Archives du mot-clé suprémacisme

Le Front National sera-t-il le sauveur de la France du péril musulman ? Il n’est pas interdit de rêver

On proteste, on manifeste,on s’agite, on s’inquiète, on s’indigne, on dénonce, on désacralise, on conteste, on s’enflamme, on crie son ras-le-bol, on fait tomber le masque, on amalgame, on maugrée, on ne cède pas à l’angélisme ambiant, on met des mots sur l’engeance islamique, mais ça reste toutefois dérisoire , insignifiant, marginal,   et qui ne semble guère sortir l’opinion publique de sa torpeur quoi qu’elle soit majoritairement méfiante vis-à-vis de l’islam, rien n’est fait ou presque pour transformer l’essai. 

Les mots n’ont de sens que s’ils sont traduits par des actes  dans le respect du cadre républicain.

Tant qu’il n’y pas un véritable front commun entre tous les irréductibles contre l’islamisation galopante de la France avec la complicité active et probablement non-dénuée d’intérêts pécuniaires des médias, des élites intellectuelles, artistiques et politiques ainsi que le grand capital, on continuera à prêcher dans le désert d’Arabie.

En effet, ce seront des belles paroles balayées comme le chardon  par le vent du Sirocco.

De plus en plus des islamo-incompatibles mus par leur amour indéfectible pour la patrie et les valeurs de la République, à tort ou à raison sont convaincus qu’en dehors des partis populistes dont on fait la figure de proue du sauvetage de la France mais qui n’ont jamais fait preuve jusqu »aujourd’hui de leurs capacités de relever les grands défis.

Est-ce que la mouvance populiste dont le FN est la figure  de proue tant qu’il n’a réellement rompu avec l’héritage lepéniste au plan des idées politiques est-elle  un rempart contre ce péril ou plutôt si ce péril n’existait pas seraient-il promus comme sauveurs ?

Qui pourrait dire que les deux camps qui ne sont pas aussi opposés que cela notamment qui concerne leur similitude idéologique prônant tous les deux une sclérose de l’homme dans les dogmes du conservatisme et du  suprémacisme ?   

Il y a tout à craindre que le populisme ne soit tout le contraire de ce qu’on attend de lui et ne finisse par exercer un attrait sur l’électorat musulman viscéralement raciste, anti-juif, homophobe même si bizarrement il n’est pas insensible aux charmes d’un éphèbe promis aux musulmans les plus méritants. Ils se sont même affichés côte à côte lors des manifestations contre les mariages pour tous.  On ne peut pas nier que l’islam faute d’être un allié déclaré au populisme, c’est lui qui participe à son émergence et le fait exister en tant qu’exutoire contre les peurs réelles ou supposées qu’il suscite chez les Français.

Ces deux courants de pensée politiques qui sont une menace pour l’unité de la république et la pérennité de ses valeurs  ne sont pas des fervents inconditionnels de l’avortement, du planning familial, à l’émancipation de la femme,  ultra-machistes et sexistes, ni des partisans patentés de  l’égalité des droits entre les hommes indépendamment de leur sexe et leur croyance.  Ils prêchent tous les deux un apartheid social, sexuel et une dérégulation de l’économie fondée sur un ultra-libéralisme qui préserve les intérêts des classes dominantes aux dépens des faibles et des pauvres qui doivent se contenter des miettes « généreusement » accordées sans perspective d’échapper à l’amertume de leur destin.    L’attitude trouble et courtisane aux dernières élections régionales franciliennes du trésorier du FN laisse à penser  que la mouvance populiste  n’est pas insensible au vote musulman et qu’elle ne sera pas le Charles Martel pour sauver la France du péril musulman. Elle a beau dénoncer l’establishment mais elle continuera à s’inscrire dans son sillage.

A supposer que le FN soit le parti idoine, est-ce qu’avec lui ce sera la fin du halal dans les cantines, dans nos rues, l’arrêt des constructions des mosquées, la disparition du voile islamique du paysage urbain, la fermeture des écoles coraniques, l’expulsion des imams dits radicaux, la révision de la politique pro wahhabite de la France qui n’est pas sans conséquences sur l’économie française,  le retour de l’Etat de droit dans les banlieues, la fin du prosélytisme religieux dans les prisons, l’expulsion des faux migrants ?  Il a plutôt parlé de la sortie de l’euro que de l’éradication du péril musulman qui est la pire menace de son histoire millénaire. Et si on ne fait rien la France risque de disparaître de l’histoire universelle comme tous les autres pays conquis.

Le FN qui brille par son mutisme sur son projet de sauvetage de la France  saura-t-il  restreindre  l’islam à sa seule sphère cultuelle et lui imposera un pacte républicain  ?  A moins qu’il ne cherche lui aussi à capter les voix des musulmans et les fidéliser pour les échéances électorales ?

Il ne suffit pas de gagner les présidentielles pour régler par un coup de baguette magique les problèmes de la France et la guérir des maux de l’islam,  qu’est-ce qu’il  va faire de sa victoire après ?

Il est à craindre que la chasse aux sorcières ne soit pas menée contre ceux qu’on croit. Ne faisons pas trop d’illusions sur ces femmes et hommes promus au rang de sauveurs qui ne sauveront rien sauf peut-être leurs intérêts personnels.

Aucun blanc seing ne doit lui être accordé tant qu’il n’a pas apporté les gages d’une politique en totale rupture avec les Républicains et les Socialistes.

Je les mettrais sur un piédestal le jour où ils auraient prouvé sur le terrain qu’ils avaient accompli leur travail de pompiers.au profit de tous les Français dans le strict respect des lois de la république.
Il n’y a que le peuple qui peut faire des miracles mais en a-t-il le désir et la volonté ?

Ce n’est pas Allah qui vous comble de bienfaits, mais l’infidèle que vous vomissez dans vos prières

Pourquoi respecter des gens qui nous stigmatisent et maudissent dans leurs prières de l’aube au coucher dans leur Fatiha du démon ?

Est-ce qu’ils connaissent le vrai sens de ce verset « Guide-nous dans le droit chemin. Chemin de ceux que Tu as comblé de bienfaits, non de ceux que Tu réprouves, ni des égarés ».

En quoi est-ce un crime de ne pas emprunter la même voie qu’eux ? L’homme n’est-il pas né libre et maître de ses choix ? Le mal est dans le non-respect de celui qui est différent de soi.

Comment osent-ils prétendre que leur religion est tolérante alors que dans leur sourate inaugurale, ils implorent la malédiction de leur Dieu sur les infidèles ? Est-ce qu’on juge les hommes sur leurs mérites ou sur leur foi en dieu ? Si ce Dieu a ce don de combler ses croyants de ses bienfaits, pourquoi la misère est-elle le pain quotidien de son peuple ? Nous ne croyons pas en lui, et nous ne vivons pas dans un état de dénuement et de désoeuvrement. Nous sommes la preuve vivante que sa malédiction sur nous, c’est comme la pisse de chameau qui soigne le cancer.

Je préfère essuyer les foudres de sa colère, si jamais il existe, que de me laisser guider aveuglement par lui, quand on voit l’état désastreux de l’islam.

Le droit chemin n’est pas celui qu’ils croient, il est celui dans lequel les humains oeuvrent pour le bien commun et les générations futures.

Le droit chemin n’est pas le rejet de l’autre et sa stigmatisation pour n’avoir pas cédé aux chants des sirènes d’Allah par la voix supposée de Mahomet.

Le droit de chemin est celui qui consiste à rapprocher les hommes, abolir les clivages et les préjugés, et non diviser les hommes et les hiérarchiser, et donc les exclure sur la base de leur appartenance religieuse.

Les musulmans, comme tous les croyants qui n’ont toujours pas compris que croyance rime avec aléas, doute et incertitudes, et que la vérité d’aujourd’hui n’est pas forcément celle de demain, se nourrissent d’illusions et d’hallucinations fantasmagoriques. Ils se croient dans le bon chemin comme un toxicomane s’illusionne sur les bienfaits de sa drogue. Que savent-ils du chemin des « égarés » et des « insolents » pour les vouer aux feux de leur géhenne ? En ont-ils fait eux-mêmes l’expérience avant d’affirmer avec autant de certitudes et de convictions que leur chemin est vérité et l’autre est mensonge ? Les musulmans n’ont pas appris que les jugements de valeurs sont le vrai mal. Le simple fait qu’ils affirment sans vergogne ni scrupule que les autres sont l’incarnation du vice, ne fait que projeter sur eux les maux qui les rongent et les minent

S’ils avaient une once de sagesse et d’humilité ils auraient clamé dans leurs prières quotidiennes qu’il n’y a de richesse que les hommes de bien quelles que soient leur couleur et leur croyance et à chacun sa foi et à chacun sa voie.

Ce dieu en question devrait enseigner à ses fidèles comment apprendre à vivre avec les autres dans un esprit de paix, de fraternité et de compréhension mutuelle en prenant en compte la spécificité culturelle de chacun. Respecter son prochain comme on se respecte soi-même.

Rien dans ce verset ne témoigne de la volonté des musulmans de contribuer à l’édification et à la pérennité d’une humanité plurielle portée par des valeurs communes qui sans elles fait courir le monde à sa perte. Or, lesdites valeurs sont un sacrilège pour l’islam qui veut élever les siens sur le toit du monde pour faire des autres des soumis malgré eux, des dhimmis, et qui appelle à exterminer les réfractaires.

Cette sourate de la Fatiha est le signal donné par Allah aux musulmans pour la destruction de l’humanité. Si tel n’est pas le cas, sans besoin d’être un exégète du Coran, pourquoi les musulmans se veulent si différents de ceux qui ne sont pas dans leur moule et les classent en bas de l’échelle humaine ? Si ce n’est pas du racisme, c’est de l’ostracisme et de la ségrégation fondée sur la base de la religion.

Pour paraphraser Saint-Exupéry, je leur dis : ton vrai frère n’est pas celui que tu crois et qui partage tes prières avec toi. Celui-là est souvent le premier à te nuire, contrairement à ce que tu proclames dans tes prières. Ton frère est celui que tu vomis dans tes prières et couvre d’injures et d’invectives. Sans lui tu ne jouirais pas des bienfaits de son génie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Musulmans, vous en faites trop avec vos délires de grandeur

Si le christianisme est falsifié selon des plantigrades mahométans c’est que l’islam l’est encore plus. N’est-il pas lui-même une pâle copie du judaïsme et du christianisme ?
Vous n’êtes pas meilleurs que ceux n’adhèrent pas à votre croyance,  pires vous l’êtes certainement, car à force de vous égosiller depuis 1436 que vous êtes la plus belle communauté jamais envoyée sur terre sans absolument rien connaître de l’histoire des civilisations et de la géographie humaine vous semez vous-mêmes le doute sur vos capacités mentales et intellectuelles.
C’est la preuve que vous êtes dans les catacombes de l’histoire et vous fantasmez sur l’absence de lumière dans cette obscurité opaque dans laquelle vous êtes plongés. Les êtres de lumière ne se voient pas dans les habits des lumières puisqu’ils les portent, il n’y a que ceux qui comme vous qui en sont dépourvus qui les revendiquent.
C’est quand on est laid, moche, monstrueux,  cauchemardesque, ténébreux, et répugnant qu’on se voit beau, merveilleux et sublime. Vous êtes défavorisés par la vie et vous n’êtes pas les seuls mais vous n’avez pas l’intelligence pour compenser votre handicap en cherchant à  faire un bon usage de vos capacités intellectuelles et humaines, d’oeuvrer pour le bien-être commun de l’humanité, plutôt que de la parasiter et lui nuire.
Animés par des sombres desseins pour l’asservir alors que vous êtes les premiers à profiter de ses bienfaits. Que feriez-vous le jour où le monde finira par vous ressembler pour devenir une Arabie Saoudite planétaire votre modèle parfait, un cimetière à ciel ouvert ?
Ce sera fini de  la joie de vivre, de la gaieté, de la réflexion, de la création, de l’innovation, de la recherche, de la culture, de la philosophie, de l’art, de la musique, de la poésie, de la morale humaine, du contrat social, des droits humains, de la protection de la petite enfance, des droits des étrangers, de l’égalité entre les sexes,  des régimes matrimoniaux garantissant les droits de la femme, etc… Un monde coulé dans le même moule et guidé par la voix d’Allah. Est-cela votre projet politique et civilisationnel pour l’humanité ? Pourquoi avez-vous tant peur d’un monde pluriel ?
La richesse humaine n’est pas dans le sectarisme et l’uniformisation de la pensée, elle est et le restera que cela vous en déplaise dans sa variété et sa diversité.  Saint- Exupéry  disait « Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit » Il est douter que vous connaissiez de cette citation. Vous êtes trop centrés sur votre nombril dont vous voulez en faire le nombril de l’humanité tout entière.  Au lieu de la régénérer par le savoir et le progrès vous cherchez à l’anéantir et faire des humains une race de dégénérés à l’image de ces masses frustes, avachies, des corps sans âme, et inertes,  au Q.I. de crevettes,  lobotomisées et abêties des pays musulmans.
Epargnez-nous votre vantardise et vos fanfaronnades et prouvez-nous sur le terrain le niveau de vos performances.  Vous ne serez jamais des médaillés olympiques tant que vous n’avez pas foulé les terrains de la compétition mondiale et travailler d’arrache-pieds pour y arriver.
De grâce  cessez de vous faire passer pour des champions alors que vous êtes très sincèrement des vauriens. Soyez humbles et modestes et vous aurez notre estime et considération.
Vous ne sauriez nier que vous en queue du peloton, plus il roule à vive allure plus vous êtes largués. Ce n’est pas avec votre lecture du Coran que vous allez pouvoir parvenir à combler les retards abyssaux qui vous sépare des autres.
Regardez ce que la Corée du Sud a fait en 60 ans, pour ne pas citer Israël et tant d’autres pays, des millions  de brevets industriels et technologiques, et ce que vous avez fait en 1436 ans. Rien ! Zéro apport à l’humanité sauf le terrorisme et l’obscurantisme érigé en dogme.
Peu importe ce que vous auriez soi-disant inspiré à l’Occident, ce qui est loin d’être avéré. et les quelques savants qui ont osé briser les chaînes de l’ignorance sacrée furent persécutés et la majorité de leurs oeuvres détruites sachant qu’ils étaient surtout des commentateurs.
Il suffit de comparer l’architecture majestueuse des cathédrales et des églises médiévales avec celle de vos mosquées pour tordre le cou aux idées reçues sur votre supériorité sur le christianisme. Je crois savoir que votre plus belle mosquée était une ancienne basilique. Je sais que vous n’êtes pas capables à cause de votre ignorance aveugle et votre mesquinerie intellectuelle de reconnaître vos faiblesses et vos carences pathologiques.
Je n’ai rien contre vous, c’est votre comportement envahisseur, hégémonique, irrespectueux de l’environnement, incompatible avec le bien-vivre ensemble, ultra-violent, rétrograde, archaïque, arrogant et ethno-nombriliste qui m’indispose et m’insupporte.

L’islam est à la science ce que l’urine du chameau est à la médecine

another-day-another-beheading-620x395

Alors qu’une bombe vient d’exploser près de l’entrée de l’aéroport de Kaboul, en Afghanistan, tuant au moins 20 personnes, il m’a été demandé de mettre en ligne cette rubrique de Salem Ben Ammar sur l’islam des lumières.

Il doit s’agir des lumières des explosifs. – Jean Patrick Grumberg

 

A entendre les musulmans, l’humanité est redevable de tout à l’islam et doit lui être reconnaissante à tout jamais pour ses bienfaits scientifiques. Sans lui, elle  ne serait jamais sortie des ténèbres où ils ont élu domicile depuis 1436 ans. Rien que ça!

Il est vrai que l’humilité n’est pas leur vertu première et que l’islam est l’ignorance élevée au rang du sacré, et les musulmans, conditionnés et endoctrinés du berceau à la mort, ne peuvent imaginer le monde en dehors du dessin que le Coran fait de lui. Ils sont convaincus que ce livre est la science des sciences. L’ignorance est devenue leur savoir universel. L’ignorance de ce que l’islam ignore lui-même.

Au point que tous ceux qui apprennent le Coran par coeur et excellent dans sa connaissance sont considérés comme des érudits, des savants, ulamas en arabe, et bénéficient d’un grand prestige chez leurs coreligionnaires.

Ainsi, les musulmans nourris aux sources de l’ignorance se prennent pour le nombril du monde.

L’étendue de leur savoir est large comme le chas d’une aiguille. Leur connaissance de la géographie n’est pas plus vaste que la surface d’un poil de la barbe de Mahomet.

A moins que les musulmans soient des cordonniers mal chaussés, ils ne sont pas connus pour leur altruisme, y compris entre eux, et encore moins pour leur sens de responsabilité.

Leur vraie contribution, s’il y en a une, sont les crimes contre l’humanité commis au nom de l’islam et les dégâts incommensurables qu’ils font subir aux autres peuples.

Leur mauvaise foi est symptomatique de leur ignorance de leur propre état d’esclaves, murés dans leur certitude que cette religion des ténèbres et de l’intolérance a éclairé l’humanité de son phare.

Paradoxalement, l’islam l’a éteint sur eux et a plongé les peuples qui sont tombés sous son joug dans la protohistoire.

L’islam n’a rien apporté à l’humanité sauf la dhimmitude, le racisme, la haine du juif érigée en dogme religieux, l’ethnocentrisme, la perversion de la morale dans la voie d’Allah où tout est permis, les conversions par le fil de l’épée.

Quand on a le respect des arts, des cultures, des techniques et des sciences des autres peuples, on ne les détruit pas parce qu’ils risquent d’éloigner le fidèle de l’ignorance musulmane et de la voie d’Allah.

Remettez-vous en question : vous êtes les derniers de la classe, vous ne pouvez pas le nier. Vous savez très bien pourquoi vous êtes à cette place : la cause est l’islam et son enseignement sectaire et réactionnaire.

Avec un taux de plus de 80% d’illettrés et une moyenne de 4 minutes de lecture par an et par personne, vous ne pourrez jamais occuper la voiture de tête du train de l’humanité. Par contre vous êtes très doués pour la dynamiter et personne ne peut en effet rivaliser avec vous. Mais vous ne pourrez jamais le remettre en état de marche et reconstruire la voie ferrée.

Sans ceux que vous appelez par mépris et dédain des koffars, des mécréants, en projetant votre propre dégoût de vous-même, vous n’auriez jamais existé. Ni l’Indonésie ni la Turquie, les pays musulmans les moins en retard, ne sont des modèles du progrès humain ou technique.

Qui a mis en valeur vos richesses minières et énergétiques, bande de bons à rien et d’incapables ?

Vous n’êtes pas les meilleurs contrairement à ce que votre ignoble prophète imposteur vous a fait croire, vous êtes comme les fous dans un asile psychiatrique qui se prennent pour Jésus ou Napoléon.

Les meilleurs sont ceux qui le prouvent par leur travail et leur modestie. Il ne suffit pas de le proclamer pour le devenir.

Vous faites du terrorisme et de la fourberie vos armes pour dominer le monde, comme vous le recommande le Coran, sans tenir compte de la capacité de réaction de l’adversaire, de sa riposte, autrement plus redoutable et destructrice que l’imagine votre divinité sanguinaire et mégalomane.

Attila, Genghis Khan, Hitler, Pol Pot et Mahomet lui-même, qui a laissé derrière lui une communauté en proie à une guerre permanente depuis 1436 ans, ont fait de la terreur une stratégie de conquête. Ils ont fini par récolter ce qu’ils ont semé.

Faites le bilan de votre histoire : vous êtes la honte de l’humanité. Vous avez atteint le summum de la barbarie humaine. Chaque jour qui passe, c’est dix ans de retard que vous accusez à chaque fois sur les Chinois, les Taïwanais, les Sud-Coréens, les Israéliens, les Indiens, et tous les autres.

Quand on se veut les meilleurs, on doit avoir le sens de la dignité et de l’honneur, et pas pourrir la vie des « mécréants » en profitant de leur politique sociale et humanitaire, qu’Allah lui-même n’a pas pensé à créer pour vous attirer dans son paradis.

Vous êtes des champions : vous avez fait de votre ignorance une science.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Il n’y a pas plus de différence entre l’islam et le nazisme que Mahomet et Hitler

Paru dans Riposte Laïque : Je ne vois pas une grande différence entre les concepts
de l’islam et ceux d’Hitler

Hitler ou islam ?

Le grand précurseur de la sociologie moderne Ibn Khaldoun disait des arabes par où ils passent la civilisation trépasse.

Détruisant tout sur leur passage tels des sauterelles dévastatrices comme celles des tribus arabisées des Banu Hilal, laissant derrière eux un fleuve de larmes et de sang et un désert de ruine et désolation peuplé de charognards infâmes.
Ce qu’on observe aujourd’hui dans les pays arabisés malgré eux ne fait hélas que conforter ce constat amer.
Dire cela n’est pas de l’arabophobie. On ne va pas se voiler la face à l’image de certaines femmes ou se déguiser en pieux musulman juste pour esquiver la vérité et l’occulter.

Là où le monde progresse, les pays arabes et musulmans régressent. Le tableau cette autre vérité implacable en témoigne. Les droits de la femme, de l’homme, du citoyen, la protection des droits de l’enfance, la liberté de conscience, la liberté d’association, la liberté syndicale, la démocratie, l’égalité d’accès au droit, la justice sociale, le développement humain, l’accès aux soins, la lutte contre l’analphabétisme, etc… autant de valeurs universelles jugées par les fondamentalistes comme étant des sacrilèges et par conséquent contraires aux dogmes de l’islam à cause de leur caractère judéo-chrétien ou maçonniques. Un subterfuge pernicieux pour ne pas arrimer le train du monde musulman à celui de l’humanité.

En quoi est-ce une hérésie quand on revendique une égalité absolue en droits et devoirs entre les hommes indépendamment de leur origine ethnique, leur sexe, leur système de croyance ou non-croyance ? En quoi est-ce un crime de rejeter les valeurs rétrogrades et désuètes ? En quoi est-ce insultant aux musulmans que de caricaturer ou publier une image  de leur prophète comme s’ils avaient peur de dévoiler son visage au monde ?

La vraie démocratie comme disait Albert Camus est celle qui protège les droits des minorités contre le pouvoir hégémonique de la majorité. Mais quand une minorité s’arroge le droit d’imposer sa volonté à la majorité au nom d’un prétendu pouvoir dont elle se considère investie par Dieu, cela conduit immanquablement à la dictature religieuse à l’instar des pays dits arabes.

La religion devient ainsi un atout majeur pour verrouiller et censurer tous les modes d’expression et de liberté.

Hitler voulait créer sans succès une nouvelle religion pour les Allemands en étant son apôtre pour les enchaîner aux dogmes du nazisme, mais les imposteurs musulmans sont en train de le réussir non seulement en créant une nouvelle religion mais parce qu’ils ont su tirer profit des quintessences théologiques de l’islam lui-même qui fait de la violence un devoir religieux, le djihad dans le sentier d’Allah un de ses piliers essentiels.

En effet, plus que toutes les autres religions, l’islam se veut Etat, culte et cité, ce qui leur permet d’instaurer un ordre politique et social où le sacré et le profane se confondent en conformité avec les prescrits de l’islam.

Dans un environnement où la religion est le seul mode de gouvernance politique de la vie des hommes, il est impossible d’envisager un jour l’émergence d’un Etat démocratique.

Elle ne saurait elle-même ouvrir les portes à des valeurs importées fécondatrices de droits fondamentaux et qui risquent de lui faire de l’ombre et de restreindre son champ de pouvoir.

Ainsi, sous prétexte de la préserver de la prétendue pollution desdites valeurs, qui présentent en réalité un réel danger pour leur pouvoir hégémonique, les castes théocratiques musulmanes, usent et abusent d’artifices et de manoeuvres tous frappés du sceau du sacré, afin de frapper de figer les musulmans dans un ultra conservatisme dont la seule préservation est garante de leur propre survie et la sauvegarde de leurs privilèges exorbitants.


Salem Benammar
par Salem Benamm

Les musulmans sont vraiment des êtres parfaits mais seulement dans leur folie de grandeur

Tout est parfait chez ces  créatures parfaitement parfaites.

La religion la plus divinement parfaite.

La divinité la plus anthologiquement parfaite que l’homme ait pu créer.

Le prophète le plus méssianiquement  parfait.

La communauté la plus sublimement parfaite.

La langue la plus délicieusement parfaite.

Le livre-guide le plus sacrément  parfait.

Les hommes les plus merveilleusement parfaits.

Les femmes les plus angéliquement parfaites.

Les enfants les plus admirablement parfaits.

L’éducation la plus exemplairement parfaite.

Les moeurs les plus purement parfaites.

La vie la plus humainement parfaite.

Les libertés les plus démocratiquement parfaites.

La justice la plus équitablement parfaite.

Le système de répartition de richesse le  plus admirablement parfait.

La protections sociale la plus honorablement parfaite.

l’accès au soin pour tous le plus étonnamment  parfait.

Le taux d’alphabétisme tous sexes confondus le plus faramineusement parfait.

La production scientifique, intellectuelle, culturelle, technologique, artistique génialement parfaite.

Les savants les plus brillamment parfaits.

L’espérance de vie et la mortalité infantile la plus éminemment parfaite.

Le droit de la famille le plus prodigisieusement  parfait.

La  liberté pour les femmes  de disposer de leurs corps, de décider de sa maternité, de choisir leurs conjoints ou de divorcer la plus phénomènalement parfaite.

Les performances économiques et industrielles les  plus sensationnellement parfaites.

Les taux de productivité et compétitivité les plus colossalement parfaits.

La culture du travail et de l’excellence la plus admirablement parfaites.

L’esprit d’innovation et de créativité le plus génialement parfait.

Les droits de la protection de la petite enfance les plus féériquement parfaits.

Les droits des étrangers le plus titanesquement parfaits.

Le modèle du bien-vivre ensemble  le plus exceptionnellement parfait.

Les traitements médicamenteux contre les  pathologies lourdes et les maladies graves les plus efficacement parfaits.

La politique d’environnement et le respect du monde des vivants la plus écologiquement parfaite.

L’amour de la vie le plus indéalement parfait.

La langue la plus paradisiaquement parfaite.

Les moeurs les plus savoureusement parfaites.

Tout est parfaitement parfait dans la caste des seigneurs de l’humanité. Tellement parfaits que cet autre parfait auquel ils vouent  un culte véritablement parfait A. Hitler, ce personnage inhumaniment imparfait mais  islamiquement parfait, les relègue à la dernière place à son échelle raciale, juste après les crapauds

L’humanité leur droit absolument tout sauf les grands rendez-vous des révolutions techniques, industrielles, coperniciennes, technologiques, nanotechnologiques, etc.. où ils ont brillé véritablement par leur absence remarquablement parfaites. Trop occupés à récolter l’urine des chameaux et à deviser sous l’ombre des palmiers à fantasmer sur leur passé mensongèrement parfait.

Ils rêvent de puissance et de gloire mais sans jamais s’en donner ni les moyens ni la volonté. Ils font de leur stagnation chronique une marche vers l’avant mais pour y arriver ils cherchent à couper l’humanité du progrès dans son élan.

Ils n’ont jamais rien appris de leurs échecs, ils ne savent pas que la réussite est de savoir positiver sa défaite et l’art de ne pas replonger dans les travers des erreurs passées. Tellement imbus de leur personne et esbroufés par le mirage de la grandeur suprême que leur a fait miroiter Mahomet ils sont convaincus qu’ils vont par   la magie de leur réminiscence du passé fabulé et délirant atteindre le toit du monde.

Winston Churchill disait : Pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent. Or, non seulement ils ne veulent pas changer, et le pire ils veulent que le monde change pour finir par leur ressembler.  Les musulmans qu’Allah a élevés au premier rang de l’humanité, du pur délire mégalomane et narcissique, ne vont jamais se faire violence pour se remettre  en question, ni d’efforts à fournir pour progresser et se bonifier, ils ont été envoyés sur terre pour asservir l’humanité et si besoin est la détruire,  qui n’a pas d’autre alternative pour sa survie que se plier aux lois de l’islam d’adopter ses moeurs, us et coutumes hérités de ces temps  de la naissance de l’islam, où l’épée faisait loi et la haine de l’autre faisait foi.  

C’est au monde de s’adapter ainsi aux musulmans. Ils viennent en Occident non point pour fuir leurs conditions de vie attentatoires à la dignité humaine et misérables, c’est pour miner ses fondements humains et civilisationnels.

Toutes les grandes civilisations  prises dans le tourbillon de l’islam  ne ressemblent plus à rien même plus à l’ombre d’elles-mêmes, toutes tombées en ruine pour devenir des cimetières à ciel ouvert où règnent la tristesse et souffle le vent de la mort.

Les musulmans embrigadés comme les Waffen SS, considèrent comme impie tout ce qui est oeuvre humaine et témoin du génie humain, pyramides, aqueducs,   livres, statues, manuscrits, et doit  être détruit et brûlé.

Ne risquant pas de souffrir d’une comparaison qui leur est forcément défavorable, ils s’attellent à éteindre la lumière qui jaillissait des peuples conquis et qui pourraient rejaillir un jour pour rallumer la flamme de la renaissance de ces peuples à la vie.

L’islam agit comme un produit décapant dans la mémoire historique des peuples afin qu’il apparaisse à leurs yeux et dans leur imaginaire collectif comme l’unique source de lumière alors qu’elle est peu éclairante.  Mais tant que leurs yeux sont voilés par l’obscurité qu’il leur fait croire que c’est une lumière d’une puissance inégalable et le prélude d’une lumière plus féérique qui va les inonder pour l’éternité.  Nourris de fantasmes et d’illusions de grandeur et de puissance, ils se laissent emporter par leur enthousiasme de vainqueur qui gagne la partie sans avoir appris à jouer au ballon, chausser les crampons.

La compétition n’est pas musulmane, ils trustent toutes les médailles et glanent tous les trophées sans  avoir besoin d’y aller. Il suffit pour eux  d’éliminer tous leurs adversaires et plus personne pour les descendre de leur piédestal.

A vouloir être trop parfaits on préjuge de ses forces et inconscient de ses faiblesses occultant les capacités de l’adversaire à les faire déjouer et c’est le drame de ces êtres qui se prennent pour les premiers de la classe alors qu’ils sont dans la casse de l’histoire.