Archives du mot-clé liberté d’expression

Non à la marche contre l’islamophobie, une marche de la haine de la France

La marche du 10 novembre 2019, journée nationale de la honte, cautionnée par la gauche collabo et initiée par les vrais les propagateurs des semis de la haine en France n’est pas qu’une une marche liberticide contre la laïcité et la liberté d’expression sous couvert de la lutte contre l’islamophobie, elle est aussi une marche contre la France, son histoire, son mode de vie, sa culture, son identité, ses valeurs républicaines et les fondements de sa civilisation.

Les 80 % de Français islamo-réfractaires ne sont pas atteints de cette pathologie mentale et psychique appelée islamophobie et ne souffrent pas par conséquent d’aucune affection de cette nature. Ils sont lucides et vigilants.

Avoir la phobie de l’islam, un néologisme inapproprié de surcroît car il n’y a rien d’irrationnel dans leur attitude vis-à-vis de l’islam, ne relève pas toutefois de la loi et ne doit susciter aucune indignation de quiconque ni ébranler les musulmans dans leurs convictions.

Les organisateurs qui devraient être expulsés illico du territoire national pour leurs affinités politiques et idéologiques avec la Confrérie nazislamiste et terroriste des Frères musulmans et leurs idiots utiles feraient mieux de l’annuler par respect de la mémoire des 263 victimes des attentats terroristes en France et les 150 000 dans le monde.

Il est scandaleux que les pires ennemis du genre humain et des libertés auxquels les féministes et les LGBT leur servent de serpillières puissent battre le pavé en toute impunité contre la liberté de critique des religions surtout quand l’une d’entre elles dont la nature religieuse est des plus douteuses et ne fait rien pour améliorer son image et donner des gages quant à sa réelle volonté de se fondre dans la République.

Par cette marche? ils inversent les rôles en se donnant le rôle de victimes et les Français meurtris par les attentats et les atteintes quotidiennes aux symboles de la République et la laïcité sont coupables.

Il faut être pervers et de mauvaise foi que de chercher à les mettre sur le banc des accusés. Ce n’est ni un délit ni un crime que de ne pas accepter l’islam radical et douter de l’innocence de l’islam lui-même. Personne n’est en droit de leur faire grief pour avoir une opinion négative de l’islam et exprimer des sentiments de peur, de colère et d’appréhension fondés sur des faits avérés.

Il faut éliminer les causes qui nourrissent ces peurs si l’on veut que les Français ne soient plus dans la méfiance et la défiance à l’égard de l’islam. C’est à lui de changer et de se réformer s’il veut avoir sa place en France. Mais comme l’islam se veut immuable et irréformable à cause de sa soi-disant essence divine, il ne peut avoir droit de cité sur cette terre qui n’est pas la sienne et qui ne le sera jamais.

La Licra ose tout, elle se veut plus musulmane que les fous d’Allah eux-mêmes

Evidemment que j’en suis outré, abasourdi,consterné, écoeuré. Evidemment que j’en ai marre plus que marre. J’en suis malade complémentent malade. Ebranlé, K.O. debout comme je l’ai jamais été dans ma vie. C’est le naufrage dans les eaux nauséabondes de la collaboration. C’est le renoncement à nos libertés au profit de notre aliénation aux dogmes les plus monstrueux jamais donnés à l’homme.
Cette condamnation scélérate et criminelle digne des tribunaux chariatiques, est un acte absolutoire des crimes contre l’humanité au nom de l’islam. Elle marque la fin de notre civilisation.
En quoi l’article incriminé est une boule puante et diatribe violente contre les musulmans qualifié par les juges comme étant du même acabit que les versets sataniques ? Ce qui soit dit en passant est un infime honneur pour moi. En quoi ai-je déformé et travestit les prescrits coraniques porteurs de tous les germes destructeurs de l’humanité ? L’islam est,dès sa naissance, un crime sacralisé contre l’humanité. Il a fait du racisme et de l’antisémitisme ses premiers piliers.
Si les musulmans se sentaient réellement offensés et calomniés, ils aurait agi en leurs noms en justice et n’ont pas besoin de la LICRA pour se faire leur avocat et prendre faits et cause pour eux, alors qu’ils ne sont ni une race, ni une nationalité, ni un groupe ethnique.
Pourquoi justement aucune organisation de défense des musulmans ne s’est portée partie civile dans cette affaire qui n’a en toute évidence aucun lien avec le champ d’action de cette officine innommable ?
Mais la LICRA qui ne connaît rien à l’islam et à ses fidèles se veut plus musulmane que les plus fanatiques d’entre eux. Que connaît-elle au Coran pour s’ériger en chaperon des musulmans ? As-t-elle lu la sourate de la Vache pour se faire une idée de l’amour vache de l’islam pour les non-musulmans ?
Et si elle avait lu ne serait-ce verset 54 de la Sourate des Nissa, aurait-elle eu la force intellectuelle et le désir moral de défendre une cause qui n’est pas la sienne et de faire entendre une voix qui n’est pas la leur. : « … Ceux qui ne croient pas à nos verset, nous les brûleront bientôt dans le feu [ ce qu’a fait Hitler avec les Juifs]. Chaque fois .que leurs peaux auront été consumés , nous leur donneront des d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. »
Non seulement la LICRA se trompe de combat mais surtout qu’elle commet un sacrilège en prenant les musulmans pour des blanches colombes. Un musulman n’a rien en commun avec elle. Il ne se reconnaît pas dans son combat qui est antinomique au sien. Sa voie à elle est celle de l’égaré, l’insolent, le mécru, le kakir qu’il est permis de tuer en toute impunité coranique. Les musulmans, les vrais sont ceux qui sortent pour lutter dans le sentier d’Allah( 94, S.4). Ce sont des combattants en guerre permanente contre l’humanité non-musulmane  » Les croyants combattent dans le sentier d’Allah, et ceux qui combattent dans le sentier du Taghut [Les incrédules]? EH bien, combattez les alliés du diable, car la ruse du diable est, certes, faible.(76, 4).
Si elle s’imagine qu’il y a des musulmans solubles dans la démocratie, les pseudo modérés, et ceux qui oeuvrent à la destruction de l’humanité, elle peut toujours méditer se renseigner auprès de ces derniers parce que ce sont eux et eux seuls qui sont dans le respect absolu de leurs préceptes. Un musulman ne se doit pas se contenter de dire, je le suis, et un musulman est celui qui fait vivre le Coran et traduit dans les faits et actes ses prescrits. Il doit payer de sa personne et donc de sa vie pour que s’étende le royaume d’Allah sur terre. Un jour viendra où tout l’univers sera soumis aux lois d’Allah, ils y croient tous et en sont convaincus et tout musulman digne de ce nom n’a pas à se poser des questions et modérer son action. .
Il est recommandé vivement à la LICRA d’ouvrir des antennes dans les pays musulmans pour qu’elle se rende compte de visu de l’accueil qui lui sera réservée. Aucun de ces pays n’applique les conventions internationales contre le racisme et l’antisémitisme. De même que si jamais, cela lui viendra à l’idée de créer des partis politiques dans ces pays aux lois et moeurs façonnées par l’islam, elle apprendra à ses dépens qu’un musulman ne vote jamais pour un non-musulman. C’est un péché mortel.
Quand on lutte contre le racisme dont seraient victimes ceux qu’elle croit défendre sans y être habilitée par les intéressés eux-mêmes, on doit connaître leur substrat religieux et les interdits qui conditionnent vie sociale, politique, personnelle, cultuelle tout au long de leur vie.
Il n’y a pas de musulmans de France, de Somalie, du Pakistan, d’Arabie, de la Qaïda, de Boko Haram, de Daech, ils sont tous membres de l’Oumma islamique, dont la loi fondamentale est le Coran et vénèrent autant Mahomet qu’Allah. En défendant les musulmans, elle a ouvert la voie à l’Oumma en tant qu’entité juridique, en attendant qu’un jour elle puisse être reconnu officiellement comme la nation de tous les musulmans.
De par son action, elle a consolidé la place du musulman dans sa sphère oummienne aux dépens de sa citoyenneté.
.

L’islam peut être tranquille, Facebook « décapite » ses critiques au nom du délit de blasphème

Afficher l'image d'origine

Il ne faut plus dire que le délit de blasphème a vécu. Il est plus que jamais en vigueur grâce au Tribunal d’inquisition islamo-facebookiene. Plus jour qui passe sans que les bourreaux de la pensée ne s’illustrent en décapitant à tout va les articles qui ébranlent les musulmans dans leur mauvaise à mettent à nu la perversité morale et l’imposture de l’islam, la pire idéologie politique et totalitaire ait jamais existé.

De tous les modes de pensée qu’ils soient matérialistes ou spiritualiste, l’islam est le seul à bénéficier d’une véritable omerta sur ses desseins impériaux, sa nature belliciste et hautement raciste et antisémite et sur son lourd passé génocidaire. Encensé, adulé, flatté, glorifié, comme s’il était une chance pour l’humanité alors qu’il est l’incarnation du Grand Mal. Mais tout se passe comme s’il était un modèle de paix et de fraternité entre les hommes de toutes les origines et de toutes les croyances, drapé dans sa vertu et malheur à c eux qui osent violer le tableau idyllique défendu le glaive à la main par ses encenseurs et à leur tête Facebook le plus grand lèche-babouches que la terre n’ait jamais produite.

Avec ce grand champion de la décapitation de la critique de l’islam et de ses textes fondateurs nauséabonds et qui dépassent en monstruosités le nazisme lui-même, il est de plus en plus fréquent que ce réseau social devenu gardien du Temple de la pensée islamique ne mette un point de déshonneur liberticide à supprimer les articles démystifiant l’islam et clouer au pilori leurs auteurs faisant régner ainsi un climat de chasse à la sorcière.

Afficher l'image d'origine

Au nom de ses soi-disant standards communautaires, une formule abscons et abracadabrantes qui laisse sous-entendre que les membres de sa communauté, l’oumma, sont régis par des règles spécifiques qui sont au-dessus de l’article 19 l’inviolabilité de la liberté de pensée telle qu’elle est définie par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 dans et articles 10 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 qui ont aboli la notion de blasphème comme tel, offrant ainsi la liberté de religion. Il ne peut y avoir de sanction que lorsqu’il y a abus ou trouble à l’ordre public : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » (article X) ; « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la loi » (article XI).

La défense de l’islam n’a de prix que le mépris des lois des pays des membres de sa pseudo-communauté. Son glaive vient de nouveau de s’abattre sur moi en décrétant sans aucune forme de procès et le plus arbitrairement du monde mon interdiction de publication sur mon compte Facebook pour 30 jours et la suppression abusive de l’article ci-après dont le seul tort est de dénoncer le suprémacisme musulman et de rétablir la vérité sur la fable de l’islam des lumières.

Afficher l'image d'origine

J’invite mes amis lecteurs en quoi l’article ci-après est injurieux et irrévérencieux à l’égard des musulmans  dont la religion ne doit pas être exempte de critique comme toutes les autres obsédés par la peur de la vérité sur leur sinistre idéologie qui est pire encore que le nazisme lui-même: « Nous avons supprimé cette publication car elle n’est pas conforme aux Standards de la communauté Facebook » :
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe https://t.co/YCtF8yUX0L via @sabenam93
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe
Si la vantardise avait une religion ce serait incontestablement l’islam. Le dernier des derniers des musulmans se veut supérieur au meilleur des meilleurs des non-musulmans ….

Au secours la charia socialiste veut interdire la diffusion des articles de Salem Ben Ammar !

Je suis l’homme par qui le scandale arrive dont les écrits hérissent les épines de la rose socialiste. Après l’épisode du maillot de bain qu’on veut noyer dans le fumier des affaires étouffées, suivi par celui de la femme CRS discriminée par le roitelet saoudien avec la bénédiction toute républicaine de la Hollandie, allons-nous dans la même semaine assister à une nouvelle affaire où mon nom se trouve en première ligne suite parce qu’un élu républicain a commis l’irréparable en re-tweetant un de mes articles ?

Je tiens toutefois à adresser aux socialistes mes salamalecs les plus islamiquement incompatibles et indignés. En effet, ils sont en train de concocter un remède à base de pisse de chameau pour soigner leur urticaire pour mon article: « l’islam est bien pire que le nazisme, il est le point culminant de la barbarie humaine »

https://salembenammar.wordpress.com/2015/07/18/lislam-nest-pas-le-nazisme-en-pire-il-est-le-point-culminant-de-la-barbarie-humaine/

Les socialistes de Meyzieu, probablement sur les ordres de la rue Solférino réclament dans la pure tradition inquisitoriale des pays de l’islamie pour apaiser la colère de l’hydre musulmane, la tête Mr Stéphane Bourdet Président de PLIE Uni Est de Vénissieux, dont je salue le courage et le cran républicain. Cet homme a commis à leurs yeux le pire crime qui puisse exister : partager avec ses abonnés sur son compte Tweeter l’article précité.

http://venissieuxinfos.fr/le-ps-de-meyzieu-reclame-la-demission-du-president-de-plie-uni-est/

Il aurait partagé une vidéo apologiste du Coran, un brûlot raciste et haineux, il aurait certainement mérité de leur admiration, reconnaissance voire l’Ordre Républicain que lui aurait remis François Hollande en personne, pour avoir apporté sa contribution à la valorisation de l’islam, cette chance pour la France, mais l’élu républicain a préféré encourir le risque du glaive islamique plutôt que la médaille du déshonneur du Waterloo programmé.

Qu’est-ce qu’ils ne font pour séduire leur électorat musulman en trahissant les valeurs de la république ? Quand on aime l’islam et les musulmans, la liberté d’expression n’a pas de prix sauf celui de sa décapitation.

Cet article qui met les socialistes locaux en émoi n’engage que ma responsabilité personnelle, ne présente jusqu’à nouvel ordre aucun caractère offensant pour quiconque, ni haineux ni raciste, ni l’islam ni ses sectateurs ne possèdent les attributs biologiques d’une race humaine alors que le concept de race lui-même n’existe pas et banni de surcroît supprimé de la législation française le 17 mai 2013.

Ceux qui aujourd’hui jouent aux pères-fouettards et aux censeurs au nom d’Allah devraient plutôt s’inquiéter de la montée du péril musulman et des réelles menaces qu’il fait peser sur la démocratie et la pérennité de la république. Il ne suffit pas de voir dans les musulmans des simples électeurs qu’il faut caresser dans le sens du poil. Ils feignent d’oublier que le vrai musulman est celui qui suit la voie de l’islam et ne reconnaît que la charia.

J’assume pleinement jusqu’à la moindre virgule ce parallèle entre l’islam et le nazisme comme la confusion entre l’islam et l’islamisme qui se nourrissent l’un de l’autre et sont les deux faces d’un même miroir. L’islam lui-même ne fait pas de différence entre le profane et le sacré entre le temporel et l’intemporel. Il est religion, Etat et monde. L’islamisme n’est pas l’islam politique, il est la politique de l’islam pour mettre la main sur l’humanité et l’intégration de tous les pays du monde dont la France dans un même espace mis sous la coupe d’Allah: l’Oumma une sorte de Reich islamique.
Sommes-nous entrain d’assister à un nouvel épisode à la sauce de la France socialiste qui déroule le tapis rouge aux pieds des esclaves d’Allah, ibad Allah, enchaînés aux dogmes comme des forçats entravés, de la « Peur Rouge », livrer une chasse aux sorcières( witch hunt) débusquer tous ceux qui relaient les articles de Salem Ben Ammar.
Le maccharthysme affublé masque de l’inquisition charaïque risque fort de devenir le seul acquis des socialistes.

Charlie Hebdo ou l’impossible éligibilité de l’islam en France

Article daté du 29 septembre 2012

Quand bien même la caricature de Mahomet heurterait les musulmans dans leur foi et serait attentatoire à   leur sacré abscons  , mais en terre républicaine  il y a d’autre moyens plus appropriés pour’ y répondre que par le poison de la haine qui dégouline de la bouche de ceux qui sont les premiers qui profitent des bienfaits de la République.

Caricaturer ou portraiturer le prophète sous des traits grotesques et humoristiques n’est ni un délit, ni un crime, elle est l’expression de la liberté dans les limites de l’ordre républicain, mais sur-réagir avec une telle violence et vouloir appliquer la loi de Talion est une violation criminelle des lois républicaines.

L’ultra-violence dont les musulmans radicaux font preuve est autrement plus inquiétante quant à l’avenir sombre qui se profile dans l’horizon des démocraties occidentales. On peut très bien imaginer demain un maire de confession musulmane ou même pas, dans une commune où vit une forte minorité musulmane prendre un arrêté municipal pour interdire la vente sur le territoire de sa commune d’un livre qualifié d’anti-islam au motif qu’il est susceptible de provoquer des troubles d’ordre public parce qu’il est attentatoire à l’honneur de ses administrés musulmans qui sont surtout son fonds de commerce électoral.

Ce qui met à nu les limites le projet du droit de vote dans les élections locales accordé aux étrangers non-communautaires. Evidemment qu’un tel arrêté relève de l’utopie mais rien n’est à exclure pour autant. Si Charlie Hebdo avait commis un délit qui ne pourrait être qu’un délit de blasphème qui n’est pas répréhensible pénalement, il appartient à la justice de qualifier pénalement cette éventuelle offense à l’ honneur du Prophète.

Nul n’est au-dessus des lois, comme nul n’est censé ignorer la loi pour quelque motif que ce soit, surtout quand on veut se prévaloir du sacré pour interdire la liberté d’expression. Quand on vit dans un Etat de droit et que l’on ne manque une occasion pour revendiquer sa liberté de religion, il faut savoir que la contrepartie est le respect total et absolu de l’ordre républicain.

De la même façon que la liberté de religion est inscrite comme la liberté en lettres d’or dans la Charte Universelles des Droits de l’Homme et du Citoyen considérée pourtant comme incompatibles aux préceptes coraniques, les musulmans doivent savoir que la liberté d’expression l’est aussi, et sinon plus du fait de son universalisme et rationalisme.

Elle n’est pas un purgatoire de la vie et oppressante comme la religion ni ne cherche à les aliéner, elle est libératrice et constitue un facteur fondamental d’enrichissement humain et de rapprochement entre les hommes.

La liberté de religion divise les hommes, la liberté d’expression transcende les clivages et les barrières linguistiques, culturelles et ethniques, elle est un langage véritablement universel. La religion est pour la liberté, ce que la mort est pour la vie. Contrairement aux assertions des croyants, il n’y a pas plus sacré que la liberté dans toute ses formes et ses reliefs.

Qu’est ce qu’il y a de plus cher à l’homme et lui rendre la dignité de sa liberté si ce n’est que briser les chaînes de sa prison mentale dans laquelle l’enferme la religion ? Ce n’est pas par hasard que les pays de la théocratie musulmane répriment la liberté d’expression de peur qu’elle ne sert de révélateur à la nature liberticide de la religion.

On réprime la liberté pour mieux dominer l’esprit des gens et maintenir sur eux cette chape de plomb qui obstruent leur voie sur le chemin de la dignité. Un système de croyance ne peut fonctionner et prospérer que sur le sentiment de comptabilité et de rédemption, aussi pour se maintenir et se développer, il ne peut se résoudre à l’existence d’un système réfléchi et raisonné démystifiant son imposture.

C’est pourquoi, la religion censure et prohibe la liberté, jugée comme un sacrilège, car elle donne aux croyants les outils qui leur permettent d’ôter son carcan.

Hommage à Charlie Hebdo: l’islam est comme un innocent aux mains trempées dans le sang humain !


par Dr Salem Ben Ammar, jeudi 3 novembre 2011, 15:25
En soutien à Charlie Hebdo. Le concept de culpabilité chez les fondamentalistes musulmans. Encore une fois, ce n’est jamais la faute des auteurs des actes terroristes d’être responsables et  encore moins coupables. C’est toujours la faute à l’autre et donc c’ est à lui qu’on impute le crime  à car il l’a cherché en obligeant les vengeurs d’Allah à armer saur gré afin qu’ils s’infligent lui-même le châtiment suprême. Ils ont été poussés à bout par ces insolents qui ont moqué l’image de ce prophète d’outre-tombe et du cauchemar de l’humanité.

Chez eux, il est défendu de rire et d’avoir des traits d humour, il est juste permis de se taire et surtout d’écouter paroles imbibées du poison de la haine  dont les télé prédicateurs des chaînes de la propagande wahhabite telle la Jazira  les abreuvent et crétinisent à longueur de journée.

Il faut leur parler des grandes et fantastiques chevauchées des cavaliers arabes du désert d’Arabie et des épopées des conquêtes arabes  quand bien même elles ont semé la mort et la désolation sur leurs chemins.

Peu importe le calice pourvu qu on ait l’ivresse de l’islam du sang et de la mort. Il n y a que ça qui peut les faire jouir et émerveiller. Plus on flatte leur ego identitaire et fruste, plus ils se laissent transporter dans un univers fantasmagorique et illusoire que les gourous embellissent et mythifient. Ils sont comme des enfants immatures mais avec la joie de vivre en moins.

Même quand leurs petits frères sèment le trouble et la terreur ce n’ est pas leur faute. Ils sont surtout victimes des agissements fautifs de leurs victimes qui sont en réalité aux yeux des fanatiques islamiques les vraies coupables. Ne cherchez pas le coupable, c’est Charlie Hebdo qui l’est! Il n’avait qu à ne pas user de son humour satirique sinon les fondamentalistes musulmans n’auraient pas été contraints et forcés de laver le supposé affront infligé à leur religion en jetant des projectiles incendiaires sur ses locaux.

Pour eux, ce n est pas le procès des auteurs de l’attentat qu il’ conviendrait de faire c’est celui d un journal en l occurrence Charlie Hebdo. C’est comme pour les attentats du 11 septembre 2001. Or, cet hebdomadaire est en droit qu ils le veuillent ou non d’exercer sa liberté d’expression   qui est un droit inaliénable y compris dans la forme la plus caricaturale et guignolesque. La parodie fait partie intégrante de la liberté de la presse.

En définitive ,dans la terminologie fondamentaliste islamique de la culpabilité, on ne condamne jamais un frère qui venge la religion, comme si elle a besoin d’être vengée, qui malgré lui s est trouvé à commettre des actes réactionnels. Si crimes il y a , il faut chercher toujours du côté de la victime. La politique de l’éternel bouc-émissaire et de la criminalisation de la victime est l’essence même du droit musulman qui ,e repose pas sur le principe de la Loi de Talion. L’islam ordonne de tuer tous les insolents et les outrecuidants sans management ni humanité.

Peu importe les actes criminels mettant en péril la sécurité des biens et des personnes selon les obscurantistes qui considèrent que le vrai coupable n’est jamais celui qu on croit mais c est l’autre c est-à-dire la victime elle-même qui aurait eu la juste punition qu elle mérite. Le coupable est la victime et la victime devient coupable d elle-même. On baigne dans l’irrationnel, l’iniquité, la barbarie, la terreur et le déni de la réalité.

Dictionnaire de l’islamophobie ou Fatwa musulmane contre les islamo-incompatibles ?

Ca y est je suis entré dans la postérité mais attention au prix à payer ! J’ai appris hier soir par un ami dans la vie que mon nom figure en bonne place  comme étant un des quatre pires islamophobes de la République dans un torchon de l’inquisition musulmane qui est en train de s’enraciner en République grâce à ses lois aveugles que les musulmans ont l’art de les détourner en leur faveur, appelé pompeusement dictionnaire de l’islamophobie où 4,5 pages  me sont   entièrement consacrées mais dont je n’ai pas  encore pris connaissance du contenu.
L’auteur de ce dico inquisitorial  dont je ne lui ferai pas l’honneur de citer son nom infâme ni celui de son éditeur  n’a fait en fait  que recenser tous les auteurs qui doivent  faire l’objet  d’une Fatwa.
Il est inutile d’imaginer l’audience d’un telle liste dans tous les milieux musulmans de France et dans bien d’autres pays  qui ont enfin leur liste noire des « ennemis » de l’islam dont le meurtre est un devoir sacré qui s’impose à chaque musulman. Venger l’honneur de l’islam pour mériter le paradis et les 72 femmes de joie que leur Grand Tenancier leur réserve.
Ils appellent leur religion paix, tolérance, respect de la vie humaine, liberté et amour, mais malheur à ceux qui n’y adhèrent pas  et qui refusent de croire en leur mensonge.
Pourquoi pas une liste noire aussi  des hydrophobes et des agoraphobes pendant qu’ils y sont.
  • Salem Benammar