Archives pour la catégorie Qatar

Voter pour Sarkozy, c’est voter contre la France et pour le Qatar

Il faut que les électeurs règlent son compte à Sarko. Il n’a pas à être présent sur le terrain après avoir été expulsé par les urnes. Avec lui, c’est la wahhabisation assurée de la France et la mise de son armée sous les ordres du Qatar qui pourrait ainsi donner libre-cours à sa soif de grandeur .

Cet homme mégalomane capable de vendre la France pour satisfaire ses goûts de luxe, est un danger pour la France, son retour est une insulte aux patriotes.

Tout doit être mis en oeuvre pour lui interdire l’accès au terrain politique. en amont.  Sa victoire en 2017 n’est pas utopique, elle est des plus vraisemblables. Dans un face-à-face avec Marine le Pen, il aura toutes les chances de rafler toutes les voix de gauche, du centre et de l’extrême gauche. Sa réserve de voix pourrait lui garantir un écart considérable avec la candidate du FN. 2012 n’aura servi pour rien et Sarkozy pourrait proclamer: la France c’est moi et j’en ferais ce que je voudrais.   Après l’avoir embrasée pendant son quinquennat 2007-20012, fort de l’adhésion massive des électeurs qui lui accorderaient un nouveau chèque en blanc, une reconnaissance explicite de sa politique incendiaire et anti-France, il pourrait endosser en toute impunité  de nouveau ses habits de pyromane. Qui oserait croire un seul instant qu’il deviendrait comme par enchantement un soldat du feu pour éteindre ce qu’il avait allumé lui-même ? Il est à craindre que la majorité des lecteurs n’aient pas la lucidité nécessaire pour évaluer la portée politique de leurs bulletins de vote.

Sarko porte une grave responsabilité dans la crise humanitaire qui frappe la Libye et la Syrie et un degré moindre la Tunisie et qui avait failli embraser l’Egypte. Sans lui ni l’Aqmi ni Boko Hraram ne se seraient dotés d’armes redoutables de fabrication française parachutées sur la Libye qui ont servi pour tuer des soldats français au Mali et répandre la terreur dans la région.

Ce pyromane à la fibre patriotique douteuse sans scrupule ni vergogne, effronté, qui devrait être derrière les barreaux si la France n’était pas une république bananière, ami du Qatar auquel il a vendu l’honneur de la France, cherche à se faire passer pour un Zoro, le sauveur de la France et de l’Europe occidentale.

Grâce à lui, le Qatar connu pour son art d’acheter ses amis pour en faire ses obligés, un micro caillou désertique, cet Emirat-terroriste maître du P.S.G. dont il a fait la vitrine du wahhabisme arrogant et conquérant, qui se rêve en leader suprême du monde arabophone a réussi sa mutation biologique. Du petit crapaud infect et monstrueux, disgracieux et répugnant, avaleur de mouches et d’insectes, il est devenu un prédateur féroce qui veut engloutir la France elle-même. Un pays à l’histoire sortie du sable en 1971 qui s’attaque à des pays glorieux de l’humanité. Mais avec les félons et les anti-France, il pourrait .

Il est responsable avec ses complices Cameron et Obama de la mort des centaines de milliers de personnes, de l’état de chaos en Syrie et en Libye de la mort de lente de la Tunisie et à l’origine direct des vagues « migrationnistes » qui déferlent sur l’Europe actuellement qui font peser des sérieuses menaces sur sa pérennité humaine et nourrir la montée inexorable de la xénophobie réactionnelle.

Le Qatar, argentier des organisations terroristes et ami « généreux » de la France

La principauté du Qatar, l’ami qui veut du bien à la France comme peuvent en témoigner Guéant, Villepin, Delanoë, Hidalgo, Dati, n’est qu’un lutin qui joue ou plutôt que l’on fait jouer dans la cour des grands. Enfiévré par ses délires de grandeur il se verrait le nouveau guide du Califat islamique en compagnie de la Turquie d’Erdogan et de l’Arabie Saoudite sous la houlette de l’Oncle Sam qui compte dans ce micro-Etat la plus importante base militaire en dehors de territoire américain, Al Udeid, où sont stationnés plus de 10 000 hommes et dont les frais d’entretien sont entièrement à la charge du Qatar pour un coût annuel de plus d’1 milliard de dollars. Une protection monnayée.
Rarement un pays a connu une progression aussi fulgurante. Inconnu de  l’histoire,  il se trouve en l’espace de 42 ans propulsé sur les devants de la scène comme s’il était un acteur majeur de la vie internationale. Devenu en quelques années la brebis galeuse de l’opinion publique mondiale, lui inspirant méfiance et défiance, mais malgré son image de déplorable les gouvernements occidentaux font comme s’il était un partenaire honorable et fréquentable.
Une attitude trouble  et qui interpelle et intrigue forcément sur la nature des liens ambigus avec cet Etat microscopique dont le nom est étroitement lié au financement des organisations terroristes fondamentalistes musulmanes dans le monde, impliqué directement dans le chaos syrien et libyen et mis en cause dans les tentatives de déstabilisation de l’Egypte, du Yémen, de l’Algérie, de la Tunisie, du nord du Nigéria et du Mali.
Comment un pays commanditaire du terrorisme islamique peut-il jouir à ce point d’une véritable impunité de la part des pays qui sont les premiers à le combattre et en pâtir ?  Comme s’il s’agissait d’un spectre pour des besoins de politique interne qu’internationale.
Rien n’est fait pour le mettre hors d’état de nuire alors que les preuves s’accumulent sur sa responsabilité directe dans la propagation du péril terroriste et les rapports d’enquêtes des services de renseignements occidentaux, nigériens, camerounais, russes qui convergent tous vers son nom.
On continue à observer le silence sur son rôle majeur d’argentier de la nébuleuse islamiste responsable de plus des milliers d’attentats terroristes dans le monde, de crimes crapuleux, de crimes de guerre et contre l’humanité, d’assassinats politiques et des attaques contre les locaux diplomatiques des E.U. à Tunis et à Benghazi qui ont coûté la vie à l’ambassadeur américain.
Le News  du Cameroun du Camer écrivait dans sa livraison du 10 février 2012 : »Des informations de la Direction militaire français (D.R.M.), mettent régulièrement le riche émirat gazier du Qatar en cause dans le financement des groupes islamistes qui sévissent sur le continent, y compris Boko Haram. Le prince Hamad Ben Khalifa al-Thani [dégagé en 2013 au profit de son fils] étant présenté comme un grand allié des autorités françaises, personne n’ose lui faire de reproches. Il est bien trop riche pour qu’on se le permette. »
On ne touche pas à un allié si généreux et attentionné pour le microcosme politique, sportif, patronal, artistique et journalistique.  Ses bavures sont très peu de choses  en comparaison avec ses les belles enveloppes garnies de liasses d’euros  pour tous ces hommes et femmes leaders d’opinion  assidus des guichets de son Ambassade sur l’Avenue des Champs-Elysées.
On ne va pas froisser un ami au grand coeur, à l’altruisme boulimique et qui veut le bien de la France en prenant soin de l’état de santé et le bien-être de ses élites les plus influentes ainsi que de leur réinsertion professionnelle à l’instar de Dominique Villepin et cet autre ancien ambassadeur de France quand ce n’est pas Laurent Platini, le fils de Michel Platini le patron de l’U.E.F.A., pour guider les projets de Qatar Sport Investment en Europe.
Il n’ y a que les mauvaises langues et les envieux qui doutent de la sincérité de cet ami qui dépense sans compter pour améliorer le quotidien de ceux qui ont la chance de faire partie de son premier cercle.  Le Qatar a compris que pour réussir de sa stratégie de pouvoir il faut acheter les personnalités les plus influentes qui deviennent son véhicule promotionnel et servir ses desseins les plus sombres en faisant d’eux ses complices silencieux.
Il peut ainsi en toute liberté tisser sa toile telle une araignée géante attrapant les mouches et les moucherons dans son filet cousu d’or. En occident, il mène une politique d’investissement  tout azimut et sans cohérence économique dans tous les secteurs d’activité qui va de l’industrie aéronautique jusqu’à l’amélioration de l’habitant dans les quartiers difficiles.
 Pris dans une frénésie d’acquisitions qui servent à la fois ses besoins en terme d’image, ses arrières de l’après-gaz et ses idéologiques à destination des musulmans, dans l’immobilier de prestige, le crapaud qatarien veut se faire aussi gros que le boeuf.
De la place de la Concorde avec l’hôtel de Coislin, un bijou architectural du XVIIe siècle aux cités-ghettos véritables zones de non-droit où la Charia fait loi en passant par le club de football du P.S.G., des placements capitalistiques et les droits de télévision avec sa chaîne Bein grande rivale de Canal Plus.
Grâce à ses entregents et contre toute attente il a réussi à griller la politesse aux E.U. en obtenant l’attribution de la coupe du monde de football de 2022, allant jusqu’à s’offrir  le luxe de s’offrir la première équipe de mercenaires du sport dans le handball qui lui a valu d’atteindre la finale du championnat du monde organisé sur son territoire.
Sa mise en cause dans les affaires du terrorisme international, les forts soupçons de pots de vins qui pèsent sur l’attribution kafkaïenne de la coupe du monde de football à ce nain de jardin,  de même que l’hécatombe qui frappe les travailleurs népalais sur les chantiers-mouroirs de la cette coupe du monde devraient inciter la communauté internationale à le mettre en quarantaine et lui valoir des poursuites devant la C.P.I.
Son appétit insatiable à la hauteur de sa soif de prestige mégalomaniaque sont en réalité l’autre versant du miroir sur lequel se reflète la mansuétude contrainte de ses V.R.P. de luxe ou plutôt ses démineurs de service.
Frappé d’une boulimie d’investissements inédits dans l’histoire et qui sans aucune mesure avec la réalité des besoins de cette langue de terre peuplée de 2 millions d’habitants dont à peine 200 000 qatariens. Peut-être que le Qatar se rêve-t-il en futur Calife du monde musulman en commençant par déployer ses ailes avec le projet de prendre tous les musulmans dans ses griffes ?
 Il est difficile de croire que ses motivations soient exemptes d’arrière-pensées prosélytes.  Gagner la sympathie des musulmans de France comme d’Europe grâce à des investissements à forte coloration communautaire en apparaissant comme un acteur incontournable  dans la vie politique, économique et médiatique des pays convoités.
On saurait que s’interroger sur l’opportunité financière sur les achats des droits de télévision de la ligue européenne de football, les droits de TV des championnats mineurs, le mécénat entrepreneurial dans les cités défavorisées gangrenées par le wahhabisme et véritables bombes à retardement pour les pays occidentaux, les associations culturelles qui sous couvert de culture pour contourner les législations nationales sur les associations sont des véritables organes de la propagande wahhabite  dans les cités-ghettos en Europe.
Les visées politiques et idéologiques du Qatar ne doivent plus faire l’ombre d’un doute en se servant des musulmans d’Europe comme une sixième colonne pour lui baliser le terrain de sa conquête de l’Occident qu’elle tient actuellement par le portefeuille  en attendant de lui mettre la main dessus par les urnes grâce aux électeurs musulmans. Voir à ce propos l’article de mon ami Hamdane Amar sur R.L du 30 avril 2012:

« Qaradawi encourage les musulmans à voter et à devenir français pour que l’islam triomphe ! »

Tout est bien ficelé dans le cadre de sa politique d’essaimage qui fait des pouvoirs publics européens et notamment français ses affidés et des musulmans présents sur le sol européen ses bras armés pour  faire plier les « mécréants » à la dictature de l’islam.

Le Qatar bailleur de fonds des Frères nazislamistes, ce vers venimeux propagé par ses protecteurs américains

 
La principauté-confetti  du Qatar sortie du désert de sable en 1971 se comporte comme une puissance impériale. Il tisse sa toile telle une araignée géante attrapant les mouches et les moucherons dans son filet cousu d’or.
En occident, elle soigne sa vitrine avec des achats de prestige à fonds perdus, ne lésinant pas sur les moyens particulièrement dans le football, sport de masses par excellence qui sert de vitrine pour la promotion médiatico-idéologique du Qatar, lobbying en tout genre pour l’organisation des J.O. du championnat du monde de football, les droits de télévision de la ligue européenne de football, les droits de TV des championnats mineurs, le mécénat entrepreneurial dans les cités défavorisées gangrenées par le wahhabisme et véritables bombes à retardement pour les pays occidentaux, les associations culturelles qui sous couvert de culture pour contourner les législations nationales sur les associations sont des véritables organes de propagande cultuelle; dans les pays arabisés, la chaîne de TV al-Jazeera est une véritable machine de guerre propagandiste inondant les foyers de salves d’informations où se mêlent les messages politiques et prédicatifs et un outil de crétinisation des masses frustes et bigotes, d’aliénation mentale, de wahhabisation des esprits et d’embrigadement pernicieux, subventionnant sans compter les djihado-terroristes  locaux drapent aujourd’hui dans les habits de l’indignité politique devenus maîtres de leurs pays grâce aux Révolutions du Printemps wahhabite, qui colonisent les lieux de culte, s’infiltrant dans les milieux sportifs, éducatifs, économiques, syndicaux, propageant une idéologie sectaire des plus hérétiques en violation avec les dogmes de la religion musulmane.
Initier, financer, manipuler, arroser, enrégimenter, noyauter, impulser influencer, pervertir, corrompre, c’est une chose, mais organiser, mettre en musique sa politique, piloter, contrôler, réaliser, exécuter, pérenniser, diriger, manoeuvrer, commander en sont une autre. Le Qatar a-t-il vraiment les moyens intellectuels et humains de ses ambitions politiques hégémoniques ? Le même raisonnement prévaut pour les saoudiens. Ce micro-Etat doit sa propre existence à la protection de son voisin et cousin saoudien qui lui-même vit sous la menace conjointe de sa propre minorité chiite à l’intérieur qui se trouve concentrée dans les régions pétrolifères et à l’extérieur par son éternel ennemi. Par voie de conséquence les saoudiens eux-mêmes sont assis sur une poudrière qui pourrait les embraser d’un jour à l’autre pour les réduire en poussière de sable, pour les renvoyer ainsi à leur milieu naturel.
Seuls les Etats-Unis puissants mentors des Saoudiens et des Qataris peuvent les tirer d’affaire. Cela ne saurait se faire sans contrepartie gagnante pour l’Oncle Sam. The partnership à l’américaine n’est pas celui du gagnant-gagnant, il est celui du gagnant-perdant. Le perdant est forcément celui dont la survie même dépend des intérêts géo-stratégiques et géo-économiques américains. Il s’avère que le perdant lui-même y gagnera en assurant sa propre pérennité grâce à l’extension de son pouvoir et sa zone d’influence aux pays dits frères.
Cependant une telle stratégie géopolitique instrumentalisant la religion seul moyen d’asseoir sa domination sur les populations arabisées ne peut-être menée si elle n’a pas l’aval et ne correspond pas aux desseins impériaux américains.
En avançant perfidement et habilement leurs pions sur l’échiquier arabo-musulman, les Américains sous couvert d’un pacifisme des plus douteux se donnent aujourd’hui l’air de jouer aux accompagnateurs désintéressés de la transition démocratique dans les pays du Printemps wahhabite. L’Administration américaine se doit elle-même d’assurer l’orchestration des opérations et de veiller personnellement à la réussite de son plan de démocratisation apparente de l’espace arabo-musulman qui sert en réalité de « cache-sexe », de subterfuge à sa wahhabisation consistant à rassembler tous les morceaux de ce peuple en un seul. Là où ils ont toujours échoué dans leur politique d’intégration économique en Amérique latine par la création de zone de libres-échanges, vont-ils le réussir par la création d’une zone qui ne sera pas de libre-échange cette fois-ci mais une zone d’influence pyramidale cimentée par le seul lien religieux qui s’inscrit dans la logique communautariste de l’Islam politique dans sa forme wahhabite.
Pour contrôler les peuples, il faut contrôler leurs esprits. Il y une forte probabilité que le plan américain ne finisse par aboutir grâce à la wahhabisation des masses arabisées là où elles se trouvent.

L’islam, l’enfer des humains sur terre

Les peuples du Croissant arabisé avaient cru s’affranchir de la tutelle de la mafia humaine mais à leur grand désarroi et  immense déception ils sont tombés sous l’emprise de la mafia d’Allah de la pire espèce qui leur promet le paradis en leur faisant vivre l’enfer sur terre.

Avant leurs pseudos révolutions ils aspiraient à la liberté, justice, égalité, parité, émancipation et travail, aujourd’hui ils n’ont dans leur bouche qu’Allah, l’islam, notre Seigneur Moahamed, djihad, oumma, califat, Palestine, hijab,  Allah et le seigneur Mahomet.

D’aspirants-citoyens ils sont devenus des fidèles musulmans fiers de renouer avec les valeurs fondamentales de l’islam, celles de la haine de soi et de l’autre, de l’ultra-violence, du djihad, du fanatisme, de l’intolérance, de la déraison, de la passion hystérique, des moeurs cruelles et perverses, de l’amoralité, de la négation de la vie humaine…. Faute de leur avoir permis d’humaniser leur vie et de pacifier leurs caractères,  ces révolutions ont servi de désinhibiteurs à leurs pulsions sexuelles bestiales et leurs penchants pédophiles et morbides. Ils sont tels des fauves lâchés dans l’arêne impatients de régler leurs différends théologico-idéologiques qui les oppose  dès le lendemain du décès de Mahomet. Tout heureux de se tuer à mort entre eux, se dépeçant et se décapitant sous le regard bienveillant de l’Occident et la complicité active de la Turquie, l’Emirat-voyou du Qatar et le Royaume du Mal l’Arabie Saoudite.

Eux qui rêvaient de régner sur le toit doute ils sont comblés au-delà de leurs espérances. Ils ont pulvérisé tous les records en matière de performances terroristes. Responsables de plus de 99% des attentats terroristes au cours de ces quatre dernières années.  Des centaines de milliers de morts et de blessés  en Syrie, Egypte,  Libye, Mali, Pakistan, Afghanistan Irak et Tunisie.

En voulant faire renaître l’islam de ses cendres ils sont entrain de  réduire leur propre vie en cendres avec des dommages collatéraux de temps à autre aux populations civiles occidentales.

Ces pseudos révolutions ont toutefois le mérite de les faire reconnecter avec l’islam des origines dans son intégralité et son authenticité qualifié d’intégriste en opposition au moderniste et réformiste. Or, l’islam lui-même est de nature conservatrice, immobiliste, immuable et figiste.

Etre musulman est d’abord refuser les tentations de changement et d’innovation et appliquer fidèlement  la sunna de Mahomet et le Coran . L’islam a été créé pour statufier et scléroser la vie humaine et arrêter les aiguilles de l’horloge du temps au VII e siècle dans lequel baignaient Mahomet et ses acolytes où prédominaient les conflits larvés intertribaux, la pédophilie, le pillage, les razzias, leviol des femmes captives, le butin, la destruction des vestiges archéologiques, la purification et l’intolérance religieuses,  les crimes de guerre et contre l’humanité, l’esclavage, la zoophilie, la nécrophilie, les assassinats des poètes.

Un retour toutes voiles au vent de sirocco sur le monde des ténèbres que les salafistes appellent celui de nos pieux aïeux, salaf salah.

Des peuples en butte au despotisme de droit humain sont désormais pris dans les mailles du filet du celui de la théocratie islamique.  Rarement ils n’ont connu une telle ivresse de violence, de racisme, de sexisme et d’antisémitisme qui ne saurait déplaire à Mahomet lui-même, leur guide, modèle et seigneur.

Peu importe le calice plutôt l’anarchie et le chaos tant que l’on peut assouvir ses bas instincts. Si Mahomet avait atteint les sommets   de la perversion et la transgression morale il est permis de tout faire tant que c’est conforme à sa sira. Aucune loi humaine ne peut leur être opposable il n’y a de loi que celle d’Allah. Violer n’est pas un crime puisque Mahomet lui-même l’avait fait. Abuser sexuellement d’une fillette de 6 ans est permis Mahomet l’avait pratiqué sur Aïcha.

Dans le cas de la Tunisie, on est passé du stade d’un pays ébloui par la lumière de la vie et du bien-vivre ensemble au  stade pays de l’obscurité humaine, de l’intolérance, du fanatisme religieux, du charlatanisme, de l’archaïsme,  et du monde des ténèbres.

D’une terre de civilisation  la Tunisie est devenue une terre inhospitalière, une jungle sauvage, un asile psychiatrique à ciel ouvert, un théâtre d’ombres chinoises.

D’un pays de la vie, la Tunisie s’est muée en pays du culte de la mort.

Tout laisse à penser que cette vision fidèle de l’slam  tel qu’il doit être ultra-violent et ultra- réactionnaire  qui suscite pourtant des peurs et des angoisses légitimes chez la majorité des citoyens n’est pas contraire au Coran lui-même qui exhorte les disciples de recourir aux actes les plus répréhensibles.

Ainsi, tout adorateur d’Allah qui juge que sa foi est offensée et bafouée est en droit selon le Coran de tuer l’ offenseur et de laver l’honneur de sa religion et comme leur dit Mahomet, mon ennemi est votre ennemi et seul sa mort peut apaiser ma colère. Faire  couler le sang du mécréant devient  de la sorte un acte purificateur qui vaut à celui qui le commet les bienfaits du paradis.

En toute évidence les  islamistes ne sont en aucun cas les enfants damnés d Allah, ils en sont les enfants chéris qui auront sa grâce éternelle. Ils sont porteurs d une mission d ordre divin,en violation flagrante par ailleurs de l ordre républicain, pour protéger sa parole et instaurer son hégémonsime aux quatre coins de la terre.

Dans ce contexte, condamner les islamistes- qui ne font en réalité qu’appliquer les recommandations du Coran- pour actes de  troubles à l’ordre public, menaces de mort ou atteintes aux biens et aux personnes reviendrait à condamner Allah lui-même.

Il est somme toute logique qu’il le soit dans la mesure ou’ il en est le maître et le commanditaire. Mais aucun pouvoir judiciaire ou politique dans les pays musulmans ne sauraient commettre une tel sacrilège sans provoquer le courroux de sa majorité musulmane. Ce qui vaut effectivement aux islamistes de bénéficier d’une sorte de blanc seing pour leurs actions criminelles du fait de leur statut de combattants dans le sentier d’Allah.

Ils deviennent juridiquement intouchables comme les Mollahs en Iran ou les nahdhaouistes en Tunisie dont leur triste et nazillon gourou s’est affublé du titre de Habib Allah. Le chéri d Allah.

Au vu des idées liberticides et scélérates qu’ils diffusent au sein des populations musulmanes ainsi qu’au regard de leurs comportements transgressifs, agressifs et violents, les islamistes sont en conformité avec les lois divines ce qui leur fait croire qu’ils jouissent d’immunités civiles et pénales, car les lois humaines sont jugées imparfaites pour être respectées. Vous imaginez le jour où les codes juridiques d’essence humaine seront déclarés non-conformes aux lois de l’islam et que leur application constituerait une atteinte au sacré, nous aurons inéluctablement le règne de la barbarie, de l’arbitraire et de la justice expéditive comme en Arabie Saoudite, l’Iran, l’Afghanistan, la Somalie ou le Soudan, où l’on condamne à mort la liberté de conscience et l’on innocente les violeurs et les djihado-terroristes qui ont fauché des vies humaines au nom d’Allah Akbar, cette divinité jamais repue de sacrifices humains.

En conclusion , l’islamisme n’est pas seulement un ver venimeux dans le fruit humain voire un virus létal pour l’humanité, mais il est également une négation de l’Etat de droit et de l’Etat-nation. Un monde sans frontières soumis à la seule loi de l’islam. Il proclame la suprématie de la foi sur le droit.

Tunisie : Nida Tounes faire-valoir de l’organisation terroriste d’Ennahdha ?

Ennahdha a laissé gagner la partie à Nida Tounes pour mieux revenir et de ne plus jamais repartir

Plus de 100 militaires et policiers tunisiens tués par les soldats d’Allah depuis le simulacre électoral du 23 octobre 2011 qui vaut au petit Caton de Jendoubi d’être ministre aujourd’hui pour ses fidèles et loyaux services à Ghannouchi, il faut encore combien de morts, des milliers, des centaines de milliers pour que les tunisiens établissent enfin un lien de causalité entre l’islamisation à marche forcée de leur société initiée et orchestrée par Ennahdha plus que jamais maîtresse du pouvoir et toutes ces victimes de la déferlante islamo-terroriste.
Sont-ils capables pour une fois de se poser les bonnes questions pourquoi en dehors de l’épisode de l’attentat commis par Ben Ali contre les membres de l’état-major des armées, jamais dans toute l’histoire de la Tunisie au cours des 60 dernières années aucun membre des forces de l’ordre, ni de la garde nationale ni de l’armée n’a été la cible d’une agression terroriste ?
Pourquoi depuis que l’islam a fait son retour en force dans le pays, il ne passe plus un jour sans que ceux qui sont les gardiens de la sécurité du pays payent à chaque fois de leur propre vie ?
Quand il aura fini par écoeurer et démoraliser les troupes et faire sauter ainsi le dernier verrou sécuritaire du pays il aura toute la latitude par la suite de régler leurs comptes aux laïques et toutes les forces de progrès du pays à la grande joie d’Ennahdha qui n’a jamais été vaincue par les urnes contrairement à ce que croient les tunisiens hostiles à cette organisation terroriste.
En effet en confiant leur destin politique et sécuritaire à Nida Tounes, les tunisiens étaient convaincus d’avoir fini avec le cauchemar islamiste et épargner ainsi à leur pays les années de braise algériennes mais ne savaient pas que ce mouvement n’était en réalité qu’un faire-valoir, un attrape-nigauds, un pion avancé sur l’échiquier machiavélique par la vraie maîtresse du jeu politique du pays.
Ennahdha sait que le temps joue pour elle et que Nida Tounes est un château de sable qui finira par s’écrouler au moindre courant d’air et qu’il ne survivra pas à son fondateur. Sa défaite électorale n’a rien d’une défaite à proprement parler, c’est une défaite stratégique, de répit, c’est reculer pour mieux revenir et de ne plus jamais repartir. Elle se doit se préserver elle-même contre le chaos qui se fait de plus en plus menaçant. Consciente qu’elle n’est pas suffisamment prête pour endiguer les flots de la montée de la colère violente due à l’état de la paupérisation galopante du pays, elle a fait semblant de se retirer de la scène tout en exerçant à la fois un pouvoir de nuisance et endosser des habits légalistes tout en continuant à prospérer sur cette misère qui est son atout majeur dans les futures échéances électorales. Ennahdha veut absolument regagner par les urnes ce qu’elle aurait perdu par les urnes. Elle sait qu’elle a tout à gagner par la voie électorale que par la violence qui est la seule à lui conférer une légitimité qui puisse lui permettre de jeter les bases définitives d’un régime théocratique à l’iranienne. Pour l’instant elle e veut pas gâcher sa posture d’être seul recours, l’alternative demain la plus crédible à l’échec inévitable de Nida Tounes. .
Retorse, rusée, fourbe et prestidigitatrice, ayant plus d’un tour dans son sac, elle s’est servie de cette pseudo bataille des urnes comme un leurre pour appâter les tunisiens pour ne pas apparaître à leurs yeux comme étant la responsable de leur tragédie
Habile manoeuvrière, elle a fait semblant de laisser gagner la partie à l’adversaire en l’occurrence Nida Tounes pour sortir elle-même de ses innombrables faux-pas politiques.

La France n’a toujours pas compris que l’islam est encore pire que le nazisme

Amnésique, inconsciente et irresponsable la France ne semble toujours pas avoir tiré les leçons de ses multiples échecs passés : Munich 38, Khomeiny 79, l’Irak 91, ses multiples soutiens aux dictateurs africains et tout récemment son rôle de figurante dans l’opération de « l’Aube de l’odyssée » en Libye.

En apportant son aval aux pseudos rebelles syriens majoritairement issus de l’internationale djihado-terroriste financée par le Qatar, armée par la Turquie et endoctrinée par l’Arabie Saoudite, la France  est en train de rejouer en Syrie la partition sarkozienne en Libye. C’est plus qu’une erreur d’appréciation, c’est une faute politique lourde de conséquences plus graves encore que celles occasionnées par son intervention en Libye au bilan désastreux pour le peuple libyen et la sécurité de la région. L’effet boomerang est inévitable et elle finira par subir le contre-coup de cette politique suiviste et anti-souverainiste. A vouloir trop jouer la carte de l’islam wahhabite pour complaire à ses alliés américains, elle risque de se trouver balayée par la tempête terroriste qui tôt ou tard s’abattra sur elle.

La France ne doit pas capituler devant l’alliance tripartite wahhabo-américano-turque. Son soutien aux rebelles est un non-sens politique, ils sont à 95% des mercenaires de différentes nationalités, elle doit rester à l’écart de ce conflit fomenté par les wahhabites sous contrôle de leur protecteur américain.

En prenant ouvertement position en faveur des mercenaires djihado-terroristes qualifiés par les médias occidentaux à la cécité légendaire de rebelles syriens, elle réédite l’épisode de la honte nationale de Munich 1938. Un pays des droits de l’homme ne doit pas soutenir les pays tels que le Qatar et l’Arabie Saoudite à l’humanisme comparable à l’humanisme hitlérien. Son soutien aux wahhabites impériaux et messianiques est un mauvais message adressé aux forces des libertés démocratiques dans les pays arabes. Elle se drape ainsi dans les habits de l’ignominie et de complicité avérée avec le terrorisme wahhabite.
Aucun intérêt géo-stratégique ni géo-économique, voire sécuritaire de nature à justifier une telle compromission. Elle n’a rien à faire dans le bourbier syrien, à moins que ce soit la contrepartie de la libération des otages français entre les mains de cet autre groupe crapuleux terroriste l’AQMI à la solde du Qatar et la bienveillance obamienne. Un pays comme la France ne doit pas servir de faire valoir, de godillot et de pion sur l’échiquier de la wahabbisation du monde arabe.
Les américains et leurs affidés turcs veulent tailler un costume sur mesure pour leur clown qatarien, contre lequel il y a une nécessité urgente et absolue d’un dépôt de plainte auprès de la C.P.I. que la France devrait soit initier soit appuyer. Cet homme est un danger pour la paix internationale. Bailleur de fonds de la mouvance terroriste islamiste, premier investisseur au monde dans la bourse de valeur terroriste, commanditaire et organisateur des opérations du pourrissement du monde arabe jamais concepteur et architecte. Obsédé par son rêve de Calife, ne manquant pas l’occasion de rappeler au guignol tunisien de Carthage et la marionnette du Caire Morsi qu’ils doivent lui obéir au doigt et à l’œil. Hyper actif sur le front du chaos arabe, maître d’œuvres et d’ouvrages des attaques terroristes contre la Syrie, la Libye et partout dans le monde.
Ce croquemitaine doit payer pour ses crimes et non pas être couvé de regards complaisants et intéressés. Trop de cupidité tue la nation et son honneur. Il est de la dignité et de la grandeur de la France d’aider à la mise en cause du grand artisan du terrorisme international,
L’Emir d’opérette de ce caillou désertique du Qatar, pour atteintes à la sécurité internationale, complicité de crimes contre les peuples libyens, syriens et palestiniens, complot contre la Tunisie dont il est le vrai maître à l’instar de l’Egypte, financement des mouvements djihadistes, les chefs d’accusation ne manquent pas.
Cet homme est dangereux pour la paix dans le monde. N’a-t-il pas menacé l’Algérie de lui réserver le même sort que la Syrie. Son implication dans l’invasion du Nord du Mali est un secret de polichinelle. Cet homme est pire que la peste et le choléra réunis, il est un Hitler en devenir. Ses agissements périlleux pour l’humanité ne sont pas du folklore, ils portent en eux tous les germes du nazisme. Un homme qui a trahi son propre père n’aura aucun scrupule de liquider les peuples arabes au profit de ses mentors Yankees.
Il ne joue pas un double ou triple ou quadruple jeu, un seul jeu devenir vaille que vaille et coûte que coûte le nouveau Führer, calife, du monde arabe quitte à mettre le monde dit arabe à feu et à sang  et exterminer tous les chiites et les alaouites. Ces enfants de Satan comme les qualifie le pape philonazi Qaradhaoui, l’éminence grise de l’Emir du Qatar et figure d’épouvante des caniveaux de l’humanité de la chaîne de TV Al-Jazeera.
En devenant  le nouveau Calife ou plutôt un calife d’opérette, il aura tout le loisir de déporter  les palestiniens en Jordanie et dans le Sinaï. Ce n’est pas de la politique fiction, ni de l’utopie politique, c’est un scénario élaboré par l’Administration américaine et mis en scène à travers le vaudeville des révolutions du Printemps Arabe.
Quand à ses cousins wahhabites saoudiens, ils auront le pouvoir spirituel qui leur permettra d’imposer enfin le sectarisme wahhabite aux quatre coins du monde musulman et qui deviendra leur vraie religion et sonnera le glas de l’Islam.
Pour les pouvoirs politique, économique et militaire, il reviendra à la Turquie de les mettre en musique.
La France se trouve ainsi prise dans le piège du tourbillon wahhabite s’enlisant dans les sables mouvants du projet du Grand Israël et son corollaire  la restauration du 6e Califat.

Lettre ouverte à Mr Laurent Fabius : ils ne sont pas terroristes au Mali et des alliés en Syrie

Monsieur Fabius, on ne collabore pas avec les islamistes en Syrie quand on les combat au Mali: les mêmes vont d’un pays à l’autre

LAURENT FABIUS

29 mars 2013 | Classé dans: Mali,Présidence Hollande,Syrie,Terrorisme | Posté par: Salem Ben Ammar

inShare2

Monsieur Laurent Fabius vous n’avez pas le droit de piétiner la mémoire des soldats français tués au Mali par ces mêmes djihadistes-terroristes que vous voulez armer en Syrie.

Tout comme vous ne pouvez pas ignorer que les mêmes criminels, dont vous semblez épouser la cause en Syrie, détiennent 15 otages français et menacent de les exécuter.

Ceux que vous présentez comme rebelles syriens ne sont rien d’autre qu’une multinationale du crime à caractère religieux.

Monsieur Laurent Fabius, le djihad qu’il soit au Mali ou en Syrie, relève d’une seule et unique idéologie belliciste et nihiliste, portant en lui tous les ferments de crimes contre l’humanité.

Au lieu de mener une bataille diplomatique et juridique pour le faire déclarer comme tel, vous vous en faites l’avocat en Syrie en le rendant légitime, alors que vous le jugiez à juste raison illégitime au Mali.

Un traitement à géométrie variable est incohérent. Il laisse subsister un sérieux doute sur la capacité du gouvernement dont vous faites partie à juguler l’hydre djihadiste dans les cités de l’hexagone.

 

La_Syrie_est_en_guerre

Votre soutien actif aux terroristes rebelles de Syrie est un blanc seing accordé aux milliers de jeunes musulmans en France qui se rêvent en Mohamed Merah.

Ces jeunes musulmans porteurs de passeports français qui donnent en ce moment libre cours à leurs pulsions terroristes en Syrie, et ceux qui vont les suivre, vont-ils bénéficier de l’immunité, et la loi antiterroriste sera-t-elle rendue inopérante à leur égard ?

Votre implication dans l’affaire syrienne que rien ne saurait motiver est périlleuse pour les minorités religieuses et ethniques de ce pays.

Monsieur le Ministre, vous semblez oublier que la Syrie compte l’une des plus vieille communauté chrétienne au monde, représentant plus de 10% de la population. Vous inquiétez-vous de leur sort après Assad ?

Ces minorités semblent inexistantes de votre doctrine pro-rébellion. Certes, ils ne pèsent pas lourd sur l’échiquier géopolitique. Pourtant Bachar Assad apparaît comme le meilleur garant de leur sécurité.

Vous savez que l’Arabie Saoudite et le Qatar, artisans-majeurs de la pseudo révolution syrienne, sont les pires ennemis du judéo-christianisme.

Aucune Eglise, aucune synagogue, aucun temple protestant n’existent en Arabie Saoudite, terre qui était judéo-chrétienne avant l’avènement et l’expulsion par l’islam.

Vous ne pouvez pas ignorer que ces deux pays œuvrent pour la wahhabisation des pays arabes, autrement dit leur purification de toute présence chrétienne et juive. De tout cela vous semblez n’avoir cure, «sacrifiant le détail pour sauver l’essentiel».

Monsieur Fabius, ni la voix de la France ni l’armement des djihadistes-terroristes ne vont contribuer au règlement de la crise syrienne. Ils vont précipiter le pays dans un gouffre sans fin, nonobstant les dommages collatéraux sur Israël et le fragile équilibre géopolitique dans la région. Cela vous ne pouvez pas en faire abstraction non plus.

Que la France combatte le djihadisme au Mali, cela va de soi, mais elle ne peut s’y associer en Syrie. Le djihadisme est invariable, constant et logique avec lui-même. Il est le pire ennemi du genre humain depuis le nazisme. Votre approche de cette pandémie mortelle ne peut plus, face au danger qui se précise, fluctuer au gré des intérêts géostratégiques et géopolitiques de la France.

 

624_341_a2af8c4dcade677e5bf897a9103a3ab4-1343908687

Vous êtes-vous demandé si ces djihadistes ne retourneront pas les armes que vous leur fournissez, contre la France ? Vous l’avez constaté, c’est ce qui se passe au Mali avec les armes que vous avez livré en Libye…

Monsieur le Ministre, les islamistes baignent dans une idéologie nauséabonde, nourrie de racisme, d’antisémitisme, de pédophilie, de violence mortifère. Il ne se passe pas un jour depuis les attentats du 11 septembre 2001 sans qu’ils ne fassent la une des faits divers quelque part dans le monde.

Ils entrent dans les prisons françaises délinquants et ils en sortent djihadistes, terroristes, comme les frères Merah, Khaled Kalkal et tant d’autres.

Vous ne pourrez pas draper dans les habits de la modération des hommes qui n’ont jamais fait mystère de leur pathologie, de leur homophobie, de leur misogynie dogmatique, de leur négationnisme, de leur satanisme profanateur des tombes juives et chrétiennes.

Monsieur Laurent Fabius, ceux qui ont commis des exactions dans le nord du Mali ne sont en rien différents de ceux que vous voulez armer en Syrie. Certains même prennent des avions qataris et se déplacent entre les deux pays. Pile ils sont nos alliés, face nos ennemis. Ils sont ultra-violents, fanatiques, ethnocentriques, génocidaires. Ce sont les héritiers idéologiques du Mufti de Jérusalem. Liberticides, barbares, littéralement assoiffés de sang humain.

Autant s’allier avec le diable en personne que de s’allier avec des êtres dépourvus de toute raison humaine.

Votre humanisme culturel est un sacrilège à leurs yeux. Il est incompatible avec l’islam. Ne leur tendez pas le couteau pour nous égorger.

Monsieur le Ministre, vous devriez plus écouter vos sources qui vous conseillent de protéger l’équilibre ethnique et religieux de la Syrie.

Vous ne pourrez pas aliéner le destin des chrétiens et des autres groupes ethniques au nom d’un pseudo combat contre le despotisme de Bachar Assad.

Ceux que votre diplomatie appuie ailleurs inconditionnellement ne sont pas non plus des modèles de vertu démocratique, et ils ne respectent pas plus la vie humaine. Tout ceci n’est pas sans rappeler le pacifisme d’une certaine gauche française qui fut la chance des nazis, les Drieu la Rochelle, René Bousquet, Bertrand de Jouvenel, Philippe Hersant, Jacques Doriot, Marcel Déat et bien d’autres figures de la gauche pacifiste et humaniste.

Ils ont péché par manque de courage politique. Ils avaient enrobé de pacifisme leur peur d’affronter le combat contre le nazisme. Et vous Monsieur le Ministre ? En livrant des armes à l’islam guerrier, aux ennemis de la France, ils ne manqueront pas de les retourner contre nous.

La France n’a rien à faire en Syrie, à moins qu’elle soit aux ordres du Qatar et de l’Arabie Saoudite, (lesquels sont d’ailleurs hostiles à l’intervention française au Mali).

Ces rebelles, escadrons de la mort et progéniture d’al Qaida, issus d’une soixantaine de pays, vont chercher à imposer la loi nazie de la charia en Syrie en attendant de l’exporter en Europe. La pieuvre djihadiste est tentaculaire. En faisant son lit en Syrie vous lui faites en même temps le lit en France.

Il faut cesser cette mascarade indigne et honteuse pour la diplomatie française.

Après l’épisode de votre prédécesseur Alain Juppé et ses relations idylliques avec l’islamisme dont il s’est fait le promoteur zélé en voulant vendre à l’opinion publique « l’islamisme modéré », vous semblez être en train de tomber dans le piège du « djihadisme modéré ».

Ce n’est pas un progressiste, Monsieur le Ministre, qui a été choisi comme premier ministre du gouvernement fantoche de la Syrie Libre. Il appartient aux Frères musulmans. Regardez ce qui se passe en Egypte : leurs intentions sont claires et sans ambiguité.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour www.Dreuz.info

Share and Enjoy

 

Syria