Sommes-nous entrain d’assister aujourd’hui au grand réveil Amazigh ?

Je suis très heureux de constater que de nombreux amis sont jaloux de leur origine Amazigh. Je ne veux pas être un rabat-joie mais je regrette que lorsque nos amis et frères kabyles et rifis revendiquaient leur identité Amazigh, il n’y avait pas grand monde pour les soutenir bien au contraire on les traitait d’illuminés, de renégats, de vendus, de collabos, les couvrant d’infâmie. Persécutés, opprimés, rejetés, haïs, car il font honte à leur peuple arabo-musulman. Leurs détracteurs incultes, analphabètes et serviles souffrant du complexe de l’esclave pour son maître ne savaient pas-toujours pas-qu’en les insultant ils s’insultaient -et s’insultent- eux-mêmes.
Je préfère laisser le soin à mes vrais frères Amazighs de nous témoigner du climat d’hostilités et de racisme primaire dan s lequel ils ont vécu. Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre sur les néo-Amazighs et leur faire un procès d’intention qui sert les desseins des vrais ennemis de notre peuple. Aujourd’hui nous avons tous besoin les uns des autres.
Il faut que tout le monde se mobilise et s’unisse pour faire front à l’impérialisme arabo-musulman et faire renaître Tamazgha de ses cendres. J’avais demandé il y a 3 ans à ce que l’on édifie une stèle à la mémoire des victimes Amazighs du génocide arabe et de faire reconnaître ce génocide comme un crime contre l’humanité.
Il est impérieux de faire une architecture anthropologique de Tamazgha de revenir à notre histoire, de la récrire et d’exercer ainsi notre droit d’inventaire pour dresser le bilan désatreux de la domination arabe qui nous a amputés de nos racines et rendus ignorants de ce que nous sommes.
Comment savoir où nos allons si nous savons pas d’où nous venons ? Comment peut-on se projeter dans l’avenir avec un passé occulté, ignoré, enfoui dans les cendres de nos morts ? Un passé falsifié, manipulé, qui se confond avec celui de nos occupants. Plutôt que de revendiquer nos ancâtres Amazighs on revendique nos ancêtres arabes. En quoi Mahomet est notre aïeul et pourquoi notre vrai aïeul Saint-Augustin ne l’est pas ? Comment peut-on à ce point être dans la négation de soi et de s’affirmer ce que l’on est pas ? Dihya est notre mère à tous et certainement pas Aïcha. Un peuple qui n’a aucune conscience de soi ne peut se doter des fondements nécessaires à l’édification d’une société solide, cohérente e pacifiée. Pris dans le tourbillon de son âme tourmentée, il ne peut que choisir la voie de la violence et reproduire les schémas de la culture barbare de des maîtres croyant pouvoir leur apporter un gage de sa loyauté et sa fidèlité. Quand on se renie soi-même on n’est ni fidèle ni loyal.

Les Américains et leur utopie de démocratisation des pays musulmans

.

Personnellement, je n’ai jamais été un adepte ni de la théorie du complot ni du bouc-émissaire qui sont un pur fantasme et une vue de l’esprit. Mais comment ne pas admettre la réalité des faits et nier les dessous l’interventionnisme malveillant et obscur des Américains dans des pays comme l’Irak, la Syrie et la Libye ? Pays qui jouissaient d’une certaine stabilité sécuritaire ne serait-ce toute relative se trouvent plongés dans un état de chaos indescriptible suite aux renversements et tentatives de renversements de Sadam, Bachar et Kadhafi par les américains alléguant d’accusations hautement fantaisistes et mensongères pour justifier leurs interventions sous mandat des Nations Unies.
Abderrahman Ibn Kkaldoun écrivait dans Al-Moqaddima, les Prolégomène(1377),(trad. William MacGuckin Slane), éd. Imprimerie impériale, 1863, t. 1, p. 310, :

« Tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné. […]  Sous leur domination la ruine envahit tout. […]; l’ordre établi se dérange et la civilisation recule. Ajoutons que les Arabes négligent tous les soins du gouvernement; ils ne cherchent pas à empêcher les crimes; ils ne veillent pas à la sûreté publique; leur unique souci c’est de tirer de leurs sujets de l’argent, soit par la violence, soit par des avanies. Pourvu qu’ils parviennent à ce but, nul autre souci ne les occupe. Régulariser l’administration de l’Etat, pourvoir au bien-être du peuple…, et contenir les malfaiteurs sont des occupations auxquelles ils ne pensent même pas […]; aussi les sujets … restent à peu près sans gouvernement, et un tel état de choses détruit également la population d’un pays et sa prospérité.

Au vu de l’état de chaos indescriptible dans lequel ces pays précités livrés en pâtures par les Américains aux meutes de loups terroristes et aventuristes il y a tout lieu de croire que ces derniers sont les dignes héritiers des Arabes. Par où ils passent, comme en témoignent d’autres pays comme le Vietnam, le Laos, le Cambodge ainsi que certains pays sud et latino-américains, ils n’ont laissé  derrière eux que des rivières de sang, une terre impropre à la culture, des régimes mafieux et despotiques, et nuages de cendres et des panaches de fumée.

Ceci étant on ne ne doit pas non plus occulter le phénomène de l’ultra-violence inhérent à l’islam et le back-ground culturel et religieux des pays en question qui vouent un véritable culte à la mort sanctifiée au nom de l’islam dont les américains n’ont pas tenu compte dans leur calcul stratégique. Ils ont mis la charrue devant les boeufs, croyant qu’en changeant l’attelage, ils pouvaient redonner une nouvelle vie à la charrue.

Ils ne se rendaient pas compte que l’eau de source à laquelle s’abreuvent depuis 1436 ans est complètement polluée, contenant des milliards de bactéries néfastes à la santé humaine et hautement toxiques pour la santé mentale de la population de nature hallucinogène. Autant purifier les eaux des océans que de chercher à décontaminer le plan d’eau où les musulmans et leurs animaux viennent s’abreuver à condition qu’elle ne soit pas stagnante, appelé aussi charia, la source de vie. Ils doivent la préserver en l’état sans se préoccuper de l’altération de ses propriétés biologiques.

L’homme n’a pas à assainir l’eau qu’Allah lui-même a irriguée. Elle doit rester dans son état originel. Toute tentative tendant à la tamiser, la dessabler et dégraisser est forcément un sacrilège punissable des pires châtiments. Nul besoin de stations de purifications qui sont de surcroît une invention mécréante.

Cette source jugée comme un don divin pour les hommes ne doit pas faire ainsi l’objet de manipulation humaine. C’est ainsi que les musulmans ne doivent modifier la trajectoire tracée par Allah censée les mener vers cette source de leur vie;

Dans ce contexte, où la main de l’homme ne doit pas servir à un autre usage que celui qu’Allah lui recommande, ni non plus que l’homme doit exprimer sa volonté propre dont il est de surcroît dépourvue, tout processus de changement quel qu’il soit est peine perdue, une hérésie, un péché mortel. Allah a doté les musulmans de tout ce qu’il y a de meilleur.

L’islam est le seul à se voir le plus beau, s’auto-gratifiant et s’auto-encensant comme s’il doutait de ses capacités et de la fragilité théologique de son message. Pour lui, aucun mode d’organisation politique, sociétale, économique par exemple  ne vaut celui qu’Allah a décidé pour .ses hommes:

« Juge alors parmi eux d’après ce qu’Allah (Dieu) a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu’ils ne tentent de t’éloigner d’une partie de ce qu’Allah (Dieu) t’a révélé. Et puis, s’ils refusent (le jugement révélé) sache qu’Allah (Dieu) veut les affliger [ici-bas] pour une partie de leurs péchés. Beaucoup de gens, certes, sont des pervers. »

— sourate 5, verset 49

« Il vous a légiféré en matière de religion, ce qu’Il avait enjoint à Noé, ce que Nous t’avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Abraham, à Moïse et à Jésus : « établissez la religion ; et n’en faites pas un sujet de division ». Ce à quoi tu appelles les associateurs leur parait énorme. Allah élit et rapproche de Lui qui Il veut et guide vers Lui celui qui se repent. »

— sourate 42, verset 13

« Puis Nous t’avons mis sur la voie de l’Ordre [une religion claire et parfaite]. Suis-la donc et ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pas. »

— sourate 45, verset 18
Faire pousser l’arbre démocratique dans un environnement aussi hostile, méprisant, hautain, suffisant et ethno-centriste est mission impossible, Un musulman ne doit suivre qu’une seule voie et obéir à une seule loi, l’islam :

Certes, la religion acceptée d’Allah, c’est l’Islam. Ceux auxquels le Livre a été apporté ne se sont disputés, par agressivité entre eux, qu’après avoir reçu la science . Et quiconque ne croit pas aux signes d’Allah… alors Allah est prompt à demander compte!Il

-sourate 3, verset, 19.

Démocratiser les sociétés musulmanes, revient à leur faire abjurer leur foi en l’islam. pour ce faire, il faudrait éradiquer le mal qui les gangrène et s’attaquer aux freins culturels qui inhibent les changements sociaux et paralysent le développement humain, les Américains à tort ou à raison et au prix de dépenses colossales et de pertes en vies humaines considérables ont mené une politique suicidaire aussi bien pour eux que pour des peuples pour qui les mots démocratie, liberté, justice, égalité, équité, dignité, fraternité humaine, sont un mirage dans le désert aride arabique.
Ce n’est pas non plus changeant d’approche stratégique en mettant à contribution les monarchies pétrolières rétrogrades et obscurantistes sur le plan financier et idéologique mus par des desseins califiens qu’ils avaient réussi pour autant dans leurs entreprises de démocratisation de la Tunisie ou l’Egypte par exemple.

Les Américains ont l’art de cultiver le paradoxe soit par naïveté soit par sournoiserie. Comment la première démocratie au monde pouvait-elle s’appuyer sur des théocraties totalitaires pour en faire des alliés de premier ordre pour construire une aire démocratique du Machrek au Maghreb ?
« Tant que cette région en l’occurrence les pays dits arabes] sera en proie à la tyrannie, au désespoir et à la colère, elle engendrera des hommes et des mouvements qui menacent la sécurité des Américains et de leur alliés. Nous soutenons les progrès démocratiques pour une raison purement pratique : les démocraties ne soutiennent pas les terroristes et ne menacent pas le monde avec des armes de destruction massive. » Discours de George W. Bush au Congrès, le 4 février 2004.

Des paroles qui en disent long sur la volonté des américains de neutraliser le terrorisme en utilisant la démocratie comme soupape de sécurité. En 2009 Hussein Obama en qui Noam Chomsky ne voit aucunement un président de rupture avec son prédécesseur de la Maison Blanche.

Tout en abandonnant l’option militaire pour imposer la culture de la démocratie par la force des armes, n’a rien changé en profondeur quand à la doctrine américaine pour les pays arabsés : la démocratie comme alternative au despotisme source d’insécurité et de terrorisme. Mais on ne fait pas des agents du djihad musulman le fer de lance du projet démocratique pour les pays arabisés et encore moins calmer leurs ardeurs velléitaires en les drapant dans les habits de la démocratie à l’exemple d’Ennahdha en Tunisie et des Frères Musulmans en Egypte.

Le vrai musulman n’aura de cesse tant qu’il n’aura pas détruit l’humanité

Chez les islamistes, il n’y a de morale que dans le mensonge et la transgression
Selon la charia, cette loi inhumaine et scélérate qui est la voie, tarik, que tout musulman doit suivre s’il veut gagner les faveurs d’Allah, l’homme n’a pas le droit de légiférer et il n’existe qu’une seule loi : la prétendue sainte loi révélée par Allah. Comme si Allah pouvait avoir la capacité de dicter ses prescrits .

Jamais un fondamentaliste musulman en l’occurrence une islamiste ne fera allégeance à toute autre loi si elle n’est pas censée être l’oeuvre d’Allah.

Comme les promesses n engagent que celui qui les écoute, les islamistes n’auront aucun scrupule ou mauvaise conscience à renier leurs engagements citoyens et démocratiques par nécessité dogmatique.

ll est utopique et irresponsable de croire qu’un islamiste va se muer demain en fervent démocrate par un coup de baguette magique alors que seuls les prescrits de sa religion ont force de loi. Lui qui est obsédé par la mise en oeuvre de la feuille de route qu’Allah a fixée aux musulmans, il ne va pas y déroger sous peine de commettre une hérésie.
Comment peut-on croire un seul instant qu’un islamiste se croyant investi d’une mission divine de propagation de la parole sacrée par tous les moyens afin d’instaurer l’ordre voulu par lui puisse dévier de sa ligne de conduite politique pour adhérer ou veiller au respect des lois républicaines sans que cela ne heurte ses propres convictions religieuses ?

Comment peut-on être naïf au point d’imaginer un islamiste qui prêche dans les mosquées un islam pur et dur,  englobant tous les aspects de la vie sociale, religieuse et politique va oeuvrer pour la séparation de la religion de l’Etat ?
Adhérer aux valeurs de la démocratie consiste tout simplement pour un islamiste à aller l’ encontre de la volonté d’Allah, seul maître absolu des lois qui contrôlent dans les moindres détails la vie des fidèles.
Autant demander à un islamiste de se convertir à une autre religion, ce qui est un péché mortel dans l’islam, que de le voir demain se draper dans les habits de la République qui est incompatible avec la pensée musulmane fondamentaliste qui récuse toute idée qu’ils puissent exister des sphères d activités ou des aspects de l’existence humaine échappant à l’emprise de la religion ou de la loi divine.
Tant que l’islam continue à vouloir englober le politique et le religieux, l’islamiste ne fera qu’ appliquer fidèlement les prescrits de sa religion.
L’islamiste qui est avant tout un combattant fidèle à sa foi et un prosélyte invétéré et velléitaire maniant l’épéeà l’époque du prophète et la bommbe aujourd’hui, ne dit-on pas que le paradis est à l’ombre de l’épée ?
Par conséquent toute stratégie basée sur la supercherie, l’entourloupe, le mensonge, le dol, destinée à abuser ou vaincre la crédulité des gens est rendue licite tant qu elle s’inscrit dans le cadre du djihad.

Ce qui est réprouvée par la morale humaine ne l’est pas nécessairement par Dieu tant qu elle porte le sceau d’Allah dans la mesure où tous les actes prétendument accomplis pour le bien de ses desseins hégémoniques sur le monde ne peuvent pas etre considérés comme illicites.

La fin justifie les moyens. Il est permis au musulman de renier sa parole quand il est sur le sentier de guerre, fi sabilallah.  Tous les coups foireux sont autorisés pour duper et esbroufer les infidèles. Le triomphe de l’islam est au prix de la transgression et la tromperie des non-musulmans. Le vrai musulman n’a pas à avoir de scrupules et adopter une conduite morale pour atteindre les objectifs qui lui sont assignés par sa religion : installer l’islam sur le toit du monde.
La fin justifie les moyens. Peu importe les méthodes employées tant qu’Allah pourra s’enivrer du sang humain et apaiser son appétit instiable de chair humaine.

Le vrai musulman est un être sanguinaire, au fantisme chevillé au corps, dépourvu de volonté propre, incapable de discernement, immonde, cruel, tartuffe, fourbe et perfide. Une créature effrayante, qui ferait peur aux serpents des marais,  répugnante qui glapit, hurle, vocifère et s’agite dans la marre de l’hypocrisie, l’infamie et l’ignominie.

L’islamiste est le vrai musulman par définition est  comme un helminthe, ces vers parasites qui se propagent dans l’organisme humain en l’occurrence le corps social musulman.

Aucune thérapie démocratique ne saurait enrayer ou juguler l’épidémie infectieuse qui affecte aujourd hui les populations musulmanes. Elle attaque directement les neurones et la rend insensible et allergique à tout traitement médicamenteux qui n a pas de caractère divin.

 

Appendice sur le mensonge
Umm Kulthûm a entendu l’Envoyé de Dieu affirmer : « N’est pas menteur celui qui s’efforce de réconcilier les gens en propageant le bien. » (Bukhârî/Muslim) Muslim ajoute dans une autre version : « Umm Kulthûm rajouta : « Je n’ai jamais entendu le Prophète tolérer le mensonge sauf dans trois cas : en temps de guerre, pour réconcilier les gens entre eux, ou dans une conversation de couple. » « Dernière édition: Juillet 17, 2009, 05:19:23 par Zahiya » Journalisée

Qu’attend Hussein Obama pour s’attaquer aux bailleurs de fonds de l’Etat islamique ?

Qui finance l’Etat islamique du Levant ? Quels sont ses véritables bailleurs de fonds ? A qui profite le crime ? Quels sont les vrai chef marionnettiste des pantins djihadistes qui se comportent comme une véritable armée pire que les armées de Gensis Khan et d’Attila réunies, atteignant les sommets de la barbarie humaine ?
Ils sont comme des meutes de loups lâchées dans l’arêne du Levant par leurs maîtres turco-wahhabites invsties d’une mission de purifications religieuses ethniques, les yazidis et les kurdes ces ennemis jurés d’Erdogan,
En toute évidence, l’Etat islamique ne compte pas s’arrêter aux portes du Levant. Il est entrain d’essaimer un peu partout dans le monde musulman et tout particulièrement au Nord du Nigéria porté par Boko Hram, en Libye voire en Tunisie et l’Algérie sous la houlette d’Ansar Acharia, le bars armé d’Ennahdha.
Nul doute que leurs donneurs d’ordres et argentiers soient ceux-là mêmes qui ont été sur les devants de la scène des révolutions du printemps arabe, nom de code donné par le Département d’Etat américain à l’opération de recyclage de la mouvance djihado-terroristes en force de pouvoir dans les pays du Croissant arabisé sous couvert de transition démocratique, qui est en ralité un passage de l’état de stabilité politique à l’état de chaos permanent.
Il est grad temps que les E.U. cessent leur double langage et prennent leur responsabilité historique, car l’humanité court réellement à sa perte dont ils ont été le facteur déclenchant, ils devaient savoir qu’en élimnant Sadam ils ont ouvert la boîte de Pandore qui risque de se transformer en une véritable bombe atomique planétaire aux dégats incommensurables qui ne peut être intercéptée par aucun radar ni désamorçable, Ses composants sont de nature humaine. Autrement dit des millions d’êtres humains qui explosent simultanément dans les principaux centres névralgiques du monde entrainant dans leur sillage des centaines de millions de victimes. Paris, Londres, Moscou, Pékin, New York, etc…
L’Etat islamique est une Apocalypse mondiale qui profitera aux principaux protégés des maméricains que sont la Turquie, Qatar et l’Arabie Saoudite, les maîtres d’oeuvre du terrorisme musulman.
Quant aux accusations fantaisites sur la collusion entre les forces djihado-terroristes et Israël, c’est comme si Hamas était le bras armé de l’Etat hébreu.
Les djihadistes ne sont pas recrutés dans les synagogues, les égilises ou les temles bouddhistes, ils sont bien le fruit empoisnné de l’endoctrinement religieux dans les mosquées. Mais ce n’est pas les musulmans hypocrites qui vont mettre sur le banc des accusés ces hauts lieux du djihad que sont les mosquées depuis 1435 ans. Même Averroes qui était loin d’être un fantique patenté avait appelé en son temps au djihad arme contre les infidèles et avait exorté les musulmans de Grenade d’abandonner tous leurs biens pour défendre la cause de l’islam. Il n’y ni djihad personnel, ni djihad pacifique, il y en a qu’un, le prosélyte, celui qui consiste à imposer l’islam au fil de l’épée.

Si les noirs musulmans et les Amazighs connaissaient leur vraie histoire seraient-ils encore musulmans ?

Selon l’anthropologue sénégalais Tidiane N’Diaye, les Arabes ont razzié l’Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption © DR

Comment les noirs africains et les Amazighens peuvent-ils être si fiers d’afficher leur appartenance à l’islam et qui se veulent de surcroît plus arabes que les arabes eux-mêmes, comme un esclave s’identifiant à son maître tout heureux de porter les chaînes de leur état d’asservissement éternel ?

Ces êtres formatés, lobotomisés, dépouillés de leur âme, endoctrinés et en proie à l’obscurantisme se rendent pas compte qu’en procédant de la sorte  ils absolvent de leurs crimes les négriers et génocidaires arabo-musulmans pour lesquels ils ne leur ont jamais demandé pardon et dont eux mêmes portent encore les séquelles et qui sont la cause première des maux qui les gangrènent et les tourmentent et qui sont autant de freins à leur développement humain et économique.

Les noirs ne savent pas que l’islam avait érigé l’esclavagisme en une monstrueuse institution mercantile pendant 14 siècles qui serait toujours en vigueur dans certains pays musulmans ni le Coran qui autorise  explicitement la traite négrière et la prise d’esclaves comme butin ou rétribution.

Ce noir tant méprisé et discriminé par les arabes du Golf persique et d’Arabie qu’ils appellent Abid, esclaves. Même le grand Ibn Khaldoun y était aussi de sa tirade anti-noire. L’éminent historien médiéval et philosophe social musulman, écrivait : « Les nations nègres sont en règle générale dociles à l’esclavage, parce qu’ils sont des attributs tout à fait voisins à ceux d’animaux stupides. »

Des dizaines de millions de leurs aïeux vendus comme un vulgaire bétail, castrés, massacrés, humiliés, les traitant comme des animaux sauvages, troqués en Inde comme contre les épices.

Une vérité occultée sur laquelle l’islam a mis une véritable chape de plomb au point qu’il a réussi miraculeusement à apparaître comme le grand ami des noirs contrairement au christianisme auquel l’islam a fait porter le chapeau de la traite négrière.

(https://www.youtube.com/watch?v=CWhWQwJI8QE)

Et comme le rappelle Sami Aldeeb en rapportant les propos éclairants de vérité de Tidiane N’DIAYE (musulman) dans son livre « Le Génocide voilé ».

Les Arabes ont réussi de façon stupéfiante à tromper, désinformer, déformer et fausser à la fois la réalité et l’histoire sur une période de près de 14 siècles.

Ce qu’il y a de plus particulièrement tragique, c’est que la plupart des descendants d’esclaves, les Noirs des Amériques dans le monde, et les Noirs d’Afrique descendants d’esclaves, ignorent tout de la vérité.

Avant que la concentration de nos auditeurs ne s’émousse, nous voudrons porter l’affirmation suivante et l’étayer ensuite:

La pire, la plus inhumaine, la plus diabolique institution de la traite négrière fut initiée, définie, perpétrée et mise en œuvre par les arabo-musulmans, aidés par la suite par les noirs convertis à l’Islam.

‘Les Arabes ont razzié l’Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d’hommes qu’ils ont déportés ont presque tous disparu du fait des traitements inhumains. Cette douloureuse page de l’histoire des peuples noirs n’est apparemment pas définitivement refermée. La traite négrière a commencé lorsque l’émir et général arabe Abdallah ben Saïd a imposé aux Soudanais un ‘Bakht‘ (accord), conclu en 652, les obligeant à livrer annuellement des centaines d’esclaves. La majorité de ces hommes était prélevée sur les populations du Darfour. Et ce fut le point de départ d’une énorme ponction humaine qui devait s’arrêter officiellement au début du XXe siècle. »

A croire que l’islam a l’art d’effacer de la mémoire humaine les traces de ses crimes. Peu de berbères ou Amazighens sont au fait de l’histoire douloureuse du génocide et de la déportation de leurs peuples durant les 4 premiers siècles de l’invasion arabo-musulmane.du massacre massif de leurs aïeux et de leur déportation dont le chiffre varie entre 300 000 à l 500 000  parmi des enfants en bas âge.

Napoléon disait que l’histoire est une succession de mensonges. Au lieu de démystifier l’islam et ses effets néfastes et dévastateurs sur leur culture millénaire, les Amazighens musulmans préfèrent l’affubler du masque de la paix et de la dignité humaine.

Ce n’est pas leur offense en disant q’un juif ne proclame jamais de son bourreau nazi. Le juif n’a pas entretenu une relation pathologique de maître à l’esclave.  Le juif est un homme de devoir de mémoire, un homme conscient que la perte de son genre culturel  signifie sa propre auto-destruction. Etant instruit de son histoire contrairement à l’africain et l’Amazigh qui sont des êtres sans âme, amnésiques, car incultes et analphabètes, il a pu préserver courageusement son identité contre vents et marées et traverser les houles millénaires des persécutions qui jalonnent sa longue histoire.

En ignorant  leur vraie histoire jugée comme un sacrilège par leurs colonisateurs arabo-musulmans, ils bafouent la mémoire de leurs ancêtres. Ils se voilent la face de peur que le monde ne découvre qu’ils sont le vrai visage de l’infamie. Des êtres dépourvus de dignité humaine et de personnalité. Une identité altérée et niée ne peut contribuer à l’essor des populations noires et amazighens et leur permettre de se projeter dans la modernité.

Qu’est-ce qu’un vrai musulman ?

 

    •  Le vrai musulman est celui dont le comportement, les idées et les actes sont fidèles aux prescrits coraniques et à la Sira; Il ne doit rien faire d’autre tout au long de sa vie que de forniquer, violer, abuser sexuellement d’enfants en bas âge, incendier, faire de l’élevage sexuel sous couvert d’adoption, terroriser, racketter, décapiter, lapider, kidnapper, rançonner, vitrioler, prtaquer la nécrophilie et la zoophilie, trahir,  brader le pays, brûler le drapeau national, faire l’apologie du djihad et de l’antisémistisme, razzier, profaner les tombes, prêcher la haine du juif, du chrétie et du démocrate dans mes mosquées, appeler au meurtre des démocrates, assassiner, envoyer des filles mineures en Syrie pour servir de putes halal afinde satisfaire les bas instincts des terroristes, partouzer halal, donner sa femme en offrandes aux escadrons de la mort, ce n’est ni un crime ni un délit pour le gouvernement provisoire tunisien qui lui-même organise des filières terroristes et sert de proxénète pour l’occasion. 
    • Tout ceci n’a rien de choquant  pour les bonnes âmes musulmanes du pays qui versent leurs larmes de crocodiles quand leur ignoble figure tutélaire est soi-disant caricaturé, mais ça le devient quand homme entretient une relation sexuelle avec une personne majeure et consentante du même sexe que lui.  Comme si elles ne s ‘étaient jamais données elles-mêmes à des pratiques homosexuelles et pire encore à des pratiques zoophiles et nécrophiles à l’instar de leur innommable idole qui le couvrent de toutes les vertus qui n’ont jamais été les siennes.
    •  Dans les sociétés musulmanes qui ont érigé la tartufferie qui est effectivement un des piliers de l’islam en norme sociale  la morale religieuse fait force de loi et la morale républicaine est un sacrilège. Autrement dit tous les crimes et forfaits qu’ils soient sexuels ou non accomplis au nom de la religion sont licites et toutes les libertés humaines sont illicites.