L’autre visage raciste, suprémaciste, colonial et antisémite de Pierre de Coubertin

Tous les quatre ans le monde sportif et pas seulement à  l’occasion des J.O. rend un véritable culte au baron Pierre de Coubertin sans savoir qu’il cautionne l’antisémitisme, le colonialisme et le racisme primaire du père-fondateur de l’Olympisme moderne.

Glorifié, encensé, mythifié, honoré et loué pour ses vertus humanistes et pacifistes . Pour ses laudateurs, il est chevalier des temps modernes et un militant hors pair du rapprochement entre les peuples. Mais comme pour toutes les médailles, plus la face est éblouissante et enjolivée plus il y a forcément anguille sous roche. Le revers de sa médaille est l’antithèse  de ce que le monde se fait comme image de lui.

Promoteur des inégalités entre les « races » il soutenait dans le n° 1 de la Revue du  Pays de Caux:  » La théorie de l’égalité des droits pour toutes les races humaines conduit à une ligne politique contraire à tout progrès colonial. Sans naturellement s’abaisser à l’esclavage ou même à une forme adoucie du servage, la race supérieure a parfaitement raison de refuser à la race inférieure certains privilèges de la vie civilisée. Certes, le devoir de ces maîtres est d’essayer d’élever la race inférieure à leur propre niveau : mais une telle œuvre d’éducation est très lente et vouloir l’accélérer, c’est lui porter préjudice tout en renforçant la colonisation et en lassant ceux qui y sont actifs ».

Et pour mieux illustrer ses propos dignes de Gobineau, un de ses maîtres à penser, il fait l’apologie de la grande réussite de l’Apartheid  en Afrique du Sud : » N’oubliez pas sous quel régime ont prospéré les mines du Sud-Afrique […]. Que n’y a-t-il de plus voisin de l’esclavage que cette institution-là ? Eh bien, elle n’entame en rien la dignité humaine parce qu’elle est anglaise, parbleu ».

Sujet tabou qu’on doit pas déflorer. Il a offert à l’humanité sa plus belle et fabuleuse vitrine « festive » planétaire, qu’importe la nature nauséabonde de sa pensée contenue dans plus de 60 000 articles où fleurissent des sortilèges qui sont autant de professions de foi de son aversion du juif que ne désavoueraient guère Barrès, Maurras, Renan, Drumont et tant d’autres figures de l’européocentrisme et de l’antisémitisme : » Le peuple hébreu ne prend pas rang dans l’histoire universelle ni du point de vue politique, ni du point de vue économique, son rôle est à cet égard insignifiant. Les juifs, poursuit-il, sont demeurés profondément asiatiques. On ne les connaît guère qu’à travers les capitaux amassés par certains d’entre eux. Apres et persévérants au gain, habiles et rusés en affaires, ils se sont rendus odieux, mais derrière leurs vices se tient un idéalisme obstiné et farouche […].

Un homme qui aurait certainement choisi le camp de la collaboration s’il ne s’était pas éteint en 1937 comme en témoigne sa flèche empoisonnée à l’égard de ces mêmes juifs : « … la puissance primordiale du sang juif que quelques gouttes suffisent parfois à lui assurer la conquête d’un foyer. » ( Pierre de Coubertin, Histoire Universelle, Tome II, pp. 23 et suivantes.)

On  ne nourrit pas les hommes d’illusions au point de les rendre dépendants comme dans le cas des religions, on doit s’attacher à leur apprendre à chercher par eux-mêmes la face cachée du miroir afin qu’ils découvrent la réalité des faits.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le conflit syrien n’a rien de religieux, c’est un crime organisé contre l’humanité

Le conflit syrien n’est en réalité qu’une guerre de religion, et donc une affaire interne aux musulmans  qui impose en toute logique à la Russie et la France de ne pas y intervenir.

Selon les partisans de cette thèse, il faut laisser  ainsi aux musulmans le soin de résoudre ce conflit qui ne les regarde qu’eux seuls. Ca fait   bientôt  5 ans que les hostilités sont déclarées et on a guère entendu l’O.C.I. et la Ligue Arabe  parler d’une quelconque  guerre de religion entre le pouvoir syrien et les « rebelles », bien au contraire ces deux assemblées fantoches   ont choisi résolument leur camp en réclamant le départ de Bachar Al-Assad.

Les pays  musulmans  ont  une toute autre  lecture des évènements sanglants syriens. Ils se sont faits fort pour la majorité d’entre eux, comme ce  fut le cas de la Tunisie sous la Troïka qui  a été jusqu’à vider ses prisons de 60 000 détenus,  de créer des filières de djihadistes pour aller combattre en Syrie qui transitent essentiellement par la Turquie où ils reçoivent même une formation militaire sommaire et ce sans que l’OTAN ne s’en inquiète outre-mesure.

La guerre syrienne n’est pas une guerre de religion qui met en scène des obédiences musulmanes opposées qui cherchent chacune d’entre elle d’imposer à l’autre sa conception de l’islam.  Il s’agit purement et simplement d’une agression multipartite caractérisée contre un Etat souverain mue par des desseins géo-énergétiques, géostratégiques et géopolitiques.

Ce n’est pas islam contre islam, c’est un foyer d’incendie allumé par des apprentis pyromanes pour installer en Syrie un régime-paillasson, servile et malléable. Plutôt que d’y envoyer des militaires aguerris et laisser ainsi apparaître cette opération comme étant un acte de guerre, les coalisés ont opté pour une armée de mercenaires fanatisés et endoctrinés en les affublant du titre de rebelles pour leur donner une image d’honorabilité.  Fabriquant pour l’occasion une opposition  fantasmagorique, négligeant le principe de précaution et les risques de propagation du foyer d’incendie jusqu’au sein de leurs propres territoires comme on a pu l’observer récemment en Turquie, l’Arabie Saoudite, la France et la Belgique, des pays qui passent pour être aux premiers rangs des pourvoyeurs de djihadistes.

La Syrie n’est  pas le théâtre  d’une guerre de religion elle est victime de crimes de contre l’humanité,  de nettoyage  ethnique et religieux et d’un massacre massif des minorités religieuses chrétiennes et yazidies.

A cause de l’inconséquence  des pays  de l’OTAN des millions de syriens sont mis sur la route de l’exil offrant ainsi une aubaine aux terroristes pour se faire passer pour des réfugiés afin de se rendre en Occident pour le frapper en plein coeur.

Réduire cette  lâche agression contre un Etat souverain en violation flagrante de la  Charte des Nations-Unies et la Convention de Genève à une guerre de religion c’est dédouaner les E.U. de leur lourde responsabilité  dans l’embrasement de la Syrie  et ses dommages collatéraux, c’est aussi dans un degré moindre nier le rôle de la France et de la G.B,  et plus grave encore accorder un quitus aux  Etats-voyous   l’Arabie Saoudite et le Qatar, les valets des E.U. et sergents-recruteurs  des djihadistes à travers les réseaux des mosquées et les associations caritatives considérés par tous les services de renseignement  du monde comme étant les  maîtres  à penser et les bailleurs de fonds  du terrorisme musulman ainsi que la Turquie, membre de l’OTAN, qui rêve de faire renaître de ses cendres le Califat ottoman, et pourquoi pas être la le futur leader de nouvel ordre mondial sous l’égide de l’islam si jamais elle réalise son projet d’intégration de l’Union européenne, un véritable tremplin pour asseoir se dictature mondiale grâce à son OPA idéologique et institutionnelle qu’elle réalisera sur cette Europe vieillissante et suicidaire.

 

 

Les attentats du 13 novembre sont l’oeuvre des juifs, parole d’un musulman

Que deviendraient les musulmans sans leur bouc-émissaire juif ? Je dis bien juif et pas sioniste. Ils sont vraiment incorrigibles et inénarrables. Ils les auraient inventé rien que pour leur servir d’écran de fumée pour dissimuler la vrai visage de l’islam.

A chaque fois que l’islam fait parler la poudre et plonge le monde dans l’horreur et fait jubiler de joie les musulmans qui se s’enivrent à l’occasion de la pisse de chameau, leur élixir préféré, tels des djinns sortis de leur boîte assènent à qui veut bien tendre l’oreille à leurs élucubrations hallucinatoires que l’islam est la première victime des attentats terroristes fomentés en réalité par le juif, cet éternel ennemi juré.

Toujours fidèles à leur serment complotiste, ils sont plus que jamais convaincus que la Nuit de Cristal parisienne du 13 novembre 2015 est l’oeuvre des juifs. Le doute n’est pas permis, le musulman est lui-même l’incarnation de la certitude, les attentats ont eu lieu comme par hasard la nuit du vendredi, au début du Shabat à une heure où il n »y a aucun juif qui traîne sa kippa dans les rues de Paris. Tout prouve que les vrais cerveaux ne peuvent qu’être que des juifs, car les musulmans ne sont que des brillants sous-fifres, des pions hors pair manipulables et influençables, la preuve il n’y a pas de victimes juives. Le même discours délirant et éclatant de vérité toute musulmane, dans le sens de fabulation, que pour les attentats du 11 septembre 2001. I besoin de le prouver ils sont musulmans, leur parole est en elle-même une preuve irréfutable. Il leur suffit de dire que l’islam est innocent et blanc comme Mahomet, le père naturel d’Adolph Hitler et de Marc Dutroux, pour que l’on prenne ça pour une vérité coranique, ce fameux brulot qui rend licite le mensonge et prohibe la vérité.

Dans l’islam c’est tu mentiras toujours si tu veux gagner tes galons pour jouir après ta mort des faveurs des 72 prostituées d’Allah, ce dieu-maquereau et rabatteur de pigeons en manque de plaisirs charnels, ce sont bien des juifs qui ont organisé ces attentats et les exécutants sont des faibles d’esprit envoyés à la mort par ces diables de juifs.

L’honneur de l’islam est sauf et les musulmans n’ont pas à endosser la responsabilité des crimes initiés par les juifs dans le seul but de défigurer la religion d’amour et du respect de la vie humaine qui enseigne aux musulmans d’aimer les non-musulmans autant que ses frères musulmans. Autrement dit ils se tuent entre eux par amour et tuent les non-musulmans toujours par amour.

Par conséquent ce n’est jamais la faute à l’islam, c’est la faute aux comploteurs juifs jaloux des succès scientifiques et technologiques des musulmans qui raflent tous les prix les plus prestigieux chaque année de la bêtise humaine et sans rivaux dans la barbarie humaine.

Nul doute que tant que les musulmans l’affirment, l’islam ne peut être que la première victime d’une machination diabolique que seuls les juifs en sont capables. La grande mosquée de Paris elle-même a jugé opportun de garder le silence pour témoigner de son indignation sur des actes qui font du mal surtout à l’islam et aux musulmans à l’innocuité légendaire. Après tout Daech est bien une créature juive.

Ne demandons pas aux musulmans de compatir pour des victimes assassinées non pas au nom d’Allah, mais au nom de Yahvé. Nous n’avons pas l’acuité auditive des musulmans, c’est pourquoi nous avons confondu Allah avec Yahvé.

Cessons de calomnier et d’accabler cette si belle et sublime religion agréée par cette merveilleuse divinité connue pour son caractère anxiogène, ses talents de navigateur à courte vue et son enseignement à contre-courant de la marche du train de l’humanité, une véritable machine à remonter le temps et le figer dans la météorite noire de la Ka’aba, qui témoigne de la nature foncièrement fétichiste de l’islam.

Avec les esclaves d’Allah, les preuves ne sont pas des évidences, leur parole se suffit d’elle-même.

Jamais les musulmans ne se plieront à la manifestation de la vérité avérée et incontestable. Aux faits ils opposent leur diarrhée nauséabonde et antisémite.

ps cet article est inspiré des échanges entre musulmans d’apparence modérée que j’ai entendus dans une brasserie parisienne.

A chaque fois qu’un djihadiste passe à l’acte, les musulmans modérés jubilent de joie

En ce vendredi 27 novembre 2014 pendant que la France pleure ses enfants victimes de la barbarie musulmane, les musulmans continuent à réciter dans leurs prières les versets qui ont guidé la main des tueurs. Evidemment tous les musulmans n’appliquent pas à la lettre l’enseignement coranique qui mute une colombe en prédateur féroce et un enfant de chœur en bombe humaine, mais ils ne le rejettent pas pour autant.
Ils se nourrissent des mêmes préceptes que les terroristes, ces vrais enfants du couple satanique Allah et Mahomet tant vénéré par tous les musulmans et pour lequel ils sont capables eux-mêmes de tuer et se faire tuer, ils ne peuvent donc prétendre objectivement qu’ils ne sont pas moralement et idéologiquement concernés par la pire nuit de Cristal de son histoire.
Les djihadistes d’aujourd’hui sont les musulmans qui n’étaient pas auparavant dans le passage à l’acte. Ce n’est pas en allant combattre les djihadistes en Syrie et en Irak, voire bientôt en Libye, que l’on va tarir les sources du djihad, il est consubstantiel à l’islam.
Tant que les musulmans n’en ont pas fini avec leur sacro-saint dogme de l’immuabilité du Coran afin de l’expurger de ses sourates ultra-violentes, liberticides, ethnocentriques, cosmiques et impérialistes qui font l’apologie de la haine de l’autre, du juif, des chrétiens, des « infidèles », des apostats, qui passent pour être une véritable solution finale pour l’humanité non-musulmane qui refuse de se plier aux lois de l’islam, le djihad et par conséquent l’islam constitue le plus grave péril que l’humanité n’ait jamais connu. Pire encore que le péril nazi, car la vermine djihadiste qui progresse que les attentats terroristes, chaque attentat fait naître des nouvelles vocations chez les jeunes musulmans pris dans la spirale nihiliste, prolifère partout dans le monde et fascine de plus en plus des jeunes musulmans tout heureux de trouver dans la voie du djihad un vecteur pour se construire une illusion d’identité forte et leur procurer des sentiments d’invincibilité et de toute puissance pour venger l’islam des humiliations que l’Occident lui a infligées, tenu pour responsable de la fin du Califat ottoman.
N’est-ce pas cet Occident tenu tant honni par les musulmans et notamment les jeunes des cités-émirats qui ne sont que les pouvoirs publics européens ont laissé se développer en toute impunité et bienveillance pour acheter un zeste de paix sociale qui est leur première cible ?
Ils ont beau être les premiers à profiter de ses bienfaits, que cela n’en déplaise aux défenseurs de la veuve et de l’orphelin musulmans soi-disant stigmatisés, ostracisés, marginalisés et injustement maltraités par leurs anciens colonisateurs, mais l’attrait de l’islam auquel ils veulent rendre son prétendu lustre passé est bien plus important que la main qui les nourrit et qu’ils ne jurent que par sa destruction.
Leurs délires messianiques leur font perdre la raison et décuplent leurs pulsions autodestructrices et mortifères. Pour eux, l’heure de la reconquête a sonné et le futur gouvernement mondial sous l’égide de l’islam est en marche. Ils y croient dur comme fer. Il n’y a pas de respect de la vie qui tienne, seule la volonté d’Allah et son enseignement guident leurs pas. Ils sont des objets entre ses mains, ils ne vivent que pour et par les besoins de sa cause. Il n’y a de vie que dans la dissolution de la sienne et sa dilution dans le bain d’acide sulfurique que Mahomet a concocté pour les crédules.
L’utopie musulmane fait l’effet sur eux d’une drogue de la pire espèce. Ils ne mesurent guère les conséquences de leurs actes ni sur eux-mêmes et encore moins sur autrui. On les appelle des kamikazes, ils ne sont en réalité que de la chair à canon de l’islam pour terroriser le monde jusqu’il finisse par tomber sous sa dictature. Rien d’autre qu’une arme de destruction massive et psychologique.
Plus ils appuient sur la gâchette de leur Kalachnikov et actionnent leur ceinture d’explosifs au milieu de la foule, plus les musulmans hypocrites jubilent de leurs exploits morbides dans leurs mosquées et plus le monde tremble de peur et de frayeur.

Mes deux pays du coeur la France et la Tunisie viennent d’être frappés en l’espace de 11 jours coup sur coup par l(islam. Ils n’ont pas compris qu’on se donnant à l’islam ils creusent leur propre tombe.Je les pleure malgré moi car ce n’est pas faute pour moi de les avoir mis en garde contre la haute nocivité de ce poison mortel. Ils n’ont tours pas compris que l’islam est la mort de la vie.