Les vrais musulmans se distinguent des autres dans leur participation dans le djihad armé

Pour les djihadistes, il n’y a de justice que celle d’Allah et de loi à respecter que la sienne. Pourquoi veut-on s’obstiner à juger des hommes qui sont totalement fermés à la justice républicaine et qui pendant leurs procès observent un mutisme de cathédrale et qui n’ont absolument aucune compassion pour leurs victimes et passent aux yeux de leurs coreligionnaires pour les vraies victimes de la justice « mécréante » ?

Qu’il soit condamné à 30 ans de prison ou une peine de réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté sans détermination de délai : « Le condamné ne peut bénéficier, pendant une période de sûreté, des dispositions concernant la suspension ou le fractionnement de la peine, le placement à l’extérieur, les permissions de sortir, la semi-liberté et la libération conditionnelle », prévoit l’article 132-23 du code pénal de 1994., il est utopique de croire que cela va leur donner à réfléchir et faire repenser leurs rapports fusionnels et les amener sur le chemin du repentir. Un djihadiste qui se repent de ses actes est un djihadiste qui renie Allah et Mahomet.

Derrière les barreaux ou vivant à l’ombre des barres des HLM, un djihadiste reste l’ennemi mortel pour toute société non-gouvernée par la loi d’Allah. La France n’a rien à gagner à l’enfermer dans une cellule d’isolement et à l’entretenir chichement au nom de l’égalité de droits entre un détenu et un citoyen libre et respectueux de l’ordre républicain, elle aura tout intérêt à laisser le soin aux pays où il a commis ses crimes de le juger en conséquence et que le coût de son incarcération soit déployé en faveur d’une politique plus vigilante sur la prévention de la propagation du virus du djihad dans ses prisons.

Un djihadiste est mû par un seul idéal détruire toute forme de vie sur terre jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucune trace de vie qui témoigne de l’existence d’autres peuples, de culture, de mode de vie, de mode de productions industrielle et agricole, de découvertes scientifiques et technologiques. Seul Allah conçoit et crée.  Il n’y a de livre que le Coran et aux brasiers de feux comme en Alexandrie tous les livres qui ne vont pas dans le sens de la vérité inepte et absurde du Coran.

La France a tout faux de croire que le chemin de la prison est la solution idoine pour neutraliser les velléités terroristes de ses djihadistes. On ne lutte pas contre la consommation de la drogue en épargnant les dealers et les champs de culture. Les hommes s’en vont mais les idées qui les nourrissent sont toujours d’actualités. Des principes de simple bon sens que l’exécutif semble négliger et que plutôt que de désigner le vrai coupable il veut faire croire que les djihadistes sont des éléments exogènes à l’islam qui le dénaturent et le dévoient.

Ils sont des créatures les mieux abouties du Coran, on en met des milliers en prison on n’arrêtera pas pour autant la diffusion dans les cités le virus djihadiste. Il contamine à tout va et engendre de nouveaux  mutants, d’un voyou des cités il en fait un soldat dévoué jusqu’au boutiste pour la cause de son dieu.

Pour lutter contre la gangrène djihadiste il faut s’attaquer au mal à ses vraies racines qui se trouvent dans son substrat doctrinaire, le Coran. Il ne s’est pas radicalisé contrairement aux idées reçues pour dédouaner l’islam de ses responsabilités. Il a pris conscience que pour être le musulman accompli il n’y a pas d’autre voie que la voie du djihad, le 3ème plier de l’islam pour Mahomet, après la prière, l’obéissance aux parents.  Les causes de sa pseudo radicalisation ne doivent pas être cherchées ailleurs que dans l’islam qui exalte et glorifie le djihad. Un djihadiste, qui est un abominable criminel de guerre et cintre l’humanité, est un héros mort en martyr. Il se fait exploser au milieu d’une foule d’innocents, en prenant soin de de protéger son sexe, plutôt que condamner explicitement son acte et de lui promettre de finir cramé en enfer, le Coran lui promet en échange l’érection éternelle, de jouir de beaux éphèbes et de s’enivrer comme un malade des rivières de vin. Il habitera le jardin d’Eden où il pourra se délecter de plaisirs infinis.

Si le Coran n’avait pas mis le djihad au coeur de son message pour les musulmans et exciter leurs fantasmes lubriques il n’y aurait pas certainement un tel engouement pour le djihad chez une partie de la jeunesse musulmane, des jungles urbaines occidentales comme en Tchétchénie, en Tunisie et ailleurs;

N’ayant jamais été décrété comme étant un acte illicite et contraire aux fondements de l’islam par les doctes de la foi, en l’absence d’un prélat musulman, il est difficile de croire que l’islam ne rime pas avec le djihad.

Pourquoi  les djihadistes n’ont pas été frappés d’anathème et que les les auteurs des attentats terroristes du Bataclan, de Vincennes, de Toulouse-Montauban,  de Trèbes-Carcassonne, de Nice sont enterrés dans des cimetières musulman alors qu’ils sont très pointilleux sur leur rite funéraire et n’aimerait pas que leurs sépultures soient à proximité de celles des « mécréants », peur de la  « souillure » des infidèles, à l’image de cette mère voilée du militaire abattu par Mérah ? Soi-disant que seul Allah est juge de de ses intentions et en mesure de décider de la destination finale de leurs corps. Botter astucieusement pour ne pas se mouiller et reconnaître c’est l’islam qui fait le djihadiste comme la drogue engendre le toxico.

On ne voile pas les versets qui fondent et sanctifient le djihad comme on voile la Ka’aba dans son étoffe noire pour dissimuler sa laideur et sa vraie origine, c’est eux et eux seuls qui fixent le cadre juridique dans lequel doivent évoluer musulman. Le combat leur a été prescrit afin qu’ils oeuvrent pour l’expansion de l’islam.

« Le djihad pour la cause de l’expansion islamique prend le dessus sur le chauvinisme militariste tribal. Dans les textes de cette période1 l’honneur tribal se définit en termes
religieux et le lien de sang cède la place à la conviction religieuse. Cet esprit
de guerre sainte a alimenté au moins 115 expéditions militaires et confrontations de toutes sortes — des manœuvres militaires jusqu’à de véritables
guerres, en passant par des escarmouches (Ibn Hicham 1967, vol. 1).
Mahomet lui-même en dirigea 27.
Le Coran, ainsi que les recueils classiques de hadith, les actes et les
paroles de Mahomet recueillis en textes, sont catégoriques sur la vertu du
djihad et sur la valeur du sacrifice physique (le martyre). La guerre est
nécessaire au plan divin d’établissement de l’ordre sur terre et les musulmans ont l’obligation de s’y préparer. Cette sanctification de la guerre, de
la mort sur le champ de bataille et de l’épreuve des souffrances, est soulignée à maintes reprises. L’exemple le plus frappant est le fait que le djihad
devient un devoir de la foi et s’inscrit dans la loi islamique (2) (charia), comme
il est écrit dans le Coran: «Le combat vous a été prescrit mais vous avez de l’aversion pour lui, il se peut que vous haïssiez une chose qui est bonne
pour vous…» (Coran 2,216 ne peut être que celui qui fait don de sa vie, de sa personne et et ses biens à Allah qui peut croire un seul instant que le djihad va disparaître de son horizon en condamnant les djihadistes. »

https://www.erudit.org/fr/revues/theologi/2005-v13-n2-theologi1385/013605ar.pdf

Les vrais musulmans se distinguent des non-musulmans et de leurs coreligionnaires qui font dans la demi mesure, hypocrites,  par leur participation dans la guerre de conquête (Coran 3,186; 47,31; 49,15).

Mourir en martyr dans le sentier d’Allah est le rêve de tout musulman, le stade ultime de la perfection morale, et la promesse d’être parmi ses privilégiés au paradis musulman. Un djihadiste qui tue et se fait tuer pour la cause de l’islam est en cohérence avec le Coran.

«Car combattre sur le chemin de Dieu, c’est obtenir
ou mort ou victoire: dans les deux cas, nous lui vaudrons salaire magnifique.» (Coran 4,74) Cet autre verset approfondit ce lien en mettant l’accent sur le sacrifice physique et sur l’épreuve de souffrance:
Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange
du paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah: ils tuent, et ils se font
tuer. C’est une promesse authentique qu’il a prise sur Lui même dans la
Thora, l’Évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allah à son engagement? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait: et c’est là le très
grand succès. (9,111, cité dans Khosrokhavar 2003, 22).

«Ne dites pas de ceux qui
sont tués dans la voie d’Allah: “ce sont des morts”. Mais (dites): “ce sont
des vivants”. Mais vous ne le percevez pas.» (Coran 2,154) Dans le fameux
verset 169 de la sourate 3, nous pouvons lire: «Ne comptez pas ceux qui
ont été tués dans la voie d’Allah pour des morts. Mais ils sont des vivants
auprès de leur Seigneur, pourvus de tout». De plus, comme il est écrit dans
le Coran, le sacrifice physique est une preuve de l’authenticité de la foi du
martyr en Dieu: «Vous les Juifs, si vous êtes les amis distingués d’Allah,
souhaitez la mort, si vous dites la vérité.» (62,6°).

La France n’est qu’au début de son cauchemar djihadiste. L’islam continuera à produire des djihadistes pour assurer sa pérennité et son conquête de pouvoir. Il ambitionne de mettre la main sur la terre tout entière et ce n’es certainement pas avec des missionnaires fleurs à la main qu’il compte y parvenir.  L’islam n’est pas une religion de bisounours, elle est une idéologie de combat et de conquête. Le paradis n’est pas à l’ombre d’un Coran trônant sur le rayon d’une bibliothèque, il est à l’ombre de l’épée.

Elle doit comprendre que tant qu’elle croit lutter en multipliant les effets d’annonces et et les rétropédalages, contre les djihadistes et distinguer l’islam du djihadisme elle se fait le meilleur agent de sa propagation sur son territoire.

1. Pour des citations, se référer à Dizboni 2003.
2. L’importance de l’obligation de la guerre ainsi que des récompenses promises au mujahid (combattant du djihad) est reprise par les juristes dès le IIe siècle de l’hégire (voir
Sarakhsi 1989, 6-28).
04 Théologiques_13/2 (p69-82) 15/08/06 13:23 Page 70
le concept de martyre en islam 71

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.