Archives du mot-clé racisme

L’islam veut créer sa propre race humaine comme le nazisme voulait créer la sienne

Afficher l'image d'origine

Le Führer A. Hitler l’héritier naturel de Mahomet voulait créer une nationalité fondée sur la pureté du sang, les islamistes veulent une nationalité fondée sur le seul lien religieux, sur le modèle wahhabite saoudien.

C’était dans ce sens que la secte polymorphe  et anthropomorphe d’Ennahdha avait le nouveau projet de code nationalité que les islamistes djihadistes traîtres à la patrie vont vous concocter. Aussi le jus solis ou le jus sanguinis c est à dire Le droit de sol et le droit de sang n existeront plus.

Seule la foi en Allah fixe la filiation aux pays de l’Oumma islamique. Une patrie dédiée à Allah et peuplée de ses seuls fidèles. Et ceux qui y sont étrangers à , la charia les exclura du champ de la nationalité tunisienne. Tous ceux qui ne sont plus qualifiés de musulmans tunisiens tels que les Juifs, les chrétiens, les athées, en perdront le bénéfice pour impureté islamique. Ainsi la Tunisie ressemblera à la planète des singes peuplée par des islamistes djihadistes du monde entier.

Grâce à la réforme de son code de nationalité où la foi forge la citoyenneté, la Tunisie post-Ben Ali rendra à sa façon hommage aux Lois Raciales du Führer Hitler adulé par les pères fondateurs de la secte des Frères musulmans qui aurait pu être le père fondateur de l’ hégémonisme islamiste raciste et antisémite dont le système juridique, à supposer que ses lois aient ce caractère, est la négation absolue et criminelle des lois nées des assemblées des hommes.

Aux termes de ce projet  en violation flagrante de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme et du Citoyen jamais adoptée ni ratifiée par les Etats membres de l’O.C.I. qu’ils jugent comme contraires au Coran et à la charia et qui ont préférer se doter le 5 août 1990  au Caire de leur propre Charte  appelée pompeusement Déclaration des droits de l’homme en islam, qui consacre la main mise de la religion sur la vie des hommes, des inégalités des droits entre les sexes, la prohibition de la liberté de conscience et la non-transmission de la nationalité à ses enfants par une femme musulmane mariée à un non-musulman.

Ainsi l’attribution de la nationalité dans les pays musulmans est déterminée par l’identité religieuse de la personne. Et jamais on se trouve porteur de la nationalité d’un Etat musulman on est cantonné au statut de dhimmi, national de seconde zone avec tous les interdits que cela implique dont l’exercice d’une activité politique, judiciaire et le service militaire.

La création du lien national doit répondre aux principes du Coran et de la Charia, soit par naissance  soit par allégeance (on ne se convertit pas à l’islam ).

Tout se passe comme si  la qualité de musulman  est synonyme de pureté nationale et ne pas l’être est un acte ignominieux.

NB LA NOTION DE CITOYENENTENEXISTE PAS DNS L ISLAM CE QUI VA DE SOI. Télécharger : La nationalité du musulman c’est la Foi. [Pdf, word, doc]

Le gag: un prix Nobel de la paix au « Dialogue national tunisien ». Et pourquoi pas à l’Arabie Saoudite !

Afficher l'image d'origine

C’est bien beau d’accorder le prix Nobel de la Paix 2015 – qui n’a plus grande valeur symbolique depuis qu’il a été décerné à Obama – au « Dialogue national tunisien » qui n’est ni une personne physique ni morale.

Mais quel est son véritable mérite ?

Pourquoi le choix de tels lauréats et quelle est leur véritable contribution à la paix en Tunisie ? Ont-ils réellement épargné aux Tunisiens un bain de sang alors qu’ils frôlaient la guerre civile ?

Si on les prend individuellement, il y a peu de chance pour qu’ils présentent des réelles garanties morales aux yeux des Tunisie.

Pour qui ont-ils roulé et quel était leur but ? Quels sont leurs vrais chefs-marionnettistes ? Ont-ils bénéficié de l’aval des scénaristes de la pseudo révolution tunisienne qui ont vu tout leur plan de « démocratisation » du monde arabophone partir à vau-l’eau et qui ne leur reste que la Tunisie comme lot de consolation et pourquoi pas une fenêtre de tir contre l’Algérie si jamais ils retrouvent le vent en poupe ? .

Un dialogue national est par principe le dialogue qui doit être mené entre tous les acteurs civils, politiques, associatifs, militaires, économiques, éducatifs, judiciaires, syndicaux du pays. Or, ces personnes sont surtout représentatives d’elles-mêmes. Elles se sont auto-habilitées à dialoguer et débattre au nom du peuple tunisien. Mais elles ont plus servi les intérêts de la Troïka que des Tunisiens.

Bizarre qu’on ne les ait guère entendu sur les violations récurrentes des droits de l’homme, les manifestations antisémites, l’endoctrinement précoce des enfants, la montée du fanatisme religieux, les prêches haineux des imams, les attaques scélérates contre le CSP, la propagande wahhabite, le préambule de la constitution tunisienne et son article 6, les carnages de Sousse et du Musée du Bardo, les assassinats politiques de Chokri Belaïd, Lotfi Neggadh Mohamed Brahmi, la non-élucidation de ces assassinats, la milice islamiste, les injures proférées par des élus de l’ANC et de Marzougui à l’égard des Tunisiens, les appels au djihad ainsi que les différents attentats terroristes qui émaillent la vie du pays depuis 2011.

Ils ont surtout brillé par leur absence, et servi d’enfumage au peuple tunisien.

Quand on a le souci du dialogue, on doit d’abord avoir le souci du peuple et de la justice.

Question bilan, ils sont nuls.

Mais avec le Comité du prix Nobel, plus on est nul et islamo-obamien-compatible  plus on a la chance de se voir décerner le premier prix pour la simple et bonne raison  que le prix Nobel de la Paix qui ne valait pas grand-chose hier est encore plus que jamais aujourd’hui une véritable insulte à la paix. Le prochain prix devrait être carrément décernée à l’islam là ou moins il aura plus de sens. Récompenser une idéologie qui a occasionné la mort de plus de 280 millions d’âmes  au moins on aura fini avec la tartuferie nobélienne  qui elle-même mériterait le bonnet d’âne du prix de l’enfumage de l’opinion publique internationale.

Le seul dialogue national digne de ce nom, ce sera lorsqu’on aura arrêté la descente aux enfers de la Tunisie et e n’est pour demain dans un pays où l’islam fait règne en despote absolu avec l’adhésion de tous les Tunisiens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

La France engluée dans la chienlit islamique

xHes.jpg.pagespeed.ic.1Wk_p1zNeJ

Nous allons gagner la partie avec le credo : France « race » blanche. En tant qu’anthropologue je préfère parler de culture au pluriel et pas de race au pluriel qui n’a aucun fondement biologique sérieux. Nous avons en commun 99,6% de nos gènes. Je suis pour la défense de l’identité et la spécificité des peuples et des terroirs, contre l’uniformisation des hommes et du respect de la diversité qui est en train de mourir à petit feu.
Je ne veux pas de kamiss et des bourqa pour tous et que nos villes dédiées au dieu-tartufe ressemblent à des mouroirs à ciel ouvert vivant au rythme des appels sinistres à la prière. Où règne la tristesse et la désolation. Peuplées par des ombres noires et des forêts hirsutes ambulantes, des visages de la mort.
Je ne veux pas de cités où l’interdit fait loi où l’uniformité est le dogme. Où tout le monde se cache de tout le monde pour donner libre cours à ses pulsions licencieuse.
Laissons le soin aux généticiens, biologistes, paléontologues et anthropologues le terrain de l’espèce humaine, une et indivisible et jusqu’à preuve du contraire originaire de l’Est Africain.
Nous avons le devoir de défendre la France, son histoire, sa personnalité, sa richesse plurielle, ses racines qui vont au-delà du baptême de Clovis, ses sources d’influences romaines, celtes, germaniques, normandes et grecques, ses valeurs tant enviées par le monde entier. La France de « race » blanche n’est pas un concept porteur ni un catalyseur fort pour mobiliser tous les Français blancs, noirs, jaunes, métis et leur faire prendre conscience de la gravité du péril musulman. Quelle stratégie doit-on définir pour lui faire prendre gorge ? De toutes les communautés présentes sur le territoire français, les musulmans passent pour être aux avant postes des atteintes aux lois de la république. C’est de cela que l’on doit s’inquiéter et les mettre en face de leurs responsabilités soit le respect total et absolu des lois françaises soit d’aller vivre là où ils pourront donner libre-cours à leurs penchants transgresssifs. S’ils sont incapables de composer avec les lois humaines, ils pourront toujours aller goûter aux joies de la charia dans les pays soumis à la dictature de l’islam.Afficher l'image d'origine

Dire que la France est de « race » blanche c’est considérer les musulmans comme une « race »  dotée de ses propres caractéristiques physiques et génétiques faisant ainsi des musulmans une « race » à part, (quid alors des Français de souche convertis à l’Islam ?), qui eux-mêmes se déclineraient en 2 races sunnites et chiites selon la dichotomie de Sarkozy auquel on doit le concept « de musulmans au faciès « . Pendant qu’on continuer à disserter sur la défense de la « race » française et sa pureté mise à mal par les bouleversements démographiques que connaît le pays depuis les années 70, la pieuvre islamique continue à étendre ses tentacules aux six coins de l’Hexagone.  C’est le racisme musulman qui est un danger pour la France et on ne règle pas ce problème en lui arguant de notre spécificité « raciale ».  Le combat contre l’islam et ses valeurs nauséabondes incompatibles  avec le bien-vivre ensemble, l’identité française et l’idéal républicain va très au-delà de la préservation de la couleur blanche de sa peau, il est commun à tous les Français indépendamment de la couleur de leur peau, de leurs origines ethniques, de leurs convictions politiques, de leur croyance et leur sexe. L’ennemi ne fait pas de différence entre les Français, pour lui il y a des musulmans et les koffars pour lesquels il n’a que haine et mépris, il ne sera jamais vaincu avec des discours diviseurs et contre-productifs..
Quand on France de « race » blanche que fait-on de ces Français qui appellent à sa destruction et qui l’on trahie pour l’islam. Ils sont encore pires que la peste, le sida et le choléra réunis.
Personne n’est raciste je veux bien le croire mais alors pourquoi faire de la couleur de la peau un leitmotiv aujourd’hui ?
Le raciste n’est pas simplement celui qui veut faire de sa couleur un motif de supériorité sur celui qui ne présente les mêmes apparences physiques que lui afin d’asseoir sa domination, il est aussi celui comme le définit Albert Memmi; :«le raciste, écrit-il, prétend toujours utiliser quelque différence pour en tirer profit»)

Ça fait 1437 ans que l’islam est en guerre permanente contre le reste du monde

L’histoire humaine a toujours enfanté des monstres de toutes les couleurs et la barbarie n’a jamais été l’apanage de telle ou telle « race ». Il est idiot de réduire le débat sur les dangers néfastes de l’islam radical à un conflit racial. Autant signer notre reddition de suite plutôt que de faire des variantes mélaniques un facteur de rassemblement.

Les djihadistes qui veulent mettre la France à feu et à sang ne sont pas venus d’ailleurs. Ils sont tout aussi « souchiens » que ceux qui sont obsédés par la couleur blanche de la France. Ils auraient pu juguler le phénomène de l’explosion démographique des nouveaux envahisseurs quand il était encore temps. La France n’est pas une couleur c’est des valeurs et des richesses humaines diverses et multiples.

Quand à ceux qui professent l’islam cosmique et impérial sont de couleur multiple et n’ont guère de problème de racisme entre eux.Ces nouveaux cavaliers noirs de l’Apocalypse brandissant le Coran dans une main et la bombe dans une autre qui déferlent comme des rouleaux compresseurs sur nos cités et qui mettent en péril la pérennité de l’humanité tout entière ont dépassé ce clivage de la coloration de l’épiderme, ils sont la nouvelle peste brune de notre temps.
Notre ennemi aujourd’hui n’est ni noir, ni blanc, ni rouge, ni jaune, ni métis, ni cuivré, ni brun, ni olive, il est NAZISLAMISTE.

Continuons à mener une guerre d’arrière-garde et ultra-réactionnaire, il n’y a pas meilleur moyen pour lui offrir demain nos vies en HOLOCAUSTE. Eux au moins qui sont aussi bien Français de « blanche que Nigérians de « race » et Malais de « race » jaunes et de Nord-Africains de « race » basanée ( la bêtise taxinomique est sans limite) sont unis comme les doigts d’une main et n’ont qu’un but instaurer la charia partout dans le monde.

Quand ils tuent, ils ne prennent pas en compte la couleur de la peau, ils tuent parce que nous sommes différents d’eux.

Faire de la couleur de la peau un motif d’évaluation des capacités humaines revient à classifier et exclure et faire le jeu des vrais ennemis du genre humain.

Aujourd’hui ils décapitent les Coptes, les Yazidis, les Chrétiens d’Orient, les apostats de l’islam voire des musulmans qui ne sont pas assez musulmans à leurs goûts, non pas en raison de leurs origines ethniques mais parce qu’ils ne sont pas musulmans comme eux, demain ils nous feront subir exactement la même chose à moins que l’on doive notre salut dans la soumission totale et absolue à l’islam, celle de l’esclave pour son maître.

Le virus létal islamique gagne nos propres foyers plutôt que chercher à le combattre pour l’éradiquer on se plaît à exalter la couleur blanche de notre peau.

L’islam classe l’humanité en musulmans qui ne sont pas un groupe ethnique ou national venant de tous les horizons pour se fondre dans une même et unique communauté et les non-musulmans, ces êtres impurs et infâmes, de la caste des intouchables, qu’il faudrait un jour anéantir ou les convertir. Dotant ainsi les premiers de toutes les vertus pour en faire la caste des seigneurs de nous autres nous en sommes la lie.

La lutte contre l’islam est avant tout humaine et civilisationnelle et ne sera jamais raciste ou racialiste.

Il n’y a pas de place au racisme dans la lutte contre le péril musulman

Ces Françaises qui ont été séduites par l’islam

http://www.europe1.fr/societe/ces-francaises-qui-ont-ete-seduites-par-l-islam-2372851

Il n’y a pas de race au pluriel scientifiquement parlant.Les scientifiques reconnaissent une seule origine à l’homme située à l’Est du continent africain et une seule espèce.
Je préfère que l’on parle des vraies valeurs de la France et de sa richesse culture diversifiée et féconde si l’on veut réellement mobiliser tous ceux qui n’ont pas envie la France s’islamise pour finir dans le bain d’acide des peuples et des cultures.

L’islam catégorise et exclut. Les racistes font de même. On arrivera pas à gagner la guerre contre l’islam en faisant en faisant du racialisme un idéal commun.

On ne classifie pas les humains selon leur couleur de peau. Il y a des noirs antillais et africains qui ont donné leur vie à la France. Desailly, Thuram, Barthès, Blanc, Djorkaef et Zidane sous la houlette de Jacquet  ont fait bien plus pour l’honneur et la gloire de la France que Sarkozy, Morano,  Fabius, Juppé, le Pen et Dati réunis..

L’heure n’est pas à la dispersion et aux divisions,  on doit fédérer tous  les hommes indépendamment de la couleur de leur peau autour des valeurs de la France et qui sont en danger de mort. Ceux qui sont à la pointe du combat contre l’islam et ses idées néfastes pour l’humanité ne sont pas tous des français « souchiens ». Ils sont guidés par leur amour de la France. N’insultons pas l’intelligence et le courage. Ils sont  les nouveaux combattants de la liberté de la lignée des artilleurs sénégalais et nord-africains qui avaient payé de leur sang pour que vive la France.

Hitler voulait une cité idéale pour préserver la pureté du sang aryen aux dépens des minorités ethniques qui n’offraient pas les mêmes caractéristiques physiques que ses Aryens. Mahomet rêvait d’une Oumma réservée aux seuls musulmans à l’exclusion de tous les autres auxquels il ne laissait aucune chance soit l’islam soit la mort.
Juste une rappel, jamais je ne mêle ma voix aux racistes qui sont aussi fous à lier et fanatiques que les musulmans d’une part et d’autre part je combats justement l’islam à cause de son idéologie suprémaciste, antisémite, ségrégationniste et discriminatoire n’est pas pour me retrouver personnellement à combattre à côté des racistes.

La race humaine n’existe déjà pas en tant que telle de là de parler de la France de race blanche et pourquoi pas d’une race française il n’y a que les illuminés de l’espèce de Nadine Morano qui osent franchir le mur du con. Comme si les apparences physiques sont des déterminants génétiques et laissent supposer la prééminence d’une catégorie humaine sur une autre. L’humanité partage en commun plus de 99% de ses gènes. Le temps où les groupes humains évoluent chacun dans son petit coin est révolu. Jusqu’à nouvel ordre nos ancêtres communs viennent d’Afrique. Que ceux qui font de la couleur de leur peau un signe distinctif génétique fasse leur ADN.

Que ceux qui ne le savent pas, les nord-africains sont plus proches génétiquement des Français qu’ils ne le sont des Arabes qui soit dit en passant ne sont pas une race comme je l’entends souvent.

  • Clotilde Coudray, 2006, dans Diversité génétique des populations Berbères et peuplement du nord de l’Afrique, paru Revue Anthropo, Vol. 11 – 2006, Volume spécial, XXVIIème colloque GALF, Clotilde Coudray.

Nadine Morano est plus que jamais une nostalgique du nazisme et sa toxicomanie des races et qu’elle s’est probablement trompée de siècle. A se demander quelle idéologie aurait-elle adopter si elle était en 1944 ? Etre patriote cela exige un minimum de clairvoyance intellectuelle. Nul doute qu’elle aime la France mais elle ne doit pas se discréditer en usant d’argument aussi simpliste que nauséabond. On ne combat pas le racisme dogmatique de l’islam en  prêchant la blancheur de la couleur de la France. Opposer la supposée origine « raciale  sur la base de traits d’apparence physique de la France qui est loin de constituer un groupe génétique homogène à l’islam, c’est considérer l’islam lui-même comme étant doté de son propre marqueur génétique. Et la guerre actuelle est une guerre raciale. Il n’y a pas mieux pour écarter du combat contre l’islam les vrais amis de la France.

La dernière taxinomie (et non théorie) racialiste date de 1944. Il s’agit de la classification de Henri Vallois dans son ouvrage Les Races humaines qui divisait les humains en quatre groupes (d’égale valeur) nommés « races » :
* race noire africaine ;
* race jaune asiatique ;
* race noire australienne ;
* race blanche européenne.
Cette classification convenait parfaitement pour le dégrossissage de concepts demandé par l’enseignement primaire, seul qui soit généralisé à l’époque.
La pertinence de ces divisions n’a plus été admise par la suite, faute de montrer un intérêt quelconque pour la connaissance, ni en matière de biologie, ni en matière d’anthropologie.
Comme le dit André Langaney (dans un ouvrage paru en 1992) :
« Au début des recherches en génétique, les scientifiques, qui avaient en tête des classifications raciales héritées du siècle dernier, pensaient qu’ils allaient retrouver des gènes des Jaunes, des Noirs, des Blancs… Et bien, pas du tout, on ne les a pas trouvés. Dans tous les systèmes génétiques humains connus, les répertoires de gènes sont les mêmes.
»

Le choc est avant tout culturel et civilisationnel. Un « blanc » qui se décline en blanc clair, pâle, ne possède pas un génotype distinct de celui d’un « noir » olive, foncé, métissé, charbon, ébène, clair. La connerie humaine est sans limite.
On lutte contre la culture envahissante de l’islam et non pas contre des individus d’apparence musulmane quand on sait que parmi eux il existe des convertis d’apparence française.

L’islam est raciste, Allah et son prophète en témoignent

Je rappelle aux laids, aux petits de taille, aux convertis blancs de peau et qui n’ont rien dans le cerveau, aux noirs africains, les éternels esclaves de l’islam, les asiatiques et surtout les Afghans, les Bangladais et les Pakistanais qui s’embrasent comme des torches vivantes pour des caricatures, et tous les autres à a couleur de la peau tannée par le soleil qui se démènent comme des toxicomanes shootées à l’islamoroïne, au point qu’ils ont perdu la raison qui aiment Mahomet plus qu’eux-mêmes, leurs femmes, leurs enfants, leur vie, leurs parents et leur patrie, ne ratant jamais l’occasion de se flinguer pour lui et nous avec eux, vous ne serez jamais les heureux élus d’Allah parmi lesquels il devra choisir son Mahdi.
Vous devez être blancs de peau comme un scandinave car cet horrible raciste Allah associe cette couleur à la pureté de l’âme,  à l’origine ethnique et au sang.  Du pur ethno-différentialisme mahométan mais quand on a perdu ses facultés de discernement, muré dans un déni psychiatrique, sourd et aveugle, on entend guère les messages  de bon sens et on ne distingue pas non plus les couleurs. L’insensé a du sens et le sens est un non-sens.
Allah très féru de la couleur blanche par la voix  de Mahomet a établi le profil ci-après de l’IMAM MAHDI, le Messie tant attendu qui ne viendra jamais car si Allah avait la capacité de le créer il aurait sorti les musulmans de la longue et angoissante nuit dans laquelle ils s’y trouvent depuis 1436 ans.
Selon Mahomet, à se demander s’il n’est pas lui-même le vrai Allah. Tellement il est obsédé par la surestimation de l’image de soi, rongé par la peur de  se voir moins aimé qu’ Allah promettant les pires châtiments à ceux qui faillent dans leur amour pour lui : Aucun d’entre vous n’est vraiment croyant tant qu’il ne m’aime pas plus que ses enfants, son père et tous les gens. » (rapporté par Al-Boukhari et Muslim),« Il y a trois choses dont la possession apporte au croyant la douceur de la foi : C’est qu’Allâh et Son Messager lui soient plus chers que tous les autres, qu’il n’aime une personne que pour Allâh et pour nulle autre raison, et que le fait de retourner à la mécréance lui soit plus répugnant que d’être jeté dans le feu.»(rapporté par Boukhari et Muslim) qui exige de ses disciples obéissance, amour et vénération, ce qu’aucun autre prophète ne l’avait fait avant lui: « M’obéir c’est obéir à Allah et obéir à Allah c’est m’obéir »
(Coran 4:80 4:59 24:56),« Vous ne serez pas de bons musulmans tant que vous ne m’aurez pas substitué à votre conscience personnelle et que vous n’aurez nulle angoisse à vous soumettre totalement à mes décisions » (Coran 4:65) le futur Messie doit remplir les conditions ci-après qui serait son clone avec les traits physiques en moins qui sont ceux d’un bel éphèbe promis au paradis:
Wa Yaţūfu `Alayhim Ghilmānun Lahum Ka’annahum Lu’ulu’uun Maknūnun
(Coran LII, 24 > Et parmi eux circuleront des garçons à leur service, pareils à des perles bien conservées)

Yaţūfu `Alayhim Wildānun Mukhalladūna Bi’akwābin Wa ‘Abārīqa Wa Ka’sin Min Ma`īnin
(Coran LVI, 17-18 > Parmi eux circuleront des garçons éternellement jeunes, avec des coupes, des aiguières et un verre d’une liqueur de source)

Wa Yaţūfu `Alayhim Wildānun Mukhalladūna ‘Idhā Ra’aytahum Ĥasibtahum Lu’ulu’uāan Manthūrāan
(Coran LXXVI, 19 > Et parmi eux, circuleront des garçons éternellement jeunes. Quand tu les verras, tu les prendras pour des perles éparpillées),

Son nom sera le même que celui du messager d’Allah, c’est-à-dire Muhammad. En plus, le nom de son père sera Abdullah mort 4 ans avant sa naissance.  Il semblerait que le saigneur de l’humanité serait resté 4 ans en gestation dans le ventre de sa mère Amina. Le miracle de la procréation assistée à la mode islamo-bédouine. Son titre sera le Mahdi, ce qui signifie le bien guidé. L’infâme prophète, celui que j’ai qualifié un jour du père naturel d’Adolf Hitler et qui m’avait valu le courroux  des musulmans « modérés » qui font le choix de la justice républicaine pour décapiter la liberté d’expression, l’a aussi appelé Khalifatullah, ce qui veut dire « le représentant d’Allah ».
Famille et lignage

L’Imam Mahdi appartiendra à la tribu des Qurayish, celle de Mahomet une tribu de brigands et des voleurs des quatre chemins, des sans foi ni loi, et à la famille de Fatima, de la descendance de l’Imam Hassan.
Caractère
Il aura le caractère et les traits immoraux du Messager d’Allah. En une nuit, Allah lui accordera des qualités uniques de foi, de piété, de commandement et de savoir, d’où le titre de Mahdi.
Lieu de naissance
Il naîtra à Madinah Sharif, Yathreb, cette ville spoliée aux Juifs qui ont tous les droits sur cette terre d’Arabie, cauchemar de l’humanité .
Caractéristiques physiques
Il sera grand, blanc de teint, il aura un front large et un nez aquilin, et un grain de beauté sur sa joue droite. »
PS Voici le texte d’origine A vous de juger

Détails sur l’IMAM MAHDI
Les faits suivants sont tirés des paroles du Messager d’Allah( Sallallahu alayhi wasallam):
Nom et titre
Son nom sera le même que celui du Messager d’Allah Sallallahu alayhi wasallam, c’est-à-dire Muhammad. En plus, le nom de son père sera Abdullah. Son titre sera le Mahdi, ce qui signifie le bien guidé. Le saint Prophète Sallallahu alayhi wasallam l’a aussi appelé Khalifatullah, ce qui veut dire « le représentant d’Allah ».
Famille et lignage
L’Imam Mahdi appartiendra à la tribu des Qurayish et à la famille de Fatima, de la descendance de l’Imam Hassan.
Caractère
Il aura le caractère et les traits moraux du Messager d’Allah (Sallallahu alayhi wasallam). En une nuit, Allah lui accordera des qualités uniques de foi, de piété, de commandement et de savoir, d’où le titre de Mahdi.
Lieu de naissance
Il naîtra à Madinah Sharif
Caractéristiques physiques
Il sera grand, blanc de teint, il aura un front large et un nez aquilin, et un grain de beauté sur sa joue droite

Les musulmans

Paru dans Dreuz sous le titre: Les musulmans sont les derniers de la classe. Et ils veulent être nos maîtres ?

Nos rêves sont leurs cauchemars, nos cauchemars sont leurs rêves.

Ils sont à l’ère de la pisse de chameau et nous sommes à l’ère de Boson

Ils aiment la mort plus que tout pour l’ignoble cause de leur religion nous aimons la vie pour transmettre la lumière aux générations futures.

Ils aiment leur religion plus que leurs enfants, leurs femmes et leurs parents et nous n’avons d’yeux que notre progéniture, nos femmes, nos parents et nos semblables.

Ils ne jurent que par leur religion qui fait le malheur des femmes et des enfants et nous croyons qu’il n’y a de religion que l’amour de la vie.

Ils détruisent tout sur leur passage réduisant en cendres l’histoire et la culture des peuples conquis, nous sauvons la mémoire violée et ensevelie des peuples.

Ils ont l’obscurité nous avons la lumière.

Ils sont destructeurs nous sommes bâtisseurs.

Ils conjuguent le passé nous conjuguons le présent et le futur.

Ils sont statiques nous sommes dynamiques.

Ils sont le néant nous sommes la vie.

Ils sont esclaves nous sommes des hommes libres.

Ils ont l’ignorance nous avons la science.

Ils sont plus musulmans qu’humains  nous sommes fiers d’être humains.

Ils prêchent la haine et l’abomination du juif, du chrétien, de l’apostat , du laïc, et du démocrate ,nous appelons à l’amour, à la tolérance et à la fraternité humaine sans exclusive.

Ils s’enivrent du sang humain nous dégustons le vin de notre terroir.

Ils égorgent les hommes nous sauvons des vies.

Ils sont ethnocentriques et nazis dans les tripes nous sommes humanistes, pacifistes et dévoués pour les droits de l’homme et du vivre ensemble.

Ils sont nourris au biberon de la violence et du nihilisme de la  naissance jusqu’à la mort et nous sommes épris de paix et de justice tout au long de la vie.

Ils sont les premiers à profiter des bienfaits de ces peuples que leur livre ordonne d’exterminer, nous avons le malheur de creuser nos propres tombes en les accueillant.

Ils nous témoignent jamais de leur reconnaissance et gratitude, notre générosité est un droit pour eux.

Ils ne vont jamais chez leurs frères opulents, ils savent qu’ils y seront traités comme des vauriens et chez les koffars ils auront tout pour être si bien.

Ils font de l’irrationnel,  de l’insensé et de la barbarie leur mode de vie et nous faisons de la raison et du libre-arbitre le moteur de notre existence.

Ils dilapident des fortunes dans le clinquant et le faste et nous dépensons les nôtres dans le progrès humain.

Ils construisent des mosquées cathédrales alors que leurs peuples  croulent sous la misère et nous les soignons gracieusement dans nos hôpitaux.

Ils font de la Charia une loi pour anéantir les hommes et les libertés et nous faisons de nos lois une source des libertés et de justice.

Ils ne veulent pas des égalités entre les hommes et les sexes au nom de leurs dogmes et ils sont les premiers à profiter de nos lois.

Ils ont la tristesse nous avons la joie de vivre.

Ils sont sans foi ni loi ni morale, nous avons le respect des lois et de la morale.

Ils violent le droit des enfants nous protégeons les nôtres avec notre droit.

Ils font de leur faux prophète un seigneur de l’humanité, il est juste pour nous son saigneur.

Ils se veulent la meilleure nation humaine, nous leur disons que la vantardise est le propre des cancres.

Ils prônent le suprémacisme nous prônons l’égalitarisme.

Ils lapident leurs femmes et décapitent leurs victimes au temps même de Mahomet nous leur rappelons qu’à force de semer la mort ils vont récolter sa tempête.

Ils font de leur religion une science et de leurs imams des savants alors que la science est l’oeuvre de l’homme et l’ennemie des dogmes.

Ils sont pour la guerre nous sommes pour la paix.

Ils veulent conquérir le monde par la terreur, un jour le monde se réveillera et fera de la terre leur tombe.

Ils sont à la traîne de l’humanité  nous sommes à la pointe.

Ils prétendent que la pisse de chameau est un remède contre le cancer et les mêmes viennent faire soigner le leur chez les »infidèles ».

Ils n’ont jamais rien apporté au bien-être commun des hommes nous avons tout fait pour l’humanité.

Ils sont atteints du délire de grandeur aveuglés par leur arrogance et suffisance et nous avons l’humilité chevillée au corps.

Ils font du plagiat et du copier-coller des découvertes qui auraient changé la face du monde, nous sommes là pour démystifier leur imposture.

Ils ne traduisent rien nous avons tout traduit.

Ils font des orphelines et des indigentes des esclaves sexuelles nous adoptons des enfants pour leur donner une dignité.

Ils innocent les violeurs et condamnent les victimes nous protégeons les victimes et réprimons les violeurs.

Ils se détestent  à mort et ça 1436 ans que cela dure nous sommes solidaires.

Ils méprisent leurs pauvres nous donnons aux nôtres les moyens de sortir de leur pauvreté.

Ils ont fait des noirs et des captifs une vulgaire marchandise et nous en les avons donné leur liberté.

Ils pratiquent des mariages pédophiles et nous faisons de nos enfants des phares pour éclairer l’avenir.

Ils relèguent leurs femmes nous émancipons les nôtres.

Ils ont peur de s’ouvrir au monde nous sommes en quête permanente d’ouverture.

Ils font du Coran leur seul livre nous nous nourrissons de millions de livres.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

NB Ce post ne vise que les musulmans qui s’y reconnaissent

Aux racistes musulmans et à tous les autres : personne ne choisit ses origines ni sa religion de naissance

islamisme1

Aux musulmans qui excellent à me coller des étiquettes nauséabondes, qui voient en moi la plume de la fachosphère (quelle horreur) ainsi qu’aux amis juifs qui me présentent comme arabe et musulman progressiste (quel oxymore) : je ne suis ni l’un ni l’autre.

Ma voix est celle d’un homme né libre de toutes contraintes religieuses, politiques, culturelles ou ethniques.

Je suis né et ait été élevé dans l’humanisme, imprégné de la philosophie des lumières, pourfendeur des hérésies, rêvant d’un monde sans frontières ni clivages religieux et idéologiques, et je finirai mon cycle de vie comme tout être humain.

Je ne suis ni arabe ni musulman, ce qui n’est pas une honte à mon sens. Ce qui l’est, ce sont les étiquettes et les préjugés destinés à stigmatiser les différences et vouer aux gémonies ceux qui ne sont pas nés comme nous, ou qui ont choisi une voie différente. Il n’y a pas de peuple supérieur aux autres, tous les peuples ont leurs vertus et leurs faiblesses.

Si ce Dieu existe, il n’a pas favorisé tel ou tel peuple. Du non-sens de l’homme se prétendant béni de Dieu, certains en ont fait un droit opposable à toute l’humanité.

C’est la pire injustice faite à l’homme. Un Dieu juste et impartial ne peut introduire une hiérarchie entre les peuples. Tout privilège accordé à tel peuple ou tel autre est supposition purement raciste. Toute l’humanité constitue la base et le toit du monde.

Ma voix est et demeurera humaine jusqu’au dernier souffle de ma vie. Elle n’est le produit d’aucun système de pensée ni une voix de rupture avec l’idéologie dominante.

Je me bats pour la tolérance et la concorde entre les hommes, pour l’égalité des droits, sans exclusive, et le droit de chacun de faire entendre sa propre voix et non une voix qui lui est dictée et imposée, empreinte de censure ou d’idées préconçues.

Ma voix qui dérange les bien-pensances de tous les bords, les esprits chagrins et murés dans leurs certitudes, incapables de se regarder dans le miroir démystificateur de “leurs” vérités, ma voix que certains considèrent comme rebelle et non-conformiste, elle n’est rien d’autre que l’expression de mon rejet du fanatisme et de l’ethnocentrisme.

Je me bats pour la liberté dans le sens voltairien du terme, conformément à cette citation de Evelyn Hall (attribuée à tort à Voltaire) : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Daech massacre, viole et décapite les chrétiens d’Orient au nom de l’islam comme Mahomet autrefois

Il n’y a qu’un islam celui qui dépasse en horreur la barbarie nazie

L’.E.I. n’est pas l’islam paraît-il  sans bien entendu nous expliquer en quoi ne l’est-il pas , les musulmans dits modérés inventés en toutes pièces par les médias et les hommes politiques de tous bords européens,  ne sont pas l’islam non plus, c’est quoi alors l’islam  qui signifie littéralement soumission, asservissement, assujettissement, allégeance et acceptation de s’en remettre à la volonté du plus puissant que soi ?

Est-t-il l’ami des hommes de tous horizons sans distinction de croyance , de sexe  et de couleur ?

Prône-t-il la paix universelle dans le respect du droit à la liberté de conscience et sans aucune prétention hégémonique et négatrice des spécificités culturelles des peuples ?

A-t-il fait de la femme l’égale de l’homme jouissant des mêmes droits et soumise aux mêmes devoirs ce qui est en totale contradiction de la sourate 2 Al Bakara, la Vache, verset 28 qui consacre et affirme la prééminence absolue de l’homme sur elle ?  Selon Erdogan, le V.R.P. de l’islamisme modéré à la mode occidentale, qui n’a jamais caché son aversion pour la dichotomie entre l’islam modéré et l’islam radical, pour lui l’islam est l’islam, la femme ne peut pas être naturellement l’égale de l’homme. Vouée au rang de domestique, de champ de labour à finalité sexuelle, de pondeuse et de vache à lait.  Sa représentation de la femme ne fait que résumer fidèlement le statut de la femme défini par le Coran.  Allah a beau avoir stipulé « que l’homme est élevé au-dessus de la femme » mais il n’y a que les musulmans modérés qui sont assurément sourds, aveugles, ignorants et en rupture avec les références fondamentales de l’islam qui continuent à le nier sans pour autant l’étayer.

A-t-il couvert les juifs, les chrétiens, les apostats, les opposants, les associateurs  à son message de tout son amour  alors que rien dans les sourates ( 2, 4, 5, 7, 9…) ni dans les hadiths ne témoignent de son affection et sa bienveillance à leur égards ?  A moins que les musulmans modérés considèrent le Coran et les Hadiths comme un tissu de mensonges, une cabale pour nuire au pseudo message non-violent et humaniste qu’Allah a fait propager par la voix de Mahomet connu pour son hostilité pathologique des juifs dont il fallait purifier la terre : « L’heure ne viendra pas avant que les musulmans combattent les juifs et les tuent.  Les juifs tenteront de se réfugier derrière des pierres et des arbres, mais les pierres et les arbres les dénonceront en disant : « Ô serviteur de Dieu!  Il y a un juif derrière moi; viens le tuer ! »  Seul l’arbre appelé gharqad ne les dénoncera pas, car partisan des juifs. » Ses propos rapportés par  Sahih Muslim et Al Bukhari auraient pu servir de sous-bassement théorique à  Heidrich et Eichman dans la mise en oeuvre de  leur programme de la « Solution finale ».

Si Allah était aussi magnanime, généreux, et désintéressé dans son soi-disant amour pour ses ouailles, pourquoi a-t-il réellement besoin de leur interdire de ne pas avoir de l’amour  que pour lui même pas pour leurs parents  sous prétexte qu’il les a dotées d’un seul coeur qui ne peut pas battre pour deux amours à la fois ?  C’est trop facile de faire croire aux crédules  et aux niais musulmans qui lui obéissent au doigt et à l’oeil s’il n’avait pas peur qu’ils s’éloignent de lui qu’il n’y a de place dans leur coeur que pour un seul amour, le sien exclusivement. « Deux amours, celui d’Allah et de ce bas-monde ne peuvent cohabiter dans le même coeur puisqu’Allah [le jaloux, le possessif] refuse et n’accepte guère l’association (shirk) », il n’a pas placé deux coeurs dans la poitrine de l’homme. » (Sourate 33, verset 4). 

A-t-il enseigné à ses fidèles les vertus de l’humilité et de la modestie ? A en juger de ses délires de grandeur il est loin d’avoir ces vertus et encore moins d’être un anti-raciste notoire.  Pour lui les musulmans sont pourvues intrinsèquement des qualités supérieures aux non-musulmans qui les prédisposent d’hériter de la terre et de tout ce qui s’y trouve ( 19, 40) et d’y régner en maîtres ?
Dans une autre sourate 3.110  que ne saurait renier  Adolph Hitler : « Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre ( la Bible ) croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d´entre eux sont des pervers. »

En quoi être musulman est un honneur et un privilège et ne pas l’être est un déshonneur et un crime passible de la peine de mort ? Pourquoi Al Azhar refuse de condamner l’E.I. et Boko Haram pour hérésie ?

Si les musulmans sont des ange pourquoi tout se sang qui se répand à son nom depuis 1435 ans ? S’il était un havre de paix pourquoi il n’y a plus de chrétiens et de juifs dans les pays musulmans ?

Comment peut-il se prétendre religion monothéiste et fier soi-disant de sa filiation judéo-chrétienne et racketter les juifs et les chrétiens pour qu’ils puissent avoir le droit à la vie ?

Pourquoi les relègue-t-il au rang de dhimmis, des humains entièrement à part, des pestiférés, des sous-hommes, des intouchables, des sujets de seconde zone  avec lesquels il est formellement défendu de les prendre pour alliés et associés ou de leur confier le moindre mandat de représentation ?

Est-e que le fait d’être musulman fait de l’homme un seigneur et de ne pas l’être fait de l’homme un esclave alors que le musulman lui-même est acheté par Allah, son esclave soumis ?

 

Pourquoi aucun pays musulman n’a ratifié la Convention Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948  ni l’avoir inscrite dans leurs constitutions craignent-ils à ce point la liberté de conscience pour adopter en masse en tant que membres de l’O.C.I.  la Déclaration du Caire sur les droits de l’homme dans l’islam du 5 août 1990, qui veut dire en réalité  les devoirs des fidèles musulmans, un esclave n’a pas à jouir des droits ?

Droits de l’Homme :

La Déclaration du Caire sur les Droits de l’Homme en islam, qui elle seule est adaptée aux préceptes coraniques, est à des années lumières de la Déclaration des Droits de l’Homme, parce que l’islam est contre l’égalité. Le droit musulman est profondément inégalitaire et liberticide.

Le musulman est automatiquement placé au-dessus du non-musulman, le croyant au-dessus de l’athée, l’homme au-dessus de la femme, l’homme libre au-dessus de l’esclave.

Un exemple :

s33 v60à62 : « Certes, si les Hypocrites, ceux au coeur de qui est un mal et ceux qui tremblent ne cessent point, à Médine, Nous te mettrons certes en campagne contre eux [Prophète ! ] Ensuite, ils n’y resteront tes voisins que peu [de temps]. Maudits, quelque part qu’ils soient acculés, ils seront pris et tués sans pitié, selon la coutume d’Allah à l’égard de ceux qui furent antérieurement. Or, tu trouveras la coutume d’Allah non modifiable.»

Nourris au biberon de l’ethnocentrisme, à l’ego sur dimensionné et convaincus qu’il n’y a  pas d’autre vérité que celle figurant dans le Coran censé être un puits inépuisable de science, jamais les musulmans n’emprunteront la voie de la raison humaine et ouvriront le débat sur les idées fallacieuses , farfelues, néfastes à l’humanité, obscurantistes, figistes, ultra-réactionnaires, rétrogrades, et abracadabrantes véhiculées par leur religion.

Lettre ouverte aux musulmans ce poids mort et cauchemar de l’humanité

Je demande aux musulmanes et aux musulmans qui ont l’aversion des humains  et qui se prennent pour les maîtres du monde alors qu’ils ne sont pas encore sortis du monde des ténèbres que seriez-vous sans nous ? Quand vous faites vos courses vous mettez quoi dans vos paniers, Mahomet, Allah et le Coran ou des produits que vous n’êtes pas capables de fabriquer vous-mêmes et dont vous êtes redevables à 100% à ceux dont votre satané livré ordonne de massacrer et d’humilier ? Quand vous avez  faim et soif c’est l’islam ou les pays des « koffars » qui vous nourrissent ?  Quand vous n’avez pas de travail chez vous et pour échapper à vos conditions de vie misérables est-ce que vous trouvez refuge dans l’islam ou dans ces pays que vous êtes en train de détruire au nom de votre religion ?
Quand vous êtes malades, vous vous soignez à coups de versets maléfiques ou vous prenez des médicaments fabriqués par les mécréants ? Quand vous avez froid et vous êtes plongé dans l’obscurité vous vous vous vous chauffez et  éclairez avec les hadiths de ce prophète diabolique ou vous utilisez l’électricité inventée par l’Occident que vous vous haïssez tant ? Quand vous avez besoin de surfer sur l’internet vous utilisez vos tapis de prière ou des PC produits chez les infidèles ? Quand vous avez besoin de vous déplacer vous prenez les mosquées comme moyen de transport ou des véhicules mobiles fabriqués chez les non-musulmans, les musulmans ne sont ni des industriels ni des industrieux, que votre ignominieux et abominable livre prétendument sacré appelle associateurs dont il vous recommande l’extermination jusqu’au dernier  ? Quand vous êtes atteints de myopie vous portez la Ka’aba pour  augmenter votre vision ou une paire de lunettes fabriquée par les mécréants ? Quand vous devez vous faire opérer on vous anesthésie avec l’eau de zem zem ou avec un anesthésiant importé de l’Occident dont vous terrorisez les habitants ? Quand vous êtes déficients auditifs vous avez recours  aux hauts-parleurs des mosquées qui crachent leur poison de haine sur l’humanité ou vous utilisez des appareils acoustiques sortis des laboratoires des pays du dar-al harb ? Quand vous devez monter dans une tour de 30 étages par exemple vous empilez le Coran pour les grimper ou vous empruntez un ascenseur  qui  porte la marque des pays qualifiés d’ignominieux et d’infâmes par votre Mein Kampf ?  Quand vous avez besoin de faire des radios de vos poumons vous les faites dans les salles de prières ou dans des salles de radiologie nées dans le cerveau des ces femmes et ces hommes que le Coran, ce livre  liberticide et génocidaire, voue aux feux ardents de votre enfer qui n’est rien d’autre que le vôtre ? Quand vous vous rendez dans ce haut lieu de la barbarie humaine qu’est la Mecque pour faire votre circumambulation autour d’une météorite noire symbole de votre culte fétichiste vous vous envolez sur vos tapis volants de prière ou à bord de ces oiseaux volants fabriqués chez les enfants de Satan comme vous les appelez ? Quand vous passez vos appels téléphoniques vous utilisez les puces que vous ramassez dans les mosquées ou les puces inventées par les mécrus et les égarés ? Quand vous dites que vous êtes la plus belle communauté de croyants jamais créée par Dieu, je ne sais pas de quel Dieu parlez-vous de celui dont la connaissance de la géographie humaine ne dépasse pas les confins des terres arides et lunaires d’Arabie,  pourquoi vous avez autant peur de la satire et de la critique au point que vous massacrez tous ceux qui auraient offensé ce faux prophète sanguinaire et cruel qui excellait dans le meurtre de ses opposants ? Quand vous dites comme le Coran vous le certifie par la voix de vos muftis  charlatanesques et vos imams débiles que la terre est plate et fixe et que le soleil tourne autour d’elle vous ne croyez pas que vous avez atteint le degré zéro de la bêtise humaine ?

Print Friendly

C’est l’islam qui gangrène l’humanité tout entière et l’occident en particulier et non pas les musulmans

Il ne suffit pas de faire un relevé des dérives délictuelles et criminelles des musulmans qui n’ont pas l’exclusivité des crimes et des délits en France à ma connaissance sauf pour occulter celles des autres et faire un amalgame coupable, il faut proposer des pistes de réflexion et des solutions pour endiguer les violents courants du ras-de-marée musulman déferlant sur l’hexagone.

On ne combat pas l’islam avec une topographie des faits divers du type, un musulman qui viole, un musulman qui tue, un musulman qui vole, un musulman qui deale, un musulman qui agresse. Est-ce que cela va pour autant contenir l’appétit grandissant de la bête immonde musulmane qui rêve de dévorer l’humanité tout entière ?  Nelson Mandela, Martin Luther King, Aimé Césaire ou le Mahatma Ghandi n’avaient pas livré la bataille glorieuse, humaine et héroïque  qui étaient la leur au racisme et aux injustices insoutenables  dont étaient victimes leurs peuples en employant les mêmes méthodes que leurs oppresseurs en soufflant sur la braise jamais éteinte de la discrimination ethnique et religieuse.

On ne désarme pas l’ennemi en dressant l’inventaire de ses tares et de ses actes répréhensibles et transgressifs qui ne sont en réalité en rien différentes des nôtres, sauf que les unes sont plus médiatisées que d’autres qui n’est rien d’autre que symptomatique de notre propre faiblesse et impuissance, voire le reflet de nos vieux démons dont les stigmates se reflètent dans le miroir de notre ennemi qui n’est en définitive qu’un autre nous-mêmes. 

Par conséquent, le meilleur service que l’on puisse rendre à l’islam est de victimiser ses adeptes en les clouant tous au pilori alors qu’ils sont eux-mêmes les premières victimes égarées dans la jungle inhospitalière de l’islam. En faisant d’eux les boucs-émissaires du mal-être de la France c’est occulter les fonds des problèmes et dédouaner l’islam de ses responsabilités quant aux effets néfastes de son enseignement sur l’état de santé mentale et psychique de ses fidèles. Car le vrai coupable est l’islam lui-même, c’est lui qui modifie et aliène leur comportement et altère leur pensée. A force d’instiller chez eux des idées contraires à la morale humaine, il leur a fait perdre la notion des valeurs humaines et du respect des lois universelles et de la vie.d’autrui.

L’être humain ne naît ni criminel ni délinquant, il est le produit de son éducation et de son environnement social, culturel et humain. Les musulmans ne sont pas par conséquent plus criminels que d’autres. Tout donne à penser que la forte ré-islamisation observée dans les cotées-ghettos majoritairement musulmanes aurait joué un rôle majeur dans l’explosion de la voyoucratie chez les musulmans. Voler les lois humaines est permis si elles sont jugées incompatibles avec les lois de l’islam. S’adonner au terrorisme est tout-à-fait licite au regard du Coran alors qu’il est un crime au regard des lois des lois nationales. Plutôt que de pacifier les caractères et freiner les ardeurs velléitaires et l’agressivité naturelle chez les hommes, l’endoctrinement religieux dispensé par des p des prédicateurs  haineux, nourris de rancoeur, assoiffés de revanche, incultes, frustrés et obsédés par la destruction de l’Occident judéo-chrétien et démocratique fait l’effet d’un désinhibiteur libérant les pulsions de violence latente chez les hommes et surtout les sacralisant  si elles sont mises au service de la cause de la religion. La peur du gendarme s’efface et disparaît pour laisser la place à un nouveau projet de vie qui le propulse vers les sommets de la gloire non pas celle que peuvent connaître les communs des mortels mais celle qu’Allah reconnaît aux hommes qu’il a élus pour combattre dans ses sentiers et mériter de son paradis. Sortir enfin de l’anonymat et de la misère sociale, matérielle et intellectuelle pour devenir enfin un homme au-dessus de la mêlée et qui du statut de justiciable il devient lui-même justicier qui ne doit pas répondre de ses actes que devant Allah.

C’est l’islam lui-même qui inocule chez les siens les graines de la transgression des lois humaines jugées impures et imparfaites. En se pliant auxdites lois revient au musulman de commettre un sacrilège. Elevé dans le rejet et le mépris des lois des hommes le musulman ne peut que tout naturellement être dans l’obéissance aux seuls lois de sa religion qui sont en contradiction totales avec les lois fruit de la raison humaine comme dans les cas du djihad, de la pédophilie, des appels au meurtre des non-musulmans et des apostats, des atteintes aux biens et aux personnes car il est permis de voler les non-musulmans, le trafic de cannabis qui n’est pas illicite aux yeux des musulmans  car c’est Allah qui l’a fait pousser pour qu’ils jouissent de ses bienfaits etc..

Deux écoles de  lois antinomiques qu’il est impossible de faire cohabiter à cause de leur nature originelle. L’école juridique musulmane qui est un non-droit dont la finalité est d’instaurer un ordre amoral et de donner un pseudo cadre normatif aux actes de la barbarie humaine pour replonger l’humanité dans le chaos et le monde des ténèbres d’une part et d’autre part une école juridique de droit positif qui fixe des droits et devoirs communs à tous les hommes dans le respect des libertés de chacun et la protection du cadre juridique conçu comme étant l »expression de la volonté générale qui est la condition sine qua non seule garante de l’édification d’une société humaine et humanisée à l’antipode d’une société soumise à la dictature de l’islam où les lois d’Allah servent d’un blanc seing pour les crimes sexuels à titre d’exemple. Où la victime d’un viol devient coupable.

  L »erreur consiste par conséquent à se tromper de coupable. Il y en a qu’un c’est l’islam qui est dogmatiquement criminogène, ultra- violent, raciste et antisémite. Il faut cesser de tirer à boules puantes sur le musulman  au moyen des statistiques douteuses et empiriques pour faire des stéréotypes une science exacte et  en reprenant ainsi à son compte les représentations des musulmans de tout ce qui n’est pas coulé dans leur moule incompatible la morale humaine. Aller dans le même sens qu’eux revient à renoncer au combat avant de l’engager..

Il faut avoir une stratégie claire, réfléchie et raisonnée, garder la tête froide sans passion ni hystérie. Car le musulman perd très vite ses moyens quand il est à court d’arguments, s’excite, s’agite, bouillonnant de colère qui le rend agressif, se comportant comme une véritable bête féroce avançant aveuglement sur son adversaire. 

On ne peut pas endiguer non plus l’expansionnisme musulman en s’amusant à établir un observatoire de la criminalité musulmane. C’est antirépublicain et contre-productif.  Que les musulmans occupent les rubriques des faits divers et soient surreprésentés dans les prisons, c’est un constat évident et alarmant  mais cela ne doit pas masquer la vraies racines du mal. Ils sont contaminés et irradiés par l’islam.  m

Quelle parade devrions-nous adopter pour stopper les coups de boutoir de l’islam qui vont finir par nous achever si l’humanité tout entière ne prend pas réellement toutes les mesures pour éradiquer le péril musulman réagissons dont les musulmans sont les premiers à en pâtir.

L’islam poursuivra son oeuvre destructrice jusqu’à ce qu’il ait fini par devenir le maître du monde

Les indignes représentants du culte de la barbarie humaine et de l’obscurantisme et la négation de la vie érigés en dogme religieux de France font semblant de rompre le silence non pas pour condamner explicitement la source même de l’extrémisme musulman qui est le Coran lui-même et inviter leurs coreligionnaires à s’en démarquer, ils leur demandent juste de faire preuve de volonté d’ouverture et de se détourner de l’extrémisme, comme s’il leur demandait d’abjurer l’islam lui-même, cette religion qui sanctifie la violence et la récompense, qui fait de l’immoralité et la perversion des normes de vie en société, qui nourrit ses fidèles  de la haine du juif, de la femme  et de l’autre.

Une religion qui ne l’est pas et qui s’apparente surtout au nazisme et qui devrait être abolie pour racisme, esclavagisme, pour crimes et incitation aux crimes contre l’humanité. Des centaines de millions de vies humaines fauchées et des civilisaions glorieuses achevées au nom de l’islam.

Que ces indignes représentants, ennemis de l’ombre de la république dont ils cherchent secrètement à miner les fondations pour lui substituer un jour l’islam, fassent pour une fois preuve d’honnêteté intellectuelle et d’humanité en faisant tomber le masque de l’islam plutôt que de continuer à le draper dans sa vertu.

Pourquoi s’ouvrir si on est déjà ouvert ? S’ouvrir sur qui et sur qui ?  Le Coran qui a fait de la haute de l’autre et de son extermination un des premiers articles de la foi islamique ne fait-il pas lui-même interdiction aux musulmans de se mêler aux non-musulmans, d’acter avec eux ou d’en faire d’eux leurs mandataires ? Un musulman est celui qui se soumet totalement à la volonté d’Allah, son seigneur et maître, son propriétaire de plein de droit qui leur obligation absolue de combattre les infidèles et les convertir de gré oui de force. Un musulman qui n’oeuvre pas dans la voie d’Allah n’est pas un musulman. Il n’a pas à se préoccuper du bien vivre ensemble, de la fraternité humaine et de la paix et la sécurité dans le monde. Sa mission sur terre n’est pas à apporter sa contribution au dialogue entre les hommes indépendamment de leur croyance, il n’y a qu’une seule croyance qui prime sur toutes autres c’est l’islam appelé à devenir la croyance commune de toute l’humanité. Convaincu qu’un jour il installera son auguste derrière dans le trône planétaire, il lui est insupportable  de rechercher un quelconque compromis et consensus avec des modes de pensées  qui sont selon lui vils et imparfaits.

Que peut-on attendre de la part des croyants à l’humilité défaillante car convaincus que leur islam est le salut de l’humanité ?

On ne demande jamais à quelqu’un de s’ouvrir s’il n’était pas justement suffisant, arrogant, imbu de sa personne, mégalopmane, ethnocentrique bourré de préjugés et de mépris de l’autre. Quand on est citoyen d’un pays on a pas à se proclamer musulman d’abord ou même accoler l’adjectif musulman à sa nationalité.Comme si le fait d’être français tout court par exemple est synonyme d’infamie.

Cet appel qui est un mirage dans le désert dans lequel l’islam a installé les peuples tombés sous son joug laisse clairement entendre que les musulmans vivent dans leur coquille en marge de la collectivité,qui est en même temps un témoignage de leur hostilité et inimitiés vis-à-vis de tout ce qui n’est pas musulman et de leur défiance à l’égard de leurs hôtes.

Pourquoi appellent-ils leurs coreligionnaires à s’ouvrir alors que c’est une obligation citoyenne, car on ne peut pas vivre avec les autres si on ne les accepte pas tels qu’ils sont dans un esprit de tolérance et non se refermer sur soi pour s’en détourner et afficher ostentatoirement les couleurs de son appartenance religieuse qui sont autant d’offenses et de mépris pour les valeurs de la république.

Les signataires de cet appel insultant pour la mémoire des victimes du terrorisme musulman devraient savoir que les auteurs de ces crimes agissent dans le respect des préceptes coraniques et la Sira mahométane. Les victimes de l’islam ont besoin d’actions concrètes et sans équivoques. Ils devraient pour commencer faire le bilan tragique de toutes les vies humaines fauchées par des musulmans instrumentalisés par l’islam lui-même.

L’extrémisme n’est pas une nécrose dans l’organisme musulman, il en est le liquide rachidien. Les musulmans sont ce que l’islam a fait d’eux et non ce qu’ils font eux-mêmes de l’islam. Ils sont le Coran à ciel ouvert. Ceux des musulmans qui sont les plus fidèles à l’islam qui manifestent le plus d’ardeurs velléitaires et terroristes, ce qu’on appelle djihadistes, qui ne cessent depuis ces trois dernières décennies à donner l’image la plus cohérente et conforme à ce que l’islam doit être. Un islam ténébreux, criminel, génocidaire, et apocalyptique.

Des milliers, voire des centaines d’autres milliers de Merah, Nemmouche, les frères Kouachi, Coulibaly, Ben Laden, Abou Ayoub, Ghannouchi, Omar Bachir, Zawahiri etc.. attendent patiemment leur heure pour passer à l’action pour châtier les infidèles là où ils se trouvent et purifier ainsi la terre toute entière de leur présence. Aucun abri ne leur garantira la vie, car rien ne doit échapper à la vengeance d’Allah qui doit être exécutée de la main de ses plus vaillants fidèles.

Tous les actes terroristes qui jalonnent l’actualité mondiale aujourd’hui sont frappés du sceau sacré de l’islam. et portent la signature indélébile de leurs commanditaires que sont cette divinité sanguinaire héritée du polythéisme arabe et de ce prophète imposteur et cruel.
Ce n’est pas un appel à la volonté d’ouverture dont le monde a besoin, c’est une dénonciation et une condamnation sans appel de tous les crimes de l’islam partout dans le monde.

Leur appel en trompe l’oeil contre l’extrémisme n’est qu’un coup de bluff médiatique pour refaire la virginité de l’islam déflorée par cette violence consubstantielle et endémique depuis ses origines, un leurre et une entourloupe islamique. On fait semblant de dire les choses pour amadouer son auditoire mais dans les coulisses on doit faire les choses selon la volonté d’Allah.

Il n’y a ni repentance ni compassion dans leur appel saugrenu et malveillant. D’autres attentats suivront après ceux du Musée juif de Bruxelles, de Toulouse-Montauban, de Madrid, de Londres, de la Rue de Rennes, du Métro de Saint-Michel, du 11 septembre 2001, de Naïrobi, du Nigéria, du Nord du Cameroun.
Le seul appel digne de ce nom est de dire aux musulmans de se plier aux lois de la république dont ils sont les premiers transgresseurs( on commence par la case prison pour finir terroriste) et de bannir de leurs vies les lois de l’islam qui sont un crime contre l’humanité.

De même tant que la république continue à manquer de vigilance, à fantasmer sur le pacifisme musulman et n’a pas pris elle-même les mesures fortes  comme celles que j’ai énumérées dans un récent article sur l’éradication du terrorisme musulman, pour mettre les musulmans en face d’un vrai choix soit la France soit l’islam, l’extrémisme musulman qui puise ses sources dans les textes fondateurs de l’islam et dont la finalité est établir la Loi d’Allah sur tous les hommes par l’islamisation à marche forcée et contraignante de toute l’humanité a un bel avenir devant lui. Celui du sang et des cendres.

Ce que ces potiches représentants autoproclamés de l’islam de France, comme si l’islam était un cépage qui pouvait à être adpaté à d’autres terroirs que son terroir originel,  devraient rendre public sont les versets coraniques qui sont la cause première de ce qu’ils appellent les dérives violentes chez les petits loubards des banlieues qui présentent paradoxalement le même profil violent, criminel et délictuel que Mahomet et ses complices.

Aux musulmans qui parent le Coran de toutes les vertus comme les nazis avec Mein Kampf

Continuez à défendre le Coran c’est votre droit comme d’autres défendaient Mein Kampf mais sachez toutefois que vous vous faites complices de l’intolérance, de la légitimation des meurtres des apostats, (ne me dites pas que l’apostasie un droit dans l’islam, votre mauvaise foi n’a pas de limite), de crimes contre l’humanité, incitation à la haine de l’autre, du juif et du chrétien, de la pédophilie;de la nécrophilie, de la zoophilie. Reconnaissez qu’aujourd’hui on lapide, on répand a terreur, on menace de mort les athées on tue et on massacre au nom de l’islam de Mahomet.

Malgré votre art consommé d’éluder les questions et votre propension maladive à chercher à noyer le poisson et vous cachez derrière votre petit doigt vous ne pourrez rien, absolument rien contre la réalité des faits qui traduisent de manière la plus éloquente les textes fondateurs de l’islam. Votre gourou était un chef d’une bande d’assassins et de pilleurs.Ils s’étaient tous massacrés entre eux. La machine de la mort n’épargnait personne y compris les petits-fils, le gendre et la fille de Mahomet Fatima Ezzahra assassinée par le Calife Omar si vénéré par les musulmans.  Ce qui illustre parfaitement le climat de violence sanguinaire  et de discorde qui était le leur.

De grâce, ne me renvoyez pas à Judas pour occulter la barbarie des lieutenants que vous appelez compagnons du prophète qui ne l’est pas. Vous êtes incapables d’entendre le langage de la vérité parce que vous êtes trop fanatiques et dépourvus de discernement. Ne cherchez pas nous vaincre avec la vérité de votre ignorance.Répondez-donc pourquoi des athées croupissent dans vos prisons en attente de leur exécution et pourquoi vous lapidez les femmes et les apostats ?

Vous me dites que ce n’est pas ça l’islam, c’est tout-à-fait vrai pour la simple et bonne raison que ce que vous ne servez là est un avant-goût du Grand Effroi coranique que vous promettez à l’humanité.  » Ô Pierre tu dénonceras le juif caché derrière toi » Ne dites plus jamais que le Coran est une ode d’amour, un mot qui n’existe guère dans ce livre dangereux pour l’humanité.

Pourquoi l’islam est le plus grand mal de tous les temps

Qu’Aïcha ait 6, 9, 14 ou 18 ans cela ne va rien changer à la face hideuse et nauséabonde du prophète de l’islam, un être de la lignée d’Adolph Hitler et Tamerlan qui se veut l’élu préféré d’une divinité héritée du polythéisme arabe,  lunaire et cruelle, et dont il dispute paradoxalement l’amour dans le coeur des musulmans.

La vraie question est de savoir si l’islam est facteur de développement humain, d’épanouissement personnel, de créativité, de progrès social, de protection des droits de la petite enfance et des droits humains,  de liberté, de démocratie, d’égalité entre les sexes et tous les hommes indépendamment de leur croyance et leurs origines, d’innovation technique et technologique, de justice sociale, d’humanisme, de paix, de renouveau humain, de respect du droit à la différence et de la concorde entre les peuples ?

Une religion qui prêche la haine de l’autre, qui ordonne le meurtre de ceux qui l’abjurent et qui voue une aversion pathologique aux juifs et aux chrétiens n’a rien d’humain.  Elle est le culte du Mal.  Quel sens spirituel peut-on accorder à   une religion si imbue d’elle-même, suprématiste, raciste et qui se veut la plus parfaite et au-dessus de toutes les autres ? Aucun si ce n’est qu’elle cherche à conférer une morale à ce qu’il ne l’est pas et de donner du sens aux conduites et dérives extrémistes, perverses et ultra-violentes. A l’antipode de la définition du concept de la religion selon Emile Durkheim : »Une religion est un système solidaire de croyances et de pratiques relatives à des choses sacrées, c’est-à-dire séparées, interdites, croyances et pratiques qui unissent en une même communauté morale, appelée Église, tous ceux qui y adhèrent. » – Les Formes élémentaires de la vie religieuse, 1912.

Plutôt que de se livrer à un examen critique de la vie du prophète auto-proclamé  susceptible de provoquer l’ire des musulmans qui le vénèrent plus qu’Allah lui-même, le mettant sur le toit l’humanité, car il reste la seule image réellement sacrée pour eux,  alors que rien dans sa vie ne plaide en faveur des vertus morales dont il est dotée, il faut analyser cette religion qui ne l’est pas sous l’angle du libre-arbitre et de son apport en matière de droits fondamentaux et de la préservation de la mémoire universelle ?

Quel a été son apport dans les recherches archéologiques ? A-t-elle mise en valeur les grandes civilisations perse, égyptienne, mésopotamienne, carthaginoise,  romaine,  assyrienne etc? A-t-elle été au rendez-vous des grandes révolutions qui ont bouleversé l’humanité et l’ont fait passer de la prtohistoire à l’histoire, imprimerie, technique, technologique, nanotechnologique, informatique, elle qui a fait du nihilisme un dogme religieux, ? 
Quel est le nombre des musulmans qui ont obtenu des prix internationaux tels que les prix Field, Pritzker et Nobel ?
Quelle est la part de la recherche et développement dans les P.N.B. des pays musulmans ?

Si l’islam est aussi scientifique que ne le prétendent ces masses incultes et analphabètes alors pourquoi les musulmans préfèrent investir dans la construction des mosquées et zéro cent dans les laboratoires de recherche et leurs prédicateurs les abreuvent de délires charlatanesques sur la position de la terre par rapport au soleil ? 
Pourquoi préfère-t-on conditionner mentalement les enfants en leur inoculant le virus du djihad, les endoctriner, les élever dans la peur de la mort et la haine de l’autre, et l’ethnocentrisme plutôt que de leur inculquer les bases de l’amour, éveiller leur intelligence,susciter en eux la créativité et le respect de celui qui est différent de soi ? Pourquoi les pays musulmans sont ceux qui consacrent la part la plus faible de leurs richesses nationales à l’éducation et à la santé publique, où les dizaines de millions d’enfants déscolarisés ne bénéficient pas d’accompagnement préventif et de mesures d’insertion sociale et professionnelle, pour être livrés comme des proies aux vautours qui appellent à la destruction de l’humanité ?

Pourquoi l’islam est synonyme  de pédophilie, d’inégalités sociales, de racisme de classe, de tribalisme,d’obscurantisme, de bellicisme, de sexisme, de racisme, d’exclusion, d’ethnocentrisme, d’inculture, de haine du juif et du chrétien, de perversion morale, d(effusion de sang, de barbarie, d’intolérance, de despotisme; de négation des libertés, d’anti-individualisme, de castration de la création,  de décapitation, de divisions, d’inégalités entre les hommes et les femmes, d’esclavagisme, de lubricité, des des droits de la femme et de la petite enfance, de refus du progrès humain, de résignation, de fatalisme et de violence ? Autant de questions auxquelles les musulmans sont incapables d’y répondre et qui ne leur donnent pas l’opportunité de crier à l’islamophobie. Le propre des musulmans est d’esquiver les débats sur l’islam en déversant leur venin sur leurs contradcteurs.

Pourquoi le dialogue est impossible avec les musulmans

Quel dialogue ,quel échange constructif avec des partisans d’une idéologie  haineuse, raciste, antisémite, intolérante, pédophile, nécrophile, sanguinaire, nécrophage, suprématiste, ethnocentrique, barbare, esclavagiste, perverse, violente, réactionnaire, tartufe,  terroriste, liberticide, obscurantiste, terroriste, immorale, qui ne connaît de vérité que la sienne et qui dénie à l’autre le droit à la différence qui ne lui laisse le choix qu’entre le statut de dhimmi ou la mort ? Quel dialogue peut-on construire avec des représentants d’une idéologie négatrice des droits de l’homme et du citoyen et qui tue les apostats et lapide les femmes adultères tout en épargnant la vie des hommes fornicateurs ?

Quel dialogue devrions-nous avoir avec une religion qui appelle au djihad contre les non-musulmans et qui sème les graines de la division et du chaos ?
Quel dialogue le monde doit-il avoir avec une idéologie qui détourne des enfants mineurs à des fins d’exploitation sexuelle  et terroristes en Syrie par exemple ?
Quel dialogue avec une religion qui fait de la transgression des lois nationales et internationales un dogme religieux et dont certains de ses adeptes avec le silence approbateur de leurs coreligionnaires kidnappent des filles pour les réduire à l’état d’esclaves sexuelles dans la pure tradition mahométane ?
Quel dialogue avec un système de croyance organisé en crime contre l’humanité et qui tue et massacre chaque jour dans le monde des non-musulmans et tout particulièrement des chrétiens et qui fait de la purification religieuse un devoir pour chaque musulman ?

Quel dialogue peut-on avoir avec des êtres qui font de leur ignorance une science fondamentale, arrogants qui se prennent pour les maîtres du monde et de l’univers, méprisants, négateurs du droit à la différence, fermés à toute critique de l’islam, allergiques aux débats d’idées, fanatiques, impulsifs, hautains, nombrilistes, vaniteux, incultes,  mythomanes, à l »ego surdimensionné,  convaincus de la supériorité absolue de leur idéologie, ultra -violents, et prétentieux alors qu’ils sont incapables de suivre la marche de l’histoire ?
Quel dialogue peut-on avoir avec des hommes et des femmes qui oeuvrent pour la destruction du monde et veulent imposer leurs lois scélérates et liberticides à toute l’humanité ?
Quel dialogue le monde non-musulman doit engager avec des des sujets schizoïdes et paranoïdes  murés dans leurs certitudes qu’il n’y a de salut pour l’humanité que sa soumission à l’islam ?
Quel dialogue peut-on avoir avec des fidèles d’une religion qui ordonne de tuer les infidèles et tous ses détracteurs  et leur promet le paradis en récompense ?
Il ne peut y avoir de dialogue avec des êtres dépourvus de raison humaine et qui s’acharnent depuis 2001 à vouloir détruire le monde et dont le nom de leur religion est associé aux plus grands génocides de l’histoire humaine.
Un musulman est un prosélyte né il ne doit jamais dialoguer avec un non-musulman et quand il le fait c’est pour le manipuler, abuser de sa crédulité, tromper sa vigilance, l’enfumer et le doler avec le projet de le convertir à ses idées.

En effet, il n’est jamais tenu au respect de la parole donnée et peut la renier quand son interlocuteur ne professe pas la même foi que lui. Quand il fait semblant de le faire, c’est comme un cobra qui endort la vigilance de sa proie. Il n’est pas le roi de la Takkyia par hasard et on ne peut jamais dialoguer avec un partenaire qui n’avance jamais à visage découvert.

Je préfère mourir pour mes idées plutôt que de vivre dans l’autocensure de ma pensée

Douter de la nature religieuse de l’islam, ne pas avaler la grosse couleuvre de la religion de paix, d’amour et de tolérance. L’islam n’est pas une religion au sens commun du terme, c’est un systeme polico-religieux totalitaire qui arbore le masque d’une spiritualité innocente pour ne pas éveiller les soupçons sur sa véritable nature. Il a l’art de leurrer et de tromper tout son monde sans en avoir l’air.

Pernicieux et manipulateur, agressif et parano vivant dans la peur de se faire démasquer et être pris au piège de son imposture.  C’est pourquoi il a fait de la violence son seul argument et un chemin de félicité promettant le paradis aux plus fanatiques et excites parmi eux. D’où ce déferlement hystérique qui les caractérise dés que leur foi est mise à nu. L’islam est un sujet tabou, alors que le vrai tabou est d’interdire la réflexion sur le vrai visage abominable de l’islam.

Croire reste aléatoire et ne revêt aucune valeur de vérité absolue et quand bien même elle le serait on ne peut pas censurer et condamner  les idées qui ne vont pas dans le sens des idées communément admises. c’est-à-dire le discours dominant. Que les musulmans se prévalent de leur système de pensée unique en Islamie, ils ne peuvent en faire une loi opposable, répressive et contraignante en France pour restreindre et réduire comme une peau de chagrin le champ des libertés.

Accuser ceux qui les dérangent dans leurs certitudes de racisme anti-musulman cela dénote en soi de leur mentalité liberticide et inquisitoriale et pire encore de la projection de leur propre racisme sur autrui en confondant leur religion avec une race dotée de ses propres caractères identitaires et un patrimoine génétique spécifique qui le distingue de l’ensemble de l’humanité.

Etre musulman n’est pas un titre de noblesse qui confère à son titulaire des privilèges et prérogatives dus à son rang ou lui conférer des vertus hors du commun. On baigne dans un racisme qui aurait fait honte à Hitler lui-même. Comme si par exemple un français qui se vend son âme au diable musulman islam ne se soumet pas seulement une nouvelle foi qui est aussi loi mais surtout il subit une transformation génétique faisant de lui un individu hors du commun. Un individu qui fait le choix de l’idéologie musulmane renonce en réalité à sa dignité humaine d’une part et d’autre part rejoint le camp de l’infamie.

 

En quoi est-ce du racisme que les troubler dans leur croyance ? En quoi est-ce une incitation à la haine que d’exprimer son hostilité pour l’islam et d’accuser les musulmans de professer une idéologie foncièrement raciste et totalitaire ?

C’est l’islam et ses adeptes qui devraient tomber sous la coupe de la loi du 29  juillet 1881 et non pas l’inverse.  Qui incite et nourrit ses fidèles au biberon de la haine du juif, du chrétien et des non musulmans, appelle à la violence, discrimine, tient un discours suprématiste, érige des barrières entre les sexes et classifie l’humanité en purs et impurs et prétend élever le musulman quel qu’il soit au-dessus des non musulmans ?

La critique d’une religion garantie par la loi est un droit inaliénable comme le droit d’en avoir qui n’a rien l’iconoclaste ni constitutive d’un délit de blasphème pour justifier les foudres de ses fidèles et attiser la braise de leur réactions violentes vengeresses.

Les adeptes de l’islam ne peuvent nous opposer l’exception musulmane pour réduire au silence tous ceux qui remettent en cause la vérité dont leur religion serait porteuse. Une religion qui se veut vérité doit savoir se remettre en question pour faire évoluer sa propre conception de vérité.

La liberté de parole que les musulmans veulent faire étouffer au nom des lois laxistes et liberticides est un droit fondamental au même titre que la liberté de culte, elle ne doit pas faire l’objet de stigmatisation et de procès en inquisition sous prétexte qu’elle risque d’ébranler les croyants dans leurs convictions. L’ère de l’Inquisition est pourtant révolue, mais les musulmans veulent aujourd’hui la rouvrir pour substituer au défunt pouvoir de l’Eglise le pouvoir des imams.

Dénoncer les manoeuvres pernicieuses et diaboliques des musulmans qui visent à porter le coup de grâce aux libertés fondamentales est un acte de salubrité publique et un devoir citoyen. Le vrai crime est de feindre d’ignorer la haute nocivité de l’islam et ses desseins hégémoniques. La France et le monde sont confrontés à un péril pire que celui que présentait le nazisme en son temps, car celui-là est imprévisible, il agit dans l’ombre et peut frapper quand il veut où il veut. Il n’a pas de visage, il est blotti dans l’ombre et peut surgir comme un fauve pour prendre à la gorge sa proie.

Mettre en garde et alerter ses concitoyens et les inviter ainsi à une grande vigilance sur l’extrême innocuité de cette religion qui ne devrait pas bénéficier d’un statut de culte religieux au même titre que les 2 autres religions monothéistes ne doit pas soulever un tollé général et valoir à ses auteurs un lynchage public. En quoi traiter l’islam de saloperie comme l’a qualifié mon amie  Christine Tasin de Riposte Laïque, de calamité et de crime contre l’humanité est constitutif d’un délit pénal pendant que les musulmans se gardent de condamner explicitement et sans équivoque les décapitations des captifs non-repentis comme l’ordonne le Coran et continuent d’accorder leur blanc-seing à leurs coreligionnaires djihadistes à persévérer dans leurs actes abominables et barbares ?

Peindre l’islam tel qu’il est c’est-à-dire fidèlement aux images que les musulmans donnent de lui n’est aucunement une expression de haine ni de phobie ou  la manifestation d’une aversion pour cette religion qui est somme toute un sentiment non punissable par la loi, alors qu’il ne passe pas un jour, une heure, une minute sans que l’islam n’apporte lui-même les preuves de sa nature belliciste et terrifiante confirmant à juste titre qu’il est le vrai visage de l’Apocalypse.

Personnellement je suis conscient des risques que je prends en empruntant la voie qui est la mienne aujourd’hui et qui me vaut de mettre ma vie en péril, je préfère user de la liberté d’informer qui est la mienne que de me murer dans la lâcheté et de me retrouver un jour couvert de honte et de ridicule devant le Tribunal de l’Histoire. Je ne suis pas et je ne serai jamais ce personnage de Martin Niemöller :

« Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,

Et il ne restait personne pour protester. »

Plutôt mourir debout et sa plume à la main que de vivre terré comme un rat dans sa tanière en attendant qu’un jour on vient y mettre le feu pour finir en un amas de cendres sans avoir rien fait pour lutter pour sa survie et celle de ses semblables. Tout citoyen doit défendre son humanité et sa patrie qui sont nos biens les plus précieux dont nous sommes des simples dépositaires et que nous sommes tenus à les faire fructifier et les pérenniser pour le compte de ses vrais propriétaires en l’occurrence les générations à venir.

Il n’y a de vie éternelle que dans la défense de l’intégrité, la pérennité et la prospérité  de la mère-patrie et du legs que nous devons laisser aux générations futures qui sont nos vrais juges et jamais dans le monde illusoire de la vie dans l’au-delà indigne de la morale humaine.

L’élévation de l’âme n’est pas dans l’érection éternelle et les plaisirs charnels, elle est dans le don de soi et notre totale implication dans l’édification d’ un monde meilleur pour les humains qui vont nous succéder.  Penser à sa vie après la mort est la négation de la vie sur terre.

Elle est la plus belle religion jamais donnée aux hommes indépendamment de leurs différences. Aucune religion au monde n’est en droit de confisquer la patrie, de la nationaliser et de la détourner à son profit. La patrie est au-dessus des querelles des religions. Elle est aux hommes ce que la religion est à Dieu.

Je n’ai rien contre les religions je suis contre la destruction de la patrie au nom de la religion comme c’est présentement le cas dans la majorité des pays musulmans. La religion ne doit jamais primer sur la patrie. L’homme doit s’inscrire dans la voie de la vie et en aucun dans celle qui le détourne de la vie telle. L’avenir n’est pas à la religion et ses promesses, il est avant tout humain.

Je suis contre la religion qui divise les hommes, je me bats comme tous ceux qui n’ont de foi qu’en l’humanité qui est en eux, comme tous les amis pour une patrie fédératrice et rassembleuse.
Nous divergeons sur les moyens mais dans le respect mutuel, guidés par notre seul amour pour une patrie humaine et prospère, et convergeons vers le même objectif : faire vivre notre patrie pour l’éternité.

Je ne me bats pas pour moi, je me bats pour ceux auxquels nous devons laisser en héritage une Tunisie debout. Le vrai Jugement dernier est pour moi le Tribunal de l’Histoire qui le seul est notre juge et les générations futures nos requérantes et accusatrices. Notre présent est l’avenir de nos enfants et notre passé sera celui sur lequel nous serons un jour jugés pour leur avoir laissé une patrie en ruine si on ne fait rien pour la sauver aujourd’hui de cette descente inexorable dans les enfers dantesques.
Une religion qui veut entraver l’avenir de ma Tunisie  et qui est entrain de menacer ma France, mon autre patrie, n’est pas la mienne et ne le sera jamais.

Je n’ai pas choisi de naître en Tunisie qui reste à tout jamais gravé dans mon coeur et qui est hélas prise dans les griffes de l’islam qui convoite cet autre pays qui est le mien, cette France que j’aime tant qui s’est déjà affranchie de la tutelle de la religion mais il est à craindre qu’elle ne soit pas en train de lui substituer cette religion qui lorgne sur elle.

Mes deux patries doivent rester plurielles et ouvertes où tout un chacun aura sa place dans le respect des lois du bien vivre ensemble et du destin commun.

C’est en oeuvrant tous pour un idéal humain  indépendamment de nos différences et nos sensibilités que l’on peut espérer un jour bâtir une humanité dépolluée de scories du repli identitaire et de l’arrogance suprématiste.

Ma patrie est plus que tunisienne, plus que française, plus que tout, elle est tout simplement humaine et universelle.

Que les défenseurs de l’islam en France aillent goûter aux joies de la charia en terre musulmane

Que les islamo-collabos dégénérés aillent vivre en terre musulmane !

 

 

A tous les bobos, les verts moisis, les gauchos, les chiraco-sarko-compatibles, les politiquement corrects, les droits de l’hommistes et les anti-racistes pathologiques qui se font les défenseurs zélés de l’islam. Un islam qui n’a que haine et mépris pour eux à cause de leur caractère non-musulman. Une victime potentielle et sacrificielle séduite par son bourreau dont elle se veut une fervente avocate.

Ce n’est pas du syndrome de Stockholm dont ils sont atteints, c’est l’éternel complexe de culpabilité chez les anciens colonisateurs en mal de rachat historique.

Qu’ils troquent leur vie en Occident contre celle des musulmans qui étouffent sous le poids de l’islam dans les pays musulmans et qui laissent apparaître le bagne de Cayenne dans les années 30 comme humain, ou la vie dans les cités franciliennes comme une vie des contes, des mille et une nuits.

Il est à craindre qu’ils soient trop lâches pour le faire.

Qui va renoncer à ses conditions de vie humaine pour des conditions de vie d’esclave de la religion ? Une religion qui classe les êtres humains en purs et impurs, ne reconnaissant aucun droit aux non-musulmans, jouissant du statut de dhimmis. Où le mot citoyen n’existe pas et où l’on n’accède pas à la nationalité du pays si on est pas de « sang » musulman.

Qu’ils y aillent dans des pays tels l’Arabie Saoudite et le Qatar pour  faire un voyage dans le III ème Reich  revu et corrigé par les pays musulmans.

Qu’ils y aillent dans ces pays pour goûter aux délices du vrai racisme, de la discrimination, de la relégation des femmes, des inégalités sociales, de la misère côtoyant le luxe insolent, où l’on préfère sa chamelle à sa femme qui n’existe pas en tant qu’être humain.

Qu’ils y aillent pour se rendre complices de crimes contre l’humanité infantile, des fillettes pré pubères livrées en toute impunité juridique à l’appétit sexuel du mâle dominant.

Savent-ils que plus d’un garçon sur 4, même si ce chiffre est très en-deçà de la vérité, est victime d’abus sexuel en Arabie Saoudite, pays modèle pour les musulmans ? Un modèle de barbarie humaine et de dérives immorales ?

Qu’ils aillent dans ces pays où les femmes n’ont pas le droit de circuler en toute liberté.

Qu’ils y aillent dans ces pays où une femme violée est coupable de son propre viol.

Qu’ils y aillent dans ces pays où on lapide les femmes comme on lapide Satan au pèlerinage à la Mecque.

Qu’ils aillent dans ces pays où la liberté de conscience est considérée comme apostasie.

Qu’ils aillent pour finir crucifiés et décapités parce qu’ils ont abjuré l’islam.

Là où ils comprendront peut-être mieux le vrai sens de l’islam qui tue et un purgatoire pour les êtres humains. S’ils ont toujours des doutes sur le sujet, la femme saoudienne pourra les éclairer, à moins que ce soit la fillette yéménite, ou le petit garçon des faubourgs de Marrakech ou de Casa.

Sinon, il leur reste les 2 millions d’enfants des rues en Egypte, ou pourquoi pas les dizaines des milliers d’enfants des rues d’Istanbul et d’Ankara.

A 20 ans une femme est déjà trop vieille et jetée à la rue avec sa marmaille.

Pour le même âge on peut en avoir 2. Un vieux de 90 ans peut convoler en injuste noce avec une fillette de 10 ans. Qu’ils aillent goûter aux moeurs de la bonne société musulmane, et là ils regretteront d’être nés.

En Occident, on n’endoctrine pas les enfants au berceau en leur inculquant la culture du culte de la mort et la haine de soi et de l’autre, contrairement au pays musulmans où la mort est le vrai sens de la vie, où l’on fait du don de soi pour Mourir pour Allah le but suprême de la vie pour chaque musulman.

Qu’ils y aillent dans ces sociétés de la culture de la violence en tant que pilier de la religion, où la mort est le seul horizon pour la jeunesse et les femmes, Où la vie se confond avec la mort. Il n’existe aucun autre exemple de société au monde où l’on fait de la mort le seul motus vivendi pour les êtres humains.

Ces sociétés ne font qu’appliquer les prescrits de leur religion qui prohibent toute forme de créativité, où l’art, le chant, la musique, la peinture sont illicites.

Qu’ils y aillent pour vivre les conditions de vie inhumaines et dégradantes des étrangers et qu’ils apprennent à conjuguer les verbes tolérer, aimer et imaginer, remplacés par frustrer, castrer et aliéner.

Morne plaine et vallée de larmes, champs de ruine où rodent dans leur ciel les vautours gris et noirs à l’affût de leur proie à donner en sacrifice pour apaiser l’appétit insatiable de celui qui se veut le seul maître de la pensée et du destin des hommes.

L’islam est la pire calamité qui puisse exister

English: Ruhollah Khomeini فارسی: امام خمینی ر...
English: Ruhollah Khomeini فارسی: امام خمینی رهبر انقلاب اسلامی (Photo credit: Wikipedia)

Les musulmans ont beau se voiler la face et se draper dans les habits de la vertu oubliant que les apparences sont souvent trompeuses et que la foi n’a pas besoin d’être mise en scène et exhibée. Les vrais croyants n’ont pas besoin d’arborer des signes ostentatoire  et d’adopter des stéréotypes vestimentaires pour afficher leur signe d’appartenance et par de là leur rejet de normes et valeurs qui n’ont pas de caractère civil.  C’est une foi en trompe l’œil dont ils ne sont pas convaincus eux-mêmes croyant qu’en arborant des tenues  non-conventionnelles, cela va leur donner une aura qui va susciter respect et considération. Or, c’est tout le contraire qui se produit, ils ne font que témoigner de leur volonté de ne pas se plier aux règles du jeu et de leur incapacité de s’intégrer  et d’apporter leur contribution à l’édification  d’une société ouverte et plurielle dont ils sont toujours les premiers bénéficiaires. Si les juifs s’étaient vus imposer malgré eux le port de l’étoile jaune par les nazis à des fins racistes, eux ils s’imposent à eux-mêmes les signes de l’infamie et le symbole de leur propre racisme à l’égard de ceux qui ne sont pas dans leur moule.

Une religion qui fait du camouflage un rituel religieux, est la preuve qu’elle a peur de se livrer elle-même au regard du monde extérieur, celui qu’elle stigmatise tant et dénigre parce qu’elle n’a pas le courage de l’affronter à la loyale et qu’elle préfère toujours l’attaquer par surprise, n’hésitant pas à  semer la terreur et la mort  au sein de ses propres adeptes tel un père infanticide..
En voulant s’enfermer dans l’obscurité comme elle enferme ses femmes elle témoigne de l’esprit obscurantiste et ténébreux qui est le sien.
L’islam n’est ni dénaturé ni défiguré, il se cache surtout  derrière le voile opaque mystificateur, la takiyya, qui lui permet de de ne pas se trouver sur le banc des idéologies de l’infamie humaine comme le nazisme.  Pour sa défense, il se prévaut d’une hypothétique filiation avec le christianisme et le judaïsme afin de pouvoir bénéficier d’une certaine bienveillance et légitimité,  même si sa grande frustration est de ne pas avoir le statut de religion biblique, alors que la théologie musulmane manque cruellement de cohérence interne et de fil conducteur.
Que les musulmans apprennent enfin à se poser les vraies questions sur la nature hybride et fantasmagorique de l’islam, au lieu de s’enflammer au moindre regard réprobateur de leur comportement ou se réfugier derrière le bouclier du sacré pour empêcher tout travail d’analyse et d’introspection de leur religion qu’ils sont incapables de réaliser eux-mêmes ?
Pourquoi cette religion a-t-elle outrepassé de son rôle de religion pour devenir un sujet d’actualité funeste et morbide alors que le rôle de la religion est justement pas d’être un sujet d’histoire alimentant les discussions des cafés de commerce ? Pourquoi occupe-t-elle aujourd’hui la rubrique des faits divers des médias ?  Pourquoi depuis les attentats du 11 septembre 2001 son nom est accolé à la barbarie terroriste ?  Pourquoi le nom de l’islam se trouve être associé malgré lui ou avec son plein assentiment aux années de braise terroriste en Algérie et au génocide du sud du Soudan ?  Pourquoi ses propres enfants, ceux qui militent pour un islam prosélyte activiste et hégémonique, ont rendu cette religion synonyme d’homélie funèbre et de requiem pour les défunts, continuent ils en toute impunité, voire un silence d adhésion et regarder avec mansuétude, à alimenter et nourrir les phobies anti-musulmanes ?  Pourquoi l’ islam est assimilé à la violence urbaine, à la terreur barbare, à l’archaïsme et aux atteintes dégradantes et inhumaines à la condition féminine et infantile ?
La réalité des faits est implacable, elle ne relève d aucune campagne de dénigrement ou de discrédit à l égard de l’islam.  Au lieu de contribuer à l’amélioration de l’image de leur religion et de la rendre plus rassurante et pacifique, ils continuent à lui creuser les sillons de la voie de la barbarie humaine.
A force de promouvoir une image de frayeur et de terreur dans laquelle ne se reconnait pas la majorité musulmane mais qui par indolence, par couardise et apathie se résigne à laisser une minorité agissante et ultra violente s ériger en nouveaux messies et seigneurs de la guerre sainte.
Autant, cette majorité est tétanisée et inhibée par les pratiques idolâtres et contraires aux dogmes de l islam, autant elle s’émeut, s’agite et s’embrase dès qu’elle considère que l’on a cherché à bafouer sa foi.  Cette ambivalence à la limite de la schizophrénie est symptomatique de leur incapacité pathologique à inscrire leur religion dans la modernité.
A n’en pas douter, les vrais ennemis de l’islam, ce n’est  pas ceux qui mènent un combat acharné pour désacraliser et démystifier l’islam et qui font de l’homme le cœur de la vie et seul maître de son destin humain. Ce n’est donc pas  Wafa Sultan, ni Salman Rushdie ni Salima Tasreen et encore moins Naguib Mahfoudh, ni Taha Hussein, ni Ibn Warrak, ni mon ami Sami Aldeeb, ni moi-même depuis que suis répertorié dans un recueil inquisitorial appelé pompeusement Dictionnaire de l’islamophobie, qui servent plutôt de boucs-émissaires aux radicaux musulmans qui jouent aux gardiens du temple musulman dont ils sont les premiers démolisseurs  comme c’est le cas en Syrie et les pays dits du Printemps « Arabe ».
Ce sont eux les vrais ennemis de la religion, ils prospèrent en toute impunité son sein et qui veulent tuer Dieu et le prophète pour s emparer de la boîte de Pandore afin régner sur la cité.
Une cité peuplée de renégats sans foi ni loi, arrogants, imbus d’eux-mêmes et se prenant pour les seigneurs de l’humanité alors qu’ils sont pires que des esclaves, des éternels soumis et donc incapables de briser les chaînes qui les entravent mentalement et physiquement. Coupables d’atteintes à l’ordre public, confondant les ries avec des lieux de culte au comportement envahissant et colonisateur.
Et ce n’est pas en criant à la vengeance pour laver l’affront fait à leur religion qui est elle-même une offense à la raison humaine qu’ils vont rassurer tous ceux et celles qui s inquiètent légitimement du spectre de la terreur brandi par une minorité de musulmans ?  Les mêmes inquiétudes sont ravivées chez les musulmans qui ont humanisé l’islam  mais qui ont peur de vivre dans l’islam contraignant et étouffant  comme c’est le cas des tunisiens ou’ il existe aujourd’hui parmi eux des courants quelque peu réticents et à l’i’slam tant dans son expression politique que spirituelle.  La Révolution tunisienne a levé le voile sur un pan de  l’islam fort méconnu c est que tous les musulmans n’ aspirent pas à vivre leur soi-disant islamité dans toute sa plénitude dans leurs propres sociétés. Ce sentiment de rejet est renforcé par la montée du péril islamiste qui se veut le maître absolu de la vie dans la cité jusqu’aux alcôves.
Peut-être qu’il reviendrait au monde non- musulman d’aider les musulmans de sortir de l’islam comme l’avait suggéré autrefois E. Renan ?

L’homme musulman est né pour servir Allah et tuer la démocratie

L’Islam, en tant qu’idéologie, instrumentalise la religion afin de « coloniser » la vie des hommes dans ses aspects personnels, sociaux, politiques et cultuels, et ne peut qu’être hostile à tout autre mode de gouvernement susceptible de donner aux gens les moyens de les détourner de son pouvoir despotique.

Né pour servir son dieu et non pour réfléchir sur le sens de son existence

L’Islam ne conçoit pas que l’homme puisse agir sur son destin politique, alors que sa mission est de répandre la parole d’Allah sur terre et instaurer le modèle de l’Etat islamique tel qu’il est défini par le Coran.

Car l’islam n’est pas qu’un simple système de croyances et de pratiques cultuelles personnelles et communautaires.

Il est le cadre de vie, le mode de gouvernement, là où il n’existe pas de pouvoir autre que celui de dieu sur les hommes. Il est à la fois religion, Etat et monde. Il prohibe toute séparation entre le sacré et le profane, le séculier et le séculaire, le politique et le religieux.

Ce que dieu a ordonné et ordonnancé, l’homme n’a pas à y interférer

N’est musulman que celui qui se soumet sans discernement aux dogmes de sa foi. S’en écarter est assimilé à un sacrilège qui expose le déviant aux pires châtiments. Plus proche du bolchevisme et du nazisme que du bouddhisme ou du christianisme, il se veut le seul maître et architecte de l’environnement politique dans lequel doivent évoluer ses adeptes, réglant avec la minutie de l’horloger leur façon d’être, de concevoir, de penser et de vivre jusqu’à leur façon de s’habiller.

Les musulmans n’ont pas de prise sur leur propre vie, ni le droit d’agir et de choisir par eux-mêmes. Ils sont des pions sur le grand échiquier élaboré par dieu et dont la finalité est d’instaurer un nouvel ordre mondial dont les musulmans sont le maître.

Un musulman n’est pas en droit d’avoir des choix politiques ni d’exercer sa liberté de conscience et d’expression. Comme un majeur incapable, il doit accomplir ce que dieu lui a dicté. N’étant pas doté de volonté propre, il n’a pas à être acteur de sa vie personnelle ou politique.

Dans les sociétés islamisées, seules la loi d’essence divine a cours. Toute loi n’ayant pas ce caractère sacré est considérée comme apostasie.

Ce mélange qui s’articule autour de l’omniscience et l’omniprésence de la parole sacrée, constitue un frein insurmontable à la démocratie, car seul Allah a le pouvoir de légiférer, en opposition totale et absolue avec notre droit positif.

Dès lors, quoi de mieux que la démocratie pour permettre d’ôter le carcan, le poids étouffant, de la religion sur la vie des hommes, et constituer une antidote à leurs maux ?

Favoriser la démocratie revient à sonner le glas de l’Islam

Mais les gardiens des dogmes de la foi lui opposent hostilité et rejet au nom de la pureté des sources de l’Islam. A leurs yeux, la démocratie, concept par essence profane, présente un grand danger pour la pérennité de l’Islam. La favoriser revient à sonner le glas de l’Islam. La démocratie est l’ennemi à abattre car elle risque de faire non seulement de l’ombre au pouvoir despotique de l’Islam, mais surtout de provoquer cette onde de choc libératrice des musulmans, les éloignant ainsi du totalitarisme de l’Islam.

La démocratie est une doctrine politique, d’essence humaine, par laquelle la souveraineté appartient à l’ensemble des citoyens (notion inconnue dans le Coran) au sein d’une organisation qui a souvent la forme d’une république (en opposition à la notion de l’Oumma). Dans un régime démocratique, les hommes sont libres de choisir leur mode de vie (interdit dans l’islam), leurs choix politiques (interdit dans l’islam où une seul loi existe), et ils ont la liberté de conscience (interdite dans l’islam).

Le coran ne reconnait pas l’égalité homme/ femme

Un Etat démocratique repose sur le principe inaliénable d’égalité des droits entre les citoyens indépendamment de leur sexe (le coran ne reconnait pas l’égalité homme/ femme), et de leurs origines indépendamment de leur foi (contrairement à l’islam).

La démocratie protège les citoyens sur des critères différents de ceux définis par le Coran ou la Charia, qui autorisent de discriminer les incroyants et de leurs réserver des châtiments. Un Athée n’a pas le droit à la vie en terre d’Islam. C’est soit la conversion, soit la mort, l’exil ou la jizya, une sorte de racket religieux afin de jouir du statut peu enviable – et à forte connotation raciste – de dhimmi. Les musulmans sont dotés des vertus de la pureté, et les non musulmans de l’infamie de l’impureté.

L’Islam ne condamne pas non plus les inégalités sociales. Dieu aurait créé les riches et les pauvres, et nul n’étant en droit d’en contester le fondement, les musulmans doivent s’y résigner. De même que l’égalité entre les hommes ne s’applique qu’aux seuls fidèles. Fonder l’égalité sur le critère de piété est comme Hitler qui basait l’égalité entre les hommes sur le critère du sang.

En conclusion, une organisation politique qui ne reconnait pas à l’homme ses libertés fondamentales, telle sa liberté de culte et de conscience inscrits dans la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 (jamais adoptée par les Etats Islamiques) est liberticide, totalitaire et théocratique.

L’illusion démocratique est un fantasme pour les rêves des femmes et des hommes qui aspirent à un monde meilleur, mais qui ont eu la malchance de vivre sous le joug du despotisme musulman.

Différencier les hommes, les catégoriser, les exclure et les ostraciser n’est pas sans rappeler le Reich nazi, et fait peser de sérieux doutes sur la nature même de l’Islam en tant que religion stricto sensu.

L’islam doit être classé au chapitre des épidémies les plus graves pour l’humanité

Qui peut  parier sur les chances de l’islam de  s’assagir et  de ne plus hanter les cauchemars de l’humanité  et qu’il sera enfin regardé comme une religion parmi tant d’autres et non comme le péril majeur de l’humanité pire que le nazisme  ? De tous les systèmes de croyance il est celui qui ressemble le moins à une religion dans le sens spirituel du terme et du respect de la vie humaine.  Il enseigne la haine là où d’autres apprennent à leurs disciples l’amour de son prochain.  Sanctifiant la violence pour en faire son premier pilier là où le christianisme originel tel que le Christ l’avait initié sanctifiait la non-violence;

Les musulmans veulent banaliser l’effroi suscité par la simple évocation de son nom et le simple fait d’en parler  soulève leur indignation et provoque leur colère comme les observateurs avisés de l’islam avaient commis un sacrilège et ont  violé leur règle sacrée du silence  qui entoure la folie meurtrière consubstantielle à l’islam. depuis sa prétendue révélation.  Le dieu de l’islam n’est pas un dieu d’amour, il se rapprocherait plus de Kali, cette divinité terrifiante et effrayante du Panthéon hindou. Le dieu de l’islam est dépourvu  d’humanité,  il est injuste et partial entre ses créatures les dressant les unes contre les autres, établissant une hiérarchie entre elles sur des critères sordides et insensés.

Un dieu qui inocule dans le coeur des siens les graines de la haine de l’autre et de sa destruction  ne peut pas être un dieu de sagesse, de pardon, de compassion ,  de bienveillance, de préservation de la vie, de création et de miséricorde.  Intolérant, mégalomaniaque, suprématiste, nombriliste, tellement imbu de son image de soi , narcissique et muré dans ses certitudes de toute puissance qu’il lui est intolérable d’admettre qu’il puisse avoir des voix discordantes par rapport à la sienne et susceptibles de l’ébranler dans ses certitudes. Comme la violence est l’argument propre aux  êtres primaires, irréfléchis, impulsifs  et écorchés vifs, plutôt que de s’ouvrir au débat contradictoire  et de s’affirmer par le dialogue , le dieu de l’islam schizoïde-paranoïde ne l’a pas seulement fait sienne fait sienne, il l’a érigée en dogme religieux. Ce ne sont pas ses fidèles qui le sont c’est leur dieu lui-même qui les nourrit de la sève de la violence.  Ils ne font que reprendre à leurs comptes, reproduire ce que leur dieu leur a enseigné et prescrit de faire tout au long de leur vie s’ils ne veulent pas subir le pire châtiment qui les hante, l’enfer.

Ce dieu qui  injurie, maudit,   vilipende, stigmatise, incite à la haine, raciste, ségrégationniste, hyper sexiste,  pédophile, incestueux, suprématiste, nécrophile, cruel, méprisant, hautain, voue à la géhenne et  appelle aux meurtres des humains  devrait être banni du langage humain comme Hitler.  Ses fidèles qui ne jurent que par lui et auxquels il leur est interdit formellement de discuter de son message inhumain et apocalyptique  ont cru pouvoir trouver pour sa défense l’argument sentencieux de l’islamophobie. Leur nouveau glaive favori le brandissant à chaque fois que des critiques justes et fondées  fusent sur l’islam. Mais comment ne pas occulter l’industrie de la violence dans l’islam alors que ses  machines de mort tournent à 100% de leurs capacités de production ?

Il n’y a pas un jour qui passe sans que des vies humaines ne soient brisées pour apaiser l’appétit insatiable de cette divinité férue de chair humaine et  qui s’enivre de sang humain.  Evidemment  tout cela ne heurte pas la bonne conscience musulmane qui sort de son silence tel un rat de sa tanière lorsque son prophète plus Allah qu’Allah lui-même est caricaturé ou un inconscient urinant sur le coran.

Ni le christianisme, ni le judaïsme, ni le taoïsme, ni le sionisme, ni le bouddhisme, ni l’animisme , ni les islamophobes, ni les athées, ni les laïcs, ni les démocrates, ni les patriotes, ni les apostats,  ni tous ceux qui ne sont pas dans le moule musulman  qui font peser des menaces sur l’humanité et lui préfigurent un avenir des plus sombres  et  cauchemardesque ce sont des musulmans qui tuent et massacrent d’autres musulmans et des non-musulmans qualifiés par leur prophète d’ennemis de l’islam..

C’est la course effrénée aux prébendes divines  qui provoque ce cycle infernal de la violence. L’islam innocent ? Vous plaisantez ! Depuis sa naissance il ne fait que faire couler le sang des siens et des autres. Même les proches parents et les fidèles compagnons de leur prophète n’ont pas été épargnés par le virus mortel de la violence.  Dénoncer cette violence aveugle et barbare n’est pas de la phobie, c’est l’islam lui-même qui est la première source de cette phobie qui devrait être  considérée comme étant la première  et la plus grave épidémie du 21 e siècle.

Tunisie : une rentrée des classes 2013-2014 100% halal et 0% haram. Digne des Boko Haram

La talibanisation de la Tunisie bat son plein avec une rentrée des classes placée sous le signe du retour triomphal de l’islam.
 Les enfants tunisiens vont être gavés au coran matin et soir avec des alternances  de séances d’initiation au djihad de la terreur, au djihad du sexe halal, au racisme et la  haine du juif et de l’autre, au sexisme, au viol hala, au maniement du couteau du boucher pou…r apprendre comment égorger halal, au cannibalisme, à la nécrophilie, etc. 
Les classes prendront les allures de véritables mosquées, ni tables, ni chaises, ni vidéos, ni cahiers, ni crayons où les filles seront séparées des garçons par un immense rideau noir pour permettre aux maîtres d’apprentissage au djihad dans toute sa variante de faire de la pédagogie active en procédant aux attouchements sexuels d’usage et de satisfaire si besoin est ses penchants pédophiles.
Toute la panoplie du  parfait petit musulman en herbe qui le jour où il sera grand lui servira de mettre en pratique ce que ses maîtres à tuer lui ont appris.
Pourquoi voulez-vous qu’on leur apprenne les savoirs de base alors qu’ils nés pour se tuer et tuer pour Allah ?
Pourquoi voulez-vous qu’on enseigne aussi les sciences humaines, sociales, exactes, médicales, etc..  qui risquent de les éloigner de la belle religion du savoir, alors que seule la science coranique leur apprend comment faire de leur vie un don à Allah ? L’éducation musulmane la pure, la vraie, ne pourra pas composer avec des systèmes d’éducation qui éclairent l’esprit humain et nourrissent la réflexion. 
Par conséquent tout ce qui n’a pas d’attributs  musulmans sera banni de l’enseignement. Cap sur le djihad et mort aux non-musulmans ? Du 100% Boko Haram.
L’obscurité sera leur phare et la lumière sera une hérésie pour eux. Les voies d’Allah sont les voies de la mort, elles n’ont pas besoin de lumière, elles ont besoin que l’on transforme ces petits enfants en chair à canon pour asseoir son hégémonie sur l’univers. Dans les vrais pays musulmans, on éduque pas les enfants à la vie, on les éduque pour faire don de leur vie à Allah; 
Un musulman n’a de vie qu’après sa mort, pourquoi investir alors dans l’éducation républicaine ? 

Rached Ghannouchi, psychopathe hitlérien

In 1934, Hitler became Germany's president und...
In 1934, Hitler became Germany’s president under the title of Führer und Reichskanzler (Leader and Chancellor of the Reich). (Photo credit: Wikipedia)

La Tunisie avec R. Ghannouchi s’est enfin dotée de son Terminator, un personnage des films d’épouvante, un mélange de Dracula, Frankenstein et le boucher Al Hajjaj. Comme l’Allemagne nazie avait eu son Führer, guide, calife,  en la personne de A. Hitler, la Tunisie islamiste, Grâce à sa révolution digne de figurer dans l’anthologie des bêtisiers politiques,  a le sien en la personne du chef milicien wahhabite Rached Ghannouchi, de son vrai nom Ferid Kharriji. En réalité, son manque de charisme et sa propension pathologique à la servilité le rapprocherait plus du profil de Paul Touvier.

Le terroriste Rached Ghannouchi, l'homme qui se rêve en Adolph Hitler.
Confirmant ainsi le postulat que chaque peuple a les ordures qu’il mérite, il est pour les tunisiens ce que fut le Führer pour les allemands. Il n’est  donc pas superflu de tracer un parallèle entre les deux monstres de la barbarie humaine.  Jouant tous les deux dans le registre du messianisme et de l’exaltation des âmes musulmanes et germaniques. A.Hitler se voulait le nouveau messie germanique en voulant créer une nouvelle religion païenne  s’est servi des Jeux Olympiques de Berlin 1936 pour se refaire une virginité de façade grâce à la complicité bienveillante des barons du Comité International Olympique, véritable gouvernement mondial du Sport d’essence raciste et colonialiste.
En effet, cette instance autoproclamée qui semble avoir inspiré l’ I.S.I.E. a attribué en toute connaissance de cause l’organisation des J.O. de 1936 à l’Allemagne nazie en faisant fi des appels au boycott des mouvements des droits de l’homme et le climat délétère et nauséabond régnant en Allemagne avec son point d’orgue les Lois Raciales de Nuremberg de 1935 basées sur la pureté du sang aryen et l’exclusion de tous les non-aryens ou supposés tels de la nationalité allemande : n’est allemand que celui qui est aryen et comme ne cesse de le proclamer l’agent tunisien du terrorisme djihadiste l’illuminé Rached Ghannouchi : n’est tunisien que celui qui est islamiste et non musulman. Lui-même se prétend avant tout islamiste avant d’être tunisien. Que l’on soit nazi ou islamiste, indépendamment de la collusion historique et avérée entre les deux, les idéologies extrémistes sont frappées du même syndrome : la haine de l’autre, la pureté du sang ou de la foi, les délires cosmiques, l’ethnocentrisme, la mégalomanie, le complexe de supériorité, l’exclusion, l’extermination, la purification raciale ou culturelle etc…
Le terroriste non repenti Ghannouchi [Rachid ou Rached de morched, le guide en arabe] remis en selle grâce à la Révolution atypique tunisienne, semble suivre le sillage d’Adolf Hitler qui lui même est passé par l’action terroriste clandestine avant de confisquer « démocratiquement » et définitivement le pouvoir en Allemagne en 1933 après avoir obtenu les pleins pouvoirs du Reichstag et décrétant ainsi le N.S.D.A.P comme le seul parti unique pour entamer la Renaissance [ennahdha en arabe] de la nouvelle Allemagne en condamnant les autres partis politiques à la disparition. Renaissance du Reich l’équivalent allemand du Califat, restauration, résurgence, exaltation de l’âme germanique ou islamique, autant de concepts qui sèment le trouble quant à l’identité organique entre les idéologies nazies et islamistes.
Et c’est en toute logique idéologique et antisémite que les fondateurs en 1928 de la Confrérie des Frères Musulmans avec comme objectif majeur la Renaissance islamique et le rétablissement du Califat, le Reich, aboli par Kamal Atatürk en 1918, s’étaient ralliés aux nazis en 1939-45. En tant que créature des Frères musulmans, R. Ghannouchi ne saurait renier ses attaches idéologiques et cultuelles en adhérant à des valeurs telles que la démocratie ou la laïcité, cette ennemie jurée des Frères Musulmans, considérées comme des sacrilèges par son mode de pensée mystico-mafieux-politique.
De la clandestinité, il se trouve projeté sous les feux des projecteurs, en attendant sa réhabilitation définitive par la Justice tunisienne aux ordres de sa secte, il a été absous le 23 octobre 2011 de tous ses crimes passés par l’électorat populaire fruste, miséreux, tendance fanatique et opportuniste comme A. Hitler lors de sa prise de pouvoir progressive pendant la période 1928-1935. R. Ghannouchi apparaît aujourd’hui comme le vrai pilote et architecte de l’édification de la nouvelle Tunisie laquelle, contrairement à la nouvelle Allemagne qui se voulait maîtresse du monde, sera un dominion wahhabite. Quoi qu’il en soit, il suit scrupuleusement la feuille de route que lui fixent ses mentors et maîtres qui composent le Triumvirat américano-wahhabo-sioniste. A la différence du Führer nazi non-assujetti aux pouvoirs extérieurs, R. Ghannouchi tout en vouant un véritable culte à l’homme adulé par ses maîtres à penser qoutbiste, est surtout un pion zélé sur l’échiquier de la Pax Americana et sa politique d’émiettement des pays arabes. Sa servilité contraste avec sa soif du pouvoir et ses délires mégalomaniaques. Sachant qu’il n’a pas l’envergure intellectuelle, ni les moyens de ses ambitions politiques cosmiques, il se veut un Führer de l’assujettissement et de la soumission. Ses donneurs d’ordre lui font endosser les habits de Super Président de la Tunisie, une sorte de super intendant de la nouvelle réserve islamique en cours de création en Tunisie.
Ainsi, ils lui offrent l’occasion rêvée de flatter son ego surdimensionné qui lui permet de savourer religieusement son triomphalisme sur la scène politique tunisienne grâce à la grotesque mise en scène électorale du 23 octobre 2011. Les américains ont très habilement manœuvré pour faire en sorte que la secte terroriste soit le vainqueur du scrutin de la mise à mort de la démocratie en Tunisie. Un homme comme R. Ghannouchi, à supposer qu’il en ait les attributs, était prêt à plonger la Tunisie dans un bain de sang depuis les années 70 pour satisfaire ses appétits gargantuesques du pouvoir, maintenant que les Américains l’ont couronné Premier Grand Emir de la Principauté islamique de Tunisie, il va enfin vivre ses délires fantasmagoriques hitlériens. Mais tout en restant dans l’ombre du pouvoir officiel puisqu’il est lui-même le détenteur du vrai pouvoir. Maître absolu du pays, il bénéficie de tous les égards dignes de son rang et de son prestige.
Un prestige de pitbull. Immunité diplomatique lors de ses nombreux déplacements à l’étranger. Garde rapprochée. Voiture officielle blindée. Bureau ministériel au Ministère des Affaires étrangères tunisien confié à la bonne garde de son gendre sinistre des affaires qatariennes à Tunis, équipé des moyens de communication les plus perfectionnés relié par une ligne téléphonique avec le Département d’Etat. Outre un salaire présidentiel et tous frais pris en charge par le petit contribuable tunisien saigné à blanc par Ben Ali et que sa secte mafieuse et félonne est en train de saigner à mort. Lui qui a connu les lumières blafardes des geôles de Bourguiba, est désormais sous les ors princiers de la nouvelle Principauté de Tunisie. Se voulant le nouveau Führer dans le sens de Guide de la principauté tunisienne il demeure en arrière-plan du spectacle pathétique et anti-républicain joué par sa Troïka dont il est tout naturellement le vrai chef.
A n’en pas douter R. Ghannouchi vit ses fantasmes hitlériens et les médias étrangers comme la classe politique occidentale, sauf l’allemande et la canadienne, ne sont pas en reste pour l’encenser et le couvrir de toutes les vertus. Comme si son passé terroriste, ses fréquentations criminelles n’avaient jamais existé. Devenu fréquentable au point qu’il était reçu au Forum de Davos de 2011 comme un grand de ce monde. Lui aux velléités terroristes jamais éteintes dans la mesure où il n’a jamais fait acte de contrition. Par la magie de la Pax Americana qui vise à recycler les agents du terrorisme djihadiste, Rached Ghanouchi apparaît comme un apôtre de la paix et la sécurité dans le monde, comme si A. Hitler s’était vu décerner le Prix Nobel de la Paix. Certains n’hésitent pas de voir en lui un bon patriote, alors qu’il a une forte aversion pour la patrie dont il veut supprimer le drapeau et l’hymne national. Son discours d’apparat au fort accent hitlérien et raciste ne relève pas du folklore, il est fidèle à l’idéologie islamiste belliciste, coloniale, cosmique et terroriste [ses appels à la Guerre Sainte et la libération des territoires palestiniens], ses propos inquiétants sur sa conception idéologique de la citoyenneté tunisienne ouvertement racistes et attentatoires à la souveraineté nationale.
A. Hitler n’a pas lésiné sur les moyens pour apparaître aux yeux du monde entier comme étant un homme soucieux de paix en transformant la scène olympique en une véritable opération de marketing politique dupant et abusant de la crédulité et la naïveté des dignitaires de l’olympisme qui lui ont octroyé l’organisation de l’ Olympiade de Berlin 1936, lui permettant ainsi de gagner les faveurs et les sympathies de l’opinion publique mondiale grâce à cette récompense. R. Ghannouchi, qui est loin d’avoir les talents oratoires du Führer et son art consommé de la rhétorique et ses talents d’exalter l’âme germanique et d’haranguer les foules et de provoquer en elles cet état d’extase orgasmique, a su profiter de ce nouveau théâtre démocratique tunisien pour devenir l’acteur principal de sa pièce, purifié de tous ses crimes passés, donnant l’impression qu’il est devenu un homme fréquentable à l’écoute des préoccupations de son peuple et qu’il pourrait constituer une alternative crédible à l’ancien despote déchu. Ce processus irresponsable et dangereux de réhabilitation a été déclenché dès 2006 par  la girouette-opportuniste A.N. Chabbi et  le Dr Mabuse Moncef Marzouki, aussi mégalomaniaques qu’aveuglés par la soif du pouvoir que le Führer en herbe tunisien, dans le cadre d’un pacte national. Une sorte de front commun de bric et de broc contre Ben Ali.
L’opposition tunisienne d’opérette qui a échoué lamentablement dans son combat contre Ben Ali, victime de son incurie politique et intellectuelle, a contribué indirectement voire directement au sacre hitlérien de R. Ghannouchi. Il est devenu incontestablement la figure de proue de la Tunisie post-Ben Ali comme le fut le Führer au lendemain de 1928 jusqu’à sa conquête finale du pouvoir en 1933. En Tunisie, on déroule le tapis rouge aux pieds d’un djihadiste dépourvu de conscience et d’humanité, insensible aux brûlures au  vitriol infligées aux femmes tunisiennes dans les années 80 et la souffrance des  familles des victimes des attentats  terroristes perpétrés  tant en Tunisie qu’en France en 1987, 1986 et 1991. On recense au moins une douzaine d’attentats attribués à son organisation criminelle. On le drape de toutes les vertus, alors qu’il est un monstre de haine, aveuglé par sa soif de revanche sociale. On l’a placé sur la haute marche du podium tunisien, lui qui mérite d’être jeté du haut de la Roche Tarpéienne  à l’instar de celle octroyée  par les barons séniles et  réactionnaires de l’Olympisme coubertinien.
De par leur autisme et lâcheté, ils se sont inclinés devant la figure la plus hideuse et la plus monstrueuse de l’histoire universelle en lui offrant une vitrine pour impressionner le monde par les réalisations du IIIème Reich, en gavant le monde de tableaux idylliques, alors que ces Jeux étaient annonciateurs de la Shoah et  le prélude du plus grand stade au monde, celui de la vision cosmique nazie comparable à celle des islamistes. En dépit des signes avant-coureurs qui avaient précédé ces jeux et les mises en garde des organisations des droits de l’homme, Hitler avait su exploiter cette aubaine olympique pour en faire un hymne à la gloire de la Renaissance allemande. Rachid Ghannouchi, en utilisant de surcroît les mêmes méthodes d’exaltation et de rédemption de l’esprit djihadiste et sacrificiel en sommeil chez ses partisans, n’hésite pas d’ailleurs comme lui à enchanter ses meetings par une orchestration musicale, faisant preuve d’une habileté diabolique et pernicieuse impressionnante.
En effet, il se met au-dessus de la mêlée en dégageant une impression d’apaisement et de sérénité qui tranche avec les agitations et les troubles ambiants dont il est souvent l’instigateur avec son lâcher de fauves salafistes dans l’enclos des brebis tunisiennes. Policé, civilisé, adoptant une posture, qui est surtout une imposture, républicaine et démocratique. Il est comme Hitler dans les années 30 dans une phase de conquête de pouvoir absolu qui nécessite une communication politique de circonstance, sans fausse note qui se veut rassurante mais qui est en réalité un dol, une fourberie, une manoeuvre insidieuse pour abuser de la crédulité de la masse tunisienne endoctrinée et abrutie par les promesses d’un monde meilleur dans l’au-delà. Manipulateur et perfide, il soudoie, corrompt, menace, intimide et séduit pour gagner l’adhésion de l’opinion publique à sa personne, comme Hitler a su le faire avec le C.I.O. pour les résultats apocalyptiques qu’on connaît. Espérons que les citoyens-patriotes tunisiens en se prémunissant contre la rhétorique perverse et venimeuse de ce terroriste jamais repenti ne fassent pas de leur théâtre démocratique un théâtre de tragédie grecque dont ils seront les premières victimes. La barbarie islamiste a un visage celui de R. Ghannouchi et consorts y compris ses affidés de la Troïka, la barbarie nazie avait un visage celui d’A. Hitler.
Il appartient aux tunisiens de ne pas faire de leur futur scrutin non seulement le dernier de leur histoire mais également qu’il ne devienne pas demain synonyme de destin parallèle entre le minotaure tunisien et la figure de l’abjection humaine que fut le Führer nazi. Il n’y a rien de paradoxal à ce que la parenté idéologique de ces deux Guides Illuminés comme les appellent leurs partisans respectifs, soit tellement proche et troublante qu’au point qu’on retrouve dans leurs discours respectifs les mêmes thématiques, celles de la renaissance, la glorification de la mémoire historique quand bien même elle serait apocryphe et insensée, l’exaltation de l’orgueil du sentiment d’appartenance à un groupe ethnique ou à un système de croyance religieuse, l’esprit de combat fécondant une nation puissante ou une oumma fondés sur la même vision messianique et eschatologique, le culte de la pureté de la race et de la foi avec des sociétés débarrassées de ses juifs et de tous ceux qui n’entrent pas dans leurs moules idéologiques, louant et béatifiant l’âme aryenne d’un coté et l’âme islamique d’un autre, prêchant un retour aux vertus morales qui étaient la clé de voûte de leurs grandeurs passées et dont le rétablissement serait la seule voie possible pour faire revivre le mythe de leurs arches perdus, réduisant la femme au seul rôle de pourvoyeuse de valeureux guerriers au service de leurs causes idéologiques etc.
Le monde ne pouvait affirmer à l’époque qu’il ne voyait pas arriver le péril nazi et pourtant il avait feint d’ignorer sa nocivité alors que les coups de tonnerre grondaient dans le ciel allemand depuis 1923, les Tunisiens sauraient-ils se comporter aujourd’hui ou alors passer outre les leçons du passé alors qu’ils ont été victimes des dérives meurtrières de R. Ghannouchi et de certains membres du gouvernement provisoire actuel, dont le Chef est considéré comme terroriste par les autorités allemandes ? Un clin d’œil du destin et ironie du sort ?  Tunisie-Secret Salem Ben Ammar