Ils n’ont pas que la haine du Juif !

 · Résultat de recherche d'images pour "photos des musulmans qui crient leur haine de la France"

Peu importe la qualification sémantique de leurs actes intolérables et criminels antijuifs perpétrés en France, les nouveaux français , comme certains les appellent, n’ont aucune représentation du concept antisémite.

Ils détestent à mort les Juifs , les Chrétiens, et tous les incroyants en leur prophète et ses abjurateurs.  Ils sont pour eux des traîtres de la pire espèce, des vendus à l’Occident mécréant auquel ils vouent une haine indicible.

Ils ne s’aiment pas non plus eux-mêmes ni entre eux. Ils affichent une unité de façade mais divisés et minés par des luttes claniques, tribales et nationales.

Imprégnés de la culture de la haine et de l’intolérance depuis leur conception, ils ne voient le monde qu’à travers leur prisme socio-religieux et culturel et n’existent que dans la néantisation de l’autre en tant qu’entité humaine.

Ils sont le bien et les autres sont le mal qui est en réalité leur propre mal qui réfléchit sur le miroir d’autrui. Ils croient l’exorciser en détruisant ce miroir tant honni.

Ils n’ont de respect et encore que pour la loi de leur religion, et ne sentent pas tenus par les lois de la République pour incompatibilité avec la leur. s’aiment pas eux-mêmes.

Elevés dans le rejet de leur véritable identité et dénigrement de leurs propres racines. Ils se veulent plus arabes que les Arabes eux-mêmes.

Conditionnés et endoctrinés par une éducation ultra-nombriliste , ils n’ont pas conscience de ce qu’ils sont réellement et le comportement et les conduites à adopter pour vivre en conformité avec les lois de leurs pays d’accueil. Ils font de leur transgression et leur piétinement leur emblème politique, et leur moyen d’exister.

Ils se veulent le monde et le rédempteur de l’humanité, élus par leur divin pour le façonner selon son modèle.

Plutôt que de se faire violence pour aller de l’avant et y apporter leur contribution à cette société qui leur a tant donné, ils retournent contre elle la violence qui les ronge intérieurement et en font le bouc-émissaire de leurs échecs.

Se réjouissent de ses malheurs à chaque fois qu’un des leurs la plonge dans l’horreur. Ils vivent dans le refus de l’altérité car le vivre avec l’autre c’est lui nier le droit d’être différent d’eux et qui n’a son salut que de leur ressembller.

On dit qu’ils sont antisémites alors qu’ils sont surtout des ennemis dogmatiques du genre humain.

Sommes-nous en train d’assister à un « judéocide » ?

Je suis le premier à dénoncer et combattre la haine d’où qu’elle vienne et quel que soit son visage. Mais allez expliquer à un jeune nord-africain des cités qu’il est antisémite, il ne va rien y comprendre car dans sa tête il ne peut pas détester ses propres racines sémites ou supposées telles alors que paradoxalement il vit dans le déni de sa véritable identité amazigh et l’ignorance de son histoire. En se proclamant sémite il marque sa filiation ethnique avec Mahomet.

En revanche, si on lui dit clairement qu’il n’est pas en droit de haïr les Juifs parce qu’ils sont Juifs, je pense qu’il comprendra mieux le sens du message, mais là aussi on s’expose à un écueil de taille celui de la haine dogmatique du Juif prônée par le Coran même s’il n’y a pas que le Juif qui est son seul objet d’exécration.

Que le concept de l’antisémitisme né au XIX e siècle en Allemagne concerne à l »origine les seuls Juifs européens cela n’est pas sujet à discussion  mais le message est difficile à faire passer auprès d’un public qui s’imagine qu’il est lui-même sémite et qu’il serait même autant sémite que les Juifs eux-mêmes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antis%C3%A9mitisme

https://plutgen.wordpress.com/2007/09/30/qui-est-semite/

Nous sommes en présence d’un antisémitisme d’un nouveau genre, pervers et pernicieux, où les antisémites venus de surcroît d’ailleurs et qui n’incarnent aucunement une quelconque résurgence du vieil antisémitisme français, seraient des sémites authentiques.

On ne peut donc de leur point de vue les accuser de nourrir des inimitiés envers ce qu’ils sont eux-mêmes.

Il serait ainsi plus approprié de  qualifier leurs attitudes, comportements, hostilités et crimes ayant pour cible des Juifs autrement que d’antisémites pour les distinguer de l’antisémitisme européen.  Il n’est pas mû et nourris par des préjugés « racialistes » voire même « ethnicistes »,  il puise ses sources dans le dogme musulman lui-même qui légitime et encourage les représailles et les châtiments des Juifs en tant que transgresseurs de la loi de dieu.

Forts d’une sorte d’impunité théologique, les auteurs des meurtres des Juifs n’ont aucun sentiment de culpabilité, ils sont en cohérence avec les commandements d’Allah et ne font que lui rendre justice jusqu’à l’extermination du dernier Juif.

http://lessakele.over-blog.fr/article-al-qaradawi-guide-de-l-uoif-qui-prone-l-extermination-des-juifs-refuse-d-en-cotoyer-117310676.html

Ni antisémitisme, ni antijudaïsme, ce serait plutôt « judéocide », initié par Mahomet et qui continue à planer sur les Juifs mais pas seulement.

La vraie vérité n’est-elle pas justement dans la relativisation de sa propre vérité ?

Chaque croyant est convaincu que sa croyance est vérité, plus vérité que nulle autre, et à titre, on transige pas avec. C’est sa vérité de la vérité.

Mais qu’est-elle au juste cette vérité dont il croit qu’il est le seul à la détenir et à l’affirmer ? Est-elle le fruit de sa recherche personnelle ou la lui a-t-on insufflée dans le biberon ?

Même s’il s’agit d’une vérité produit de son environnement culturel et éducatif, pour lui  cette vérité qui est la sienne est irréfutable et parfaite.  Il l’aurait consolidée et renforcée par ses propres moyens.

Une question que le croyant ne se pose jamais si j’étais né dans un autre milieu quel serait mon rapport à cette vérité qui est mienne, comment l’aurais-je perçue et l’aurais-je critiquée et surtout dénigrée et méprisée comme je le fais avec les autres vérités ?

La vraie vérité est de savoir prendre le recul par rapport à ce qu’on croit et relativiser ainsi ses certitudes dans croyance.

La vraie réforme de l’islam sera le jour où les musulmans auront cessé d’en faire leur loi

Peut-on avoir du respecter pour des gens qui voient en nous des pestiférés et des ennemis à abattre parce que nous sommes dans le refus de leur dogme ?

Quelle empathie peut-on avoir à leur égard alors qu’ils n’éprouvent aucune compassion aux victimes des attentats terroristes perpétrés par les leurs qui suivent à la lettre les préceptes coraniques et la sunna mahométane ?

Comme si croire ce en quoi ils croient c’était une chance pour nous et quand bien c’est le cas libre à nous de ne pas le faire.

Si le salut des hommes était dans leur soumission ils ne seraient pas eux-mêmes les derniers de la classe humaine.

S’ils en sont là aujourd’hui c’est à cause des freins religieux qui mutilent leurs énergies créatrices et paralysent leurs actions.

Ils sont comme un toxicomane qui vante les bienfaits de sa drogue, inconscients de ses effets néfastes sur son propre état.

Ils sont tellement sous l’emprise de l’islam à force de le consommer à forte dose du lever au coucher voire pendant leur sommeil depuis leur stade fœtal jusqu’à la tombe qu’ils ont perdu tout contrôle de leur pensée et n’ont plus de volonté propre. Allah est à la manœuvre de leur vie et eux agissent comme des O.S. au temps des roulements à billes répétant inlassablement les mêmes gestes.

Programmés mentalement et conditionnés idéologiquement à se défausser sur leur Allah pour tous leurs actes de leur vie quotidienne.  Aucun recul intellectuel pour évaluer les conséquences de leurs actes. Dépourvus de tout sens critique et fermés à la voix de la raison.

Un musulman qui raisonne et réfléchit sur le vrai sens de l’islam cesse d’être musulman.

Totalement déconnectés de leur propre vie, ils ne peuvent imaginer le monde autrement que par et pour l’islam. Devenu pour eux un véritable organe vital, en le perdant ils perdent l’espoir de toucher leur Graal paradisiaque qui est la pire des choses qui puisse leur arriver.

Pris dans le tourbillon de la peur de l’enfer qu’ils font de leur vie un enfer sur terre.

Ils se plaignent de l’hostilité grandissante à l’égard de leur religion qui est plutôt de la famille du bolchevisme et du nazisme, mais à supposer qu’elle le soit pourquoi se montre-t-elle si agressive, arrogante, exhibitionniste, violente, terrifiante, envahissante, expansionniste et dont les membres s’illustrent par les transgressions des lois de leurs pays d’accueil ?

On juge un arbre à ses fruits. Or, l’arbre musulman est bien loin de donner des fruits propres à la consommation humaine. Comme si on avait planté un arbre fruitier sur un site contaminé.

Le mot islam est devenu aujourd’hui une source de peur irrationnelle à cause des images cauchemardesques et angoissantes qu’il envoie de lui au quotidien. Son nom est évocateur de crimes terroristes. Que les musulmans apprennent à regarder la réalité en face et cessent de crier au complot contre l’islam, le seul complot est celui orchestré par l’islam depuis son avènement. Des rivières de sang et des centaines de millions de vies humaines fauchées sur son chemin. Ne laissant aucune trace de vie à chacun de ses passages. Pire que le Napalm.

L’islam ne dominera pas le monde, il sera son fossoyeur si rien est fait pour l’arrêter dans ses avancées dévastatrices.

Il n’a pas plus de vertus morales que les sectes sataniques et n’est certainement un rempart contre la dépravation et la luxure et un antidote aux maux de l’humanité.

Est-ce la faute aux détracteurs de l’islam ou la leur si l’islam a le visage de la barbarie humaine ?

Que font les musulmans pour l’humaniser et le pacifier ? Rien! En revanche, ils préfèrent nous saouler avec leur sempiternel refrain ce n’est pas ça l’islam sans jamais nous donner la vraie définition du mot islam qui est à la paix ce que le nazisme est à l’humanisme ?

L’islam est certainement bien pire justement qu’ils ne puissent l’imaginer eux-mêmes. On ne peut modifier son ADN.

Ce n’est pas de l’islamophobie qui est une pathologie psychique qui ne relève guère du code pénal que de dénoncer le caractère mortifère de leur dogme qui porte en lui tous les germes destructeurs de la vie sur terre.

Quel vivre ensemble peut-on envisager avec les partisans d’une idéologie suprémaciste, hégémonique et intolérante ?

Comment œuvrer pour le bien commun de l’humanité avec des gens qui se prennent pour son nombril et son essence et pour qui il n’y a de vérité que dans l’islam et toute autre vérité en dehors de la sienne doit être vérité en dehors de lz sienne doit être combattue à mort ?

Ils se disent à l’origine de tout sans avoir jamais rien apporté de concret et de positif au reste du monde dont ils sont les premiers à bénéficier de ses bienfaits comme s’ils percevaient des royalties pour leurs brevets ?

Ils n’ont qu’un but faire tomber le monde dans l’escarcelle de l’islam pour lui imposer la loi scélérate et criminelle de la Charia.

Leur curseur mental est bloqué en l’an 622 ils ne rêvent que d’une chose y retourner en empruntant la route humaine à contre-sens et qu’importe les dégâts provoqués.

Le bien est d’être musulman comme eux le mal est de ne pas leur ressembler. ne une divinité et un prophète autoproclamé qui étouffent dans leur vomi de leur trop plein de haine des non-musulmans.

En quoi est-ce un délit que dénoncer leur destation maladive et dogmatique de leurs semblables humains pour le

Je ne suis pas un benêt ni atteint de je ne sais quel syndrome pour éprouver une quelconque sympathie à leur égard.

Je ne combats pas la haine avec la haine, ce serait nourrir leur fonds de commerce de victimisation pathétique. Où la victime devient le bourreau.
Il est de mon devoir de faire tomber le masque de l’ange dont ils affublent leur culte .

Si ces gens avaient la culture de l’amour ils ne se tueraient pas d’abord entre eux et encore moins faire de la mort du non-musulman un idéal pour gagner leur funeste bordel dans l’au-delà.

Un dieu qui veut mettre les hommes à ses bottes n’est pas un dieu, c’est un tyran

Pourquoi suis-je traité de tous les noms et promu aux pires châtiments pour le simple fait que je ne crois pas en ce dieu exclusif, jaloux, possessif, intolérant, haineux, diabolique, tyrannique et totalitaire ?

 

En quoi l’ai-je offensé et atteint dans son intégrité morale, psychique et physique ?
Que je sois incroyant en quoi est-ce son problème et trahi un quelconque pacte avec lui ?

Je ne suis pas un infidèle alors que je n’ai jamais non plus exprimé le moindre voeu de fidélité à son égard. Par définition, un infidèle est celui qui viole ses engagements.

Que j’emprunte un autre chemin que le sien, c’est mon choix que cela lui en déplaise, et il doit, s’il est vraiment, ce qu’il prétend être juste et impartial, ce qui reste à prouver, le respecter comme je respecte le choix de ses ouailles. 

J’en ai que faire de ses supposés choix pour ma personne car il me connaîtrait mieux que je ne me connais moi-même. S’il se connaissait lui-même, il devrait savoir que les vrais choix sont ceux que l’on fait en toute connaissance de cause, réfléchis, pensés et raisonnés et le fruit de nos expériences passées.

Un dieu n’a pas pour rôle à se substituer à ses prétendues créatures pour agir à leur place.

Il n’y a pas de croyants et d’incroyants, chacun est libre de ses convictions tant qu’elle ne porte pas préjudice à la liberté de conscience d’autrui.

Un dieu qui jette l’opprobre et appelle à la mort de ceux qui ne croient pas en lui ne peut qu’être une vulgaire créature humaine qui traduit les ressentiments de ses chefs-marionnettistes.

Dis-moi quel est ton dieu et je te dirai qui tu es.

Plus les humains versent dans le fanatisme plus ils dotent leurs dieux d’attributs aux accents belliqueux et effrayants.

L’islam n’est pas antisémite, il est juste judéophobe !

Les imams de France ont raison ont raison de s’indigner comme une voilée qui cache son impudeur sous le voile, l’islam n’est pas antisémite, car il est lui-même d’origine sémite mais en revanche sa haine farouche envers les Juifs est parfaitement textualisée et inoculée dans le coeur des musulmans dès le berceau.

Pour lui un bon Juif est un Juif mort. N’est-il pas l’objet d’une « malédiction  divine » et de qualificatifs les plus ignominieux et traité de porc et de singe  dans le Coran dont il faut s’éloigner comme s’il était le « Mal » personnifié ?  Ce « Mal » que les musulmans doivent combattre et éradiquer de la surface de la terre.

« « Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens. Ils sont alliés entre eux et, si vous les prenez pour alliés, vous deviendrez un des leurs » (5, 51). traité de porcs et de singes  quiet l’ennemi à exterminer  pour Mahomet ?

 » Dis : ‹Puis-je vous informer de ce qu’il y a de pire, en fait de rétribution auprès d’Allah ? Celui qu’Allah a maudit (le Juif), celui qui a encouru Sa colère, et ceux dont Il a fait des singes, des porcs (les juifs), et de même, celui qui a adoré le Taghut, ceux-là ont la pire des places et sont les plus égarés du chemin droit›. » (60, 5)

A moins que ces imams  n’aient jamais lu le Coran ou que la banalisation de la haine du Juif est telle chez eux qu’ils en ont perdu conscience, devenue une seconde nature chez eux. Autant croire aux vertus thérapeutiques de l’urine du chameau que de chercher à leur ouvrir les yeux sur les rapports de l’islam aux Juifs et calmer ainsi leur colère apparente.

Et plutôt que d’adopter un profil bas et de reconnaître que la haine du Juif est consubstantielle à l’islam et que le Juifs sont stigmatisés et discriminés et ce sont justement les versets coraniques et la sunna mahométane qui fondent et légitiment les actes criminels à l’encontre des Juifs, ils hululent comme des rapaces nocturnes au blasphème parce que les signataires du manifeste ont mis à jour le publiquement la nature judéophobe de l’islam.

« Cela fait allusion aux Juifs dont l’histoire montre qu’ils ont fait l’objet, encore et encore, de la colère et du courroux d’Allah. Quand ils ont profané la loi du sabbat, les visages de beaucoup d’entre eux ont été déformés, et ensuite leur dégénérescence a atteint un seuil si bas qu’ils se sont mis à adorer Satan tout à fait ouvertement. Le but de dire tout cela est d’attirer l’attention sur leur audace criminelle alors qu’ils avaient sombré au niveau le plus bas du mal, de la transgression et de la décadence morale. Ils se sont opposés vigoureusement à tous ceux qui, grâce à leur foi, vivaient véritablement une vie pieuse et juste » (5, 60).

A supposer qu’ils aient transgressé la loi du shabat, cela ne mérite pas la négation aux juifs de leur humanité et un châtiment digne du traitement que les nazis leur ont réservé en 1939-45.

Il serait même l’inspirateur de la solution finale de la question juive.

https://ripostelaique.com/la-paternite-de-la-solution-finale-de-la-question-juive-revient-a-lislam-plus-quau-nazisme.html

Peut-être que ces imams qui affichent le masque de l’indignation ne connaissent rien au destin tragique des Juifs dès les premiers jours de l’islam et l’hostilité maladive de leur modèle à leur égard ?

Selon Abou Hourayra, le Messager d’Allah a dit: L’heure ne se lèvera pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs, au point que le Juif se cachera derrière les rochers et les arbres. Les rochers et les arbres diront alors: « O Musulman! Voici derrière moi un Juif, viens le tuer ». Sauf un arbre épineux de Jérusalem nommé « gharqad ». C’est en effet un arbre appartenant aux Juifs ». (unanimement reconnu authentique).

https://www.ayaatdujour.com/hadiths/00061.html

Il y a des peuples qui fécondent l’histoire et d’autres qui l’écrivent en la détruisant

Il n’existe pas de peuple meilleur qu’un autre ou élu maître de l’humanité selon sa croyance.  On l’évalue selon le bien-être humain procuré aux siens et à ses apports au bien commun de l’humanité et jamais selon des présupposés qui nourrissent les complexes de supériorité et les stéréotypes.

Il y a des peuples qui ont brisé les chaînes de leur assujettissement mental et prennent leur destin humain en main font de la raison leur matrice nourricière et d’autres qui se résignent et se cachent derrière le paravent de la religion. Incapables de s’assumer, ils s’en remettent à leur divin pour fuir leurs responsabilités et se plaisent à faire leur état d’aliénation mentale leur étendard tels des femmes voilées faisant croire que leur voile est un symbole de la dignité de la femme.

Quand on est porté par le vent de la liberté et on est comme un oiseau qui déploie ses ailes pour atteindre les cimes de l’arbre, en l’occurrence celui du savoir que sans lui il n’y a ni sciences ni connaissances.

Quand on vit sous la dictature des idéologies religieuses ou politiques et l’on ne doit ni penser ni réfléchir par soi, vivant dans la peur réelle ou irréelle de transgresser les lois  qui font office de barreaux de sa prison, l’horizon se rétrécit pour finir par disparaître laissant la place au désespoir devenu le seul compagnon d’infortune. Le danger est que souvent l’infortune est exaltée comme si elle était une chance pour ceux qui en font leur pain quotidien rendant ainsi impossible toute velléité de révolte pour un monde meilleur.

Ramolli et engourdi mentalement et complètement tétanisé par ses certitudes et ses angoisses dans le cas du croyant  qui parasitent et sclérosent ses capacités intellectuelles, dépourvu d’esprit d’analyse et de sens critique, sans aucune perspective que la mort venant le libérer du fardeau de l’existence. Il n’est pas acteur de sa vie, il est un pantin entre les mains des dépositaires du pouvoir de dieu sur les hommes.

Souffrant d’un état de paralysie mentale irréversible que pour s’en sortir il n’a de point de salut que dans la négationp de son être qu’il en fait une arme de destruction d’autrui.

Tunisie : aucun espoir de résurrection

Pauvre Tunisie, tu es tombée trop bas pour pouvoir espérer te relever un jour, car tu es trop apathique et indolente à cause d’un virus  soporifique qui t’a été inoculé par tes occupants arabo-musulmans qui a annihilé tes capacités de résilience et qui t’a rendue amnésique par rapport à ta véritable identité historique.
On ne peut pas redevenir ce qu’on a toujours été si on ne sait pas qui on est et d’où l’on vient. Tu es le déni de tes propres racines et toute fière de  revendiquer l’identité de tes maîtres, la cause de tous tes tourments et malheurs.
Tu te regardes dans un miroir qui n’est pas le tien et le pire de tout est que ce miroir est une pierre tombale, mais atteinte d’une double cécité mentale et oculaire tu ne peux pas t’en apercevoir et sur laquelle est gravée l’inscription suivante : ci-gît, un pays d’hommes dignes et vaillants réduits en cendres par des nuées de sauterelles venues du désert d’Arabie.
Personnellement, je ne crois pas en ta résurrection miraculeuse. Tu es morte depuis le jour où ta fille Dihya était tuée par les musulmans les armes à la main. Tu n’es plus qu’un spectre de ton histoire. Tu as vécu.
A un certain moment on y cru tous en ta renaissance, c’était le jour où le tyranneau Ben Ali était exfiltré en Arabie maudite,  que tu allais enfin émerger d’outre-tombe, mais contre toute attente et au grand dam de ton dernier cercle d’enfants légitimes, tu as confié  malgré toi à des homos arabicus wahhabitus, des véritables croque-morts, ton  nouveau destin. On ne remet pas son sort entre les mains d’un peuple  qui confond les urnes de la démocratie à des guichets de train pour le paradis.
Un peuple inculte, ignare, bigot, fanatique, irresponsable, acculturé, abêti, intoxiqué par les gaz toxiques des versets tchernobyliens, ne peut choisir que des femmes et  des hommes à son image.
Un musulman ne peut voter que pour un musulman comme lui. Un vaurien ne peut faire confiance qu’à son semblable. Un incapable s’en remet à un incapable. On ne fait pas non plus des destructeurs des bâtisseurs  non plus. Mais ton peuple de moutons d’Allah en a décidé autrement et a  éteint sur toi la lueur de lumière que tu as laissé entrevoir.
Pas de chance pour toi, il n’existe guère de thérapie miraculeuse pour te redonner vie. Ce n’est certainement pas avec cette nouvelle perfusion à base d’urines de chameaux que l’on t’a prescrite que tu vas  pouvoir t’en sortir. Elle est une nouvelle dose de poison mortel que l’on t’injecte pour te maintenir dans cette mort artificielle.
Ils ne te lâcheront pas jusqu’à la nuit du temps. Il n’y aura personne qui viendra à ton secours pour t’arracher de leurs griffes mortelles et c’est ça ta vraie tragédie.
Abandonnée par tes enfants entre les mains des charognards.

Le dieu de l’islam est à l’image de son créateur, atteint du syndrome d’hubris

« Aujourd’hui, J’ai rendu votre Religion parfaite; J’ai parachevé ma grâce sur vous; J’agrée l’islam comme étant votre votre Religion. » (S.3 ; V.5.). Plus présomptueux,  prétentieux, arrogant, mégalomaniaque, autophile et suffisant que celui qui s’exprime à travers ce divin qui n’est pas plus divin que Mahomet n’est prophète tu meurs.

L’auteur de cette citation, il crée et juge ce qu’il crée. Juge et partie. Le moi qui juge et le moi jugé. Sujet et objet.  Un élève qui note lui-même sa copie, qui forcément va se surnoter. Surestimer sa valeur pour être le meilleur.  Quelle valeur objective à cette note qui est suspecte de partialité dans la mesure où elle n’a pas été le résultat d’un jugement neu

Le dieu de Mahomet est-il conscient qu’en décrétant que sa religion est la perfection même et qu’elle est taillée sur mesure pour les siens qu’il commet un péché capital, l’orgueil ?

Ce dieu ne peut pas être un dieu dans le sens si l’on considère que dieu symbolise l’objectivité,  la relativité, l’humilité et de la sagesse

Nul n’a à se faire juge de son oeuvre.

Se faire juge de son oeuvre en exagérant ses qualités ne peut être que symptomatique d’une fascination de soi inconsidérée et démesurée et d’un égotisme pathogène. Le sujet se surestime pour flatter l’hypertrophie de son go. Il se nourrit d’illusions de sa toute-puissance, invincible, narcissique, obsédé par sa propre image, méprisant pour tout ce qui est extérieur à sa bulle, regarde le monde à travers son nombril. Il est lui-même le monde, le monde qui doit être à ses pieds, soumis à sa volonté. Il ne se voit que lui et tout ce qui n’est pas son fruit est à jeter aux orties.

Le dieu de l’islam ne cherche pas à s’élever au rang de dieu puisqu’il l’est lui-même mais il est au-dessus de tous les autres dieux. Il se glorifie et se loue pour  pouvoir séduire les benêts et leur faire croire qu’ils font désormais partie des élus de l’humanité pour avoir cru en lui.

Si son oeuvre était aussi parfaite qu’il ne le prétend il n’aurait pas eu besoin de le crier sur les toits et aurait laissé le soin aux autres de juger de son efficience et surtout il n’aurait pas décrété : « C’est le Livre au sujet duquel il n’y a aucun doute, c’est un guide pour les pieux. » (S.2; V.2). En toute évidence, c’est qu’il doute lui-même de son oeuvre. Si tel n’était pas le cas il aurait laissé la voie ouverte au doute sur la qualité de son oeuvre.

Marine Le Pen a raison de dire qu’un étranger délinquant n’a plus sa place en France

Je suis absolument d’accord avec Marine le Pen quand elle dit que tout étranger coupable d’un délit sur le sol français de quelque nature que ce soit et quelque soit le degré de gravité et ses conséquences judiciaires doit être irrémédiablement expulsé chez lui sans aucune autre forme de procès.

C’est une obligation essentielle à laquelle doivent être tenus les étrangers vivant en France. Ils doivent savoir que les droits des étrangers ne sont pas des droits inaliénables et sont soumis à des contingences qui peuvent les remettre en question en cas de manquement aux lois de leur pays d’accueil.

Quand vous avez un hôte chez vous et se comporte mal en violant les règles d’hospitalité, vous êtes en droit de le mettre à la porte de chez vous, pourquoi ne pas appliquer le même principe avec tout étranger qui commet des infractions pénales ?

De même que tout binational devenu français par naissance, ou par mariage, ou par naturalisation ou réintégration, doit être soumis à une période probatoire de 10 ans à dater de la date d’obtention de la nationalité française, sauf dans le cas de ceux qui le sont devenus par naissance dont la période probatoire doit être ramenée à 5 ans à partir de la majorité. Période au cours de laquelle toute infraction pénale est susceptible de remettre en cause sa nationalité. Etre Français ne consiste pas à retourner les armes contre la France comme à Toulouse-Montauban, le Bataclan, Trèbes-Carcassonne ni non plus appeler à la mort des Français voire piétiner ses codes.

Le laxisme est le meilleur allié des terroristes qui sont les premiers à se réjouir des procès en sorcellerie contre ceux qui luttent au péril de leur vie contre la prolifération inquiétante de l’engeance islamique dans leur patrie. Ils ne sont ni racistes, ni xénophobes, ils sont cette France qui souffre en eux et qui n’en peut plus de se voir livrée comme un mouton le jour du grand sacrifice pour apaiser la colère du divin musulman.

Tout est dans le Coran, aucune excuse à chercher aux crimes contre l’humanité au nom de l’islam

Il ne passe plus un jour depuis les attentats du 11 septembre 2001 sans que je ne pense aux victimes de la barbarie musulmane et pas islamiste ; il faut en finir avec l’hypocrisie sémantique et accoler le bon qualificatif à cette métastase.

Comment ne pas y penser quand cette métastase musulmane continue elle-même à frapper l’humanité tous les jours dans sa chair et la plonge dans les horreurs indicibles ?

Elle ne cesse de déployer les ailes de la mort sur elle, progressant au même rythme que le port du voile de ses femmes en Occident, de plus en plus visible et de plus en plus arrogant et agressif.

Au lendemain de chaque tuerie de masse, là où on s’attend à ce que ses soldates fassent preuve de discrétion et laissent tomber leur voile provisoirement, ce porte-étendard de l’islam triomphant, on assiste au phénomène inverse, leur nombre s’accroît comme si  ces attentats étaient des points victorieux marqués par l’islam sur les « mécréants » et que l’on affichait encore plus le voile pour se réjouir des malheurs de ces humains qu’Allah ordonne de massacrer.

L’humanité tout entière est en proie à ce fléau létal de la pire espèce. Une véritable pandémie mondiale contre laquelle on il n’existe aucune politique de prévention et encore moins un vaccin pour s’en immuniser. Ses victimes se comptent par centaines de millions depuis son apparition.

Et le plus grave est que l’Occident atteint de cécité intellectuelle et quelque peu masochiste, qui lui-même qui était longtemps épargné par ses effets dévastateurs sur l’humain et le monde du vivant, s’est conduit de la manière la plus inconsciente et irresponsable voire suicidaire en important carrément ce virus parasitaire chez lui. Autant avoir laissé proliférer en son sein l’amanite phalloïde, un champignon vénéneux connu sous le nom de calice de la mort, qui n’est pas néfaste tant que l’on ne le consomme pas, à la différence du virus musulman qui est hyper contagieux et dont les sujets porteurs présentent la particularité d’entraîner les sujets sains dans leur mort.

Une véritable gangrène contaminant tout ce qui s’y frotte. Logé désormais dans le corps social européen et même dans son organisme, impossible à juguler et éradiquer.

Pervers et pernicieux, imprévisible, aucun pronostic vital n’est connu à l’avance, il emporte ses victimes toujours par effets de surprise, prenant tout le monde de court pour mieux le pétrifier dans le désarroi.

Ses propagateurs ne sont pas plus malades qu’on ne le croit. Il est faux de dire qu’ils sont les plus gravement atteints parmi ses sujets. Ils sont paradoxalement ceux qui en sont le meilleur produit et qui incarnent le mieux son caractère neuro-doctrinaire.  Façonnés et moulés dans la mixture radioactive des versets coraniques, ils sont ses créatures les mieux abouties.

La métastase terroriste  est par conséquent dans les textes coraniques et la sunna mahométane, nulle part ailleurs et en aucun cas le produit des sociétés d’accueil, sinon elle ne serait pas en train de nécroser son milieu naturel.

En l’occultant on la banalise et en la banalisant on la laisser prospérer jusqu’à ce qu’elle finisse par devenir une véritable pandémie létale.

Ces monstres d’inhumanité ne se sont  pas imprégnés de la lecture de l’Iliade et de l’Odyssée, ils ont lu le Coran qui a le don de faire d’un voyou des cités un terroriste honoré et glorifié par les siens et auquel le bordel d’Allah est promis.

Sourate 2 : Al-BAQARAH (La vache)
154. Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d’Allah qu’ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients.

Sourate 3 : AL-IMRAN (La famille d’Imran).
169. Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus.

Tout est dans le texte, et toute tentative de dénégation n’est que mensonge et mauvaise foi.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Le monde doit s’inquiéter du péril musulman plutôt que des donneurs d’alerte

Qui sème la mort et brise des destins ?

Qui met le monde  à feu et à sang afin qu’il finisse par se soumettre à lui  ?

Qui tue et massacre au nom de son divin ?

Qui menace la paix et la sécurité dans le monde et mine les fondements de la pérennité humaine ?

Qui veut imposer son modèle de société à la terre tout entière et confond foi et loi ?

Qui déverse son torrent de  boue radioactive sur l’humanité  sans discontinuer depuis 1439 ans ?

Qui se voit régner en maître absolu sur le monde  après l’avoir réduit en cendres  ?

Qui partout où il prend souche, c’est le désert de l’Atacama et un cimetière pour morts-vivants ?

Qui est responsable des centaines de millions de morts et de l’état de misère noire dans toutes ses formes de plus d’un milliard d’êtres humains ?

Qui promet des gratifications aux hommes qui construisent des mosquées plutôt que des écoles et des hôpitaux ou contribuer au bien commun de l’humanité ?

Qui se prend pour l’alpha et l’oméga de l’humanité ?

Qui a fait de la violence haineuse un dogme religieux et de la discrimination religieuse et sexuelle une norme sociale ?

Qui appelle à exterminer le Juif et le Chrétien  ?

Qui lapide les femmes adultères ?

Qui légalise l’esclavage sexuel et la pédophilie ?

Qui prend pour modèle un homme qui aurait pu être le chef de file et le gourou d’Hitler, Pol Pot, Staline, Dutroux,  Caligula, Néron, Vlad l’empaleur également surnommé comte Dracule,, Gengis Khan, Léoplod II,  Attila, Ben Laden, Amine Dada,  Tamerlan,  et de toutes les figures les plus abominables et répugnantes de l’histoire universelle ?

Qui décapite ses apostats ?

Qui interdit la construction sur son territoires des lieux de culte autres que les siens ?

Qui endoctrine et embrigade les jeunes  des cités ?

Qui fait d’un voyou des cités une bombe humaine ?

Qui glorifie et exalte le terrorisme ?

Qui culpabilise les victimes de viols ?

Qui légitime la purification religieuse ?

Qui avilit et rabaisse la femme et la réduit à un champ de labour et un objet sexuel ?

Qui surfe sur les peurs et les angoisses pour inhiber ses sectateurs ?

Qui promet l’enfer à ceux qui ne croient pas en lui ?

Qui racle dans les fonds de la lie humaine pour gonfler ses rangs ?

Qui est en guerre permanente contre le reste du monde ?

Qui pénalise l’homosexualité tout en promettant paradoxalement des beaux éphèbes à ses terroristes qui meurent dans le sentier de leur divin ?

Qui ne reconnaît pas aux autres les mêmes droits que les siens et les traite comme des humains entièrement à part si ce n’est pas des bêtes infâmes ?

Qui est dans le déni et le mépris des histoires et des cultures qui ne sont pas les siennes ?

Qui prétend que sa communauté est ce qu’il y a de meilleure et parfaite sur cette terre et promeut ainsi les siens au premier rang de la hiérarchie humaine ?

Qui délire sur ses apports à l’humanité et se veut faire passer pour sa lumière ?

Qui fabule et ment et confond charlatanisme et science ?

Qui promet des récompenses lascives dans l’au-delà ?

Qui est dans l’inacceptation de l’altérité ?

Ce ne sont pas certainement ses démystificateurs accusés de tous les maux de la terre jusqu’à leur faire imputer la montée du terrorisme et affublés du néologisme d’islamophobes, c’est l’islam et rien que lui. Le cauchemar de l’humanité.

Musulmans : qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne suis pas ce que vous êtes ?

Qu’est ça peut vous faire si je vais en enfer, alors que vous y êtes et je ne crois pas qu’il puisse en exister pire que le vôtre, ici-bas et dans l’au-delà ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne veux pas de votre paradis lascif à  des années-lumière de mes principes moraux ?
Qu’est-ce ce que ça peut vous faire si j’ai choisi de ne pas emprunter votre chemin ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire d’être un « égaré » tant que cela ne vous porte pas préjudice comme si vous êtes vous-mêmes  sur le bon chemin ?
Qu’est-ce que ça peut vous si je ne crois pas un traître mot au message de votre prophète du carnage et de n’accorder le moindre crédit à votre dogme imbécile et liberticide ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne vénère pas votre divinité et son prétendu messager qui sont les vrais visages du grand mal ?
Qu’est ce que ça peut vous faire si ma vie n’est pas rythmée par les appels à la prière ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je suis dans le rejet total de votre enseignement religieux empreint de haine et de violence ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je suis un « mécréant » comme si être musulman est facteur d’épanouissement personnel et de développement humain ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne crois pas en la vie éternelle après la mort, surtout celle qui serait la vôtre, le bordel et le sexe à gogo ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je choisis d’aimer l’humain indépendamment de ses origines, son sexe, ses orientations sexuelles, sa croyance, sa culture et le monde du vivant plutôt que votre divin ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si mon mode de vie n’est pas le vôtre ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne me nourris pas de vos historiettes ?
Qu’est ce que ça peut vous faire que je ne conçois pas le monde selon votre grille de lecture ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je refuse l’idée absurde d’être une créature de votre divin ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si pour moi tous les êtres humains sont nés égaux en droit et en devoir et que l’on n’évalue pas les hommes à l’aune de leur appartenance à l’islam, vous n’êtes rien les meilleurs ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je ne veux pas croire en vos délires hégémoniques ?
Qu’est-ce que ça peut vous faire si je suis ce que suis et pleinement responsable de mes actes et que je n’ai pas besoin me défausser sur un divin pour me laver les mains ?

La dictature de Facebook au service de l’islam

A nouveau bloqué pour 30 jours par les agents de la brigade de la bien-pensance  facebookienne  au service de l’islamisation du monde pour avoir écrit au lendemain du crime contre l’humanité de caractère terroriste de Trèbes-Carcassonne le 23 mars 2018, 4 morts et 15 blessés, que les auteurs desdits crimes, outre leur religion commune, ils présentent des origines géographiques communes. Et ce sans aucune mention de leurs pays d’origine qui sautent pourtant aux yeux des aveugles sauf ceux qui ont intérêt à ce que cela soit gardé comme un secret d’État pour ne pas nuire au projet du mariage contre-nature parfaitement bien engagé entre la France et l’Hydre islamique qui convoite fiévreusement sa main depuis plus 13 siècles.
Les entremetteurs  de ce mariage qui sonnera le glas de la France soumise aux feux nourris de la Waffen SS terroriste islamique depuis l’attentat de Toulouse-Montauban veillent au grain et réagissent avec une férocité  impitoyable digne de la Gestapo avec les opposants à ce mariage.
Les bans sont déjà dans les tuyaux, la noces de sang est irrémédiable et personne ne peut contrarier ses partisans  dans leur sombre dessein.
La table est mise et les convives triés sur les volets sont déjà connus et le maître de la cérémonie qui célébrera cette mésalliance le fera dans le strict respect de la tradition musulmane se fera la joie de réciter la Fatiha démoniaque. On ne doit rien laisser filtrer sur sur son caractère effrayant et épouvantable pour ne pas éveiller les soupçons sur les risques mortels encourus par la mariée.
Un secret de polichinelle que l’on doit garder jalousement comme des cadavres exquis dans les placards de peur que son odeur putride n’étrangle ses propres  zélateurs.
Pour paraphraser Molière, c’est moins cette chose que l’on doit cacher de leur vue que les effets pervers de cette chose qu’elle peut induire avec des dommages incommensurables pour eux.
Mourir de leur propre mal.
Tuer la liberté de conscience pour ne pas réveiller ces consciences assoupies qu’il suffirait d’un rien pour les réveiller comme autrefois le peuple de Paris.
Nous sommes nombreux à payer pour le savoir comme mon ami Pierre Cassen, harcelés judiciairement, alors que les fichés S circulent en toute liberté malgré le danger potentiel qu’ils pressentent pour la sécurité publique.
Comment pouvoir s’abstenir à nommer le mal qui gagne du terrain tous les jours  sans se rendre complice de sa propagation si on le tait ?  Autant être cloué au pilori le verbe haut et sincère que d’avaler sa langue pour ne pas troubler le vivre ensemble mais aux conditions du dernier arrivant.
Tant que persiste encore une lueur d’espoir pour arracher la mariée des griffes radioactives de l’Hydre islamique on se doit continuer à brandir l’étendard du politiquement incorrect qui n’est pas du goût des morveux-laudateurs de la nature subliminale de leur serpent des fosses septiques de l’humanité.
Nous sommes pas dans l’oeil du Big Brother nous sommes dans le collimateur des agents de la Gestapo chariatique qui surveillent tous nos faits et gestes à partir de leurs officines liberticides sises au Maroc.
La censure inquisitoriale semble s’intensifier au même rythme que la déferlante terroriste devenue le quotidien des Français et pas seulement.
A chaque fois qu’un soldat d’Allah brise des vies humaines, le cimeterre de la censure facebokienne s’abat sur la liberté de pensée. Comme si l’on cherche à éliminer tous les témoins gênants d’un crime que l’on doit étouffer vaille que vaille afin d’empêcher le dévoilement de l’identité du coupable.
Un coupable connu de tous mais dont le nom ne doit jamais être rendu public.
Toute tentative de le nommer est aussitôt bâillonnée et discréditée et qualifiée d’incitation et de provocation à la haine raciale.
Si haine raciale il y a, c’est celle qui anime et motive les actes terroristes et certainement  pas ceux qui mettent le doigt là où il ne faut pas et qui refusent de se plier à la loi de silence qui entoure l’idéal mortifère des soldats d’Allah.
Le vrai racisme est de nier les fondements idéologiques des auteurs des crimes terroristes et de vouloir vouer aux gémonies ceux qui refusent le vivre ensemble dont la finalité est la disparition de leur identité et leur mode de vie.
Pendant ce temps les dizaines de candidats au djihad dans le sentier d’Allah ont tout le loisir de continuer à répandre sur FB leur poison venimeux en toute impunité avec la complicité active des modérateurs issus du même pays que le monstre d’inhumanité de Carcassonne-Trèbes.

Sarkozy, cet ami « désintéressé » des roitelets du Golfe

 

Résultat de recherche d'images pour "photo de sarkozy avec l emir du qatar"

L’amitié désintéressée(?) de Sarkozy avec les roitelets du Golfe pour qui l’honneur d’un homme est au prix des chiffres alignés sur un chèque, a coûté 2 guerres à la France, dont les conséquences directes sont l’augmentation inquiétante des risques terroristes comme on a pu le voir avec les tueries de masse du 13 novembre 2015 où le commando a pu infiltrer les flux des réfugiés syriens pour se rendre en Europe en trompant la vigilance des services de renseignements.

Les conflits syriens et libyens déclenchés au nom des sordides desseins géopolitiques et géo-énergétiques voire l’inimitié maladive des roitelets enturbannés et Sarkozy envers le fou de Tripoli ont véritablement ouvert un grand boulevard devant les mouvements terroristes en Occident.

Un jeu de roulette russe dont les populations occidentales en ont font les frais même si elles ne sont pas les seules. Mais il semble que Sarkozy n’a pas évalué les retombées sécuritaires et humnitaires de sa politique canonnière.

Jamais l’Occident n’a été autant pris d’assaut par les flots migratoires que depuis 2011. Par terre et mer, à travers la Turquie d’Erdogan qui profite de l’aubaine pour monnayer sa coopération de containement des réfugiés sur son territoire et par la voie maritime avec des côtes libyennes devenues une passoire et une bénédiction pour les passeurs depuis la chute du fou du Tripoli.

Est-ce qu’il s’est demandé qu’en voulant la mort de Kadhafi, c’est la digue libyenne qui protégeait l’Europe qu’il allait faire sauter ?

Les candidats subsahariens à l’Eldorado européen s’arrêtaient autrefois en Libye où ils pouvaient trouver le travail qu’ils pensaient avoir en Europe, mais depuis le chaos indescriptible qui règne dans ce pays, plus rien ne peut les les détourner de leur quête d’un monde meilleur que celui de leurs villages africains. Plutôt la mort que d’y retourner Gros-Jean comme devant. La honte de devenir la rusée des leurs pour avoir échoué dans leurs projets de toucher leur Graal européen.

Kadhafi avait beau un despote psychotique, mais tout au moins il était pour l’Occident une soupape de sécurité et un garde-frontière de premier ordre.

 

On ne lutte pas contre le terrorisme avec les marches blanches

On ne combat pas la barbarie musulmane avec nos larmes, nos minutes de silence, nos hommages, nos marches blanches, nos « je suis ceci, je suis cela » et « plus jamais ça » et le pire de tout « ce n’est pas ça l’islam » et « pas d’amalgame ». Comme si les victimes de la barbarie nazie plaidait l’innocence de l’hitlérisme ou l’on cherchait à innocenter un assassin de ses crimes !

Autant de signes de découragement et de résignation ainsi que d’aveux pathétiques de notre abdication face à l’Hydre musulmane.

On ne lutte pas contre la propagation du feu en restant les bras ballants à regarder passivement les flammes dévorant tout sur leurs passages laissant derrière elles des nuages de cendres.

L’Hydre musulmane n’en a que faire de nos
cérémonies de commémoration et de nos prières entre la mémoire de ses victimes. Elle s’en réjouit et s’en délecte.

Ce sont ses trophées morbides, qu’elle a emportés sur les champs de bataille contre les « infidèles ».

Mais non seulement on se couvre de honte et de ridicule avec notre pathétique exhibitionnisme commémoriel mais en plus on offre une tribune à ses représentants pour faire polluer les cérémonies et faire pleurer jusque dans les chaumières sur les blessures de l’islam.

Alors que par respect de leur mémoire il est indécent de leur offrir l’occasion de prendre la parole.

Que tous les musulmans ne sont pas djihadistes cela va de soi mais ils restent toutefois adeptes de ce culte mortifère qui arme les mains de leurs frères terroristes et leur promet le sexe éternel.

Ils n’ont certes pas les mains gâchés du sang des nôtres, mais idéologiquement ils s’abreuvent eux aussi aux mêmes sources nauséabondes et putrides que leurs frères qui appliquent à la lettre ses commandements.

Le regroupement familial, prélude du grand remplacement

Est-ce que les maîtres d’œuvre de la politique de regroupement familial avaient pensé un seul instant aux conséquences démographiques et culturelles qui pourraient en découler ?

Qu’entendent-ils par regroupement familial, est-ce favoriser la venue des familles de ces travailleurs que l’on avait été cherché dans les campagnes de leurs pays quasi illettrés, une sorte d’esclaves des temps modernes, pendant les 30 glorieuses et pourquoi faire ?

Le pire est que la mise en oeuvre de cette politique avait vu le jour au lendemain du premier choc pétrolier, au moment justement où le bon sens imposait au gouvernement français de l’époque un tour de vis à sa politique migratoire. En effet, des signes d’essoufflement des 30 glorieuses commençaient à se faire sentir. L’ère des énergies à bas coût est révolue et par conséquent une rationalisation du mode de production qui passait par la réduction drastique de la main d’œuvre sans qualification et peu qualifiée était désormais plus que vitale pour la survie des entreprises consommatrice d’agents économiques à faible valeur ajoutée.

Quels sont les vrais dessous de cette politique irresponsable, criminelle et scélérate, de regroupement familial, qui consiste à faire venir en masses les membres des familles des travailleurs migrants avec des modes de vie et des moeurs rétrogrades et antinomiques à celui de la population française ?

Ils ne pouvaient ignorer qu’ils ne sont ni Portugais, ni Belges, ni Polonais, ni Espagnols, ni Italiens, ni Yougoslaves ou tout simplement des Européens avec des racines chrétiennes. Ils avaient pris la France peut-être pour un terreau compatibles avec toutes les semences, mais pour cela il fallait s’instruire de l’histoire coloniale qui les avait sortis contre leur plein gré d’une profonde léthargie de plusieurs siècles à laquelle ils s’y étaient replongés aussitôt que la France est partie. Elle était pour eux un pays de mécréants qui devait être combattue comme telle. Ils n’avaient pas lutté pour leur indépendance, ils avaient lutté au nom de l’islam pour chasser de leurs terres un occupant non-musulman. Et contre toute attente leur ennemie mortelle leur offre l’occasion inouïe de venir s’installer chez lui afin qu’ils puissent le coloniser par le ventre.

Il est à douter que le duo de collabos Giscard-Chirac et leurs différents successeurs et en premier lieu Mitterrand aient mesuré les conséquences extrêmement graves de leurs actes et surtout s’ils avaient le souci de la France.

C’est plus le loup de la bergerie qu’ils avaient rentrer ils ont créé les conditions de la mise à mort lente et inéluctable de la France. On ne lutte pas démographiquement à armes égales contre des populations susceptibles de doubler leur nombre à un rythme nettement supérieur à celui de la France. En comparaison avec un taux de fécondité de 7,8 le Niger peut doubler sa population en l’espace de 21 ans là où la France mettra 170 ans pour en faire autant avec un taux de fécondité de 1,88 pendant que l’Algérie a pratiquement quadruplé sa population en l’espace de 56 ans passant de 11 millions d’habitants en 1960 à près de 42 millions au début de 2018.

Des chiffres qui auraient dû leur donner à réfléchir avec d’ouvrir la vanne migratoire.

Un véritable attentat contre la France perpétré par ses propres dirigeants dont les Français payent le prix fort aujourd’hui.

Laisser croire qu’ils sont un plus pour la France c’est comme si l’on faisait de Mahomet le prophète de la petite enfance.

Giscard et Chirac qui sont les artisans de cette politique ne ont donné les premiers coups de pioche à ce qui pourrait devenir un jour la tombe de la France.

Avaient-ils imaginé ce que serait le paysage humain de la France le jour où les populations importées finiront par supplanter par le nombre la population qui incarne son histoire et son identité ?

Est-ce que sera la France de l’art de vivre ou une France au visage voilé par la peur de vivre ?

S’inscrira-t-elle dans la continuité de la France des droits de l’homme et des citoyens et des Lumières ou une France sur le modèle de ce que sa nouvelle population avait importé avec elle, autrement dit la rupture avec les temps présents, une France qui vomit ses véritables racines comme les pays du Maghreb ?

Les « Arabes » auront tout à gagner de s’instruire de l’exemple d’Israël plutôt que de fantasmer sur sa perte

PUBLIÉ PAR SALEM BEN AMMAR LE 5 AVRIL 2018

Puisque mes « amis » arabes, pas plus arabes qu’ils ne le prétendent, sont férus des chiffres, savent-ils que les 22 pays dits arabes produisent 40% de brevets industriels en moins que leur ennemi juré Israël.

Mais cela a encore plus de sens si l’on compare la population israélienne de 8 millions à celle des dits arabes, 380 millions. A peine 2, 2%. On peut affiner encore plus l’analyse en rapportant le nombre de brevets à la population de chaque camp. Il n’y a plus de génie israélien que d’incurie intellectuelle arabe. La force d’Israël est dans son système éducatif et la part de 12% de son PIB à l’éducation. l’Égypte à peine 2,5%. Et dire qu’Israël est une économie de guerre.

Feu Habib Bourguiba disait en son temps que la vraie guerre est celle contre l’ignorance et l’endoctrinement religieux. Plutôt des écoles que des mosquées. Des ingénieurs plutôt que des imams. Des hommes de sciences plutôt que des cheikhs. Le développement humain plutôt que le Jugement dernier. Des stylos plutôt que des balles. Le paradis terrestre plutôt que celui de Mahomet.

La vraie vie éternelle est la préservation de l’environnement. Investir dans le bien-être humain pour plutôt que dans celui du divin. La vie sur terre n’est pas dédiée à la vie dans l’au-delà, elle est le présent des générations futures. Le vrai tribunal est celui où l’homme aura à répondre de ses actes bons ou mauvais en faveur ou au préjudice de ses semblables humains.

Et tout cela n’est enseigné nulle part dans leur brûlot de la haine du Juif, du Chrétien et de tous qui ne sont pas dans leur moule et qui s’en sortent. Car il n’y a de sacré que l’éveil des consciences et l’épanouissement humain. Donnez des livres aux hommes plutôt que le Coran et vous en ferez des vrais acteurs de leur vie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

L’islamisme est à l’islam ce que la drogue est au toxicomane

Pourquoi on ne dit jamais terrorisme musulman ? Est-ce à dire que les terroristes ne sont pas musulmans aussi ? Si tel est le cas en quoi ne le sont-ils pas et à quels commandements religieux obéissent-ils ?

A croire qu’il existe d’autres islam et qui ne sont qu’une mauvaise copie de l’islam originel si ce n’est son antithèse. Des islam imposteurs, qui sont à des années-lumière du véritable islam, le dénaturant, le dévoyant, le martyrisant même ne dit-on pas souvent que ce sont les musulmans qui sont les premières victimes de ces islam déviants.

Cet islam inoffensif,une douce colombe, un ami du Juif, du Chrétien et des associateurs, qui prône la liberté de conscience et prêche l’amour de son semblable humain différent de soi contrairement à l’islamisme qui se nourrit de la haine d’autrui et qui appelle à son extermination.

Comme si ces différentes variantes de l’islamisme ainsi que l’islamisme lui-même n’avaient rien en commun avec l’islam et que leurs partisans ne sont pas non plus musulmans. Ils ne louent pas Allah, n’ont pas le Coran comme constitution et Mahomet comme modèle à suivre, et des articles de foi autres que ceux auxquels sont tenus les musulmans.

l’islam et l’islamisme dans ses différentes formes sont tous reliés par le même cordon ombilical et baignent dans le même liquide amniotique, ils n’en font qu’un en réalité. Il n’y a plus un gentil islam qu’un méchant islamisme. Ils sont les facettes d’une même personnalité. Pendant que l’islamisme répand l’effroi dans le coeur des « mécréants », l’islam fait diversion en détournant l’attention sur les vraies victimes des auteurs des attentats terroristes guidés et armés par le Coran pour se faire passer lui-même comme étant le seul et unique martyr de l’islamisme.

L’islam est protéiforme, capable d’adopter plusieurs postures à la fois pour les besoins de son scénario. Un illusionniste hors pair. Il peut se démultiplier simultanément en laissant croire au public que chacune des personnalités mise en scène est dotée de sa propre identité.

Séparer l’islamisme de l’islam reviendrait à dissocier les deux faces d’un iceberg.

Tant que le monde n’a pas compris que l’islam est protéiforme, il n’en aura pas fini avec son cauchemar

N’en déplaise aux tartufes de tous bords et aux musulmans du premier parti au monde « ce n’est pas ça l’islam » ce sont des musulmans qui mettent en péril la paix et la sécurité dans le monde. Ce sont des musulmans qui mettent l’Occident à feu et à sang. Ce sont des musulmans qui sèment la mort en France et partout dans le monde. Ce sont des musulmans qui ont exercé des sévices sexuels sur des femmes allemandes et scandinaves, qui vendent des femmes et des noirs africains comme du bétail, qui décapitent et posent des bombes chez eux eux y compris dans leurs propres lieux de culte.
Qui pourrait nier que 100% des attentats terroristes sont l’oeuvre des musulmans ? Sauf les musulmans eux-mêmes et leurs idiots utiles murés dans leur déni psychotique.
Depuis les attentats du 11 septembre 2001, il ne passe plus un jour sur tous les continents sans que des musulmans ne se rendent coupables des crimes les plus abjects et ignominieux.
On se doit de s’en tenir à la réalité des faits qui démontre aisément l’existence des liens intrinsèques entre le terrorisme et le Coran.
Tous ces soi-disant musulmans radicalisés qui est un oxymore, un pur néologisme, comme si les préceptes coraniques et les hadiths, les textes fondamentaux de l’islam étaient un hymne à la paix et une ode d’amour, ne sont pas des musulmans déviants, ils sont l’archétype du parfait musulman. L’image vivante de l’islam, et en aucun cas le fruit d’une manipulation extérieure et des frustrations sociales, économiques, politiques dans leurs pays d’origine selon les idées reçues. Les jeunes issus des cités européennes sont loin d’être le produit des régimes totalitaires, inégalitaires et corrompus des pays musulmans, ils sont censés être nourris aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, il n’empêche qu’ils vouent une haine viscérale aux pays occidentaux qui ont donné à leurs parents des droits fondamentaux dont ils étaient dépourvus chez eux avant qu’ils n’émigrent dans ces contrées hospitalières dont certains d’entre eux étaient venus clandestinement et parfois au péril de leur vie. Ils sont tels des chiens qui veulent dévorer la main qui les nourrit ou selon un proverbe tunisien sur l’ingratitude méfie de celui que tu as sauvé du naufrage car tu en feras ton pire ennemi.
Ce ne sont donc ni des athées, ni des apostats, ni des animistes, ni les islamo-incompatibles ni des mécréants tant honnis par le Coran qui présentent le plus grand péril pour l’humanité, ce sont bel et bien des jeunes adorateurs d’Allah et de Mahomet qui ne sont pas des marginaux, même si certains d’entre eux étaient des anciens délinquants, qui appliquent fidèlement leur feuille de route pour la mise à mort de l’humanité non-musulmane.
Ces jeunes ne se radicalisent pas, ils ne font que revenir aux sources originelles de l’islam qui leur font découvrir les exigences d’une véritable identité musulmane articulée autour de la renaissance de l’âme musulmane, de la supériorité du musulman, de la haine du juif, du chrétien et des non-musulmans, de l’esprit guerrier qui doit animer chaque musulman, de la sublimation et l’idéalisation absolue de la mort, le rejet des valeurs non-musulmanes et de l’Occident à l’origine de la décadence de leur civilisation.
Avec cette connexion totale avec l’islam, ils donnent un nouveau sens à leur existence. Des combattants qui font trembler les puissants de ce monde et qui oeuvrent pour fédérer les musulmans autour de la bannière de l’Oumma qui sans elle l’islam périclitera.
Portés par des délires messianico-cosmiques, ils se sentent investis d’une mission de réhabilitation de la grandeur de l’islam et de son expansion dans le monde , ils avancent sur le monde comme des rouleaux compresseurs ne reculant devant rien se servant de leurs corps comme armes de destruction massive. Ils sont en guerre totale contre le monde non-musulman qui ne prendra fin que le jour où l’islam sera foi et loi pour l’humanité tout entière.
Ils ne s’appartiennent plus à eux-mêmes, plus aucune emprise sur leur vie, perdant le sens des réalités et leur incapacité de discernement, devenus comme des automates téléguidés et dans leur cas conditionnés psychologiquement et idéologiquement par un endoctrinement politico-religieux 100% coranique, ils n’ont qu’un but, faire triompher la cause de l’islam.
Accuser la France d’être la cause de radicalisation des jeunes des cités partis faire le djihad en Irak et en Syrie, c’est faire fi des racines du djihad et du laxisme éducatif de leurs parents.
On est ce que notre éducation a fait de nous. Les parents sont la source du mal qui gangrène la France aujourd’hui. Les hindous, les chinois, les chrétiens africains, les latinos n’éduquent pas leurs enfants dans la haine de la France, ils leur apprennent le respect de l’autre et de ce pays qui est le leur aujourd’hui contrairement aux parents musulmans nourris eux-mêmes à la sève raciste, antisémite et ethnocentrique de l’islam.
La république a fait ce qu’elle a pu pour leur donner leur chance mais leurs parents ont fait leur malheur. Ils sont autant coupables que leurs parents qui ont plus le souci du halal que du respect des lois républicaines et de l’islam qui inocule dans leurs coeurs les graines de la haine.

Le leurre de la Palestine

Cette histoire palestinienne devenue la sève nourricière des Tunisiens et des musulmans me fait penser à un navire qui est en train de couler et son capitaine au lieu de s’affairer avec son équipage pour le sauve, l’exhorte à voler au secours d’un navire fantôme, voire des pompiers qui plutôt que de combattre l’incendie qui vient de se déclarer vont diriger leurs canons à eau sur des amas de cendres.

Sauver le navire tunisien avant qu’il ne soit trop tard mais pourquoi faire tant que le mythe de la Palestine est là pour leur faire oublier leur incurie intellectuelle et mentale.

A Rome il y avait les jeux du cirque pour occuper la plèbe, en Tunisie il y a la Palestine pour enivrer le peuple le de la haine du Juif.

La fraternité palestinienne n’aurait pas été élevée au rang de la première cause nationale si elle ne servait pas de caisse de résonance à leurs ressentiments anti-juifs. est

Un dénominateur commun entre les Tunisiens et tous ces peuples qui vivent dans le déni de leurs vraies racines.
Comme si cette cause était un rideau de fer derrière lequel se dissimule leur désastre identitaire. En le détruisant la vérité leur éclate à la figure mais qu’ils n’ont pas LR courage d’affronter. La honte d’avoir trahi la mémoire de leurs aïeux exterminés par les Arabes.

Après les avoir coulés dans le moule de l’islam et du panarabisme, ils les shootent inlassablement et à forte dose depuis 1948 avec le soporifique palestinien pour annihiler en eux toutes velléités de réveil des consciences identitaires et historiques qui les éclairer enfin sur l’imposture de la cause palestinienne d’une part et d’autre part que les droits des Juifs sont légitimes sur cette terre. Et le vrai combat est celui qu’ils auront à mener pour se libérer de la tyrannie de l’identité arabo-musulmane.

La dignité bien ordonnée commence par soi-même. Mais ils en ont les moyens ni la volonté car totalement anéantis par des siècles d’obscurantisme et de déni de soi.

Les déserteurs fiscaux ne sont en rien différents des collabos sous l’Occupation

Être citoyen français ce n’est pas un droit hérité des parents ou par décret, c’est surtout et avant tout un devoir inaliénable qui ne doit souffrir d’aucune entorse pour qu’elle que raison que ce soit. Il impose à tout un un chacun un engagement sans faille et un dévouement digne d’un soldat défendant l’honneur de la patrie sur le champ de bataille.

Or, de plus en plus des personnalités françaises du monde des affaires, du sport. ,du cinéma et de la chanson choisissent des lieux de résidence fiscale d’opportunité pour ne pas revoir payer leurs impôts en France, pays où ils génèrent l’essentiel de leurs revenus.

En quoi sont-ils dignes de ma France alors que leur comportement est une insulte à la solidarité nationale dont le moteur est justement le paiement des impôts en France ? Un pays sans recettes fiscales est un pays qui se meurt. Où l’éducation, la santé, la sécurité, le transport, la recherche, ne sont plus assurés, pour finir par devenir un pays en état de déliquescence politique et humaine.

Ne pays y payer ses impôts c’est contribuer à sa mise à mort.

C’est pourquoi ces évadés fiscaux sont la honte de la nation.

Ils sont de la même graine les collabos sous l’Occupation. Ils ne sont en rien différents de Jacques Doriot, Marcel Déat, Octave Belley, Alfred Baudrillart et toutes ces sinistres figures de l’indignité nationale qui ont poignardé la France dans le dos en faisant le choix du camp de l’infamie.

Sans la France ces individus qu’il convient de qualifier de déserteurs fiscaux n’auraient pas existé et acquis la fortune qui est la leur.

Un pays auquel ils doivent leur notoriété et leur succès mais plutôt que de lui témoigner leur reconnaisse ce ils lui crachent dessus RN élisant domicile là où ils peuvent assouvir leur appétit vénal insatiable. Ils ne méritent tous sans exception d’être boycotté par le public français et les médias.

l’Inquisition fait son grand retour en France

Il y a trop de sujets tabous, intouchables et qui interdisent toute remise en question. Et dès que l’on s’y aventurent les passions se déchaînent et les gardiens de ces dogmes insensés et saugrenus surgissent comme tels des fauves affamés de leurs cages pour dépecer les pourfendeurs de leurs hérésies.

L’inquisition fait son grand retour sur les réseaux sociaux et l’esprit critique est en train de mourir à petit feu. On ne peut plus se livrer au moindre examen démystificateur des idées reçues sans que l’on soit cloué au pilori et accusé de toutes les infamies.

Il n’est plus question aujourd’hui en France de lever le voile sans que l’on subisse les foudres de la justice et du tribunal de la rue. On peut tout mettre à nu sauf l’islam, Mahomet, l’histoire de la France sous l’Occupation, la Rafle du Vel. d’Hiv., la création de l’Algérie, le Printemps arabe, la Palestine, la collaboration musulmane avec les nazis, le coran qui n’est pas plus d’essence divine que Mein Kampf, les origines du monde, le sexe de dieu, la science islamique, le mythe de l’ascension de Mahomet, la virginité de Marie,l’Exode, l’Espagne musulmane, la civilisation arabo-musulmane, ….

La métastase terroriste se nourrit des cellules souches du Coran

Les journaux français et étrangers évoquent l\'attentat de Nice (Alpes-Maritimes) en une de leurs éditions du 15 juillet 2016.

Ce ne sont pas les hommages unanimes et les marches blanches qui vont rendre la vie au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame élevé au rang de héros de la République, et à toutes les victimes du terrorisme musulman, et pas islamiste comme si les deux ne font pas la paire, qu’ils vont les ressusciter et consoler leurs proches.

On ne lutte pas contre la métastase terroriste qui mine les fondements de la République avec les larmes et le recueillement, il faudrait un véritable plan d’action coercitif et préventif en s’attaquant directement aux cellules souches coraniques à l’origine directe du développement et la prolifération de la métastase terroriste. C’est l’islam lui-même qui producteur de ces cellules cancérigènes tant pour lui que pour l’humanité tout entière. On ne peut pas isoler la métastase terroriste de son foyer naturel. Vouloir s’en prémunir et la soigner comme s’il était une excroissance dans l’organisme musulman, c’est prendre le risque de démultiplier les cellules cancéreuses à l’infini.

Aucune thérapie politique, législative, policière et judiciaire n’est possible si elle ne prend pas en compte les vraies racines de la métastase terroriste. Les auteurs des attentats du 11 septembre 2001 n’étaient pas les « enfants perdus » des cités, ils étaient les soldats d’Allah portés par un seul idéal la néantisation de leurs semblables humains pour imposer la loi de l’islam aux quatre coins du monde. Ils n’étaient ni manipulés, ni embrigadés, ni endoctrinés, ils se s’étaient nourris de leur bréviaire de la haine qui fonde, légitime et récompense le terrorisme comme mode de combat contre les non-musulmans.

Ce n’est pas en jouant sur les mots et qualifier le terrorisme d’islamiste pour laisser croire que l’islam est blanc comme neige dans les attaques terroristes qui déferlent sur la France depuis 1995 que l’on va l’enrayer dans sa folle progression. Aux grands maux les grands remèdes, soit on met les musulmans en face à leurs responsabilités historiques et citoyennes, si ces adjectifs ont du sens pour eux, pour qu’ils renoncent officiellement à tous les versets incompatibles avec les lois de la République, soit la République fait sienne définitivement les valeurs de l’islam.

L’islam est séculier et séculaire. Il se veut lui-même foi et loi et par conséquent un mode de gouvernement politique qui ne peut se résoudre à se cantonner dans sa seule sphère cultuelle. C’est une utopie de croire que l’on peut l’apprivoiser comme un animal sauvage. C’est un prédateur né, un fauve jamais repu du sang de ses victimes et de leur chair. Le terrorisme est inscrit dans son ADN, qui est son arme politique et son mode d’expansion.

Les multiplications des attentats terroristes tant en France que dans le monde au cours de ces deux dernières décennies sont un signal fracassant de son retour sur les devants de la scène mondiale et une manifestation de sa démonstration de force. On n’est pas dans un conflit est-ouest, on est dans une sorte de guerre transnationale où l’ennemi n’a ni nationalité ni territoire, il est partout chez lui et peut frapper sa cible quand il veut où il veut. Provoquant à chaque attentat peurs et frayeurs au sein des populations et qui plutôt que d’être combattu et dénoncé en tant que tel, on cherche à le dédouaner et à banaliser ses horreurs. Conscient de cette impunité fruit de la lâcheté de certains gouvernements et non des moindres, il se sent renforcé dans son élan de conquête.

Le Coran dans une main et la bombe dans une autre,le terrorisme musulman va bon train pendant que l’on continue à dérouler le tapis rouge au pied de l’islam.