pas se trouver exclus de leur lupanar paradisiaque et de connaître le sort de ces infidèles auxquels Allah promet les pires châtiments: « Et l’on soufflera dans la Trompe: voilà le jour de la menace. Alors chaque âme viendra accompagnée d’un conducteur et d’un témoin. « Tu restais indifférent à cela. Et bien, Nous ôtons ton voile; ta vue est perçante aujourd’hui. » Et son compagnon dira: « Voilà ce qui est avec moi, tout prêt. » « Vous deux, jetez dans l’enfer tout mécréant endurci et rebelle, acharné à empêcher le bien, transgresseur, douteur, celui qui plaçait à côté d’Allah une autre divinité. Jetez-le donc dans le dur châtiment. » (Sourate Qaf: 20-26)

Les musulmans emberlificotés dans le tourbillon des tourments de la Géhenne  sont inhibés par un sentiment de frayeur obsédante qui les hante jusqu’à dans leur sommeil et tout au long de leur triste vie.  Peu importe leur état de souffrance mentale à cause des pressions intolérables dues à la violence morale de l’islam,  leur misère matérielle, sexuelle, psycho-affective,  ils ont perdu toute conscience de soi pour se projeter dans un univers subliminal où leurs délires  de persécution ne sont apaisés que dans son auto-destruction et la destruction de celui qui est différent de soi, le chat noir, son exutoire sur lequel il doit assouvir ses frustrations que le Coran ordonne de tuer pour s’assurer un gain, ajr, pour le paradis.

N’est pas islamophobe celui qui fait une lecture objective de l’islam, celui qui l’est est celui qui n’a pas l’honnêteté intellectuelle de le faire et de faire du mensonge une vérité dogmatique. C’est une pathologie qui frappe en premier lieu les musulmans eux-mêmes qui ont peur de quitter l’islam pour éviter la double peine. La mort et l’enfer.

C’est la peur de gratter cette couche de vernis qui masque les griffes hideuses de l’hydre musulmane qui est une phobie.

Il n’y a pas de crime à dire la vérité quand elle est étayée et avérée, le crime est de draper dans la vertu une idéologie castratrice et aliénante. Harcelant ses fidèles, les troublant dans leur pensée, les empêchant de réfléchir par eux-mêmes, les censurant en menaçant de mort tous ceux qui osent se livrer à un travail critique qui n’est d’autre qu’un examen de conscience.

De ce qu’on est vraiment et de ce à quoi on croit et des rapports intimes que l’on doit établir avec sa foi.

L’islam est un bunker mental pour ses sujets dépourvus de raison et de volonté comme ils les définit lui-mêmes, leur interdisant toute remise en question de ses dogmes. S’il se veut une vérité, il doit comprendre qu’il y a d’autre vérité que la sienne et qu’au lieu de la combattre par la violence, il doit accepter le débat. Tout refus du débat est symptomatique de la fragilité de sa vérité, d’où son recours systématique à la violence comme argument afin d’étouffer tout débat contradictoire Il a fait de la peur source de phobie pour les siens sa seule loi.