Archives du mot-clé Palestine

Les 3 mamelles de la Tunisie : le djihad, le wahhabisme et le nazisme

A cause de l’inconséquence du  gouvernement de transition de Ghannouchi Mohamed, Ennahdha,  filiale à 100% de la Confrérie des Frères nazislamistes,  s’est trouvée promue au rang de parti politique  en dépit de tout bon sens républicain et en violation flagrante de la loi tunisienne de 1985 sur les partis politiques qui prohibe tout usage de la religion à des fins politiques.

Par la magie de la mascarade révolutionnaire  tunisienne, Ennahdha a été lavée de tous ses crimes passés sans qu’elle n’ait eu besoin d’exprimer ses regrets au peuple tunisien. Ce gouvernement  a porté coup de poignard porté dans le dos de la Tunisie. En laissant Ennahdha investir le nouvel espace politique du pays sans condition ni préalable quand bien même si cette autorisée aurait  été imposée par les chefs-marionnettistes de l’ombre, ledit gouvernement s’est rendu coupable de crime de haute trahison. Il y a tout lieu de croire qu’elle est le prélude de la wahhabisation du pays.

De quels projets politique, idéologique, sociétal., culturel et économique serait-elle porteuse ?  Nul doute les Tunisiens auront au menu, la charia, le djihad, le terrorisme, la résurgence de l’islam des sources, la Palestine;  la prolifération des mosquées, l’excision, la déscolarisation des femmes, les mariages pédophiles, la prostitution halal, les mariages coutumiers,  l’oumma, le califat, le voile islamique, les écoles coraniques, des symboles de la barbarie humaine et de la haine de l’autre.

Ennahdha ne peut être que fidèle à la ligne idéologique  des Talibans, du FIS, de BokoHaram, des Shebabs, des Frères musulmans, des wahhabites, de la Qaïda, les tentacules djihadistes de la pieuvre islamiste, dont le Coran est la constitution, la charia est la loi et le terrorisme est la seul mode opératoire pour islamiser et ré-islamiser la terre tout entière.

Habib Bourguiba voulait faire de la Tunisie une terre  de progrès humains,  où la citoyenneté n’était conditionnée par l’appartenance religieuse,  ouverte sur le monde et débarrassée du carcan religieux, mais avec Ennahdha  qui dispose d’une place de choix au sein du « peuple » des mosquées, faisant d’elle la favorite incontestable  aux prochaines élections de l’Assemblée Constitution, ce sera la Tunisie des fossoyeurs de la vie au nom de l’islam.

C’est pourquoi, il est de notre devoir à tous d’exhorter et de mettre en garde les électeurs tunisiens de ne pas tomber dans le piège tendu par les traîtres et agents du wahhabisme djihadiste qui se servent du sionisme comme d’un épouvantail qu’ils brandissent à chaque fois pour abuser de votre crédulité et exacerber les haines anti-juives au nom de la cause palestinienne.

Pour les islamistes, le sionisme  est un exutoire destiné à créer un écran de fumée afin de détourner l’attention des gens d’explorer et de s’inquiéter de la vraie nature idéologique de l’islamisme. Celle ci est synonyme de la félonie, de la trahison, de l’idolâtrie, la collaboration, la violence terroriste, d’archaïsme, de racisme anti-femme, de la haine de l’autre et la barbarie humaine, du totalitarisme théocratique, de l’arbitraire et des lois naturelles celles de la jungle humaine sur le modèle soudanais ou afghan voire saoudien.

Il est étonnant qu ils puissent se faire les défenseurs de la cause palestinienne au nom du nationalisme et de la solidarité arabe alors que le nationalisme en tant qu’idéologie est prohibée par la religion elle-même. D’autant plus que les frères musulmans furent les ennemis invétérés du nationalisme arabe.

Curieusement, on oublie, il est vrai, que les islamistes souffrent d’amnésie pathologique et pas seulement, ce sont les mêmes sionistes qui avaient contribué en 1987 à l’essor de leurs frères islamistes du mouvement terroriste  du Hamas afin de contribuer à l’affaiblissement du l’O.L.P. mouvement laïque et multiconfessionnel. Cette tache indélébile sur l’histoire de Hamas devrait en tout état de cause les amener à faire preuve de décence et de discrétion.

De même que ce sont ces mêmes sionistes dont ils devraient s’inspirer pour leur exemplarité patriotique et leur esprit novateur et moderniste, qu’ils vilipendent à longueur de temps qui sont les meilleurs alliés de leur top model islamiste Erdogan.

La Tunisie est une péripétie sur la route de l’oumma et la reconquête d’Espagne  qui obsède les sectateurs de Hassan Al-Banna.  Quant au vitriol des femmes  et aux assassinats de Barakat-Essahel et de Bab-Souika, Allah est pardonneur, ils les ont commis dans son sentier, pour les besoins de sa cause et n’ont pas à avoir mauvaise conscience pour des crimes qu’il avait commis lui-même.  La repentance n’est n’est pas musulmane dans tous les cas.

Elle brille par son mutisme sur l’extradition de Ben Ali, auquel le petit milicien et félon R. Ghannouchi lui doit la vie, de  crainte certainement que l’on découvre un jour les dessous de leur collusion avec l’ancien régime et les petits services de délation qui lui étaient rendus.

Si demain la Tunisie est envahie par l’Arabie Saoudite, les islamistes tunisiens n’auront aucun scrupule à retourner les armes contre leurs compatriotes. Leur but est de faire tomber leur pays dans l’escarcelle wahhabite dont la Libye est une autre proie.  Ils ne sauraient  par conséquent vitupérer leurs bailleurs de fonds qui sont en même temps les sponsors du C.N.T. libyen vassal wahhabbite.

Ils auraient dû s’indigner de voir les deux V.R.P.  du wahhabbisme conquérant que Sarkozy et Cameron, les nouveaux Chamberlain et Daladier, jouer une partition de très mauvais goût, affichant un triomphalisme insolent et indécent.

Les vassaux islamistes tunisiens inféodés aux wahhabbites instrumentalisent les futures élections pour faire de Carthage une nouvelle principauté wahhabbite. Tout vote pour eux est assimilable à un crime d’indignité nationale, complicité morale dans les crimes terroristes imputés aux islamistes et une atteinte grave à la souveraineté du pays.

Le wahhabbisme est le nazisme en pire. Voter pour ses affidés, c’est contribuer à la mort de la Tunisie en tant qu’Etat-nation et contribuer à engraisser la bête immonde wahhabite qui rêve de dévorer l’humanité tout entière. Le fait qu’ils soudoient le petit peuple tunisien des mosquées avec de l’argent provenant des wahhabites, est bien la preuve incontestable que leurs préoccupations majeures sont moins la Tunisie que de contribuer à la colonisation du peuple tunisien au nom du sentiment religieux de caractère fondamentalement wahhabite.Leur félonie avérée et leur activisme prosélyte ne semblent guère inquiéter les autorités tunisiennes de transition.

Il est frappant, d’ailleurs, de constater qu’ils jouissent d’une réelle complaisance et de laxisme bienveillant de la part de la famille politique tunisienne et de toutes ces instances fantoches créées pour satisfaire le narcissisme pathologique de certains prédateurs non-islamistes comme ce kamel Jendoubi, l’homme du néant parisien. Ce sont en réalité des simples agents à la solde d’une puissance étrangère dont le seul but est de wahhabiser la société tunisienne.

Personne ne s’inquiète outre mesure de leur grande promiscuité et allégeance aux Saoudiens pourtant hostiles au peuple tunisien et sa Révolution. Leur mépris pour la Tunisie est proportionnel à leur soutien financier et stratégique aux islamistes polymorphes locaux.

Au nom de la soi-disant hospitalité islamique, les wahhabites ont signifié aux Tunisiens une fin de non-recevoir quant à leur demande d’extradition du despote déchu. Le danger islamiste est tellement banalisé qu’au point que les Tunisiens ne se rendent pas compte que de par leur passivité et leur silence ils se rendent complices des agents de l’ignominie wahhabite qui n’ont pourtant jamais cachés leurs sombres intentions de la mise à mort de l’unité et à l’intégrité de la Tunisie qui devra être diluée dans l’Oumma islamique pilotée par les wahhabites, et aux principes des droits fondamentaux telles que la liberté et l’égalité entre les citoyens tunisiens indépendamment de leurs croyances et de leurs sexes. Les islamistes ne sont ni patriotes, ni nationalistes, ils sont du même acabit que les miliciens français qui avaient collaboré avec les nazis.

Le wahhabbisme est le plus grand mal de notre temps. Il est à la source de la terreur qui déferle sur le monde depuis le 11 septembre 2001. Il divise le monde en musulman et non-musulman comme le nazisme en Aryens et non-Aryens. Le second voulait purifier l’humanité de la présence juive, le premier veut nettoyer la terre des mécréants.

Et en votant pour Ennahdha, les Tunisiens votent pour la nazification de leur pays.

Les musulmans et leur indispensable paravent juif pour dissimuler leurs crimes contre l’humanité

Bilan des actes de terrorisme  portant la signature de l’islam  au cours des ces derniers jours :

  • une fillette âgée de 7 ans utilisée par Boko Haram comme bombe humaine  s’est fait exploser au milieu de la foule au nord du Nigéria : 5 morts après une vague d’attentats dans le sud du pays :40 morts.
  • 21 Coptes décapités en Libye dans la pure tradition mahométane.
  • Une attaque sanglante menée par les shababs somaliens contre un hôtel à Mogadiscio : 25 morts.
  • Raid meurtrier des talibans contre une mosquée chiite : 20 morts.
  • Triple attentat à Bagdad : 36 morts.
  • Agression contre des soldats tunisiens : 4 morts.

La majorité des victimes sont des esclaves d’Allah qui retrouveront dans l’au-delà leurs bourreaux pour jouir des d’Allah et s’adonner au plaisir charnel éternel promis.

Les chiffres ont beau être têtus, il n’y a que les musulmans qui refusent d’y croire.

Dès qu’on les titille sur leur propre silence et le caractère hautement criminogène et ultra-violent de leur religion, ils s’effarouchent, s’indignent, se scandalisent et crient à l’injustice. Ils se cachent derrière leurs petits doigts en assénant leur tirade favorite : regardez les juifs ont beau tuer les enfants palestiniens, les privant de nourriture et de soins, personne n’ose les critiquer.

On a beau leur dire que les crimes abominables dans le monde aujourd’hui sont l’oeuvre des musulmans qui professent la même foi qu’eux et appliquent fidèlement la feuille de route mahométane – ce qui est loin d’être leur cas – impossible de leur faire entendre la voix de la raison.

Têtus et obtus, sourds et aveugles, obstinés et rigides, ils restent murés dans leurs certitudes et inébranlables dans leurs convictions qui ce sont les juifs, et les juifs seuls, qui doivent être jugés.

Jamais les musulmans ne regarderont l’islam dans le miroir de leurs organisations terroristes et barbares. Ils prétendent même qu’elles sont une créature sioniste, comme pour Daech. Jamais ils admettront que l’islam est la source de leurs maux et de l’humanité tout entière.

Leur mauvaise foi est sans limite, le coupable est toujours le juif. Il est leur échappatoire pour dévier le débat sur les supposées exactions dont sont victimes les palestiniens de la part d’Israël.

Pourquoi les musulmans ont-ils cette fâcheuse manie de toujours chercher à dévier la discussion sur le sort des palestiniens ?

Savent-ils que le bilan des meurtres entre palestiniens dépasse le nombre des morts du conflit israélo-palestinien?

Plus de 20 000 victimes palestiniennes en septembre 1970 en Jordanie – et ce n’est certainement pas à mettre à l’actif de l’Etat hébreu. Dans leurs délires de persécution, ils seraient encore capables de les leur imputer si on tente de les empêcher d’occulter. Quand un musulman tue, ce qui arrive de plus en plus, il est forcément manipulé par un sioniste.

Quand on interroge l’islam sur ses crimes, les musulmans nous envoient aux crimes fantasmés de leurs ennemis. Ils ont un besoin  pathétique et pathologique du juif tel qu’ils l’auraient inventé pour pouvoir exister. C’est une sorte d’exutoire pour eux qui leur permet d’expier leurs crimes et leur voile pour ne pas se regarder dans le miroir de l’histoire qui illustre la nature sanguinaire de leur idéologie mortifère, leurs échecs et leurs défaites récurrents ainsi que leurs grands ratés de leurs rendez-vous avec le train du progrès humain.

 

La cause palestinienne est la plus grande imposture après l’islam

En quoi les palestiniens sont vos frères, vos cousins, vos amis, vos voisins ? Sont opprimés paraît-il mais vous l’êtes pire encore qu’eux. 
Vous compatissez pour eux, est-ce qu’ils le font pour vous ? N’ont-ils pas été accueilli en Tunisie avec tous les honneurs et ils vous ont méprisés et humiliés chez vous en vous traitant comme des vulgaires séides, vous toisant de haut avec leur morgue suffisante coutumière. 
Que connaissez-vous de l’histoire de ce peuple et de son conflit avec Israël pour vous en faire ses défenseurs ? 
Feu Habib Bourguiba homme lucide et pragmatique n’a jamais voulu faire de cette cause son fonds de commerce. La sienne c’était la Tunisie, l’image de son pays et le bien-être de sa population. 
Vous voulez être plus loyalistes que les palestiniens eux-mêmes dont certains d’entre eux n’avaient eu aucun scrupule de passer dans le camp adverse tel le fils des cofondateurs du Hamas Mosab Hassan qui a espionné l’organisation terroriste pendant 10 ans au profit de l’Etat Hébreu. 
Connaissez-vous le nombre de Gazaouis qui collaborent avec Israël qui sans eux n’auraient pas réussi à détruire les installations terroristes à Gaza, les points de transit des armes et de la drogue, les tunnels ?
800 000 touristes palestiniens ont goûté l’été dernier aux joies de vivre en Israël faisant ainsi un joli pied-de-nez à ceux qui se veulent plus ennemis d’Israël que les palestiniens eux-mêmes ?
De quelle cause palestinienne êtes-vous défenseurs de celle qui a engraissé chichement les dirigeants palestiniens qui avaient détourné les aides européennes pour leurs propres comptes et qui avaient permis à Arafat d’empocher la bagatelle de 2, 5 milliards US $ ou celle des terroristes du Hamas qui vous sèment la mort à Chaâmbi et à Jendouba et qui menacent de mettre l’Egypte à feu et à sang ? 
Quand on défend une cause on doit en connaître tous les tenants et aboutissants et savoir raison gardée et ne pas l’utiliser comme un objet de diversion pour détourner l’attention de la population en proie chômage, à la cherté de la vie, à la misère, la malnutrition, les pénuries alimentaires, la pollution, les épidémies, l’insécurité, l’insalubrité de ses espaces publics, les grèves sauvages des éboueurs, les assassinats politiques, les foyers de troubles. 
Les Tunisiens ont certainement mieux à faire que d’inscrire la cause palestinienne dans leur agenda politique censé être la priorité absolue pour sortir le pays de son impasse. A Rome on donnait au peuple du pain et des jeux, panem et circenses, en Tunisie on donne au peuple l’Islam et la Palestine. 
Comment peut-on prêter secours à un peuple qui n’est pas lui-même unie autour d’une cause qui est la sienne et qui devrait transcender tous les clivages politiques et religieux ? Que les Palestiniens apprennent à parler d’une seule et même voix avant que les Tunisiens ne leur prêtent la leur dont les échos ne dépasseraient guère les frontières du Palais de l’infamie nationale, en l’occurrence celui du Bardo.
Que savent-ils réellement de l’histoire du Hamas et des dessous de sa création ? Savent-ils qu’aujourd’hui il n’y a plus l’ombre d’un laïc, un athée, un juif, un chrétien, un progressiste, un marxiste, un artiste, un intellectuel, un comédien, à Gaza ?
Les Tunisiens doivent apprendre à balayer devant leurs portes, plutôt que de jouer aux lèche-babouches des Palestiniens qui empestent les odeurs nauséabondes et des charognes en pleine décomposition de la vénalité, de la pleutrerie, de l’avidité, de la zizanie, de la désunion, de la félonie, de la haine de l’autre, de l’intolérance, de la pédophilie, de la perversité morale, du mépris de la vie humaine.
Toute cause est défendable quand elle est porteuse de message humaniste et qui pourrait servir de phare pour éclairer les autres peuples, or la cause palestinienne que les tunisiens par aveu d’impuissance et de faiblesse en font leur cheval de bataille, est très loin de servir d’exemple pour le réveil des consciences citoyennes en Tunisie. Elle est surtout un puissant soporifique créé en son temps par les régimes antipatriotiques et despotiques arabes pour plonger leurs peuples dans un profond sommeil dont ils ne sortiront jamais. Elle est le tunnel qui les conduit vers le monde des ténèbres. 
Pendant qu’Israël avance à grands pas vers la lumière, la Tunisie s’empiffre de la cause palestinienne jusqu’à elle finisse étouffée dans son vomi.
Il n’y a de cause que la cause de sa patrie et la recherche de l’excellence pour la remettre sur le chemin du progrès humain et dont Israël pourrait être l’exemple parfait pour la Tunisie.
Qu’espère obtenir le peuple tunisien en prenant fait et cause pour la Palestine ? Est-ce qu’il va pouvoir trouver un remède efficace à tous les maux qui sont en train de le gangrener ?
La Tunisie doit être la vraie cause pour tous les tunisiens et Mme Karboul n’a de compte à rendre qu’à son Premier Ministre qui l’a investie de sa confiance pour relancer le tourisme tunisien qui nourrit des centaines de milliers de familles tunisiennes dont la survie dépend du succès de son action. 
Est-ce que ceux qui font de la Palestine leur credo se sont-ils demandé pourquoi les membres richissimes de la diaspora palestinienne ne mettent jamais les pieds en Tunisie et que s’ils devaient choisir entre leur pays et Israël ils choisiraient incontestablement ce dernier pour leur confort et leur sécurité ainsi que l’esprit tolérant et ouvert de la société israélienne ?

Israël n’a qu’à bien se tenir Rached Ghannouchi lui promet sa fin en 2027

 Après avoir rêvé des modèles turc et iranien  pour la Tunisie, Rached  Ghannouchi  débordant d’imagination aurait voulu offrir le modèle israélien  aux tunisiens qui est pourtant inspiré par l’idéologie sioniste à laquelle il voue une haine viscérale, à moins qu’il ne cherchait à donner des gages à ceux qui doutent de ses sympathies pour  Israël qu’il appelle de tous ses voeux à son anéantissement  dans un avenir proche :Je vous donne de bonnes nouvelles, la région arabe se débarrassera du bacille d’Israël. Cheikh Ahmed Yassine, le chef du Hamas, a dit qu’Israël disparaîtra en 2027. Je dis que cette date est peut être trop lointaine, et Israël risque de disparaître avant cela.  »

Il aurait été mieux avisé de vendre aux tunisiens le modèle nazi tant admirés et vénérés par ses les fondateurs de la Confrérie nazislamiste dont il est un digne héritier plutôt que d’user de la grosse ficelle du modèle israélien pour la Tunisie..

Alors que tout donne à penser qu’avec son  projet de  Sultanat, c’est une pâle copie du modèle du Reich nazi qu’il concocterait aux tunisiens  auquel il dessine un avenir de sang et de larmes à des années-lumière  de ce qu’Israël  offre aux siens.

Israël n’a jamais été et ne le sera jamais un modèle pour Rached Ghannouchi mu par son obsession  de la résurgence  du Califat d’Omar ibn al Khattab (634-644), chef de guerre et conquérant de la Perse, de Damas, de l’Irak, de l’Egypte  et de Jérusalem, auquel on doit la  destruction de la Bibliothèque d’Alexandrie et la construction de la Mosquée d’Al Aqsa sur le lieu actuel du Dôme du Rocher, sur l’esplanade du Temple, à l’endroit  que Mahomet aurait visité  la nuit d’où il se serait envolé au ciel chevauchant son cheval ailé  Bouraq. Une histoire fortement inspirée du mythe  de Pégase le cheval ailé  de couleur blanche, fils du dieu de la mer Poséidon et de la gorgone Méduse.

Ancré  dans le mythe du passé resplendissant de l’islam triomphant des juifs et des infidèles  par la force de l’épée et de la ruse, il est à douter que Rached Ghannouchi connu pour ses antécédents judiciaires terroristes et de ses velléités bellicistes et mysticio-politiquies comme seul moyen de conquête de pouvoir puisse réellement  abandonner ses habits  djihado-messianiques  par la grâce de son amour pour son peuple comme celui du sionisme pour le peuple juif.

Plus qu’un modèle politique qui est loin d’être irréprochable , Israël a au moins l’immense mérite de vouloir être une matrice-mère sanctuaire  imprenable pour tous les juifs du monde entier en proie à l’antisémitisme indépendamment de leurs convictions politiques et leur engagement sioniste,   tout  le contraire du modèle de l’Etat idéal musulman que le père idéologique de Rached Ghannouchi Hassan Al-Banna  veut établir avec une main mise absolue du religieux sur tous les secteurs de la vie,  une véritable dictature théocratique sur le modèle iranien ou saoudien.

Ses retournements de veste qui sont symptomatiques de son état d’instabilité  pathologique de l’humeur et sa schizophrénie légendaire lui font oublier le sens des réalités et ôtent tout crédit. Girouette notoire et adepte du poly langage, au point qu’il confond les points cardinaux entre eux.  S’il promet aux tunisiens de leur faire prendre le cap sur l’Orient pour reconquérir Jérusalem et libérer la Palestine de son  occupant juif, il ne  sait pas en réalité que l’Orient est synonyme de l’invasion génocidaire hilalienne pour les tunisiens..

En prédisant la fin d’Israël, Ghannouchi prévoit en réalité la fin de la Tunisie qui sera dissoute dans le modèle de l’Oumma islamique sous l’autorité d’un Calife.

Par conséquent  ce n’est guère de modèle israélien et de la destruction de l’Etat hébreu qu’il s’agit, c’est la mise à mort programmée de la Tunisie qui sera  balayée de la surface de la terre. A  moins que le Sion de Rached Ghannouchi ne soit d’une certaine manière la libération de la Palestine comme s’il avait les moyens de son ambition les moyens de son ambition. Alors que s’il y a un pays à libérer du joug de l’occupation étrangère dont il est le haut commissaire c’est bel et bien la Tunisie.  Mais la cause fantasmagorique palestinienne semble plus vendeuse et  mobilisatrice  surtout qu’elle ne présente aucun danger pour ses  partisans conscients au fonds d’eux-mêmes que c’est une utopie.

Rached ghannouchi plutôt que d’exalter le réveil de la conscience nationale qui pourrait se retourner contre lui, ne prend aucun risque en instrumentalisant  une cause qui n’engage que les populations musulmanes en manque de projet politique salvateur, démocratique et progressiste à l’instar du modèle sociétal et humain israélien. Souffler sur la braise de la haine du juif tout en laissant croire que le modèle de l’Etat hébreu qui n’est rien d’autre qu’un leurre, est une solution politique pour la Tunisie par exemple  est un aveu de l’impuissance  des politicards musulmans de tous bords à  réfléchir , à concevoir  un modèle capable de propulser leurs peuples dans la marche de l’histoire.

Comme on a rien à leur offrir et les faire rêver il reste l les exutoires et les caisses de résonance du passé légendé de la splendeur islamique, la victimisation de la Palestine et l’exaspération  de la haine du juif et de l’autre et de la disparition de l’Etat d’Israël.

C’est en toute logique dogmatique que la question palestinienne figure en onzième position   dans le recueil des revendications  idéologiques de la Confrérie des  Frères Musulmans, la maison mère d’Ennahdha;

La Tunisie  qui s’enlise dans la misère  et à l’avenir des plus sombres se verrait ainsi sous l’impulsion de son nouveau guide voler au secours de son faux-soeur palestinienne. Une charité à l’envers, le mendiant qui vient en aide au nanti.

L’utopie palestinienne aura des effets positifs sur tous les secteurs d’activités en Tunisie, Ghannouchi pense pouvoir tout résoudre avec son rêve endiablé de reconquête de Jérusalem.  Ni chômage, ni crise sociale , ni cherté de la vie, ni pénuries alimentaires, ni déficits publics, ni fins de mois difficiles pour les salariés, ni  risque de faillite de l’Etat,  les jeunes et les moins jeunes tunisiens seront tous enrégimentés pour partir mener la guerre en Palestine. Car derrière son modèle politique israélien et la reconquête de la Palestine se dissimule la solution finale pour les tunisiens eux-mêmes qu’il compte livrer en sacrifice à ce dieu sanguinaire et cannibale au nom du peuple dont lui-même ignore tout de son histoire et dont les tunisiens gardent pourtant un très mauvais souvenir lors de l’exil de leurs dirigeants politiques en Tunisie dans les années 80. Arrogants, hautains et méprisants.

Tel est en substance le projet fantasque, ubuesque, sannguinaire et grandiloquent de cet illuminé fruit d’un mariage bio-idéologique entre ‘Adolf  Hitler et de Hassan al Bana, grand-père maternel de cet autre caméléon Tarek Ramadan qui revendique sans vergogne l’héritage nazi de son ignoble grand-père..

Hélas, il y des benêts  et des faibles d esprit qui y croient. L humanisme belliqueux et génocidaire du Kaiser Ghannouch à n en pas douter est porteur de solutions. Tout le monde y gagnera. Le sang humain  abreuvera les sillons de la barbarie ghannouchienne.