Archives du mot-clé Libye

Sarkozy, cet ami « désintéressé » des roitelets du Golfe

 

Résultat de recherche d'images pour "photo de sarkozy avec l emir du qatar"

L’amitié désintéressée(?) de Sarkozy avec les roitelets du Golfe pour qui l’honneur d’un homme est au prix des chiffres alignés sur un chèque, a coûté 2 guerres à la France, dont les conséquences directes sont l’augmentation inquiétante des risques terroristes comme on a pu le voir avec les tueries de masse du 13 novembre 2015 où le commando a pu infiltrer les flux des réfugiés syriens pour se rendre en Europe en trompant la vigilance des services de renseignements.

Les conflits syriens et libyens déclenchés au nom des sordides desseins géopolitiques et géo-énergétiques voire l’inimitié maladive des roitelets enturbannés et Sarkozy envers le fou de Tripoli ont véritablement ouvert un grand boulevard devant les mouvements terroristes en Occident.

Un jeu de roulette russe dont les populations occidentales en ont font les frais même si elles ne sont pas les seules. Mais il semble que Sarkozy n’a pas évalué les retombées sécuritaires et humnitaires de sa politique canonnière.

Jamais l’Occident n’a été autant pris d’assaut par les flots migratoires que depuis 2011. Par terre et mer, à travers la Turquie d’Erdogan qui profite de l’aubaine pour monnayer sa coopération de containement des réfugiés sur son territoire et par la voie maritime avec des côtes libyennes devenues une passoire et une bénédiction pour les passeurs depuis la chute du fou du Tripoli.

Est-ce qu’il s’est demandé qu’en voulant la mort de Kadhafi, c’est la digue libyenne qui protégeait l’Europe qu’il allait faire sauter ?

Les candidats subsahariens à l’Eldorado européen s’arrêtaient autrefois en Libye où ils pouvaient trouver le travail qu’ils pensaient avoir en Europe, mais depuis le chaos indescriptible qui règne dans ce pays, plus rien ne peut les les détourner de leur quête d’un monde meilleur que celui de leurs villages africains. Plutôt la mort que d’y retourner Gros-Jean comme devant. La honte de devenir la rusée des leurs pour avoir échoué dans leurs projets de toucher leur Graal européen.

Kadhafi avait beau un despote psychotique, mais tout au moins il était pour l’Occident une soupape de sécurité et un garde-frontière de premier ordre.

 

C’est l’Occident qui a fait lui-même le lit au péril migratoire

Qu’on le veuille ou non et les statistiques le confirment aisément sans la tempête de sable que les dirigeants occidentaux ont fait déferler sur les peuples du Croissant fertile on en serait pas là aujourd’hui.

Obama, Sarkozy et Cameron ont oeuvré à la chute de Ben Ali, M’Barek, Khadhafi, Bachar pour leur substituer leurs chiens de garde wahhabo-islamistes comme Ennahdha et les Frères Musulmans égyptiens, sans évaluer les conséquences de leur jeu à la roulette russe. Ils ont fait le malheur de ces peuples et les leurs qui se trouvent aujourd’hui pris dans le tourbillon migrationniste.

Est-ce que la menace migratoire avait été aussi forte qu’avant leurs numéros d’illusionnistes de faiseurs de révolution populaire et démocratique qui n’étaient en réalité que de grossiers subterfuges pour favoriser l’arrivée au pouvoir des pays en question des pires ennemis de la liberté comme s’ils avaient promu le nazisme en son temps ? Il n’en reste pas moins qu’on était loin d’être au bord de l’asphyxie présente.

Savez-vous qu’en 2010, on était à 861 migrants clandestins syriens, aujourd’hui plus de 5 millions de syriens sont mis sur la route de l’exil dont quelques dizaines de milliers d’entre eux ont trouvé refuge en Occident, alors que la Turquie abrite plus de 2 millions de réfugiés autant que le Liban ?

Cette forte poussée migratoire devrait être analysée objectivement et sans parti pris, chiffres à l’appui et en prenant en compte les bouleversements géopolitiques que connaît le bassin méditerranéen, et pas nourrie par des élucubrations fantasmagoriques.et des réflexes xénophobes alors que nos dirigeants politiques ont joué aux pyromanes dans les pays d’origine des migrants. Encore heureux pour l’Occident que Sissi est arrivé au bon moment contre son gré et à son grand dam et a l’a sauvé d’un véritable Tsunami migratoire où il y aurait eu des millions de migrants égyptiens.

Il faut regarder la réalité des chiffres en face qui sont les meilleurs indicateurs quant à l’explosion exponentielle du nombre des migrants clandestins depuis 2010, année de stabilité politique relative de la Tunisie, Libye, Syrie à nos jours en tenant compte des effets induits de la chute de Khadafi sur le Mali et le Niger.

Pour ceux qui ne le savent pas, un clandestin meurt toutes les deux heures en moyenne en Méditerranée aujourd’hui.à comparer aux 2 morts par noyade par jour en 2007, considérée comme l’année la plus mortifère par l’UNHCR ( L’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés). http://www.unhcr.fr/4f280ad3c.html.

La majorité des migrants n’auraient pas demandé à venir et si l’opinion publique occidentale s’inquiète à juste titre de la forte poussée migratoire c’est moins leur faute des migrants que celle des nos gouvernants.

On a voulu se débarrasser de Bachar Al Assad, garant de la protection des minorités ethniques et religieuses en Syrie et son corollaire l’exil forcé, et on a Daech partout en Occident.

Triste record pour les traversées de la Méditerranée par les migrants et les réfugiés en 2011
Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Sybella Wilkes – à qui toute citation peut être…
unhcr.fr|Par L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés

S’il y a un péril migratoire, c’est la faute à la politique suicidaire des gouvernements occidentaux

·Afficher l'image d'origine

Je ne défends pas ces êtres venus d’ailleurs, perçus comme des intrus,  des violeurs en puissance, des pique-assiettes qu’on n’attendait pas mais qui sont là et dont la présence agace et horripile une bonne partie de l’opinion publique et objet de tous les préjugés fondés ou pas.

Les uns les appellent migrants les autres réfugiés ce qui juridiquement n’a pas le même sens, peu importe ce qu’ils sont comment on-ils fait pour être là et qui les a laissé entrer ? Et une autre question que personne ne pose ou se pose ces êtres venus de cet ailleurs-qui-nous-veut-du-mal n’étaient pas là avant.

Ils avaient bien un chez eux où ils menaient une vie paisible, tout ce qu’il y a de plus normale. travailleurs, étudiants ou chômeurs, n’avaient guère le projet de prendre un jour le chemin de l’exil contre leur gré. Loin des remous qu’ils suscitent chez nous aujourd’hui et demandons-nous qu’est ce qu’il les à fait sortir de chez eux parfois au péril de leur vie ?

Avant que nos gouvernants aillent faire la guerre à leurs Etats pour les faire tomber dans l’escarcelle de leurs alliés turcs et wahhabites personne n’entendait parler d’eux.

Les mêmes qui crient aux loups à leur vue étaient ailleurs quand Bush Jr et après lui Sarkozy, Obama. Cameron et Hollande avaient mis le feu chez eux ont-ils pensé un seul instant aux dommages collatéraux de leurs pyromanes qu’ils avaient laissé faire en toute impunité démocratique et pour qui ils s’apprêteraient à nouveau pour leur témoigner de leur confiance dans cette politique suicidaire pour eux-mêmes et pour ces peuples qu’ils accusent de tous les maux de la terre ?

Ces pompiers de la dernière heure qui veulent éteindre le feu après qu’il ait tout réduit en cendres se plaignent surtout de leur propre impuissance et indifférence de ne pas à avoir agi en amont des problèmes et s’inquiéter du sort de ces peuples.

Avant les guerres en Afghanistan, Irak. Syrie, Libye, la chute de Ben Ali il n’y avait pas cette explosion exponentielle des flux de populations venues de cet ailleurs- qui-les-hante tant. Comme on a jamais mesuré les effets d’aubaine de ces flux pour les mouvances terroristes et les migrants clandestins algériens, marocains, tunisiens et africains.

Il ne suffit pas de faire tomber les « despotes » et faire passer leur chute pour des révolutions à des fins de communication politique sans avoir  mesuré au préalable les conséquences désastreuses sur la sécurité de ses citoyens n’est-ce pas M. Sarkozy ?

Ce n’est pas en faisant d’eux des bouc-émissaires que l’on va régler le problème des vagues migratoires qui continueront à venir se fracasser sur les côtes européennes, il faudrait agir sur nos gouvernants et les obliger de cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de leurs pays.

Aider à rétablir la paix chez eux afin qu’ils puissent regagner leurs foyers. Ils sont aussi victimes comme nous des calculs sordides et morbides géo-stratégiques, géopolitiques géo-énergétiques.

Nous sommes autant responsables que nos dirigeants pyromanes

Obama, Cameron, Sarkozy et Hollande, les vrais responsables de l’invasion « migrationniste »

Cette crise des « réfugiés » dont on ne connaît rien de leurs profils, leurs motivations, leurs nationalités, sauf qu’ils tous jeunes et ne donnent pas cette image des « réfugiés » des conflits armés ? Est-ce qu’ils répondent tous aux critères de la Convention de Genève de 1951 sur les réfugiés e s’ils ne le sont pas combien sont-ils ? D’autres ne le sont certainement pas mais combien sont-ils aussi ? Pourquoi a-t-on mis en scène le drame du petit Aylan ? Est-ce pour forcer la main aux populations européennes de plus en plus hostiles à leur arrivée ?
Il est légitime que les populations européennes s’inquiètent de ce déferlement sans précédent sur leurs territoires des « réfugiés » qui sembleraient majoritairement musulmans auxquels on prête les intentions les plus malveillantes à cause de leur culture hégémonique, ethnocentrique, liberticide, suprémaciste, ultra-violente, incompatible avec la démocratie et les exigences du bien-vivre ensemble.
Les mêmes qui s’alarment de cette « invasion » massive de leurs territoires étaient aux abonnés absents au moment où leurs dirigeants étaient en train de mettre en exécution leur plan de wahhabisation des pays méridionaux du bassin méditerranéen.

Avant 2011 tout allait plus ou moins sur le front de la poussée de fièvre migratoire. Après 2011 ce n’est plus un accès de fièvre, c’est une véritable pandémie migratoire qui frappe l’Europe. Certains s’en plaignent à juste titre mais se sont-ils posés la question sur les conséquences des interventions irresponsables de leurs dirigeants politiques en Tunisie, la Libye, l’Algérie, la Syrie, le Yémen et une tentative avortée pour l’instant de déstabilisation de l’Algérie. Sont-ils sortis dans les rues pour manifester leur colère contre Sarkozy et son scénario ignoble de la révolution libyenne ?
Qui a amené Daech aux portes de l’Europe voire en son sein aujourd’hui ? Qui a fait la promotion indécente de l’islamisme modéré pour les vendre aux Tunisiens et aux Egyptiens et les a adoubés pour les rendre fréquentables ? Qui a largué les armes en Libye tombées entre les mains des djihadistes et qui ont servi pour mettre le Mali à feu et à sang et ont causé la mort des soldats français ?
Regardons la réalité en face plutôt que de jouer à la Madeleine, qu’avons-nous fait pour empêcher en temps en heure Obama, Sarkozy et Cameron pour provoquer le séisme politique dans ces pays en question pour en faire des fenêtres ouvertes sur l’Europe ?
Silence approbateur.
Pourquoi a-t-on fait dégager Ben Ali et Kadhafi et a-t-on cherché d’en faire autant avec Bouteflika même s’il est une marionnette entre les mains du F.L.N., atouts-majeurs dans la lutte contre l’immigration clandestine ? Les chiffres, rien que les chiffres sont là pour illustrer ce qu’était la situation avant 2011 et ce qu’elle est devenue 4 ans plus tard.
A-t-on pensé un seul instant au sort des minorités religieuses et ethniques au Proche-Orient. Heureusement pour les Coptes égyptiens qu’il y a Sissi, sinon ce sont peut-être 10, 12, 15 millions qui auraient afflué en Europe.
S’il y a des migrants africains parmi les clandestins qui inondent les côtes européennes, que sont-devenus les 4 ou 5 millions de travailleurs africains en Libye.
Kadhafi avait investi des milliards de dollars au Mali a-t-on pensé à ce que les Maliens allaient devenir sans cette manne ?
L’OTAN et ses satellites wahhabites voulaient se débarrasser à tout prix de Bachar Al-Assad soi-disant pour instaurer une démocratie syrienne et qui en sont les fers de lance ? Les centaines de milliers de criminels et de voyous du monde entier recyclés en djihadistes,
A-t-on évalué les risques humanitaires de cette guerre néo-coloniale contre la Syrie ?
C’est trop facile de crier au feu après l’avoir laissé embraser toute la maison.
Les électeurs ne vont pas demander des comptes à leurs dirigeants, ils vont de nouveau voter pour eux, à l’image des Britanniques qui ont renouvelé leur confiance à Cameron.
Personne en Occident ne s’est demandée mais que font-ils l’Arabie Saoudite et le Qatar à côté des forces de l’OTAN dans cette guerre punitive contre la Libye, la Syrie et le Yémen ?
Nous sommes tous autant les uns comme les autres de cette crise des « réfugiés » à cause de notre indifférence, inconséquence et passivité..

Voter pour Sarkozy, c’est voter contre la France et pour le Qatar

Il faut que les électeurs règlent son compte à Sarko. Il n’a pas à être présent sur le terrain après avoir été expulsé par les urnes. Avec lui, c’est la wahhabisation assurée de la France et la mise de son armée sous les ordres du Qatar qui pourrait ainsi donner libre-cours à sa soif de grandeur .

Cet homme mégalomane capable de vendre la France pour satisfaire ses goûts de luxe, est un danger pour la France, son retour est une insulte aux patriotes.

Tout doit être mis en oeuvre pour lui interdire l’accès au terrain politique. en amont.  Sa victoire en 2017 n’est pas utopique, elle est des plus vraisemblables. Dans un face-à-face avec Marine le Pen, il aura toutes les chances de rafler toutes les voix de gauche, du centre et de l’extrême gauche. Sa réserve de voix pourrait lui garantir un écart considérable avec la candidate du FN. 2012 n’aura servi pour rien et Sarkozy pourrait proclamer: la France c’est moi et j’en ferais ce que je voudrais.   Après l’avoir embrasée pendant son quinquennat 2007-20012, fort de l’adhésion massive des électeurs qui lui accorderaient un nouveau chèque en blanc, une reconnaissance explicite de sa politique incendiaire et anti-France, il pourrait endosser en toute impunité  de nouveau ses habits de pyromane. Qui oserait croire un seul instant qu’il deviendrait comme par enchantement un soldat du feu pour éteindre ce qu’il avait allumé lui-même ? Il est à craindre que la majorité des lecteurs n’aient pas la lucidité nécessaire pour évaluer la portée politique de leurs bulletins de vote.

Sarko porte une grave responsabilité dans la crise humanitaire qui frappe la Libye et la Syrie et un degré moindre la Tunisie et qui avait failli embraser l’Egypte. Sans lui ni l’Aqmi ni Boko Hraram ne se seraient dotés d’armes redoutables de fabrication française parachutées sur la Libye qui ont servi pour tuer des soldats français au Mali et répandre la terreur dans la région.

Ce pyromane à la fibre patriotique douteuse sans scrupule ni vergogne, effronté, qui devrait être derrière les barreaux si la France n’était pas une république bananière, ami du Qatar auquel il a vendu l’honneur de la France, cherche à se faire passer pour un Zoro, le sauveur de la France et de l’Europe occidentale.

Grâce à lui, le Qatar connu pour son art d’acheter ses amis pour en faire ses obligés, un micro caillou désertique, cet Emirat-terroriste maître du P.S.G. dont il a fait la vitrine du wahhabisme arrogant et conquérant, qui se rêve en leader suprême du monde arabophone a réussi sa mutation biologique. Du petit crapaud infect et monstrueux, disgracieux et répugnant, avaleur de mouches et d’insectes, il est devenu un prédateur féroce qui veut engloutir la France elle-même. Un pays à l’histoire sortie du sable en 1971 qui s’attaque à des pays glorieux de l’humanité. Mais avec les félons et les anti-France, il pourrait .

Il est responsable avec ses complices Cameron et Obama de la mort des centaines de milliers de personnes, de l’état de chaos en Syrie et en Libye de la mort de lente de la Tunisie et à l’origine direct des vagues « migrationnistes » qui déferlent sur l’Europe actuellement qui font peser des sérieuses menaces sur sa pérennité humaine et nourrir la montée inexorable de la xénophobie réactionnelle.

En ayant orchestré les révolutions du « Printemps Arabe », l’Occident a ouvert la voie à l’invasion migratoire

Des migrants secourus par les garde-côtes italiens débarquent dans le port de Palerme, en Sicile. Plus de 10.500 arrivées ont été enregistrées depuis le début du mois en Italie.

L’Europe occidentale est prise entre le marteau et l’enclume.  D’un côté elle est en proie au péril terroriste musulman qui  prospère en son sein et d’un autre elle doit faire  au danger extérieur celui des afflux massifs des migrants clandestins  qui prennent d’assaut tous les jours les côtes italiennes, espagnoles et grecques.  Leur nombre ne cesse d’exploser d’une année à l’autre connaissant une hausse exponentielle de 138% en 2014 par rapport à 2013 passant( Arte ainsi à 276 000 dont 207 000 par la Méditerranée ( le Figaro 13 janvier 2015). soit plus de 300% d’augmentation par rapport à l’année 2009 ( Arte Journal 19 mai 2010).

Une invasion qui ne dit pas son nom et qu’elle ne semble offrir aucun signe de répit pour les années à venir, même les milliers de morts chaque année ne refroidit pas les ardeurs migratoires des candidats à l’Eldorado européen dont de nombreux musulmans que les pays du Golf dont certains ne sont pas plus innocents que le Coran lui-même dans cette intrusion forcée dans l’espace européen.  Aucune main charitable tendue pour leurs « frères », ni aucun geste pour les  accueillir  chez eux.

Y-a t-il une relation de cause à effet entre les révolutions du printemps wahhabite, un véritable coup de force contre les régimes tunisien, libyen, syrien et égyptien ? Les frontières maritimes méditerranéennes n’étaient pas fort Knock, mais elles étaient sécurisées à partir des territoires des pays de la façade maritime méridionale du bassin méditerranéen. Mais contre toute attente, l’Europe  occidentale et ses alliés américains plutôt que renforcer leurs avants postes se sont mis en difficulté eux-mêmes pour des calculs géo-sécuritaires, géo-énergétiques et géo-politiques où ils ont joué tout leur va-tout comme des amateurs voulant affronter des joueurs de Poker chevronnés.

Au temps des anciens despotes Ben Ali, Moubarak, Bachar toujours là et tout particulièrement le libyen Kadhafi  le souffre-douleur de Sarkozy et des pétromonarques du Golf arabique qu’il méprisait tant que le Roi Abdallah d’Arabie, mort en janvier 2015? avait dit publiquement  lors d’une réunion de la Ligue Arabe un jour du mois de février 2003, juste un mois avant l’invasion de l’Irak:  » la tombe est devant toi ».

En envoyant Kadhafi à deux pieds sous terre , on a transformé la Libye en une terre de prédilection pour les candidats à l’immigration clandestine et les réfugiés de toutes les origines fuyant les guerres, à l’exemple des Syriens, les Somaliens et des Irakiens, et les africains la famine et la misère.   Jamais les frontières maritimes de l’Europe Occidentale n’ont été aussi poreuses et ne se trouvent à la merci des « envahisseurs » comme elle ne l’est depuis ces mascarades révolutionnaires de l’hiver 2011.

Kadhafi avait au moins le mérite d’endiguer ces flux migratoires. Il était d’être un modèle de démocratie, il était le premier garde-frontalier de l’Europe-occidentale.

Les gouvernements occidentaux sont les ennemis de leurs propres peuples.  En effet, ils ont une politique de courte vue empreinte de calculs personnels, saugrenus, irresponsables,  incohérents et contre-productifs. Sacrifiant leurs idéaux démocratiques et humanistes au profit des alliances contre-nature. Là où on les attend pour oeuvrer en faveur des libertés dans les pays des rivages sud de la Méditerranée,  ils se font les promoteurs de l’islamisme modéré par les voix en 2011 d’Hilary Clinton et Alain Juppé. au moment où il fallait créer des garde-fous pour prémunir leurs populations contre ses menaces qui sont encore pire s que le nazisme.  Le nazisme a un visage, alors que l’islamisme modéré, un oxymore,  est un prédateur sauvage rusé comme un renard, bicéphale, qui peut avoir le visage de Ramadan en attendant le moment opportun pour devenir un Ben Laden.

A cause de leur manque de perspicacité, leur patriotisme douteux, leur aventurisme et leur louvoiement les dirigeants politiques occidentaux ont créé des dégâts incommensurables aussi bien chez eux qu’en Tunisie, la Libye, l’Irak, l’Egypte et la Syrie qui connaît un véritable exode de sa population et un génocide anti-chrétien commis par leurs pions, ceux-là mêmes dont on voulait faire une chance pour le peuple syrien, les nazislamistes.

L’Occident n’a rien appris de son histoire. Il persiste et signe dans son entreprise suicidaire.  Il a fait le malheur du peuple iranien en favorisant l’émergence des forces totalitaires obscurantistes et fanatiques dont il était devenu la cible à abattre  qui sont à l’origine directe du climat délétère que connaît le monde depuis 1979.  En 2011, il se remet à récrire le même scénario qui atteint ses points d’orgue avec l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo et les flux migratoires massifs où il n’est pas exagéré d’y voir un nouveau cheval de Troie islamique.

Capture.PNG Cazeneuve clandestins.PNG

L’Occident doit cesser de s’ingérer dans les affaires des pays tiers et pour sa propre survie doit fermer ses frontières terrestres et maritimes. Les pays musulmans sont suffisamment nombreux et ont les moyens financiers pour mettre en place une véritable politique d’auto-développement à moins qu’ils soient animés par d’autres desseins, l’envahir subrepticement sans qu’il ne prenne garde en déversant sur lui des millions de migrants de confession musulmane.

Honte à la Tunisie qui a laissé Ennahdha profaner la mémoire des victimes de la barbarie musulmane du Bardo

Un Nahdhaoui manifeste à Paris.

Photo Mr Lotfi Ben Salem

Le rassemblement de soutien à la Tunisie et d’hommage à la mémoire des 21 victimes de la barbarie musulmane du Musée du Bardo organisé le samedi 21 mars à la Place de la République s’est transformé  in fine une manifestation de disculpation et de réhabilitation  d’Ennahdha pour son implication des plus évidentes dans cet attentat terroriste quant on connaît sa hostilité dogmatique pour le tourisme occidental (interview d’Ali Larayedh le Temps du 16 avril 990).

En effet, ce meeting qui était censé être organisé par des associations de la société civile tunisienne à Paris et le Front populaire a été confisqué par Ennahdha qui en a fait une tribune pour se refaire une virginité à bon compte après avoir réussi le même coup à Tunis avec la bénédiction bienveillante des organisateurs dont j’attends d’eux qu’ils fassent une mise au point sur le détournement de l’objet du rassemblement car il est inadmissible et choquant de voir la mémoire des 21 victimes bafouées sans que cela ne suscite leur colère et désapprobation.

J’étais moi-même invité à ce rassemblement que j’ai quitté aussitôt que je suis arrivé quand j’ai vu  des enfoulardées en veux-tu en voilà  et des militants d’Ennahdha arborant les couleurs de cette secte infecte entrain de distribuer des tracts.

Au-delà de ma sécurité personnelle il m’était insupportable de côtoyer ne serait-ce la fraction d’une millième de seconde des djihadistes en puissance.
Le cynisme islamiste est sans limite, « je te tue et le lendemain je viens présenter mes condoléances aux tiens. »

Et ce n’est certainement pas la revendication de l’E.I. qui changera la donne comme s’ils n’étaient pas tous les deux les doigts de la même main de la nébuleuse islamiste.  l’organisation terroriste d’Ennahdha membre de surcroît du gouvernement de B.C.E.  et l’E.I. sont l’un la tête et l’autre le bras.  Comme elle n’était pas le sergent recruteur,   la pourvoyeuse de djihadistes tunisiens dont le nombre dépasse les 3000 qui sévit en Libye, Irak et Syrie dont les deux assaillants eux-mêmes qui avaient effectué un séjour en Libye pour se former aux armes et aux attaques-suicide.

Les Tunisiens ont tendance à tout prendre au premier degré sans pouvoir se poser les bonnes questions sur le zèle dont elle fait preuve pour apparaître aux yeux de l’opinion publique internationale comme étant une organisation politique démocratique, responsable et respectueuse de la vie humaine.
Il semblerait que le fin du meeting s’est terminée sur le salut nazillon cher aux frères musulmans à quatre doigts de Rabaa Al-Adawia .
Tant que les Tunisiens continuent à la prendre pour une enfant de choeur l’avenir est des plus radieux pour elle.

Les Tunisiens n’en auront pas fini avec le cauchemar des terroristes d’Ennahdha

 

D’après les bruits qui courent au pays du vent, de l’incongru et de radio-trottoir Ennahdha réclamerait deux portefeuilles-clé en contre-partie de son vote de confiance au nouveau gouvernement, le Ministère de l’Intérieur avec reconduction de Ben Jeddou le Wilhelm Frick de Ghannouchi, ce fils bâtard d’Hitler et le Ministère de la Défense. Autrement dit l’armée, la police et la garde nationale pour en vue d’un joli coup d’Etat. Ce qu’Ennahdha a perdu par les urnes le récupèrent par ceux des cendres de la population.
Un autre enjeu et non des moindres sous-jacent à cette exigence et qui est même très préoccupant pour la sécurité de la Tunisie est la possibilité pour elle de constituer enfin ses véritables bataillons de Waffen SS en réinsérant professionnellement les dizaines de milliers de vétérans terroristes tunisiens de retour de Syrie, d’Irak et de Libye où ils s’étaient aguerris aux crimes de guerre et aux crimes contre l’humanité.
Comme en politique il n’y a de logique que dans l’invraisemblance et avec un peuple girouette et indolent on doit s’attendre à tout. Quand on entend des petites frappes de Nida louer les vertus patriotiques et démocratiques de la secte d’Ennahdha, le N.D.S.A.P. tunisien,tous les paris restent ouverts.

Ainsi marchandage ou pas, il n’y pas de fumée sans feu , aussi d’autres hypothèses ne sont pas à exclure y compris celles d’accorder une amnistie en catimini aux djihado-terroristes et d’assurer une impunité totale aux assassins de Chokri, Lotfi, Mohamed, Socrate et les dizaines de membres des forces de l’ordre, moyennant l’abstention des faucons de la secte au vote de confiance. La marge de manouvre de B.C.E. est tellement réduite par la faute des tunisiens eux-mêmes en en faisant un otage de la secte d’Ennahdha  qu’il va se brûler les ailes en croyant que le salut de la Tunisie est au prix du compromis avec le diable nahdhaoui.

Il faut s’attendre à des jours sombres pires ce que la Tunisie a connus jusqu’alors.  Les Tunisiens croyaient avoir tourné la page des terroristes d’Ennahdha par les urnes ne s’étaient pas rendu compte que les vraies victoires ne sont pas celles qu’ils s’imaginent. S’ils ne veulent pas que leur pays sombre définitivement dans le chaos ils doivent commencer à dénazifier leur pays de la présence d’Ennahdha. 

La France n’a toujours pas compris que l’islam est encore pire que le nazisme

Amnésique, inconsciente et irresponsable la France ne semble toujours pas avoir tiré les leçons de ses multiples échecs passés : Munich 38, Khomeiny 79, l’Irak 91, ses multiples soutiens aux dictateurs africains et tout récemment son rôle de figurante dans l’opération de « l’Aube de l’odyssée » en Libye.

En apportant son aval aux pseudos rebelles syriens majoritairement issus de l’internationale djihado-terroriste financée par le Qatar, armée par la Turquie et endoctrinée par l’Arabie Saoudite, la France  est en train de rejouer en Syrie la partition sarkozienne en Libye. C’est plus qu’une erreur d’appréciation, c’est une faute politique lourde de conséquences plus graves encore que celles occasionnées par son intervention en Libye au bilan désastreux pour le peuple libyen et la sécurité de la région. L’effet boomerang est inévitable et elle finira par subir le contre-coup de cette politique suiviste et anti-souverainiste. A vouloir trop jouer la carte de l’islam wahhabite pour complaire à ses alliés américains, elle risque de se trouver balayée par la tempête terroriste qui tôt ou tard s’abattra sur elle.

La France ne doit pas capituler devant l’alliance tripartite wahhabo-américano-turque. Son soutien aux rebelles est un non-sens politique, ils sont à 95% des mercenaires de différentes nationalités, elle doit rester à l’écart de ce conflit fomenté par les wahhabites sous contrôle de leur protecteur américain.

En prenant ouvertement position en faveur des mercenaires djihado-terroristes qualifiés par les médias occidentaux à la cécité légendaire de rebelles syriens, elle réédite l’épisode de la honte nationale de Munich 1938. Un pays des droits de l’homme ne doit pas soutenir les pays tels que le Qatar et l’Arabie Saoudite à l’humanisme comparable à l’humanisme hitlérien. Son soutien aux wahhabites impériaux et messianiques est un mauvais message adressé aux forces des libertés démocratiques dans les pays arabes. Elle se drape ainsi dans les habits de l’ignominie et de complicité avérée avec le terrorisme wahhabite.
Aucun intérêt géo-stratégique ni géo-économique, voire sécuritaire de nature à justifier une telle compromission. Elle n’a rien à faire dans le bourbier syrien, à moins que ce soit la contrepartie de la libération des otages français entre les mains de cet autre groupe crapuleux terroriste l’AQMI à la solde du Qatar et la bienveillance obamienne. Un pays comme la France ne doit pas servir de faire valoir, de godillot et de pion sur l’échiquier de la wahabbisation du monde arabe.
Les américains et leurs affidés turcs veulent tailler un costume sur mesure pour leur clown qatarien, contre lequel il y a une nécessité urgente et absolue d’un dépôt de plainte auprès de la C.P.I. que la France devrait soit initier soit appuyer. Cet homme est un danger pour la paix internationale. Bailleur de fonds de la mouvance terroriste islamiste, premier investisseur au monde dans la bourse de valeur terroriste, commanditaire et organisateur des opérations du pourrissement du monde arabe jamais concepteur et architecte. Obsédé par son rêve de Calife, ne manquant pas l’occasion de rappeler au guignol tunisien de Carthage et la marionnette du Caire Morsi qu’ils doivent lui obéir au doigt et à l’œil. Hyper actif sur le front du chaos arabe, maître d’œuvres et d’ouvrages des attaques terroristes contre la Syrie, la Libye et partout dans le monde.
Ce croquemitaine doit payer pour ses crimes et non pas être couvé de regards complaisants et intéressés. Trop de cupidité tue la nation et son honneur. Il est de la dignité et de la grandeur de la France d’aider à la mise en cause du grand artisan du terrorisme international,
L’Emir d’opérette de ce caillou désertique du Qatar, pour atteintes à la sécurité internationale, complicité de crimes contre les peuples libyens, syriens et palestiniens, complot contre la Tunisie dont il est le vrai maître à l’instar de l’Egypte, financement des mouvements djihadistes, les chefs d’accusation ne manquent pas.
Cet homme est dangereux pour la paix dans le monde. N’a-t-il pas menacé l’Algérie de lui réserver le même sort que la Syrie. Son implication dans l’invasion du Nord du Mali est un secret de polichinelle. Cet homme est pire que la peste et le choléra réunis, il est un Hitler en devenir. Ses agissements périlleux pour l’humanité ne sont pas du folklore, ils portent en eux tous les germes du nazisme. Un homme qui a trahi son propre père n’aura aucun scrupule de liquider les peuples arabes au profit de ses mentors Yankees.
Il ne joue pas un double ou triple ou quadruple jeu, un seul jeu devenir vaille que vaille et coûte que coûte le nouveau Führer, calife, du monde arabe quitte à mettre le monde dit arabe à feu et à sang  et exterminer tous les chiites et les alaouites. Ces enfants de Satan comme les qualifie le pape philonazi Qaradhaoui, l’éminence grise de l’Emir du Qatar et figure d’épouvante des caniveaux de l’humanité de la chaîne de TV Al-Jazeera.
En devenant  le nouveau Calife ou plutôt un calife d’opérette, il aura tout le loisir de déporter  les palestiniens en Jordanie et dans le Sinaï. Ce n’est pas de la politique fiction, ni de l’utopie politique, c’est un scénario élaboré par l’Administration américaine et mis en scène à travers le vaudeville des révolutions du Printemps Arabe.
Quand à ses cousins wahhabites saoudiens, ils auront le pouvoir spirituel qui leur permettra d’imposer enfin le sectarisme wahhabite aux quatre coins du monde musulman et qui deviendra leur vraie religion et sonnera le glas de l’Islam.
Pour les pouvoirs politique, économique et militaire, il reviendra à la Turquie de les mettre en musique.
La France se trouve ainsi prise dans le piège du tourbillon wahhabite s’enlisant dans les sables mouvants du projet du Grand Israël et son corollaire  la restauration du 6e Califat.

Les Américains et leur utopie de démocratisation des pays musulmans

.

Personnellement, je n’ai jamais été un adepte ni de la théorie du complot ni du bouc-émissaire qui sont un pur fantasme et une vue de l’esprit. Mais comment ne pas admettre la réalité des faits et nier les dessous l’interventionnisme malveillant et obscur des Américains dans des pays comme l’Irak, la Syrie et la Libye ? Pays qui jouissaient d’une certaine stabilité sécuritaire ne serait-ce toute relative se trouvent plongés dans un état de chaos indescriptible suite aux renversements et tentatives de renversements de Sadam, Bachar et Kadhafi par les américains alléguant d’accusations hautement fantaisistes et mensongères pour justifier leurs interventions sous mandat des Nations Unies.
Abderrahman Ibn Kkaldoun écrivait dans Al-Moqaddima, les Prolégomène(1377),(trad. William MacGuckin Slane), éd. Imprimerie impériale, 1863, t. 1, p. 310, :

« Tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné. […]  Sous leur domination la ruine envahit tout. […]; l’ordre établi se dérange et la civilisation recule. Ajoutons que les Arabes négligent tous les soins du gouvernement; ils ne cherchent pas à empêcher les crimes; ils ne veillent pas à la sûreté publique; leur unique souci c’est de tirer de leurs sujets de l’argent, soit par la violence, soit par des avanies. Pourvu qu’ils parviennent à ce but, nul autre souci ne les occupe. Régulariser l’administration de l’Etat, pourvoir au bien-être du peuple…, et contenir les malfaiteurs sont des occupations auxquelles ils ne pensent même pas […]; aussi les sujets … restent à peu près sans gouvernement, et un tel état de choses détruit également la population d’un pays et sa prospérité.

Au vu de l’état de chaos indescriptible dans lequel ces pays précités livrés en pâtures par les Américains aux meutes de loups terroristes et aventuristes il y a tout lieu de croire que ces derniers sont les dignes héritiers des Arabes. Par où ils passent, comme en témoignent d’autres pays comme le Vietnam, le Laos, le Cambodge ainsi que certains pays sud et latino-américains, ils n’ont laissé  derrière eux que des rivières de sang, une terre impropre à la culture, des régimes mafieux et despotiques, et nuages de cendres et des panaches de fumée.

Ceci étant on ne ne doit pas non plus occulter le phénomène de l’ultra-violence inhérent à l’islam et le back-ground culturel et religieux des pays en question qui vouent un véritable culte à la mort sanctifiée au nom de l’islam dont les américains n’ont pas tenu compte dans leur calcul stratégique. Ils ont mis la charrue devant les boeufs, croyant qu’en changeant l’attelage, ils pouvaient redonner une nouvelle vie à la charrue.

Ils ne se rendaient pas compte que l’eau de source à laquelle s’abreuvent depuis 1436 ans est complètement polluée, contenant des milliards de bactéries néfastes à la santé humaine et hautement toxiques pour la santé mentale de la population de nature hallucinogène. Autant purifier les eaux des océans que de chercher à décontaminer le plan d’eau où les musulmans et leurs animaux viennent s’abreuver à condition qu’elle ne soit pas stagnante, appelé aussi charia, la source de vie. Ils doivent la préserver en l’état sans se préoccuper de l’altération de ses propriétés biologiques.

L’homme n’a pas à assainir l’eau qu’Allah lui-même a irriguée. Elle doit rester dans son état originel. Toute tentative tendant à la tamiser, la dessabler et dégraisser est forcément un sacrilège punissable des pires châtiments. Nul besoin de stations de purifications qui sont de surcroît une invention mécréante.

Cette source jugée comme un don divin pour les hommes ne doit pas faire ainsi l’objet de manipulation humaine. C’est ainsi que les musulmans ne doivent modifier la trajectoire tracée par Allah censée les mener vers cette source de leur vie;

Dans ce contexte, où la main de l’homme ne doit pas servir à un autre usage que celui qu’Allah lui recommande, ni non plus que l’homme doit exprimer sa volonté propre dont il est de surcroît dépourvue, tout processus de changement quel qu’il soit est peine perdue, une hérésie, un péché mortel. Allah a doté les musulmans de tout ce qu’il y a de meilleur.

L’islam est le seul à se voir le plus beau, s’auto-gratifiant et s’auto-encensant comme s’il doutait de ses capacités et de la fragilité théologique de son message. Pour lui, aucun mode d’organisation politique, sociétale, économique par exemple  ne vaut celui qu’Allah a décidé pour .ses hommes:

« Juge alors parmi eux d’après ce qu’Allah (Dieu) a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu’ils ne tentent de t’éloigner d’une partie de ce qu’Allah (Dieu) t’a révélé. Et puis, s’ils refusent (le jugement révélé) sache qu’Allah (Dieu) veut les affliger [ici-bas] pour une partie de leurs péchés. Beaucoup de gens, certes, sont des pervers. »

— sourate 5, verset 49

« Il vous a légiféré en matière de religion, ce qu’Il avait enjoint à Noé, ce que Nous t’avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Abraham, à Moïse et à Jésus : « établissez la religion ; et n’en faites pas un sujet de division ». Ce à quoi tu appelles les associateurs leur parait énorme. Allah élit et rapproche de Lui qui Il veut et guide vers Lui celui qui se repent. »

— sourate 42, verset 13

« Puis Nous t’avons mis sur la voie de l’Ordre [une religion claire et parfaite]. Suis-la donc et ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pas. »

— sourate 45, verset 18
Faire pousser l’arbre démocratique dans un environnement aussi hostile, méprisant, hautain, suffisant et ethno-centriste est mission impossible, Un musulman ne doit suivre qu’une seule voie et obéir à une seule loi, l’islam :

Certes, la religion acceptée d’Allah, c’est l’Islam. Ceux auxquels le Livre a été apporté ne se sont disputés, par agressivité entre eux, qu’après avoir reçu la science . Et quiconque ne croit pas aux signes d’Allah… alors Allah est prompt à demander compte!Il

-sourate 3, verset, 19.

Démocratiser les sociétés musulmanes, revient à leur faire abjurer leur foi en l’islam. pour ce faire, il faudrait éradiquer le mal qui les gangrène et s’attaquer aux freins culturels qui inhibent les changements sociaux et paralysent le développement humain, les Américains à tort ou à raison et au prix de dépenses colossales et de pertes en vies humaines considérables ont mené une politique suicidaire aussi bien pour eux que pour des peuples pour qui les mots démocratie, liberté, justice, égalité, équité, dignité, fraternité humaine, sont un mirage dans le désert aride arabique.
Ce n’est pas non plus changeant d’approche stratégique en mettant à contribution les monarchies pétrolières rétrogrades et obscurantistes sur le plan financier et idéologique mus par des desseins califiens qu’ils avaient réussi pour autant dans leurs entreprises de démocratisation de la Tunisie ou l’Egypte par exemple.

Les Américains ont l’art de cultiver le paradoxe soit par naïveté soit par sournoiserie. Comment la première démocratie au monde pouvait-elle s’appuyer sur des théocraties totalitaires pour en faire des alliés de premier ordre pour construire une aire démocratique du Machrek au Maghreb ?
« Tant que cette région en l’occurrence les pays dits arabes] sera en proie à la tyrannie, au désespoir et à la colère, elle engendrera des hommes et des mouvements qui menacent la sécurité des Américains et de leur alliés. Nous soutenons les progrès démocratiques pour une raison purement pratique : les démocraties ne soutiennent pas les terroristes et ne menacent pas le monde avec des armes de destruction massive. » Discours de George W. Bush au Congrès, le 4 février 2004.

Des paroles qui en disent long sur la volonté des américains de neutraliser le terrorisme en utilisant la démocratie comme soupape de sécurité. En 2009 Hussein Obama en qui Noam Chomsky ne voit aucunement un président de rupture avec son prédécesseur de la Maison Blanche.

Tout en abandonnant l’option militaire pour imposer la culture de la démocratie par la force des armes, n’a rien changé en profondeur quand à la doctrine américaine pour les pays arabsés : la démocratie comme alternative au despotisme source d’insécurité et de terrorisme. Mais on ne fait pas des agents du djihad musulman le fer de lance du projet démocratique pour les pays arabisés et encore moins calmer leurs ardeurs velléitaires en les drapant dans les habits de la démocratie à l’exemple d’Ennahdha en Tunisie et des Frères Musulmans en Egypte.

J’accuse les musulmans de complicité passive avec le terrorisme. Ce sont eux-mêmes qui entretiennent l’amalgame

Les musulmans murés dans leur silence sont les alliés naturels des terroristes djihadistes

Plus de 20 000 attentats terroristes dont le Tsunami terroriste actuel qui déferle sur le peuple syrien, des massacres des chrétiens au Nigéria, au Pakistan  et en Syrie,  des agressions meurtrières antisémites en France et en Belgique  sont à l’actif des musulmans depuis ce jour funeste pour l’humanité du 11 septembre 2001. Ce sont bien souvent les musulmans eux-mêmes qui sont les premières victimes de cette déferlante  sans précédent dans l’histoire humaine en termes de durée et de dimension territoriale qui sonne comme le prélude du Grand Effroi coranique .

Le monde semble s’installer dans une banalisation du terrorisme au nom d’Allah Akbar et de la barbarie musulmane qui remplit son quotidien au point que les attentats terroristes sont commentés comme des simples rencontres sportives;Comme si l’on cherchait à relativiser leur portée, pour occulter les vraies causes qui les fondent et reléguer au second plan moins les acteurs que leur idéologie fortement imprégnée de religion.

Rarement on s’interroge sur la nature toxique de la source à laquelle s’abreuvent les acteurs terroristes. Alors que tous se revendiquent de la religion musulmane à laquelle ils dédient leurs forfaits comme s’ils étaient des trophées de guerre, ou plutôt un trophée sportif appelé à être rangé dans l’inconscient collectif de leurs frères musulmans.

Les Merah, Les Nemmoche, les Ben Laden, les Omar Bachir, grand génocidaire devant Allah et grand ami du nouveau Calife Musulman l’ex Emir du Qatar argentier du terrorisme musulman, les Zawahri, les Ghannouchi, nouvel Emir de la Tunisie malgré son pedigree terroriste, les frères Tsarnaev font figure de héros dans l’imaginaire collectif de leurs coreligionnaires. Figures héroïques de cet islam conquérant négateur de la vie humaine. Eux qui n’ont fait que venger l’affront fait à l’islam par cet Occident qui un jour finira lui aussi par se plier à la loi de l’islam.
En effet, les musulmans connus pour leur état d’altération intellectuelle et leur absence de discernement ont l’art de se déculpabiliser en imputant à leurs victimes la cause de leur propre mort.

Adulés et admirés comme s’ils avaient remporté la médaille d’or olympique, ils avaient fait flotter le drapeau musulman, de couleur noire portant mention de la profession de foi chère au coeur de chaque musulman, au plus haut mât de la victoire. Celle sur le mécréant ou pas tout-à-fait musulman.
Le terrorisme est vu comme un jeu, ses auteurs sont promis à la gloire éternelle sur terre comme dans l’au-delà quant à leurs victimes, elles sont considérées comme une question de détail, comme des adversaires vaincus sur le champ sportif.
Personne ne va compatir sur leur sort. Surtout qu’en leur qualité de non-musulmans, elles ont payé le prix de leur insoumission au Dieu des musulmans.

Tant que perdure la culture du martyr puisant ses sources dans le Coran lui-même, le terrorisme dans le sens du djihad armé a encore de belles années devant lui. Qu’ils soient collectifs ou isolés, il est une composante essentielle de l’islam, une obligation cultuelle qui pèse sur les musulmans.

Rien ne saura par conséquent l’enrayer. A peine, les feux des projecteurs commencent à se détourner des attentats de Boston, ils ont été aussitôt rallumés par ceux qui ont visé l’Ambassade de France à Tripoli et celui évité de justesse à Toronto.

Au-delà de la nationalité des auteurs, c’est la religion qu’ils professent qui doit interpeller l’opinion publique. Il ne s’agit ni de faire le procès des musulmans et de leur imputer la responsabilité collective des crimes commis par leurs frères, ni de les stigmatiser, mais de les mettre en face de leur propre responsabilité morale et intellectuelle pour qu’ils cessent de surfer sur la victimisation de leur religion.

Qu’ils sachent que c’est au nom de l’islam que tous ces crimes sont commis et qu’ils ne font rien eux-mêmes pour enrayer cette spirale infernale.

Qu’ils admettent que l’islam présente un réel péril pour la paix dans le monde et qu’en se murant dans leur déni de la réalité ils ne font qu’alimenter la phobie de l’islam.

Qu’ils se rendent à l’évidence que tous les milliers d’attentats qui émaillent la scène mondiale et empoisonnent leur propre quotidien ne sont pas l’oeuvre d’athées, de « mécréants » ou de moines bouddhistes et qui ne font que conforter la thèse liant violence et islam.

L’amalgame ce sont les musulmans eux-mêmes qui le font en ne démarquant pas officiellement des agissements de leurs coreligionnaires et les bannir de leur sein. Comme s’ils avaient peur de commettre un sacrilège et d’enfreindre l’enseignement coranique. Belliciste et haineux.

Cette majorité qui soi-disant est étrangère à ces attentats qui sont devenus la préoccupation majeure de la communauté internationale, sait-elle que par son attitude trouble et ambiguë, elle ne fait qu’apporter de l’eau au moulin de tous qui doutent du caractère pacifiste de l’islam ?

Est-ce que par exemple les tunisiens, les jordaniens ou les libyens sont-ils sortis dans la rue pour manifester leur opposition à l’envoi des djihadistes en Syrie pour tuer leurs propres frères musulmans ?

Oserions-nous imaginer un jour entendre les musulmans partout dans le monde crier leur rejet de la barbarie qui est devenue la marque de fabrique de leur islam qu’ils se plaisent à draper dans les habits immaculés de la vertu qui n’a jamais été la sienne ?

Comme aussi les imaginer organiser des journées de jeûne et de prières en guise de protestation contre le djihad qui répand la mort et brise des destins et surtout symptomatique du Grand Effroi coranique ?

Sont-ils capables d’envoyer un message fort au monde entier et surtout à ceux qui soufflent sur la braise de la violence et excitent les pulsions terroristes latentes chez les musulmans : stop à la récupération de notre religion à des fins terroristes ?

Il est grand temps que les musulmans comprennent que s’ils veulent réellement défendre leur religion, ce n’est pas en se voilant la face et continuer à s’enfermer dans leur déni mental qu’ils vont pouvoir y arriver.

Qu’ils fassent la même lecture littéraliste des sources que leurs frères intégristes mais de manière objective, distanciée et rationnelle afin qu’ils réalisent d’eux-mêmes que les lois de leur religion sont incompatibles avec les standards des lois humaines.

Il ne s’agit pas de réformer l’islam, mission impossible à mener, mais il s’agit d’extraire le ver venimeux du fruit musulman et que s’ils ne font rien pour y remédier, il va finir par se muer en cancer à l’état de métastase mortel pour eux-mêmes et leur religion.

L’Occident héritier de Machiavel qui feint sa bienveillance à l’égard de l’islam est entrain en réalité de lui faire subir le même sort qu’il a fait subir aux fascistes et aux communistes qui ne jouent pas dans la même catégorie qu’eux pourtant, mais que l’Occident a vaincus.

Que dire alors de ces potiches musulmans, éternels dominions, des marionnettes, consuméristes pathologiques, fatalistes, abrutis et avachis par leur religion, plus préoccupés par le tourments de la tombe et les prébendes divines que par les bienfaits de la vie terrestre que l’Occident n’a même pas besoin de combattre puisqu’il y a longtemps qu’ils lui ont abandonné la partie ?

Diaboliser pour mieux achever. Il revient aux musulmans de sauver leur religion en témoignant de leur volonté de vivre en paix et en harmonie avec le reste du monde.

Mais ont-ils cette force mentale avec une religion qui a fait de la soumission un marqueur génétique et totalement inhibitrice de la pensée humaine?

Lettre de colère à Mister Barak Hussein Obama, ce grand ami des frères nazislamistes

Mister Hussein Barak Obama vous qui êtes né musulman et qui ne semblez pas avoir coupé le cordon ombilical avec la religion de votre père, quelles leçons allez-vous tirer de l’opération du  » Printemps arabe » et de ses centaines de milliers de victimes et des pays tombés en ruine ?

Vous avez été le premier à vous réjouir du succès du scénario tunisien alors que le petit Néron de Carthage Ben Ali n’avait pas encore été exfiltré pour l’Arabie Saoudite, votre Panama du Golfe, en adressant un télégramme de félicitations au peuple tunisien pour la réussite de sa révolution, histoire de le convaincre qu’il avait été le véritable artisan d’une révolution à laquelle ils n’y croyaient pas lui-même ?

Est-ce que vous allez pouvoir aujourd’hui en faire autant en savourant cyniquement l’amertume de la tragédie humanitaire dans laquelle vous avez plongé ces peuples comme naguère vos aïeux du côté maternel l’avaient fait avec les indiens ?

Vous avez joué à fond la carte des ennemis du genre humain, les nazislamistes, resté sourd et aveugle sur leurs crimes contre l’humanité  pour divers calculs morbides et sordides, sans vous soucier un seul instant des conséquences de votre politique irresponsable, de courte vue et criminelle à l’égard des populations civiles innocentes des pays du Croissant arabisé qui vivent déjà l’enfer depuis plus de 14 siècles.

Qui pourrait croire en seul instant que des terroristes pouvaient être un véhicule démocratique pour la Syrie, la Tunisie, la Libye, l’Egypte, ainsi que l’Algérie ? Il n’y a que vous et vous seul qui y croyez ou plutôt fégnait d’y croire pour réussir la plus grande entourloupe planétaire de tous les temps.

Plus personne ne vous entend, hulié et ridiculisé par Poutine,vous êtes devenu inaudible ou plutôt vous avez perdu tout votre crédit et de votre superbe dans cette opération que je qualifierais d’ Hiroshima des pays arabisés.

Votre soutien actif et financier aux forces obscurantistes nazillones  qui n’est plus un secret pour l’opinion publique mondiale qui vous vaut une inimitié jamais atteinte par un chef d’Etat américain après Busch au sein de l’opinion publique du monde arabisé, que vous avez voulu recycler en nouveaux agents indiens des réserves-émirats, a transformé la vie de ces peuples en enfer terrestre.
Grâce à elles vous avez gagné une nouvelle mandature et à cause de vos manoeuvres diaboliques inspirées par vos stratèges aussi murés dans leurs certitudes qu’un islamiste convaincu par les promesses divines, ces pays ressemblent aujourd’hui à un champ de ruine.
Vous auriez dû vous rappeler la douloureuse expérience iranienne où vos prédécesseurs ont échoué lamentablement en faisant de leurs anciens protégés obscurantistes leurs pires ennemis, vous avez fait comme si de rien n’était et gare au retour du bâton.

Le renouvellement de votre bail à la Maison Blanche a endeuillé des dizaines de millions d’êtres d’êtres humains de cette région frappée par une malédiction éternelle..

Avez-vous pensé à ces millions d’enfants syriens et irakiens perdus pour la vie ainsi qu’àtous ces estropiés des actes terroristes commis par les salafistes et frères musulmans  à la solde de la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite ?

En collaborant avec les forces du mal à des fins sécuritaires, géostratégiques, géo énergétiques et financières, un jour le Tribunal de l’histoire vous jugera comme un malfaiteur de l’humanité en même titre que Harry S.Truman, membre illustre de votre famille politique. Belliciste notoire, anticommuniste viscéral qui avait donné l’ordre de bombarder Hiroshima et Nagasaki.

Espérons que les urnes américaines sauront venger la mémoire de toutes vos victimes comme en 1952 ont vengé celles du Japon après 20 ans de règne des vôtres.

Heureusement pour vous que les attentats du Marathon de Boston commandités par ceux-là-mêmes que vous avez adoubés pour en faire les gardiens de vos intérêts géostratégiques,géo-sécurtaires et géo-énergétiques au Proche-Orient et en Afrique du Nord; à savoir en Egypte, Libye et Tunisie, s’étaient produits quelques mois après votre réélection sinon vous seriez en train de dispenser vos conseils chichement rémunérés auprès de vos dominions saoudi-qatariens.

Ce n’est pas un prix Nobel de la Paix qu’on aurait dû vous vdécerner c’est un prix de la plus grande imposture politique de l’histoire. Vous êtes un chef de guerre qui ne sait pas mener une guerre et un musulman qui se fait champion de la Takkiyia.

Les musulmans pantins entre les mains des grandes puissances

Les musulmans dans la fosse aux lions russo-américaine

Ils ont beau avoir la belle religion la plus  jamais donnée à l’homme comme ils s’en vantent,  oubliant que la vanité est un péché mortel, ce n’est par hasard que Mahomet ne reconnaît ni les 7 pêchés capitaux ni les 10 Commandements, ils restent les croyants les plus ridicules et obscurantistes de l’histoire des religions depuis que le monde est monde.

Effectivement, ils sont en droit de s’afficher comme étant les plus des simples pions sur l’échiquier des jeux des rapports de force entre les grandes puissances, personne ne peut par conséquent leur contester ce rôle et surtout chercher à rivaliser avec eux sur ce plan. Ils tueraient père et mère rien que pour exister aux yeux de leurs chefs marionnettistes.

Les musulmans non seulement ils sont nés esclaves pour servir leur religion mais pire encore ils ne s’embarrassent jamais du moindre scrupule pour trahir leurs propres frères et servir les desseins hégémoniques de leurs commanditaires.

Frustrés et bourrés de complexe, incapables de joindre l’acte au verbiage qui reste leur seule arme pour masquer leur impuissance à exister autrement que dans l’ombre de leurs maîtres. Influençables  et malléables, une véritable pâte à modeler, ils ferment le ban de l’humanité dont ils sont la risée et la phobie, la tête de turc qu’il faut abattre par tous les moyens.

Une religion qui a défaut d’avoir impulsé un souffle de vie chez ses fidèles, fait souffler celui de la mort le but suprême pour chaque musulman impatient de profiter des joies du grand bordel divin et des agapes et beuveries de la Table de Bacchus  réservée aux plus vaillants, violents et dévoués parmi eux.
 Jusqu’au-boutistes jusqu’à la mort, ils sont prêts à tout pour brûler les étapes et surtout s’anéantir entre eux dans une compétition acharnée et mortifère.
Ils n’hésitent pas à s’offrir en Holocauste à celui qui sait le mieux les aider à atteindre leur état de mort à l’exemple de cette guerre fratricide en Syrie.
Il n’existe aucun exemple dans l’histoire humaine où des disciples de la même religion servent de leur plein gré de chair à canon pour leurs dresseurs qui ont compris tous les avantages considérables qu’ils peuvent tirer de la pyschopathologie musulmane.
Malins et rusés, les  russes et les yankees font aujourd’hui du dressage des musulmans auxquels ils apprennent à s’exterminer entre eux.
Plutôt que de leur mener une guerre frontale pour en finir avec l’islamonazisme, le nouveau péril de nos temps, ils profitent de l’aubaine que présente la désunion organique des peuples bénis d’Allah et une malédiction pour l’humanité de faire le sale boulot pour eux. Qui dit que les russes et les américains ne sont pas entendus entre eux pour se débarrasser à bon compte de cette vermine ? Le plus insensé est que les pétromonarchies islamonazies financent ce carnage fratricide dont les vainqueurs quoiqu’il arrive seront les russes et les américains. L’exemple de l’Irak un pays qui fut naguère prospère est devenu une jungle humaine est suffisamment édifiant en la matière. Un pays qui aurait pu être un fer de lance pour les pays musulmans ressemble aujourd’hui à un cimetière pour des morts-vivants. En Libye et en Algérie ce sont encore des musulmans qui se sont entretués entre eux certainement pas pour leurs propres bénéfices.
Ces peuples sont condamnés à subir le pouvoir des tiers jusqu’à la nuit du temps, sauf s’ils rompent les chaînes du despotisme musulman source de leur incapacité de s’assumer, de se développer, de mûrir, d’entrer dans le monde adulte, de prendre conscience de soi, d’en finir avec leur fatalisme nuisible à tout progrès humain, et d’œuvrer pour le bien commun de l’humanité. C’est leur propre religion qui contribue à leur état d’asservissement, d’avilissement,  de sous-développement, de leur état de malléabilité pathologique.
En effet, formatés par leur religion être des sujets et jamais acteurs de leur vie, les grandes puissances  ont su exploiter leurs freins culturels,  leur état de fragilité mentale et de leur manque de maturité intellectuelle pour les retourner comme des crêpes,  les façonner et les conditionner psychologiquement et en faire des fauves qui se déchirent à mort entre eux pour la grande joie de ceux qui les excitent et attisent le vent de la haine latent chez eux.
Ils croient mourir en martyrs pour leur Dieu, mais en réalité ils ne sont que  de pantins et de pions sur l’échiquier des rapports de force entre les maîtres du monde.

A vouloir trop la guerre en Syrie H. Obama, F. Hollande et D.Cameron vont mettre tout le Proche-Orient à feu et à sang

La Troïka de l’O.T.A.N. aura certainement mieux à faire chez elle qu’en Syrie et surtout a-t-elle réellement conscience des conséquences tragiques de son intervention irresponsable et périlleuse  pour toute la région  y compris pour Israël lui-même et bien au-delà ?

Elle devrait commencer par balayer devant sa porte et de faire taire les armes à feu qui circulent en abondance chez elle et notamment aux E.U. et qui tuent tous les jours à Marseille comme ailleurs et pas seulement dans les cités, les centres des villes et les écoles ne sont pas épargnés, plutôt que d’invoquer un fallacieux prétexte humanitaire qui ne trompe personne dont elle-même n’est pas convaincue et qui fait semblant de l’être, et qui lui sert de faire diversion pour masquer son incurie politique, ses multiples échecs économiques et sociaux et sa propre faillite sécuritaire interne.
Il est inutile d’ergoter sur les dessous de leur intervention qui sont justes bons pour un scénario policier quand on connaît ceux de deux guerres de l’Irak et celles de l’Afghanistan et la Libye, aux retombées économiques et financières nulles ou quasi nulles puisque cela ne leur pas évité leurs graves crises financières d’une part et d’autre part qui peut nier le très lourd bilan du désastre humanitaire et écologique des pays précités digne du Biafra et du Rwanda.
Si réellement les trois gouvernements occidentaux, plus impliqués dans leur allégeance aux forces obscurantistes wahabbites que dans la recherche de solution de sortie de crise aiguë pour leurs citoyens, ont le souci de leurs intérêts économiques, ils n’ont qu’à ne pas contribuer à l’émiettement de la Syrie et à sa déliquescence et chercher une solution politique en accompagnant les syriens à bâtir une véritable démocratie, en excluant du jeu politique les amis de la Qaïda.
Prise dans son propre piège, elle se remet à refaire le coup de la guerre civile espagnole où elle, surtout la France et la G.B., a abandonné délibérément la démocratie au profit du fascisme franquiste, elle manoeuvre désespérément pour trouver une issue de secours en laissant croire qu’elle ne cherche pas à changer le régime mais pour le punir de son gazage de sa population civile, snobant les Nations-Unies seules à même d’apprécier l’opportunité d’une telle intervention.
Sa prétendue morale internationale, un concept vide de sens et abscons, devrait lui interdire pour commencer de soutenir des terroristes ennemis du genre humain et qui rêvent de détruire l’Occident, dont les desseins ne lui sont certainement pas inconnus et notamment pas de les voir instaurer un régime démocratique en Syrie.
Sa politique inintelligible et incohérente est à clarifier en ce qui concerne son choix incompréhensible et insensé de reconnaître la coalition syrienne qu’elle a créée en toutes pièces et pour les besoins de sa propre cause obscure et dont elle fera les frais tôt ou tard comme en Iran.
Pourquoi le choix comme interlocuteur privilégié Ahmad Jarba en sa qualité de chef de la coalition des marionnettes turco-qatari-occidentalo-saoudiennes, d’un personnage aux lourds antécédents judiciaires qui lui auraient valu d’être fichés dans le grand banditisme en France ?
Qu’elle fasse d’abord son propre examen de conscience avant de jouer aux pères-fouettards en Syrie.
Elle pourra toujours fabriquer les preuves pour justifier son action criminelle, mais ce qu’elle ne pourra jamais fournir ce sont les preuves de la sincérité de son opposition haineuse au régime syrien.
Mais en laissant parler la politique canonnière plutôt que la voix de la raison et d’évitement du bain de sang des innocents syriens, la Troïka mercenaire wahhabite, va probablement récolter la tempête du le vent de la haine qu’elle va semer. Les mêmes armes qu’elle a fournies aux bosniaques, aux kosovars et aux pseudos rebelles libyens n’ont-ils pas servies plus tard pour tuer ses propres soldats au Mali par exemple  et plonger ses cités dans un état de quasi-guerre civile permanente ainsi que le braquage des banques et les règlements de compte sanglants entre ses bandes mafieuses   ?
Il y a tout lieu de penser qu’avec son false flat syrien, elle va finir par être prise dans son propre piège où elle connaîtra une nouvelle humiliation pire que celle de 1938.

English: The agora of Palmyra|, Syria Français...
English: The agora of Palmyra|, Syria Français : L’agora de Palmyre en Syrie (Photo credit: Wikipedia)