L’islam, cette machine infernale à déshumaniser l’homme

Plutôt que de qualifier les musulmans d’idiots comme l’avait fait feu Abdelwahhab Meddeb, il faut chercher pourquoi ils ont fait de la mort une autre manière de vivre leur existence terrestre au point tel que la mort est leur idéal de vie ? Tout simplement qu’est-ce qui fait que les musulmans sont-ils de la néantisation de soi et de la négation de leur vie ?

Des questions existentielles qui puisent leurs sources dans l’islam lui-même, ce culte de la mort de la vie.

Pour savoir si une religion rime avec la joie de vie et le bien-être il faut aller à la rencontre de leurs fidèles à la sortie de leurs lieux de culte. La palme de la tristesse revient incontestablement aux musulmans. Ils portent sur eux toute la misère du monde, on dirait des croque-morts dans un enterrement. A croire que leurs prières collectives ne leur procurent que désarroi et mal-être.

Dès sa naissance, le musulman est jeté dans l’eau du bain sulfurique de l’islam. On le considère déjà mûr pour se voir greffer les versets diaboliques dans ce qui lui font office de neurones.

http://www.bebemuslim.fr/archives/p1-1.html.

Ni émerveillement ni développement de l’imaginaire chez l’enfant, le Coran fait ses ravages sur son cerveau. On le gave comme un producteur de foie gras gave le canard.

On lui inocule le virus du djihad, de la violence, de la haine de soi et de l’autre, bien souvent ce Juif qui hante leurs nuits et jours du berceau jusqu’à la mort.

On est adulte avant même d’être sorti de l’adolescence, Les juristes musulmans fixent la majorité pour les filles dès l’apparition de leurs premières règles et chez les garçons dès leur première éjaculation. Il n’y a pas un âge légal fixe qui varie d’un individu à l’autre.

Quand les enfants parmi vous atteignent la puberté, qu’ils demandent permission avant d’entrer, comme font leurs aînés » (Sourate 24 La Lumière, verset 59).

La personnalité du musulman n’est pas ce qui constitue la personne en tant que telle, qui la rend intellectuellement, psychiquement, moralement, physiquement distincte des autres. Je suis donc j’existe, elle est déterminée par le Coran et la Sunna. Le musulman est ce que l’islam fait de lui, un mouton dans la bergerie mais capable de se muer pour les besoins de la cause en loup. Il n’existe pas pour soi mais pour son groupe.

C’est pourquoi plutôt on entame le processus d’endoctrinement et de gravage dans sa mémoire du Coran plus on est sûr de gagner le pari de faire de lui le musulman qu’il doit être à l’âge adulte. Un être lobotomisé et dépourvu de son libre-arbitre.

Ce n’est pas par hasard si le monde musulman est si peu créatif, ingénieux et entreprenant. En cherchant à privilégier l’éducation religieuse aux détriments de l’éducation -alors qu’en islam les deux n’en font qu’un- il s’est enlisé irréversiblement dans les sables mouvants de l’ignorance et l’obscurantisme.

Tant que les pays musulmans n’ont pas appris et compris que la vraie éducation n’est pas celle qui consiste de faire d’un enfant un bon musulman mais un futur citoyen conscient et responsable ils n’ont aucune chance de rattraper le train du progrès humain.

Le sacrilège n’est pas de leur raconter des contes de fées,de leur faire la lecture des livres pour enfants et de leur chanter des mélodies, c’est leur bourrer le crâne avec un enseignement néfaste à leur développement psychomoteur.

« Il n’y a d’Allah qu’Allah et Mahomet est son prophète », qu’on leur répète à longueur de journée, comme si ce slogan mortifère devrait leur suffit pour éveiller leur curiosité intellectuelle et aiguiser leur sens de créativité. Mais quand un message est inintelligible il faut le répéter inlassablement afin que l’on finisse par être assimilé et non pas compris.

Noyés dans les eaux boueuses nauséabondes du Coran ils ne peuvent voir le monde qu’à travers sa lorgnette obstruée. Ils sont comme des aveugles sans chien guide perdus dans la jungle urbaine d’une mégapole du tiers-monde.

De tous les « croyants » du monde ils sont les seuls pour qui le vrai repos est celui qu’ils auront dans la tombe. Le salut est dans la mort. Ce qui en dit long à leur état de déliquescence mentale et psychologique.

Ils sont shootés comme des fous aux bruits assourdissants des haut-parleurs des 5 appels à la prière. Leur vie ressemble à des chambres de torture. Ils n’ont d’horizon que la haine d’eux-mêmes et l’idéalisation d’un dieu illusoire et fantasmagorique qui les manipule comme un chef marionnettiste fait valser ses marionnettes, sauf que le premier le fait pour empoisonner la vie des hommes.

L’homme musulman n’est pas dans l’estime de soi, un esclave soumis à son maître, vit dans la crainte de l’enfer, il n’est qu’une poussière de son vivant.

Ne parlons pas de leur prophète, il est au-dessus de tout, en tant que créateur de le religion de la négation de la vie humaine et du culte du suicide stade ultime pour tous les musulmans qui veulent partouzer halal dans l’au-delà mais non sans avoir satisfait le rite de passage : entraîner l’autre dans sa propre mort. Ainsi ceux qui tuent au nom d’Allah ne sont en réalité des suicidés de l’islam.

Un mouroir à ciel ouvert, c’est ça le monde de l’islam et le musulman est convaincu que la seule voie pour tous les hommes est la mort de la vie.

Il n’est pas étonnant que leurs femmes ressemblent de plus en plus à des spectres et des épouvantails qui effraieraient Frankenstein et Dracula et tous les princes des ténèbres.

Le jour est une éternelle nuit pour les musulmans, c’est pourquoi ils ne voient jamais le bout du tunnel dans lequel ils y sont depuis 1439 ans.
Pauvres humains pour qui la tristesse est leur seul lot de consolation. Les musulmans broient du noir et ne cessent de transformer leurs corps en cendres pour évacuer leur propre dégoût d’eux-mêmes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

En Tunisie, tout pour Allah et rien pour les hommes

5700 mosquées en Tunisie, soit une mosquée pour 2000 habitants avec obligation de construire une mosquée dans tous les programmes immobiliers et de constructions de contres commerciaux.

Combien de lits d’hôpitaux par nombre d’habitants ? Combien de médecins pour 100 habitants ? Combien d’élèves par classe ?  Combien de kilomètres de routes goudronnées ? Combien d’autocars publics par habitants ? Combien de kilomètres de voies ferrées pour 1000 habitants ? Combien de laboratoires pharmaceutiques et biologistes dans tout le pays  ? Combien de bourses d’études par étudiants ? Combien bien de terrains de sport dans tout le pays ? Combien de brevets scientifiques, techniques et industriels par habitants ? Combien de MJC, de piscines, d’espaces verts, de médiathèques, de ludothèques, de clubs de loisirs, d’ateliers d’expression écrite et orale, d’aires de jeux par 1000 habitants ? Combien de sans abris et des mal logés ? Combien de ludothèques, de médiathèques  Combien de livres traduits ? Combien de salles de cinémas et de théâtres dans tout le pays ?

Combien d’heures de lecture par an et par habitant ? Combien d’affaires policières non élucidées ? Combien de détenus dans les prisons ? Combien d’enfants abandonnés ? Combien de maisons non équipées de points d’eau et branchées sur lle réseau électrique ? Combien d’enfants souffrant de malnutrition ? Combien de centres d’accueil pour femmes battues par habitant ? Combien d’enfants abusés sexuellement sans suivi psyschothérapeutique ?

Le peuple manque de tout et Allah ne manque de rien. L’islam est le pire obstacle au développement qui puisse exister.

Mrs les musulmans : le sionisme n’est pas au judaïsme ce que l’islamisme est à l’islam

Les musulmans dits « modérés » comme si la drogue islam pouvait être consommée à petites doses ne sont pas à court d’arguties fallacieuses pour innocenter l’islam et enfumer leur auditoire, sont bien les rois de l’esbroufe.
En effet, ils soutiennent, sans être certainement convaincus eux-mêmes, que le sionisme est au judaïsme ce que l’islamisme est au judaïsme.
Indépendamment du fait que le sionisme et le judaïsme ne font pas la pair et les sionistes ne massacrent pas les Juifs au nom de leurs idéal politique et restent très attachés à la notion de la patrie, contrairement aux islamistes qui professent un islam totalitaire sans séparation entre le séculaire et le séculier; tuent leurs propres coreligionnaires  et oeuvrent à la destruction de leurs pays en tant qu’entités nationales.
L’islam et l’islamisme sont les deux faces d’un même miroir, les dissocier les deux revient à briser le miroir musulman lui-même. L’islamisme n’a pas attendu la moitié du XIXème  siècle comme pour le sionisme fondé sur une revendication politique, du retour à la terre promise, pour voir le jour. Il est l’islam  lui-même. Tel que Mahomet a laissé en héritage aux musulmans.
Condamner l’islamisme revient pour eux à condamner l’islam lui-même. Sinon définir l’islamisme comme étant l’islam politique revient à amputer l’islam de ses composantes sociétales et cultuelles.
L’islam est une religion holiste contrairement à ce que pensent les musulmans. Ce qu »on appelle islamisme est une réalité une application stricte et fidèle de la feuille de route mahométane dans toutes ses dimensions temporelles et intemporelles. Il est l’islam tel qu’il doit-être purifié de toutes les scories extérieures qui prône un retour aux sources. L’assimiler au sionisme est une vue de l’esprit et une mauvaise foi manifeste.
Le sionisme n’a pas la prétention de rénover le judaïsme ni prêcher l’application littérale des textes talmudiques. A la différence de l’islamisme, il n’instrumentalise pas le politique à des fins spirituelles ni ne vise à régir la vie des hommes dans ses moindres petits détails.

Les Nord-Africains ne sont pas plus arabes que les terriens ne sont des martiens

Je ne cesse de le répéter inlassablement que les Nord-Africains ne sont pas arabes quand bien même ils le revendiquent. Ils ne sont pas plus arabes qu’un terrien n’est martien.

http://www.amazighworld.org/history/index_show.php?id=642507

Il est grand temps aussi que ceux pour qui Nord-Africains= Arabes revoient leur équation comme être arabes c’est être forcément être musulmans ou inversement alors que les Arabes et leurs fac-similés nord-africains, irakiens, syriens, égyptiens, soudanais du nord, djiboutiens et mauritaniens, tous ces pays qui sont de locution arabe, ne représentant même pas 20% de la masse des musulmans au monde. Ce n’est parce qu’ils sont eux-mêmes dans la quasi ignorance si ce n’est dans la méconnaissance totale de leurs racines que l’on va pour autant les identifier comme une branche de l’arbre arabe.

https://numidia-liberum.blogspot.com/2012/08/identite-maghrebine-la-genetique.html

Parler arabe et professer l’islam ne fait pas d’eux des Arabes comme si les Latinos sont des Espagnols.

Je conseille même à ceux qui font l’amalgame entre Arabes et Nord-Africains de comparer leur ADN avec ces derniers qu’ils ont peut-être plus de chance qu’eux d’avoir du sang « arabe » dans les veines.  Le sang n’a pas d’origine il est surtout tout humain.

Ils parlent arabe, ils se disent eux-mêmes arabes mais ils ne le sont pas. Et ceux qui voient en eux les Arabes qu’ils ne sont pas qu’ils apportent la preuve biologique et historique de leurs assertions. De leur ignorance ils font un postulat.

Il n’y a pas de honte d’être arabes, car personne ne choisit son milieu de naissance mais la honte ce sont les préjugés cultivés sur des supposées origines pour légitimer leur haine des Arabes qui ne sont pas ceux qu’ils croient. Ces Arabes sont les propriétaires des grands palaces parisiens, du PSG et du Printemps.

Ceux qui peuplent leurs cités et leurs prisons sont issus de l’immigration nord-africaine qu’on a fait venir en France au temps des 30 glorieuses, non pas pour apporter une plus-value au pays mais pas pour enrichir le grand capital et accomplir les tâches que les enfants du pays ne veulent pas réaliser.
Il y a un réel problème de greffe mais on aurait dû anticiper le phénomène plutôt que de pleurer sa peine.

Enfin, il n’y a pas pire insulte à mes oreilles quand on voit en moi l’Arabe que je ne suis pas. Je le serais je l’aurais assumé car on ne choisit pas ses origines. Mais ne l’étant pas je ne saurais l’accepter.

L’islam finira par mourir de sa propre mort

L'horreur en plein Paris - Photo des attaques terroristes

L’islam ne rate pas un jour sans déverser son Tsunami terroriste sur le monde. Il n’épargne personne ni les siens ni les aires à conquérir. Encore ce matin en Irak, 35 morts lors d’un double attentat au nom d’Allah Akbar.

Rien ne semble l’arrêter dans son déchaînement de crimes contre l’humanité. Ses fidèles ont beau être sa cible privilégiée mais il semble parfaitement s’en accommoder, ne sont-ils pas aussi ses martyrs au même titre que les escadrons de la mort tombés sur le sentier d’Allah ?  à se demander même plus ils subissent ses foudres meurtriers plus ils se vengent sur les « infidèles » comme s’ils voulaient apaiser sa soif insatiable de sang humain.

Pour me rassurer j’essaye de croire que jamais l’islam ne dominera le monde tant que 75%  de l’humanité ne sont pas soumis à sa dictature mortifère et sanguinaire. Car la guerre à l’islam est inévitable et il ne peut continuer  à mener la sienne impunément.  Un jour les chrétiens qui ne tendent pas la joue à l’ennemi sans réagir, les Hindous, les enfants de Confucius, les Juifs, les Évangélistes, les orthodoxes, les bouddhistes, les Latinos, les athées, les agnostiques, les irréligieux , les apostats de l’islam, les patriotes occidentaux sont encore de la partie.

Je ne vois pas non plus comment l’islam miné par ses dissensions internes depuis sa naissance peut dépasser ses clivages politiques, théologiques, liturgiques, voire ethniques, pour imposer sa dictature à l’humanité tout entière ?

Les musulmans peuvent toujours se gausser sur la prétendue vitalité de leur idéologie, mais ils oublient le climat de rejet massif qu’elle suscite. L’islam est certainement le système politico-religieux le plus haï au monde. Il fait lui-même le lit de ses ennemis. Sa vraie victoire sera le jour où les musulmans offriront de lui une image apaisée et pacifique et comprendront que le monde appartient aux hommes qui donnent le meilleur d’eux-mêmes pour le bien commun de l’humanité.

La terre n’est pas la propriété des idéologues, elle est un legs de nos ancêtres que nous devons protéger et faire prospérer pour le bien-être des générations futures.

D’autres dictateurs délirants, mégalomane qui se voyaient en maîtres du monde ont voulu faire d’elle leur royaume, ils ont eu une fin tragique. Mahomet le premier avait connu une triste fin avec la majorité de ses successeurs, ses propres petits enfants et ses proches.

Il est grand temps que les musulmans révisent leurs ambitions démesurées et freinent leurs ardeurs velléitaires qui pourraient un jour se retourner contre eux.

Qu’ils apprennent à se tuer au travail et oeuvrer pour le bien-être matériel et intellectuel et de leur descendance future. La vraie vie est celle que l’on édifie ici-bas, car dans ce qu’ils appellent l’au-delà c’est le néant. Ils n’ont pas compris qu’ils sont les vrais dindons de la force mahométane et le paradis n’est pas plus vrai que le voyage nocturne intergalactique de Mahomet.

Un dieu qui ordonne de tuer est tout sauf un dieu. il ne peut être qu’à l’image de celui qui l inventé en toutes pièces en l’occurrence Mahomet. Cet immonde personnage  qui aurait pu être le père géniteur de Mao, Hitler, Staline, Pol Pot, Jack l’éventreur, Dutroux, Ben Laden, Sadam, Al-Hajjaj, Omar Al-Bachir, et toutes les figures les plus sinistres des crimes contre l’humanité.  et cherchent à combler le gouffre de retard qui les sépare du wagon de queue, plutôt que prendre leurs vessies pour des lanternes.

L’utopie est une malédiction, quand elle devient le pain quotidien des damnés de la terre qui trouvent dans la violence terroriste un exutoire à leur misère sociale, affective, intellectuelle et matérielle.

*Pour « dominer » le monde, il faut ouvrir les écoles, s’affranchir de la main mise du pouvoir religieux sur la vie de la cité, donner leur dignité aux hommes et traiter les femmes comme des égales.

« Dominer » le monde c’est aussi arrêter de discriminer l’autre différent de soi parce qu’il est juif, chrétien ou apostat.

Le monde a survécu au nazisme, il survivra à ceux qui veulent le détruire pour se le soumettre.

Croire y arriver par l’effroi et la terreur c’est ne faire que renforcer les forces hostiles à l’islam qui contrairement aux musulmans sauront s’unir pour défendre la pérennité de l’humanité avec des arguments autrement plus redoutables et convaincants.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Peut-on être femme et croyante et surtout femme et musulmane ?

 

« Je n’ai laissé derrière moi une cause de tentation plus funeste aux hommes que les femmes. » Chères musulmanes voilées ou pas et quoi que vous fassiez vous restez une calamité absolue pour votre Mahomet que vous chérissez tant comme une victime fascinée par son bourreau. « Je n’ai pas vu une femme au paradis elles peuplent l’enfer comme les rats dans leurs tanières. » Des propos qui doivent lui valoir mépris et une bonne corde s’il était de ce monde et vous le vénérez comme si vous étiez dépourvues de discernement ou plutôt de « foi et de raison »

De peur de vous voir égarées dans le mauvais chemin il vous a mis sous la tutelle éternelle de vos hommes qui ont autorité sur vous et auxquels vous devez obéir au doigt et à l’oeil si vous voulez être parmi les 72 prostituées d’Allah qui lui sont promises au grand bordel du Fardaouss. 

Il ne vous pas suffit de remplir votre devoir cultuel vous avez l’obligation de préserver votre chasteté et de n’être que sa petite chose, la propriété de vos hommes dont il peut disposer selon son bon vouloir et ses envies. 

Vous êtes tenues de remplir vos devoirs conjugaux sauf en périodes de menstrues et gare à vous si vous ne vous vous y soumettez pas car vous courez le risque de vous exposer à la lapidation des anges maléfiques toute la nuit selon votre prophète : « Quand l’homme invite son épouse au lit, qu’elle s’y refuse et qu’il passe la nuit en colère contre elle, les anges la maudissent jusqu’au matin. » [Bukhari et Muslim, riyad as-salihin n°1749]

Comment les anges peuvent-ils être des justiciers au service de vos hommes qui sont vos dieux sur terre  ? Quel crédit donneriez-vous à cette théologie ultra-sexiste et sado-masochiste qui dénie le droit à la femme de disposer pleinement de son corps ? 

Il est prescrit au musulman de corriger la femme désobéissante et rebelle et vous-mêmes vous semblez vous en accommoder parfaitement sans rechigner en donnant l’impression que vous en éprouvez une certaine jouissance organique.

“ Les hommes ont « autorité » [qawwâmûna] sur les femmes, en raison des faveurs que Dieu accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes « à leur mari » [qânitât], et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leur époux, avec la protection de DieuEt quant à celles dont vous craignez la désobéissance [nushûz], exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et « frappez-les » [wa-dribûhunna]. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Dieu est certes, Haut et Grand ! ” S4.V34.

Encore un mystère impénétrable comme cette prescription coranique qui assimile le corps de la femme à un champ qu’il est permis de labourer autant que faire se peut.

Al Baqarah-223. Vos épouses sont pour vous un champ de labour; allez à votre champ comme [et quand] vous le voulez et oeuvrez pour vous-mêmes à l’avance. Craignez Dieu et sachez que vous le rencontrerez. Et fais gracieuses annonces aux croyants !

Que nous ont-ils apporté ces Arabes, décapeurs de la mémoire des peuples ?

Ils ont violé nos femmes et les ont réduites en esclaves sexuelles pour leur harem

Ils ont déporté nos jeunes et nos enfants pour en faire des gholmans dans leurs palais

Ils ont perpétré des atrocités parmi les pires de l’histoire universelle

Ils nous ont colonisé au prix du sang et des larmes de nos aïeux

Ils ont fait du peuple de l’histoire que nous étions des pantins de l’histoire aujourd’hui

Ils ont commis un génocide, nié et occulté

Ils ont brûlé nos terres et ravagé nos cultures et nos pâturages

Ils ont tout ravagé, pillé, vandalisé et détruit nos vestiges historiques

Ils ont fait de nos vertes contrées des paysages lunaires comme les leurs

Ils nous ont imposé leur culture et leur religion par la force de l’épée

Ils ont broyé dans leur broyeuse infernale notre âme et notre essence

Ils ont fait de leur langue notre langue maternelle

Ils ont dissous la nôtre dans leur bain acide

Ils ont fait de leur prophète criminel contre l’humanité notre modèle d’homme

Ils ont fait passer leur invasion invasion barbare dévastatrice pour une épopée

Ils ont fait de nous des Arabes que nous ne sommes pas

Ils nous ont ravalés au rang  d’éternels dominions

Ils ont fait de leur mode de vie et de leur système de valeurs les nôtres

Ils nous ont assujettis, abrutis et abêtis

Ils nous ont enfermé dans leur bunker d’ignorance

Ils nous ont aliénés à leur dogme liberticide et mémoricide

Ils nous ont divisé en Arabes et en Berbères

Ils nous ont apporté l’obscurantisme et le fanatisme

Ils ont inoculé en nous le déni de ce que nous sommes vraiment

Ils ont banni de l’enseignement de notre histoire ses composantes juives et chrétiennes

Ils nous ont dépouillé de notre identité

Ils nous ont spolié notre richesse patrimoniale

Ils ont fait de nous des égarés de l’histoire

Ils ont embrouillé notre lecture de notre véritable histoire

Ils ont voilé et décapité notre histoire

Ils nous ont coupés de nos racines ancestrales

Ils nous ont interdit de donner des noms berbères à nos enfants

Ils ont effacé de notre mémoire notre histoire millénaire

Ils nous ont façonnés dans le moule de l’arabo-islamité

Ils nous ont obstrué l’avenir en nous faisant perdre notre mémoire passée

Musulmans : gardez votre islam pour vous personne n’en veut et surtout pas moi

Qu’est ça peut vous faire si je ne fantasme pas sur votre paradis de malheur, un Pigalle à la puissance un milliard, pour lequel vous mettez le monde à feu et à sang pour y avoir votre place sans jamais vous poser la question et si finalement ce Mahomet nous a menti  ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne veux pas de ce sanctuaire de stupre, de débauche  et de beuverie à ne pas en finir, contraire à mes principes moraux et à l’image que je me fais du paradis si jamais il existe ce dont je ne suis pas convaincu ?

Qu’est-ce ce que ça peut vous faire si j’ai choisi de ne pas emprunter votre chemin de paumés de l’existence qui prennent le mal pour le bien ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire d’être un « égaré », ce que vous êtes vous-mêmes,  tant que cela est mon choix ?

Qu’est-ce que ça peut vous si je ne veux pas vous faire de ne pas me soumettre votre dogme criminel et mortifère ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne vénère pas votre divinité, cruelle, narcissique colérique et perverse,  et son prétendu messager, un être abject et innommable ?

Qu’est ce que ça peut vous faire si ma vie n’est pas rythmée par les appels à la prière ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je rejette un enseignement qui n’a de religieux que les apparences et surtout empreint de haine et de violence ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si je suis un mécréant comme si être croyant est facteur d’épanouissement personnel et de bonheur ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne crois pas dans la vie éternelle après la mort ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si je choisis d’aimer l’humain indépendamment de ses origines, son sexe, ses orientations sexuelles, sa croyance, sa culture et le monde du vivant plutôt que votre divin ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si mon mode de vie n’est pas le vôtre  et en quoi ça trouble votre mauvaise conscience ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne me nourris  pas de vos historiettes ?

Qu’est ce que ça peut vous faire que je ne conçois pas le monde selon votre grille de lecture ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne me considère pas comme une créature de votre sale divin ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si mon idéal de vie n’est pas le vôtre et si je ne partage pas votre vision du monde qui porte en elle tous les germes de la mort de l’humanité plurielle si ce n’est l’humanité tout court ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne pense pas comme vous et je ne suis pas ce que vous êtes ?

Qu’est-ce que ça pet vous faire si je vais finir en enfer car je ne crois pas que ce lieu existe et si tel est le cas vous y êtes déjà ?

Qu’est-ce que ça peut vous faire si je suis ce que suis et pleinement responsable de mes actes que de me défausser sur un divin pour me laver les mains ?

Ils veulent que tout le monde se mette à l’heure de l’islam

Ils sont chez eux et c’est l’évidence même !  Leurs enfants de la maternelle au lycée en passant par les collèges ne supportent pas l’idée que leurs camarades de classe ne mangent pas halal à la cantine comme eux. Tout le monde doit se mettre à l’heure de l’islam.

Ils ne mangent pas ce que les autres enfants  qui ne sortent pas de leur moule poltico-religieux mangent mais ils exigent à ce qu’ils  mangent ce qu’eux-mêmes mangent.  Nos interdits religieux sont universels. Ils ne tolèrent aucune entorse de quelle que sorte que ce soit. Il ne suffit pas d’être non-musulman pour s’en dispenser.

Dans leur conception du vivre-ensemble qui veut dire en réalité ce qui n’est pas comme moi doit faire comme moi au nom de la suprématie absolue de mon système de valeurs et mes normes de conduite. Par conséquent, ce n’est pas à eux qu’il appartient de s’adapter à leur nouveau milieu de vie c’est aux autres  de renoncer à leur culture et leur façon d’être et de vivre afin de les rendre conformes aux exigences de la loi de l’islam, la charia.

Leurs enfants font une crise d’urticaire parce que les autres enfants consomment des bonbons à la gélatine de porc et de la viande non abattue selon le rituel musulman, mais le jour où les assemblées de la République, nationale et territoriales seront marquées par une présence massive d’élus musulmans il y aura fort à parier que le menu halal sera commun à tout le monde et adieu les saucisses de Strasbourg et les côtes de porc ?

Il faut être atteint de cécité mentale pour ne pas se rendre compte que les signes avant-coureurs de la mise à mort des valeurs de la République et de la laïques se font de plus en plus jour et sautent aux yeux.  Autant marier la carpe et le lapin que de parier sur les chances de faisabilité d’une cohabitation entre deux modes de vie aussi antinomiques et incompatibles.

Les musulmans porteurs d’un projet sociétal ultra-réactionnaire, immobiliste, liberticide, négateur de l’altérité, raciste, antisémite, pédophile, ségrégationniste,  impérialiste et hégémonique qui voit le monde à travers leur lorgnette islamo-centriste et un monde épris de liberté  fondre dans leur moule et d’épouser leur modèle mode de vie  manger halal n’a rien d’illicite pour les non musulmans  dans leur conception du vivre ensemble donc en quoi est-ce haram, illicite, pour qu’ils ne s’ y adonnent pas.

Ils se veulent les maîtres de l’univers et les règles de bienséance consistent à se plier à leurs désidératas.

Il n’ y a de loi que leur loi et toute autre loi qui n’est pas édictée par leur divin est à bannir de la surface de la terre.

 

Pourquoi les musulmans ne migrent pas en Arabie Maudite ?

Si les musulmans étaient cohérents avec eux-mêmes, plutôt que de venir polluer les terres qui ne sont pas les leur et empoisonner la vie de leurs habitants pourquoi n’iraient-ils pas migrer en Arabie terre maudite de leur prophète de malheur. Mais c’est peine perdue pour eux n’ayant pas de « sang » saoudien dans les veines les autorités de ce pays ne voudraient pas qu’ils viennent souiller leur territoire sauf pour le pèlerinage pour être déplumés comme des pigeons.

Et même s’ils y étaient nés ils ne pourraient jamais jouir des mêmes droits que les « bien nés » saoudiens ils seront toujours des éternels étrangers, des êtres venus d’ailleurs qui n’auront jamais leur place dans ce pays, qui ne peuvent par exemple êtres propriétaire du terrain sur lequel ils auraient bâti leur maison ou être actionnaires majoritaires de leurs sociétés.

Et à supposer qu’ils puissent y résider ils seraient soumis au régime infamant de la kafala, une sorte d’esclavage institutionnalise où le migrant pour travailler en Arabie Saoudite  est mis sous tutelle d’un kafile, un protecteur, comme s’il  était un majeur incapable.

https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/pays-du-golfe-la-kafala-ou-l-112565

C’est une quantité négligeable, corvéable à merci et expulsable  à tout moment. Dépossédé de son passeport dès son arrivée sur le sol saoudien. Ici on travaille plus que de raison et on se tait. Il n’est pas en droit de contester ses conditions de travail inhumaines, ni de revendiquer l’égalité salariale avec les nationaux et les ressortissants étrangers d’autres pays.  Les salariés peuvent occuper les mêmes postes mais sont payés selon leurs nationalités d »origine.  Pas de droits que devoirs, aucune liberté de changer d’employeur qui fait office de parrain tout au long de son séjour, ni de liberté de circuler selon son bon vouloir. Un esclave, abid, et traité en tant que tel.

https://www.algerie-focus.com/2013/10/video-frappe-et-torture-un-immigre-traite-comme-un-esclave-par-son-maitre-saoudien/

Leur seul lot  de consolation si jamais Allah les appelle auprès de lui quand ils viennent lui rendre visite dans son antre d’ogre ils pourront toujours être servir de mets à ses vers de terre. La  fin rêvée pour les musulmans, crever sur cette terre empestée par le cadavre putride de Mahomet. C’est le paradis assuré. Plus on est bigot plus on prend l’enfer pour le lupanar.

Ils ne peuvent accomplir aucun acte de la vie courante sans son aval. Quand ils se rendent chez eux leur protecteur ou tuteur garde leur dernier mois de salaire en gage de leur retour.

En tant que migrants dans ce pays ils n’ont pas plus de droit qu’un chien en Occident et encore car un animal y est protégé  alors que dans cette contrée où les syndicats des travailleurs sont bannis leurs employeurs ont des droits de vie et de mort sur eux.  Point de protection sociale ni assurance chômage, ni assurance retraite ni couverture accident de travail. Ce n’est pas prévu dans le Coran. C’est la preuve que ce brûlot n’a pas de réponse à tout.

Quant à pouvoir s’y marier et en devenir citoyen autant rêver d’un voyage dans l’espace.

ils ont beau être musulmans comme eux même plus musulman qu’eux dans leur pratique cultuelle ils restent des sujets de seconde zone, des bâtards dans le cas des Nord-Africains.

En Afrique du Nord, ils ont rang de seigneurs à cause de leur filiation avec Mahomet et chez eux leurs « frères » musulmans sont traités comme des moins que rien,des pestiférés. Expulsables à tout moment.

Tous les musulmans regardent  vers l’Arabie Maudite  au moins 5 fois par jour pour leurs prières. Ils attendent toujours après elle pour le début et la fin de leur ramadan.  Ils s’enivrent des fatwas  loufoques et absurdes de ses prédicateurs comme des chameliers s’enivrant de la pisse des chamelles.

La majorité d’entre eux se plaignent à tort ou à raison du racisme en Occident où ils jouissent pourtant de tous les droits, auraient tout intérêt à aller goûter aux dures lois de l’apartheid au nom d’Allah.

La haine du Juif chez les musulmans perdure depuis 1439 ans

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Qu’entend-on par le nouvel antisémitisme, est-ce pour le distinguer de l’européen ou que l’antisémitisme qui fait des ravages en France a un autre visage, venu d’ailleurs, si tel est le cas cet antisémitisme en question il est vieux de plus de 1439 ans, qu’il est né avec l’islam, dans ce cas-là n’est-il pas plus cohérent de parler d’un antisémitisme importé, plutôt que l’emploi d’un qualificatif qui laisse entendre que l’autre est mort et qu’un nouvel antisémitisme a pris la place ?

La vigilance est plus que jamais de mise même s’il est vrai que cet antisémitisme qu’on ne saurait comparer en l’état actuel des choses à son congénère européen en termes de bilan, qui a occasionné la mort de plus de 6 millions de Juifs,  quand bien même les deux antisémitismes ont convergé en 1939-45.

L’histoire saura-t-elle se répéter ? Il est à douter que l’on puisse revivre un nouvel épisode de la Shoah car les Juifs ne sont plus un détail de l’histoire pour reprendre l’expression de Pétain.

Aujourd’hui, seul celui du croissant qui est le plus à craindre. Après avoir « nettoyé » les terres musulmanes de la présence juive et ce depuis le premier massacre des tribus juives en Arabie à l’avènement de l’islam et sur les ordres de Mahomet, il leur mène une guerre pernicieuse et sournoise. Au point tel que le niveau des actes antisémites en France a littéralement explosé.

Un antisémitisme que l’on peut qualifier d’antisémitisme  des cités-ghettos islamisées.  Ses auteurs sont ces « chances » pour la France abreuvés du poison judéophobe des préceptes coraniques dès la naissance.

Et comme le clame en toute impunité  Youssef Qaradhaoui le pape du sunnisme, très populaire parmi les masses musulmanes : « Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux [Juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu’il leur a fait – et bien qu’ils [les Juifs] aient exagéré les faits -, il a réussi à les remettre à leur place. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans.

(…)

28 janvier 2009: Pour conclure mon discours, je voudrais dire que la seule chose que j’espère est qu’à l’approche de la fin de mes jours, Allah me donne l’occasion d’aller sur la terre du djihad et de la résistance, même sur une chaise roulante. Je tirerai sur les ennemis d’Allah, les Juifs, et ils me lanceront une bombe dessus et ainsi, je clorai ma vie en martyr. Loué soi Allah, Roi de l’univers. Que la miséricorde et les bénédictions d’Allah soient sur vous. »  

https://pointdebasculecanada.ca/qaradawi-apres-hitler-les-musulmans-puniront-les-juifs/

Le vrai visage de l'islam et des musulmans - the real face of islam and muslims : sign - god bless hitler - / Pancarte - Dieu bénisse Hitler -

Des propos qui font écho à un hadith qui en dit long sur les germes de la haine du juif inoculés chez les musulmans :

Ibn Omar a déclaré avoir entendu le Messager d’Allah (bénédiction dire :  Vous combattrez les juifs et aurez le dessus sur eux de sorte que la pierre dira : ô musulman ! Voici un juif caché derrière moi.. viens le tuer . (rapporté par al-Boukhari, n° 3593).

D’après le même Ibn Omar le Messager d’Allah a dit :  Les Juifs vous combattront et vous aurez le dessus sur eux au point que la pierre dira : ô musulman ! viens tuer ce juif qui se cache derrière moi . (rapporté par Ahmad et par at-Tirmidhi et qualifié par ce dernier de « beau et authentique ).

Ibn Omar affirme encore avoir entendu le Messager d’Allah dire :  l’Antéchrist descendra sur une terrain salsugineux de Mar Qanat, et les femmes constitueront la majorité de ses partisans. A tel enseigne que l’on sera amené à attacher ses plus proches parentes comme sa mère, sa sœur, sa fille et sa tante, de peur qu’elles n’aillent rejoindre l’Antéchrist. Et puis Allah donnera aux Musulmans la victoire sur lui, et ils le tueront et en feront de même de ses partisans, au point que le juif se cachera derrière un arbre ou une pierre et que l’arbre ou la pierre dira au musulman : viens tuer le juif caché derrière moi  (rapporté par Ahmad dans son Mousnad et par Ibn Madja d’après Abou Umana al-Bahih,  un hadith relatif à l’Antéchrist

https://islamqa.info/fr/answers/9341/lauthenticite-du-hadith-evoquant-le-combat-a-mener-contre-les-juifs

Je peux moi-même témoigner  agression antisémite dont je fus victime  en 1991 à Guyancourt dans les Yvelines, lors d’une visite d’un centre d’insertion sociale et professionnelle où 3 jeunes issus de l’immigration, un Africain et deux Maghrébin, m’ont gratifié d’un salut nazi à mon arrivée.

Cet antisémitisme que les 300 signataires semblent découvrir n’a rien d’inédit sur le sol français et de nombreux acteurs intervenant auprès du public des zones des zones d’exclusion urbaine ou d’éducation prioritaires comme on les appelait dans les années 80, devenus aujourd’hui des zones sensibles pourraient témoigner des prémisses de cet antisémitisme véhiculé par une minorité de jeunes de la deuxième génération.
Et ces jeunes en question ont l’âge des meurtriers de nos compatriotes de confession juive.

Il est inutile de vous dire qu’il n’était pas question de rendre public ce genre de dérives antisémites pour ne pas faire des vagues.

A chaque fois, les pouvoirs publics nous rappelaient que nous sommes en République et qu’il n’y a pas lieu de s’en inquiéter et de faire écho de ce qui est de l’ordre de la bêtise.
Après tout ils ne savent pas ce qu’ils font on doit faire preuve de mansuétude à leur égard n’est-ce pas. On oublie que souvent des moutons peuvent se transformer en loup, ou plutôt derrière le masque de l’ange se cache le démon.

Les symptômes de la fièvre antisémite envahissaient déjà ces quartiers mais les pouvoirs publics ne voulaient rien savoir ni entendre. Car pour eux , c’est une nécrose spécifique à la seule extrême droite et que ces jeunes sont tout autant l’objet de sa haine que les Juifs.

Victimes de préjugés négatifs ils ne peuvent pas être eux-mêmes capables d’en avoir pour cet autre qu’eux-mêmes. Une thèse qui a  délibérément fait le lit à cet antisémitisme importé dans les valises de leurs parents.

On sait le prix que l’humanité a payé à la bêtise humaine. Banaliser le crime c’est le populariser auprès des masses abêties et frustrées. Toutes les idéologies ont prospéré sur le champ de l’ignorance

Pourquoi les musulmans préfèrent bâtir des mosquées plutôt que des hôpitaux et des écoles

Est-ce froisser la susceptibilité à fleur de peau des Algériens et des Marocains et les atteindre dans fierté nationale que de leur dire les coûts faramineux de leurs mosquées-cathédrales sont des investissements improductifs et néfastes à leurs économies nationales et ruineuses pour leurs finances publiques ?
Comment dans des pays où l’on manque de tout, où l’on ne produit rien, on préfère donner un toit à Allah plutôt que de sortir les hommes de leur misère chronique qui  trouvent refuge dans cet Occident tant honni pour échapper à son funeste destin ?
Point d’argent pour les hôpitaux, les écoles, les logements et les infrastructures routières, mais de l’argent coule à flot pour la grandeur de l’islam.
Il n’y a de grandeur et de richesse que l’homme. Mais un homme conscient et instruit est un homme libéré de la tutelle de son dogme et donc dangereux pour ses gouvernants.
Faute de s’illustrer sur la scène internationale par leurs prouesses techniques, technologiques, industrielles, culturelles, éducatives, scientifiques,  ils s’honorent d’abriter sur leurs territoires respectifs la troisième et la quatrième mosquées du monde musulman.
Ayant échoué dans l’édification d’Etats modernes et garants de droits fondamentaux, ces deux pays exaltent le sentiment religieux de leurs populations qui elles-mêmes ne sont pas insensibles à l’idée que leurs pays ont gagné leurs galons de grands pays musulmans en marquant les esprits.
Cumulant les échecs sur tous les plans, il ne leur reste que la drogue dure de l’islam à leur offrir.
On leur fait miroiter les perspectives d’une vie meilleure dans l’au-delà. Celui qui bâtit une mosquée ici-bas aura d’après  Othmane, son équivalent dans le paradis.
( Hadith Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°533).
On imagine mal ces peuples s’opposer à la construction des mosquées pour ne pas compromettre leur chance de toucher leur Graal, eux qui ont tout perdu ou presque dans leur existence terrestre.
Quand aime Allah on ne compte pas. Or, que vaut la vie humaine face à la gloire d’Allah ?  On dépense sans rechigner pour lui, on se prive de tout pour Allah on tue et on se fait tuer pour lui. Avoir faim, sans toi, malade, exclu du banquet, galérer pour vivoter, pour eux ce n’est qu’une épreuve voulue par lui et heureux sont ceux qui s’y résignent.
Alors si leurs pays se livrent à une course dans la construction des mosquées pharaoniques cela ne pourrait que les réjouir et flatté leur ego frustré.
L’argent des mosquées pourrait être dépensé plus intelligemment et plus utilement pour leurs pays mais les affaires d’Allah priment sur tout le reste.
L’attrait du paradis l’emporte  sur les besoins terrestres, ne vivent que par et pour lui,  Un fichu paradis à l’origine de tous les maux qui les minent. une question qu’ils ne sauraient jamais se poser si Mahomet était un Amazigh quel aurait le contenu de son message aux hommes et aurait-il été un digne héritier de Saint Augustin ? 

On ne peut pas être musulman sans être islamiste

Salem Benammar
17 novembre 2017, 10:24 ·
Peut-on être musulman tout en récusant la Charia, la loi de l’islam ?
Celui qui dit qu’il peut l’être, soit il se ment à lui-même, auquel les pires châtiments sont promis, soit il est apostat. Le musulman est celui qui pense, respire et vit par et pour l’islam 24 heures sur 24 heures.

On ne peut pas être musulman sans être islamiste qui est l’islam foi et loi. Religion. Etat et cité. L’islam n’est pas que culte contrairement à ce que croient la majorité des musulmans et les collabos en Occident. C’est un système politique totalitaire q Et celui qui ne se reconnaît pas dans l’islamisme qui englobe tous les aspects de la vie dans moindres petits détails du plus intime jusqu’à l’organisation de la société et de l’État lui-même. Tout est verrouillé par sa loi qui ne laisse aucune marge de manœuvre à l’homme.

L’initiative privée est jugée est attentatoire à ses dogmes. L’homme n’a pas à décider de ses choix de vie. Allah le fait pour lui. Il lui doit obéissance absolue ainsi qu’ à Mahomet. Ils dictent et le bon musulman exécute.

Et celui qui pense qu’il peut être musulman sans consommer l’islam comme un mort de faim ferait mieux d’abjurer l’islam s’il en a le courage. Il ne doit vivre que par et pour l’islam. Bouffer l’islam, respirer l’islam, exhiber son islam en bandoulière, avoir le front marqué de son sceau, manger, boire, se comporter, s’habiller selon le code musulman, invariable et inoxydable depuis 1439 ans.

Contrairement aux idées reçue l’islam n’est pas la religion du juste milieu, c’est une religion des extrêmes, n’est-elle pas dans le déni du libre-arbitre et la dictature de la pensée unique ? Une seule voie pour tous, point de salut pour ceux qui se laissent tenter par d’autres expériences.

L’islam est d’abord idéologie totalitaire qui ne peur fonctionner que sur l’avilissement et la crétinisation des masses. Plus elles sont incultes, plus elle peut les manipuler selon ses bons vouloirs, sans aucune emprise sur leur choix de vie. Dépourvues de leur volonté propre, de liberté de discernement et d’esprit d’initiative.

A la différence des autres religions monothéistes dont il se proclame à tort, l’islam ne reconnaît pas les Dix Commandements, il est l’anthèse de la loi biblique. Il appelle au meurtre des incroyants et des apostats, inoculant dans le coeur de ses partisans la haine du Juif et des Chrétiens.

Il a fait du lucre et de la violence le chemin de la félicité. Il se conjugue avec la perversité la morale, un puissant catalyseur des pulsions humaines les plus viles et bestiales. Il les a exaltées pour en faire une récompense dans l’au-delà pour ceux qui ont été dans la voie du djihad autrement dit les islamistes guidés par l’insensé et la déraison, alléchés par l’érection éternelle et l’ ivresse à ne plus en avoir soif.

Jamais un esprit sain ne prendrait le paradis pour un lieu de débauche et de luxure. Un empire des sens où la conduite immorale et répréhensible sur terre est la norme.

L’islamiste pour qui l’islam est la paix par l’épée et il n’y a de loi que la sienne a au moins le mérite d’être en cohérence avec les préceptes coraniques et la Sunna mahométane, contrairement au tartufe musulman qui veut accommoder l’islam.

L’islam n’est pas un costume sur mesure, c’est une pièce de taille unique fabriquée avec le même tissu que l’on doit porter en tous temps et tous lieux.

Fillette voilée: islam crime contre l’enfance

Résultat de recherche d'images pour "photos fillettes musulmanes voilées"

Fillette voilée, enfant martyrisée,

Fillette voilée, enfance volée,

Fillette voilée, imaginaire castré,

Fillette voilée, personnalité étouffée,

Fillette voilée, esprit torturé,

Fillette voilée, vie perdue,

Fillette voilée, esclave marquée au fer rouge,

Fillette voilée, oiseau en cage,

Fillette voilée, victime expiatoire,

Fillette voilée, destin brisé,

Fillette voilée, parents pervers,

Fillette voilée, crime contre l’enfance,

Fillette voilée, corps sans âme,

Fillette voilée, anéantissement de son être,

Fillette voilée, voile de la mort déployée,

Fillette voilée, pédophilie érigée en dogme religieux,

Fillette voilée, joie de vivre envolée,

Fillette voilée, un ange qui se meurt,

Fillette voilée, une âme en peine,

Fillette voilée, corps social musulman métastasé,

Fillette voilée, début de la fin de épanouissement,

Fillette voilée, le dernier chant du cygne,

Fillette voilée, retour au monde des ténèbres,

Fillette voilée, atteinte à son intégrité physique, mentale et psychique,

Fillette voilée, déni de son droit à vivre son enfance,

Fillette voilée, diabolisation de l’enfance,

Fillette voilée, viol de son innocence,

Fillette voilée, barbarie islamique dévoilée,

Fillette voilée, apologie de la pédophilie, 

Fillette voilée, la barbarie foi et loi, 

Fillette voilée, coup de poignard dans le dos de la liberté, 

Fillette voilée, symptôme de la métastase islamique,

Fillette voilée, miroir de l’état de bestialité de la société musulmane,

Fillette violée, islam ennemi de la vie.

 

Salafisme, djihadisme, islamisme et wahhabisme : les quatre têtes de l’hydre musulmane

Salafisme, djihadisme, wahhabisme : une seule réalité doctrinairePUBLIÉ PAR SALEM BEN AMMAR LE 15 NOVEMBRE 2018

Il n’y a pas plus de salafisme djihadiste que de salafisme quiétiste, ou de wahhabisme que d’islamisme, quatre mots pour définir la même réalité doctrinaire.

Il s’agit de la même cellule souche cancéreuse qui est en train de métastaser le corps musulman qui plutôt que s’en immuniser et le combattre semble non seulement s’en accommoder parfaitement mais il se réjouit de ses performances morbides.

Sans Mohamed Abdelwahab, le salafisme aurait vécu. Le wahhabisme dont il est le père- fondateur n’est rien d’autre que l’exhumation de la pensée salafiste qu’on croyait disparue des radars musulmans depuis 5 siècles. « C’est l’école de pensée hanbalite, fondée par l’imam Ahmed ibn Hanbal (780-855) au IXe siècle, qui a forgé les racines de l’idéologie salafiste. Deux disciples de cette doctrine, l’imam ibn Taymiya (1263-1328) et Mohamed ibn Abdelwahab (1703-1792), en deviendront ensuite les deux principales références idéologiques. » (1)

Qu’il soit djihadiste, quiétiste ou wahhabite le salafisme est hostile à l’innovation, bida’a, qu’elle soit matérielle ou immatérielle, afin de préserver l’islam des perversions.

Pour le salafisme, le changement est l’ennemi de la religion et pour la garder intacte il préconise à la conserver dans le formol pour lui conserver son aspect originel. Pour lutter contre les effets induits du changement le salafisme prône veut enfermer l’islam dans un bunker doté de parois hermétiques en verrouillant tous les accès de peur certainement qu’il ne soit renvoyé à ses faiblesses et ses limites. Car c’est en ayant d’autres sources de références politiques, intellectuelles et culturelles, et en étant instruits des sciences sociales, dotés d’esprit critique, et imprégnés de philosophie et d’humanisme que les musulmans peuvent prendre conscience de la fausseté et de la vacuité du message mahométan.

De peur qu’un vent novateur ne balaye l’islam, le salafisme veut s’ériger en rempart contre le vent du changement. Sous prétexte que le ré-immersion dans le passé de Mahomet et ses compagnons est la seule planche de salut pour les musulmans devenue le cauchemar de l’humanité depuis les attentats du 11 septembre 2001 où ses auteurs portent la marque de fabrique du salafisme wahhabite saoudien.

Nul doute que le salafisme n’aurait jamais connu la puissance de feu qui est la sienne aujourd’hui si l’Arabie Saoudite n’en avait pas fait son virus diplomatique qu’elle propage à coup de milliards de dollars aux quatre coins du monde à travers un réseau de prédicateurs formés à l’université de Médine ainsi que les associations « caritatives » des Frères musulmans. Réislamiser et islamiser.

Ce qui aurait pu être déclaré comme crime contre l’humanité à cause des organisations terroristes nourries par l’idéologie salafiste comme la Qaïda, Daech, Boko Haram, les talibans, Ansar al-Charia, on en fait un allié en Syrie, en Irak, en Algérie, en Tunisie, en Afghanistan, en Afrique noire, et on le laisse prospérer impunément en Occident même dans les cités-ghettos islamisées. Comme si l’on ne veut pas se fâcher avec son chef-marionnettiste et bailleur de fonds saoudien.

Rarement une nébuleuse aussi toxique que le salafisme n’a bénéficié d’autant de bienveillance de la part des gouvernants occidentaux au mépris de la sécurité de leurs citoyens.

Après avoir promu les salafistes résistants en Afghanistan, rebelles en Syrie, il est à craindre que la politique irresponsable et suicidaire des Etats occidentaux ne soit en train de leur baliser le chemin du pouvoir entamé par l’élection des deux voilées musulmanes au Congrès américain.

Son idéologie porte en elle toutes les stigmates de la barbarie humaine. Aussi immonde et inhumaine que la barbarie nazie à laquelle elle s’est ralliée en 39-45 sous l’impulsion du Mufti al-Husseïni, conseiller notoire d’Adolphe Hitler et artisan du premier grand pogrom anti-juif en 1929 en Palestine sous mandat britannique. (2)

Il n’est en rien un islam déviant et sectaire. Il est son clone le plus abouti et ce visage épouvantable et hideux de l’islam que les musulmans complet-cravate-lunettes Ray Ban veulent soustraire du regard du reste du monde. Un islam fasciste, totalitaire, messianique, hégémonique, raciste, antisémite, christianophobe, terroriste, ulltra-réactionnaire, ultraconservateur, suprémaciste, négationniste, altérophobe, binaire et discriminatoire, pour qui un non-musulman est un chien d’infidèle. Il prêche le mépris et la violence envers les minorités religieuses et légitime leur anéantissement. Plusieurs visages dont le but est d’unifier les musulmans sous la bannière de l’islam. (3)

Le salafisme est l’islam du retour aux sources originelles, l’hérésie est de condamner ce qu’il n’est pas. S’il séduit les musulmans, tout simplement parce qu’ils s’y reconnaissent et s’y identifient et qu’il ne trahit en rien les préceptes coraniques.

Le meilleur casino en ligne ! Cliquez pour réclamer votre bonusNe gâchez pas d’argent dans une greffe de cheveux. Faites ça !Un jeu réaliste pour les hommes!Choc ! Le ventre et les bourrelets ont disparu en 3 jours

Il est l’exutoire de leurs frustrations contre l’Occident. Leur marqueur identitaire et une utopie pour digérer l’amertume de leur présent en exaltant la splendeur passée de l’islam.

Voulant faire de la résurgence d’un passé fantasmagorique un remède à la métastase islamique. Alors qu’il est lui-même le grand mal que Mahomet a inoculé chez les Bédouins avant qu’il ne déferle sur des civilisations en bout de souffle et agonisantes. Celui qui est incarné par l’Arabie Saoudite, le Qatar et les pays du Golfe, ces créatures des Anglo-Saxonnes, sorties du sable comme des scorpions sortant de leurs galeries pour s’attaquer à leurs proies.

Le salafisme est celui qui a basculé le monde dans une horreur indicible le 11 septembre 2001 et qui a à son actif tous les attentats terroristes en Occident. Des attentats applaudis par la majorité des musulmans dans le monde et accueillis par des salves de joie et des youyous des femmes à Gaza et en Cisjordanie.

Il n’y a pas plus de salafisme soft que d’islamisme assagi ou d’islam modéré, ils sont les 3 têtes de l’hydre mahométane.

On n’a pas à faire un distinguo entre eux, reliés par le même cordon ombilical et possédant les mêmes organes dont la mort de l’un entraîne inéluctablement la mort des deux autres.

Allah est leur dieu, Mahomet est leur modèle, l’islam est leur religion et mode de gouvernance, leur foi et loi, la voie à suivre, le Coran est leur constitution, le djihad armé est leur moyen de conquête du monde, mûs tous les trois par leur folie meurtrière.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Si le communisme et le nazisme étaient le cancer de l’humanité l’islam est sa métastase

  • Le destin de la nouvelle Tunisie sera plus que jamais musulman ou il ne le sera pas  par Salem Benammar, vendredi 30 décembre 2011, 22:48 
  • Au lieu de donner le pain de la dignité au peuple, la secte d’Ennahdha qui se veut maîtresse du jeu politique en Tunisie, alors qu’elle n’a pas les attributs républicains, préfère la voie de l’endoctrinement religieux, la lobotomisation des esprits et le recours à des artifices juridiques liberticides au nom de la loi canon de la charia.                                                                        
  • Compte-tenu de la vacuité de son projet politique et de son incapacité pathologique à impulser un nouveau souffler au pays, elle se borne à instrumentaliser et dévoyer l’Islam comme s’il était la solution à la crise aiguë que connaît la Tunisie depuis le 14 janvier 2011 et aggravée par son intronisation guignolesque le 23 octobre 2011, journée de deuil de la démocratie électorale.                                                                                         
  • Quand on a rien à offrir comme perspectives au peuple, il reste toujours l’exutoire soporifique ou ce qu’appelle K. Marx l’opium de la religion pour l’intoxiquer et étouffer en lui ses velléités de résilience.                                                                                                                                                 
  •  Ainsi, comme toute secte qui oeuvre dans le champ de la manipulation mentale et l’annihilation des volontés, elle se livre à des exercices de prestidigitation illusionniste, abusant de la crédulité des gens, n’hésitant pas à afficher son goût ostentatoire pour le luxe comme s’il était un avant goût de la martingale promise dans l’au-delà. Pour les damnés de la terre exclus du banquet de la nature dont se goinfre les gourous patentés de cette secte, comme lors de leur séjour éhonté et immoral au Forum économique de Davos, il ne leur reste que le pain de la religion que leur sert en appât cette secte malfaisante. Aussi, la charité, cette espèce de Zakat que les nantis concèdent aux plus démunis, est devenue la pierre angulaire de son programme politique. Une aubaine pour les nantis tunisiens qui ont soutenu massivement la secte. Le conservatisme religieux est le meilleur allié des capitalistes.                                                                                              
  • On investit jamais à perte chez les bigots. On attend toujours de tirer un bénéfice de ce qu’on fait. On ne fait rien sans contrepartie. Obsédé par l’ajr c’est-à-dire un hypothétique  salaire censé être versé par un le Grand Employeur dans l’au-delà. Jamais une bonne action gratuite pour la beauté du geste.  
  • La culture musulmane  exclut tout bonheur humain et épanouissement personnel.                      
  •  
  • Le récipiendaire doit être heureux d’assumer son statut d’exclu du banquet de la nature tel que Dieu l’a façonné et se doit par conséquent de se résigner à sa misère et la vivre pleinement et dans la joie avec une interdiction absolue de se rebeller, la fitna, contre son sort pour ne pas se priver de la joie de savourer dans l’au-delà ce dont il a été privé cruellement sur terre.                                                   
  • Il doit accepter d’être aussi un pourvoyeur de chair fraîche pour assouvir l’appétit féroce des nantis. Ceux que Dieu les a élus pour toucher la martingale. Un bon fidèle est celui qui ne cherche pas à détendre pas les ressorts de la colère et ne brisent pas les chaînes avec lesquelles Dieu l’a enserré.
  • L’homme ou supposé tel, puisque l’homme dans les sociétés soumises à la dure  loi de la morale religieuse n’existe pas en tant que tel, il est avant tout un fidèle dévoué engagé dans les bonnes actions, les « hassanates » :
  • « L’ invocation qui rapporte le plus de hassanates que le mêmes les Anges ne peuvent l’ écrire. Alors ils en informent Dieu. Allah leur dit d’écrire uniquement l’invocation, pour que le Jour du Jugement ce soit Allah Lui même, qui le récompense.  » Allahoumma laka l-Hamdou kama yanbaghi li jalali Wajhika wa li 3adhimi Soultanik « , qui signifie »  » Seigneur à Toi la louange comme il convient à la magnificence de Ta Face et la majesté de Ton royaume « 
  • (source: http//oussoul.xooit.fr/t11334-¨Plus-de-hassanets.htm p.2281)
  • Tout pour Dieu et rien pour ses hommes. Ils sont réduits à une machine invocatrice. Une fonction peu valorisante de l’homme.Fort des promesses d’une récompense aussi mirifique que lui promettent les marchands du temple avec un espoir de gain himalayen, le jack pot divin, il ne va pas faire l’effort de scier les barreaux de sa prison pour pour un investissement sur terre au rendement très aléatoire. Un vrai placement Madoff en perspective sauf que ce dernier nécessite à ce qu’on y mette le prix fort pour pouvoir encaisser une plus-value substantielle.                                                                         
  •  
  • Alors que le placement dans les valeurs boursières  divines hautement spéculatif pourtant, contrairement au marché boursier ne nécessite aucune mise du départ, ni de ticket d’entrée dont il faut s’acquitter, il suffit juste de faire don de sa personne, de prendre ses désirs pour la réalité, et de se laisser guider par la main invisible de Dieu

Honte au gouvernement britannique qui ne veut pas d’Asia Bibi chez lui pour ne pas froisser les musulmans

De peur d’affronter les représailles communautaires  des musulmans le gouvernement anglais ne se montre pas enthousiaste d’offrir l’asile territorial à la chrétienne Asia Bibi alors qu’il a fait de son territoire un antre des vipères islamistes qui ne ratent jamais l’occasion d’infliger à ses citoyens des morsures mortelles à chaque fois que c’est nécessaire. Histoire de lui rappeler qu’il n’est pas aussi souverain qu’il ne le croit et qu’aucune décision politique ne peut être prise contre les intérêts de l’islam.

La première ministre Theresa May: Notre première préoccupation est la sécurité d’Asia Bibi et de sa famille, et nous voulons que la situation soit réglée rapidement. De toute évidence, il y a un problème pour le gouvernement et les tribunaux pakistanais, et le Premier Ministre, Imran Khan, a publiquement soutenu la Cour suprême et promis de faire respecter l’état de droit tout en assurant la protection d’Asia Bibi. Un certain nombre de pays sont en discussion pour lui fournir une destination sûre une fois le processus légal terminé. .

https://www.liberation.fr/checknews/2018/11/16/le-royaume-uni-a-t-il-refuse-l-asile-a-asia-bibi-par-peur-de-represailles-communautaires_1692447

La dérobade anglaise donne froid au dos et montre combien les gouvernements occidentaux sont l’otage des musulmans qui peuvent user désormais de leur pouvoir de nuisance en toute légitimité politique.

En s’aplatissant devant les musulmans  le gouvernement anglais touche le fond de l’ignominie, Son message envoyé au monde entier  qui est un faire-part de la mort de la souveraineté de son peuple est des plus éloquents, les musulmans sont nos maîtres.  C’est eux qu’il faut ménager, les caresser dans le sens du poil, leur épargner la présence de cette chrétienne qui aurait insulté leur prophète. Qu’importe que leurs propres populations en sont les premières victimes.

Dans le cas anglais c’est le retour du bâton. Il n’est un secret pour personne sur la proximité troublante entre les Anglais et les musulmans comme l’attestent leurs relations historique. Sans eux le serpent wahhabite n’aurait jamais vu le jour au XVIIIème siècle. Ils ont été le principal bailleur de fonds en Egpyte dans les années 20 de la Confrérie des frères musulmans et l’artisan majeur de la création de l’Arabie Saoudite .

C’est en toute logique et contre le principe élémentaire de prudence, faisant ainsi fi de la sécurité de leurs citoyens, qu’ils ont laissé les islamistes s’implanter massivement en Angleterre pour faire des villes comme Londres, Birmingham et Luton des mosquées à ciel ouvert les vendredis et des hauts lieux de la propagande nazislamiste dans le monde, allant jusqu’à offrir une chaire au violeur Tarek Ramadan moyennant l’argent sale qatarien.

De tous les pays occidentaux, l’Angleterre est le seul pays où les islamistes font leur propre police sur le modèle de la brigade de la répression du vice et de la promotion de la vertu en Arabie Saoudite et dotés de leurs propres tribunaux chariatiques.

Et à cause du sacro-saint  communautarisme cher aux Anglais, un laisser-faire criminel, les islamistes financés à coups de milliards par les pays du Golfe et de l’Iran, disposant de leurs propres banques sont devenus une véritable force politique  et un puissant lobbying, un quasi Etat dans l’Etat, sont à même de peser sur la politique anglaise.

A se demander à juste titre si les Anglais n’ont pas opté définitivement opté pour le statut de dhimmis.

http://www.lefigaro.fr/international/2017/03/23/01003-20170323ARTFIG00385-terrorisme-du-londonistan-a-birmingham.php

En refusant d’accueillir sur son territoire cette noble figure de la résistance à la barbarie musulmane le gouvernement anglais a clairement choisi son camp, une terre de l’islam,  Bientôt 58ème membre de l’Organisation de la Calamité Islamique (O.C.I.)

Pour paraphraser Sir Winston Churchill, il ne veut pas d’Asia Bibi chez lui pour s’épargner le déshonneur de l’affrontement avec les musulmans, il aura le déshonneur de l’affrontement et la honte de la capitulation.

Dans ce pays, il n’y a de place que pour les musulmans  qui ont les mains tâchées du sang anglais !

Zéro attentat terroriste à l’actif des chrétiens tant sur le sol anglais comme partout ailleurs.  Mais on préfère abriter les rapaces plutôt que de protéger leurs proies.

Pourquoi l’islam rime avec folie meurtrière

Un Etat de droit est celui qui ne tire pas son pouvoir de dieu et qui ne prend pas la religion comme critère de classification de ses citoyens. Tous les pays musulmans sont logés à la même enseigne qu’ils soient rigoristes ou non.

L’islam est la religion d’Etat dans les 57 pays membres de l’O.C.I. dont le Coran est une sorte de supra-constitution avec tout ce que cela implique comme restrictions et interdictions pour les non-musulmans d’une part et d’autre part ils sont tous partie prenante de la Déclaration du Caire de 1991 sur les droits de l’homme en islam qu’ils auraient dû intituler charte des devoirs des fidèles musulmans. Le concept de l’homme est inconnu en islam qui divise le monde en musulmans et non-musulmans avec prééminence des premiers sur ces derniers.

Quand on a que la religion comme unité de mesure on ne peut reconnaître l’égalité des droits entre les hommes au-delà de leur croyance et non-croyance.

Il ne peut y avoir de place dans lesdites sociétés qu’aux hommes, les femmes ne font pas partie du paysage, pour qui l’islam est foi et loi, ne jurent que par Allah et pour modèle parfait Mahomet, exit donc tous ceux qui mécroient dans l’islam.  Il y a les musulmans et les autres.

Ceux qui sont hors du système ne peuvent avoir leur mot à dire dans l’organisation politique de la vie de la cité. Tenus à obéir au doigt et à l’oeil aux musulmans qui eux-mêmes qui ne sont que des pions sur l’échiquier de l’islam.

Les non-musulmans sont des parias frappés par la « malédiction » d’Allah souffre-douleur et objet d’opprobre  des musulmans du matin au soir et au coucher et tout au long de leur vie. La pureté pour les uns et l’impureté pour les autres avec des frontières hermétiques entre eux, sauf si pour échapper à leur condition d’intouchables ils se soumettent à l’islam.

Des sociétés castratrices, discriminatoires et grégaires et  où l’individu n’existe pas en tant que tel on est fidèle musulman. On ne peut être ni athée, ni apostat, ni agnostique, ni progressiste, ni démocrate, ni républicain, ni matérialiste, ni occidentaliste, on est musulman. Une sorte de marqueur génétique autant qu’identitaire.

Revendiquer sa différence, c’est la prison ou la mort selon les pays quand on est pas couvert d’avanies par ses proches et ses voisins. Il ne peut se libérer de son carcan sans risque.

On est un fidèle musulman comme si on était fidèle à sa ou son partenaire. Il ne peut être question de changer de cap et d’y renoncer. Musulman malgré soi et contre son gré. Et comme ils disent musulman de père et de grand-père. Un gène héréditaire dont on ne peut se défaire.

On n’existe que par et pour l’islam qui norme et rythme la vie au quotidien dans ses moindres petits détails. Il dicte tous les faits, gestes, actes, paroles, opinions, idées, pensées et choix de vie.

Hors du champ de l’islam rien n’est permis. C’est le code de la route qui doit être scrupuleusement observé et appliqué alors qu’il est obsolète et inadapté à la réalité des temps présents et à la topographie des  lieux. Immuable et irréformable.

Aucune sphère de l’activité humaine quelle qu’elle soit, sociale, commerciale, financière, personnelle, judiciaire, pénale, qui doit sortir de son moule qui s’articule atour du binôme haram et halal, l’illicite et le licite.

Pour mériter la reconnaissance sociale il faut sentir, respirer et vivre dans la crainte d’Allah et son prophète, les deux font la pair, il ne peut y avoir l’obéissance à l’un sans l’obéissance à l’autre, ni aimer l’un sans aimer l’autre,  et celui qui ne l’est pas est forcément un être satanique, être un pieux musulman.

Quant à celui qui n’affiche pas l’islam comme un tampon grisâtre sur son front  alors qu’il a beau oeuvrer pour le bien-être des hommes, il est forcément, un kaffar, un mécréant, un suppôt du diable, un impie, un renégat, un chien d’infidèle.

Allah aurait créé les musulmans pour le servir, tuer et se faire tuer pour lui pour s’attirer ses faveurs immondes et non pas pour se dévouer pour les causes humaines.

Tunisie : le ver venimeux est dans le fruit de l’arabo-islamisme

Pour l’islam l’histoire de l’humanité est née avec lui, pour Ennahdha l’histoire de la Tunisie est née avec elle. Avant c’était le néant. Et grâce à elle le pays passe du stade d’un pays sans passé au stade d’un pays qui entre de plein pied dans l’histoire. Une histoire qui se conjugue avec elle.

Ainsi,  selon la nouvelle grille révisionniste de l’histoire de l’indépendance nationale de la Tunisie, la vraie date de sa décolonisation est le 13 janvier 2013, jour de la chute de Ben Ali. Ce qui a au moins le mérite de dévoiler le vrai visage de sa pseudo révolution, fruit d’un coup d’Etat de l’ombre orchestré par la Maison Blanche au bénéfice de ses nervis islamistes.

Les islamistes artisans de l’indépendance nationale est une véritable hérésie politique pour la simple et bonne raison que le mot nation lui-même est un sacrilège pour eux, car il n’y a d’indépendance que dans le rétablissement du Califat musulman et la disparition des frontières politiques, physiques, géographiques, anthropologiques, culturelles entre les peuples. Ils rêvent d’une nation commune à tous les hommes qui n’a foi qu’en Allah et son prophète et de loi que le Coran. 

 Une organisation terroriste n’a pas vocation à écrire l’histoire mais surtout à la détruire et qu’une autre histoire puisse s’écrire au prix de la perte de la mémoire historique du peuple faisant des fossoyeurs des héros, à l’instar de l’invasion dévastatrice arabe en Tunisie où les envahisseurs sont glorifiés et exaltés et les résistants sont damnés et diabolisés. 

La nouvelle histoire de la Tunisie écrite par Ennahdha ne peut être que l’histoire de sa ré-inféodation à la Turquie et ses alliés saoudiens et qataris. Celle où Ennahdha remplit son rôle d’agent de l’étranger, une bande de mamamouchis, et ennemie du peuple.  Une organisation milicienne, commanditaire d’assassinats politiques et croque-mort de sa souveraineté nationale et décapeur de sa mémoire historique.

Ennahdha a décrété sur les ordres de ses maîtres que l’histoire de la Tunisie est une histoire falsifiée, comme si son histoire post-indépendance, l’histoire du mouvement de libération nationale, les luttes sociales et politiques, sa glorieuse histoire millénaire, toutes ces femmes et hommes qui ont fait briller son étoile dans le firmament des grandes nations. 

Des pays sortis du néant ensablé du désert arabique par la  volonté de leurs maîtres ont une histoire et un pays comme la Tunisie à l’histoire remarquable et remarquée n’a pas d’histoire aux yeux des félons islamistes. 

Pour dépouiller un peuple de son âme, ou le peu qui en reste comme c’est le cas du peuple tunisien, il faut lui faire oublier qu’il est un enfant de l’histoire. Un peuple sans racine ni référent historique est un peuple malléable et condamné à la vassalisation.

L’islam a parfaitement compris que pour islamiser les peuples que mieux que l’effacement de leur mémoire leur histoire pré-islamique au point tel que ceux qui sont les plus « arabisés » sont ceux qui sont le plus dans le déni, l’ignorance et le mépris de leur véritable identité historique.

Ni Bourguiba ni Ben Ali n’avaient saisi l’importance cruciale de réécrire la vraie histoire de la Tunisie et ses sources originelles et celles de son peuple, comme s’ils avaient peur de froisser les colonisateurs arabo-musulmans.

Et si Ennahdha s’inscrit aujourd’hui dans une perspective négationniste et révisionniste de l’histoire de la Tunisie car n’a été fait pour enraciner les Tunisiens dans leur tourbe naturelle et on a continué à les nourrir d’illusions d’arabité comme si elle était synonyme de grandeur et de splendeur alors que là où sa semence pousse c’est le ver venimeux dans son fruit.

Cette obsession maladive à dissoudre vaille que vaille l’histoire de la Tunisie dans le bain acide arabo-musulman est le prélude de sa mort inexorable. Il va falloir se préparer à des changements radicaux sur tous les plans, tels les changements du nom du pays, son drapeau, son unité territoriale, la perte de son indépendance, les critères d’attribution de la nationalité, les droits humains, la religion, les pratiques cultuelles, le statut de la femme, les droits de la petite enfance, etc..

La Tunisie portera désormais le nom infâme d’Ennahdhstan et son drapeau sera l’emblème de la secte vassale du futur Califat wahhabite aux trois têtes du serpent que sont la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar sous la houlette des Américains.

Le 14 janvier 2011 est en définitive l’acte du décès de ce pays en tant que nation souveraine.

Pour ne pas éveiller les soupçons du peuple quant aux vrais dessous du départ précipité et inattendu de Ben Ali, on lui a fait avaler la grosse couleuvre de la révolution. Lui faisant jouer ainsi un rôle de révolutionnaire pour flatter son ego.

 

 

 

La vraie révolution en islam c’est quand les musulmans ne seront plus des fidèles

Chez tous les peuples marqués du fer rouge de l’esclavage musulman  dominé pat l’instinct agraire, l’individu n’existe pas en tant que tel. C’est contraire à la notion de  fidèle musulman qui détermine le statut du musulman. On ne vit que par et pour l’islam, il n’y pas de place dans la cité musulmane aux libertés individuelles inhérentes au concept d’individu. Ses membres se définissent entre eux et se reconnaissent par rapport à leur dévotion et leurs investissements dans leurs devoirs cultuels.

La cité est à Allah et tout le monde y vit à l’heure de l’islam.

La démocratie ne peut émerger dans un environnement où la cité est à Allah et l’homme est une brebis qui ne doit pas s’éloigner du troupeau de peur de servir de mets aux loups qui guettent patiemment leur proie, Or, c’est bien loin d’être le cas, car la hantise de l’islam est qu’en se séparant du troupeau la brebis ne prenne conscience qu’elle est humaine avant tout et qu’à titre elle jouit pleinement de son libre-arbitre.

L’islam freine des quatre fers pour empêcher ses brebis de retrouver leur liberté en les intimidant et leur promettant les pires châtiments si jamais elles échappent de leur enclos.

Il ne peut exister et se pérenniser que sur les peurs et le chantage aux feux ardents de l’enfer. Imaginons un seul instant ce qu’il desserrait son emprise sur elle et en leur laissant la faculté de redéfinir et redessiner leurs rapports avec lui.  Il est évident qu’un islam libéral est un islam qui aura vécu.

Non content d’enfermer la brebis dans son enclos il veut la dissoudre dans le groupe comme si son salut en dépendait. Il ne peut concevoir et tolérer que cette brebis n’est pas une brebis dans le sens primate du terme et que c’est un être humain doté d’intelligence et de volonté propre. Mûr pour voler de ses propres ailes et tracer sa voie.

Né pour vivre ses propres expériences et de s’en instruire, d’être maître de ses choix et non pas un pion dans un jeu d’échec. Ce n’est pas en l’infantilisant, en lui assignant un statut d’incapable majeur et lui déniant le droit à prendre en main son destin humain qu’il va faire de lui un adulte responsable de ses actes, capable de se remettre en question et de se livrer à son propre travail d’introspection d’analyse.

La vraie éducation n’est pas celle qui consiste  à voiler la face de la réalité, ni de nier les évidences et encore moins un alibi insensé et irréel pour fuir ses responsabilités par la défausse sur une pseudo force surnaturelle qui agit à travers ses croyants, elle est celle qui apprend à l’homme de répondre de ses actes et d’en assumer les conséquences.

 

Wahhabisme, islamisme ou islam, ils sont tous les fruits pourris de l’arbre musulman

A la différence des autres religions monothéistes dont ils se revendiquent sans en avoir les attributs car il est surtout une idéologie totalitaire et globalisante qui se sert du sacré pour mieux asseoir sa domination sur les masses.

L’islam a le don de se démultiplier en plusieurs identités laissant croire qu’elles sont antinomiques et incompatibles les unes avec les autres.

On trouve ainsi une pléthore d’islam(s), islam modéré, islam progressiste, islam moderniste, islam par héritage c’est-à-dire des parents, islam salafiste, islam fondamentaliste, islam rigoriste, islam radical, islamisme modéré, islamisme fondamentaliste, islam djihadiste, islam sunnite, islam soufi, islam politique, islam wahhabite, islam takfiriste, islam ibadhiste et islam alaouï.

De quoi donner le tournis aux musulmans eux-mêmes. Alors que pour eux un musulman est celui qui est dans la pratique de son culte et professe sa foi en Allah et Mahomet. 

Il ne peut y avoir par conséquent une pluralité d’islam(s) même s’il existe, certes, un islam protéiforme, un islam aux mille visages.

Tous ces islam(s) ne sont pas par conséquent des entités différentes les unes des autres, elles se confondent entre elles et s’amalgament de par leurs sources originelles, leur essence, leur théologie, leur doctrine, leur théologie, leur texte, leurs idéaux et leur but, pour n’en faire qu’un. Un islam au singulier, l »oeuvre » d’Allah, ce spectre-alibi de Mahomet, auquel il a fait dire dans la sourate Maida n°5 verset 3 :

« Aujourd’hui j’ai parachevé pour vous votre religion, j’ai complété mon bienfait sur vous et j’ai agrée pour vous l’islam comme religion ».

 

Elles sont les facettes d’une même personnalité, en l’occurrence l’islam, celui que Mahomet a façonné et dessiné à ses adorateurs. Une foi et loi communes à tous qui ne s’interprètent pas, et ne tolèrent aucun doute, ni accommodement ni personnalisation.

Un musulman est aussi celui qui se désagrège et se dilue dans l’Oumma. Il n’est plus soi il est les autres.

Que l’on soit au pôle Nord ou au pôle Sud, Esquimau ou Maori, chamelier ou citadin, lettré ou illettré, déficient mental ou surdoué, sauvage ou civilisé, terroriste ou humaniste, grand ou petit, gros ou maigre, l’islam est un prêt-à-porter standard pour toute l’humanité – rien que ça.

Allah, pourtant totalement ignorant de la géographie humaine, est convaincu que le costard taillé pour ses Arabes est un uniforme parfait pour toute l’humanité, qui se doit de l’adopter pour son salut. L’islam est une pièce unique, invariable, non retouchable, ni adaptable, ni modulable, inflexible aux épreuves du temps, à l’évolution des mœurs et de l’intelligence et la connaissance humaine, des mutations génétiques, biologiques, morphologiques, urbaines et climatiques.

Le monde doit être comme les Arabes au VIIe siècle. Une sacrée référence pour l’humanité : faire des peuplades primitives de coupeurs de tête, son modèle

Mais l’islam est convaincu que le futur est dans la résurgence du passé de la société arabe des origines de l’islam, son « âge d’or ». Un islam brut comme un « diamant » disent les sunnites. Celui des trois premières générations de l’islam, le salaf salih, qui n’avait pas été plus tendre avec les Juifs, les chrétiens, les polythéistes et les opposants à l’islam que le nazisme à l’égard des non-Aryens.

Le pur et le dur islam que prêchent les wahhabites qui est un islam sans fard ni faux-semblants. Il est ce que l’islam doit être. Rigoriste et littéraliste.

Avec eux au moins, il n’y a pas d’esbroufe ni enfumage, on sait parfaitement à quoi s’en tenir, contrairement à celui que promeut les musulmans « modérés » qui est surtout un islam de propagande pour tromper la vigilance des opposants à l’islam.

Ils sont dangereux. Imprévisibles, haineux et versatiles.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Que deviendraient les musulmans sans les »mécréants » tant honnis ?

 

Jamais les musulmans ne sont reconnaissants envers ces pays de « kofars », « infidèles », où ils migrent pour fuir la misère qui les accable depuis le jour où le voile noir de l’islam s’est abattu sur eux.

Ils n’ont de reconnaissance que pour leur Allah, une marionnette créée en toutes pièces par Mahomet pour couvrir ses dérives immorales et ses actes criminels.  C’est lui qui les a guidés vers ces contrées où la chance leur sourit enfin après des siècles de disette. Ils n’ont pas à témoigner de leur gratitude pour des « peuples impurs et pervers » qui n’ont pas leur place sur cette terre dévolue aux seuls musulmans.

Ils sont en territoire conquis ou en voie de l’être et en leur qualité de seigneurs de l’humanité tout leur est dû et ne font que reprendre possession des biens qui leur viennent de droit.

Que du mépris et de haine pour leurs pays d’accueil auxquels bien souvent ils ont forcé la main pour s’y installer. Clandestins un jour « nationaux » de ces pays pour toujours. .On projette sur les autres ce qu’on est soi-même.

Ils ont beau profiter de la générosité de leur politique sociale mais cela n’y change rien pour eux, les « mécréants » sont à leur service.

Ils ne chercheront jamais à savoir si un jour leurs bienfaiteurs disparaissaient  et deviendraient musulmans comme eux qu’adviendrait-t-il de ces femmes et hommes qui nourrissent des sombres desseins pour l’humanité ?

Retourneront-ils à leur état sauvage et s’auto-détruiront-ils comme ils le font depuis 14 siècles ?

Jamais ils n’avaient rien produit ni avoir contribué aux biens communs de l’humanité.
Ils n’ont que haine et rancoeur pour elle, passant leurs journées à la maudire et l’injurier.
Ils veulent effacer toute trace de vie sur terre pour qu’il n’y ait plus personne pour témoigner de leur retards abyssaux et de leur état d’aridité intellectuelle.

Ils sont les moins productifs et inventifs au monde.

Absents de la compétition mondiale sauf dans la sphère terroriste où ils sont imbattables. 100% des actes terroristes sont de leur fait outre une forte surreprésentation dans les prisons occidentales.

Ils disent que l’humanité leur doit tout sans faire la liste de leurs réalisations.
Des paroles rien que des paroles balayées par le vent de sirocco.

Incapables de se remettre en question, de se livrer à leur autocritique, et de se faire violence et profil bas. L’humilité n’est pas leur vertu première. Ils  n’y sont pour rien dans leurs échecs et retards abyssaux, ce n’est jamais leur faute. Ils ne peuvent exister que dans le déni de la réalité, mensonge, l’affabulation et la stigmatisation des non-musulmans.  Arrogants,  murés dans leurs certitudes, trop imbus d’eux-mêmes, ne font que rater des rendez-vous de l’histoire et pour rattraper le train de l’humanité ils oeuvrent à le détruire.

Elevés dans la culture , de la détestation de soi et de l’autre, et dans les délires de grandeur, on ne leur a jamais appris que la grandeur de l’homme n’est pas à se prendre pour  le nombril du monde, à faire de l’autre son bouc émissaire, ni à vouloir dévorer cette main charitable qui sans elle ils seraient morts de faim, de soif, de froid et de chaleur, elle est dans la reconnaissance et la modestie.

L’humanité ne leur doit rien, ils lui doivent tout et le bilan comptable est là pour le prouver. Mais ont-ils la lucidité, la sagesse, les compétences et le savoir-faire pour en tirer les enseignements nécessaires qui pourraient les éclairer sur les vraies causes de leur état de sous-développement chronique et leur incurie intellectuelle ?

Ils s’enorgueillissent des miracles scientifiques du Coran comme si des faits inexpliqués et surnaturels étaient des lois scientifiques irréfutables et sensées.

« La démarche scientifique n’utilise pas le verbe croire; la science se contente de proposer des modèles explicatifs provisoires de la réalité; et elle est prête à les modifier dès qu’une information nouvelle apporte une contradiction. »
Albert Jacquard – Petite philosophie à l’usage des non-philosophes, 1997

Un véritable recueil d’inepties empruntés à l’hébreu, au judéo-araméen, au nazaréen, au nabatéen,  à l’arabe polythéiste, et inspirées par bien d’autres sources encore. Le seul miracle du Coran est d’avoir réussi à étouffer chez les musulmans l’esprit de doute, la curiosité intellectuelle et le sens critique qui sans eux il n’y a pas de progrès humain.

http://lesmensongesdelislam.unblog.fr/2009/07/17/exemple-d-inepties-contenus-dans-le-coran/

De tous les autres modes de pensée politico-idéologique totalitaire l’islam est incontestablement  celui qui a engendré le plus d’égorgeurs, de charlatans, de faux dévots, d’obscurantistes, d’illettrés, d’analphabètes, de sexistes, de pédophiles, de fanatiques, de racistes, d’antisémites, de suprémacistes, de vitrioleurs,  de génocidaires, de vandales, d’exterminateurs,  leur histoire est née dans le sang, finira-elle dans le sang.

Trop c’est trop ! L’humanité non-musulmane doit plus que jamais prendre ses responsabilités et faire bloc contre le péril qui menace sa pérennité si elle ne veut pas finir broyée dans leur lessiveuse de mort comme naguère les hindous, les berbères, les arméniens, les assyriens, les perses, les juifs, les chrétiens et les noirs africains.

Bloqué à nouveau par Facebook juste 24 heures après la fin d’un blocage de 30 jours !

L'homme avec la bouche couverts par du ruban — Photo

Facebook mérite incontestablement le cimeterre rouge de sang de la décapitation de la liberté d’expression.

Je venais à peine de finir un purgatoire abusif de 30 jours que 24 heures après je me trouve à nouveau mis en quarantaine pour un commentaire qui non seulement ne semble présenter l’ombre d’un caractère haineux d’une part et d’autre part je n’en suis pas l’auteur :

« mais un muzz lui tu le classes où ? Il n y a de nomenclature pour l islam »

Je ne vois pas en quoi un tel commentaire pourrait contrevenir à leurs standards communautaires ?

Aucun moyen de recours contre des méthodes ineptes et infâmes dignes de l’ex URSS stalinienne. Pour tuer l’homme on s’en prend à ses idées et dans le cas d’espèce on lui fait dire ce qu’il n’a jamais dit mais contre lesquelles il n’a aucun moyen de recours car ses bourreaux sont aussi ses juges.

Facebook se comporte en Tribunal inquisitorial  de la pensée. Il mène une véritable chasse aux sorcières aux lanceurs d’alerte sur les desseins hégémoniques et impérialistes de l’islam.

Aucun grain de sable ne doit venir troubler le processus d’islamisation du monde. Aucune voix discordante n’est à tolérer. Tout le monde doit être mis au pas et de se réjouir même de voir les masses du monde entier inféodées à l’idéologie musulmane. Des bidonvilles de Bombay aux bidonvilles du Caire en passant par les plaies urbaines islamisées en Occident, tous les damnés de la terre auront toujours l’islam pour antidote à leur misère noire.

Qui mieux que l’islam pour maintenir les exclus du banquet de la nature capitaliste dans leur misérable état de bannis du système ?

En toute évidence Facebook tient un rôle-clé dans le « redessinement » idéologique du paysage mondial. L’uniformisation de la pensée ne doit souffrir d’aucune contestation et d’exception.

Facebook fait ainsi office de filtre  et de dépollueur de la pensée plurielle. Il n’accepte que les idées qui vont dans le sens de la propagande de ses bailleurs de fonds saoudiens qui détiennent 5% de son capital, faisant d’eux le deuxième actionnaire de référence.  Il se doit de leur donner des gages et veiller à leur susceptibilité légendaire. Que vaut la voix d’un donneur d’alerte à côté du poids financier des propagateurs du virus wahhabite dans le monde ? Une paille balayée par le vent de sirocco !

Il dispose d’un droit de vie et de mort de notre liberté d’expression et à force de persécuter ceux qui ne se plient pas à la dictature de l’islam dont il est un supplétif des plus zélés, ils sont aussitôt expurgés de son réseau.

Aujourd’hui, c’est la purge de la pensée et demain, on peut imaginer aisément le sort qui leur sera réservé, les coups de fouet, la lapidation et bien plus encore pour les plus récalcitrants.

Facebook serait plutôt avisé à faire une étude comparée entre le Coran et le Mein Kampf afin qu’il se fasse sa propre opinion quant aux similitudes frappantes entre les brûlots les plus haineux et mortifères de la littérature racialiste et suprémaciste.

Pour le bon musulman : l’Abbé Pierre ira en enfer et Ben Laden ira au paradis !

Est-ce qu’musulman censé, réaliste, pragmatique, objectif, humaniste, égalitariste, modeste et lucide croit lui-même que pour le simple fait d’être musulman et membre de l’oumma cela lui confère une supériorité absolue sur le non-musulman. Comme si l’appartenance à l’islam est un sang non seulement  « bleu » mais royal qui irrigue ses veines.

« Vous êtes la meilleure communauté, qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers.»

(Al-`Imrân 110)

Quel crédit peut-il donner à un verset qui marque dangereusement des orientations idéologiques empreintes de suprémacisme fondé sur la religion ?

Une religion universaliste n’est pas celle prétend que son système de valeurs est le meilleur et ne se prend pas pour le nombril du monde, elle est par définition celle qui ne souffre pas d’hypertrophie de l’ego et qui enseigne aux siens le respect de l’altérité.  Or, c’est loin d’être le cas de l’islam qui n’a que mépris et haine pour les hommes qui ne sont pas soumis à son diktat.

Doit-on juger les hommes pour ce qu’ils sont ou pour leur croyance en islam ? Et s’ils n’y croient pas pourquoi sont-ils diabolisés et stigmatisés au point tel que leur meurtre est rendu licite comme s’ils risquaient de polluer par leur présence la « pureté » originelle des musulmans.

Pourquoi fait-on d’eux des parias, en leur déniant toute humanité, ne sont-ils pas des porcs, des singes, des bêtes abominables et des pervers dans le Coran ?

Un livre qui se veut saint doit prescrire des valeurs saines en principe.

On évalue pas  les hommes à l’aune de leur appartenance à telle ou telle communauté de croyants mais sur leurs actes et leurs mérites qui eux seuls sont les vrais indicateurs quant à leurs apports au bien commun des hommes. Les non-musulmans sont bien à la première place de la classe humaine où ceux promus en haut de l’affiche par leur dieu mégalo  brillent par leur absence.

Comment peut-on imaginer que ceux qui ont lutté toute leur vie pour donner leur dignité aux hommes et les sortir de leur misère comme l’Abbé Pierre finira en enfer, si jamais il existe, parce qu’il n’est pas musulman alors que les musulmans ont été parmi les bénéficiaires de son action bienfaitrice ?

Un péché, qu’apparemment rien ne peut l’effacer. Il est resté dans la voie de l’égarement. Aucune clémence ni pardon. Il a beau avoir fait du bien aux musulman mais cela ne change rien pour lui. Il lui est impardonnable de ne pas avoir cru en Allah et son Mahomet.  Comme disait Mahomet un musulman voué à l’enfer aura la possibilité de troquer sa place avec un Juif ou un Chrétien.

Tout ce qui a été fait pour eux compte pour la pisse de chameau, car pour eux ce qui fait l’homme ce n’est pas son action en faveur de ses semblables mais d’être musulman.

Allah ne leur enjoint pas d’apporter leurs pierres à l’édifice humain mais plutôt de le réduire en cendres pour sa gloire.

On n’investit pas dans le bien-être des hommes et la préservation de leur environnement on n’investit pour sa vie dans l’au-delà.

Construire des écoles, des routes et des hôpitaux ne leur ouvrent pas les portes  du paradis, contrairement à la construction d’une mosquée

D’après le calife Othmane,  Mahomet a dit: « Celui qui construit une mosquée pour Allah, Allah lui construit son équivalent dans le paradis ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°533).

Ils n’ont rien à gagner à venir en aide à un incroyant sauf pour l’amener dans la voie d’Allah.

La Tunisie, vassale du Qatar

Et si la révolution tunisienne était tout simplement un coup d’Etat de palais qui a mal tourné et le prélude de la mise en place d’un  processus institutionnel de colonisation du pays ?

De même qu’ on est droit de considérer que la matrice politique et institutionnelle actuelle a toutes les caractéristiques d’un coup d’Etat institutionnel dans le sens où les électeurs tunisiens n’ont pas voté pour des élections législatives et encore moins pour élire un nouvel exécutif fût-il de transition.

Il y a tout lieu à penser qu’il y a une véritable tentative d’ O.P.A. sur la Tunisie orchestrée par le triumvirat constitué d’Ennahdha, C.P.R. et Ettakatol sous l’égide du couple américano-wahhabite. Depuis la chute de Ben Ali, un seul sujet a dominé la vie tunisienne est que vont faire les islamistes ? Comme s’ils étaient les sauveurs attendus ! Ou plutôt les perspectives alléchantes de la manne qatarie que la secte milicienne d’Ennahdha faisait miroiter à la masse tunisienne ne constitue une véritable planche de salut.

Comme si cette principauté-confetti est devenue un argument électoral qui vaut son pesant d’or noir! Le Qatar a fait et continue à faire de l’ombre à la Tunisie. Son nom est aujourd’hui sur toutes lèvres.

Sa chaîne de télévision d’al Jazira, un ersatz de radio Berlin, qui pollue les foyers tunisiens et colonise les esprits en instillant dans leur cerveau le poison mortel de l’idéologie wahhabite. En attendant de devenir le vrai maître politique du pays téléguidé par l’Administration américaine, le caillou qatari sorti du sable en 1971 est aujourd’hui le vrai maître médiatique du pays et son « bienfaiteur » des plus intéressés.

Il dicte ses règles du jeu, place ses valets dans les postes-clé, sponsorise et arrose à tout venant et pas seulement la secte d’Ennahdha. Après le système népotique et clientéliste de l’ancienne mafia nationale des Ben Ali-Trabelsi s’ouvre en Tunisie une nouvelle ère mafieuse et antinationale.

 

A N’en pas douter que le projet de nomination d’un Qatari à la tête de la diplomatie tunisienne probablement avec l’aval des Américains est d’un point de vue politico-juridique la preuve du processus de vassalisation et de la mise sous protectorat qatari de la Tunisie. Les Tunisiens par leur vote en faveur de la Troïka ont scellé la mort de leur indépendance nationale.

Depuis le 14 janvier 2011, et cette phase inique et grotesque de transition, une révolution n’a pas besoin de transiter en principe, est symptomatique du la mise en place d’un processus visant surtout à casser la dynamique révolutionnaire.

Tant les 2 gouvernements de transition que toutes ces instances autoproclamées ont servi plutôt d’alibi, de subterfuge pour préparer insidieusement le terrain à la mise sous tutelle de la Tunisie au profit du Qatar par la Troïka locale interposée.

Le projet avorté de la présence de l’Emir du Qatar à l’inauguration des travaux de cette assemblée constituante du nouveau Protectorat tunisien est loin d’être politiquement neutre.

Elle signifie l’annonce du rattachement du pays au pouvoir du prince qatari. Quant au scrutin électoral et ses modalités, qui pourrait dire qu’il a été conforme à l’esprit et aux règles de la démocratie ? Personne. Il s’agit tout simplement d’une mascarade et une parodie électorale pour abuser de la naïveté du peuple tunisien.

Faire croire, en faisant semblant d’agir, autrement dit à un saupoudrage pernicieux pour tromper la vigilance citoyenne.

Le spectacle offert est d’une incurie politique et intellectuelle pathétique et indigne d’un peuple qui s’est indigné et connu pour ses élites mises à l’écart du destin politique de pays. Ennahdha et ses comparses ont pu réaliser sans coup férir le scénario conçu par l’Administration américaine financé par les qataris qui couvait de son regard les félons islamistes tunisiens et qui était la première à se réjouir du succès de sa pièce rocambolesque et guignolesque. Aussi bien juridiquement que politiquement la volonté du peuple tunisien n’a pas été respectée.

L’absence même de recours judiciaire pour invalider ledit scrutin pour des raisons évidente s:  origine des sources de financement des partis, non-respect des prérogatives assignées à la constituantes initialement sont autant de motifs valables et sérieux pour motiver une telle procédure.

Il ne s’agit pas de raison d’Etat dans le cas d’espèce qui peut délégitimer un tel recours, il s’agit de l’intérêt supérieur des commanditaires qui ont noyauté et infiltré aujourd’hui toutes les institutions du pays. Curieusement tous les recours contre les dérives électorales commises par Ennahdha n’ont pas abouti. Le manque de l’instance électorale à ses obligations de police en est la parfaite démonstration que le jeu démocratique a été biaisé et détourné au profit des mercenaires locaux agissant pour le compte de leur donneur d’ordres et bailleur de fonds américano-wahhabite.

Les Tunisiens en votant soi-disant pour une constituante ont surtout voté pour une assemblée parlementaire chargée d’élaborer le processus de la qatarisation de la Tunisie. Si tel n’était pas le cas, pourquoi la constituante se comporte-t-elle comme une assemblée avec des prérogatives législatives ? Alors qu’en bonne logique juridique et dans l’absolu, elle devrait ‘élaborer la nouvelle constitution et le gouvernement actuel de transition le soin de gouverner jusqu’aux prochaines élections législatives.

D’autant plus que ledit gouvernement a une légitimité apparente factuelle à défaut de légitimité politique tandis que celui que concocté par la Troïka sous l’égide qataro-américaine n’a aucune légitimité institutionnelle et surtout qu’il n’ est pas en droit de solliciter un quelconque pouvoir ou détenir une once de pouvoir de la part de la constituante qui n’est aucunement habilitée de par ses statuts à lui voter les pleins pouvoirs. Sa supposée légitimité politique ne lui confère aucune légitimité juridique. Les électeurs tunisiens n’ ont pas voté pour la désignation d’ un nouveau gouvernement de transition auquel cas on aurait commencé par voter pour une nouvelle assemblée nationale législative.

Ce qui n’ a pas été l’ objet du scrutin du 23 octobre 2011 que la Troïka s’efforce de le vider de son contenu et de faire passer ces élections pour des élections législatives. Cet amalgame coupable que la Troïka entretient entre les élections législatives et les élections pour la constituante est la parfaite illustration d’un complot ourdi contre la souveraineté populaire et la souveraineté nationale symbolisée par la nomination d’un Qatari, gendre du terroriste jamais repenti et agent collaborationniste wahhabite le dénommé Rached Ghannouchi, le terroriste jamais repenti.

Tout dévoiement de leur vote est un véritable attentat politique contre la Tunisie  et sa souveraineté nationale et une trahison du contrat démocratique passé avec l’électorat tunisien.

Dr Salem Ben Ammar

Plutôt Saint Augustin que Mahomet, la Kahina plutôt qu’Aïcha et Carthage plutôt que la Mecque

 

C’est fou comme les musulmans majoritairement incultes et analphabètes sont prétentieux quand ils déclarent que l’islam est la première source de lumière pour l’humanité et sans lui elle ne serait jamais sorti du monde des ténèbres.

Le mystère de la lumière islamique est de faire de l’obscurité pour soi une lumière pour les autres. Un phare qui ne s’éclaire pas lui-même mais capable de diffuser de la lumière partout sur toute la surface du globe. Mais de quel monde parlent-ils du leur insignifiant et anonyme à l’époque de Mahomet ou de celui totalement inconnu par lui.

Ils sont toujours à des milliers d’années-lumière des grandes civilisations dont ils ont appris mais comme tous les faussaires et les imposteurs de l’histoire, ils se font passer comme les vrais auteurs qu’ils n’ont jamais été. Ils ne sont même pas encore sortis de la protohistoire, ayant raté tous les grands rendez-vous du progrès humain et veulent se faire passer pour des maîtres de la lumière et à l’origine de tout. 

Si vraiment ils étaient des lumières  ils ne seraient pas les premiers fossoyeurs de leur propre vie et auraient gardé la mémoire historique des peuples colonisés afin qu’ils puissent s’instruire de leur passé pour savoir ce qu’ils étaient avant l’islam si demain ils devaient renouer avec leurs vraies racines et prendre enfin conscience que l’islam a détruit leurs âmes et leur essence.

Avec leur identité, voilée, volée et violée, jamais ces peuples n’auront l’intelligence et la force de rompre leurs chaînes d’esclaves de l’islam. Plongés à tout jamais dans le néant de l’obscurantisme et la culture d’un seul livre ils sont comme des aveugles perdus dans le désert d’Arabie sans eau ni nourriture et un guide pour les guider, en l’occurrence leur propre référentiel historique et pas celui de leurs maîtres arabes. Saint Augustin plutôt que Mahomet, la Kahina plutôt qu’Aïcha, Hannibal plutôt qu’Omar, les guerres puniques plutôt que la petite bataille de Badr. 

Quand on est lumière on ne fait pas du noir son étendard et on enveloppe pas ses femmes dans leur linceul de leur vivant.

La lumière de l’islam est celle émise par ses grands savants qui n’ont de savoir que leurs âneries du style les tremblements de terre sont la colère d’Allah abattue sur les hommes à cause de leur déviance sexuelle. Et comme l’absurdité de l’islam est sans limite il fait tourner le soleil autour de la terre. Mais à force de l’orienter vers les seuls mécréants il est resté lui- même dans l’obscurité.

Les musulmans ont raison de dire que l’islam est un puits de lumière, car quand on est au fond du puits qu’on se nourrit d’illusions de la lumière. Ils sont comme un homme perdu dans le désert  mourant de soif qui prend un mirage pour un plan d’eau.

L’islam est une illusion d’optique qui fascine les benêts de la terre.

Asia Bibi, victime de la barbarie musulmane

Il est à douter qu’un tel cas de figure puisse exister dans les annales judiciaires de tous les pays du monde. Une femme blanchie par la Cour suprême de justice de son pays, en l’occurrence le Pakistan, reste toutefois derrière les barreaux pour calmer les pulsions sanguinaires de la rue pakistanaise qui n’aura de paix tant qu’Asia Bibi, ne sera pas pendue haut et court.

Son cas atteste de l’incompatibilité du Coran avec les droits de l’homme et de son inéligibilité dans un Etat de droit d’une part et d’autre part des moeurs barbares, intolérantes, mortifères, haineuses, inquisitrices, d’une bonne partie des musulmans.

Ces musulmans pakistanais qui jurent par la mort d’Asia Bibi ne sont pas plus fanatiques ou islamistes qu’on veut le faire croire. Ils sont dans la logique de l’enseignement du Coran.

Il n’y pas  de justice à rendre à une  « mécréante » dans le désaveu d’Allah et de son messager,  Elle doit être combattue, tuée et dépossédé de ses biens.

 Sourate 9 ( Tawba, le repentir ou le désaveu), verset 123 :

Combattre  sans pitié ses voisins mécréants .

« Ô vous qui croyez! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux. »

Sourate 33 ( Al-Ahzab, les factions, les coalisés), verset 27 :

S’approprier les biens des infidèles.

« Et Il vous a fait hériter leur terre, leurs demeures, leurs biens, et aussi une terre que vous n’aviez point foulée. Et Allah est Omnipotent. »

La rue pakistanaise  ne peut se résoudre  à l’idée qu’Asia Bibi, une ennemie de leur religion soit mise hors de cause alors qu’elle est ouvertement hostile à l’islam par le simple fait qu’elle est chrétienne. C’est en tant qu’ennemie de l’islam qu’elle doit être jugée pour servir d’exemple aux non-musulmans du monde entier et à tous ceux qui souillent l’image de l’islam.

Sourate 33, verset, 57 :

« Ceux qui injurient Allah et Son messager [Mahomet], Allah les maudit ICI-BAS, comme dans l’au-delà et leur prépare un châtiment avilissant. »

Haro sur les juges et son avocat qui ont osé violer la loi d’Allah pour avoir acquitté et défendu une chrétienne ! Ils sont tout autant coupables qu’Asia Bibi. Ils sont musulmans et n’ont pas le droit d’épouser la cause d’une « infidèle » et de piétiner les prescrits coraniques.

En la défendant ils sont devenus ses alliés et donc contrevenu à leur devoir de musulman.

Sourate 5 (Al-Mâ’idah, La Table servie ), verset 51 :

« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »

Un sacrilège suffisamment  grave qui ne peut pas resté impuni et qui a contraint son courageux avocat en danger de mort imminent de chercher à quitter le Pakistan pour ne pas devoir subir le funeste destin du gouverneur de l’Etat du Penjab tout comme le ministre fédéral chrétien des minorités religieuses, assassinés par des islamistes pour avoir cru en son innocence. Alors qu’un musulman est tenu de soutenir son frère victime comme coupable.

On ne peut remettre en question la parole de son accusateur, en l’occurrence l’imam à l’origine de la plainte. C’est la parole d’un musulman qui fait force de loi et ne peut être contredite au profit d’une mécréante.

Qu’importe les accusations portées à son encontre, fondées ou non, elle devrait être châtiée pour un crime évident, elle n’est pas musulmane. Et cela suffit pour justifier sa condamnation à mort.

Elle veut une justice pour l’exemple, une justice sans appel qui s’applique dans sa sévérité dans l’esprit du Coran où l’on ne doit laisser aucune chance aux « mécréants ».  Pour elle, l’affaire d’Asia Bbi est un avertissement adressé aux non musulmans qu’ils n’auront jamais leur salut que dans l’islam. Innocents ou coupables ils seront jugés selon leur incroyance en islam.

C’est l’islam ou la mort.

Asia Bibi aurait pu se « repentir » pendant toutes ces années en prison à la grande joie des musulmans du monde entier, pour en faire un symbole de leur victoire sur les « mécréants », mais elle est restée inébranlable dans sa foi chrétienne, une insulte à la bienséance musulmane et cela n’a fait qu’attiser la colère de la rue pakistanaise. Un affront qui ne peut être lavé que par le sang de l’outrecuidante.

C’est son obstination à ne pas se plier à la volonté d’Allah que le tribunal de la rue pakistanaise veut juger.  Il lui est inconcevable et inadmissible qu’une « bête » de son espèce puisse braver la toute-puissance de l’islam.

Sourate VIII verset 55 «Les pires bêtes, aux yeux d’Allâh, sont les incroyants qui s’entêtent à ne pas croire. »

Une « bête » qu’il est permis d’anéantir comme c’est le cas de la pauvre Asia Bibi.

Plutôt que de vouloir définir un statut à l’islam qui ne connaît de loi que la sienne et devoirs que ceux qu’il impose aux non-musulmans Macron devrait s’inspirer de l’affaire d’Asia Bibi et mettre en place des garde-fous institutionnels et juridiques pour l’enrayer dans sa progression inquiétante. Car un islam de France ne sera rien d’autre qu’un islam roi de France où les minorités religieuses et les non-musulmans seront traités comme des animaux comme l’enjoint la charia.

Autant croire en l’utopie du Califat que de croire en la résilience des Tunisiens

Résultat de recherche d'images pour "photos de jebali avec mc cain"

 Jebali-Mac Cain, le sens d’une accolade

Les Tunisiens qui ont été rarement acteurs de leur vie politique depuis la destruction de Carthage. empêtrés plus que jamais dans les mailles du filet acéré de l’araignée musulmane ne vont  pas résoudre le problème de la quadrature du cercle islamo-teroriste-nèo-colonisateur en restant vautrés dans leur fauteuil, assoupis devant leur télévision, à pianoter sur leurs claviers pour se donner des allures de cyber-révolutionnaires, à siroter leur tasse de café et à rêvasser au paradis et ses 72 vierges et le vin de datte qui coulerait à flot.

Il vaut mieux parier sur le retour du Messie que de croire au réveil des Tunisiens. Un peuple qui s’en remet à une Centrale Syndicale pour le sortir du pétrin dans lequel il s’est fourré lui-même en dit long sur les aptitudes mentales, psychologiques et intellectuelles de ce peuple de s’assumer et prendre en charge son destin humain et politique. Au regard de tous les facteurs inhibiteurs culturels, psychologiques et cultuels qui le minent et le rongent comme une cellule cancéreuse en phase de métastase, il est à douter que l’organisme tunisien puisse survivre à son état de liquéfaction cellulaire.

Quant à sa pseudo Révolution, ce n’est qu’une imposture, une farce, une mise en scène que les manipulateurs américains lui ont imputée histoire de flatter son ego fruste et narcissique. Lui qui adore se vautrer dans son fauteuil les yeux rivés sur la petite lucarne, connu pour être allergique à la lecture, passif et indolent, il préfère garder son énergie à s’enfumer l’esprit à la chicha et répondre aux appels à la prière que de se faire violence pour impulser un nouvel élan à son pays.

Après avoir été entraîneur et commentateur de football passant la semaine à faire et refaire le match, le voilà devenu analyste politique, sans savoir, ni connaissance, ni méthodologie, ni culture politique, ni formation, mais dans ces pays tout est affaire d’usurpation et d’ego.

En attendant qu’ils sortent de leur bulle,  Ennahdha, la secte milicienne nazislamiste, valet du Qatar, de l’Arabie Saoudite et de la Turquie, se montre  pragmatique et réaliste se taille la part du diable et rend le problème encore plus insoluble. Avant le pays était souverain, avait une armée, des frontières inviolables, une police certes corrompue mais une police quand même qui veillait sur la sécurité des citoyens, une administration plus ou moins efficiente, un système éducatif plus ou moins performant, une banque centrale qui faisait bonne figure, une réserve de change significative, un crédit international, une solvabilité sur les marchés financiers, pays attractif pour les investisseurs étrangers et les touristes.

Depuis qu’Ennahdha est promue pilote des affaires du pays et à cause de l’indifférence des Tunisiens, le pays semble s’apparenter au Soudan d’Omar Al-Bachir, à l’Afghanistan des  Talibans et à la Somalie des Shebbabs, Ce qui va de soi, car Ennahdha ne peut s(inspirer que des exemples de ses cousins idéologiques. qui oeuvrent à la ré-instauration du Califat islamique où chacun d’entre eux y apportent sa pierre à l’édifice.Résultat de recherche d'images pour "photos ghannouchi avec hillary clinton"

Pour y parvenir Ennahdha ne fera pas dans a dentelle et se fera fort d’éliminer tous les opposants à l’utopie du Califat islamique. Un projet que ne saurait désapprouver les Américains qui ont toujours su gagner de l’argent sur l’incurie intellectuelle des peuples. Là où l’obscurantisme fait foi et loi et les peuples dépossédés de leur souveraineté économique les vautours des finances internationales ont tout le loisir de se gaver de leurs richesses naturelles.

Imaginons demain une Arabie Saoudite démocratisée c’est la poule aux oeufs d’or que les Américains auront perdu. Un tel scénario leur est intolérable et dramatique pour leurs intérêts. A fortiori ils ne pourraient désavouer un projet de Califat islamique intégrant la majorité des pays dits arabes dans un premier temps, copiloté par leur allié turc et leurs vassaux saoudiens et qatariens pour asseoir leur pouvoir politique, économique et financier à travers le canal de ce triumvirat acquis à leurs intérêts.

Qu’importe le régime politique de cet Etat supranational tant qu’il est là pour veiller à la sauvegarde et à la pérennité des affaires de ses protecteurs américains.  L’Empire américain a prospéré lui-même sur les cendres des Indiens, ce n’est pas le sang et les larmes des peuples dits arabes qui vont le rebuter.

Quant aux terroristes, selon les préceptes de l’Islam, ils ne font que leur travail de bon musulman faire régner l’ordre d’Allah sur la terre musulmane. Par conséquent, ils ne sont pas des terroristes dans le sens essentialiste de l’islam, ils sont des combattants d’Allah, des djihadistes.

La preuve, les Tunisiens ont bien absous Rached Ghanouchi,l’homme qui se rêve en petit Führer, de ses crimes terroristes et ont accepté sans rechigner les milliards de dinars d’auto-dédommagement que ses complices se sont octroyés.

Les Tunisiens peuvent toujours continuer de rêver, la Tunisie sera tôt ou tard dissoute dans le bain nazi du Califat de la barbarie humaine. Il leur faut beaucoup de courage et d’intelligence pour résoudre ce casse-têt de leur état d’inertie légendaire.

Ce n’est pas le retour des années 30 qui est à craindre, c’est la politique trop complaisante envers l’Arabie Saoudite et le Qatar

Résultat de recherche d'images pour "images de DAECH EN SYRIE"

Les pays responsables du chaos en Irak et en Syrie sont-ils conscients qu’un jour ou l’autre ils auront à récolter chez eux ce qu’ils ont semé en Irak et en Syrie, dont les attentats du 13 novembre 2015 en sont le prélude,  pour avoir joué la carte de leurs vrais ennemis que sont les islamistes comme ils l’ont fait en Iran à la fin des années 70 ?

Ils ont vraiment la manie de ne pas s’instruire de l’histoire car trop préoccupés certainement par leurs desseins géopolitiques, géo-énergétiques, et mercantilistes.

Faire des islamistes véhicule de la démocratie au Proche-Orient et dans le monde dit arabe c’est comme si l’on faisait de l’Arabie Saoudite symbole de la libération de la femme, une grosse ficelle qui ne doit tromper personne quant à la réalité du jeu machiavélique auquel auquel se livre les pays occidentaux et à leur tête les E.U.

Quand on veut faire pousser la semence démocratique dans cette région du monde qui est par nature inféconde pour ce type de semence on choisit d’autres jardiniers pour la faire fleurir que des interlocuteurs pour qui une bonne terre est une terre lunaire comme celle du désert d’Arabie.

Un choix de casting troublant qui pourrait se retourner contre ses maîtres d’oeuvre auxquels  les maîtres d’ouvrage irakiens et syriens ne leur ont rien demandé.

Des imposteurs qui s’immiscent dans les affaires d’Etats souverains  et ce indépendamment de leur régime politique. Et ce est d’autant plus grotesque et insensé que les supplétifs régionaux que sont le Qatar et l’Arabie Saoudite sont les pires régimes autocratiques qui puissent exister et mes exemples-types des Etats racistes et esclavagistes.

Il faut être naïf pour croire par exemple que la rébellion syrienne  soit une émanation du peuple syrien alors qu’elle est composée de plus de mercenaires venus de plus de 70 pays dans le monde dont une bonne partie d’entre eux sont sortis tout droit des geôles tunisiennes et saoudiennes ainsi que des jungles urbaines  islamisées en Occident, recrutés par les rabatteurs islamistes et formés par des instructeurs occidentaux en Turquie et en Jordanie.Résultat de recherche d'images pour "images de DAECH EN SYRIE"

Plutôt que d’engager leurs propres forcées armées dans un conflit qui néo-colonialiste et qui est forcément désavoué par leur opinion publique, les stratégistes de la Maison Blanche et leurs alliés ont conçu un subterfuge où les mercenaires sont multinationaux  sunnites sont affublés du maque des rebelles syriens.

« Des combattants syriens pour libérer leur peuple du joug de Bachar Al-Assad » selon la propagande médiatique en Occident.  Comme si les djihadistes tunisiens et tchétchènes, premiers contingents étrangers dans cette coalition guerrière transnationale sous la houlette des mondialistes impérialistes pouvaient être syriens ou engagés volontaires  dans cette « guerre civile » mus par un idéal républicain comme les Brigades internationales antifascistes qui s’étaient battus en 1936 et 38  au côté des républicains espagnols contre les  forces rebelles nationalistes.  Ils sont des criminels payés, sponsorisés et endoctriné par l’Arabie Saoudite et le Qatar qui ont financé la plus grosse entreprise terroriste de tous les temps avec l’aval de leurs protecteurs occidentaux.

https://www.investigaction.net/fr/L-Arabie-Saoudite-le-Qatar-et-la/

Des créatures monstrueuses saoudiennes et qatariennes coupables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité qui avaient réduit en amas de cendres la richesse patrimoniale de la Syrie.

Pour dégager Bachar Al-Assad on a plongé son pays dans les limbes de l’histoire.

Les populations occidentales se plaignent de l’explosion des flux migratoires mais se sont-elles inquiétées du sort de ces populations victimes d’un véritable génocide initié et orchestré par leurs propres dirigeants élus démocratiquement et donc avec leurs as- sentiments en les laissant faire ?

Ces populations mises sur la route de l’exil n’ont rien demandé à personne. Elles étaient chez elles en toute sécurité et un jour les dirigeants occidentaux avec la complicité de leurs protégés wahhabites ont fomenté un complot contre leurs gouvernements au nom de la liberté.

Un cynisme crasse que ces populations ont payé au prix de leurs vies.

Le pire est que l’opinion publique occidentale dans sa majorité plutôt que de condamner les crimes contre l’humanité de leurs gouvernements ait pris pour cibles les syriens et les irakiens pour satisfaire ses pulsions xénophobes.

Qu’elle se rassure leur exil a servi d’appel d’air aux clandestins maghrébins et africains d’une part et d’autre part ils ne sont pas nombreux à s’être réfugiés en Occident ils se trouvent majoritairement en Jordanie, le Liban et la Turquie.

Car c’est tellement facile de faire de l’autre son bouc émissaire plutôt que de faire son examen de conscience et de faire son autocritique.

Les vrais artisans de la tragédie du Levant sont les dirigeants occidentaux et leur allié turc, facilitateur du passage des djihadistes et partenaire de leur instruction militaire, ainsi que leurs valets  saoudiens et qatariens qui en encourageant et adoubant les organisations du crime terroriste  se sont pris les pieds dans leur calcul sordide et pervers et qui sont acharnés sur Bachar Al-Assad dont ils voulaient la peau, après avoir eux les peaux de Sadam et de Khadhafi pour les résultats qu’on connaît,  comme si l’alternative proposée, leur marionnette du Conseil National Syrien, était crédible et répondait aux attentes du peuple syrien.

Si cette opinion publique avait pris ses responsabilités historiques par des manifestations populaires et la voie des urnes en 2012 en France et aux E.U. elle aurait peut-être infléchi le cours de l’histoire et aidé à stopper l’hémorragie.

Quand on confie un mandat à son représentant on doit avoir le pouvoir de lui faire comprendre qu’il en un simple dépositaire de la volonté des électeurs.

Un peuple occidental souverain et mûr politiquement aurait fait entendre sa voix avec fermeté et virulence et ne pas rester les bras croisés face à la politique criminelle et irresponsable de ses dirigeants envers les islamistes et leurs bailleurs de fonds et mentors turcs, saoudiens et qatariens qui bénéficient d’une véritable impunité pour propager leur virus létal dans les banlieues islamisées que rien ne semble enrayer jusqu’au jour où il finira de contaminer le reste du territoire.

Il n’y a pas de sauveur du peuple qui tienne car il sera rattrapé par la Realpolitik à moins qu’il ne se laisse aller à une guerre civile avec des risques de déflagration mondiale, il y le respect absolu de la souveraineté des peuples  qui prévaut d’une part et à laquelle sont tenus les dirigeants occidentaux et d’autre part il faut une véritable politique d’indépendance énergétique pour ne plus céder aux caprices de grandeur de leurs affidés wahhabites.

Les musulmans et leur obsession maladive des temps passés : cas de la Tunisie

Le culte du passé n’est pas le propre des salafistes, il est typique de tous les musulmans qu’ils soient passéistes déclarés ou musulmans qui se la jouent modernistes.

Quand ils ne font pas du passé un temps présent, ils font de leurs vieux croulons des  hommes pour incarner le présent. Hommes du passé et présent au passé. Chez eux c’est naguère et autrefois.

Les hommes d’avenir ne peuvent être que les hommes des temps anciens, pour les salafistes les temps imaginaires et fantasmés et pour les « modernistes » les hommes qui ont existé dans le réel mais qui ont fait leur temps et ce temps qu’ils veulent faire revivre pour exorciser les tourments des temps présents.

L’avenir n’est pas un temps qui se conjugue en arabe.

Si les Tunisiens ont sorti leurs momies de leur naphtaline comme Béji Caïd Esssbsi pour en faire l’homme de la situation pour sauver la Tunisie de la menace islamiste qui veut faire des moeurs des Arabes du VII siècle un modèle pour la Tunisie du XXIème siècle, c’est que le passé reste leur seul remède aux maux de leur présent amer.

Le passé chez eux n’est pas passé il est à venir. Entre le passé lourd à porter de leurs esclavagistes arabes qui devraient être poursuivis pour leurs crimes passés, et le passé des hommes que l’on fait surgir du fin fond du passé, seul le passé est la norme culturelle chez ces peuples du passé.

Ils avancent dans le sens du contraire de l’aiguille d’une montre, jusqu’au jour où ils vont finir par devenir un néfaste souvenir du passé.

On reconnait la pathologie musulmane dont sont atteints tous les fidèles musulmans à leur obsession de ne regarder que vers le passé. Un retour en arrière toutes et nous voilà débarrassés à tout jamais de ces peuples qui font de leur cauchemar passé le nôtre.

Les victimes musulmanes du terrorisme islamiste ne sont pas autant victimes qu’on ne le pense

A chaque attentat terroriste on vient profaner la mémoire des victimes avec un slogan mystificateur, une sorte de contre-feu propagandiste,  » les premières victimes du terrorisme islamiste sont les musulmans. » L’islamisme serait le méchant loup qui vient dévorer dans leur bergerie les moutons inoffensifs musulmans et que les deux entités islam et islamisme sont étrangères l’une à l’autre. Elles sont les deux faces d’un même miroir. Les séparer revient à briser le miroir musulman.
Plus que l’islam en action, l’islamisme est l’islam tel qu’il est, sans fard ni faux semblants. Celui dans lequel se serait reconnu Mahomet s’il devait ressusciter. Un islam tawhidiste, unificateur, totalitaire, mariant le profane et le sacré.

C’est cet islam qualifié d’islamisme qui s’inscrit dans le sillage de celui qui a atteint les lumières sur les peuples islamisés qui sont devenus les cancres de la classe humaine. Celui qui a irrigué la terre du sang des près de 300 millions de victimes, qui a érigé la barbarie en culte religieux et qui porte en lui tous les germes destructeurs de la vie sur terre. Celui qui sanctifie la violence et récompense les terroristes.

Un islam qui remplit les coeurs des siens de la haine de l’autre et vomit le beau et exalte le laid.

Un islam raciste, nihiliste, négationniste, nombriliste, violent, obscurantiste et intolérant.

Je ne connais qu’un islam celui véhiculé par ses escadrons noirs. Un islam apocalyptique hérité du monde des ténèbres conçu, imaginé et dessiné par un être personnifiant le grand mal que les Juifs, les Chrétiens et les polythéistes en ont fait les frais à son avènement.

Un islam qui se prend pour le nombril du monde, qui ne connaît de la persuasion que le fil de l’épée pour égorger ses opposants.

Un islam qui a fini par faire tomber son masque et qui a fini par livrer au monde sa vraie nature. Une idéologie hégémonique, conquérante, expansionniste, impérialiste, dominatrice, suprémaciste, hautaine et arrogante, qui surfe sur les peurs et les angoisses pour contrôler la vie de ses partisans dans ses moindres petits détails.

L’islam que l’on doit regarder désormais dans le miroir de Daech, de la Qaïda, des Wahhabites, des Frères nazislamistes qui ont pignon sur rue en Occident, de Boko Haram, des Talibans, voire dans celui de Tarek Ramadan, V.R.P. de l’islam « modéré » et « moderniste », un islam de son temps jusqu’au jour où l’on a découvert que derrière son discours éclairé » se dissimule l’islam de Mahomet, celui que tout musulman qui ne veut pas se priver des des joies lubriques du paradis imaginaire de leur prophète maudit doit suivre rigoureusement sans se pincer le nez.

Il n’y a pas 36 voies en islam il n’y a qu’une et une seule, celle qui consiste à mettre le voile sur le retour aux sources au nom de leur pureté originelle et en témoignage de fidélité à Mahomet et ses sbires pour appartenir à ce groupe élu qui d’après la tradition mahométane il serait le seul à avoir les faveurs d’Allah et de son chef-marionnettiste Mahomet.

L’islam est un et indivisible, une idéologie monolithique, il ne s’adapte pas à la réalité du monde, c’est le monde qui doit s’y adapter et composer avec lui.

Fort d’une impunité troublante, rien ne semble le freiner dans sa politique d’islamisation de l’Occident où les siens sont des citoyens de plein droit qui grâce aux urnes électorales sont en train progressivement de dévoyer et corrompre les lois de leurs pays d’accueil pour finir par leur substituer un jour la charia.

Son étau se resserre autour des puissances occidentales prises entre les feux nourris des islamistes et la montée en puissance des musulmans « modérés ». Les gouvernants sont pris entre le marteau et l’enclume. Ils ne peuvent lutter contre les premiers sans attiser la colère des seconds.

Pointer du doigt les vraies causes du terrorisme c’est heurter la sensibilité des musulmans « modérés » puisque c’est le Coran lui-même qui est le carburant du terrorisme. Le même livre qu’ils partagent ensemble et qui est autant sacré pour les uns comme les autres.

On les dit les premières victimes du terrorisme islamiste mais des victimes qui semblent parfaitement s’y accommoder même si dans le Coran un musulman ne peut ôter la vie à son coreligionnaire sauf s’il juge qu’il est sorti du sentier d’Allah. S’il l’a tué par erreur Allah saura lui rendre justice dans l’au-delà.

La psychologie des musulmans est un univers impénétrable et incompréhensible qui échappe à toute analyse sensée et lucide. Un musulman qui meurt dans un attentat terroriste n’est victime dans le sens premier du terme, il est jugé comme chahid car celui qui l’a tué ne l’a pas tué parce qu’il en est ainsi car celui qui l’a fait est un combattant au service d’Allah. En en tant que tel c’est Allah qui a tué à sa place. On ne juge pas ce qu’Allah a fait et ordonné.

Les musulmans victimes des attentats terroristes ne sont pas non plus morts pour rien et seront traités avec les mêmes égards que les terroristes tombés sur le sentier d’Allah

Les « modérés » peuvent toujours seriner « ce n’est pas ça l’islam ! » comme si l’islam pouvait être autre chose que celui qui est la première cause des tourments de l’humanité aujourd’hui.

Qu’ils soient radicaux, fondamentalistes, islamistes, extrémistes, ils sont tous allaités au même biberon, celui de l’islam.

L’islam qui est en train de déployer le voile de la mort sur l’humanité est le produit de la culture de la mort coranique.

Les terroristes musulmans sont l’incarnation vivante et factuelle de l’islam de Mahomet qui plutôt que de prophétiser s’était adonné au massacre des Juifs, au viol des femmes captives, aux razzias et aux pillages.

Ils ne le défigurent aucunement, ils sont les vrais fidèles musulmans, qui reculent devant rien pour la gloire de l’islam.

A ce jour aucune voix autorisée ne s’est élevée pour condamner leurs pseudos dérives. Un silence qui vaut approbation et adhésion.

L’hypocrisie criminelle des musulmans « modérés »

Résultat de recherche d'images pour "images des musulmans hypocrites"

Le jour où les musulmans affublés du masque de la modération sauront reconnaître que le terrorisme est consubstantiel à l’islam, ils ne seront plus musulmans !

Ils savent pertinemment que leurs coreligionnaires terroristes ne sont pas des éléments étrangers au corps musulman. Ils en sont les membres les plus engagés et déterminés et ne font que mettre en oeuvre fidèlement les prescrits coraniques et les enseignements de Mahomet qui n’enjoignent pas aux musulmans de prêcher l’amour autour d’eux mais de mener un combat à mort contre les « infidèles » jusqu’à ce que l’islam soit foi et loi pour l’humanité tout entière.

Mourir en martyr, chahid, sur la voie d’Allah est la plus belle de mort pour les musulmans. Magnifiée et exaltée par le Coran et les Hadiths.

Ceux qui tuent et se font tuer pour Allah sont élevés au premier rang de la hiérarchie musulmane. Des héros dont on loue le courage, le sacrifice, le dévouement et la vaillance. Adulés et glorifiés, des exemples à suivre pour la jeunesse musulmane. Aux exploits accueillis par des salves de fusil comme à Gaza, les youyous des femmes, et des manifestations de joie. Ils ne sont pas morts, ils ont gagné définitivement leur place au paradis où ils sont plus que jamais vivants et bien portants auprès d’Allah qui les comble de tous ses bienfaits.

« Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus – et joyeux de la faveur qu’Allah leur a accordée, et ravis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints, ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés. – Ils sont ravis d’un bienfait d’Allah et d’une faveur, et du fait qu’Allah en laisse pas perdre la récompense des croyants)) » Le Coran sourate 3 versets 169 à 171.

« Ces attentats n’ont rien à voir avec l’islam », « pas d’amalgame entre l’islam et l’islamisme »; répètent en chœur les musulmans « modérés » qui s’affublent du masque de l’ange pour tromper la vigilance de l’opinion publique. Des simulateurs-nés usant de toutes les ficelles pour abuser de la crédulité du grand public. Roublards et perfides capables de faire passer les victimes des attentats pour les auteurs de leur propre malheur. Experts dans l’allumage des contre-feux pour disculper leur idéologie mortifère et la draper dans toutes ses vertus.

Leur malhonnêteté intellectuelle n’a d’égaux que leur déni des évidences et la supercherie. Ils se donnent des airs atterrés et affligés, comme s’ils étaient tétanisés par de telles horreurs. Ne pouvant concevoir et imaginer un seul instant que cela puisse exister.

« Comment est-ce possible, hululent-ils comme une hulotte, notre religion est l’essence même de l’amour, du respect de la vie et du vivre-ensemble puisse voir son nom associé à ces abominations ? »
Pour eux c’est forcément un complot conçu et fomenté par les occidentalo-sionistes  pour salir et discréditer l’islam.

Bourrés de certitudes, les terroristes ne sont pas musulmans pour eux, alors qu’ils ont le droit à la prière du défunt et sont enterrés selon les rites funéraires islamiques. Leur mauvaise foi pour rendre sa virginité à l’islam est telle qu’ils se prennent les pieds dans le tapis de leurs mensonges sans s’en rendre compte.

Développant les arguties les plus farfelues et abracadabrantes pour innocenter l’islam, « ces terroristes-mercenaires sont à la solde des ennemis de l’islam, voire même si ces attentats ne sont pas l’oeuvre des services secrets qui cherchent à créer des écrans de fumée et faire diversion pour détourner l’attention de leurs populations des vrais problèmes qui minent leurs pays. »

Au point qu’ils n’hésitent pas parfois à faire passer leurs frères terroristes
pour des victimes d’une mise en scène morbide dont la finalité est de servir les intérêts des gouvernants ou des mouvements politiques qui surfent sur les sentiments de peur.

Il faut sauver le soldat islam du déshonneur et de l’infamie. Qu’importe si leur litanie favorite de celui qui tue un innocent tue l’humanité tout entière. n’a rien de musulmane « C’est pourquoi nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël, que quiconque tuerait une personne non-coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes En effet, Nos messagers sont venus avec les preuves. Et puis voilà, qu’en dépit de cela, beaucoup d’entre eux se mettent à commettre des excès sur terre »;( S.5.V.32 ).

Point de compassion, de condamnation, ni de regrets pour ces victimes abattues au nom d’Allah Akbar.