Ils n’ont pas que la haine du Juif !

 · Résultat de recherche d'images pour "photos des musulmans qui crient leur haine de la France"

Peu importe la qualification sémantique de leurs actes intolérables et criminels antijuifs perpétrés en France, les nouveaux français , comme certains les appellent, n’ont aucune représentation du concept antisémite.

Ils détestent à mort les Juifs , les Chrétiens, et tous les incroyants en leur prophète et ses abjurateurs.  Ils sont pour eux des traîtres de la pire espèce, des vendus à l’Occident mécréant auquel ils vouent une haine indicible.

Ils ne s’aiment pas non plus eux-mêmes ni entre eux. Ils affichent une unité de façade mais divisés et minés par des luttes claniques, tribales et nationales.

Imprégnés de la culture de la haine et de l’intolérance depuis leur conception, ils ne voient le monde qu’à travers leur prisme socio-religieux et culturel et n’existent que dans la néantisation de l’autre en tant qu’entité humaine.

Ils sont le bien et les autres sont le mal qui est en réalité leur propre mal qui réfléchit sur le miroir d’autrui. Ils croient l’exorciser en détruisant ce miroir tant honni.

Ils n’ont de respect et encore que pour la loi de leur religion, et ne sentent pas tenus par les lois de la République pour incompatibilité avec la leur. s’aiment pas eux-mêmes.

Elevés dans le rejet de leur véritable identité et dénigrement de leurs propres racines. Ils se veulent plus arabes que les Arabes eux-mêmes.

Conditionnés et endoctrinés par une éducation ultra-nombriliste , ils n’ont pas conscience de ce qu’ils sont réellement et le comportement et les conduites à adopter pour vivre en conformité avec les lois de leurs pays d’accueil. Ils font de leur transgression et leur piétinement leur emblème politique, et leur moyen d’exister.

Ils se veulent le monde et le rédempteur de l’humanité, élus par leur divin pour le façonner selon son modèle.

Plutôt que de se faire violence pour aller de l’avant et y apporter leur contribution à cette société qui leur a tant donné, ils retournent contre elle la violence qui les ronge intérieurement et en font le bouc-émissaire de leurs échecs.

Se réjouissent de ses malheurs à chaque fois qu’un des leurs la plonge dans l’horreur. Ils vivent dans le refus de l’altérité car le vivre avec l’autre c’est lui nier le droit d’être différent d’eux et qui n’a son salut que de leur ressembller.

On dit qu’ils sont antisémites alors qu’ils sont surtout des ennemis dogmatiques du genre humain.

Sommes-nous en train d’assister à un « judéocide » ?

Je suis le premier à dénoncer et combattre la haine d’où qu’elle vienne et quel que soit son visage. Mais allez expliquer à un jeune nord-africain des cités qu’il est antisémite, il ne va rien y comprendre car dans sa tête il ne peut pas détester ses propres racines sémites ou supposées telles alors que paradoxalement il vit dans le déni de sa véritable identité amazigh et l’ignorance de son histoire. En se proclamant sémite il marque sa filiation ethnique avec Mahomet.

En revanche, si on lui dit clairement qu’il n’est pas en droit de haïr les Juifs parce qu’ils sont Juifs, je pense qu’il comprendra mieux le sens du message, mais là aussi on s’expose à un écueil de taille celui de la haine dogmatique du Juif prônée par le Coran même s’il n’y a pas que le Juif qui est son seul objet d’exécration.

Que le concept de l’antisémitisme né au XIX e siècle en Allemagne concerne à l »origine les seuls Juifs européens cela n’est pas sujet à discussion  mais le message est difficile à faire passer auprès d’un public qui s’imagine qu’il est lui-même sémite et qu’il serait même autant sémite que les Juifs eux-mêmes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antis%C3%A9mitisme

https://plutgen.wordpress.com/2007/09/30/qui-est-semite/

Nous sommes en présence d’un antisémitisme d’un nouveau genre, pervers et pernicieux, où les antisémites venus de surcroît d’ailleurs et qui n’incarnent aucunement une quelconque résurgence du vieil antisémitisme français, seraient des sémites authentiques.

On ne peut donc de leur point de vue les accuser de nourrir des inimitiés envers ce qu’ils sont eux-mêmes.

Il serait ainsi plus approprié de  qualifier leurs attitudes, comportements, hostilités et crimes ayant pour cible des Juifs autrement que d’antisémites pour les distinguer de l’antisémitisme européen.  Il n’est pas mû et nourris par des préjugés « racialistes » voire même « ethnicistes »,  il puise ses sources dans le dogme musulman lui-même qui légitime et encourage les représailles et les châtiments des Juifs en tant que transgresseurs de la loi de dieu.

Forts d’une sorte d’impunité théologique, les auteurs des meurtres des Juifs n’ont aucun sentiment de culpabilité, ils sont en cohérence avec les commandements d’Allah et ne font que lui rendre justice jusqu’à l’extermination du dernier Juif.

http://lessakele.over-blog.fr/article-al-qaradawi-guide-de-l-uoif-qui-prone-l-extermination-des-juifs-refuse-d-en-cotoyer-117310676.html

Ni antisémitisme, ni antijudaïsme, ce serait plutôt « judéocide », initié par Mahomet et qui continue à planer sur les Juifs mais pas seulement.

La vraie vérité n’est-elle pas justement dans la relativisation de sa propre vérité ?

Chaque croyant est convaincu que sa croyance est vérité, plus vérité que nulle autre, et à titre, on transige pas avec. C’est sa vérité de la vérité.

Mais qu’est-elle au juste cette vérité dont il croit qu’il est le seul à la détenir et à l’affirmer ? Est-elle le fruit de sa recherche personnelle ou la lui a-t-on insufflée dans le biberon ?

Même s’il s’agit d’une vérité produit de son environnement culturel et éducatif, pour lui  cette vérité qui est la sienne est irréfutable et parfaite.  Il l’aurait consolidée et renforcée par ses propres moyens.

Une question que le croyant ne se pose jamais si j’étais né dans un autre milieu quel serait mon rapport à cette vérité qui est mienne, comment l’aurais-je perçue et l’aurais-je critiquée et surtout dénigrée et méprisée comme je le fais avec les autres vérités ?

La vraie vérité est de savoir prendre le recul par rapport à ce qu’on croit et relativiser ainsi ses certitudes dans croyance.

La vraie réforme de l’islam sera le jour où les musulmans auront cessé d’en faire leur loi

Peut-on avoir du respecter pour des gens qui voient en nous des pestiférés et des ennemis à abattre parce que nous sommes dans le refus de leur dogme ?

Quelle empathie peut-on avoir à leur égard alors qu’ils n’éprouvent aucune compassion aux victimes des attentats terroristes perpétrés par les leurs qui suivent à la lettre les préceptes coraniques et la sunna mahométane ?

Comme si croire ce en quoi ils croient c’était une chance pour nous et quand bien c’est le cas libre à nous de ne pas le faire.

Si le salut des hommes était dans leur soumission ils ne seraient pas eux-mêmes les derniers de la classe humaine.

S’ils en sont là aujourd’hui c’est à cause des freins religieux qui mutilent leurs énergies créatrices et paralysent leurs actions.

Ils sont comme un toxicomane qui vante les bienfaits de sa drogue, inconscients de ses effets néfastes sur son propre état.

Ils sont tellement sous l’emprise de l’islam à force de le consommer à forte dose du lever au coucher voire pendant leur sommeil depuis leur stade fœtal jusqu’à la tombe qu’ils ont perdu tout contrôle de leur pensée et n’ont plus de volonté propre. Allah est à la manœuvre de leur vie et eux agissent comme des O.S. au temps des roulements à billes répétant inlassablement les mêmes gestes.

Programmés mentalement et conditionnés idéologiquement à se défausser sur leur Allah pour tous leurs actes de leur vie quotidienne.  Aucun recul intellectuel pour évaluer les conséquences de leurs actes. Dépourvus de tout sens critique et fermés à la voix de la raison.

Un musulman qui raisonne et réfléchit sur le vrai sens de l’islam cesse d’être musulman.

Totalement déconnectés de leur propre vie, ils ne peuvent imaginer le monde autrement que par et pour l’islam. Devenu pour eux un véritable organe vital, en le perdant ils perdent l’espoir de toucher leur Graal paradisiaque qui est la pire des choses qui puisse leur arriver.

Pris dans le tourbillon de la peur de l’enfer qu’ils font de leur vie un enfer sur terre.

Ils se plaignent de l’hostilité grandissante à l’égard de leur religion qui est plutôt de la famille du bolchevisme et du nazisme, mais à supposer qu’elle le soit pourquoi se montre-t-elle si agressive, arrogante, exhibitionniste, violente, terrifiante, envahissante, expansionniste et dont les membres s’illustrent par les transgressions des lois de leurs pays d’accueil ?

On juge un arbre à ses fruits. Or, l’arbre musulman est bien loin de donner des fruits propres à la consommation humaine. Comme si on avait planté un arbre fruitier sur un site contaminé.

Le mot islam est devenu aujourd’hui une source de peur irrationnelle à cause des images cauchemardesques et angoissantes qu’il envoie de lui au quotidien. Son nom est évocateur de crimes terroristes. Que les musulmans apprennent à regarder la réalité en face et cessent de crier au complot contre l’islam, le seul complot est celui orchestré par l’islam depuis son avènement. Des rivières de sang et des centaines de millions de vies humaines fauchées sur son chemin. Ne laissant aucune trace de vie à chacun de ses passages. Pire que le Napalm.

L’islam ne dominera pas le monde, il sera son fossoyeur si rien est fait pour l’arrêter dans ses avancées dévastatrices.

Il n’a pas plus de vertus morales que les sectes sataniques et n’est certainement un rempart contre la dépravation et la luxure et un antidote aux maux de l’humanité.

Est-ce la faute aux détracteurs de l’islam ou la leur si l’islam a le visage de la barbarie humaine ?

Que font les musulmans pour l’humaniser et le pacifier ? Rien! En revanche, ils préfèrent nous saouler avec leur sempiternel refrain ce n’est pas ça l’islam sans jamais nous donner la vraie définition du mot islam qui est à la paix ce que le nazisme est à l’humanisme ?

L’islam est certainement bien pire justement qu’ils ne puissent l’imaginer eux-mêmes. On ne peut modifier son ADN.

Ce n’est pas de l’islamophobie qui est une pathologie psychique qui ne relève guère du code pénal que de dénoncer le caractère mortifère de leur dogme qui porte en lui tous les germes destructeurs de la vie sur terre.

Quel vivre ensemble peut-on envisager avec les partisans d’une idéologie suprémaciste, hégémonique et intolérante ?

Comment œuvrer pour le bien commun de l’humanité avec des gens qui se prennent pour son nombril et son essence et pour qui il n’y a de vérité que dans l’islam et toute autre vérité en dehors de la sienne doit être vérité en dehors de lz sienne doit être combattue à mort ?

Ils se disent à l’origine de tout sans avoir jamais rien apporté de concret et de positif au reste du monde dont ils sont les premiers à bénéficier de ses bienfaits comme s’ils percevaient des royalties pour leurs brevets ?

Ils n’ont qu’un but faire tomber le monde dans l’escarcelle de l’islam pour lui imposer la loi scélérate et criminelle de la Charia.

Leur curseur mental est bloqué en l’an 622 ils ne rêvent que d’une chose y retourner en empruntant la route humaine à contre-sens et qu’importe les dégâts provoqués.

Le bien est d’être musulman comme eux le mal est de ne pas leur ressembler. ne une divinité et un prophète autoproclamé qui étouffent dans leur vomi de leur trop plein de haine des non-musulmans.

En quoi est-ce un délit que dénoncer leur destation maladive et dogmatique de leurs semblables humains pour le

Je ne suis pas un benêt ni atteint de je ne sais quel syndrome pour éprouver une quelconque sympathie à leur égard.

Je ne combats pas la haine avec la haine, ce serait nourrir leur fonds de commerce de victimisation pathétique. Où la victime devient le bourreau.
Il est de mon devoir de faire tomber le masque de l’ange dont ils affublent leur culte .

Si ces gens avaient la culture de l’amour ils ne se tueraient pas d’abord entre eux et encore moins faire de la mort du non-musulman un idéal pour gagner leur funeste bordel dans l’au-delà.

Un dieu qui veut mettre les hommes à ses bottes n’est pas un dieu, c’est un tyran

Pourquoi suis-je traité de tous les noms et promu aux pires châtiments pour le simple fait que je ne crois pas en ce dieu exclusif, jaloux, possessif, intolérant, haineux, diabolique, tyrannique et totalitaire ?

 

En quoi l’ai-je offensé et atteint dans son intégrité morale, psychique et physique ?
Que je sois incroyant en quoi est-ce son problème et trahi un quelconque pacte avec lui ?

Je ne suis pas un infidèle alors que je n’ai jamais non plus exprimé le moindre voeu de fidélité à son égard. Par définition, un infidèle est celui qui viole ses engagements.

Que j’emprunte un autre chemin que le sien, c’est mon choix que cela lui en déplaise, et il doit, s’il est vraiment, ce qu’il prétend être juste et impartial, ce qui reste à prouver, le respecter comme je respecte le choix de ses ouailles. 

J’en ai que faire de ses supposés choix pour ma personne car il me connaîtrait mieux que je ne me connais moi-même. S’il se connaissait lui-même, il devrait savoir que les vrais choix sont ceux que l’on fait en toute connaissance de cause, réfléchis, pensés et raisonnés et le fruit de nos expériences passées.

Un dieu n’a pas pour rôle à se substituer à ses prétendues créatures pour agir à leur place.

Il n’y a pas de croyants et d’incroyants, chacun est libre de ses convictions tant qu’elle ne porte pas préjudice à la liberté de conscience d’autrui.

Un dieu qui jette l’opprobre et appelle à la mort de ceux qui ne croient pas en lui ne peut qu’être une vulgaire créature humaine qui traduit les ressentiments de ses chefs-marionnettistes.

Dis-moi quel est ton dieu et je te dirai qui tu es.

Plus les humains versent dans le fanatisme plus ils dotent leurs dieux d’attributs aux accents belliqueux et effrayants.

L’islam n’est pas antisémite, il est juste judéophobe !

Les imams de France ont raison ont raison de s’indigner comme une voilée qui cache son impudeur sous le voile, l’islam n’est pas antisémite, car il est lui-même d’origine sémite mais en revanche sa haine farouche envers les Juifs est parfaitement textualisée et inoculée dans le coeur des musulmans dès le berceau.

Pour lui un bon Juif est un Juif mort. N’est-il pas l’objet d’une « malédiction  divine » et de qualificatifs les plus ignominieux et traité de porc et de singe  dans le Coran dont il faut s’éloigner comme s’il était le « Mal » personnifié ?  Ce « Mal » que les musulmans doivent combattre et éradiquer de la surface de la terre.

« « Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens. Ils sont alliés entre eux et, si vous les prenez pour alliés, vous deviendrez un des leurs » (5, 51). traité de porcs et de singes  quiet l’ennemi à exterminer  pour Mahomet ?

 » Dis : ‹Puis-je vous informer de ce qu’il y a de pire, en fait de rétribution auprès d’Allah ? Celui qu’Allah a maudit (le Juif), celui qui a encouru Sa colère, et ceux dont Il a fait des singes, des porcs (les juifs), et de même, celui qui a adoré le Taghut, ceux-là ont la pire des places et sont les plus égarés du chemin droit›. » (60, 5)

A moins que ces imams  n’aient jamais lu le Coran ou que la banalisation de la haine du Juif est telle chez eux qu’ils en ont perdu conscience, devenue une seconde nature chez eux. Autant croire aux vertus thérapeutiques de l’urine du chameau que de chercher à leur ouvrir les yeux sur les rapports de l’islam aux Juifs et calmer ainsi leur colère apparente.

Et plutôt que d’adopter un profil bas et de reconnaître que la haine du Juif est consubstantielle à l’islam et que le Juifs sont stigmatisés et discriminés et ce sont justement les versets coraniques et la sunna mahométane qui fondent et légitiment les actes criminels à l’encontre des Juifs, ils hululent comme des rapaces nocturnes au blasphème parce que les signataires du manifeste ont mis à jour le publiquement la nature judéophobe de l’islam.

« Cela fait allusion aux Juifs dont l’histoire montre qu’ils ont fait l’objet, encore et encore, de la colère et du courroux d’Allah. Quand ils ont profané la loi du sabbat, les visages de beaucoup d’entre eux ont été déformés, et ensuite leur dégénérescence a atteint un seuil si bas qu’ils se sont mis à adorer Satan tout à fait ouvertement. Le but de dire tout cela est d’attirer l’attention sur leur audace criminelle alors qu’ils avaient sombré au niveau le plus bas du mal, de la transgression et de la décadence morale. Ils se sont opposés vigoureusement à tous ceux qui, grâce à leur foi, vivaient véritablement une vie pieuse et juste » (5, 60).

A supposer qu’ils aient transgressé la loi du shabat, cela ne mérite pas la négation aux juifs de leur humanité et un châtiment digne du traitement que les nazis leur ont réservé en 1939-45.

Il serait même l’inspirateur de la solution finale de la question juive.

https://ripostelaique.com/la-paternite-de-la-solution-finale-de-la-question-juive-revient-a-lislam-plus-quau-nazisme.html

Peut-être que ces imams qui affichent le masque de l’indignation ne connaissent rien au destin tragique des Juifs dès les premiers jours de l’islam et l’hostilité maladive de leur modèle à leur égard ?

Selon Abou Hourayra, le Messager d’Allah a dit: L’heure ne se lèvera pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs, au point que le Juif se cachera derrière les rochers et les arbres. Les rochers et les arbres diront alors: « O Musulman! Voici derrière moi un Juif, viens le tuer ». Sauf un arbre épineux de Jérusalem nommé « gharqad ». C’est en effet un arbre appartenant aux Juifs ». (unanimement reconnu authentique).

https://www.ayaatdujour.com/hadiths/00061.html

Il y a des peuples qui fécondent l’histoire et d’autres qui l’écrivent en la détruisant

Il n’existe pas de peuple meilleur qu’un autre ou élu maître de l’humanité selon sa croyance.  On l’évalue selon le bien-être humain procuré aux siens et à ses apports au bien commun de l’humanité et jamais selon des présupposés qui nourrissent les complexes de supériorité et les stéréotypes.

Il y a des peuples qui ont brisé les chaînes de leur assujettissement mental et prennent leur destin humain en main font de la raison leur matrice nourricière et d’autres qui se résignent et se cachent derrière le paravent de la religion. Incapables de s’assumer, ils s’en remettent à leur divin pour fuir leurs responsabilités et se plaisent à faire leur état d’aliénation mentale leur étendard tels des femmes voilées faisant croire que leur voile est un symbole de la dignité de la femme.

Quand on est porté par le vent de la liberté et on est comme un oiseau qui déploie ses ailes pour atteindre les cimes de l’arbre, en l’occurrence celui du savoir que sans lui il n’y a ni sciences ni connaissances.

Quand on vit sous la dictature des idéologies religieuses ou politiques et l’on ne doit ni penser ni réfléchir par soi, vivant dans la peur réelle ou irréelle de transgresser les lois  qui font office de barreaux de sa prison, l’horizon se rétrécit pour finir par disparaître laissant la place au désespoir devenu le seul compagnon d’infortune. Le danger est que souvent l’infortune est exaltée comme si elle était une chance pour ceux qui en font leur pain quotidien rendant ainsi impossible toute velléité de révolte pour un monde meilleur.

Ramolli et engourdi mentalement et complètement tétanisé par ses certitudes et ses angoisses dans le cas du croyant  qui parasitent et sclérosent ses capacités intellectuelles, dépourvu d’esprit d’analyse et de sens critique, sans aucune perspective que la mort venant le libérer du fardeau de l’existence. Il n’est pas acteur de sa vie, il est un pantin entre les mains des dépositaires du pouvoir de dieu sur les hommes.

Souffrant d’un état de paralysie mentale irréversible que pour s’en sortir il n’a de point de salut que dans la négationp de son être qu’il en fait une arme de destruction d’autrui.