Archives du mot-clé intégration

L’islam n’est pas une chance pour la France, il est son tourment et son cauchemar

Afficher l'image d'origine

Comment l’islam qui fait le malheur des siens depuis 1436 ans peut-il être une chance pour la France alors jusqu’à preuve du contraire il est la cause de tous les tourments des siens et de l’humanité ?Plus que les mots seule la vérité des faits qui prime. Or, rien n’atteste tout en long de l’histoire de cette religion qui passe pour être la plus grosse imposture de tous les temps en faveur de la contribution positive de l’islam tant en faveur des siens totalement figés dans leur immobilisme légendaire et qui roulent à contre-courant du train de l’histoire qu’à l’humanité non-musulmane.
Une chance disent-ils non plutôt le malheur des hommes.
Le 9-3 le visage de l’islam en ou de France ne laisse rien augurer de bon. L’islam qui est par définition le culte de la mort de la vie, il ne peut être que la tombe de l’humanité.
Une religion aussi totalitaire et liberticide qui fait de l’état d’assujettissement et d’esclavage des hommes son premier pilier est en toute évidence antinomique avec les valeurs de la république et de la démocratie.
L’islam n’est une chance pour personne, il est un poison mortel pour les peuples et les cultures. Pire que le Napalm, là où il s’installe tout est morne plaine, inculture, misère économique et sociale, rendant impossible le développement humain et à l’épanouissement personnel.
Les prohibitions religieuses qui caractérisent cette religion ne sauraient donner raison aux laudateurs-propagandistes de l’islam une chance pour la France. Une religion qui se mêle de tout et qui interfère dans la vie des hommes n’est pas et ne sera jamais un catalyseur du bien-être matériel et d’enrichissement intellectuel.

Afficher l'image d'origine

Comment une croyance qui multiple les obstacles en tous genres dans tous les domaines de la vie peut-elle faire souffler le vent de changement sur la France ? Ce n’est certainement pas avec tous les freins religieux qui le caractérisent qu’il va redonner des couleurs à ce pays qui marque le pas devant sa progression inquiétante. L’islam est de nature hostile au changement et aux réformes, il n’y a qu’Allah qui est en droit de modifier le cours de l’existence de ses créatures. Le paradoxe avec l’islam autant il est iconoclaste autant il veut statufier ses hommes.
Avec l’islam, la France découvrira enfin le vrai sens de la paralysie. Elle aura ainsi tout le loisir de se familiariser avec l’interdiction de l’intérêt, la prohibition du planning familial, le bannissement des femmes, les mariages pré-pubères, les inégalités sociales, le travail des enfants,le racisme, l’antisémitisme, le djihad le prix du sang, les crimes d’honneur, la loi de Talion, tout ce qui donne du sens à la loi barbare de la Charia.
Ce sera la fin du syndicalisme français, le pluralisme politique, la démocratie électorale, la liberté d’association et les revendications sociales.
Ces zélateurs aveugles de l’islam aimeraient probablement que les mosquées remplacent les usines et les écoles de la république. Brûler toutes les bibliothèques de France pour qu’il n’y ait plus de tentation de lecture autre que le Coran. Fermer les théâtres et les galeries d’art pour les transformer en hauts lieux d’endoctrinement des jeunes. Et pourquoi pas ne pas imaginer que la Cathédrale de Saint-Denis ne devienne un jour un centre d’études islamiques ?
L’islam est un frein majeur au progrès humain. Avec lui c’est la décadence et le déclin assurés. « En comparaison avec les protestants, les catholiques, les hindous et les juifs, les musulmans sont en général moins disposés à partager les credo du libéralisme tels que «la concurrence est bonne», «la propriété privée des entreprises doit être renforcée» ou encore «l’inégalité des -revenus est nécessaire pour inciter à l’effort individuel». On peut dès lors se poser la question : dans quelle mesure l’islam est-il compatible avec une économie prospère du XXI siècle ? »http://www.capital.fr/enquetes/economie/l-islam-est-il-un-frein-au-developpement-economique-610950
Il est clair qu’une religion qui développe chez ses fidèles des mécanismes psychologiques de fatalisme, d’absence d’esprit critique et d’initiative et de résignation ne peut qu’être que la ruine des hommes.
Que peut-on attendre comme plus-values d’une religion qui exalte la mort, incite à la haine, glorifie le suicide et récompense le terrorisme n’a pas sa place dans ce monde ? Autant vivre sous une dictature stalinienne que de vivre sous celle de l’islam. Pour dire combien l’islam est le mal absolu.
Les agents de la propagande islamique auxquels je ne leur fais pas l’honneur de citer leurs noms synonymes de félonie, de haine de la France et de corruption seraient mieux avisés de dire que c’est la France qui est une véritable chance pour les musulmans et qu’ils l’ont lamentablement gâchée en tuant la poule aux yeux d’or.
Si eux-mêmes ne se sentent pas mieux dans ce pays qu’ils vomissent tant, ils feraient mieux d’aller répandre leur poison là où la vie est un enfer pour les humains. Si plutôt que de faire la promotion de l’islam en France ils vont faire celle de l’athéisme en Arabie Saoudite par exemple j’imagine la fête que les saoudiens leur feront à la joie des français de tous les patriotes français qui en auront fini une fois pour toutes avec ces collabos infâmes.

La France sait-elle qu’elle a creusé sa propre tombe ?

Ce garçon de 12 ans, un petit monstre  aux yeux de l’opinion publique en France, qui a abattu de sang froid un malheureux arabe israélien, n’est en réalité que le produit de son terreau familial et de cette culture du rejet de la France, de la haine du juif et de l’autre.

Ses pedigrees familiaux font froid au dos. Il est le beau-fils de Sabri, visible sur la vidéo, demi-frère de Mohamed Merah le tueur de Toulouse-Montauban dont il était le mentor idéologique.

De là à dire que chez les Merah et leurs alliés le terrorisme est le dénominateur commun serait faire un raccourci trop rapide, et occulte l’existence des facteurs politiques, culturels, sociaux, familiaux et historiques sous-tendant à la radicalisation de certains jeunes issus de l’immigration.

Est-ce à dire que c’est le cas de toutes les familles maghrébines, dont les membres ont choisi la voie de la terreur religieuse, en guise de vocation pour exprimer leur abomination de l’humanité et des valeurs humanistes dans lesquelles ils ont été élevées, dans les écoles de la république ?

Ce jeune fauve est un enfant français. Mais quand des jeunes issus de l’immigration réussissent grâce à l’école de la République, ils sont subitement revendiqués par les pays d’origine de leurs parents ou grands parents, sans qu’ils leur aient pourtant rien coûté, comme on l’a vu dernièrement avec l’affaire du footballeur lyonnais Nabil Fékir que convoitait l’Algérie, alors qu’il est à 100% le produit de l’école française de football, ou encore Zidane en son temps, devenu algérien alors que l’Algérie n’a strictement aucun mérite dans sa carrière.

Il n’y a pas qu’un problème d’endoctrinement religieux, il y a aussi la responsabilité des pays d’origine dans l’échec de l’intégration des jeunes maghrébins dans l’espace Républicain.

Quand on aime les siens on ne les pousse pas à l’immigration, on ne les instrumentalise pas pour régler des contentieux historiques avec leur pays d’accueil.

Plutôt que de se servir de la France comme bouc-émissaire des maux qu’ils ont eux-mêmes infligé à leurs peuples aux lendemains de la décolonisation, c’est leur propre procès qu’ils devraient faire, et non accuser les pays auxquels on a livrés les siens comme un vulgaire bétail, même si le mouvement migratoire fut amorcé sous l’administration coloniale française.

Qu’ont-ils fait pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle des parents poussés à l’exil pour leur survie ?

Est-ce que les gouvernements maghrébins minés par la corruption, pour qui l’immigration était une aubaine comme pour les industries occidentales grosses consommatrices de main d’oeuvre de préférence peu coûteuse, avaient mené et mènent chez eux depuis l’indépendance une politique sociale, humaine et juste, équitable et égalitaire ?

 

On a fait que substituer au régime colonial un régime despotique de la pire espèce.

S’ils avaient eu le souci du bien public, de l’intérêt commun et fait un bon usage de l’argent du peuple peut-être que certains jeunes issus de l’immigration ne serviraient pas aujourd’hui de chair à canon pour la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar dans leur projet scélérat de restauration du Califat, dont la réussite passe par les chemins de Damas.

Aucun gouvernement maghrébin n’a jamais exhorté ces jeunes et leurs parents au respect des pays d’accueil et leur a fait comprendre que leurs vrais pays sont là où sont garantis leurs droits fondamentaux. Ils ont préféré souffler sur l’exacerbation d’un nationalisme opportuniste pour masquer leur faillite.

Au lieu de les aider à s’enraciner dans leur milieu d’adoption, les pays maghrébins ont tout mis en oeuvre pour les déraciner, les projeter dans le mythe du pays idéal qui peuple leurs rêves, mais qui est un cauchemar pour les citoyens qui y vivent, dont la majorité aspire paradoxalement à les quitter. Il n’est pas rare d’entendre des jeunes issus de l’immigration clamer qu’il fait meilleur là-bas qu’ici, et ne vouloir y vivre pour rien au monde.

Tant que rien n’est fait pour apprendre à ces jeunes que leur vrai pays est celui où ils sont nés, dans lequel ils vivent, qui dépense des fortunes pour leur bien-être, et qui a donné à leurs parents leur dignité humaine, il est utopique de lutter contre le mal terroriste.

Les parents ont le droit d’avoir leur pays d’origine dans leur coeur, même si cela relève de la schizophrénie et d’une forme de complexe de la victime pour son tortionnaire, mais ce n’est pas une raison pour insuffler dans celui des leurs enfants le désamour des pays d’accueil.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info

Les musulmans de France ne veulent pas de la laïcité, c’est à la France de l’abolir et d’adopter les lois de l’islam

La Charte de la laïcité dans les écoles présentée hier par Vincent Peillon à la Ferté-sous-Jouarre qui a emporté l’adhésion de la majorité des responsables politiques français a provoqué comme par hasard un tollé général chez les représentants des musulmans de France.  Ce qui donne  toute sa saveur à l’adage populaire : qui se sent morveux se mouche.

Cette Charte dont le but suprême est de redonner ses lettres de noblesse à la laïcité mise à mal dans les écoles depuis trois décennies se doit de figurer aujourd’hui sur tous les frontons des écoles de la république  afin de ne pas laisser l’école devenir un creuset de l’intégrisme quel qu’il soit.
Qu’il n’en déplaise aux musulmans qui souffrent du délire de persécution dès que l’on ne va pas dans leur sens et qu’ils n’ont pas d’arguments objectifs à faire valoir que de crier au feu qu’ils ont souvent alimenté eux-mêmes. Leur émoi est bien symptomatique de leur refus d’adhérer à un pacte républicain.
Pourquoi  sont-ils les seuls ou presque les à se considérer comme visés par la Charte sur la laïcité ? Comme s’ils avaient l’apanage de l’intégrisme et des signes ostentatoires.
Même quand ils ne sont pas visés, ils jouent à la victime mais au  moins ils confessent que leurs vraies intentions sont de balayer les valeurs de la république et toute tentative de les renforcer  et les protéger contre l’intrusion du religieux dans le domaine public est vue par eux comme un acte hostile,  un frein, une manœuvre susceptible de nuire à leurs sombres desseins. Ils se taisent quand il s’agit de condamner les crimes avérés commis par ceux qui professent la même religion qu’eux, mais ils s’effarouchent quand leurs pays d’accueil se dotent de lois voire émettre des simples voeux pour préserver ses fondements démocratiques.
Ce qu’ils aimeraient c’est une ligne Maginot qui leur laisse une énorme brèche où ils pourraient s’y engouffrer à leur aise. Cette Charte à la philosophie républicaine incontestable et incontestée qui doit réjouir toutes les composantes de la république, n’est qu’une simple déclaration de principe ne présentant aucun caractère contraignant ni discriminatoire qui repose sur un simple volontariat.
Mais la levée de bouclier qu’elle a suscitée au sein de cette communauté à l’indignation à géométrie très variable, en dit long  sur leur attitude antirépublicaine et leur absence  manifeste de volonté de s’intégrer  dans la communauté nationale de destin qu’ils voudraient remplacer un jour par la leur.
Cette Charte ne peut pas être par conséquent  de leur goût, car elle ne crée pas les conditions de l’appropriation de l’enseignement républicain par l’islam, de l’assujettissement de la république aux los musulmanes ni ne favorise  leur projet de conquête de la France.
En tout état de cause dans leur pure logique totalitaire, elle ne peut être qu’incompatible avec l’islam et une insulte à leur toute-puissance et arrogance.