Les vrais coupables du grand remplacement ne sont pas ceux qu’on croit

PUBLIÉ PAR SALEM BEN AMMAR LE 20 NOVEMBRE 2016

15800917_304

J’entends de plus en plus d’amis se plaindre du grand remplacement qui se profile dans le ciel de France.

Il s’agit ainsi de l’extinction naturelle ou violente d’une population au profit d’une autre venue d’ailleurs. Autrement dit, l’une va étouffer démographiquement l’autre, les allogènes deviennent la population majoritaire en France.

Mais si la France en est là, et sa population traditionnelle est en péril, à qui la faute ? A leurs parents ? A eux-mêmes ? A ceux qu’on a fait venir de leurs douars et ceux qui sont venus sans y être invités à cause de frontières poreuses, attirés par une politique sociale trop généreuse ?

Si certains se montrent plus performants démographiquement que ceux qu’on appelle souchiens, je crois que le problème démographique est plus le fait de ces derniers.

Petit rappel historique

  • La France était le troisième pays le plus peuplé au monde après l’Inde et la Chine à la fin du XVIIIe siècle,
  • Avec le taux natalité le plus faible d’Europe, elle est passée au milieu du XIXe siècle au quatrième rang mondial (Wikipedia.org/démographique France).
  • La France est entrée dans son processus de dénatalité depuis plus de 150 ans, compensé par les arrivées massives de Belges et d’Italiens dans un premier temps, entre 1866 et la veille de la Première Guerre mondiale.
  • Avec les deux guerres mondiales, où elle était saignée à blanc démographiquement, elle a trouvé un nouveau souffle, son baby-boom de 1945 à 1975, et l’afflux massif d’immigrants portugais et espagnols fuyant la dictature fasciste de leurs pays.
  • En manque de bras pendant les trente glorieuses, elle a été chercher, à partir de 1960, de la main-d’œuvre à vil prix dans des pays à la culture moyenâgeuse sans que personne en France ne tire la sonnette d’alarme sur les conséquences culturelles, démographiques, politiques, sécuritaires et humaines d’un tel choix mû par les seuls intérêts de l’industrie.
  • Il serait inconséquent de tenir ces immigrants originaires du Maghreb, d’Afrique noire et de Turquie pour responsables du comportement « dénataliste » des Français, dont les causes sont multiples : révolution sexuelle, célibat et diminution des familles, évolution du niveau et du style de vie, émancipation et travail de la femme, tout comme il serait inconséquent d’accuser seulement la loi Veil de 1975 autorisant l’IVG.

Mais d’une immigration du travail, on est passé à une immigration de transplantation d’une greffe démographique. Responsables-coupables, Chirac trop soucieux des intérêts de ses amis du BTP comme Bouygues.

Le 29 avril 1976 — il y a trente-cinq ans — le duo Giscard/Chirac transformait radicalement la nature de l’immigration. Ce qui était jusqu’alors une immigration de travail devint d’un trait de plume une immigration de peuplement. Il n’y eut même pas, pour ce qui devait changer le visage de la société française, de débats à l’Assemblée nationale ni de loi votée par les députés. Non, un simple décret, le funeste n° 76-383.

Les princes qui nous gouvernent, du haut de leur grandeur et de leur omniscience, décidèrent de ce qui était bon pour le pays — et accessoirement pour le mondialisme qui se profilait à l’horizon — sans en référer aux représentants du peuple, valetaille tout juste bonne à enregistrer les décisions venues d’en haut.

Les Français pouvaient toutefois assurer le seuil de remplacement ou de renouvellement des générations, c’est-à-dire 2,1 enfants par femme s’ils en avaient la volonté. Ils ne l’ont pas fait. Ils ne le font toujours pas. Ce ne sont pas des enfants. Qu’ils s’en prennent donc qu’à eux-mêmes et acceptent comme toute personne majeure les conséquences de leurs actes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Une réflexion sur “ Les vrais coupables du grand remplacement ne sont pas ceux qu’on croit ”

  1. je répète ici le post que j’ai mis sur FB :
    Salem a raison. Mais il n’évoque pas les abattoirs de la 1ère GM, et les charniers des camps allemands de la 2ème GM : de quoi éteindre chez bcp de gens l’espoir de faire des enfants.
    Imre Kertesz l’a admirablement écrit dans « Kaddish pour l’enfant qui ne naitra pas ».
    Je ne dis pas que Imre a raison ! mes parents ont conçu ma sœur ainée en 43, au plus noir des nouvelles…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s